Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1893

Texte intégral

338*. À Ernest Flammarion

1[Paris] 8 janvier 1893

2Cher monsieur,

  • 1 Flammarion allait publier, à partir du 20 janvier, une édition de La Débâcle illustrée par Georges (...)

3Je vous avoue que la première affiche m’inquiète1. J’aimerais mieux qu’on ne l’employât nulle part, car elle pourrait nous attirer des ennuis.

  • 2 Nous ne connaissons que l’affiche reproduite dans O. C., t. VI, p. 1129. Due à Paul de Semant, ell (...)

4Pourquoi donc insistez-vous ? En avez-vous donc des exemplaires tirés que vous tenez à utiliser ? Si ce n’est pas cela, il est bien plus simple de n’avoir qu’une affiche2.

5Cordialement.

L.a.s., fonds Flammarion, IMEC.
Parinet, 1992, p. 317 (extr.).

339*. À Albert Cammermeyers Forlag

6Paris, 10 janvier 1893

7Monsieur,

  • 3 La lettre en question n’a pas été retrouvée. Doktor Pascal, traduit par Carl Naerup, parut chez Al (...)

8Mon éditeur, M. Charpentier, m’adresse votre lettre, et j’accepte vos conditions3. Mais je ne veux traiter aujourd’hui que pour Le Docteur Pascal. Il est donc entendu que vous me paierez la somme de douze cents francs, pour la propriété des traductions de ce roman, en Norvège, en Danemark [sic] et en Suède.

  • 4 C’est-à-dire de La Revue hebdomadaire.

9 Le Docteur Pascal commencera à paraître à Paris, dans le numéro du samedi 18 mars4, et s’y terminera dans celui du samedi 17 juin. Donc, si vous publiez vos traductions dans des journaux, il faut vous engager à ne pas en commencer la publication avant la Revue, et à ne jamais dépasser celle-ci, de façon à terminer en même temps qu’elle. Le volume paraîtra, chez Charpentier, vers le 15 juin, et vous ne publierez pas la traduction en librairie avant cette époque.

10Quant au paiement, il est d’usage de l’effectuer dès l’envoi des premiers chapitres. Vers la fin de ce mois, je compte vous envoyer les deux premiers chapitres, et j’aimerais à recevoir tout de suite, en un chèque, les douze cents francs.

  • 5 Le 17 janvier, la maison norvégienne envoya à Zola un télégramme : « Nous acceptons vos conditions (...)

11Veuillez me dire tout de suite si vous acceptez ces conditions et si nous sommes bien d’accord5.

12Cordialement.

L.a.s., U. B. Oslo, Brevs. Nr. 562.

339-A. À Amédée Prince

13Paris, 4 février 1893

  • 6 Amédée Prince était commissionnaire en marchandises à Paris et codirecteur de la maison Prince et (...)

14[Zola envoie à Prince6 les premiers chapitres du Docteur Pascal et le prie de lui]

  • 7 Le 2 décembre 1892, Prince avait confirmé l’accord survenu entre Zola et lui le 29 novembre : « Vo (...)

15[…] faire remettre la somme de mille francs, dont je vous donnerai un reçu7.

16Le roman commencera à paraître dans La Revue hebdomadaire le 18 mars, et l’on ne pourra pas publier la traduction dans un journal de la République Argentine qu’à partir de cette date. En outre, ce journal ne devancera jamais le journal français, qui achèvera la publication seulement le 17 juin. Il y aura quatorze chapitres, vous avez donc entre les mains la septième partie de la totalité. Qu’on se base là-dessus pour la longueur des fragments à publier. […] Le volume ne pourra pas être mis en vente avant le 17 juin.

Extr., cat. libr. de l’Abbaye, octobre 2008.

340*. À Gaston Stiegler

17Paris, 22 février 1893

  • 8 Le journaliste Gaston Stiegler, né à Paris en 1853, collabora à divers journaux, notamment à L’Éch (...)

18Mon cher confrère8,

  • 9 Ce texte fait pendant au discours que Zola prononça aux obsèques de Maupassant, le 8 juillet 1893 (...)

19Maupassant est de la famille des simples, des clairs et des forts, que j’aime9. Son succès, si grand et si rapide, est venu de ce qu’il apportait le meilleur de notre génie français, la netteté de l’observation et la santé du style. Il peut y avoir des artistes plus pénétrants que lui, je ne connais pas de conteurs plus solides et plus complets. Il laissera, avec ses contes, des chefs-d’œuvre, où resplendissent toutes les qualités de la race.

20Cordialement à vous.

L.a.s. (facs.), cat. vente Sotheby’s, 29-30 novembre 2001.

341*. À Georges de Peyrebrune

21Paris, 30 mars 1893

22Chère madame,

  • 10 Il s’agit, bien sûr, de la Société des Gens de lettres. Nous ne possédons pas la lettre de Georges (...)

23Vous vous blessez à tort. Le plus souvent, la société avance de l’argent aux sociétaires, sur délégation10. Pour les grosses sommes, c’est l’usage courant.

24Maintenant, je vous ai prévenue que la caisse des avances, en ce moment, se trouvait vide. C’est pourquoi le comité se montre un peu formaliste. Je vous conseille, si vous avez un roman pris dans un journal, de donner tout simplement une délégation sur ce journal, ce que tous vos confrères font, et de venir toucher à la caisse les cinq cents francs qui vous ont été accordés. Ce serait beaucoup plus sage. Maintenant, si cette idée d’une délégation vous blesse par trop, veuillez attendre que notre caisse de prêt se remplisse un peu, et sans doute nous pourrons vous satisfaire.

25Chère madame et confrère, bien cordialement à vous.

L.a.s., Bibliothèque municipale de Périgueux. Réserve. Manuscrits.
Correspondance Georges de Peyrebrune.

342*. À Georges de Peyrebrune

  • 11 Date du cachet postal.

26[Paris, 31 mars11]

  • 12 Voir la lettre précédente. Zola venait de recevoir, semble-t-il, la réponse (non retrouvée) de Geo (...)

27Avec toute ma sympathie, mais avec ma totale impuissance de changer les choses en ce bas monde12.

L.a.s., Bibliothèque municipale de Périgueux. Réserve. Manuscrits. Correspondance Georges de Peyrebrune.

343. À Amédée Prince

  • 13 Amédée Prince reçut le 20 avril ce message de Zola, qui est rédigé sur une carte de visite.

28[Paris, 19 avril 189313]

  • 14 Il s’agit de placards du Docteur Pascal (→ lettre 339-A).

29Avec le regret de ne pouvoir envoyer les épreuves que dans quelques jours, lorsqu’elles seront prêtes14. Mes envois sont fort réguliers et aux dates promises. Il faut que le journal se soit mis en avance, s’il a ainsi besoin de la suite du texte trop tôt.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin (janvier 2008).

344*. À Henry Céard

30Paris [5 juin 1893]

  • 15 Ce billet semble être la réponse de Zola à la lettre que Céard lui avait adressée le 5 juin 1893, (...)

31Mon vieil ami, je serai demain mardi, à 5 heures, au rendez-vous15. Affectueusement à vous.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.

345. À Philippe Gille

32Médan, 12 juin 1893

  • 16 Il s’agit de l’article de lancement sur Le Docteur Pascal que Gille allait publier dans Le Figaro (...)

33Je suis bien certain que vous ferez un article très gentil et très remarquable16.

34[Zola insiste sur certaines intentions du Docteur Pascal.]

  • 17 Après avoir évoqué, dans son article, les pages consacrées à la mort de Pascal Rougon, Gille écriv (...)

35J’ai voulu y expliquer et y défendre la série entière, et j’oserais dire que c’est une conclusion scientifique, philosophique et morale, si tous ces grands mots n’étaient pas trop ambitieux. Enfin, il y a du symbolisme dans l’affaire, puisqu’on en met partout. Ne prenez pas trop à la lettre les amours de Clotilde et de Pascal, et voyez-y surtout l’amour de la vie, l’éternel recommencement, la sève nouvelle reverdissant les vieux troncs appauvris. Je voulais aussi vous recommander le dernier chapitre, l’humanité perpétuée et sauvée par l’enfant17.

Extr., cat. libr. Jean-Emmanuel Raux, décembre 2006.

346. À Adrien Hébrard

36Médan, 12 juin 1893

37[Zola lui donne rendez-vous à la librairie Charpentier]

  • 18 Zola allait y faire, le jeudi 15 juin, les dédicaces du Docteur Pascal (→ t. VII, lettre 395). – S (...)

38[…] jeudi de deux heures à quatre heures18. […] Si je ne vous propose pas d’aller vous voir après quatre heures, au Temps, c’est qu’il faudra alors que je me hâte de prendre mon train.

Extr. de cat., vente Piasa du 23 mars 2009.

347*. À Édouard Montagne

39Médan, 7 août 1893

40Cher monsieur

41Montagne, je vous envoie un nouveau chèque, que je viens de recevoir. Je m’aperçois qu’il était à vue, et je l’ai endossé. Je pense que ça ne fait rien et qu’on ne soulèvera pas de difficulté.

  • 19 Voir l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes.

42Voudriez-vous me rendre un service ? Ce serait d’envoyer un de vos employés chez les Pères de l’Assomption, 8 rue François premier, prendre un renseignement. Je voudrais savoir quel jour partira le pèlerinage national pour Lourdes19, par combien de trains et à quelles heures (gare d’Orléans). Qu’on ne dise pas que ce renseignement est pour moi. Je pense que vous l’obtiendrez sans difficulté. On l’aurait aussi sans doute gare d’Orléans. Écrivez-moi dès que vous aurez une réponse à me donner. Et merci mille fois.

43Cordialement à vous.

L.a.s., coll. Alain Pagès.
Pagès, 1999, p. 18.

348. À Gabriel Séguy

44Médan, 10 août 1893

  • 20 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. VII (lettre 432).

45Vous avez été très sage en vous assurant un gagne-pain20, et je vous conseille fortement de garder votre place. Hélas ! Je crois peu aux encouragements, aux protections, je ne crois qu’à l’effort individuel.

46[Zola l’invite à venir le voir chez lui rue de Bruxelles.]

47Jusque-là, ne m’envoyez rien, je ne vous lirais pas […] et d’ailleurs, rien n’est plus inutile que ces lectures de manuscrits. Je vous le répète, battez-vous, il n’y a pas d’autres moyens pour vaincre.

Extr., cat. libr. Florence Arnaud, no 1597 (mars 1995).

349*. À Ernest Flammarion

48Paris, 5 octobre 1893

49Cher monsieur Flammarion,

  • 21 L’édition Flammarion (→ lettre 338) avait paru en 14 séries à 50 centimes chacune. Le contrat, sig (...)
  • 22 Flammarion n’était pas encore rentré à Paris, et Zola lui écrivit de nouveau le 11 octobre (t. VII (...)

50Je vous prie de m’attendre demain vendredi, vers deux heures et demie. Je désire causer avec vous et toucher l’argent de La Débâcle21. Comme je vais dans votre quartier, cela ne me dérangera pas22.

51Cordialement.

L.a.s., fonds Flammarion, IMEC.

350*. À Alphonse Humbert

52Paris, 13 octobre 1893

  • 23 Ces lignes sont adressées au président du Conseil municipal de Paris, Alphonse Humbert. Militant b (...)

53Monsieur23,

  • 24 Ce dîner, auquel Zola était invité en tant que président du comité de la Société des Gens de lettr (...)

54Je suis très touché de l’invitation que la Municipalité de Paris veut bien m’adresser pour le dîner du jeudi 19 octobre, et j’aurai l’honneur d’y assister24.

55Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

L.a.s. (facs.), arch. É. Z.

350-A. À Édouard Montagne

56[Paris, avant le 24 octobre 1893]

57Mon cher Délégué,

  • 25 Le mardi dont parle Zola est sans doute le mardi 24 octobre 1893 : le comité de la SGDL ne se réun (...)

58Je ne pourrai pas présider la séance, si vous la mettez mardi. Il vaut mieux dans ce cas que la vacance soit complète et qu’on ne se réunisse que le lundi 3025.

Pagès, 1999, p. 19.

351. À Jean Finot

59[Paris, octobre 1893]

  • 26 D’origine polonaise, naturalisé Français en 1897, Jean Finckelhaus, dit Jean Finot (1858-1922) fit (...)

60Mon cher confrère26,

  • 27 Lors de la séance académique du 26 janvier 1893, Octave Gréard, vice-recteur de l’Académie de Pari (...)

61En matière d’orthographe, je suis conservateur. Je ne crois pas qu’on doive décréter l’orthographe, et la sagesse, selon moi, est de la laisser évoluer au gré de l’usage27.

La Revue des revues, novembre 1893, p. 812.

352*. À Isaac Pavlovsky

  • 28 Date du cachet postal : voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

62[Paris, 20 novembre 189328]

  • 29 La répétition générale de L’Attaque du moulin avait lieu le lendemain, à l’Opéra-Comique. Cf. t. V (...)

63Avec le regret de ne pouvoir donner une meilleure place, – et le conseil d’arriver de bonne heure29.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 38.

353. À Fernand Xau

64Paris, 1er décembre 1893

  • 30 Le 5 novembre 1893, Julia Cladel, la veuve de l’écrivain Léon Cladel, avait écrit à Zola : « Puis- (...)
  • 31 Nous ne possédons par la réponse de Xau, mais il faut penser que ce dernier s’engagea à publier Ju (...)

65J’avais promis à madame Cladel de vous parler d’elle et j’ai totalement oublié de le faire. Elle m’écrit et je répare mon oubli30. Avez-vous reçu le roman de son mari et devez-vous le faire passer prochainement ? Si oui, elle vous serait bien obligée de lui avancer deux mille francs. Je me permets de vous la recommander, car sa situation est très intéressante31.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 299 (décembre 2004).

354*. À Jacques Rozerot

66[Médan] 31 décembre 1893

67Mon petit Jacques chéri,

68Ton papa te souhaite une bonne année, puisque tu es trop petit encore pour la lui souhaiter toi-même. Il t’embrasse bien fort, comme il t’aime, et il te souhaite de te bien porter, de crier et de sauter, de casser tout, ce qui prouvera que tu n’as de bobo nulle part. Il faut manger beaucoup de soupe pour devenir un beau garçon. Et il ne faut pourtant pas faire trop enrager ta maman, qui a besoin d’être heureuse.

69Mon petit Jacques chéri, je veux aussi que tu m’aimes beaucoup. Plus tard, quand tu pourras lire cette lettre, tu comprendras que tu es notre bonheur et que tu es l’homme qui devra consoler et faire respecter ta mère.

70Ton papa qui t’aime de tout son cœur.

Émile-Zola et Pagès, 2005, p. 151.

Notes

1 Flammarion allait publier, à partir du 20 janvier, une édition de La Débâcle illustrée par Georges Jeanniot (→ t. VII, lettre 424, n. 4). Voir, plus loin, la lettre 349.

2 Nous ne connaissons que l’affiche reproduite dans O. C., t. VI, p. 1129. Due à Paul de Semant, elle montre un porte-drapeau français bravant l’ennemi.

3 La lettre en question n’a pas été retrouvée. Doktor Pascal, traduit par Carl Naerup, parut chez Albert Cammermeyers Forlag, à Kristiania (Oslo, de nos jours), en 1893.

4 C’est-à-dire de La Revue hebdomadaire.

5 Le 17 janvier, la maison norvégienne envoya à Zola un télégramme : « Nous acceptons vos conditions. Enverrons 1200 francs (chèque) deux premières chapitres reçues [sic] fin janvier. » (arch. familiales).

6 Amédée Prince était commissionnaire en marchandises à Paris et codirecteur de la maison Prince et D’Étiveaud, 34 rue de Provence.

7 Le 2 décembre 1892, Prince avait confirmé l’accord survenu entre Zola et lui le 29 novembre : « Vous avez consenti à me remettre environ 25 jours à l’avance de leur publication à Paris les épreuves de votre nouvel ouvrage Le Docteur Pascal pour que je puisse les adresser au journal La Nación de Buenos Aires qui en fera la publication en espagnol à peu près en même temps qu’à Paris. […] Nous avons fixé à la somme de mille francs le prix de cette cession en faveur de La Nación. » Et il ajoutait : « Vous avez bien voulu me promettre de me rénover la préférence pour une entente du même genre au sujet de votre publication sur Lourdes » (arch. familiales). Voir plus loin les lettres 343 et 358.

8 Le journaliste Gaston Stiegler, né à Paris en 1853, collabora à divers journaux, notamment à L’Écho de Paris et au Matin. Il devint par la suite bibliothécaire à la Bibliothèque historique de la ville de Paris. Il publia Le Maréchal Oudinot, duc de Reggio, d’après les mémoires de la maréchale (1894), Le Tour du monde en 63 jours (1901), ouvrage illustré de photographies qu’il avait prises lui-même, et un roman, Amours tragiques de Napoléon III (1910).

9 Ce texte fait pendant au discours que Zola prononça aux obsèques de Maupassant, le 8 juillet 1893 (O.C., t. XII, p. 683-687). D’après le catalogue de vente, il fut publié dans le supplément que L’Écho de Paris consacra à Maupassant à la date du 8 mars 1893 – apparemment à une des quatre pages (p. 7 à 10) qui manquent dans la collection du journal conservée à la Bibliothèque nationale de France. Parmi les signataires des textes reproduits dans le reste du supplément se trouvent Maurice Barrès, Alphonse Daudet, Anatole France, Edmond de Goncourt, Ludovic Halévy, Jose-Maria de Heredia, J.-K. Huysmans et Sully Prudhomme. Maupassant avait été admis, le 7 janvier 1892, à la maison de santé du Dr Blanche, à Passy, d’où il ne sortit plus.

10 Il s’agit, bien sûr, de la Société des Gens de lettres. Nous ne possédons pas la lettre de Georges de Peyrebrune, qui était sociétaire depuis 1881 ; elle fut pensionnée en 1901 (renseignements communiqués par Nelly Sanchez).

11 Date du cachet postal.

12 Voir la lettre précédente. Zola venait de recevoir, semble-t-il, la réponse (non retrouvée) de Georges de Peyrebrune, qui habitait à l’époque 25, boulevard Exelmans, à Paris.

13 Amédée Prince reçut le 20 avril ce message de Zola, qui est rédigé sur une carte de visite.

14 Il s’agit de placards du Docteur Pascal (→ lettre 339-A).

15 Ce billet semble être la réponse de Zola à la lettre que Céard lui avait adressée le 5 juin 1893, au moment où une nouvelle crise menaçait de rompre pour toujours, dix-neuf mois après la découverte par Alexandrine de la liaison de son mari avec Jeanne Rozerot, l’accord conclu entre les deux époux. Le jour même, Céard avait reçu la visite d’Alexandrine, qui « se juge [ait] au bout de son abnégation et parl [ait] définitivement de séparation ». Il conseillait à Zola d’avoir recours à un de ses amis, l’avocat Numa Jacquemaire, gendre de Georges Clemenceau, qui serait « un intermédiaire également juridique et humain, capable aussi, en dehors de la trop grande amitié et de la trop grande passion, de trouver des moyens de conciliation ». Et il poursuivait : « Voulez-vous que, vous et moi, nous allions causer avec lui, demain mardi à 5 heures ? Il nous dira peut-être des choses que je ne sais plus dire et qui mèneront peut-être aussi à mieux une situation que je pleure de voir aussi désespérée. […] M. Jacquemaire demeure 3, rue Richelieu. Je vous attendrai devant la porte » (Burns, 1958, p. 410-411). Sur la crise de 1893, voir Émile-Zola et Pagès, 2004, p. 23-25.

16 Il s’agit de l’article de lancement sur Le Docteur Pascal que Gille allait publier dans Le Figaro du 22 juin. Cette lettre fait suite à celle que Zola avait envoyée à Gille le 9 juin (t. VII, lettre 390).

17 Après avoir évoqué, dans son article, les pages consacrées à la mort de Pascal Rougon, Gille écrivit : « La scène […] est superbe et clôt d’une magistrale façon la série de l’histoire des Rougon-Macquart. C’est une conclusion scientifique, philosophique et morale. Enfin, et bien que je ne trouve pas le symbolisme nécessaire, aujourd’hui qu’on croit devoir en mettre un peu partout, il y a en effet dans Le Docteur Pascal une idée symbolique résumée par ses amours et celles de Clotilde, c’est l’amour de la vie, l’éternel recommencement, la vie nouvelle reverdissant les vieux troncs appauvris, l’humanité perpétuée et sauvée par l’enfant. » Voir aussi t. VII, lettre 400.

18 Zola allait y faire, le jeudi 15 juin, les dédicaces du Docteur Pascal (→ t. VII, lettre 395). – Sur Hébrard, directeur du Temps depuis 1872, voir les Notices biographiques du t. VIII. Nous ne savons pas pourquoi il souhaitait voir Zola.

19 Voir l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes.

20 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. VII (lettre 432).

21 L’édition Flammarion (→ lettre 338) avait paru en 14 séries à 50 centimes chacune. Le contrat, signé par Flammarion et Zola le 20 août 1892, précisait que le tirage définitif ne serait fixé qu’à la 25e livraison, « l’excédent tiré en sus pour le lancement étant considéré comme service de publicité », c’est-à-dire exempt de droits d’auteur (arch. Flammarion). L’édition fut finalement tirée à 20 000 exemplaires, et Zola allait toucher 10 % du prix de vente, soit 70 centimes par volume (Parinet, 1992, p. 317).

22 Flammarion n’était pas encore rentré à Paris, et Zola lui écrivit de nouveau le 11 octobre (t. VIII, lettre 8).

23 Ces lignes sont adressées au président du Conseil municipal de Paris, Alphonse Humbert. Militant blanquiste sous l’Empire, Alphonse Humbert (1844-1922) assista au premier congrès de l’Internationale, tenu à Genève en 1866, et fut condamné deux fois, avec d’autres blanquistes, à trois mois de prison en 1867. Collaborateur de La Marseillaise d’Henri Rochefort en 1870, il fut condamné de nouveau pour offenses contre Napoléon III et se réfugia en Belgique. Rédacteur pendant la Commune au Père Duchesne d’Eugène Vermersch, il fut déporté à Nouméa jusqu’en 1879. Il collabora ensuite à divers journaux et fut élu, en 1886, conseiller municipal pour le quartier de Grenelle. Président du Conseil municipal de mai 1893 à février 1894, il devint en août 1893 député radicalsocialiste du XVe arrondissement. Pendant l’affaire Dreyfus, il se rangea parmi les antidreyfusards et collabora à un de leurs organes les plus violents, L’Éclair. Battu aux élections de 1902, il se retira alors de la vie politique.

24 Ce dîner, auquel Zola était invité en tant que président du comité de la Société des Gens de lettres, avait lieu dans la grande salle des fêtes de l’Hôtel de Ville, à l’occasion des fêtes franco-russes d’octobre 1893 (→ t. VIII, lettre 7 [n. 2] et lettre 15 [n. 2]). Comme l’écrivit un reporter du Gaulois le 20 octobre, 564 notabilités « du monde politique, judiciaire, artistique, littéraire, industriel et commercial » y assistèrent.

25 Le mardi dont parle Zola est sans doute le mardi 24 octobre 1893 : le comité de la SGDL ne se réunit pas entre le lundi 16 et le lundi 30 octobre. Voir aussi l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes, ainsi que les lettres 12 et 14 du t. VIII, datées du 22 octobre, où Zola dit à Busnach et à Hennique de ne pas venir le voir le mardi.

26 D’origine polonaise, naturalisé Français en 1897, Jean Finckelhaus, dit Jean Finot (1858-1922) fit ses études à Varsovie, à Cambridge et à Paris. Après avoir débuté dans le journalisme en Angleterre, il prit, en 1892, la direction de La Revue des revues, fondée deux ans plus tôt par Ernest W. Smith (→ t. VI, lettre 461). Il dirigea ensuite La Revue et La Revue mondiale. On peut citer parmi ses ouvrages : Français et Anglais, l’Angleterre malade (1899), La Philosophie de la longévité (1900), Le Préjugé des races (1905).

27 Lors de la séance académique du 26 janvier 1893, Octave Gréard, vice-recteur de l’Académie de Paris et membre de la Commission du dictionnaire de l’Académie, avait soumis à ses confrères une note visant à introduire des modifications orthographiques dans la huitième édition du dictionnaire (la septième avait paru en 1878). Il y proposait un certain nombre d’idées générales pouvant servir de direction aux autres membres de l’Académie et suggérait à ces derniers de se pencher tour à tour, au cours des séances ultérieures, sur les dix points suivants : les majuscules, les tirets, les signes orthographiques, les mots d’origine étrangère, les mots de genres ou de nombres différents et les adjectifs adverbes, les voyelles doubles et les voyelles composées, les doubles et les triples consonnes, les contradictions entre les mots de même famille ou de famille analogue, les terminaisons en – ant et en – ent, la transformation de l’x en s dans les pluriels et dans les personnes de certains verbes. Les discussions se poursuivirent jusqu’en juillet et les propositions adoptées firent couler beaucoup d’encre dans les journaux et revues à grand tirage : voir là-dessus Portebois, 1998.
C’est sans doute en octobre 1893 que Jean Finot demanda à Zola son opinion sur la réforme de l’orthographe ; il publia sa réponse sous le titre « Le 93 de l’orthographe », avec celles de Daudet, Catulle Mendès, Jean Richepin, Aurélien Scholl et Armand Silvestre.

28 Date du cachet postal : voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

29 La répétition générale de L’Attaque du moulin avait lieu le lendemain, à l’Opéra-Comique. Cf. t. VIII, lettres 31-34.

30 Le 5 novembre 1893, Julia Cladel, la veuve de l’écrivain Léon Cladel, avait écrit à Zola : « Puis-je vous demander un instant demain, vers 3h ¼, à la Société des Gens de lettres ? Si oui, ne vous donnez pas la peine de me répondre, si non, veuillez, par un mot, m’indiquer le jour où je pourrai vous entretenir pendant cinq minutes relativement au roman de mon mari dont vous vous êtes occupé une fois déjà » (BNF, MSS, n.a.f. 24517, fo 126). Elle avait dû envoyer au romancier, à la fin du mois, une nouvelle lettre, non retrouvée. Le roman en question, alors inédit, était Juive-Errante. Sur Fernand Xau, le directeur du Journal, voir t. V, lettre 306, n. 2.

31 Nous ne possédons par la réponse de Xau, mais il faut penser que ce dernier s’engagea à publier Juive-Errante en feuilleton – et qu’il rompit son engagement par la suite. À la fin de décembre, Julia Cladel écrivit à Zola : « Le directeur du Journal m’en avait bien donné comme limite extrême, pour la publication du roman de mon mari, celui de A. Silvestre, et je vois maintenant qu’il en annonce un autre encore » (BNF, fos 132-133). Le 29 décembre, en effet, Le Journal avait annoncé qu’il allait bientôt commencer la publication de La Cosaque d’Armand Silvestre, et qu’il publierait ensuite un roman de Lucien Descaves, Aveugles. Juive-Errante parut chez Ollendorff en avril 1897, sans avoir été publié en feuilleton dans Le Journal (→ t. VIII, lettre 419).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search