Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1888

Texte intégral

280*. À Louis Montchal

1Médan, 11 janvier 1888

2Mon cher confrère,

  • 1 Le 9 janvier, Montchal avait écrit à Zola : « Le cordial souvenir que vous m’envoyez m’engage, m’e (...)
  • 2 Léon Bloy (1846-1917) étudia le dessin et fut d’abord commis d’architecte. Après avoir incliné un (...)

3Je suis très chagrin d’avoir à vous refuser ce que vous me demandez1. Mon refus n’atteint pas l’écrivain, votre ami2 : il n’est que le résultat d’un parti pris, d’une sorte de mesure générale. J’ai muré mon existence, je défends ma porte pour travailler à l’écart. En dix ans, il n’est pas entré chez moi quatre figures nouvelles. J’ai trop besoin de calme.

4Cela ne m’empêche pas de vous être reconnaissant de votre grande sympathie littéraire et d’avoir en haute estime vos solides convictions.

  • 3 Informé par Montchal de la réponse de Zola, Bloy écrivit à son ami, le 14 janvier : « Je me suis a (...)

5J’espère que nos bons rapports ne souffriront pas de ma sauvagerie3.

6Cordialement à vous.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fos 155-156.

280-A*. À Paul Alhaiza

7Médan, 12 janvier 1888

  • 4 Sur Paul Alhaiza, alors directeur du théâtre Molière de Bruxelles, voir t. VI, lettre 417, n. 1.

8Cher monsieur4,

9Je ne suis pas l’auteur de Tout pour l’honneur, je veux laisser à M. Henry Céard son droit absolu sur la pièce qu’il a tirée d’une de mes nouvelles.

  • 5 Cette lettre, que nous n’avons pas retrouvée, faisait suite au télégramme qu’Alhaiza avait envoyé (...)

10Ce que je puis faire, c’est d’envoyer votre lettre à mon ami, en l’appuyant5.

11Cordialement.

L.a.s., coll. Gérard Alhaiza.

281*. À Isaac Pavlovsky

12Médan, 19 janvier 1888

13Mon cher confrère,

  • 6 En l’absence de la lettre de Pavlovsky, nous n’avons pas pu identifier l’article en question. S’ag (...)
  • 7 Les Zola revinrent à Paris le 31 janvier 1888 : voir la lettre 283.

14Je serai très heureux de causer avec vous et de connaître l’article dont vous me parlez6. Comme je dois rester à la campagne jusqu’à la fin du mois, je vous écrirai, dès mon retour, pour vous fixer un rendez-vous7.

15Cordialement.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 36.

282*. À L’Événement

16Médan, 29 janvier 1888

17Monsieur,

18À partir du numéro de mardi matin, 31 janvier, veuillez m’adresser L’Événement rue Ballu, 23, Paris.

19Agréez, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s. (copie), arch. É. Z.

283*. À Isaac Pavlovsky

20[Paris] 4 février 1888

21Mon cher confrère,

  • 8 Voir la lettre 281.

22Si vous êtes libre demain dimanche, veuillez donc passer rue Ballu, 23. Je vous attendrai à quatre heures8.

23Cordialement.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 36.

284*. À Louis Montchal

24Paris, [après le 21 février 1888]

  • 9 Nous ne possédons pas la lettre de Montchal. La réponse de Zola, rédigée sur une carte de visite p (...)
  • 10 Montchal cherchait depuis plusieurs mois une correspondance dans un journal parisien. Le 9 juin 18 (...)

25Le Gil Blas, mon cher confrère, n’a jamais été plus encombré que depuis qu’il est vide. J’y suis peu puissant, ayant refusé d’y publier mon prochain roman9. Et puis, votre plus grand défaut est d’être en Suisse. Comment lutter contre les gaillards qui battent ici le pavé10 ?

26Cordialement.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 172.

285*. À Isaac Pavlovsky

27Paris, 8 mars 1888

28Mon cher confrère,

  • 11 Voir là-dessus t. VI, lettre 215. Le roman fut publié en feuilleton dans les Novosti et en volume (...)

29N’avez-vous reçu aucune réponse de Russie, au sujet de mon roman : Le Rêve ? Si vous avez une minute, venez donc en causer dimanche. Les conditions de la publication vont être spéciales11. Je serai chez moi à trois heures.

30Cordialement.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 37.

286*. À Ernest Flammarion

31Paris, 16 avril 1888

32Cher monsieur,

  • 12 Zola paraît répondre à une lettre non retrouvée d’Ernest Flammarion. Le 30 mars, ce dernier avait (...)
  • 13 Voir là-dessus l’Introduction biographique du t. VI, p. 23-25.

33Mon avis n’est pas du tout de retarder la publication de l’édition illustrée de La Terre, à moins que vous n’ayez des raisons spéciales12. Il vaut mieux ne pas laisser se calmer complètement l’émotion produite par l’apparition de l’œuvre13.

  • 14 Les Zola s’installèrent à Médan le 4 mai 1888.

34J’ai été tellement bousculé tous ces temps-ci, que je n’ai pu faire les corrections dont je vous ai parlé. Mais ces corrections ne portent que sur le milieu du roman, et vous pouvez commencer la composition. Dans quinze jours, dès que je serai à la campagne14, je ferai le petit travail promis et je vous enverrai l’exemplaire.

35J’espère, ces jours-ci, pouvoir vous aller serrer la main.

36Bien à vous.

L.a.s., fonds Flammarion, IMEC.
Parinet, 1992, p. 315 (extr.).

287*. À Joris-Karl Huysmans

37Paris, 21 avril 1888

  • 15 Voir t. VI, lettres 235-244.

38Mon cher ami, le Châtelet joue ce soir Germinal, contre mon absolue volonté. Je n’irai pas au théâtre, j’ai refusé mon service de première, et je regrette de ne pouvoir vous envoyer le fauteuil que je vous destinais15.

L.a.s. (copie), arch. É. Z.

288. À Marie Laurent

39[Paris] 21 avril 1888

  • 16 Selon le catalogue de vente, cette lettre, qui porte également la signature de William Busnach, es (...)

40Nous avons été absolument satisfaits, nous ne pouvions rêver un meilleur ensemble, depuis les rôles principaux jusqu’aux plus petits16. Et veuillez bien dire à tous combien il nous a été douloureux de vous quitter hier soir, en plein labeur, lorsque nous avions besoin de travailler encore et que la pièce n’était pas assez mûre pour être montrée à la presse. Et veuillez ajouter que notre chagrin sera plus grand de ne pouvoir être à vos côtés. C’est pour assister à votre succès, que nous aurions voulu être là, pour vous serrer les mains, pour vous acclamer avec tout le public.

41Merci, et merci d’avance de la victoire que vous allez tous remporter.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 20 avril 2005.

289*. À Isaac Pavlovsky

  • 17 Date du cachet postal.

42[Paris, 21 avril 188817]

43Mon cher confrère,

  • 18 Voir la lettre 287.

44Le Châtelet jouant Germinal contre ma volonté, je n’irai pas ce soir au théâtre et je m’excuse auprès de vous, à qui je ne puis envoyer de place18.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 37.

290. À Pierre Delpoux

45Médan, 26 mai 1888

  • 19 Zola répond à la lettre que Pierre Delpoux lui avait envoyée de Marseille, le 25 mai 1888. Delpoux (...)

46[Zola est flatté de la présidence d’honneur qu’on lui offre19.]

  • 20 Nous ne possédons pas de correspondance ultérieure entre Zola et Delpoux. Le projet de ce dernier (...)

47Mais, en vérité, il y en a d’autres qui me paraissent plus désignés que moi, et qui surtout vous seraient plus utiles. Pourquoi ne choisissez-vous pas parmi les enfants de Marseille, qui, de près ou de loin, ont connu Méry. Moi, je ne l’ai jamais approché, je suis d’une autre génération, enfin, je ne suis qu’un fils adoptif de la Provence. […] En outre, je vis très à l’écart, en dehors de la presse que j’ai quittée, sans influence effective, en pleine bataille, ce qui rend mon nom parfois très dangereux20.

Extr. de cat., vente Piasa du 20 novembre 2008.

291*. À Isaac Pavlovsky

48[Médan, 26 juin 1888]

  • 21 Nous ne possédons pas la lettre en question.

49Mon cher confrère, vous seriez bien aimable de me dire, en gros, ce que contient cette lettre, et de me transcrire l’adresse du signataire, pour que je puisse lui répondre, s’il y a lieu. Pardonnez-moi de vous imposer cette corvée. Vous êtes le seul Russe à qui je puisse la demander21.

50Mille fois merci, et bien à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 37.

292*. À Attilio Luzzatto

51Médan, 10 juillet 1888

  • 22 Sur Attilio Luzzatto, directeur de La Tribuna de Rome, voir t. IV, lettre 177, n. 1.

52Mon cher confrère22,

  • 23 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. VI (lettre 293) : nous pensions, en 1987, (...)

53Je ne puis autoriser la traduction en Italie d’une seule ligne du Rêve, tant que je n’aurai pas traité pour l’ouvrage entier avec un éditeur23.

54Je le regrette infiniment, et je vous prie d’agréer l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

L.a.s. (facs.), cat. vente Sotheby’s du 15 février 2002.

293. À Jean-François Raffaëlli

55[Médan, vers le 10 juillet 1888]

  • 24 Sur Raffaëlli, voir t. VII, lettre 250, n. 1 ; sur les relations entre lui et Zola, voir Newton, 1 (...)
  • 25 Ce message, rédigé sur une carte de visite portant l’adresse de Médan, doit dater de juillet 1888 (...)
  • 26 Il s’agit manifestement de deux textes que Zola avait publiés dans Le Messager de l’Europe en 1875 (...)

56Cher monsieur Raffaëlli24, ne vous inquiétez pas de mon retard. J’ai eu des tuiles, puis me voilà forcé d’aller passer trois jours à Paris25. Mais la semaine prochaine, vous aurez vos deux morceaux. Le pis est qu’il faut que je les fasse copier26.

57Bien à vous.

Traces écrites, février 2007, http://www.traces-ecrites.com.

294. À Louis Planquette

58Médan, 19 juillet 1888

59[Zola confirme avoir]

  • 27 Voir la lettre 274. Zola paraît s’adresser ici à l’agréé versaillais Louis Planquette.
  • 28 Voir la lettre 125, n. 1.

60[…] le mémoire de MM. Huan et Galli, fumistes27, arrêté par mon vérificateur, M. Croiseau28, à la somme de 3011.18. En outre, j’ai entre les mains trois reçus des acomptes touchés par MM. Huan et Galli, montant à la somme de deux mille cinq cents francs.

61[Il leur doit donc]

62[…] une somme de cinq cent onze francs. […] Mais je ne puis vous envoyer cette somme ainsi. Il faut, pour la régularité, que vous ayez l’obligeance de la faire toucher [par] quelqu’un qui aura le droit de m’acquitter le mémoire. Nous déchirerons les reçus, et l’affaire sera terminée.

Extr., cat. libr. de l’Abbaye-Pinault, janvier 2007.

295. À Victorien Sardou

63Médan, 3 août 1888

  • 29 Zola répond aux propos fort désobligeants que le journaliste Mario Fenouil avait prêtés à Victorie (...)
  • 30 Le 4 août, Le Gaulois publia la lettre suivante, que Sardou avait adressée, le 2, à Arthur Meyer, (...)

64Vraiment […], mon attitude vous paraît équivoque ? Et moi qui la trouve si nette et si crâne29 ! Cela démontre que, pour juger les choses, il faut qu’elles soient. Attendez que je me présente à l’Académie, et si j’ai démérité, votre droit, seulement alors, sera de le dire30.

65Quand même cordialement à vous.

Extr. de cat., arch. É. Z.

296. À Maxime Boucheron

66[Médan, 6 août 1888]

  • 31 Maxime Boucheron (1846-1896) collabora au Figaro et à L’Écho de Paris et connut le succès comme li (...)

67Croyez-vous, mon cher confrère31, que Mes-Bottes serait vexé à ce point de l’entrée de son auteur à l’Académie ?

  • 32 Dans le numéro de L’Écho de Paris daté du 7 août (et paru le 6), Boucheron avait publié, sous le t (...)

68Vous ne savez donc pas que, sous la Commune, il s’est mis dans l’Intendance, pour l’amour immodéré du galon qui le dévore, comme tous les Français32.

69Cordialement à vous.

L’Écho de Paris, 9 août 1888.

297*. À Samuel Fischer

70Paris, 3 novembre 1888

  • 33 Cette lettre est adressée à l’éditeur berlinois Samuel Fischer, qui avait acheté, en juillet 1888, (...)

71Monsieur33,

72Je reçois l’exemplaire du Rêve, en langue allemande, édité par vous, et l’exécution me paraît parfaite. Je vous remercie donc des soins que vous avez apportés à cette édition.

  • 34 Le projet ne semble pas avoir eu de suite.

73Quant à une édition illustrée, elle pourrait donner sans doute d’excellents résultats. Mais c’est vous surtout qui pouvez juger de l’opportunité de cette publication34.

  • 35 Nous ne possédons pas de correspondance à ce sujet. Les catalogues de la librairie allemande signa (...)

74J’ai un regret, c’est de n’avoir pas reçu votre lettre plus tôt, car je suis déjà en pourparlers, avec M. Louis Selar, de Berlin, pour une adaptation dramatique du Rêve35. Vous n’avez acheté que la traduction du roman, j’étais absolument maître de la pièce. Pourquoi ne vous êtes-vous pas mis en rapport avec moi plus tôt ?

75Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., Lilly Library, Indiana University, U. S. A.

Notes

1 Le 9 janvier, Montchal avait écrit à Zola : « Le cordial souvenir que vous m’envoyez m’engage, m’encourage, à vous adresser une requête. Vous voir cinq minutes – lorsque je vous vois – par année me paraît tout à fait insuffisant, et ma prose me semble trop insipide pour que j’ose souvent vous en importuner. Pourtant il me serait bien doux de pouvoir vous jeter de temps à autre quelques-uns de mes cris d’admiration. À Paris, je ne connais qu’un homme capable de vous traduire mes sentiments. Ce courageux artiste et ce parfait honnête homme a vite compris que mon admiration plus que littéraire pour Émile Zola n’était pas le fait d’un imbécile. Il y a six mois, j’ai eu la triomphante satisfaction de le voir vous rendre une spontanée justice. Alors je me suis promis de saisir la première occasion pour formuler cette requête : m’autoriser à vous envoyer quelquefois des nouvelles de votre admirateur genevois par son ami, son ‘frère’ très cher, Léon Bloy, dont le tempérament d’écrivain doit, malgré tout, vous être comme à moi sympathique » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fo 318).
La correspondance de Bloy avec les époux Montchal et leur amie Henriette L’Huillier nous apprend qu’en réalité Montchal et lui « conspir [aient] contre la bourse » de Zola (Bloy, 1947, p. 396) : informé par Huysmans de la générosité du romancier, Bloy, toujours tenaillé par la misère, espérait en obtenir un secours par le biais de Montchal, qui devait paraître agir en son nom propre. Le 12 janvier 1888, Bloy écrivit à Henriette L’Huillier : « Huysmans m’avait dit, à peu près, que Zola a un tel souvenir de son ancienne misère, un tel oubli des injures et une si profonde sympathie pour les véritables tenants de l’art, qu’il n’hésiterait pas une seconde à me secourir d’une somme assez importante si ma détresse lui était connue et qu’un intermédiaire délicat vînt à s’offrir (ibid., p. 395).

2 Léon Bloy (1846-1917) étudia le dessin et fut d’abord commis d’architecte. Après avoir incliné un moment vers le babouvisme, il subit l’influence de Barbey d’Aurevilly, qu’il rencontra en décembre 1867 ; converti par lui en 1869, il ordonna désormais sa vie autour d’un catholicisme mystique et visionnaire. Il collabora brièvement à L’Univers de Louis Veuillot, puis publia dans Le Chat noir, de 1882 à 1884, les violents articles de critique littéraire qui furent recueillis dans ses Propos d’un entrepreneur de démolitions : c’est ce volume qui suscita, en septembre 1884, l’admiration de Louis Montchal. Il écrivit par la suite deux romans autobiographiques, Le Désespéré (1887), dont la première édition est dédiée à Montchal, et La Femme pauvre (1897), ainsi que deux recueils de nouvelles, Sueur de sang (1893) et Histoires désobligeantes (1894). À partir de 1892, il tint un journal, dont il fit paraître des extraits de son vivant : Le Mendiant ingrat (1898), Mon Journal (1904), Quatre ans de captivité à Cochons-sur-Marne (1905) et L’Invendable (1909). Citons également, parmi une quarantaine de titres, des écrits polémiques – Le Salut par les juifs (1906), où il s’élève contre l’antisémitisme lié à l’affaire Dreyfus, et Exégèse des lieux communs (1913), satire du discours stéréotypé de la bourgeoisie –, ainsi que des essais historiques fondés dans l’idée que l’action des héros privilégiés suit un ordre providentiel : Le Révélateur du globe (1884), L’Âme de Napoléon (1912), Jeanne d’Arc et l’Allemagne (1915).
Adversaire implacable de l’école réaliste et naturaliste, Bloy fit pourtant l’éloge de Zola, sous le titre « Antée », dans le Gil Blas du 21 janvier 1889 (« Pour ne parler que de L’Assommoir – l’un des cinq ou six chefs-d’œuvre du siècle – où donc est le livre contemporain qui regarde ainsi le pauvre monde perdu dans les profondeurs, qui l’enveloppe avec cet amour, qui le comprenne avec cette foi et qui le fasse connaître avec cette intensité ? »). Et en 1891, dans une conférence de la série intitulée Les Funérailles du naturalisme, il attaqua le « décorateur prodigieux, l’un des plus puissants qui aient existé » et le « Napoléon de la fange » (2001, p. 41, 42), sans renier entièrement son article de 1889. Mais en septembre 1894, il éreinta Lourdes dans le Mercure de France, sous le titre « Le Crétin des Pyrénées », puis, en 1900, dans une brochure intitulée Je m’accuse (il s’accusait, expliquait-il, d’avoir « prostitu[é] le nom d’‘Antée’ à Émile Zola, supposant une grandeur – matérielle seulement, il est vrai, – à cet avorton » [p. 11]), il se déchaîna contre Fécondité et contre la campagne de Zola en faveur d’Alfred Dreyfus. Sur Bloy et Zola, voir l’édition de Je m’accuse procurée par Michèle Fontana (2003).

3 Informé par Montchal de la réponse de Zola, Bloy écrivit à son ami, le 14 janvier : « Je me suis assez humilié dans le cours de ma vie pour la rédemption des autres et je n’ai pas le cœur de m’humilier pour mon propre compte. Je suis donc très content que Zola refuse de me voir » (1947, p. 396). Le 14 juillet 1892, cependant, comme il le raconte dans son Journal (1999, p. 31-32), il se rendit à Médan pour demander au romancier de racheter les quelque soixante lettres que Barbey d’Aurevilly lui avait adressées, et qu’il avait dû mettre en gage. Zola refusa de nouveau de le voir.
Quant à Montchal, il revint à Médan le 19 juillet 1888. Le lendemain, il écrivit à Zola : « Dans notre réconfortante entrevue d’hier, cher maître, nous avons parlé de Léon Bloy sans un traître mot de son livre. Vous savez mon admiration pour votre judiciaire, je vous envoie donc Le Désespéré. Le Rêve terminé, peut-être voudrez-vous être le seul qui ait jugé cette œuvre » (arch. familiales).

4 Sur Paul Alhaiza, alors directeur du théâtre Molière de Bruxelles, voir t. VI, lettre 417, n. 1.

5 Cette lettre, que nous n’avons pas retrouvée, faisait suite au télégramme qu’Alhaiza avait envoyé à Céard le 7 janvier 1887. Tout pour l’honneur fut créé au théâtre Molière le 26 janvier. Voir t. VI, lettres 195 et 203.

6 En l’absence de la lettre de Pavlovsky, nous n’avons pas pu identifier l’article en question. S’agirait-il d’un article paru en Russie sur La Terre ?

7 Les Zola revinrent à Paris le 31 janvier 1888 : voir la lettre 283.

8 Voir la lettre 281.

9 Nous ne possédons pas la lettre de Montchal. La réponse de Zola, rédigée sur une carte de visite portant l’adresse de la rue Ballu, est sans doute postérieure au 21 février 1888, date à laquelle le romancier apprit à Ernst Ziegler que Le Rêve allait paraître dans La Revue illustrée (t. VI, lettre 215). On se rappelle que ses cinq romans précédents avaient été publiés en feuilleton dans le Gil Blas.

10 Montchal cherchait depuis plusieurs mois une correspondance dans un journal parisien. Le 9 juin 1887, il avait écrit à Zola : « Ce que je fais ? Peuh !… Je me fais des ennemis qui m’ont rogné le tiers de mon salaire, qui me prennent pour une somme infime 8 heures par jour ; incapable d’entreprendre une œuvre dans ces conditions, je m’éparpille dans les journaux. Au moins si je parvenais à attraper une correspondance fructueuse soit au Figaro soit au Matin. Après plusieurs tentatives, j’ai dû renoncer à saisir cette perche » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fo 311). Le 24 novembre, il avait adressé au romancier ces lignes : « Je cherche à m’esquiver de cette caverne de… calvinistes. C’est égal, il vous faut une fière dose de philosophie pour dédaigner ainsi l’injustice et la mauvaise foi des hommes ! » (ibid., fo 315)

11 Voir là-dessus t. VI, lettre 215. Le roman fut publié en feuilleton dans les Novosti et en volume par un journal de Kiev, Zaria. Nous ne savons pas si Zola avait autorisé ces traductions.

12 Zola paraît répondre à une lettre non retrouvée d’Ernest Flammarion. Le 30 mars, ce dernier avait demandé au romancier de lui envoyer son « exemplaire corrigé » de La Terre, « ou une partie si tout n’[était] pas terminé » (→ t. VI, lettre 196, n. 2). Sur l’édition Marpon et Flammarion, qui commença à paraître en février 1889, voir la même lettre, n. 1.

13 Voir là-dessus l’Introduction biographique du t. VI, p. 23-25.

14 Les Zola s’installèrent à Médan le 4 mai 1888.

15 Voir t. VI, lettres 235-244.

16 Selon le catalogue de vente, cette lettre, qui porte également la signature de William Busnach, est adressée à la « directrice » de la troupe qui allait jouer au théâtre du Châtelet, le 21 avril 1888, le drame tiré de Germinal (→ lettre précédente). Il doit s’agir, en réalité, de la doyenne des interprètes, Marie Laurent, qui incarnait la Maheude. C’est également par son entremise que Zola avait félicité les acteurs du Ventre de Paris, après la centième représentation de la pièce (t. VI, lettre 86), ainsi que ceux de Thérèse Raquin, en 1873 (t. II, lettre 170).

17 Date du cachet postal.

18 Voir la lettre 287.

19 Zola répond à la lettre que Pierre Delpoux lui avait envoyée de Marseille, le 25 mai 1888. Delpoux était le « président-promoteur » d’un comité qui venait de se constituer dans cette ville dans le but d’y ériger une statue en bronze de l’écrivain Joseph Méry. « Je viens vous prier, écrivait-il, de vouloir bien accepter la présidence d’honneur de notre comité. […] C’est grâce à votre appui, c’est grâce à l’exemple que vous donnerez, que les enfants de la vieille cité phocéenne contribueront pour la plus large part à la souscription que nous allons ouvrir aussitôt que nous aurons reçu votre précieuse adhésion » (arch. familiales).
Nous avons peu de renseignements sur Pierre Delpoux. Auteur de La Campagne d’Afrique (Bordeaux, 1880), il avait dirigé à Marseille, de 1885 à 1886, Notre siècle, revue littéraire, artistique et scientifique publiée par les soins de l’Académie provinciale.
Joseph Méry (1797-1866) débuta dans le journalisme à Marseille, sa ville natale. Venu à Paris en 1824, il collabora notamment au premier Nain jaune. Il écrivit sous la Restauration, avec son compatriote Auguste Barthélemy, des poèmes bonapartistes et des satires politiques en vers. Après la révolution de Juillet, il publia surtout des contes et des nouvelles, qui obtinrent un succès énorme : citons La Chasse au chastre, paru en librairie en 1853, et des recueils de « contes nocturnes » : Les Nuits anglaises et Les Nuits italiennes (1853), Les Nuits d’Orient et Les Nuite espagnoles (1854). Il laissa aussi de nombreux romans, dont Héva (1843), La Floride (1844), La Guerre de Nizam (1847), ainsi que des comédies et des drames, dont deux écrits en collaboration avec Gérard de Nerval : Le Chariot d’enfant (Odéon, 1850) et L’Imagier de Harlem (Porte-Saint-Martin, 1851).

20 Nous ne possédons pas de correspondance ultérieure entre Zola et Delpoux. Le projet de ce dernier n’aboutit pas.

21 Nous ne possédons pas la lettre en question.

22 Sur Attilio Luzzatto, directeur de La Tribuna de Rome, voir t. IV, lettre 177, n. 1.

23 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. VI (lettre 293) : nous pensions, en 1987, que le destinataire était Pilade Pollazzi, directeur de La Scena illustrata. En fait, Zola finit par autoriser Luzzatto à publier Le Rêve dans La Tribuna avant de trouver un éditeur italien pour le volume.

24 Sur Raffaëlli, voir t. VII, lettre 250, n. 1 ; sur les relations entre lui et Zola, voir Newton, 1992.

25 Ce message, rédigé sur une carte de visite portant l’adresse de Médan, doit dater de juillet 1888 (→ n. 3). Or, Zola allait se trouver à Paris du 11 au 14 juillet (→ t. VI, lettres 277 et 279). Le 13 juillet, date officielle de sa nomination dans la Légion d’honneur, il allait recevoir sa croix dans le salon de Marguerite Charpentier.

26 Il s’agit manifestement de deux textes que Zola avait publiés dans Le Messager de l’Europe en 1875 et en 1877, respectivement : la première partie (« Lundi ») de « La semaine d’une Parisienne » (O.C., t. IX, p. 937-940) et « Une farce » (ibid., p. 1082-1087). Le second texte allait paraître l’année suivante, sous le titre « Bohèmes en villégiature », dans Les Types de Paris, album illustré que les éditeurs Plon et Nourrit avaient commandé à Raffaëlli.
Raffaëlli avait annoncé le projet de l’album à Octave Mirbeau au milieu de juin 1888 (Michel, 1993, p. 41). Dans une lettre datée de « jeudi », il avait écrit à Zola : « Je n’ai pas besoin de vous dire que celle des quatre études que vous voudrez bien m’envoyer serait la bienvenue. Cependant, puisque vous voulez bien dans tout cela apporter une extrême bienveillance et beaucoup d’amabilité, je vous demanderai de m’envoyer la nouvelle ‘que Le Figaro n’a pas donnée’ et ‘la journée d’une petite baronne : promenade au bois l’après-midi et dîner en ville le soir’. Je verrai laquelle de ces deux choses conviendra le mieux pour mon album et, par retour de courrier, je vous renverrai l’autre » (BNF, MSS, n.a.f. 24523, fo 152).
Raffaëlli écrivit de nouveau à Zola le 29 juillet. Après l’avoir félicité pour sa décoration, il précisa : « Une épreuve de la petite nouvelle que vous avez bien voulu m’offrir vous sera envoyée ces jours-ci. Pour ce qui est de votre copie, je vous dirai que je pense faire relier les copies qui m’ont été données, mais vous désirez conserver la vôtre et je vous la renverrai ces jours-ci, mais pas avant d’en avoir fait faire une reproduction photographique en fac-similé, que je joindrai sous cette forme à mes autographes » (ibid., fo 147).
En janvier 1888, « Une farce » avait paru dans une Anthologie contemporaine des écrivains français et belges, publiée à Bruxelles et à Paris sous la direction d’Albert de Nocée (deuxième série, p. 3-7). L’album de Raffaëlli, recueil de 21 textes de différents auteurs, dont Bourget, Céard, Daudet, Goncourt, Huysmans, Mallarmé, Maupassant, Mirbeau et Zola, fut publié en dix livraisons à partir du 1er février 1889. La nouvelle de Zola se trouve dans la deuxième livraison, p. 17-26.

27 Voir la lettre 274. Zola paraît s’adresser ici à l’agréé versaillais Louis Planquette.

28 Voir la lettre 125, n. 1.

29 Zola répond aux propos fort désobligeants que le journaliste Mario Fenouil avait prêtés à Victorien Sardou dans Le Gaulois du 2 août, sous le titre « Zola devant Sardou » (→ t. VI, lettre 296, n. 2). Invité à donner son « impression personnelle » sur la candidature du romancier à l’Académie française, Sardou aurait répondu : « Vous croyez donc à cette candidature ?… Mais je la trouve folichonne, fantaisiste et, pardonnez-moi l’expression, ‘abracadabrante’. Quoi ! parce que M. Zola éprouve le besoin de ‘s’assagir’, comme il le dit, d’abandonner sa fière posture d’isolé, de Don Quichotte, est-ce une raison pour déterminer l’Académie à lui ouvrir toute grandes les portes d’un asile sur lequel il aura craché et bavé impunément ? Et puis, quel est le bagage académique de M. Zola ? Des œuvres absolument inconvenantes et, au théâtre, trois ou quatre chutes retentissantes ! »

30 Le 4 août, Le Gaulois publia la lettre suivante, que Sardou avait adressée, le 2, à Arthur Meyer, le directeur du quotidien : « Le pire inconvénient du reportage, c’est qu’il excelle à prêter aux gens des propos qu’ils n’ont pas tenus, ou à reproduire leur langage dans des termes qui en changent et en dénaturent le sens. La conversation que Le Gaulois m’attribue, ce matin, sur le compte de M. Zola en est une nouvelle preuve, et je vous prie de le constater en insérant ce petit mot. »

31 Maxime Boucheron (1846-1896) collabora au Figaro et à L’Écho de Paris et connut le succès comme librettiste et auteur de vaudevilles : citons Le Billet de logement (avec Paul Burani, musique de Léon Vasseur ; Fantaisies-Parisiennes, 1879), Cocard et Bicoquet (avec Hippolyte Raymond ; Renaissance, 1888), Mimi (avec Raymond ; Nouveautés, 1888), Les Forains (avec Antony Mars, musique de Louis Varney ; Bouffes-Parisiens, 1894). Il laissa également une étude sur le théâtre, La Divine Comédie… française (1888), et un roman, Le Roi des bonneteurs (1890).

32 Dans le numéro de L’Écho de Paris daté du 7 août (et paru le 6), Boucheron avait publié, sous le titre « Chez Mes-Bottes », une interview imaginaire du personnage de L’Assommoir sur les intentions académiques de Zola : « M’en parlez pas, nom de D… ! s’écriait Mes-Bottes, j’en ferai une maladie, pour sûr ! » Et à la question « Que pensezvous de la situation de Zola au milieu des Immortels ? », il répondait : « Immortels !… de quoi : Immortels, ça claque comme des mouches et ça se dit immortels… Ah ! Mince de sapin !… C’est le vieux Bazouge que ce mot-là fait rigoler… ce qu’il a reconduit, de ces immortels-là !… Enfin, suffit, on sait ce qu’on sait… Il paraît que c’est leurs livres qui ne meurent pas… Cré !… blague !… Il y en a plus de la moitié qu’on ne lit même pas de leur vivant… Tandis que Zola, lui, est-ce que tout le monde ne l’a pas lu sans qu’il ait besoin de traverser le pont des Aveugles et des tondeurs de chiens ?… D’abord, est-il sûr d’être nommé académicien ?… Voilà ce que les plus malins ne peuvent pas dire !… Il paraît que c’est très difficile d’entrer là-dedans quand on a des titres… Je me suis même laissé dire par Lantier, une vieille crapule qui sait tout, que ça ne nuisait pas pour y arriver, d’être un peu de la police. »

33 Cette lettre est adressée à l’éditeur berlinois Samuel Fischer, qui avait acheté, en juillet 1888, les droits de traduction en allemand du Rêve (→ t. VI, lettre 232, n. 2).
Né en Slovaquie, Samuel Fischer (1859-1934) vécut à Vienne avant de se fixer à Berlin, où il fonda, en septembre 1886, la maison d’édition qui porte toujours son nom, le Fischer Verlag. Il se fit connaître en publiant les œuvres de divers auteurs étrangers, dont Tolstoï, Dostoïevski et Ibsen, et soutint la célèbre Freie Bühne, que son ami Otto Brahm avait créée, en 1889, à l’imitation du Théâtre Libre d’Antoine : il fut l’éditeur de la revue de Brahm, Freie Bühne für modernes Leben (qui devint plus tard Die Neue Rundschau), ainsi que des pièces de Gerhart Hauptmann et d’Arthur Schnitzler. Il devint ensuite l’éditeur de Hugo von Hofmannstahl, de Thomas Mann et de Sigmund Freud. – Nous n’avons retrouvé aucune lettre de Fischer à Zola.

34 Le projet ne semble pas avoir eu de suite.

35 Nous ne possédons pas de correspondance à ce sujet. Les catalogues de la librairie allemande signalent un seul ouvrage signé de Louis von Selar : Frauenlist (Ruses féminines), comédie en un acte publiée à Berlin en 1876.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search