Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1892

Texte intégral

324*. À Louis Montchal

  • 1 Date du cachet postal.

1[Paris, 26 janvier 18921]

  • 2 Zola répond à la lettre que Montchal lui avait envoyée de Dresde, le 17 janvier 1892 (→ lettre 314 (...)
  • 3 « Demain soir, à une 30e conférence, écrivait Montchal dans sa lettre précitée, j’aurai le plaisir (...)

2Merci encore de votre bel enthousiasme que je trouve toujours aussi vibrant2. Et bon courage, et grand succès dans la bataille dangereuse que vous livrez à la sottise et à l’hypocrisie3. Le malheur est que l’hypocrisie et la sottise repoussent même lorsqu’on leur a coupé la tête.

3Votre bien cordial et dévoué.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 176.

325*. À Edmond Rousse

4Paris, 20 avril 1892

  • 4 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. VII (lettre 234).

5Monsieur4,

6Nous n’avons donc plus qu’à nous incliner devant votre décision. Mais, tout en comprenant les raisons que vous voulez bien donner, permettez-moi de vous exprimer encore, au nom du Comité de la Société des Gens de lettres, et en mon nom personnel, le véritable chagrin que nous cause votre refus. Vos scrupules sont fort honorables. Votre nom n’en aurait pas moins été pour nous un grand honneur et un grand appui moral.

7Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de ma haute considération.

L.a.s., coll. Jean Bonna.

326. À Henry Céard

8[Paris, 21 avril 1892]

  • 5 C’est le 23 avril 1892 que Bruneau joua chez les Zola la partition du premier acte de L’Attaque du (...)

9Les Bruneau viennent dîner après-demain […] et Bruneau nous jouera ensuite le premier [acte] de L’Attaque du moulin5.

10[Zola invite son vieil ami à se joindre à eux.]

  • 6 « Demain, première au Palais-Royal, répondit Céard le 22 avril. Si je ne suis pas là à l’heure du (...)

11Si vous ne pouvez venir dîner, tâchez donc d’être là dans la soirée, pour l’audition. Tout le monde en serait heureux6.

12Affectueusement à vous.

Extr., cat. libr. L’Autographe S. A. (Genève), no 55 (2004).

327*. À Sidonie de La Houssaye

13Paris, 4 mai 1892

  • 7 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. VII (lettre 239).

14Madame7,

15Vous vous faites, je le crains, une idée très fausse de nos éditeurs. Portez votre manuscrit chez M. Charpentier, et je vous affirme qu’il sera lu, et j’ajoute qu’il sera bien accueilli, s’il plaît et s’il est jugé intéressant. Encore une fois, soyez convaincue qu’une carrière littéraire est une chose très simple. Il suffit de beaucoup travailler.

Extr. (facs.), cat. libr. PBA Galleries, no 128879 (juin 2004).

328. À Émile Loubet

16Paris, 4 juin 1892

  • 8 Ces lignes sont adressées à Émile Loubet, président du Conseil et ministre de l’Intérieur depuis l (...)
  • 9 La note avait sans doute trait à la question qu’Hector Malot avait abordée lors de la réunion du 8 (...)
  • 10 Le 11 juillet, au cours de la réunion du comité de la SGDL, Zola « donn [a] communication d’une no (...)

17J’ai eu l’honneur, dans une visite que j’ai faite, il y a environ deux mois, à votre chef de cabinet8, d’appeler votre attention sur la question qui se trouve exposée dans la note ci-jointe9. Comme je n’ai pas encore reçu de réponse, je me permets d’insister, en vous demandant de vouloir bien nous donner satisfaction, s’il est possible. Il s’agit d’une question qui intéresse tous les écrivains10.

Extr. de cat., vente Piasa du 23 mars 2009.

329*. À Philippe Gille

18Médan, 8 juin 1892

  • 11 Sur le journaliste Philippe Gille, voir t. III, lettre 121, n. 1.

19Mon cher ami11,

  • 12 T. X, lettre S 175.
  • 13 Sur l’article de Gille, voir t. VII, lettre 274, n. 1.

20Je pense que vous voudrez bien vous charger de présenter La Débâcle, comme vous avez présenté mes autres romans, dans un article de tête du Figaro. Le volume paraîtra le mardi 21 juin, et j’écris à Charpentier qu’il vous envoie tout de suite un exemplaire12. Voulez-vous être assez aimable pour le parcourir d’ici à lundi, et de m’attendre chez vous, de 10 à 11 heures ? Je ne vous prendrai qu’une demi-heure, car je vais être tellement bousculé, qu’il me faudra faire ma malle en courant. Il est utile que nous causions, je pourrai sans doute vous donner des explications intéressantes13.

21Veuillez me rappeler au bon souvenir de madame Gille.

22Merci, et bien cordialement à vous.

L.a.s. (photocopie), arch. É. Z.

330. À Marius Roux

23Médan, 16 juin 1892

  • 14 Il s’agit, selon toute vraisemblance, d’un ancien collègue de Roux au Petit Journal, Achille Dalsè (...)

24[Le témoignage de Roux suffit, et il n’a pas besoin de rencontrer M. Dalsème14 pour lui être acquis.]

  • 15 Nous ne possédons pas la lettre de Roux à laquelle Zola répond, mais l’affaire concernait sans dou (...)

25Je te promets que son affaire sera examinée par moi avec un grand soin, quand elle se produira15. Et il peut être certain que nous lui ferons rendre justice, si cela pourtant ne dépasse pas nos attributions et notre compétence.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot, 15-16 mars 2005.

331. À Teodor de Wyzewa

  • 16 Le Baptême de Jésus, ou Les quatre degrés du scepticisme, le premier des quatre Contes chrétiens q (...)

26[Médan, début juillet 1892] Avec mes bien vifs remerciements pour l’aimable envoi du Baptême de Jésus16.

Extr., cat. libr. L’Échiquier, no 7.

332*. À Louis Montchal

  • 17 Date du cachet postal.

27[Médan, 8 juillet 189217]

  • 18 Zola répond à la lettre que Montchal lui avait envoyée de Dresde le 1er juillet 1892. « De Genève, (...)

28Merci de votre bonne lettre, mon cher confrère. Si je vous ai envoyé La Débâcle à Genève, c’est que j’avais perdu votre adresse d’Allemagne. Vous êtes un brave et vous combattez le bon combat18.

29Cordialement.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 178.

333. À Eugène Mouton

30Médan, 15 juillet 1892

  • 19 Nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola répond. Son correspondant était apparemment un jeu (...)

31Hélas, Monsieur, je ne consens jamais à donner le conseil que vous me demandez19. Il est radicalement impossible de juger du talent et surtout de l’avenir d’un homme, sur la lecture de quelques pages. Je me ferais un scrupule de décourager un écrivain, qui peut un jour se dégager de ses balbutiements ; de même que je craindrais d’encourager un médiocre, destiné à payer chèrement plus tard sa facilité. Le seul conseil que je puisse donner, c’est d’écouter la voix intérieure, et si l’on ose se décider à la lutte, de ne croire qu’au travail et à la volonté.

Extr. de cat., vente Piasa du 20 novembre 2008.

334*. À Louis Montchal

  • 20 Date du cachet postal.

32[Paris, 11 octobre 189220]

  • 21 La lettre à laquelle Zola répond n’a pas été retrouvée.

33Avec mes bien vifs remerciements et une cordiale poignée de main21.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, MS. Fr. 9042, fo 180.

335*. À Isaac Pavlovsky

34[Paris] 11 octobre 1892

  • 22 Il s’agit peut-être, comme l’écrit Colette Becker, de l’épouse d’Alexis Souvorine, directeur du No (...)

35Mon cher confrère, veuillez m’amener Mme Souvorine22 le jour qu’il vous plaira, à onze heures. Je serai très heureux de la recevoir.

36Cordialités.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 38.

336*. À Louis Montchal

  • 23 Date du cachet postal.

37[Paris, 7 décembre 189223]

  • 24 Nous ne possédons pas la lettre de Montchal à laquelle Zola répond.

38Avec mes félicitations et mes bien vifs remerciements24.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 182.

337*. À Jacques Rozerot

39[Médan] 31 décembre 1892

  • 25 Le fils de Zola et de Jeanne Rozerot était né le 25 septembre 1891.

40Bonne année, mon petit Jacques, mon petit homme25. Voilà que tu pousses comme un gaillard, et tu vas être l’homme bientôt, tu auras plus tard à protéger ta mère et ta sœur.

41Je ne puis encore te recommander d’être bien sage, car tu ne sais pas encore qu’il faut être sage. Mais cela viendra, et tu seras très sage, tu apprendras bien tes leçons, tu voudras faire la joie de ta mère. Peut-être un jour auras-tu à la consoler, et c’est à toi que je la confierais, si je partais.

42Mais il ne faut songer qu’à la joie, aujourd’hui. Porte-toi bien, aime bien ta petite sœur, faites bon ménage. Pendant qu’elle est sur mon bras gauche, je te prends sur mon bras droit, et nous faisons tous les trois encore un petit tour, autour de la table.

43Je t’aime et je t’embrasse de tout mon cœur, mon petit homme.

Émile-Zola et Pagès, 2005, p. 150.

Notes

1 Date du cachet postal.

2 Zola répond à la lettre que Montchal lui avait envoyée de Dresde, le 17 janvier 1892 (→ lettre 314, n. 1).

3 « Demain soir, à une 30e conférence, écrivait Montchal dans sa lettre précitée, j’aurai le plaisir de montrer l’un des grands pornographes contemporains : Octave Feuillet. Quand on a vu de près l’immondice des détracteurs du naturalisme, on est stupéfié de leur impudence. Enfin, aujourd’hui, le triomphe est définitif et ce m’est une douce vengeance que de voir le Journal de Genève, par exemple, escompter votre fauteuil académique en passant l’éponge sur les crachats d’antan. » Et il poursuivait, en faisant allusion à L’Enquête sur l’évolution littéraire de Jules Huret : « Ce qui enrage tous ces tartufes, c’est de ne pouvoir lutter contre la force acquise. Le livre de Huret en donne une belle sensation. Au lieu de se réjouir de votre triomphe, ils sont une bande de crétins qui hurlent à la mort. Des artistes contre un artiste ! Alors, vive les bourgeois ! » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fo 321)

4 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. VII (lettre 234).

5 C’est le 23 avril 1892 que Bruneau joua chez les Zola la partition du premier acte de L’Attaque du moulin. Louis Gallet en avait envoyé le livret au romancier en septembre 1891 (→ t. VII, lettre 162).

6 « Demain, première au Palais-Royal, répondit Céard le 22 avril. Si je ne suis pas là à l’heure du dîner, ne m’attendez pas pour vous mettre à table. Je tâcherai alors de monter à L’Attaque du moulin après avoir vu la figure de la salle sur le premier acte » (Burns, 1958, p. 227). Il était alors critique dramatique de L’Événement, et il dirigeait avec Albert Carré les répétitions de Thérèse Raquin, qui allait être joué au Vaudeville le 20 mai (→ t. VII, lettre 232).

7 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. VII (lettre 239).

8 Ces lignes sont adressées à Émile Loubet, président du Conseil et ministre de l’Intérieur depuis le 27 février 1892. Zola s’était rendu au ministère le 29 mars (→ t. VII, lettre 228) ; le chef de cabinet de Loubet était Joseph Reynaud (1845-1924), futur sénateur de la Drôme. Sur Loubet, voir les Notices biographiques du t. IX.

9 La note avait sans doute trait à la question qu’Hector Malot avait abordée lors de la réunion du 8 février du comité de la SGDL. Son intervention est résumée ainsi dans la Chronique de la Société des Gens de lettres de mars 1892 : « M. Hector Malot demande que des démarches soient faites auprès du ministre de l’Intérieur en vue d’obtenir la stricte application de la loi qui oblige les imprimeurs à faire connaître le chiffre des tirages des volumes qu’ils impriment, ainsi que la date d’impression. »

10 Le 11 juillet, au cours de la réunion du comité de la SGDL, Zola « donn [a] communication d’une note du ministre de l’Intérieur relative à la publication des volumes et au contrôle qui résulterait des déclarations officielles » (Chronique, août 1892).

11 Sur le journaliste Philippe Gille, voir t. III, lettre 121, n. 1.

12 T. X, lettre S 175.

13 Sur l’article de Gille, voir t. VII, lettre 274, n. 1.

14 Il s’agit, selon toute vraisemblance, d’un ancien collègue de Roux au Petit Journal, Achille Dalsème.

15 Nous ne possédons pas la lettre de Roux à laquelle Zola répond, mais l’affaire concernait sans doute un roman de Dalsème, Chair fraîche, que le quotidien La Nation publiait en feuilleton depuis le 27 février 1892 : dans le numéro de la Chronique de la Société des Gens de lettres daté de juin 1892, on apprenait que la reproduction de l’ouvrage était « formellement interdite jusqu’à nouvel ordre ». Chair fraîche continua de paraître dans La Nation, et la dernière livraison fut publiée le 9 août ; dans le numéro d’octobre de la Chronique, le roman figurait sur la liste des ouvrages pouvant être reproduits par les journaux ayant un traité avec la SGDL.
Achille Dalsème (1840-1904), qui signait habituellement A. -J. Dalsème, étudia les langues orientales et fut reçu membre de la Société asiatique de Paris avant de se tourner, en 1869, vers le journalisme. L’année suivante, il collabora, à Marseille, au Peuple de Gustave Naquet. En 1871, il entra au Petit Journal où il fut chargé, pendant près de vingt ans, de la chronique judiciaire. On peut citer parmi ses ouvrages Les Mystères de l’Internationale (1871), Paris pendant le siège et les 65 jours de la Commune (1871), L’Affaire Bazaine (1873) et À travers le Palais, hommes et choses judiciaires (1881), ainsi que des romans : Le Bâillon (1883), La Folie de Claude (1884), Le Monsieur des antipodes (1903).

16 Le Baptême de Jésus, ou Les quatre degrés du scepticisme, le premier des quatre Contes chrétiens que Teodor de Wyzewa réunit en volume en 1902, parut chez Perrin au début de juillet 1892 : Anatole France y consacra deux articles, dans Le Temps du 10 et du 17 juillet. Mêlant l’anachronisme et la fantaisie à la vie de Jésus, Wyzewa prend parti pour le néo-christianisme et l’anti-intellectualisme de Tolstoï. Son Jésus rejette tour à tour le gros bon sens des disciples qui fêtent son baptême, la science d’un savant, professeur à Jérusalem, et l’idéalisme d’un ermite épris de Platon, pour se faire, après son séjour dans le désert, l’apôtre de l’ignorance. La parole évangélique « Heureux les pauvres en esprit » devient, chez Wyzewa : « Heureux les pauvres d’esprit. »
D’origine polonaise, Théodore Wyzewski, dit Teodor de Wyzewa (1862-1917), vint en France en 1869 – son père, médecin, avait achevé ses études à Montpellier trente ans plus tôt – et fit des études de philosophie à Douai et à Nancy. S’étant fixé à Paris à partir de 1883, il fonda en 1885, avec Édouard Dujardin, la Revue wagnérienne, puis, en novembre 1886, la nouvelle série de la Revue indépendante, qu’il plaça sous l’invocation de Villiers de l’Isle-Adam et de Mallarmé. Il quitta la deuxième revue à la fin de 1887 et donna à de nombreux autres périodiques des articles de critique littéraire, musicale et artistique. Titulaire, à partir de septembre 1893, de la rubrique des revues étrangères à la Revue des deux mondes, puis, à partir d’août 1894, de celle des « Notes et lectures (étranger) » du quotidien Le Temps, il publia également des romans – Valbert (1893), Le Cahier rouge (1917) – et, en 1912, avec Georges de Saint-Foix, W. A. Mozart, sa vie musicale et son œuvre, de l’enfance à la pleine maturité (1756-1777). Polyglotte, il traduisit une quarantaine d’ouvrages allemands, anglais, danois, italiens, polonais et russes, parmi lesquels Un amant (Les Hauts de Hurlevent) d’Emily Brontë (1892) et Résurrection de Tolstoï (1900). – Sur Wyzewa, voir Delsemme, 1967.
À l’époque de la Revue wagnérienne, Wyzewa avait condamné l’esthétique naturaliste, qui était, à ses yeux, « seulement une réduction du romantisme aux lois nouvelles de la réalité sensible » (8 juin 1886, p. 166 ; cité par Delsemme, p. 133). Mais lorsque Zola lui envoya un exemplaire de La Débâcle – sans doute après avoir reçu Le Baptême de Jésus – Wyzewa lui répondit, le 26 juillet 1892 : « Je ne puis vous dire combien je suis flatté et touché de cet envoi. Parmi les écrivains d’aujourd’hui, il n’y en a point que j’admire et respecte autant que vous. Et j’ai en vérité si peu de droits à votre sympathie. » Et il ajouta : « J’avais lu dans La Vie populaire cet admirable récit : mais tout en le jugeant un chef-d’œuvre, je vous avoue que je souffre à le voir mis par les critiques au-dessus de vos romans précédents. La Bête humaine, L’Argent, ce sont pour moi des œuvres de premier ordre, si pleines de belle vie et d’une telle perfection de lignes que je ne me lasse pas de les relire » (arch. familiales).

17 Date du cachet postal.

18 Zola répond à la lettre que Montchal lui avait envoyée de Dresde le 1er juillet 1892. « De Genève, écrivait ce dernier, mon frère m’annonce qu’il a reçu un exemplaire de La Débâcle, à mon adresse. Encore cette fois merci. Si ma bataille est rude, votre estime littéraire m’a toujours réconforté. » Et il poursuivait : « [Les Allemands] se jettent sur vos livres. On peut leur jeter tous les noms sans qu’ils bronchent, le vôtre les secoue des pieds à la tête. Je n’ai pas encore lu une critique sotte, et rien n’est plus significatif que de voir les vitrines des libraires remplies par les exemplaires et les affiches de La Débâcle, on se croirait en France. » Un post-scriptum ajoutait : « Pour la saison prochaine je prépare douze nouvelles conférences publiques sur la littérature de 1850-1880. Les 40 conférences précédentes ont fait salle comble en dépit du pessimisme ambiant » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fos 324-326).

19 Nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola répond. Son correspondant était apparemment un jeune homonyme de l’écrivain Eugène Mouton (1823-1902), ancien procureur impérial qui publia plusieurs romans et recueils de nouvelles à partir de 1876, d’abord sous le pseudonyme de Mérinos, et brigua dès 1886 un fauteuil académique.

20 Date du cachet postal.

21 La lettre à laquelle Zola répond n’a pas été retrouvée.

22 Il s’agit peut-être, comme l’écrit Colette Becker, de l’épouse d’Alexis Souvorine, directeur du Novoe Vrémia de Saint-Pétersbourg.

23 Date du cachet postal.

24 Nous ne possédons pas la lettre de Montchal à laquelle Zola répond.

25 Le fils de Zola et de Jeanne Rozerot était né le 25 septembre 1891.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search