Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1895

Texte intégral

362. À Louis Labot

1Paris, 27 mars 1895

  • 1 Le 25 mars 1895, Louis Labot avait écrit à Zola, de Bayonne : « Depuis qu’une heureuse circonstanc (...)

2Je ne crois pas que Charpentier vous avance la totalité des droits d’une première édition, surtout d’un volume dont il ne doit pas avoir encore pris connaissance1. […] Je lui parlerai de vous, mais cela ne peut avoir d’effet que pour plus tard.

Extr., cat. libr. Charavay, no 825 (septembre 1999).

363*. À Édouard Montagne

3Paris, 14 avril 1895

4Cher monsieur Montagne,

  • 2 Il s’agit des membres du comité de la SGDL qui avaient démissionné en novembre 1894, à propos du c (...)

5On me dit que la proposition que j’ai faite d’inviter au dîner du Comité les membres démissionnaires, cause de grandes rumeurs2. J’en suis surpris et désolé, car je n’ai agi que dans un but d’apaisement et de bonne confraternité. Veuillez donc, s’il en est encore temps, empêcher qu’on envoie aux membres démissionnaires les lettres de convocation, pour que je puisse soumettre de nouveau la question au Comité, lors de la prochaine réunion.

6Cordialement à vous.

L.a.s., coll. Alain Pagès.
Pagès, 1999, p. 19.

364. À A. Tiranty

7Paris, 25 mai 1895

  • 3 Nous ne possédons pas l’invitation que Zola venait de recevoir de la part du comité présidé par Je (...)
  • 4 Le 27 mai, Tiranty répondit : « J’ai l’honneur de vous adresser la requête que le ‘Comité Murger’ (...)

8J’accepte très volontiers de faire partie du comité d’initiative qui s’occupe d’ériger un buste à Henry Murger3. Mais je pars ce matin à la campagne, et si vous avez quelque pièce à me faire signer, veuillez me l’adresser à Médan, par Villennes (Seine et Oise), d’où je vous la renverrai4.

Extr. de cat., arch. É. Z.

365*. À Édouard Montagne

9Médan, 26 mai 1895

10Cher monsieur Montagne,

  • 5 Voir l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes.

11Je ne pourrai, demain lundi, aller présider la séance, et je vous prie de faire toutes mes excuses à mes confrères et amis du Comité5.

12Cordialement à vous.

L.a.s., coll. Alain Pagès.
Pagès, 1999, p. 20.

366*. À Georges Charpentier

13[Médan, fin mai-début juin 1895]

14Mon cher ami,

  • 6 On se rappelle que Paul Charpentier, le fils de l’éditeur et le filleul de Zola, était tombé grave (...)
  • 7 Lettres non retrouvées.

15Je suis bien heureux des bonnes nouvelles que me rapporte ma femme, qui est allée à Paris et qui a téléphoné à Saint-Quentin : et je veux tout de suite vous en dire notre joie6. Une lettre que nous recevons de madame Charpentier affirme ces bonnes nouvelles. Ma femme lui répondra demain7.

  • 8 Paul Charpentier mourut le 19 juillet.

16Mais tout de suite il faut que vous sachiez, que nous nous réjouissons avec vous. Moi, je triomphe, car j’ai toujours eu la foi à la guérison. Que notre cher Paul reprenne vite des forces et qu’il vienne se reposer ici, avec vous tous. Vous verrez comme nous l’aimerons et comme nous le soignerons8.

17Affectueusement à vous tous.

L.a.s. (copie), arch. É. Z.

367*. À Édouard Montagne

18Médan, 22 juin 1895

  • 9 Montagne souhaitait obtenir la Légion d’honneur. Le 22 juin même, il écrivit à Zola : « Je suis dé (...)
  • 10 À propos de la réunion du comité de la SGDL qui avait lieu le 24 juin, Montagne avait écrit à Zola (...)
  • 11 Montagne ne fut pas décoré en juillet 1895.

19Cher monsieur Montagne, Je suis désolé, je viens justement d’écrire au ministre pour Toudouze, et je n’ose envoyer immédiatement une lettre nouvelle9. S’il s’agissait d’une lettre collective, je veux dire d’une lettre signée par plusieurs de nos amis, je pourrais joindre mon nom aux leurs. Le pis est que je ne puis aller à Paris après-demain lundi10. Mais j’irai sûrement le lundi 1er juillet ; et, s’il est temps encore, nous causerons de votre affaire11. Ne doutez pas que je serai fort heureux de vous être agréable.

20Je vous prie de m’excuser lundi auprès de mes confrères et amis du Comité.

21Cordialement à vous.

L.a.s., coll. Alain Pagès.
Pagès, 1999, p. 20.

368*. À Édouard Montagne

22Médan, 7 juillet 1895

23Cher monsieur Montagne,

24Je ne pourrai me rendre demain lundi à Paris, et je vous prie de m’excuser de mon absence auprès de mes confrères et amis du Comité.

25Vous voudrez bien me prévenir, s’il n’y a pas séance le lundi 15.

26Cordialement à vous.

L.a.s., coll. Alain Pagès.
Pagès, 1999, p. 21.

369. À Eugène Penin

27Médan, 4 septembre1895

  • 12 C’est le 22 juillet que le Tribunal de commerce avait condamné les anciens administrateurs du Gil (...)

28Voilà l’affaire du Gil Blas terminée, je viens enfin d’être payé après avoir volontairement abandonné les intérêts que m’avait accordés le tribunal12. […] Autant que mon bon droit, je suis certain que votre talent de parole, si clair et si logique, m’a fait donner gain de cause. Ce sont les considérants du jugement qui vous sont dus et qui m’ont particulièrement touché, car ils ont mis à jour ma parfaite bonne foi.

Extr., cat. libr. Charavay, no 828 (octobre 2000).

370*. À Édouard Toulouse

29Paris, 3 novembre 1895

  • 13 Sur Édouard Toulouse, auteur d’une célèbre étude « médico-psychologique » sur Zola, voir les Notic (...)

30Cher monsieur13,

  • 14 Le 4 novembre. Le 23 octobre, Toulouse avait demandé à Zola de fixer leur première séance de trava (...)

31Je suis si bousculé de travail en ce moment, qu’il faut m’excuser. Je ne pourrai vous attendre lundi14. Mais, si vous pouvez me venir voir jeudi, à six heures un quart, je serai heureux de vous recevoir et de causer avec vous.

32Cordialement.

L.a.s., Centre hospitalier Édouard Toulouse, Marseille.

371*. À Édouard Montagne

33Médan, 3 décembre 1895

34Cher monsieur Montagne,

  • 15 Voir l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes.
  • 16 Le 16 décembre, le comité de la SGDL décerna le grand prix Chauchard de trois mille francs au marq (...)

35Voici une nouvelle candidature qui se pose15. Veuillez remettre la lettre à la commission, et inscrivez M. Henry Fouquier parmi les candidats au prix de trois mille francs16.

36Cordialement à vous.

L.a.s., coll. Alain Pagès.
Pagès, 1999, p. 21.

372*. À Édouard Montagne

37Dimanche soir [22 décembre 1895]

38Cher monsieur Montagne,

  • 17 Voir l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes, ainsi que, dans le t. VIII, (...)

39Je crains d’être en retard demain, qu’on ouvre donc la séance sans moi. Mais, si M. Huard vient, priez-le de m’attendre, car je désire vivement lui parler de l’affaire Bourget, et en parler aussi au Comité17.

40Bien à vous.

L.a.s., coll. Alain Pagès.
Pagès, 1999, p. 22.

Notes

1 Le 25 mars 1895, Louis Labot avait écrit à Zola, de Bayonne : « Depuis qu’une heureuse circonstance m’a valu la satisfaction et l’honneur de vous connaître, je me suis permis une fois d’avoir recours à votre obligeance, et elle m’a été aussitôt acquise. » Et il poursuivait : « Je voudrais, l’hiver prochain, publier un volume dans lequel seraient rassemblés, sous le titre Critique buissonnière, un certain nombre d’articles et d’études parus, ces derniers temps, dans des journaux de province et des revues parisiennes, notamment la Nouvelle revue, la Revue bleue, la Revue hebdomadaire, etc. Pensez-vous qu’il me serait possible d’obtenir de la librairie Charpentier qu’elle éditât cet ouvrage […] ? Naturellement, je tiendrais beaucoup à ce que la librairie Charpentier se chargeât des frais de la publication. Je me ferais fort de lui assurer, au besoin, la vente immédiate de 100 exemplaires parmi les connaissances et amis que j’ai à Bayonne et dans le monde des lettres » (arch. familiales). Le projet n’eut pas de suite, et Louis Labot ne nous est connu que par sa lettre précitée.

2 Il s’agit des membres du comité de la SGDL qui avaient démissionné en novembre 1894, à propos du conflit survenu entre leurs confrères et Auguste Rodin. Voir t. VIII, lettre 162, ainsi que l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes.

3 Nous ne possédons pas l’invitation que Zola venait de recevoir de la part du comité présidé par Jean Aicard. Le destinataire de sa lettre, A. Tiranty, lui avait déjà écrit le 7 septembre 1888, lorsqu’il habitait Nice : il lui adressait ses hommages et lui envoyait deux articles dont il était l’auteur. Tiranty ne nous est pas autrement connu.

4 Le 27 mai, Tiranty répondit : « J’ai l’honneur de vous adresser la requête que le ‘Comité Murger’ va présenter au Conseil municipal de Paris. Nous aurions voulu que vous fussiez un des premiers à la signer ; mais nous avons été les esclaves du temps, et d’autres personnalités ont pris la place qui vous avait été réservée. Le Comité vous prie de l’excuser, et vous envoie tous ses remerciements pour l’adhésion que vous avez bien voulu lui donner » (arch. familiales).
Le buste, dû au sculpteur Henri-Théophile Bouillon, fut inauguré au jardin du Luxembourg, le 28 juin, par le ministre de l’Instruction publique, Raymond Poincaré, qui avait à ses côtés divers écrivains, dont Jean Aicard, François Coppée, Catulle Mendès et Pol Neveux. D’après l’envoyé du Gaulois, Henry Lapauze, la cérémonie fut interrompue, au moment où Poincaré se levait pour prononcer son discours, par un groupe d’étudiants, dont le chef déclara : « Je suis Guy de la Farandole, poète chatnoiresque, qui signe de ce nom fantaisiste ses chroniques. Au nom de la bohème, je dépose au pied du monument élevé à la gloire de l’un des nôtres ce bouquet de fleurs. Ces fleurs, dans leur modestie – ce sont des fleurs des champs – exprimeront mieux que vos pompeuses rimes notre admiration sincère et notre amour. Vive Murger ! Vive la bohème ! À bas la littérature des bourgeois ! » Après l’inauguration, un déjeuner réunit une soixantaine d’invités, tandis que les étudiants s’en allèrent dans le bois de Meudon. À minuit, les jeunes gens fêtèrent Murger au Cabaret de la Bohème, 51, rue Saint-Jacques, où ils avaient organisé un banquet à quatorze sous la tête.

5 Voir l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes.

6 On se rappelle que Paul Charpentier, le fils de l’éditeur et le filleul de Zola, était tombé gravement malade à Saint-Quentin, où il faisait son service militaire (→ t. VIII, lettre 200). Cette lettre fut sans doute rédigée entre le 28 mai et le 6 juin 1895. À la première date, Eugène Fasquelle avait écrit à Zola : « Paul va de mieux en mieux. Charpentier m’a téléphoné tout à l’heure et m’a dit que les médecins ont un espoir très sérieux de le tirer d’affaire. » Puis, le 6 juin, Charpentier apprit au romancier que son fils allait « beaucoup moins bien » depuis la veille : « La fièvre est violente – les poumons sont repris – la faiblesse est très grande. L’état est très grave de nouveau, et nous voilà plus que jamais dans l’inquiétude et la désolation. » Voir t. VIII, lettre 202, n. 4.

7 Lettres non retrouvées.

8 Paul Charpentier mourut le 19 juillet.

9 Montagne souhaitait obtenir la Légion d’honneur. Le 22 juin même, il écrivit à Zola : « Je suis désolé que vous apprissiez par d’autres les démarches tentées en ma faveur par des amis dévoués. D’autre part, la lettre d’Hamel cite votre nom. À ce point de vue, je dois vous la communiquer aussi. /Je sais que je ne suis pas votre indifférent ; je ne voudrais pas être votre gênant. Donc, si vous poursuivez pour d’autres des tentatives que celle-ci pourrait gêner, je me rends d’avance et n’insiste en rien, plaçant votre amitié bien au-dessus d’un petit bout de ruban rouge » (arch. familiales).
Comme le rappelle Alain Pagès, Zola venait d’écrire au ministre de l’Instruction publique, Raymond Poincaré, en faveur de Gustave Toudouze, qui briguait aussi le ruban rouge (→ t. VIII, lettre 207). Nous ne possédons pas la lettre d’Ernest Hamel à laquelle Montagne faisait allusion ; c’est à Hamel que Zola avait succédé, en 1891, comme président de la SGDL.

10 À propos de la réunion du comité de la SGDL qui avait lieu le 24 juin, Montagne avait écrit à Zola, le 20 juin : « Il y a en souffrance 5 candidatures de sociétaires. Étant donné l’approche des vacances, il est urgent que le Comité se trouve en nombre pour statuer ; sans quoi, elles se trouveront retardées de 4 mois » (arch. familiales).

11 Montagne ne fut pas décoré en juillet 1895.

12 C’est le 22 juillet que le Tribunal de commerce avait condamné les anciens administrateurs du Gil Blas à payer à Zola les 50 000 francs qui lui étaient dus pour la publication de Lourdes (→ t. VIII, lettre 163, n. 2).

13 Sur Édouard Toulouse, auteur d’une célèbre étude « médico-psychologique » sur Zola, voir les Notices biographiques du t. VIII et Mortazavi, 1997.

14 Le 4 novembre. Le 23 octobre, Toulouse avait demandé à Zola de fixer leur première séance de travail au lundi 28 octobre (→ t. VIII, lettre 317, n. 1).

15 Voir l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes.

16 Le 16 décembre, le comité de la SGDL décerna le grand prix Chauchard de trois mille francs au marquis de Cherville, l’ancien collaborateur d’Alexandre Dumas.

17 Voir l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes, ainsi que, dans le t. VIII, les lettres 277 et 285.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search