Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1894

Texte intégral

355. À Auguste Lecat

1[Paris] 6 février 1894

2[Zola ne peut]

  • 1 Nous n’avons aucune précision sur le destinataire de cette lettre ni sur le journal en question. V (...)

3[…] rien vous donner d’inédit, mais je vous autorise bien volontiers à prendre ce qu’il vous plaira dans mon œuvre publiée, à la condition que votre journal ne paraîtra qu’une fois1.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 81 (printemps 1998).

356. À Auguste Lecat

4[Paris] 7 février 1894

5[Zola précise qu’il voulait dire, dans sa lettre du 6 février, un seul numéro, compte tenu des droits dus à la Société des Gens de lettres pour une reproduction.]

  • 2 Voir la lettre précédente.

6Seulement, dès qu’il s’agit d’un numéro unique et exceptionnel, je me charge de vous éviter la perception2.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 81 (printemps 1998).

357. Destinataire inconnu

7Paris, 27 février 1894

  • 3 Le vendredi 2 mars, l’échotier du Matin décrivit ainsi la « sauterie traditionnelle » de la Salpêt (...)

8Mille fois merci, cher monsieur, de votre obligeance. Mais je suis pris jeudi, il me sera impossible d’aller au bal de la Salpêtrière3.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot, 28-29 avril 1997.

358. À Amédée Prince

9Paris, 12 mars 1894

  • 4 Voir la lettre 339-A, n. 2.

10[Zola lui envoie la première partie de Lourdes4.]

11Je vous préviens que le Gil Blas en commencera la publication dans son numéro portant la date du 15 avril prochain. Ce n’est donc que ce jour-là que le journal de la République Argentine pourra également commencer à publier la traduction espagnole ; et il ne devancera jamais le Gil Blas, c’est-à-dire qu’il ne donnera jamais plus d’environ trois cents lignes par jour. J’estime que la publication durera environ trois mois.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 97 (septembre 2001).

359*. À Paul Bourget

12[Paris, 31 mai 1894]

  • 5 Le 31 mai 1894, Bourget avait été élu au fauteuil de Maxime Du Camp à l’Académie française. Il y a (...)

13Je veux être un des premiers à vous féliciter, mon cher Bourget. Nul n’est plus heureux que moi de votre succès5.

14Affectueusement.

L.a.s. (facs.), cat. libr. Charavay, no 824 (avril 1999).

360*. À Jean Aicard

15[Paris, fin mai – début juin 1894]

  • 6 Sur Jean Aicard, qui venait de succéder à Zola comme président de la Société des Gens de lettres, (...)
  • 7 Le roman d’Aicard parut chez Flammarion le 28 mai 1894. Le personnage principal, Marie Déperrier, (...)
  • 8 Les Zola s’installèrent à Médan le 1er juillet 1894.

16Merci, mon cher Aicard6, pour le très aimable envoi de votre Fleur d’abîme7 que j’espère terminer à la campagne8, où je le lirai dans la paresse favorable aux bonnes lectures. Ici, je suis trop bousculé, et je ne puis que vous répéter toute ma sympathie pour le brave homme que vous êtes.

17Affectueusement.

L.a.s., Musée Jean Aicard, La Garde.

361. Destinataire inconnu

18[Rome, entre le 29 octobre et le 5 décembre 1894]

  • 9 Zola répond sans doute à une demande d’entretien reçue pendant son séjour au Grand Hôtel de Rome, (...)

19Prière de se présenter au Grand Hôtel, n’importe quel jour, de cinq heures et demie à sept heures9.

Extr. de cat., arch. É. Z.

Notes

1 Nous n’avons aucune précision sur le destinataire de cette lettre ni sur le journal en question. Voir la lettre suivante.

2 Voir la lettre précédente.

3 Le vendredi 2 mars, l’échotier du Matin décrivit ainsi la « sauterie traditionnelle » de la Salpêtrière : « La fête avait lieu dans les longues salles vitrées où se déroulaient naguère les expériences de Charcot. Les folles s’y promenaient sous des déguisements divers : arlequins, pierrettes, pompiers, mousquetaires, etc. Deux bals distincts avaient été organisés, l’un pour les folles adultes, les hystériques ; l’autre pour les femmes idiotes, les épileptiques, etc. Chose étrange ! Les ébats de ces malheureuses étaient doux. Une vieille petite folle toute ridée, dont le déguisement rappelait le sobriquet de Triboulet sous lequel elle est devenue légendaire dans l’établissement, égayait à elle seule toute l’assistance. On en voyait deux autres, en paysan et paysanne, qui esquissaient un interminable menuet. Et pendant que, sur le boulevard, le confetti triomphait, les internes de l’Hôpital, aidés des invités, parmi lesquels les docteurs Ségalas, Voisin, Fairet, Viollet, rivalisent avec les infirmières pour procurer aux pauvres filles de la Salpêtrière quelques heures de récréation. »

4 Voir la lettre 339-A, n. 2.

5 Le 31 mai 1894, Bourget avait été élu au fauteuil de Maxime Du Camp à l’Académie française. Il y avait eu trois autres candidats : Jean Aicard, Émile Deschanel et Zola. Au premier tour, Zola n’avait obtenu aucune voix ; au deuxième, Bourget était arrivé en tête avec 19 voix, contre 14 accordées à Deschanel.
C’est sans doute le 31 mai même que Bourget répondit ainsi au télégramme de Zola : « Vous avez été en effet un des premiers à m’envoyer un petit mot, et je vous en remercie. Je l’ai dit à Lapauze, et c’est bien vrai ; n’être pas nommé contre vous me fait un grand plaisir, et un autre non moins grand est d’avoir voix au chapitre et de pouvoir vous prouver quelle admiration j’ai pour l’homme qui a écrit L’Assommoir, Germinal et La Débâcle » (lettre datée de « jeudi » ; BNF, MSS, n.a.f. 24511, fo 325). Le 19 juin, il écrivit au romancier : « Vous savez que pour l’Académie vous avez en moi un autre Coppée. Je ne crois pas pouvoir dire mieux, voulant signifier une absolue fidélité à votre cause qui est pour moi celle du roman moderne, et aussi celle de l’amitié » (ibid., fo 291). Le jour de l’élection, il avait déclaré devant Henry Lapauze, rédacteur au Gaulois : « Ma joie la plus vive est, en tout ceci, de n’avoir pas été élu contre Zola. Car, vous le sentez bien, sa candidature n’était, cette fois, comme il vous le disait naguère, qu’une ‘candidature d’attitude et de système’. Et de cela, vraiment, je suis très heureux » (Saint-Réal, « Chez M. Paul Bourget », Le Gaulois, 1er juin 1894).

6 Sur Jean Aicard, qui venait de succéder à Zola comme président de la Société des Gens de lettres, voir les Notices biographiques du t. VIII.

7 Le roman d’Aicard parut chez Flammarion le 28 mai 1894. Le personnage principal, Marie Déperrier, est une petite bourgeoise résolue à faire un beau mariage. Charmante coquine, elle parvient à se faire épouser par un jeune aristocrate, mais ce dernier se rend compte dès la nuit de noces qu’elle n’éprouve pas d’amour pour lui. Marie comprend bientôt que son mariage est une « affaire manquée », et elle finit par devenir la maîtresse d’un prince russe.

8 Les Zola s’installèrent à Médan le 1er juillet 1894.

9 Zola répond sans doute à une demande d’entretien reçue pendant son séjour au Grand Hôtel de Rome, du 29 octobre au 5 décembre 1894. Voir t. VIII, lettres 143, 145, 150 et 155.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search