Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1886

Texte intégral

247*. À Georges Charpentier

  • 1 Ce message est rédigé sur une carte de visite portant l’adresse de Médan.

1[Médan, 1er janvier 18861]

  • 2 Dans son numéro daté du 1er janvier 1886 (et paru le 31 décembre 1885), Le Voltaire avait publié, (...)

2Je plaisantais, mon bon ami, je me doutais bien des raisons de votre silence. Bravo encore, et pour votre joie, et pour l’embêtement des autres2.

  • 3 Georgette, Paul (le filleul de Zola) et Jane Charpentier. Jane allait avoir six ans le 11 janvier (...)
  • 4 Lettre non retrouvée.

3C’est nous, ce matin, qui avons été surpris et heureux ! Cinq lettres, toute la famille Charpentier donnant à la fois, la mère, le père, les trois enfants3 ! Ah ! C’est gentil, cela a enchanté notre matinée. Ma femme répondra aux dames. Moi, je vous envoie une poignée de main, et je vous prie de remettre la carte ci-jointe à Paul4.

4Amitiés.

L.a.s. (facs.), cat. libr. Daniel J. Byrnes (juin 2004), http://www.danieljbyrnes.com

248*. À Guy de Maupassant

  • 5 Pour la datation, voir la lettre suivante.

5[Médan, 12 janvier 18865]

6Mon cher Maupassant, un des bons amis de Tourguéniev, M. Paulotzky, désire faire un article sur vous, dans le Nouveau Temps de Saint-Pétersbourg, et je me permets de vous l’adresser.

7Amitiés.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 34.

249*. À Isaac Pavlovsky

8Médan, 12 janvier 1886

  • 6 Voir la lettre précédente. Nous ne possédons pas la seconde carte, adressée à Edmond de Goncourt.

9Voici, mon cher confrère, deux cartes d’introduction6. Pardon de vous les avoir fait attendre, je suis accablé.

10Impossible de bouger d’ici avant deux mois. Je suis cloué par le travail.

11Bien à vous.

12Maupassant demeure 10 rue Montchanin, et Goncourt 53 boulevard de Montmorency (Auteuil).

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 34.

250*. À Eugène Croiseau

13Médan, 16 janvier 1886

14Monsieur,

15Je suis encore à la campagne, et l’on m’apporte seulement aujourd’hui votre mémoire, que vous avez déposé à mon domicile de Paris. Je vous réglerai dès ma rentrée, dans les premiers jours de mars.

  • 7 Il s’agit de la tour « Germinal » : voir l’Introduction biographique du t. V, p. 35-36.

16Seulement, d’ici là, je désirerais que M. Asseline vînt vérifier les petits mémoires qu’il a entre les mains. Je suis pressé de payer le peintre, que j’ai quitté, et qui naturellement voudrait être soldé. D’ailleurs, j’ai fait construire un nouveau corps de bâtiment7, dont il faudra que M. Asseline s’occupe. Veuillez me dire si je puis compter sur sa prochaine visite.

17Agréez, je vous prie, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 261-262.

251. À Victor-Albert de Girardin

18Médan, 14 février 1886

  • 8 Ces lignes sont adressées à Victor-Albert de Girardin, préfet de Seine-et-Oise de novembre 1885 à (...)
  • 9 En l’absence du texte complet de sa lettre, il est difficile de comprendre pourquoi Zola ne s’esti (...)

19Désirant jouir du produit des berges qui dépendent des terrains que je possède dans l’île de Médan, j’ai l’honneur de vous adresser une demande de location de ces berges. […] Je compte y élaguer des arbres8 […]. Je ne suis pas en règle au sujet de la construction d’un pavillon qui a été faite dans l’île en 18809.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 19 décembre 1992.

252*. À Émile Schuffenecker

20Médan, 10 mars 1886

  • 10 Le peintre et dessinateur Émile Schuffenecker (1851-1934) suivit dès 1866 les cours de Paul Baudry (...)

21Monsieur10,

  • 11 Nous n’avons retrouvé aucune lettre de Schuffenecker à Zola. Le romancier allait se réinstaller à (...)
  • 12 Il s’agit probablement des illustrations pour La Faute de l’abbé Mouret. Schuffenecker exposa pour (...)

22Je suis malheureusement à la campagne en ce moment11. S’il s’agissait de dessins que vous comptiez exposer, je les verrais au Salon12. Autrement, il faudra que vous attendiez un peu.

23Agréez, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., Musée du Louvre, département des Arts graphiques.

253*. À Louis Montchal

24[Paris, fin avril 1886]

  • 13 Il s’agit, selon toute vraisemblance, du premier de la série de quatre articles sur « L’œuvre d’Ém (...)

25Avec mes bien vifs remerciements pour l’étude si affectueuse publiée dans la Revue de Genève13.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 169.

254. Destinataire inconnu

26Médan, 23 juin 1886

27Je vous autorise bien volontiers à mettre mon nom parmi ceux de vos collaborateurs, et je regrette de ne pouvoir m’engager d’une façon aussi formelle à une collaboration active. […] Je suis très occupé en ce moment, très peu stable aussi, ce qui me gêne un peu pour vous fixer un jour et une heure de rendez-vous.

Extr., cat. libr. Charavay, no 834 (avril 2003).

255*. À Louis Montchal

28Médan, 29 juin 1886

  • 14 Voir la lettre 253. Le deuxième article de Montchal sur « L’œuvre d’Émile Zola », signé L. Montrog (...)

29C’est vous, n’est-ce pas ? mon cher confrère, qui avez publié, sous le pseudonyme de « Montroger », dans la Revue de Genève, cette si intéressante et si flatteuse étude sur moi14 ? Je crois me souvenir que vous m’aviez averti ; mais je n’ai plus de mémoire, et je suis extraordinairement bousculé de travail aujourd’hui.

  • 15 Voir la lettre 258.

30Enfin, je vous remercie bien chaudement. Vous avez beaucoup fait pour me faire accepter de vos prudes compatriotes, et je vous en garde une éternelle reconnaissance15.

31Bien amicalement à vous.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fos 151-152.

256*. À Henri Baboneau

32[Médan, juin 1886 ?]

  • 16 Il s’agit peut-être des vitraux qui allaient orner la nouvelle salle de billard de Médan (→t. V, l (...)

33Prenez tout votre temps, ne bousculez rien, et faites-nous de très beaux vitraux16.

34Cordialement.

35Nous irons vous voir à notre prochain voyage.

L.a.s., coll. Henri Mitterand.

257*. À Émile Pouvillon

36Médan, 1er juillet 1886

  • 17 Le roman de Pouvillon venait de paraître chez Lemerre, après avoir été publié dans la Revue des de (...)
  • 18 Zola avait commencé la rédaction de La Terre vers le 10 juin.
  • 19 Jean-de-Jeanne raconte la vie quotidienne d’un groupe de paysans de Soumeilles, petit village pais (...)

37Merci mille fois, mon cher confrère, de l’aimable envoi de votre nouvelle idylle dramatique : Jean-de-Jeanne17. Je l’avais lue dans la Revue des deux mondes, avec d’autant plus d’intérêt, que, moi aussi, en ce moment, je suis en train d’étudier les paysans18. Ce récit est peut-être votre meilleur, vous y donnez une sensation très vive et très nette des grandes choses de la terre19. N’est-ce pas là notre unique but, quelle que soit notre formule ? Faire revivre, fixer la sensation par l’évocation vivante des choses et des êtres.

38Bien cordialement à vous.

L.a.s., coll. Alain Pagès.

258*. À Louis Montchal

39Médan, 25 juillet 1886

  • 20 Les Zola avaient fait un bref séjour à Paris du 15 au 17 juillet, afin d’assister au baptême de Pa (...)
  • 21 Voir les lettres 253 et 255. Le quatrième article de Montchal sur Zola, signé Louis Montroger et c (...)

40Quel a été mon regret, l’autre jour, en rentrant de Paris20, d’apprendre que vous aviez pris la peine de m’apporter l’étude si sympathique et si vaillante que vous avez écrite sur moi21 !

41Je vous avais déjà remercié, dans une lettre qui a dû vous parvenir, je l’espère. Mais je tiens à vous répéter combien je suis touché de votre admiration fidèle et des témoignages de dévouement littéraire que vous n’avez cessé de me prodiguer.

42Votre tout reconnaissant et tout dévoué.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fos 153-154.

259. À Mary Brandes

43Médan, 25 août 1886

  • 22 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. V (lettre 382). Selon le catalogue, les de (...)

44J’ai cédé la traduction allemande de La Terre à M. Ziegler22, et pour les journaux et pour la librairie. Je n’ai pas encore signé pour la traduction espagnole, mais je doute que vous trouviez un chiffre supérieur à celui qui m’est offert. De tous mes romans, je n’ai cédé, pour la traduction allemande, que les derniers : Germinal, La Joie de vivre, Au bonheur des dames, L’Œuvre. Soyez certaine qu’en dehors de ceux-ci, tous ceux qui ont été publiés en allemand l’ont été sans mon autorisation. Je voudrais bien trouver un éditeur allemand qui m’achetât en bloc la propriété de mes anciennes œuvres.

45Veuillez agréer, madame, l’assurance de mes sentiments distingués.

  • 23 Le catalogue donne « Hirchen », ce qui est certainement une lecture erronée du manuscrit. Voir la (...)

46Le volume annoncé par M. Heichen doit être un recueil de nouvelles23. Je ne publierai rien avant La Terre.

Extr. de cat. (trad.), arch. É. Z.

260. À G.-Eugène Simon

47Médan, 25 août 1886

  • 24 C’est-à-dire dans La Terre, que Zola avait commencé à rédiger vers le 10 juin 1886. Il répond ici (...)
  • 25 On sait que Zola s’était informé auprès du théoricien socialiste Jules Guesde sur les thèses du co (...)

48J’effleure en effet la question de la grande propriété et de la petite. Mais je vous avoue que je ne vois pas le salut de notre agriculture dans le morcellement à l’infini24. La petite propriété va contre notre progrès en supprimant la machine : et si les grands propriétaires doivent disparaître un jour, ce sera, je le souhaite, pour être remplacés par des communautés d’ouvriers ruraux. En cela, je suis collectiviste25.

  • 26 Dans la cinquième et dernière partie de La Cité chinoise (p. 235-361), Simon décrit la vie d’une f (...)

49Votre paysan chinois m’a extrêmement intéressé. Mais ne le flattezvous pas un peu ? Quel pays d’or ! Pas une faute, pas même un mauvais sentiment26 !

Extr. de cat., arch. É. Z.

261. Destinataire inconnu

50Médan, 26 août 1886

  • 27 L’extrait de cette lettre publiée dans le t. V (lettre 383) ne contient pas les mots « à la mémoir (...)

51Je suis très heureux de contribuer, pour ma petite part, à l’hommage que vous voulez rendre à la mémoire de votre frère, et je vous envoie bien volontiers mon nom et mon obole27.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot, juillet 1986.

262*. À Charles Marpon et Ernest Flammarion

  • 28 Ce message est mal daté dans le t. III (lettre 242-A). Rédigé sur une des cartes de visite dont Zo (...)

52[Paris, 7 octobre 188628]

  • 29 Sur l’édition Marpon et Flammarion du Ventre de Paris, publiée en 1879, voir t. III, lettre 122. S (...)

53Prière d’envoyer à M. William Busnach (10 boulevard de Clichy) un exemplaire du Ventre de Paris illustré29.

L.a.s., fonds Flammarion, IMEC.

263*. À Jean Richepin

54[Médan, après le 6 novembre 1886]

  • 30 Braves gens avait paru chez Maurice Dreyfous le 6 novembre 1886. Les personnages principaux du rom (...)

55Avec mes tardifs, mais bien sincères remerciements pour l’aimable envoi des Braves gens, cette œuvre admirable d’héroïsme et de douleur30.

L.a.s. (facs.), vente Hôtel Drouot du 4 octobre 2005.

264*. À Eugène Croiseau

56Paris, 19 novembre 1886

57Monsieur,

  • 31 Voir la lettre 250. Le 4 novembre, Zola avait écrit à Henry Céard : « Nous nous débarrassons de no (...)

58J’ai l’honneur de vous remettre le mémoire ci-joint à vérifier. Lorsque je vous en aurai remis quelques autres, M. Asseline pourra venir à Médan31.

59Celui-ci m’a l’air singulièrement gonflé, et je le recommande à votre attention.

60Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 262.

265*. À Louis Montchal

61[Paris, 1886]

  • 32 Ce message est rédigé sur une carte de visite du type de celles dont Zola semble s’être servi en 1 (...)

62Avec mes bien vifs remerciements pour l’étude commencée dans Le Confédéré32.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 168.

Notes

1 Ce message est rédigé sur une carte de visite portant l’adresse de Médan.

2 Dans son numéro daté du 1er janvier 1886 (et paru le 31 décembre 1885), Le Voltaire avait publié, sous le titre « Décorations du jour de l’an », cet entrefilet : « Parmi les nominations du ministère du commerce, nous relevons une croix de chevalier donnée à M. Georges Charpentier, éditeur. / La nouvelle sera accueillie avec satisfaction dans le monde littéraire. Il y a longtemps que le gouvernement aurait dû songer à accorder cette distinction à cet éditeur aussi désintéressé que méritant, à ce vrai Parisien de lettres. » Le Gaulois du 31 décembre avait annoncé aussi la décoration de Charpentier.
Il faut penser que Zola télégraphia tout de suite ses félicitations à son éditeur (dépêche non retrouvée), car Charpentier lui adressa, le 31 décembre même, la lettre suivante, qui paraît être sa réponse : « Je ne sais que depuis deux jours que je dois être décoré à la suite de l’exposition d’Anvers. La décoration a été demandée pour moi au dernier moment par Lockroy et Floquet et enlevée sur le champ. Mais je n’ai voulu en parler à personne avant que la chose ne soit officielle. J’aurais trop prêté le flanc AUX AMIS si cela avait raté. /Je ne pensais pas que la nomination aurait pu être dans les journaux avant demain, et Le Voltaire et Le Gaulois l’ont annoncée ce matin. Je venais de recevoir l’avis du ministre ce matin et j’allais vous télégraphier quand j’ai pensé que vous aviez dû l’apprendre par ces journaux. » Et il poursuivit : « L’éditeur du naturalisme devient un homme coté dans les sphères gouvernementales. Décidément, il n’y a que le naturalisme ! Vive le naturalisme ! » (Becker, 1980, p. 68-69)
C’est aux explications de Charpentier que Zola répond, selon toute vraisemblance, par la lettre que nous publions ici.

3 Georgette, Paul (le filleul de Zola) et Jane Charpentier. Jane allait avoir six ans le 11 janvier 1886 ; sa sœur avait treize ans et son frère dix ans. Seule la lettre de Georges Charpentier a été retrouvée.

4 Lettre non retrouvée.

5 Pour la datation, voir la lettre suivante.

6 Voir la lettre précédente. Nous ne possédons pas la seconde carte, adressée à Edmond de Goncourt.

7 Il s’agit de la tour « Germinal » : voir l’Introduction biographique du t. V, p. 35-36.

8 Ces lignes sont adressées à Victor-Albert de Girardin, préfet de Seine-et-Oise de novembre 1885 à mai 1889. Né en 1840, ce dernier avait été nommé préfet de la Vendée en décembre 1877 et préfet du Gard en janvier 1882. En juin 1889, il devint conseiller maître à la Cour des comptes.
Comme le précise Jean-Claude Le Blond-Zola, le droit que le romancier demande ici lui fut consenti « par un arrêté du 5 juin 1886, moyennant le paiement d’une redevance annuelle de ‘quatre francs cinq centimes’ » (1999, p. 88).

9 En l’absence du texte complet de sa lettre, il est difficile de comprendre pourquoi Zola ne s’estimait pas en règle. Par arrêté préfectoral du 19 décembre 1881, il avait été autorisé à « construire dans l’île du Platais un pavillon dont aucune partie ne sera [it] distante de la crête actuelle de la berge de moins de 3,25 m. » Cet arrêté était postérieur à la construction du chalet (→ lettre 151), et Zola en avait reçu une copie en février 1882 : voir là-dessus Le Blond-Zola, op. cit., p. 51.

10 Le peintre et dessinateur Émile Schuffenecker (1851-1934) suivit dès 1866 les cours de Paul Baudry, puis ceux de Carolus-Duran. En 1872, il entra chez l’agent de change Bertin où il se lia d’amitié avec Paul Gauguin, qui y travaillait déjà depuis quelques mois. Il entraîna ce dernier à l’Académie Suisse et s’enthousiasma pour ses premières œuvres. Il débuta au Salon en 1877, participa en 1884 au Salon des indépendants et en 1886 à la dernière exposition des impressionnistes. En 1886 également, il rencontra à Concarneau le jeune Émile Bernard, qu’il envoya à Pont-Aven rencontrer Gauguin. Trois ans plus tard, il organisa l’exposition des symbolistes et synthésistes au Café Volpini, à l’Exposition universelle, et y participa avec Gauguin, Bernard, Louis Anquetin et Charles Laval. De 1884 à 1906, il fut professeur de dessin au lycée Michelet de Vanves. Grand lecteur de Zola depuis 1872, il réalisa, à partir de 1878, une série d’illustrations pour La Faute de l’abbé Mouret : voir Grossvogel, 2000, nos 1, 191 et 420.
En 1998, un expert italien, Antonio de Robertis, affirma que la version des Tournesols de Van Gogh que la compagnie d’assurances japonaise Yasuda avait achetée, onze ans plus tôt, pour la somme de 40 millions de dollars était l’œuvre de Schuffenecker : ce dernier aurait fait une copie alors qu’il restaurait une des versions peintes par Van Gogh.

11 Nous n’avons retrouvé aucune lettre de Schuffenecker à Zola. Le romancier allait se réinstaller à Paris le jour même.

12 Il s’agit probablement des illustrations pour La Faute de l’abbé Mouret. Schuffenecker exposa pour la dernière fois au Salon des artistes français en 1881.

13 Il s’agit, selon toute vraisemblance, du premier de la série de quatre articles sur « L’œuvre d’Émile Zola » que Montchal publia en 1886 dans l’éphémère Revue de Genève, revue littéraire mensuelle dont le directeur était Adrien Wagnon et le rédacteur en chef Louis Duchosal. Ce premier article, consacré aux œuvres de jeunesse, des Contes à Ninon à Thérèse Raquin, et signé L. Montroger, avait paru dans le numéro daté du 25 avril (p. 14-19). « Dans cette esquisse bibliographique, écrivait Montchal, nous indiquerons brièvement le mérite des œuvres principales, les habiletés, les séductions et les répugnances avec et malgré lesquelles Zola a entraîné toute une littérature » (p. 14). Et il concluait : « Dans cette première partie de l’œuvre du romancier de Médan, nous nous trouvons en présence d’un esprit libre, passionné et railleur, d’un écrivain original, primesautier et impersonnel » (p. 19). Voir la lettre 255.

14 Voir la lettre 253. Le deuxième article de Montchal sur « L’œuvre d’Émile Zola », signé L. Montroger, avait paru dans le numéro de la Revue de Genève daté du 25 mai 1886 (p. 90-99), et le troisième, signé Louis Montroger, dans le numéro du 25 juin (p. 179-188). L’article de mai était consacré aux premiers volumes des Rougon-Macquart, de La Fortune des Rougon à L’Assommoir, celui de juin aux romans suivants, d’Une page d’amour à Au bonheur des dames. Sur L’Assommoir, par exemple, Montchal écrivait : « [Zola] a rompu avec la tradition romanesque et théâtrale de l’ouvrier sublime, de l’ouvrière angélique, du faubourien héroïque, et il a montré le peuple tel qu’il est. Si vous êtes aussi choqués que vous l’affirmez, MM. les critiques, par la crudité de cette pathétique peinture du peuple ignorant et gâté, mais non pas ‘corrompu et pourri jusqu’aux moëlles’, cela dénote une exquise délicatesse ; cela n’explique pas pourquoi vous consacrez à L’Assommoir un si grand nombre d’articles, ni pourquoi vous y revenez, comme malgré vous. Au lieu de ces manifestations jalouses, ne vaudrait-il pas mieux reconnaître franchement à Zola le droit de proclamer son livre : une œuvre de vérité, le premier roman sur le peuple, qui ne mente pas et qui ait l’odeur du peuple » (p. 98-99). Et sur Pot-Bouille : « L’écrivain a maîtrisé son indignation et transformé ses colères d’autrefois en une mordante ironie, en un rire sardonique qui sonne à chaque page. Jamais le récit n’a marché d’une allure plus facile ; dans la diction, rien de tourmenté ni d’excessif. Le moraliste ne recule pas devant le mot propre, la crudité de l’expression, la vivacité du coloris ; mais, tout en appelant les choses par leur nom, l’artiste ne renchérit pas sur la hardiesse de la pensée par l’obscénité des termes ; il a trouvé ce qui lui manquait parfois : la légèreté dans le dialogue, la bonne humeur dans les situations drôles et, par conséquent, la variété dans le ton. Zola s’est enfin déridé un instant » (p. 184-185).

15 Voir la lettre 258.

16 Il s’agit peut-être des vitraux qui allaient orner la nouvelle salle de billard de Médan (→t. V, lettres 326 et 356). Le message de Zola est rédigé sur une carte de visite portant l’adresse de Médan, du type de celles dont le romancier semble s’être servi en 1886 seulement.

17 Le roman de Pouvillon venait de paraître chez Lemerre, après avoir été publié dans la Revue des deux mondes du 15 mai et du 1er juin 1886.

18 Zola avait commencé la rédaction de La Terre vers le 10 juin.

19 Jean-de-Jeanne raconte la vie quotidienne d’un groupe de paysans de Soumeilles, petit village paisible situé au pied des falaises du Quercy. Enfant illégitime, Jean est maltraité par sa tante Sérène, chez qui il habite. Il est amoureux de sa cousine Judille, mais celle-ci s’éprend d’un bel étranger, Antonin l’Oiseleur, et tombe enceinte. Malgré une promesse de mariage, Antonin l’abandonne, et Judille se propose de quitter le village pour toujours. Jean défend l’honneur de la jeune femme cependant et promet de l’épouser.

20 Les Zola avaient fait un bref séjour à Paris du 15 au 17 juillet, afin d’assister au baptême de Paule-Alexandrine Alexis (→ t. V, lettres 370 et 372), et le romancier y était peut-être retourné la semaine suivante. Montchal passait ses vacances d’été dans la capitale.

21 Voir les lettres 253 et 255. Le quatrième article de Montchal sur Zola, signé Louis Montroger et consacré aux derniers romans publiés, de La Joie de vivre à L’Œuvre, parut dans le numéro de la Revue de Genève daté du 25 juillet (p. 223-235). Dans sa conclusion, Montchal écrivait : « Aucune flagornerie, aucune objurgation ne feront dévier de sa route cet écrivain puissamment équilibré, ce descripteur vigoureux des choses concrètes, qui construit des figures d’une beauté imposante, de grandioses et tristes images des forces élémentaires, qui sait faire vivant et, en loyal artiste, s’expose froidement à l’accusation d’immoralité et de spéculation sur les mauvais instincts, alors qu’il a multiplié autour de l’adultère toutes les circonstances qui le dégradent, qui le font plat et écœurant. Déjà la lutte est moins violente, le troupeau des Panurges de la critique s’est divisé, quelques moutons moins épeurés commencent à se défier de leurs pâtres. La prodigieuse puissance créatrice de Zola fera le reste » (p. 235).

22 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. V (lettre 382). Selon le catalogue, les deux phrases que nous y ajoutons ici sont un post-scriptum.

23 Le catalogue donne « Hirchen », ce qui est certainement une lecture erronée du manuscrit. Voir la lettre 181, n. 1.

24 C’est-à-dire dans La Terre, que Zola avait commencé à rédiger vers le 10 juin 1886. Il répond ici à deux lettres de l’agronome G.-Eugène Simon : la première n’a pas été retrouvée, mais la seconde, envoyée en post-scriptum et datée du 3 août, est conservée dans le dossier préparatoire de La Terre. « En vous parlant de la supériorité de la petite propriété et de la petite culture, écrivait Simon, je vous citais les maraîchages des environs de Paris. J’aurais pu vous citer un autre exemple, peut-être mieux choisi : celui de Jersey. On pourrait dire que sous le rapport de l’agriculture et de la densité de la population, c’est presque la Chine » (BNF, MSS, n.a.f. 10329, fo 336). Les principaux arguments qui s’opposaient à l’époque sur les inconvénients et les avantages du morcellement sont résumés dans le chapitre IV de La Terre, par Alexandre Hourdequin, le propriétaire de la ferme de la Borderie (R.-M., t. IV, p. 492-493).
Né en 1829, ancien élève de l’Institut agronomique de Versailles, G.-Eugène Simon – c’est ainsi qu’il signait ses lettres et ses ouvrages – vécut en Chine de 1859 à 1869. Il devint, en 1864, consul de France à Ningbo, puis, quatre ans plus tard, consul à Fuzhou. Son livre La Cité chinoise (1885) eut un grand succès en France et fut traduit en anglais, sous le titre China : Its Social, Political and Religious Life (1887). En 1890, il publia La Cité française, par le lettré Fañ-Ta-Geñ. Comme le signale Guy Robert, c’est sans doute lui qui inspira à Zola l’idée de faire de son personnage la Frimat la « mère Caca », qui « ne recule pas à vider son pot et celui de son vieux dans ses légumes, selon la méthode des Chinois, paraît-il » (La Terre, p. 493) : dans La Cité chinoise, Simon parle de la nécessité, pour les Chinois, d’utiliser l’engrais humain (Robert, 1952, p. 112 [n. 29]).

25 On sait que Zola s’était informé auprès du théoricien socialiste Jules Guesde sur les thèses du collectivisme (→ t. V, lettre 336). Le 8 septembre, Simon écrivit au romancier : « Je vais vous paraître bien opiniâtre, et bien ennuyeux surtout, mais je ne puis m’empêcher de vous dire que je suis sûr que vous vous trompez. En ce moment même, il y a, en France, en Allemagne, en Angleterre, une réaction qui commence, il est vrai, mais qui commence bien, contre la grande propriété et la grande culture en faveur de la petite. Je vous adresse Le National d’hier qui contient un article sur ce sujet, pour l’Allemagne » (BNF, fo 342).

26 Dans la cinquième et dernière partie de La Cité chinoise (p. 235-361), Simon décrit la vie d’une famille de paysans de la province de Foujian, les Ouang-Ming-Tse. Le 27 août, il répondit à Zola : « Non, je n’ai pas flatté la famille Ouang-Ming-Tse. Son état social, sa condition, sa fortune sont aussi bien celles de la grande majorité des paysans chinois. Le chef a peut-être reçu une éducation plus complète que les autres paysans, il est plus philosophe, mais j’ai pris soin de le dire et d’en donner les raisons. Faut-il conclure que les Chinois soient sans défauts, sans mauvais sentiments ? Hélas non. Mais, surtout dans la classe par laquelle je devais terminer l’exposé d’une civilisation agricole, ils en ont nécessairement moins que nous Occidentaux » (BNF, fo 340).

27 L’extrait de cette lettre publiée dans le t. V (lettre 383) ne contient pas les mots « à la mémoire de votre frère ». Cette précision ne nous a pas permis d’identifier le destinataire, mais il est clair que la lettre n’a pas trait au centenaire de Chevreul.

28 Ce message est mal daté dans le t. III (lettre 242-A). Rédigé sur une des cartes de visite dont Zola se servait à Paris en 1886, il fut probablement envoyé 7 octobre de la même année. C’est ce jour-là, semble-t-il, que Zola, installé à Médan depuis la mimai, eut dans la capitale un premier entretien avec William Busnach au sujet de l’adaptation pour le théâtre du Ventre de Paris. Le 6 octobre, Busnach avait écrit au romancier : « Demain jeudi à 3h aura lieu chez Ludovic Halévy le mariage religieux de ma cousine Vve Bizet avec mon ami Straus. Impossible d’y manquer. À 3 h¾ chez moi si vous voulez. Sans faute. Urgence. Il faut que la chose se fasse en 8bre » (BNF, MSS, n.a.f. 24514, fos 498-499).

29 Sur l’édition Marpon et Flammarion du Ventre de Paris, publiée en 1879, voir t. III, lettre 122. Sur la composition du drame, voir t. V, lettre 399, n. 3, et lettre 404, n. 4.

30 Braves gens avait paru chez Maurice Dreyfous le 6 novembre 1886. Les personnages principaux du roman de Richepin sont deux amis, Yves de Kergouet et Marchal, dit Tombre. Le premier est un musicien pauvre qui gagne sa vie, ainsi que celle de sa mère et de sa sœur restées en Bretagne, en jouant du piano, le soir, dans un café-concert de l’avenue des Ternes et de l’orgue, le jour, à Sainte-Ursule de Passy, et qui est en réalité un grand artiste ; le second est un ancien troisième rôle de petit théâtre qui s’est engoué de la pantomime et qui possède le génie de la mimique.
Sur Richepin, voir t. V, lettre 206, n. 3.

31 Voir la lettre 250. Le 4 novembre, Zola avait écrit à Henry Céard : « Nous nous débarrassons de nos derniers ouvriers » (t. V, lettre 401).

32 Ce message est rédigé sur une carte de visite du type de celles dont Zola semble s’être servi en 1886 seulement. Nous n’avons pu consulter la collection du Confédéré, journal publié à Fribourg (Suisse).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search