Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1885

Texte intégral

231. À Émile Pouvillon

1Médan, 9 février 1885

  • 1 Originaire, comme Léon Cladel, de Montauban (Tarn-et-Garonne), l’écrivain régionaliste Émile Pouvi (...)

2[Zola remercie Pouvillon1 de l’envoi de son livre, L’Innocent, qu’il avait lu dans la Revue des deux mondes.]

  • 2 L’Innocent avait paru chez Lemerre à la fin d’octobre 1884, après avoir été publié en trois partie (...)

3Il y a là un morceau de nature très largement peint, un drame intime et champêtre d’une grande pénétration humaine. La sincérité est décidément le talent : il faut avoir senti, il faut avoir vécu. Et vous êtes de ceux qui nous donnent l’odeur de la vie, l’odeur de ce Midi si vibrant au soleil2.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 80 (février 1998).

232*. À Eugène Croiseau

4Paris, 17 février 1885

5Monsieur,

  • 3 Comme le précise Danielle Coussot, Brétillard habitait Triel.

6Je reçois les mémoires du marbrier, du peintre et du plombier. Mais vous me dites que ce sont là les derniers mémoires, et vous devez pourtant avoir encore celui du charpentier, M. Brétillard3, le plus important. Veuillez me l’envoyer, dès qu’il sera vérifié.

7Agréez, je vous prie, Monsieur, l’assurance de ma considération distinguée.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 261.

233*. Destinataire inconnue

8Paris, 7 juin 1885

9Madame,

  • 4 En fait, les Zola s’installèrent à Médan le 30 juin, Alexandrine devant suivre dans la capitale le (...)

10J’ai à vous remercier de la grande sympathie que vous voulez bien me témoigner, et à vous exprimer le regret où je suis de ne pouvoir me rendre à votre désir, car je pars ce soir même pour la campagne. En cette saison, c’est miracle que je suis à Paris. Je n’y passe qu’en courant4.

11Merci encore de votre admiration littéraire, et croyez-moi votre bien reconnaissant confrère.

L.a.s. (facs.), www.seaportautographs.com.

234*. À Isaac Pavlovsky

12Médan, 26 juillet 1885

13Mon cher confrère,

  • 5 Nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola répond. Pavlovsky, qui se trouvait toujours en Esp (...)
  • 6 C’est-à-dire Au bonheur des dames (→ lettre 189, n. 3).
  • 7 Cette expulsion était peut-être la conséquence de ce que Le Temps avait révélé, dans son numéro da (...)

14Je m’empresse de me mettre à votre disposition, dans l’aventure qui vous arrive5. Je suis prêt à témoigner que j’ai fait votre connaissance par Tourguéneff et que depuis quatre ans je vous sais occupé à de pures affaires littéraires. Toute la correspondance échangée entre nous pourrait le prouver. À chacun de mes romans, vous avez tâché de le placer en Russie, et un d’eux a été traduit sous votre direction6. Enfin, depuis quinze mois, vous m’écrivez de l’Espagne, et je viens d’être très étonné, en apprenant qu’un arrêté d’expulsion vous menace7.

  • 8 Nous n’avons pas de renseignements sur la suite de l’affaire. Pavlovsky était de retour en France (...)

15Je vous en prie, disposez de moi, car je serai très heureux de vous être utile en cette circonstance, et je ferais les démarches nécessaires auprès des personnes que vous me désignerez. S’il était nécessaire, je pourrais écrire au chef de la Sûreté8.

16Votre bien dévoué.

L.a.s., coll. Alfred Hervé-Gruyer.

235. À Damase Jouaust

17Médan, 29 septembre 1885

  • 9 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. V (lettre 252).

18Je ne fais absolument rien en dehors de mes romans9. […] Vous avez tort de ne pas chercher dans les deux volumes que je vous désigne : Le Capitaine Burle et Naïs Micoulin. Vous trouverez là des choses dans tous les genres, même dans le genre en sucre qui plaît à vos amateurs ; et des choses que l’on connaît à peine, qui paraîtront inédites, publiées à part.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot, 15-16 mars 1995.

236*. À Isaac Pavlovsky

19Médan, 12 octobre 1885

20Mon cher confrère,

  • 10 Nous ne possédons pas la lettre de Pavlovsky, qui était de retour en France (→ lettre 234).

21Je n’ai fait que traverser Paris et je trouve votre lettre ici10. Hélas ! Je vis tellement en ours, qu’il me sera bien difficile de vous lancer dans le monde littéraire ; car, plus je vais, plus je vis à l’écart. Et, pour les directeurs de théâtre particulièrement, je n’en connais aucun d’assez près, pour vous être utile. Ce qu’il m’est facile de faire, c’est de vous recommander à Charpentier, qui vous donnera tous ses livres.

  • 11 L’Œuvre. Voir la lettre 243.

22Mais, ce n’est pas dans une lettre que je puis vous répondre, il faut causer de ces choses. Attendez la fin du mauvais temps, et venez un après-midi, par le train de deux heures. Ce sera le mieux, nous verrons tranquillement ce qu’il y a à faire. Et, puisque vous désirez quelques détails sur mon prochain roman11, je vous les donnerai.

23Bien à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 31.

237. À Henry Céard

24Médan, [23 octobre 1885]

  • 12 Zola répond à la lettre que Céard lui avait envoyée le 22 octobre (Burns, 1958, p. 279-280).
  • 13 C’est-à-dire au sujet du drame tiré de Germinal, qui avait maille à partir avec la censure théâtra (...)

25Je reçois votre lettre12, mon ami, au moment de partir pour Paris où je vais voir Turquet13. Le pauvre Germinal commence à m’inquiéter sérieusement. Peut-être serai-je forcé de retourner à Paris souvent. […]

  • 14 Il s’agit de l’actrice Jenny Thénard (→ t. III, lettre 318, n. 2). Dans sa lettre du 22 octobre, C (...)

26Veuillez donc remettre notre bonne soirée avec Thénard14. Nous ne pourrions causer efficacement, car si l’on m’ennuie tout à l’heure au ministère, je suis décidé à mettre les pieds dans le plat.

27[Il compte sur la discrétion de son ami à ce sujet.]

Extr., cat. libr. L’Autographe S. A. (Genève), no 74 (2004).

238*. À Paul Alexis

28[Médan, 6 novembre 1885]

  • 15 Voir la lettre 208, n. 1 et la lettre 240.

29Prière à mon bon ami Alexis de bien accueillir M. Paulotzky dont je lui ai parlé15. Et merci.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 32.

239*. À Henry Céard

30[Médan, 6 novembre 1885]

  • 16 Voir la lettre suivante.

31Prière à mon bon ami Céard de bien accueillir M. Paulotzky dont je lui ai parlé16. Et merci.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 32.

240*. À Isaac Pavlovsky

32Médan, 6 novembre 1885

33Mon cher confrère,

  • 17 Il s’agit des deux lettres précédentes.

34Ci-jointes une carte pour mon ami Paul Alexis (allez le voir chez lui 13 rue Girardon, Montmartre, ou au Cri du Peuple), et une autre carte pour mon ami Henry Céard, que vous trouverez tous les jours à la Bibliothèque de l’Hôtel Carnavalet, rue Sévigné17.

  • 18 C’est-à-dire à la Comédie-Française, dont Jules Claretie était, depuis le 20 octo bre, l’administr (...)

35En outre, j’ai prié un de mes amis de demander pour vous à M. Claretie un fauteuil en location, pour chaque première18. Quand j’aurai une réponse, je vous la communiquerai.

36Et en Russie, rien encore ?

37Cordialement à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 32.

241. À Gustave Geffroy

  • 19 Date du cachet postal. Le message de Zola est écrit sur une carte de visite portant l’adresse de M (...)

38[Médan, 8 novembre 188519]

  • 20 Zola remercie Gustave Geffroy du nouvel article qu’il venait de consacrer, dans La Justice du 6 no (...)

39Merci de nouveau, et merci toujours. On me comble à La Justice, et je veux que vous sachiez combien j’en suis touché et reconnaissant20.

Extr., cat. libr. W. Théry, février 1995.

242*. À Clovis Hugues

40Médan, 8 novembre 1885

  • 21 Voir les lettres 237 et 241. Le 6 novembre, Clovis Hugues, député de Marseille, avait donné à la s (...)

41On me dit que vous venez de défendre Germinal, contre la censure à la salle du boulevard des Capucines et je vous remercie de tout mon cœur21. Mais cette lettre a un but intéressé. J’ai à Aix une petite cousine pauvre, que je désirerais vivement placer, car elle a charge de famille. Elle a passé son examen d’institutrice, elle a fait une demande d’emploi, et rien n’arrive. Elle accepterait tout, soit une place dans les écoles maternelles, soit une place dans les écoles communales.

42Ne pouvez-vous rien pour elle, cher monsieur et confrère ? Ce serait une bonne action, et je vous en serais personnellement très reconnaissant.

  • 22 Angèle Pécout (→ lettre 2, n. 2) allait avoir dix-neuf ans le 12 décembre 1885. Elle fut nommée, g (...)

43Donnez-moi un conseil, dites-moi ce qu’il faut que je fasse. J’oubliais : ma petite cousine s’appelle Angèle Pécout et demeure à Aix chez sa mère, rue des Trois Ormeaux, 322.

44Merci, et bien cordialement.

  • 23 Sur Leydet, voir t. VI, lettre 106, n. 4.

45Je connais votre collègue, M. Leydet23, qui pourrait nous aider.

Extr. (facs.), cat. Libr. Arts et Autographes, no 15.

243*. À Isaac Pavlovsky

46Médan, 12 novembre 1885

47Mon cher confrère,

  • 24 C’est-à-dire la société “El Cosmos Editorial” de Madrid (→ t. V, lettres 118 et 121-A). Zola avait (...)
  • 25 Voir la lettre 219, n. 2.
  • 26 Voir la lettre suivante.

48Je n’ai pas encore vendu L’Œuvre en Espagne, et je viens de rompre avec l’éditeur de Madrid à qui j’avais cédé Germinal24. Vous qui avez habité là-bas25, donnez-moi un conseil. Connaissez-vous quelque éditeur honnête ? J’ai eu deux mille francs de Germinal. Je traiterai tout de suite à ce prix pour le prochain roman. Enfin, voyez donc si l’on pourrait me faire quelque proposition26.

49Merci et bien à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 32-33.

244*. À Isaac Pavlovsky

50Médan, 22 novembre 1885

51Mon cher confrère,

  • 27 Voir la lettre précédente. Nous ne possédons ni la lettre de Pavlovsky ni celle de Daniel Cortezo, (...)
  • 28 Nous n’avons pas retrouvé la lettre en question. Voir la lettre 246.

52Je reçois une lettre de M. Cortezo en même temps que la vôtre27. Il me dit ses conditions, et je considère l’affaire comme faite. Je lui écris pour que nous nous entendions d’une façon définitive28.

53Merci mille fois. Je vous suis très reconnaissant, car je n’avais encore en Espagne que de bien mauvais éditeurs.

54Cordialement.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 33.

245*. À Isaac Pavlovsky

55Médan, 29 novembre 1885

56Mon cher confrère,

  • 29 C’est-à-dire le périodique de Saint-Pétersbourg Ojestvenni Jurnal, qui allait publier L’Œuvre en f (...)

57Je vous envoie l’autographe demandé pour le Journal des Beaux-Arts29, bien que je ne désire guère être agréable aux journaux russes qui me pillent mes romans. Mais je le fais pour vous.

  • 30 Cf. t. V, lettre 122. Nous avons reproduit en frontispice du t. IV un des portraits réalisés par A (...)

58Pour le portrait, je n’en ai pas ici. Je vous conseille d’aller chez Melandri, 19 rue Clauzel, et vous y trouverez de bonnes photographies de moi, qui n’ont pas encore été gravées30.

  • 31 Nous ne possédons pas cette carte.

59Je joins à ma lettre une carte que vous pourrez porter à Daudet, 31 rue de Bellechasse31.

60Bien à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 33-34.

246*. À Isaac Pavlovsky

61Médan, 13 décembre 1885

62Mon cher confrère,

  • 32 C’est-à-dire le droit de traduction de L’Œuvre : la traduction d’Ernst Ziegler allait paraître à D (...)
  • 33 Voir la lettre 244.

63Le droit de traduction pour l’Allemagne et l’Autriche est cédé depuis longtemps32. – Vous devez savoir que l’affaire est absolument conclue avec M. Cortezo33, même on m’a envoyé la somme convenue, une traite de deux mille francs.

64Bien à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 34.

Notes

1 Originaire, comme Léon Cladel, de Montauban (Tarn-et-Garonne), l’écrivain régionaliste Émile Pouvillon (1840-1906) évoqua dans une quinzaine d’ouvrages, romans ou recueils de nouvelles, la vie quotidienne des paysans du Quercy et du Rouergue : citons Nouvelles réalistes (1878), Césette (1881), L’Innocent (1884), Jeande-Jeanne (1886), Le Cheval bleu (1888) et Les Antibel (1892). Il adapta Les Antibel pour la scène, avec Armand d’Artois (Odéon, 1899), écrivit avec ce dernier Le Roi de Rome (Nouveau Théâtre, 1899) et composa un « mystère », Bernadette de Lourdes (1894). Il publia également dans La Dépêche de Toulouse une série d’articles sur les villes et les paysages du Sud-Ouest que son fils, Pierre Pouvillon, réunit en volume sous le titre Terre d’Oc (1908).

2 L’Innocent avait paru chez Lemerre à la fin d’octobre 1884, après avoir été publié en trois parties dans la Revue des deux mondes (1er mai, 15 mai et 1er juin 1884). Dédié à Pierre Loti, le roman raconte la vie malheureuse de Pierrillou Trémissal, enfant maladif et simple d’esprit, qui est tourmenté par les autres habitants d’un village situé au bord de la Garonne. L’intrigue tourne autour d’un procès intenté contre les Trémissal par leurs voisins, les Mataly.

3 Comme le précise Danielle Coussot, Brétillard habitait Triel.

4 En fait, les Zola s’installèrent à Médan le 30 juin, Alexandrine devant suivre dans la capitale le traitement prescrit pour un rhumatisme au genou.

5 Nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola répond. Pavlovsky, qui se trouvait toujours en Espagne (→ lettre 219, n. 2), était l’objet, on le verra, d’un arrêté d’expulsion.

6 C’est-à-dire Au bonheur des dames (→ lettre 189, n. 3).

7 Cette expulsion était peut-être la conséquence de ce que Le Temps avait révélé, dans son numéro daté du 19 juillet, sur le passé de Pavlovsky : « Nous avons publié en Variétés, il y a quelques années, un ouvrage intitulé Mémoires d’un nihiliste [→ lettre 218, n. 4]. Il était précédé d’une lettre d’Ivan Tourgueneff, que l’on pouvait prendre pour un de ces artifices littéraires par lesquels un auteur est censé donner la parole à un autre personnage qui décrit ses impressions. On l’avait du moins prise ainsi ; on avait cru que les Mémoires d’un nihiliste étaient de Tourgeneff lui-même, et la librairie Hetzel l’a fait entrer dans l’un des deux volumes de ses dernières œuvres qu’elle vient de publier. /On s’était trompé. Pour cette fois, il n’y avait pas d’artifice et la lettre de Tourgueneff exprimait une réalité. Il n’était vraiment que l’éditeur des Mémoires : l’auteur est M. Pavlowsky [sic], jeune auteur russe, auquel il portait beaucoup d’intérêt, et qui, si flatteuse que cette confusion ait pu être pour son amour-propre, n’a pas cru devoir la laisser durer. »

8 Nous n’avons pas de renseignements sur la suite de l’affaire. Pavlovsky était de retour en France en octobre 1885 (→ lettre 236), mais il retourna en Espagne en 1888, pour faire un reportage sur l’Exposition de Barcelone.

9 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. V (lettre 252).

10 Nous ne possédons pas la lettre de Pavlovsky, qui était de retour en France (→ lettre 234).

11 L’Œuvre. Voir la lettre 243.

12 Zola répond à la lettre que Céard lui avait envoyée le 22 octobre (Burns, 1958, p. 279-280).

13 C’est-à-dire au sujet du drame tiré de Germinal, qui avait maille à partir avec la censure théâtrale (→ t. V, lettre 258). Zola et William Busnach avaient eu un premier entretien avec Edmond Turquet, sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, le 20 octobre (→ ibid., lettre 259, n. 6). Le 22 octobre, Busnach avait écrit à Zola : « Demain Turquet doit nous dire ce qu’il demande pour nous rendre la pièce qui est absolument interdite à l’heure qu’il est. Vous voyez que j’avais raison d’avoir peur. Et si j’ai encore plus peur ce n’est point non plus sans raisons ! Enfin nous verrons bien. Provisoirement c’est les gendarmes qui sont la pierre d’achoppement. À demain 3h ¼ chez moi. Turquet a exigé votre présence pour sa réponse de demain » (BNF, MSS, n. a. f. 24514, fos 556-557). Sur Turquet, voir t. V, lettre 398, n. 1.

14 Il s’agit de l’actrice Jenny Thénard (→ t. III, lettre 318, n. 2). Dans sa lettre du 22 octobre, Céard écrivait : « Thénard tient à vous parler de Germinal et de sa mise en scène pour laquelle elle offre son temps et ses services. Elle a vu Busnach et désirerait causer avec vous de leurs idées combinées. Voyez-vous quelque inconvénient à ce que je vous la conduise dimanche prochain à Médan ? » (Burns, p. 279-280)

15 Voir la lettre 208, n. 1 et la lettre 240.

16 Voir la lettre suivante.

17 Il s’agit des deux lettres précédentes.

18 C’est-à-dire à la Comédie-Française, dont Jules Claretie était, depuis le 20 octo bre, l’administrateur.

19 Date du cachet postal. Le message de Zola est écrit sur une carte de visite portant l’adresse de Médan.

20 Zola remercie Gustave Geffroy du nouvel article qu’il venait de consacrer, dans La Justice du 6 novembre, à l’interdiction de Germinal par la censure théâtrale (→ lettre 237). Geffroy avait déjà publié deux articles sur l’affaire, le 28 et le 30 octobre (→ t. V, lettre 262, n. 3). Sous le titre « L’avocat de la censure », il administrait une volée de bois vert à Victorien Sardou, qui avait déclaré, devant un journaliste du Voltaire : « Vous ne pouvez vous figurer, monsieur, les services que cette censure, dont on dit tant de mal sans la connaître, rend aux auteurs, aux directeurs et au public. […] C’est surtout [le public] qui devrait élever un monument à la censure. Mais voilà, il ne sait pas combien d’insanités, de grossièretés et de bêtises la censure lui évite » (Charly, « La censure. Chez Victorien Sardou », Le Voltaire, 5 novembre). « Aux partisans quand même du bon plaisir, écrivait Geffroy, aux directeurs de théâtre soucieux de s’éviter une besogne, vient s’ajouter volontairement un des notables commerçants de la littérature contemporaine, un de ceux dont les produits portent l’estampille de l’Académie […]. Aucune protestation contre un coup d’autorité, aucune solidarité avec un écrivain, ne pouvaient être attendues du souple courtisan de l’opinion qui écrivit tour à tour Patrie et Rabagas, – du flaireur de succès qui s’en vient, chaque année, résumer au goût de tous un an de discussions et d’articles de journaux, de thèses contradictoires et de mots de la fin, – du fabricant dont les œuvres compilées n’ont pas à craindre le salut de vieilles connaissances des censeurs, mais la réclamation d’un vivant ou la confrontation avec un mort. Il y a déjà un peu de temps que M. Zola, ayant à s’occuper de M. Sardou, lui refusait son estime littéraire. C’était savoir et prévoir ; – c’était la réponse, rédigée d’avance, du berger à la bergère. »

21 Voir les lettres 237 et 241. Le 6 novembre, Clovis Hugues, député de Marseille, avait donné à la salle située 39, boulevard des Capucines une conférence intitulée « Germinal d’Émile Zola et la question sociale ». Sur Hugues, voir t. V, lettre 308, n. 1.

22 Angèle Pécout (→ lettre 2, n. 2) allait avoir dix-neuf ans le 12 décembre 1885. Elle fut nommée, grâce à l’appui de Clovis Hugues et du député d’Aix, Victor Leydet, sous-directrice de l’école maternelle de Salon-de-Provence. Pour la réponse de Hugues, voir t. VI, lettre 106, n. 3.

23 Sur Leydet, voir t. VI, lettre 106, n. 4.

24 C’est-à-dire la société “El Cosmos Editorial” de Madrid (→ t. V, lettres 118 et 121-A). Zola avait été mal renseigné, semble-t-il, sur la qualité de la traduction espagnole de Germinal, et il avait dû être désagréablement surpris d’apprendre que le deuxième tome avait paru huit mois après le premier : voir sur cette question Alaoui, 1991, t. I, p. 322 et Saillard, 2001. En mai 1887, toutefois, il céda à la maison madrilène les droits de traduction de La Terre (→ t. VI, lettre 71, n. 9 et Saillard, 2006).

25 Voir la lettre 219, n. 2.

26 Voir la lettre suivante.

27 Voir la lettre précédente. Nous ne possédons ni la lettre de Pavlovsky ni celle de Daniel Cortezo, éditeur à Barcelone.

28 Nous n’avons pas retrouvé la lettre en question. Voir la lettre 246.

29 C’est-à-dire le périodique de Saint-Pétersbourg Ojestvenni Jurnal, qui allait publier L’Œuvre en feuilleton, de janvier à octobre 1886. Nous n’avons pu en consulter la collection.

30 Cf. t. V, lettre 122. Nous avons reproduit en frontispice du t. IV un des portraits réalisés par Achille Melandri.

31 Nous ne possédons pas cette carte.

32 C’est-à-dire le droit de traduction de L’Œuvre : la traduction d’Ernst Ziegler allait paraître à Dresde, chez Heinrich Minden (→ t. V, lettre 289).

33 Voir la lettre 244.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search