Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1887

Texte intégral

266*. À Arsène Alexandre ?

  • 1 Pour la datation, voir l’édition réalisée par Christoph Oberle dans Les Cahiers naturalistes. Par (...)

1Paris, 4 janvier 188[7]1

  • 2 Le destinataire de cette lettre est peut-être Arsène Alexandre, alors rédacteur à L’Événement : vo (...)

2Mon cher confrère2,

3Si vous désirez me voir, je suis à votre disposition demain soir mercredi, à 9 h. Je prends cette heure tardive pour que vous ayez le temps de recevoir cette lettre au journal.

4Bien à vous.

L.a.s., Médiathèque de Melun, fonds Auguste Vincent. Oberle, 2005, p. 160.

267*. À Isaac Pavlovsky

  • 3 Date du cachet postal.

5[Paris, 10 janvier 18873]

  • 4 Le 5 janvier 1887, Pavlovsky avait écrit à Zola : « Je voudrais vous voir pour vous interviewer à (...)
  • 5 Cf. t. VI, lettres 8 et 14.

6Je suis rentré à Paris et je suis tout prêt à vous donner quelques notes, un soir, vers neuf heures4. Mais le roman ne doit paraître que dans trois ou quatre mois, peut-être davantage. Ne vaudrait-il pas mieux attendre5 ?

7Bien à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 35.

268. À Charles Chincholle

  • 6 Par inadvertance, Zola a daté sa lettre du 31 avril 1887. Le destinataire en est Charles Chincholl (...)

8Paris, 31 [mars] 18876

  • 7 Il s’agit de Jacques Damour, que le Théâtre Libre avait joué la veille, lors de sa soirée inaugura (...)
  • 8 Prével avait donné le programme de la soirée inaugurale dans le « Courrier des théâtres » du 30 ma (...)

9Ayez donc l’obligeance de remettre à Prével une note constatant le succès de cette pièce d’Hennique7. Demandez-lui en mon nom de l’insérer, et dites-lui que je lui en serai très reconnaissant8. Comme Le Figaro a annoncé la représentation, il peut, je crois, en donner le résultat. Vous savez pourquoi je tiens à ce que les directeurs des grands théâtres sachent l’accueil vrai fait à ce petit acte.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 107 (novembre 2003).

269*. À Alfred Douane

10Paris, 9 avril 1887

  • 9 Sur Alfred Douane, voir t. VI, lettre 245, n. 2.

11Monsieur9,

  • 10 Sur ce bal, qui allait fêter, le soir même, le succès du drame tiré du Ventre de Paris, voir t. VI (...)

12Je vous remercie vivement tous deux, M. Georges Blavet et vous, de votre aimable invitation au bal du Ventre de Paris10. Mais j’ai le bien vif regret de ne pouvoir m’y rendre. Je suis si souffrant et si occupé, en ce moment, que toute sortie de nuit m’est interdite. Après avoir espéré jusqu’à ce matin être assez gaillard pour ce soir, je dois me résigner à ne vous envoyer qu’une cordiale poignée de main.

L.a.s., anc. coll. Maximilian Krauss.

270. À Ernst Ziegler

13Médan, 28 avril 1887

  • 11 Cette lettre fait suite à celle que Zola avait envoyée à Ziegler le 22 avril (t. VI, lettre 71) et (...)
  • 12 « Quant à La Terre, écrivait Ziegler dans sa lettre du 26 avril, nous n’avons pas réussi, le temps (...)
  • 13 Voir t. VI, lettre 71, n. 9.

14Je vous ai envoyé hier les trois premiers placards de La Terre en triple exemplaire11. […] C’est tant pis si les affaires sont mauvaises12. Je sais que vous faites tous vos efforts pour qu’elles soient bonnes. Ne vous occupez plus de l’Espagne, car je suis certain, moi, d’y avoir deux mille francs13. Me voici à la campagne et au travail déjà. Je suis très content de ma bataille de Renée, car toute une réaction de sympathie se fait autour de moi. J’ai toujours avancé ainsi, au milieu des injures et dans un massacre. Mes défaites sont devenues des victoires.

  • 14 « Quant à Renée, poursuivait Ziegler dans sa lettre précitée, je serais fort curieux de connaître (...)

15Comme je vais imprimer prochainement la pièce, je vous en adresserai tout de suite un exemplaire14.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot des 29-31 mai 2007.

271*. À Eugène Croiseau

16Paris, 1er juin 1887

17Monsieur,

  • 15 Voir la lettre 264.
  • 16 Croiseau (ou Asseline) a écrit sur la feuille : « Vérifications s. place samedi 11 juin 87, Villen (...)

18Je crois qu’il serait temps que M. Asseline vînt commencer ici la vérification des travaux dont je vous ai remis les mémoires15. Je désire être présent, et peut-être quitterai-je Médan en juillet16.

19Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes meilleurs sentiments.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 262-263.

272. À Marius Roux

20Médan, 16 juin 1887

21Mon cher ami,

  • 17 Nous ne possédons pas la lettre de Roux, à qui Zola écrivit de nouveau une semaine plus tard (t. V (...)
  • 18 Pour se rendre à Médan, on pouvait prendre une voiture à la gare de Poissy.

22Nous serons très heureux de vous avoir le dimanche où il vous plaira17. […] Nous n’avons encore ni cheval ni voiture, il te faudra descendre à Poissy, dans le cas où la course à pied t’effrayerait18.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 4 octobre 2005.

272-A. Destinataire inconnu

23Médan, 7 juillet 1887

  • 19 Selon Maurice Le Blond, il avait été tiré sur chine, pour la première édition Charpentier, cinq ex (...)
  • 20 L’édition ne varietur des Œuvres complètes parut chez Fasquelle en 1906. Les 32 tomes étaient illu (...)

24Il a été tiré de mes romans, après L’Assommoir, des exemplaires sur Japon et sur Chine19, dont quelques-uns doivent circuler encore dans le commerce. Une édition de luxe sera faite des Rougon-Macquart, mais quand ? Je l’ignore moi-même. En tous cas, comme il s’agira de vingt volumes, elle demandera des années20.

Extr., vente Piasa du 23 juin 2009.

273. Destinataire inconnu

25Médan, 12 juillet 1887

  • 21 Nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola répond. La Terre paraissait dans le Gil Blas depui (...)

26Je suis très sensible à votre bonne sympathie littéraire, et je vous remercie du document que vous voulez bien m’envoyer. Du reste j’ai mis dans La Terre uniquement des faits qui s’étaient passés sous mes yeux21.

Extr. de cat., vente Piasa du 20 novembre 2008.

274*. À Eugène Croiseau

27Médan, 20 juillet 1887

28Monsieur,

  • 22 Étienne Huan et Auguste Galli avaient installé à Médan, en 1886, un four défectueux. Voir, dans le (...)

29Dans la première vacation que fera chez moi M. Asseline, je désire qu’il vérifie le mémoire de MM. Huan et Galli, fumistes, à Poissy, 30 rue de Paris. Qu’il convoque ces messieurs, il trouvera le mémoire ici. Ce mémoire m’est envoyé par un syndic, car la maison est en faillite et la vérification presse22. Je vous serai donc obligé si vous voulez bien envoyer M. Asseline le plus tôt possible.

30Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 263.

275*. À Isaac Pavlovsky

  • 23 Date du cachet postal.

31[Médan, 28 août 188723]

  • 24 Souvenirs sur Tourguéneff venait de paraître chez Albert Savine. Sur ce livre de Pavlovsky, voir t (...)

32Avec mes bien vifs remerciements pour l’aimable envoi du Souvenirs sur Tourguéneff dont la lecture m’a beaucoup intéressé24.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 35.

276*. À Isaac Pavlovsky

33[Royan], 5 septembre 1887

34Mon cher confrère,

  • 25 Nous ne possédons pas cette lettre. Les Zola se trouvaient à Royan depuis le 1er septembre : sur l (...)
  • 26 Zola allait bientôt écrire, dans l’ébauche du Rêve : « Je voudrais faire un livre qu’on n’attende (...)

35Votre lettre m’arrive loin de Paris25, et naturellement je ne puis causer de si loin avec vous. J’aurais aimé vous donner mon opinion de vive voix, et si je ne vous l’écris pas, c’est que je suis ici pour me reposer et non pour travailler. Mais, en bloc, je serais bien surpris si la littérature en France retournait au spiritualisme, car ni la philosophie, ni la science, ni l’opinion publique ne sont orientées de ce côté. Il peut y avoir une réaction contre nous, ma conviction est qu’elle sera de courte durée26.

36Cordialement.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 36.

276-A*. À William Busnach

37Royan, 23 septembre 1887

  • 27 Voir la lettre précédente, n. 1. Les Zola rentrèrent à Paris le 9 octobre. Le romancier paraît rép (...)

38[Zola ne rentrera que début octobre27.]

  • 28 Busnach espérait que le nouveau ministre de l’Instruction publique, Eugène Spuller, allait lever l (...)
  • 29 Sur Eugène Spuller, voir t. II, lettre 105, n. 4. Alors député de Beaune, il était devenu ministre (...)
  • 30 Pour la suite, voir t. VI, lettre 158, et dans ce supplément les lettres 287 et 288. Sur les adapt (...)

39Tout de suite, je vous donnerai rendez-vous, et nous causerons de Germinal28. Nous ferons comme il vous plaira. Mais il y a un bien grave écueil à trop expurger la pièce : c’est de présenter au public une œuvre vide et fade. Puis, il serait absolument nécessaire de connaître les exigences de la censure. Je serais d’avis que vous vissiez tout de suite les messieurs, en leur faisant connaître la réponse de Spuller29 et en leur demandant quels sacrifices ils exigent pour autoriser la pièce. Du moins, nous serions fixés, nous ne marcherions pas à tâtons30.

40Enfin, à bientôt, et l’on verra.

41Amitiés.

Extr. de cat. (facs.), vente Hôtel Drouot du 25 novembre 2009.

277*. À Louis Montchal

  • 31 Zola paraît répondre, de Royan, à une lettre de Montchal datée du 22 septembre 1887. Sa réponse es (...)

42[Royan, fin septembre 188731]

  • 32 Faisant allusion au « manifeste des Cinq » contre La Terre (→ t. VI, lettre 119), Montchal écrivai (...)

43Mille remerciements de votre bonne poignée de main. L’affaire a fait ici un bruit de tous les diables, et elle m’a grandi un peu plus, voilà tout32.

44Amitiés.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 170.

278. Destinataire inconnu

45[après le 15 novembre 1887]

  • 33 Cette lettre, qui a trait au personnage de La Terre surnommé Jésus-Christ, est adressée, selon le (...)
  • 34 En août 1896, au cours d’un entretien avec Zola sur le décret de la Congrégation de l’Index frappa (...)

46Vous n’avez pas à défendre Jésus-Christ que je n’attaque pas33. Ce surnom de Jésus-Christ est assez usité dans nos campagnes, et je l’ai pris sans intention sacrilège, comme pittoresque34.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 13 juin 1994.

279*. À Eugène Croiseau

47Paris, 12 décembre 1887

48Monsieur,

  • 35 La maison avait installé à Médan un nouveau système d’éclairage au gaz (→ t. V, lettres 343 et 348 (...)

49Je vous prie d’arrêter le plus promptement possible le règlement de MM. H. Beau et Bertrand-Taillet35, car ces messieurs m’écrivent pour me demander un acompte, et je désire acquitter leurs mémoires tout de suite.

50Je joins à cette lettre un petit mémoire de M. Burneron que je vous prie de vérifier, en tenant comme exactes les mesures. C’est un oubli qu’il a fait, dit-il, dans un mémoire ancien.

51Agréez, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 263.

Notes

1 Pour la datation, voir l’édition réalisée par Christoph Oberle dans Les Cahiers naturalistes. Par inadvertance, Zola a écrit 1886.

2 Le destinataire de cette lettre est peut-être Arsène Alexandre, alors rédacteur à L’Événement : voir t. VI, lettre 6.

3 Date du cachet postal.

4 Le 5 janvier 1887, Pavlovsky avait écrit à Zola : « Je voudrais vous voir pour vous interviewer à propos de votre dernier roman pour les Novoié Vrémia. Aurez-vous la bonté de me dire si vous pouvez me recevoir prochainement un jour où vous serez à Paris, ou bien s’il vous sera plus commode que j’aille à Médan ? » (arch. familiales)

5 Cf. t. VI, lettres 8 et 14.

6 Par inadvertance, Zola a daté sa lettre du 31 avril 1887. Le destinataire en est Charles Chincholle, rédacteur au Figaro (→ t. V, lettre 216, n. 1).

7 Il s’agit de Jacques Damour, que le Théâtre Libre avait joué la veille, lors de sa soirée inaugurale (→ t. VI, lettre 49). Sur Jules Prével, titulaire du « Courrier des théâtres » du Figaro, voir t. II, lettre 348, n. 1.

8 Prével avait donné le programme de la soirée inaugurale dans le « Courrier des théâtres » du 30 mars. Voici le texte qui parut sous cette rubrique le 1er avril : « L’unique représentation du Théâtre libre du passage de l’Élysée-des-Beaux-Arts a été très intéressante. /La première pièce jouée, Mademoiselle Pomme, de Duranty et de M. Paul Alexis, est une amusante farce qui a fait beaucoup rire. /Quant à Jacques Damour, de M. Léon Hennique, d’après la nouvelle de M. Émile Zola, cet acte, très mouvementé, très réaliste, mais d’une vérité et d’une émotion intenses, a eu un succès inouï. On a applaudi chaque scène, chaque sortie. On a acclamé le nom des auteurs. Cette pièce va être certainement jouée sur une scène plus grande. Elle a d’ailleurs été interprétée fort convenablement par MM. Antoine, Hanryot, Brévern, Mlles Barny, Jeanne-Marie, Maggini. /La troisième pièce, Un Préfet, est tellement raide que les amis de l’auteur, M. Byl, n’ont pu eux-mêmes s’empêcher de protester. /La soirée a fini par La Cocarde, un petit proverbe dont l’auteur, M. Jules Vidal, s’est manifestement inspiré de M. Henry Becque. »

9 Sur Alfred Douane, voir t. VI, lettre 245, n. 2.

10 Sur ce bal, qui allait fêter, le soir même, le succès du drame tiré du Ventre de Paris, voir t. VI, lettre 86, n. 2. La pièce se jouait au Théâtre de Paris depuis le 18 février 1887 (ibid., lettre 30). Nous n’avons aucun renseignement biographique sur Georges Blavet.

11 Cette lettre fait suite à celle que Zola avait envoyée à Ziegler le 22 avril (t. VI, lettre 71) et à la réponse de ce dernier, en date du 26 avril.

12 « Quant à La Terre, écrivait Ziegler dans sa lettre du 26 avril, nous n’avons pas réussi, le temps étant trop court […]. En Galicie j’avais vendu la traduction polonaise, mais au moment de signer ce monsieur a réfléchi, sans donner aucune explication. Je lui enverrai les premiers placards, peut-être cela sauvera-t-il l’affaire. /Rien en Russie où j’ai écrit à tous les journaux et revues de renom. /Rien non plus en Allemagne, et cependant j’y ai envoyé plus [de] 250 lettres ! […] Le plus grave est que l’affaire de Vienne paraît sérieusement compromise par les retards. Je ferai mon possible pour la sauver » (BNF, MSS, n.a.f. 24524, fo 629).

13 Voir t. VI, lettre 71, n. 9.

14 « Quant à Renée, poursuivait Ziegler dans sa lettre précitée, je serais fort curieux de connaître cette pièce ; auriez-vous une copie à me prêter ? Le grand eunuque en a dit des horreurs ; cela doit être bon. Nos journaux ne font que reproduire les comptes rendus des journaux français, il ne serait pas mal de faire une étude de la pièce dans un de nos journaux » (loc. cit.)

15 Voir la lettre 264.

16 Croiseau (ou Asseline) a écrit sur la feuille : « Vérifications s. place samedi 11 juin 87, Villennes. » Les Zola restèrent à Médan jusqu’à la fin d’août. Ils partirent pour Royan le 31 août.

17 Nous ne possédons pas la lettre de Roux, à qui Zola écrivit de nouveau une semaine plus tard (t. VI, lettre 103).

18 Pour se rendre à Médan, on pouvait prendre une voiture à la gare de Poissy.

19 Selon Maurice Le Blond, il avait été tiré sur chine, pour la première édition Charpentier, cinq exemplaires de Nana et « quelques exemplaires » de Pot-Bouille. Sur japon, l’éditeur avait fait imprimer dix exemplaires de Germinal et dix exemplaires de L’Œuvre. Les tirages sur hollande variaient entre 75 pour L’Assommoir et 175 pour L’Œuvre (Index bibliographiques, édition Bernouard des Œuvres complètes).
Nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola répond ici. Selon le catalogue Piasa, seul le prénom de son correspondant, Gaston, est lisible sur l’enveloppe déchirée ; il habitait Lyon.

20 L’édition ne varietur des Œuvres complètes parut chez Fasquelle en 1906. Les 32 tomes étaient illustrés de gravures qui reprenaient, pour l’essentiel, celles des premières éditions illustrées.

21 Nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola répond. La Terre paraissait dans le Gil Blas depuis le 28 mai (numéro daté du 29).

22 Étienne Huan et Auguste Galli avaient installé à Médan, en 1886, un four défectueux. Voir, dans le t. V, la lettre adressée au syndic de la faillite, Louis Planquette (lettre 395), ainsi que, dans le présent volume, la lettre 294.

23 Date du cachet postal.

24 Souvenirs sur Tourguéneff venait de paraître chez Albert Savine. Sur ce livre de Pavlovsky, voir t. V, lettre 354, n. 3, t. VI, lettre 184, n. 3, ainsi que l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes. À propos de Zola, Pavlovsky écrivait notamment : « [Tourguéneff] aimait à se vanter d’avoir découvert le talent de M. Zola. Il rappelait volontiers qu’il l’avait, lors des heures difficiles qui précédèrent L’Assommoir, mis en relations avec Le Messager de l’Europe comme un homme d’avenir qui méritait qu’on accueillît ses travaux. Il se plaisait à lui reconnaître beaucoup de force, et même en ses heures de dureté il estimait chez lui la hardiesse qui le portait vers les grands sujets et l’effort fait pour les dominer. Cependant il disait de lui que son œuvre puait la littérature » ( p. 72-73). Pavlovsky citait ensuite les propos que l’écrivain russe aurait tenus un jour sur Daudet : « Quelle nullité ! […] Il ne fait qu’imiter Dickens… Et comme homme !… Quel caractère, quel caractère ! C’est un méridional très rusé et très pratique, un faux bon enfant qui sait fort bien faire ses affaires. Ses amis le jugent à sa valeur et m’en ont conté de belles sur son compte… » Pavlovsky ajoutait, toutefois : « Il ne faudrait pas prendre ces boutades à la lettre. De nature excessivement nerveuse malgré son caractère placide, Tourguéneff était souvent injuste » (p. 73).
En août 1884, notons-le, Pavlovsky avait écrit à Zola, de Madrid : « Vous m’avez promis de me communiquer les lettres que vous a adressées feu Tourguéneff. N’aurezvous pas la bonté de le faire maintenant ; je publie mes Souvenirs de lui et je vous serai très reconnaissant. » Dans sa lettre du 29 septembre de la même année, il précisa : « Je ne reviendrai pas à Paris avant le printemps prochain ; n’aurez-vous pas la bonté de confier les lettres de Tourguéneff à ma femme, qui les copiera et vous les rendra dans quelques jours ? » (arch. familiales)

25 Nous ne possédons pas cette lettre. Les Zola se trouvaient à Royan depuis le 1er septembre : sur leur séjour, qui dura plus de cinq semaines, voir l’Introduction biographique du t. VI, p. 25-26.

26 Zola allait bientôt écrire, dans l’ébauche du Rêve : « Je voudrais faire un livre qu’on n’attende pas de moi. […] Le moment, la réaction contre le naturalisme, l’impatience de l’au-delà, le besoin d’idéal, la convulsion de la croyance » (BNF, MSS, n.a.f. 10323, fos 217-222).

27 Voir la lettre précédente, n. 1. Les Zola rentrèrent à Paris le 9 octobre. Le romancier paraît répondre ici à une lettre non retrouvée de Busnach.

28 Busnach espérait que le nouveau ministre de l’Instruction publique, Eugène Spuller, allait lever l’interdiction qui avait frappé, en octobre 1885, le drame tiré de Germinal. Il avait l’appui d’un ami de Spuller, le critique dramatique Louis Denayrouze. Voir t. VI, lettre 124, n. 2.

29 Sur Eugène Spuller, voir t. II, lettre 105, n. 4. Alors député de Beaune, il était devenu ministre de l’Instruction publique le 30 mai, dans le cabinet Rouvier. Il fut ministre des Affaires étrangères du 22 février 1889 au 14 mars 1890, puis de nouveau ministre de l’Instruction publique du 3 décembre 1893 au 23 mai 1894.

30 Pour la suite, voir t. VI, lettre 158, et dans ce supplément les lettres 287 et 288. Sur les adaptations théâtrales des Rougon-Macquart, voir Anfray, 2009.

31 Zola paraît répondre, de Royan, à une lettre de Montchal datée du 22 septembre 1887. Sa réponse est rédigée sur une carte de visite portant l’adresse de Médan (cf. t. VI, lettre 143).

32 Faisant allusion au « manifeste des Cinq » contre La Terre (→ t. VI, lettre 119), Montchal écrivait, dans sa lettre du 22 septembre : « Les éclaboussures commencent à m’arriver. Le rédacteur en chef du Journal de Genève jubile et se croit Christophe Colomb parce qu’il vient d’écrire que ‘la malpropreté’ est votre idéal. Si certaines gens ne tenaient pas autant à leur épiderme, ils m’attaqueraient directement. » Et il poursuivait : « En résumé, on ne pouvait souhaiter pour La Terre meilleure réclame, quoiqu’elle eût pu être mieux écrite. Comment Bonnetain a-t-il pu décider Guiche[s] et Descaves à signer cette cochonnerie, je me le demande encore ? Lorsque tous nos chiens d’ici auront levé la cuisse sur leurs colonnes, j’essaierai de leur lancer un coup de lanière, ça fera plus d’effet qu’une simple annonce d’éditeur » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fo 313).

33 Cette lettre, qui a trait au personnage de La Terre surnommé Jésus-Christ, est adressée, selon le catalogue de vente, à un journaliste de Constantinople. La Terre parut chez Charpentier le 15 novembre 1887.

34 En août 1896, au cours d’un entretien avec Zola sur le décret de la Congrégation de l’Index frappant Rome, le journaliste Georges Docquois évoqua le « compromettant Jésus-Christ de La Terre ». Zola lui répondit : « Eh bien ! Je n’ai cru commettre, en décorant [Jésus-Christ] de cette appelation, aucune irrévérence dont on dût me faire un crime. […] Vous n’êtes pas, au surplus, sans savoir que Jésus-Christ est, dans les campagnes, un sobriquet fort répandu. La Terre publiée, je reçus des lettres de paysans qui m’écrivaient : ‘Comment connaissez-vous si bien notre Jésus-Christ ?’ Oui, dans les campagnes, on décerne ce nom à un paysan qui ne travaille pas et qui a laissé pousser sa barbe et ses cheveux. Celui-là est, le plus souvent, un très vilain sujet, et c’est seulement par suite d’une ressemblance pilaire qu’il lui est donné de répondre au nom du fils de la Vierge. J’ai voulu, simplement, marquer là l’énorme écart existant entre l’appellation et celui qui en est affublé » (Speirs et Signori, 1990, p. 172-173).

35 La maison avait installé à Médan un nouveau système d’éclairage au gaz (→ t. V, lettres 343 et 348).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search