Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1891

Texte intégral

316*. À Édouard Montagne

1Paris, 12 février 1891

  • 1 Voir l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes. Sur Édouard Montagne, délég (...)

2Mon cher confrère1,

3Je serai très heureux et fort honoré de présider, le 9 mars, le dîner mensuel de la Société des Gens de lettres. Vous pouvez donc compter sur moi, et je tiens à vous remercier personnellement de cette marque de sympathie littéraire, qui me touche beaucoup.

4Cordialement à vous.

L.a.s., coll. Alain Pagès.
Pagès, 1999, p. 17.

317*. À Ernest Legouvé

5Paris, 8 avril 1891

  • 2 Fils du poète Gabriel Legouvé, Ernest Legouvé (1807-1903) publia d’abord des vers – La Découverte (...)
  • 3 L’ouvrage en question, Une élève de seize ans, avait paru chez Hetzel, dans la Bibliothèque d’éduc (...)
  • 4 Le thème de l’éducation des jeunes filles apparut très tôt sous la plume de Zola : voir notamment (...)

6Je suis très touché, Monsieur et cher confrère2, de l’aimable envoi de votre Élève de seize ans, que je vais lire avec un bien vif intérêt3, car la question sociale de l’instruction et de l’éducation m’a toujours beaucoup préoccupé4.

  • 5 C’est-à-dire La Débâcle. Legouvé avait sans doute lu l’article que Gaston Calmette avait publié su (...)

7Et quel bon conseil vous me donnez pour mon prochain livre5 ! Je le suivrai autant qu’il me sera possible, – je veux dire autant que les nécessités de l’œuvre le permettront, car je ne crois pas que l’écrivain soit tout à fait maître de son œuvre : elle s’impose avec sa forme et ses développements. Mais mon intention formelle est bien de mettre, au fond de mon livre, l’âme de la France avec toute sa tragique douleur et toute son invincible espérance.

8Veuillez me croire, Monsieur et cher confrère, votre bien dévoué et bien reconnaissant.

L.a.s., coll. William Viguié.

318. À Édouard Montagne

9Paris, 18 juin 1891

  • 6 Il s’agit de la statue commandée par la Société des Gens de lettres, dont Zola était alors préside (...)

10Une bonne nouvelle, dont je suis bien heureux : le conseil municipal vient de nous accorder, pour notre statue de Balzac, la Place du Palais-Royal, que je lui avais demandée6.

Extr., cat. Libr. Alain Nicolas, no 253 (été 1994).

319*. À Ernest Flammarion

11Médan, 8 juillet 1891

12Cher monsieur

  • 7 Sur l’édition illustrée du Rêve publiée par Flammarion, voir t. VII, lettre 273, n. 3. Le contrat, (...)
  • 8 Voir là-dessus t. VII, lettre 129, n. 1.

13Flammarion, Vous occupez-vous des illustrations du Rêve7 ? La pièce a admirablement marché à l’Opéra-Comique, les dernières recettes ont été très fortes, et il est certain que la reprise sera brillante, à la rentrée. De plus, on parle de monter partout l’œuvre, en province et à l’étranger8. Je vous prie donc de hâter votre affaire le plus possible, de façon à ce que le volume soit prêt dès les premiers jours de décembre.

  • 9 C’est-à-dire le peintre Carloz Schwabe (→ t. VII, lettre 273, n. 2). Voir la lettre suivante.

14Est-ce possible, et tout est-il entendu avec M. Carloz9, auquel je tiens beaucoup ? Je suis certain que nous aurons avec lui une œuvre très artistique et très originale.

15Cordialement à vous.

L.a.s., fonds Flammarion, IMEC.
Parinet, 1992, p. 316 (extr.).

320*. À Ernest Flammarion

16Médan, 9 juillet 1891

17Cher monsieur Flammarion,

  • 10 Voir la lettre précédente.

18Voulez-vous prier M. Carloz de venir me voir mercredi matin, 15 juillet, à dix heures, rue de Bruxelles 21 bis ; et, si vous êtes libre, accompagnez-le donc10. Nous causerons de tous les détails de la publication.

19Bien à vous.

L.a.s., fonds Flammarion, IMEC.
Parinet, 1992, p. 316 (extr.).

321*. À Édouard Montagne

20Pau, 17 septembre 1891

  • 11 Voir l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes.
  • 12 La Société des Gens de lettres avait reçu une invitation aux « Fêtes lamartiniennes » qui avaient (...)

21Cher monsieur Montagne, votre lettre m’arrive ici11, et je m’empresse de vous répondre qu’il me sera impossible de me rendre à Marseille ; mais je ne vois aucun inconvénient à ce que notre confrère Félix Jahyer représente la Société12.

22Faites pour le mieux, et croyez-moi votre bien dévoué et bien cordial.

L.a.s., coll. Alain Pagès.
Pagès, 1999, p. 17.

322. À Henri Bryois

23Médan, 9 octobre 1891

  • 13 Cette lettre, dont nous avons publié un extrait dans le t. VII (lettre 167), est probablement adre (...)
  • 14 Zola acheva La Débâcle le 12 mai 1892. Il commença à rédiger Le Docteur Pascal le 7 décembre suiva (...)

24Mais, mon cher confrère13, Le Docteur Pascal ne paraîtra que dans deux ans ; et, si je sais à peu près ce que je désire faire, rien n’est arrêté, rien ne le sera avant un an au moins. Vous voyez que vous avez le temps de revenir et de m’interroger de vive voix. Je suis, pour le moment, tout au roman sur la guerre, qui ne sera pas terminé avant avril ou mai14.

  • 15 Le 8 août 1892, Bryois apprit à Zola qu’il était en train de visiter « tous les ports ouverts » du (...)

25[Il s’étonne du projet de voyage en Chine de Bryois15.]

26En Chine, mon cher confrère, moi qu’un petit voyage aux Pyrénées vient d’ahurir ! Je ne suis pas du tout voyageur, et j’ai tant de peine déjà à voir clair dans ce qui se passe chez nous, que la prétention de comprendre les Chinois me paraîtrait absolument folle.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot, 12-13 décembre 1994.

323*. À Jules Claretie

27Paris, 2 décembre 1891

28Mon cher Claretie,

  • 16 Zola répond, en tant que président de la Société des Gens de lettres, à une lettre non retrouvée d (...)
  • 17 On se rappelle que les réunions du comité avaient lieu le lundi. Sociétaire de la Société des Gens (...)

29Le nécessaire va être fait pour que la pension de Jules Richard soit réglée dans le plus bref délai16. La difficulté administrative dont vous parlez, est facile à tourner. Le pis est qu’il n’y a pas de pension disponible dans le moment. Mais, je vous le répète, le comité est décidé à agir vite, et lundi sans doute nous aviserons17.

30Cordialement à vous.

L.a.s., coll. Alain Pagès.

Notes

1 Voir l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes. Sur Édouard Montagne, délégué du comité de la Société des Gens de lettres de 1887 à 1899, voir t. VI, lettre 309, n. 1, et t. VII, lettre 59, n. 1.

2 Fils du poète Gabriel Legouvé, Ernest Legouvé (1807-1903) publia d’abord des vers – La Découverte de l’imprimerie (1829), Morts bizarres (1832) –, puis s’essaya dans le roman : Max (1833), Edith de Falsen (1840). Mais il écrivit surtout pour le théâtre, souvent avec Eugène Scribe : citons Louise de Lignerolles (avec Prosper Dinaux ; Comédie-Française, 1838), Guerrero (Comédie-Française, 1845), Adrienne Lecouvreur (avec Scribe ; Théâtre de la République, 1849), Les Doigts de fée (avec Scribe ; Comédie-Française, 1858). Conférencier célèbre (Conférences parisiennes, 1872), il laissa également Soixante ans de souvenirs (1886-1887). Il entra à l’Académie française en 1855, et Zola était allé le voir au cours de ses visites académiques de 1890.

3 L’ouvrage en question, Une élève de seize ans, avait paru chez Hetzel, dans la Bibliothèque d’éducation et de récréation. Souhaitant présenter « sous une forme vivante » la question « importante et délicate » de l’éducation des femmes, Legouvé y décrit une série de leçons données par son grand-père à une jeune fille qui « vient d’achever ses cours ». Les leçons sont conçues « sous la forme qui répond le mieux aux qualités natives des femmes, le sentiment, l’observation morale, le don d’admirer », et elles visent à développer les deux goûts qui, selon l’auteur, aideront les femmes « à tenir leur place dans la famille comme dans le monde, et à remplir à la fois leurs journées de solitude et leurs journées de travail ou de plaisir : ces deux goûts sont l’amour de la lecture et le sentiment du beau » (3e éd., p. 1, 385).

4 Le thème de l’éducation des jeunes filles apparut très tôt sous la plume de Zola : voir notamment l’article « L’adultère dans la bourgeoisie », publié dans Le Figaro du 28 février 1881 et repris dans Une campagne de 1882 (O.C., t. XIV, p. 531-537). Pour les observations du jeune Zola sur l’enseignement secondaire pour les garçons, voir le texte sur « L’école et la vie scolaire en France », paru dans Le Messager de l’Europe en mars 1877 (ibid., p. 239-257).

5 C’est-à-dire La Débâcle. Legouvé avait sans doute lu l’article que Gaston Calmette avait publié sur le travail préparatoire de Zola dans Le Figaro du 2 avril, sous le titre « Le livre de demain ».

6 Il s’agit de la statue commandée par la Société des Gens de lettres, dont Zola était alors président : voir t. VII, lettres 113-115.

7 Sur l’édition illustrée du Rêve publiée par Flammarion, voir t. VII, lettre 273, n. 3. Le contrat, signé le 23 juin 1891, prévoyait un tirage initial de 5 000 exemplaires (arch. Flammarion). Comme le signale Élisabeth Parinet (1992, p. 317), c’était une nette diminution par rapport aux éditions précédentes publiées par Marpon et Flammarion : les premières livraisons de La Terre avaient été tirées à 15 000 exemplaires, mais par la suite les ventes s’étaient stabilisées à 9 000.

8 Voir là-dessus t. VII, lettre 129, n. 1.

9 C’est-à-dire le peintre Carloz Schwabe (→ t. VII, lettre 273, n. 2). Voir la lettre suivante.

10 Voir la lettre précédente.

11 Voir l’édition réalisée par Alain Pagès dans Les Cahiers naturalistes.

12 La Société des Gens de lettres avait reçu une invitation aux « Fêtes lamartiniennes » qui avaient lieu à Marseille, le 19 et le 20 septembre 1891, lors de l’inauguration, au palais Longchamp, d’un buste du poète et homme politique né en 1790. À sa réunion du lundi 14 septembre, le comité avait décidé de s’excuser, la plupart de ses membres se trouvant en vacances (arch. SGDL).

13 Cette lettre, dont nous avons publié un extrait dans le t. VII (lettre 167), est probablement adressée à Henri Bryois, à qui Zola avait accordé, l’année précédente, une interview sur les trois derniers romans de la série des Rougon-Macquart. Nous avons très peu de renseignements précis sur Bryois, qui était, en 1912, consul de France à Santiago de Cuba et correspondent du Courrier des Etats-Unis, hebdomadaire de langue française publié à New York ; il fut également consul en Italie et à Chypre.

14 Zola acheva La Débâcle le 12 mai 1892. Il commença à rédiger Le Docteur Pascal le 7 décembre suivant.

15 Le 8 août 1892, Bryois apprit à Zola qu’il était en train de visiter « tous les ports ouverts » du Jangzi Jiang, de Shanghai à Hangzhou. Il venait d’apprendre que la librairie Kelly et Walsh de Shanghai avait vendu tous les exemplaires de La Débâcle qu’elle avait reçus au prix de 1,50 $ (7,50 francs). Et il ajoutait : « Quel dommage qu’on n’ait pas tenu compte de ma recommandation ! Un négociant français honorable avait fait une commande ferme, et [Charpentier et Fasquelle] n’ont pas daigné répondre à sa lettre. […] Et pourtant les éditeurs pouvaient se faire payer, contre livraison des ouvrages, chez le commissaire à Marseille du négociant de Shanghai. Il est certain que la première commande d’essai eût été suivie d’autres commandes. J’avais toute la presse de Chine à ma disposition, et la publicité aurait marché ferme, en Chine et au Japon. […] Tout le monde parle de La Débâcle ici, et les quelques exemplaires vendus à Shanghai ont été insuffisants à contenter les désirs » (arch. familiales).

16 Zola répond, en tant que président de la Société des Gens de lettres, à une lettre non retrouvée de Claretie. Sur Jules Richard, voir t. X, lettre S 12, n. 1.

17 On se rappelle que les réunions du comité avaient lieu le lundi. Sociétaire de la Société des Gens de lettres depuis 1868, Jules Richard fut admis à la pension de retraite le 1er janvier 1892, en même temps que Victor Auger, Eugène Guyon, Adrien Huard, Félix Ribeyre et Victorien Sardou. En 1891, chaque sociétaire âgé de soixante ans et admis dans la Société des Gens de lettres depuis vingt ans avait droit à une pension annuelle de 300 francs. Le 21 février 1892, la pension fut fixée à 500 francs, mais à l’assemblée générale extraordinaire du 8 novembre 1891, Zola avait déclaré : « Avant tout, la Société a besoin d’argent, car il y a des pensions qu’elle doit et qu’elle ne peut pas servir » (arch. SGDL).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search