Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1884

Texte intégral

213*. À Louis Montchal

  • 1 Date inscrite par le destinataire sur la carte de visite de Zola.

1[Médan, 2 janvier 18841]

  • 2 Zola répond à la lettre de vœux que Montchal lui avait envoyée le 30 décembre 1883. Ce dernier ven (...)

2Avec mes remerciements et mes bons souhaits en retour2.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 166.

214. Destinataire inconnu

3Paris, 14 janvier 1884

  • 3 Le journaliste en question souhaitait assister à une représentation de Pot-Bouille au théâtre de l (...)

4Votre rédacteur en chef n’aura qu’à présenter cette carte au contrôle de l’Ambigu, le jour qu’il lui plaira3.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 105 (juin 2003).

215. À Yves Guyot

  • 4 Zola semble avoir reçu une réponse (non retrouvée) à cette lettre le lundi 21 janvier 1884, date à (...)

5[Paris, vers le 19 janvier 18844]

  • 5 On sait que Guyot avait lui-même publié, en 1882, un roman sur le « peuple des houillières », Scèn (...)

6Je vais prendre pour sujet de mon prochain roman une grève dans une mine de houille5. Cela me permettra d’étudier dramatiquement toute la question sociale actuelle.

7[Le roman sera]

8[…] un pendant à L’Assommoir, qu’on m’a tant reproché.

9[Il voudrait être introduit auprès du député de la circonscription d’Anzin, ainsi qu’auprès d’]

  • 6 Le 11 février 1884, Edmond de Goncourt écrivit dans son Journal : « Chez Zola, les milieux seuleme (...)

10[…] un député ayant sa circonscription dans un charbonnage de la Loire6.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot, 10-11 décembre 1991.

216. À Julia Daudet

11Médan, 23 janvier 1884

12[Les Daudet ont changé leur jour de réception, qui devient le même que celui des Zola.]

  • 7 Le jour même, Julia Daudet (→ t. V, lettre 126, n. 1) avait écrit à Zola : « Je suis absolument dé (...)

13Nous avons une telle horreur du changement que nous ne pourrons décider à abandonner notre vieux jeudi7. Mais nous ferons tous nos efforts pour nous échapper […] et aller vous serrer la main une fois ou deux.

Extr., cat. Libr. Loliée, no 29.

217*. À Isaac Pavlovsky

14Paris, 23 mars 1884

15Cher monsieur,

  • 8 C’est-à-dire la nouvelle dont il était question dans la lettre 208.

16J’ai lu votre nouvelle8, et elle m’a beaucoup frappé par certains côtés originaux. Il y a vraiment là des qualités très saisissantes. Malheureusement, je pense comme vous que la traduction française n’est pas assez nette pour qu’on la publie telle quelle. Il faudrait absolument l’émonder.

  • 9 Zola allait rédiger les premiers feuillets de Germinal le 2 avril. Ses sympathies pour l’anarchism (...)

17Voulez-vous venir causer un instant avec moi, d’autant plus que je voudrais vous demander des renseignements sur les nihilistes russes, pour mon prochain roman9. Pouvez-vous me venir voir demain lundi à deux heures ? Si cette heure ne vous convient pas, venez le soir à huit heures et demie. Et si vous êtes encore pris, venez à deux heures, soit mardi, soit mercredi.

18Bien cordialement à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 28-29.

218*. À Auguste Dumont

  • 10 Pour la datation, voir la lettre suivante.

19[Médan, 25 avril 188410]

  • 11 Sur Auguste Dumont, directeur du Gil Blas, voir les Notices biographiques du t. V.

20Cher monsieur Dumont11,

  • 12 Il s’agit d’Isaac Pavlovsky (→ lettre 208, n. 1).

21Permettez-moi de vous recommander M. Paulotzky12, un jeune russe de mes amis, que le bon et grand Tourguéneff m’avait fait connaître.

  • 13 La nouvelle, signée J. Pavlofsky [sic], avait paru dans Le Temps sous le titre « En cellule : Impr (...)

22M. Paulotzky, qui a eu déjà une nouvelle publiée au Temps13, m’en a fait lire une autre, que j’ai trouvée très originale. Je lui ai conseillé de vous la porter. Ne pourriez-vous la publier entre deux grands romans ? Il y a là une note singulière qui vous plaira sans doute. Enfin, vous me ferez grand plaisir en étant utile à M. Paulotzki [sic].

23Merci mille fois, et cordialement à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 30.

219*. À Isaac Pavlovsky

24Médan, 25 avril 1884

25Cher monsieur,

  • 14 Il s’agit de la lettre précédente.
  • 15 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes. Pavlovsky, devenu corres (...)

26Le mieux est que je vous donne tout de suite la lettre de recommandation pour M. Dumont, le directeur du Gil Blas14. Seulement, je ne vous conseille pas d’envoyer votre femme au journal, la vue d’une femme terrifiant toujours un directeur, qui redoute un bas bleu15. Faites déposer le manuscrit par un ami. De mon côté, je chaufferai l’affaire, quand je verrai M. Dumont. – Ce que je crains, si l’on vous prend votre nouvelle, c’est qu’on ne vous paye pas beaucoup.

  • 16 Nous possédons seulement la lettre qu’Emmanuel Michelet, avocat demeurant à Saint-Pétersbourg et r (...)
  • 17 Le 22 juillet, Pavlovsky écrivit à Zola, d’Irun : « J’ai reçu aujourd’hui une lettre de M. Pastche (...)

27On m’a fait de nouvelles propositions de Russie, pour mon prochain roman16. Dites à M. Pastchenko, votre ami, qu’il serait bien aimable de me faire connaître ses offres le plus tôt possible. Son projet est-il sérieux ? Je voudrais surtout être certain que sa revue paraîtra17.

28Dès votre retour d’Espagne, donnez-moi de vos nouvelles, et d’ici là faites-moi tenir au courant du sort de votre manuscrit.

29Bien cordialement à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 29.

220. À Auguste Dietrich

30Médan, 7 mai 1884

  • 18 Sur le publiciste et traducteur Auguste Dietrich, voir t. V, lettre 371, n. 1. Nous n’avons pas re (...)

31[Zola le remercie des bonnes choses qu’il lui écrit18.]

  • 19 En Allemagne, les traductions de ses romans n’avaient guère rapporté de revenus à Zola (→ lettres (...)

32Je savais qu’on s’occupait sérieusement de moi en Autriche et en Allemagne19 ; mais les détails que vous me donnez, en précisant les faits, me font le plus grand plaisir. Je vous envoie bien volontiers la photographie que vous me demandez, puisque je vous suis redevable d’un autre article que j’ignorais. Et tant mieux si je satisfais là un de vos petits désirs, car je suis très heureux de pouvoir vous témoigner ma gratitude de votre bonne sympathie littéraire.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot, 27-28 mai 2003.

221*. À Eugène Croiseau

33Médan, 8 juin 1884

34Monsieur,

35M. Mordant, le zingueur plombier, doit vous porter son mémoire. Il est venu me dire qu’il ne pourrait me faire le 6 % parce que le maçon avait fait les couvertures de tuiles. Je lui ai répondu que nous examinerions cela, quand M. Asseline viendrait. Veuillez donc lui faire la même réponse et ne vous engager à rien, car la réclamation me paraît sans grand fondement.

36Agréez, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 260.

222*. À Eugène Croiseau

37Médan, 10 juin 1884

38Monsieur,

  • 20 C’est-à-dire à Médan, au sommet de la tour nord. Zola s’était adressé à Eugène Beignet, « horloger (...)

39Voici un nouveau petit mémoire pour la pose d’un paratonnerre20. Je désirerais qu’il fût vérifié le plus tôt possible. Comme le travail est sans grande importance, ne pourrait-on éviter de déranger l’entrepreneur ? M. Asseline donnerait seul un coup d’œil au travail sur les lieux, ce qui suffirait, je pense. À moins que vous ne trouviez pas cela régulier.

40J’attends M. Asseline au premier jour.

41Recevez, je vous prie, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

  • 21 Le devis, daté du 1er mai 1884, prévoyait une dépense de 387 francs, et la facture porta le prix à (...)

42J’ai en mains le devis approximatif de M. Beignet que je remettrai à M. Asseline21.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 260.

223*. À Louis Montchal

  • 22 Date inscrite par le destinataire sur la carte de visite de Zola.

43[Médan, 16 juillet 188422]

  • 23 Nous ne possédons pas la lettre de Montchal, mais il faut penser que la visite proposée eut lieu. (...)

44Votre lettre, mon cher confrère, m’arrive beaucoup trop tard, pour que je puisse vous répondre à temps. Vous savez que vous serez toujours bien reçu. Venez l’après-midi qu’il vous plaira23.

45Cordialement.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 167.

224*. À Isaac Pavlovsky

46Médan, 18 septembre 1884

47Mon cher confrère,

  • 24 La première livraison parut le 25 novembre, dans le numéro du Gil Blas daté du lendemain.
  • 25 Voir la lettre 219. Au mois d’août, Pavlovsky avait écrit à Zola de Madrid, pour lui communiquer l (...)
  • 26 Nous n’avons pas de renseignements là-dessus.

48Je vous lance cette lettre un peu au hasard, pour vous rappeler que mon roman Germinal doit commencer à paraître dans le Gil Blas, vers le vingt novembre24. Que faire pour la Russie ? Avez-vous déniché une feuille courageuse et solvable25 ? J’ai bien quelques propositions, mais je les trouve très médiocres26. Je puis livrer les premiers placards du 10 au 15 du mois prochain ; mais je n’ai le droit d’autoriser la publication en Russie que quatre ou cinq jours avant la publication en France – Je vous l’ai souvent répété, il faudrait un grand journal quotidien qui pût suivre jour par jour le Gil Blas, en donnant trois cents lignes environ à la fois.

  • 27 Le 26 septembre, toujours de Madrid, Pavlovsky répondit : « Le malheur est que les journaux russes (...)

49Un conseil, je vous prie27, et bien cordialement à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 30.

225. À Georges Decaux

50Médan, 18 octobre 1884

  • 28 Il s’agit manifestement du traité négocié avec l’éditeur Georges Decaux pour la publication d’une (...)
  • 29 Après une première publication en feuilleton dans le Gil Blas (du 25 novembre 1884 au 24 février 1 (...)

51Le traité est parfait28. Je me suis contenté d’ajouter un article, pour réserver mon droit de publier Germinal, dans La Vie populaire, ou un journal de cette nature29.

52[Decaux peut donc lui faire parvenir]

53[…] le traité sur papier timbré et lui envoyer les deux copies. […] Je vous renverrai la vôtre signée de moi.

  • 30 Voir la lettre suivante.

54Tâchez de choisir un dessinateur connaissant les mines d’Anzin, car, sans cela, ce profane devra sans doute partir là-bas, pour que ses types et ses fonds ne soient pas trop menteurs30. Attendez au reste que le roman paraisse.

Extr. de cat., arch. É. Z.

226. À Georges Decaux

55Médan, 23 octobre 1884

  • 31 Voir la lettre précédente.
  • 32 Il est permis de penser que Zola rencontra l’illustrateur choisi, Jules Férat, en mars 1885 (→ t.  (...)

56Je vous renvoie votre traité signé. Voilà qui est conclu31. Lorsque votre dessinateur sera sur le point de partir pour Anzin, il faudra que j’aie un entretien avec lui, car je lui désignerai les lieux exacts où j’ai placé les scènes, ce qui lui évitera des recherches. Il n’aura plus qu’à prendre des croquis32.

Extr. de cat., arch. É. Z.

227*. À Carlos de Ochoa

57Médan, 24 novembre 1884

  • 33 Né à Madrid en 1836, l’avocat, journaliste et homme de lettres Carlos de Ochoa vécut longtemps à P (...)

58Monsieur33,

  • 34 Zola répond à la lettre que Carlos de Ochoa lui avait adressée le 22 novembre, et dont nous posséd (...)
  • 35 Zola avait traité avec la maison d’édition madrilène « El Cosmos Editorial » : voir t. V, lettre 1 (...)

59Vous vous trompez complètement, j’ai vendu la traduction espagnole de mes deux derniers romans34, et j’ai traité pour Germinal avec la maison « El Cosmos editorial », qui me l’a payé deux mille francs35.

  • 36 Carlos de Ochoa s’y prit trop tard : l’affaire était déjà conclue avec Daniel Cortezo (→ lettre 24 (...)

60Du reste, je prends bonne note de votre offre, et si mon roman de l’année prochaine vous tentait, je ne demanderais pas mieux que d’entrer en pourparlers36.

61Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., Biblioteka Jagiellónska, Cracovie.
Oberle, 1999, p. 63.

228*. À Ernst Ziegler

62Médan, 27 novembre 1884

  • 37 Sur Ernst Ziegler, à qui Zola avait confié la traduction de Germinal en langue allemande, voir les (...)

63Mon cher confrère37,

  • 38 Voir t. V, lettre 124.

64J’ai signé hier et j’ai envoyé à M. Minden une copie du traité, en comprenant que ce traité venait bien de vous38. Je vous en adresse aujourd’hui une copie, et je garde la troisième. J’approuve parfaitement ce que vous avez fait, vous savez que je m’en suis remis complètement à vous, certain que vous agiriez toujours pour le mieux.

  • 39 Lettre non retrouvée.
  • 40 Le 3 décembre, Ziegler répondit : « J’avais tort de ne pas vous adresser la note pour le Gil Blas, (...)

65Je regrette que vous ayez envoyé directement votre note au Gil Blas. Il ne l’a pas publiée. J’écris au directeur39, mais je ne vous promets rien, car les journaux n’aiment guère les traductions, ils s’imaginent bien à tort qu’elles leur font du tort à l’étranger40.

66Bien cordialement à vous.

L.a.s., Columbia University, New York.
Oberle, 1999, p. 64.

229*. Destinataire inconnu

67Médan, 13 décembre 1884

68C’est à votre jeunesse, Monsieur, que j’envoie cet autographe, car je suis dur le plus souvent pour la manie des collectionneurs.

  • 41 Il s’agit de l’actuel cours Gambetta, à Aix-en-Provence. En juin 1843, Zola habitait avec ses pare (...)

69Et puis, votre lettre m’a rappelé un temps bien lointain. J’ai habité le cours Sainte-Anne très jeune41. Voilà pourquoi j’ai cédé à mon émotion.

70Cordialement à vous.

L.a.s. (facs.), vente eBay, novembre 2008.

230. À Louis Desprez

71Médan, 18 décembre 1884

  • 42 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. V (lettre 142). Sur le procès de Desprez, (...)

72Mon cher confrère42,

73Le moins vous parlerez, et le mieux cela vaudra pour votre sécurité personnelle. Je sais bien qu’il y a la littérature à défendre ; mais soyez sûr que personne ne vous tiendra compte de votre vaillance, si vous êtes condamné. On vous lapidera […]. Donc, si vous avez quelque chose à dire, dites-le très brièvement. […] Votre acquittement dépend des bonshommes qui seront au banc du jury. Je n’ose guère y compter, car la littérature est la grande damnée. Vous paierez pour d’autres, surtout si vous êtes brave. […] À quoi bon le martyre, dans cette société ridicule ?

Extr., cat. libr. Charavay, no 806 (septembre 1993).

230-A*. À Harry Alis

74Médan, 22 décembre 1884

75Mon cher confrère,

  • 43 Zola répond à la lettre, datée du 20 décembre, où Harry Alis lui racontait l’histoire du refus de (...)

76J’avais connaissance de votre affaire par les journaux, et des fragments de l’étonnant rapport étaient venus jusqu’à moi43. J’ajoute que je ne suis pas surpris et que tout cela est dans l’ordre de la bêtise des Sociétés littéraires.

77Si je bataillais encore dans la presse, je me passionnerais certainement, bien que cela n’en vaille guère la peine. Retiré dans mon trou, en sage, je vais me contenter de garder votre lettre et la copie du rapport : comme vous le dites, il y a là un document, cela peut servir.

78Au fond, je crois que le bruit fait par la presse autour de l’incident va les ennuyer. Vous verrez qu’ils reviendront et qu’ils vous supplieront d’entrer dans leur sein.

79Cordialement à vous.

L.a.s., Bibliothèque de l’Institut de France, fonds Hippolyte Percher.

Notes

1 Date inscrite par le destinataire sur la carte de visite de Zola.

2 Zola répond à la lettre de vœux que Montchal lui avait envoyée le 30 décembre 1883. Ce dernier venait de lire les nouvelles recueillies dans Naïs Micoulin (→lettre 204, n. 4) : « J’ai siroté ‘Naïs Micoulin’ et ses sœurs. ‘La Mort d’Olivier Bécaille’ est d’un relief magistral. Cela fait un effet à la lecture ! Si j’avais à choisir, ‘Madame Neigeon’ enlèverait mes suffrages. » Et il évoquait la réception du drame tiré de Pot-Bouille, que l’on jouait à l’Ambigu depuis le 13 décembre (le roman était à ses yeux le « chef-d’œuvre » de Zola, « au point de vue du style, de la charpente et du mouvement ») : « À l’exception de l’article Sarcey, ce que j’ai lu dénote la plus insigne mauvaise foi. Tous ces rhéteurs déplacent la question, tous rhéteurs, tous jean-foutre ! » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fo 303) Sur l’article de Sarcey, voir t. IV, lettre 370, n. 4.

3 Le journaliste en question souhaitait assister à une représentation de Pot-Bouille au théâtre de l’Ambigu (→ lettre précédente, n. 2).

4 Zola semble avoir reçu une réponse (non retrouvée) à cette lettre le lundi 21 janvier 1884, date à laquelle il écrivit à Guyot : « J’irai vous voir jeudi 4 heures et demie » (t. X, lettre S 110).

5 On sait que Guyot avait lui-même publié, en 1882, un roman sur le « peuple des houillières », Scènes de l’enfer social. La famille Pichot. Il avait également publié dans Le Voltaire, en juillet 1878, un reportage sur la grève des mineurs qui avait eu lieu cette année-là à Anzin. Les « Notes Guyot » qui figurent dans le dossier préparatoire de Germinal (BNF, MSS, n.a.f. 10308, fos 195-201) sont tirées de ces articles ; Zola lut aussi, pour la documentation de son roman, l’ouvrage de Guyot intitulé La Science économique (1881).

6 Le 11 février 1884, Edmond de Goncourt écrivit dans son Journal : « Chez Zola, les milieux seulement sont faits d’après nature, et le personnage toujours fabriqué de chic. C’est ainsi qu’il se prépare à faire son roman sur les mines, en allant huit jours à Saint-Étienne, en descendant dans les puits, en prenant des notes sur les terrains houilliers » (1956, t. III, p. 312). On sait que Zola abandonna le projet d’un voyage dans le bassin houiller de Saint-Étienne, et qu’il se rendit à Anzin le 23 février. Sa lettre à Guyot laisse entendre qu’il ne connaissait pas encore le député du Nord, Alfred Giard, qui facilita son voyage dans la région de Valenciennes. Les deux hommes s’étaient-ils vraiment rencontrés à Bénodet en 1883, comme le veut la tradition familiale ? La lettre que Giard adressa au romancier le 20 février (→ t. V, lettre 17, n. 2) permet aussi d’en douter, puisqu’il crut devoir préciser, après sa signature : « Député du Nord, Professeur de zoologie à la Faculté de Lille » (et non « Professeur de géologie », comme l’imprime Henri Marel, 1986).

7 Le jour même, Julia Daudet (→ t. V, lettre 126, n. 1) avait écrit à Zola : « Je suis absolument désolée. Ayant gardé dix ans le mercredi, puis le mardi trois ans, j’étais tour à tour privée d’amis recevant ces mêmes soirs. Cette année j’ai mis au jeudi, mais j’aurais dû penser à vous : Alphonse est fâché contre moi depuis ce matin. Aussi c’est un peu votre faute : vous venez si tard à Paris, on est si souvent privé de vous, que vos jeudis étaient partis de ma mémoire. J’ose à peine vous dire qu’une petite carte avertissant vos amis d’un changement de jour, vous pourriez peut-être arranger les choses [sic] pour ces deux mois : nous vous en serions bien reconnaissants Alph et moi, et je n’aurais pas la rancœur d’être privée par ma faute du ménage Zola pour qui nous avons tant d’amitié, vous le savez bien » (lettre datée de « mercredi », arch. familiales). Les Zola s’étaient réinstallés à Paris le 8 janvier 1884, après une absence de plus de huit mois.

8 C’est-à-dire la nouvelle dont il était question dans la lettre 208.

9 Zola allait rédiger les premiers feuillets de Germinal le 2 avril. Ses sympathies pour l’anarchisme avaient valu à Pavlovsky quatre années de prison en Russie, suivies d’une période d’exil près d’Arkhangelsk. Il s’était réfugié en Suisse en 1878 et était arrivé à Paris en janvier 1879.

10 Pour la datation, voir la lettre suivante.

11 Sur Auguste Dumont, directeur du Gil Blas, voir les Notices biographiques du t. V.

12 Il s’agit d’Isaac Pavlovsky (→ lettre 208, n. 1).

13 La nouvelle, signée J. Pavlofsky [sic], avait paru dans Le Temps sous le titre « En cellule : Impressions d’un nihiliste » ; précédée d’une lettre-préface de Tourguéniev, elle avait été publiée en trois parties, dans les numéros datés du 12, du 19 et du 25 novembre 1879. En 1885, l’éditeur Pierre-Jules Hetzel, croyant que le récit avait été composé par Tourguéniev lui-même, le publia dans un volume d’œuvres posthumes de l’écrivain, sous le titre « Mémoires d’un nihiliste » (Souvenirs d’enfance, p. 241-314). Voir la lettre 234, n. 3.

14 Il s’agit de la lettre précédente.

15 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes. Pavlovsky, devenu correspondant du Courrier russe de Moscou, se trouvait en Espagne, où il allait séjourner pendant plus de quinze mois, et d’où il envoya en Russie une série d’articles sur le pays. Ces textes furent publiés en volume à Saint-Pétersbourg, en 1889, sous le titre Essais sur l’Espagne contemporaine (1884-1885), et les chapitres consacrés à la Catalogne, où Pavlovsky passa l’hiver de 1884-1885, ont été traduits en catalan par Josep M. Farré (Pavlovsky, 1989). Voir aussi Zviguilsky, 1999, p. 41 [n. 4].

16 Nous possédons seulement la lettre qu’Emmanuel Michelet, avocat demeurant à Saint-Pétersbourg et représentant en Russie de la Société des Gens de lettres, avait envoyée à Zola le 7 mars 1884, en réponse à celle, non retrouvée, que le romancier lui avait adressée le 3 mars. Michelet précisait : « Le prix que les Novosti offrent pour votre roman est tellement dérisoire que je n’ose même pas vous le proposer. […] Chaque journal ici serait heureux d’avoir la primeur de votre roman, je viens donc vous prier, Monsieur, de vouloir me dire quel prix vous en demanderez pour que je puisse être fixé là-dessus ; je vous préviens seulement qu’en Russie on n’aime pas à payer trop cher » (arch. familiales).

17 Le 22 juillet, Pavlovsky écrivit à Zola, d’Irun : « J’ai reçu aujourd’hui une lettre de M. Pastchenko, dont je vous ai parlé avant mon départ de Paris […]. Il a abandonné provisoirement l’idée de publier son journal, pour cause des persécutions que la presse russe souffre en ce moment de la part du gouvernement. […] Mais Pastchenko a parlé avec le directeur du journal de Kiev, Zaria, qui est prêt [à] acheter votre manuscrit, seulement il veut l’avoir deux mois avant qu’il soit publié à Paris […]. Je dois vous dire que le journal n’est pas riche et qu’il ne peut pas payer beaucoup. Je vais écrire aussi au Vie domosti de St-Petersbourg pour lui proposer l’affaire, mais je ne sais pas si cela lui conviendra, il est très peureux » (arch. familiales). Voir la lettre 224.

18 Sur le publiciste et traducteur Auguste Dietrich, voir t. V, lettre 371, n. 1. Nous n’avons pas retrouvé la lettre à laquelle Zola répond.

19 En Allemagne, les traductions de ses romans n’avaient guère rapporté de revenus à Zola (→ lettres 210 et 212), mais des critiques influents avaient contribué à y faire connaître ses œuvres : Michael-Georg Conrad dans la Frankfurter Zeitung, Paul Lindau, dans Die Gegenwart et Nord und Süd, Eduard Engel dans le Magazin für die Literatur des Auslandes (voir Chevrel, 1973). En Autriche-Hongrie, comme le signale Karl Zieger (1985), l’année 1882 avait été une « année-clef » : la Neue Freie Presse de Vienne avait publié Pot-Bouille en feuilleton (→ t. IV, lettre 166, n. 5), et dans la même ville, le Stadttheater – la deuxième scène viennoise après le Hofburgtheater – avait donné le drame tiré de L’Assommoir. En 1883, la Wiener Allgemeine Zeitung avait publié la nouvelle « L’Inondation » (du 30 mars au 12 avril), après avoir consacré un article élogieux à Au bonheur des dames (16 mars). Le 11 mars 1884, Ernst Ziegler avait rendu compte de La Joie de vivre dans le Pester Lloyd, journal hongrois de langue allemande ; quatre jours plus tard, il proposait à Zola de traduire son prochain roman et de négocier son placement en Allemagne et en Autriche (→ t. V, lettre 36).

20 C’est-à-dire à Médan, au sommet de la tour nord. Zola s’était adressé à Eugène Beignet, « horloger-mécanicien » demeurant à Paris, 96 rue Montmartre (Le Blond-Zola, 1999, p. 57).

21 Le devis, daté du 1er mai 1884, prévoyait une dépense de 387 francs, et la facture porta le prix à 515 francs. Le 20 juin, Croiseau ramena celui-ci à 488 francs (ibid.).

22 Date inscrite par le destinataire sur la carte de visite de Zola.

23 Nous ne possédons pas la lettre de Montchal, mais il faut penser que la visite proposée eut lieu. Le 1er juillet 1892, ce dernier écrivit à Zola : « À Médan, en 1884, vous doutiez de vos forces, vous me disiez que vous seriez bien las après votre dernier [roman]. Moi, qui ne doute de rien, je protestais. Votre dernier ? Sera-ce un volume sur la Commune, ou bien de vos bras puissants étreignant cette fin de siècle, en ferez-vous sortir tout ce qu’elle contient de folies savantes, d’écœurements voulus, d’anxiétés millénaires, de salutaires anarchies, de fiertés rénovatrices ? » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fo 324)

24 La première livraison parut le 25 novembre, dans le numéro du Gil Blas daté du lendemain.

25 Voir la lettre 219. Au mois d’août, Pavlovsky avait écrit à Zola de Madrid, pour lui communiquer la réponse du journal Petersbourgski Viedomosti : le directeur voulait savoir le prix demandé pour Germinal et il souhaitait commencer la publication du roman un mois avant le Gil Blas. Pavlovsky poursuivait : « Le journal est assez riche. Je crois que vous pouvez demander 1 000 roubles ; s’il trouve que c’est trop cher, alors il faudra rabattre le prix, puisque maintenant que vous êtes défendu en Russie, c’est seulement les Viedomosti de St-Pétersboug (qui sont favorisés du gouvernement) qui peuvent vous publier sans crainte » (arch. familiales).

26 Nous n’avons pas de renseignements là-dessus.

27 Le 26 septembre, toujours de Madrid, Pavlovsky répondit : « Le malheur est que les journaux russes sont accoutumés de vous traduire pour rien. En vous payant, ils veulent obtenir le droit d’avoir votre manuscrit quelque temps d’avance. Dans votre lettre du mois d’août vous avez dit (et j’en étais tout étonné) que vous pouvez livrer les premiers placards de Germinal un mois d’avance. C’est dans ce sens que j’ai écrit aux Viedomosti de St-Pétersbourg. Maintenant je lui dis que je me suis trompé et que c’est seulement 4-5 jours avant la publication en France que vous pouvez autoriser la publication en Russie. Je m’explique en outre tous les avantages qu’il aura en acceptant ces conditions et je l’engage à le faire. »
Cette lettre croisa dans la poste celle que Zola lui avait envoyée le 25 septembre (lettre non retrouvée). Pavlovsky répondit, le 29 septembre : « [Je suis] très content d’apprendre que vous autorisez la publication russe une dizaine de jours à l’avance. C’est dans ce sens que j’écris aujourd’hui aux Viedomosti et il ne nous reste qu’[à] attendre la réponse. […] Ce n’est pas moi qui traduira[i] Germinal ; probablement ce sera quelqu’un de la rédaction » (arch. familiales).
Le 14 octobre, Zola écrivit lui-même au directeur des Viedomosti, Boris Avseienkov (t. V, lettre 101-A).

28 Il s’agit manifestement du traité négocié avec l’éditeur Georges Decaux pour la publication d’une édition illustrée de Germinal (→ t. X, lettre S 115). Le traité n’a pas été retrouvé, mais un relevé de tirages fourni à Zola en mars 1886 permet d’en connaître les conditions (→ t. V, lettre 369, n. 2).

29 Après une première publication en feuilleton dans le Gil Blas (du 25 novembre 1884 au 24 février 1885), le roman connut de multiples reproductions dans la presse : La Vie populaire (du 2 avril au 23 juillet 1885), Le Cri du peuple (du 14 juillet au 21 décembre 1885), Le Peuple de Bruxelles (à partir du 13 décembre 1885), Le Petit Rouennais (à partir du 27 décembre 1885), Le Nouveau parti de Marseille (à partir du 10 juillet 1886), La République sociale de Vierzon (à partir du 9 octobre 1886).

30 Voir la lettre suivante.

31 Voir la lettre précédente.

32 Il est permis de penser que Zola rencontra l’illustrateur choisi, Jules Férat, en mars 1885 (→ t. X, lettre S 125). – Jules Férat (né en 1819) entra en 1850 à l’École des Beaux-Arts, où il fut l’élève de Léon Cogniet, et exposa au Salon de 1857 à 1878. Illustrateur chez Hachette à partir de 1866, il collabora à la « Bibliothèque des Merveilles ». Il illustra les œuvres de nombreux écrivains, dont Edgar Allan Poe (Contes, 1884), Jules Sandeau (La Roche aux mouettes, 1871), Eugène Sue (Les Mystères de Paris, 1857) et Jules Verne (Michel Strogoff, 1872 ; L’Île mystérieuse, 1874).

33 Né à Madrid en 1836, l’avocat, journaliste et homme de lettres Carlos de Ochoa vécut longtemps à Paris, où il fut le correspondant du quotidien madrilène La Epoca et collabora à divers journaux français. Il publia des ouvrages juridiques et des anthologies de textes littéraires espagnols et dirigea la publication d’un dictionnaire de la langue castillane (1892). Il traduisit en espagnol des œuvres de Victor Hugo, de Camille Flammarion et de Louis Viardot. En 1893, il était avocat de l’ambassade et des consulats espagnols en France.

34 Zola répond à la lettre que Carlos de Ochoa lui avait adressée le 22 novembre, et dont nous possédons seulement un résumé. Ce dernier lui offrait cent francs pour les droits de traduction en espagnol de Germinal. Il admettait que la somme était modeste, mais il rappelait au romancier qu’Au bonheur des dames et La Joie de vivre n’avaient pas été publiés en Espagne parce que le prix demandé était trop élevé (arch. familiales).
En fait, Zola avait traité avec Alfredo de Carlos Hierro (Au bonheur des dames) et Enrique de Grand-Torcy (La Joie de vivre) : pour chaque roman, il avait reçu mille francs.

35 Zola avait traité avec la maison d’édition madrilène « El Cosmos Editorial » : voir t. V, lettre 118, n. 1.

36 Carlos de Ochoa s’y prit trop tard : l’affaire était déjà conclue avec Daniel Cortezo (→ lettre 244). Il offrit 2 000 francs pour La Terre, en janvier 1887, et écrivit de nouveau à Zola en février 1893, au sujet du Docteur Pascal (arch. familiales).

37 Sur Ernst Ziegler, à qui Zola avait confié la traduction de Germinal en langue allemande, voir les Notices biographiques du t. V.

38 Voir t. V, lettre 124.

39 Lettre non retrouvée.

40 Le 3 décembre, Ziegler répondit : « J’avais tort de ne pas vous adresser la note pour le Gil Blas, mais la simple raison est que je n’ai pas osé. Vous êtes d’une si avenante amabilité pour moi, je n’ai pas voulu en abuser » (BNF, MSS, n.a.f. 24524, fo 598). Malgré l’intervention de Zola, le quotidien ne parla pas de la traduction de Ziegler.

41 Il s’agit de l’actuel cours Gambetta, à Aix-en-Provence. En juin 1843, Zola habitait avec ses parents au numéro 33 (aujourd’hui 33bis). Il venait d’avoir trois ans. Trois mois plus tard, la famille était installée 6, rue Silvacanne. Voir Lioult, 1991, p. 200, et Pagès et Morgan, 2002, p. 12 et 108.

42 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. V (lettre 142). Sur le procès de Desprez, voir Colin et Nivet, 1992.

43 Zola répond à la lettre, datée du 20 décembre, où Harry Alis lui racontait l’histoire du refus de sa candidature à la Société des Gens de lettres, en y joignant le rapport de Fortuné Du Boisgobey, membre du comité de réception : voir là-dessus t. V, lettre 172, n. 3.
Dans sa lettre, Alis écrivait : « Vous avez pris un jour la défense des feuilletonistes. Vous disiez fort justement, si je ne me trompe, qu’ils étaient respectables parce qu’ils travaillaient beaucoup, etc. […] Or, il ne serait pas mauvais peut-être de prêcher aux feuilletonistes un peu de cette même tolérance que vous réclamiez en leur faveur. / Il existe, vous le savez – et vous avez la sagesse de n’en point faire partie – une Société des Gens de lettres qui devrait être un pur instrument de recouvrement pour les droits de reproduction. Les feuilletonistes y ont établi leur forteresse. / Je vous communique sans commentaires l’histoire de la plaisanterie que ces Messieurs se sont amusés à me faire » (arch. familiales). On se rappelle que Zola avait consacré une partie de son étude sur « Les Romanciers contemporains », qui formait le dernier chapitre des Romanciers naturalistes, aux « bâcleurs de feuilletons » (O.C., t. XI, p. 236-239).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search