Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1890

Texte intégral

307. Destinataire inconnu

1Paris, 22 février 1890

2Quant aux ouvrages de critique, ils sont si nombreux, que je ne saurais moi-même y faire un choix. J’en ai pour mon compte publié sept dont vous trouverez les titres sur la couverture de tous mes romans.

  • 1 Sur cette biographie du romancier, parue chez Charpentier en 1882, voir t. IV, lettres 175 et 176.

3[À propos de renseignements biographiques. Il renvoie son correspondant au livre de Paul Alexis, paru chez Charpentier, Émile Zola, notes d’un ami1.]

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 84 (décembre 1998).

308. À Behm

4Paris, 25 février 1890

  • 2 Nous n’avons aucun renseignement sur le destinataire de cette lettre, Behm, qui était peut-être un (...)

5Mon cher confrère2,

6Je vous envoie l’autographe que vous m’avez demandé, pour que vous ayez tous vos documents sous la main.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, septembre 2005.

308-A*. Destinataire inconnu

7Paris, 26 février 1890

  • 3 Zola paraît s’adresser à un journaliste qui voulait être le premier à révéler le sujet de L’Argent(...)

8Mon cher confrère, je suis un très grand paresseux, et je n’ai pas travaillé du tout, et il m’est impossible de vous rien donner d’intéressant avant longtemps, car j’ignore encore ce que je ferai3. Patientez, faites patienter. Je vous écrirai pour vous donner rendez-vous.

9Cordialement.

L.a.s. (facs.), vente eBay, 19 novembre 2009.

309*. À Émile Bergerat

10Paris, 29 mars 1890

  • 4 Sur Émile Bergerat, le « Caliban » du Figaro, voir t. IV, lettre 115, n. 3.

11Mon cher Bergerat4,

  • 5 Dans Le Figaro du 29 mars 1890, « Caliban » avait publié une chronique parodique intitulée « Le ch (...)

12Si je n’ai pas parlé du buffet, c’est peut-être bien parce que le buffet n’existe pas, est un simple mythe, une illusion pure. Ne le prouvez-vous point, puisqu’on ne peut y manger une douzaine d’huîtres5 ?

13Merci, et bien cordialement à vous.

L.a.s., coll. Alain Pagès.

310*. À L’Écho de Paris et au Mot d’ordre

14Paris, 9 mai 1890

15Cher monsieur,

  • 6 Les deux quotidiens étaient dirigés par Valentin Simond.

16À partir du numéro de dimanche matin, 11 mai, veuillez me faire adresser à Médan par Villennes, Seine et Oise, L’Écho de Paris et Le Mot d’ordre, que vous avez l’obligeance de me servir6.

17Bien à vous.

L.a.s., coll. Alain Pagès.

311. À Adolphe Tabarant

18Médan, 2 juin 1890

  • 7 Le 1er juin 1890, Adolphe Tabarant (→ t. V, lettre 374, n. 1) avait écrit à Zola : « Vous souvenez (...)
  • 8 Personnage non identifié. L’Écho de Lyon, quotidien républicain, avait été fondé en 1889. L’Annuai (...)
  • 9 Le roman ne fut pas reproduit dans Le Petit Lyonnais. Les numéros de 1890 de L’Écho de Lyon ne son (...)

19Vous m’aviez parlé d’un journal de Lyon, pour La Bête humaine7. Et justement comme il s’est présenté, quelques jours après vous, le directeur de L’Écho de Lyon8 me demandant mon roman, je l’ai envoyé au Radical et j’ai traité avec lui, pensant qu’il s’agissait de votre homme. Il m’est donc impossible maintenant d’assurer le droit exclusif de reproduction au Petit Lyonnais. Je ne puis que l’autoriser à publier La Bête humaine, comme j’ai autorisé L’Écho de Lyon à le faire9.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 23 février 1996.

312*. À Charles O’Neill Conroy

20Médan, 22 juin 1890

21Monsieur,

  • 10 Zola répond au jeune secrétaire d’une société littéraire de Londres, l’Association littéraire ital (...)

22Je n’ai pas d’explication à donner, et j’estime que mes livres se défendent tout seuls10.

23Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

Portebois et Speirs, 2002, p. 333-334.

313*. À Eugène Croiseau

24Paris, 10 juillet 1890

25Monsieur,

  • 11 Croiseau (ou Asseline) a écrit au recto de la feuille : « samedi 19 juillet à 9 h ½. »

26Je vous fais remettre deux nouveaux petits mémoires, et je vous prie de m’envoyer le plus tôt possible M. Asseline à Médan, surtout pour vérifier les mémoires du peintre Lefèvre, car ce dernier est mort et je vais être certainement tourmenté par la veuve, dont les affaires restent embarrassées. M. Asseline pourrait venir vers la fin de la semaine prochaine11.

27Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes meilleurs sentiments.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 265.

314*. À Louis Montchal

28Médan, 7 octobre 1890

  • 12 Nous ne possédons pas la lettre de Montchal, qui était installé à Dresde depuis plusieurs semaines (...)
  • 13 C’est-à-dire depuis son départ du Figaro, en septembre 1881 (→ lettre 165, n. 3).

29Merci, mon cher confrère, de votre vaillante propagande en faveur de mes œuvres12. Il est bon qu’elle ne vous fasse pas de tort, et il serait mieux qu’elle vous fît du bien. Le malheur est que je ne pourrai pas vous témoigner ma reconnaissance en écrivant l’article que vous me demandez, car j’ai totalement quitté la presse, je n’ai plus aucun journal à ma disposition13. Mais je fais des vœux bien sincères pour votre succès.

30Cordialement.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 157.

315. À Guy de Maupassant

31Paris, 18 novembre 1890

  • 14 C’est-à-dire à Rouen, le 23 novembre, lors de l’inauguration du monument élevé à Flaubert : voir t (...)

32J’ai su également, mon cher ami, que Goncourt se proposait de lire quelques lignes, et je ne suis pas du tout de votre avis, je crois qu’il ne me convient pas de prendre après lui la parole14. Songez qu’il est le président de notre comité, songez qu’il est un grand romancier, et un romancier qui a plus vécu dans l’intimité de Flaubert que moi. Alors, ne parlant pas au nom du comité, ni au nom du roman français, au nom de quoi ou de qui voulez-vous que je parle ? Je m’imagine que j’aurais l’air de me pousser là un peu en intrus, dans l’unique idée de me mettre inutilement en avant, et si cette idée venait à quelqu’un, j’en serais très peiné. Non, du moment qu’un de nous, le premier en âge, celui qui a livré la bataille avant nous, parle, cela va bien et cela suffit : nous n’avons qu’à écouter. Je serai là et j’applaudirai bien fort.

  • 15 Pour la réponse de Maupassant, voir t. VII, lettre 42, n. 2.

33Une question bête : irez-vous là-bas en habit, devons-nous nous mettre en habit, pour déjeuner chez le maire et représenter le comité15 ?

Extr., cat. libr. Alain Nicolas, 2008.

Notes

1 Sur cette biographie du romancier, parue chez Charpentier en 1882, voir t. IV, lettres 175 et 176.

2 Nous n’avons aucun renseignement sur le destinataire de cette lettre, Behm, qui était peut-être un journaliste allemand.

3 Zola paraît s’adresser à un journaliste qui voulait être le premier à révéler le sujet de L’Argent. Il avait déjà précisé le titre de son prochain roman au cours d’un entretien accordé, en novembre 1889, à un rédacteur du Gil Blas (Jehan des Ruelles, « Zola juré. Ses impressions », 22 novembre) ; vers le 1er avril 1890, il parla de ses intentions à Henri Bryois, du Figaro (« Les trois derniers livres des Rougon-Macquart, 2 avril). Il avait écrit les dernières lignes de La Bête humaine le 18 janvier 1890.
Devant Bryois, le romancier déclara : « Je ne sais rien encore de mon sujet. Quels seront mes personnages, je l’ignore. Ce que je puis assurer, c’est que, ces personnages une fois créés, animés, habillés, je les ferai s’agiter dans le métier des affaires et de la Bourse. […] J’ai pensé m’inspirer, un moment, des derniers événements financiers : l’Union Générale, les Métaux, Panama. Réflexion faite, j’y renonce. Mon action se passe sous l’Empire. L’affaire Mirès me semble indiquée. Je veux l’étudier consciencieusement dès aujourd’hui. »

4 Sur Émile Bergerat, le « Caliban » du Figaro, voir t. IV, lettre 115, n. 3.

5 Dans Le Figaro du 29 mars 1890, « Caliban » avait publié une chronique parodique intitulée « Le chapitre inédit de La Bête humaine ». S’étant étonné, écrivait-il, de ne rien trouver dans le nouveau roman de Zola sur les buffets de gare, il s’était « ouvert de son chagrin » à Georges Charpentier, qui lui avait communiqué un chapitre imprimé seulement dans les quarante exemplaires destinés aux membres de l’Académie française… Dans le prétendu chapitre, Jacques et Séverine commandent chacun, avec le seul plat qui reste au menu, une douzaine d’huîtres. Leur train va repartir dans vingttrois minutes. Au moment où il faut remonter en voiture, les huîtres ne sont toujours pas arrivées, et Jacques s’en plaint à la buffetière, qui se met à rire : « Quant aux huîtres, il n’y en avait pas. Il n’y en avait jamais eu, dans aucun buffet de chemin de fer. Il n’y avait que du roastbeef à la purée, toujours, partout, de Marseille à Dunkerque, pendant tout le second Empire. » Quoi qu’il en soit, Séverine n’a plus faim, l’odeur qui se dégage des cabinets situés à côté de la cuisine a « triomph[é] de celle de l’office »… Sur l’article de Bergerat, voir Pagès, 2009.

6 Les deux quotidiens étaient dirigés par Valentin Simond.

7 Le 1er juin 1890, Adolphe Tabarant (→ t. V, lettre 374, n. 1) avait écrit à Zola : « Vous souvenez-vous qu’il y a quelque temps je vous demandai, au nom de M. Simyan, directeur du Petit Lyonnais, l’un des grand journaux de Lyon, le droit de reproduire La Bête humaine ? Vous me répondîtes alors que votre contrat avec Le Radical vous mettait dans l’impossibilité de traiter avec quelque autre journal que ce fût […]. Or, voici que M. Simyan m’écrit que, Le Radical ayant bientôt achevé la publication de La Bête humaine, il serait temps de reprendre les pourparlers avec vous… » Et il ajoutait : « Le Petit Lyonnais, qui est un très vieux journal, fort bousculé en ces derniers temps par les changements de politique, hier encore boulangiste et aujourd’hui radical, a périclité nécessairement et réclame un bon coup d’épaule. M. Simyan s’efforce de le donner, et La Bête humaine l’y aiderait. Maintenant, M. Simyan voudrait être seul à publier l’ouvrage à Lyon… » (arch. familiales)
Le Radical avait commencé la publication de La Bête humaine dans son numéro daté du 14 avril. – Julien Simyan avait racheté Le Petit Lyonnais (quotidien fondé en 1871) en novembre 1889, après avoir été député radical de Cluny (Saône-et-Loire). Député de Mâcon de 1898 à 1921, puis sénateur, il fut sous-secrétaire d’État aux Postes et Télégraphes de 1906 à 1909, dans le premier cabinet Clemenceau.

8 Personnage non identifié. L’Écho de Lyon, quotidien républicain, avait été fondé en 1889. L’Annuaire de la Presse de 1891 indique seulement le nom du rédacteur en chef, Moretton.

9 Le roman ne fut pas reproduit dans Le Petit Lyonnais. Les numéros de 1890 de L’Écho de Lyon ne sont consultables ni à Lyon ni à Paris.

10 Zola répond au jeune secrétaire d’une société littéraire de Londres, l’Association littéraire italienne de Powis Square. Voir l’édition réalisée par Yannick Portebois et Dorothy Speirs dans Les Cahiers naturalistes.

11 Croiseau (ou Asseline) a écrit au recto de la feuille : « samedi 19 juillet à 9 h ½. »

12 Nous ne possédons pas la lettre de Montchal, qui était installé à Dresde depuis plusieurs semaines. Il avait peut-être déjà commencé à donner les conférences publiques dont il parla dans une lettre à Zola en date du 17 janvier 1892 : « Demain soir je donnerai la trentième et, au mois d’octobre prochain, j’aborderai le naturalisme. […] À côté de ces conférences qui font salle comble et qui occupent la presse allemande, je donne cinq cours d’histoire littéraire par semaine sur cinq époques différentes. Vous voyez cette gymnastique. Depuis un an et demi, j’ai fourni, sans interruption, un travail quotidien de dix-huit heures » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fo 322).

13 C’est-à-dire depuis son départ du Figaro, en septembre 1881 (→ lettre 165, n. 3).

14 C’est-à-dire à Rouen, le 23 novembre, lors de l’inauguration du monument élevé à Flaubert : voir t. VII, lettre 40. Zola répond ici à la lettre sans date que Maupassant venait de lui envoyer (→ ibid., n. 2), et où ce dernier écrivait, après les lignes citées dans le t. VII : « Je ne vois pas du tout en quoi cette lecture vous empêcherait de dire aussi quelque chose, et je sais que tout le monde serait très heureux de vous entendre » (Suffel, 1973, t. III, p. 183).

15 Pour la réponse de Maupassant, voir t. VII, lettre 42, n. 2.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search