Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1883

Texte intégral

191*. À Isaac Pavlovsky

1Médan, 12 janvier 1883

2Cher monsieur,

  • 1 C’est-à-dire la deuxième moitié de la somme négociée pour les droits de traduction d’Au bonheur de (...)

3Et que deviennent nos quinze cents francs de Moscou1 ? Vous seriez bien aimable de les obtenir et de me les envoyer, car si nous attendons trop longtemps, je n’aurai plus aucun recours. Dites que je vous refuse la suite du texte, ce qui doit être le seul moyen de les décider.

4Bien à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 26.

192*. À Eugène Croiseau

5Paris, 8 février 1883

6Monsieur,

  • 2 Voir la lettre 180.

7Rentré à Paris d’hier, je vous prie de m’envoyer M. Asseline aujourd’hui, pour s’entendre avec moi sur la vérification des travaux que j’ai fait faire ici, dans mon appartement2. Je crains d’avoir des difficultés avec le gazier, qui a laissé des fuites, et je voudrais avoir tout de suite l’avis du vérificateur.

8D’autre part, j’ai à vous confier la vérification de travaux très importants que j’ai fait faire à la campagne.

9Veuillez dire à mon domestique si M. Asseline pourra venir cette après-midi, de 2 heures à 4 heures, heure à laquelle je l’attendrai, autrement fixez-moi un rendez-vous chez moi pour aujourd’hui ou pour demain.

10Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 258.

193*. Destinataire inconnu

11Paris, 28 février 1883

12Mon cher ami,

13Je serai très heureux de vous serrer la main, et vous savez bien que vous n’êtes pas pour moi de ceux qui dérangent. Venez le matin, vous êtes certain de me trouver.

14En ce moment, je suis aussi mal en point que vous, avec une bronchite avortée qui me rend imbécile.

15Cordialement.

16Le matin, c’est dix heures, n’est-ce pas ?

L.a.s., coll. Alain Pagès.

194*. À Eugène Croiseau

17Paris, 15 avril 1883

18Monsieur,

  • 3 Voir la lettre 192.
  • 4 Voir la lettre 203.

19J’ai l’honneur de vous envoyer deux nouveaux mémoires que je vous prie de mettre dans mon dossier, en attendant que je vous en adresse d’autres3. En mai ou en juin, je pense que M. Asseline pourra venir faire une première vacation à Médan4.

20Veuillez agréer l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 258.

195. À Georges Godde

21Paris, 21 avril 1883

  • 5 La nouvelle de Godde venait de paraître à Bruxelles, chez l’éditeur Henry Kistemaeckers. Durieu, q (...)

22 Le Scrupule du père Durieu m’a plu infiniment5. C’est une étude très forte dans sa simplicité, et dont j’aime beaucoup la clarté sincère. Je crois que l’avenir est là, que ce sont les pages limpides qui ont le plus de chance de rester.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 110 (juillet 2004).

196. À Caroline Commanville

  • 6 Nous avons publié ce texte dans le t. V (lettre 46) avec la date du 20 mai 1884, comme l’imprime l (...)

23Médan, 20 mai 18836

24J’ai en effet gardé les lettres de votre grand et cher oncle. Je garde tout et j’entasse, depuis dix ans, cette correspondance dans des caisses, en me promettant toujours de faire un classement. […] J’ai peur que les lettres ne soient d’une intimité bien grande. Flaubert me parlait surtout de mes livres, et il y a là des éloges d’ami que je ne veux pas laisser publier.

Extr. de cat., vente Andrieux du 16 janvier 1932.

197*. À Alphonse Daudet

  • 7 Par erreur, nous avons publié cette lettre en deux parties, la première avec la date du 20 mai 188 (...)

25Médan, 20 mai 18837

26Je suis dans votre cas, mon cher ami. Je crois bien n’avoir de Flaubert que des lettres sur mes livres, qu’il me semble aussi gênant de laisser publier. Pourtant, il se pourrait qu’il m’ait écrit, sur ses livres à lui, des choses intéressantes. Le malheur est que, depuis dix ans, j’entasse tout ce que je reçois dans des caisses, en me promettant toujours de me mettre à un classement. Je vais donc conter cette vérité à madame Commanville et ajouter que je me livrerai à des recherches, si elle m’en laisse le temps. Nous nous verrons sans doute ensuite, nous pourrons en causer.

27En principe, il me semble que nous ne devons pas donner les lettres qui nous seraient trop personnelles, mais qu’il nous est difficile de refuser ce qui peut être utile à la mémoire du cher vieux.

28En effet, je me suis jeté dans le travail avec mon tremblement habituel, et je crains d’avoir perdu jusqu’à mon orthographe. J’ai grand’peur d’être bien « coco » cette fois. – Et vous, votre grosse affaire de l’Académie ? Je suis partagé entre le plaisir de vous y voir et le désespoir du rajeunissement que vous lui apporterez.

29Et à quand votre visite à Médan ? À bientôt, n’est-ce pas ? Choisissez le jour.

30Nos vives amitiés au ménage et à toute la maisonnée.

31Affectueusement à vous.

L.a.s., cat. libr. Thierry Bodin, no 68 (septembre 1995).

198. À Guy de Maupassant

  • 8 Nous corrigeons la date donnée dans le catalogue de l’Hôtel Drouot, qui imprime 20 mai 1884 – comm (...)

32Médan, 20 mai 18838

  • 9 Par la suite, Maupassant écrivit à Caroline Commanville : « Vous me demandiez ce que je pensais d’ (...)

33Madame Commanville m’écrit pour me demander les lettres que m’a écrites Flaubert. Je lui réponds que depuis dix ans j’entasse tout ce que je reçois dans des caisses. […] Ces lettres sont si intimes, elles parlent si élogieusement de mes livres, que, même après les avoir retrouvées et classées, j’hésiterais à les donner. […] Daudet m’a écrit à ce propos, il est aussi embarrassé que moi9.

Extr. de cat., ventes Hôtel Drouot du 13 mai 1996 et du 9 décembre 1998.

199. À Caroline Commanville

  • 10 Voir les trois lettres précédentes. Nous modifions ici la date donnée dans le t. V (lettre 50).

34[Médan, après le 20 mai 188310]

35[Zola a fouillé les lettres qu’il a trouvées de Flaubert ; mais elles sont]

36[…] si intimes, si peu intéressantes pour le public, qu’il est vraiment impossible de les publier. […] Il ne m’y parle que de mes livres, et je refuse absolument de livrer à l’impression ces réclames posthumes.

Extr. de cat., vente Andrieux du 8 avril 1932.

200. À Louis Desprez

37Médan, 1er juin 1883

  • 11 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. X (lettre S 102). Rappelons pour mémoire q (...)
  • 12 Voici la note que l’on peut lire dans L’Évolution naturaliste (Desprez, 1884, p. 213) : « C’est là (...)

38Mon prochain roman, dont la publication commencera dans le Gil Blas le 15 novembre, et qui paraîtra en librairie vers le 20 janvier, a pour titre : La Joie de vivre11. C’est un drame intime, entre quelques personnages, dans un trou perdu, au bord de la mer. Il me serait difficile de vous le conter, car il n’est fait que d’analyses. En somme, j’incarne, dans une figure centrale de jeune fille, l’énergie vitale, l’abnégation aux autres, qui est la seule joie de vivre : tandis que j’étudie, chez un jeune homme, le pessimisme actuel, et surtout la peur de la mort. Voilà qui est peu clair, n’est-ce pas ? L’œuvre toute entière est dans les épisodes12.

Extr. de cat., arch. É. Z.

201*. À Louis Montchal

39Médan, 16 juin 1883

40Mon cher confrère,

  • 13 Nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola répond.

41J’aime votre belle colère contre l’hypocrisie, et je vous envoie une cordiale poignée de main13.

  • 14 Il s’agit en réalité de L’Alliance des arts et des lettres, revue fondée à Paris, en 1875, par Fra (...)

42Non, ce n’est pas moi qui vous ai adressé un numéro de L’Alliance des lettres et des arts14. J’ignorais jusqu’à l’existence de ce journal.

  • 15 Rod y habitait depuis la fin de l’année précédente. Il avait remercié Zola, le 20 avril, d’un envo (...)

43Quant à Rod, je n’ai plus de ses nouvelles depuis deux mois. Mais je crois bien qu’il est toujours à Paris, 100 rue La Fontaine (Auteuil)15.

  • 16 Montchal se plaignait amèrement dans ses lettres de l’hypocrisie de ses compatriotes. Voici, par e (...)

44Soyez prudent, puisque les hypocrites vous menacent. Il faut bien accommoder l’amour de la vérité avec les nécessités de la vie. Le pis est que vous vivez dans un milieu très étroit16. Courage pourtant, je crois à la récompense de tout effort.

45Merci, et à vous.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fos 145-146.

202. Destinataire inconnu

46Médan, 16 juin 1883

  • 17 Zola pouvait compter sur l’intervention de son collaborateur William Busnach, qui était, on le sai (...)

47Il m’est difficile de vous donner la lettre de recommandation « sans adresse » […] car vous pourriez l’adresser à un éditeur que je ne connaîtrais pas, ce qui me serait désagréable. […] Tâchez de connaître le nom de l’éditeur, et si je le puis, je serai très heureux de vous recommander. Je pourrai même faire parler à madame Sarah Bernhardt elle-même17.

  • 18 La Joie de vivre couvre 451 pages dans l’édition originale, tandis qu’Au bonheur des dames, le vol (...)

48Puisque nous causons traduction, je vous dirai que je dois publier l’hiver prochain un roman titre [sic] La Joie de vivre, et sera [sic] un peu moins long que le dernier18.

Extr., cat. libr. Alain Nicolas, no 115 (1995).

203*. À Eugène Croiseau

49Médan, 29 juin 1883

50Monsieur,

  • 19 C’est le 19 juillet 1883, semble-t-il, que les Zola partirent pour Bénodet (→ t. IV, lettre 331).
  • 20 Voir la lettre 194.

51Je pars pour les bains de mer le 15 juillet19, et je voudrais bien que la vérification des mémoires commençât avant mon départ20. Auriez-vous l’obligeance de m’envoyer M. Asseline le plus tôt possible, afin que je sois là et qu’il commençât par le fumiste, puis par le maçon dont je vous ai remis les mémoires. Je lui donnerai d’autres mémoires, qui se trouvent entre mes mains.

52Le plus tôt possible, n’est-ce pas ? monsieur, et veuillez agréer l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 259.

204*. À Louis Montchal

53Médan, 10 juillet 1883

54Mon cher confrère,

  • 21 La lettre à laquelle Zola répond n’a pas été retrouvée.

55Vous êtes sur le champ de bataille, jugez la situation, et agissez pour le mieux21.

  • 22 Zola s’était plaint au journaliste Charles Canivet, en avril 1883, du silence que ses adversaires (...)
  • 23 Les six nouvelles recueillies, en octobre 1882, dans Le Capitaine Burle, avaient paru dans Le Mess (...)
  • 24 C’est-à-dire Naïs Micoulin. Le volume parut chez Charpentier le 23 novembre 1883.

56Mais je ne comprends pas bien quels sont les renseignements que vous me demandez. Il y a eu fort peu d’articles sur le Bonheur des Dames, et je serais très en peine de vous signaler ceux qui ont paru, car beaucoup de journaux m’échappent. Tout cela, du reste, n’est que de la bibliographie sans importance : je n’ai pas lu un seul article important et intéressant22. Quant aux sources des nouvelles réunies sous le titre : Le Capitaine Burle, elles sont très simples : lorsque j’envoyais une correspondance mensuelle en Russie, je me reposais parfois de la critique littéraire en envoyant une nouvelle ; et les nouvelles en question viennent de là23, ainsi que celles d’un autre volume qui paraîtra en octobre24. Prises à part, elles n’ont pas d’histoire ; ce sont ou des sujets donnés par l’actualité, ou des anecdotes racontées par un ami, ou de pures inventions personnelles.

57Merci toujours, et bien à vous.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fos 149-150.

205*. À Viéville

  • 25 Les Zola s’y trouvaient depuis le 19 juillet (→ t. IV, lettre 331, n. 1).

58Bénodet25, 6 septembre 1883

  • 26 Le destinataire de cette lettre est probablement le chef de fabrication chez Charpentier, Viéville

59Cher monsieur26,

  • 27 On se rappelle que la nouvelle fut recueillie dans Naïs Micoulin (O.C., t. IX, p. 824-853). Voir l (...)

60Je crois bien qu’un placard s’est égaré en route, car je n’ai pas reçu la fin de Jacques Damour. Je n’ai entre les mains que jusqu’au placard 11 ; puis, m’est arrivé le placard A. Est-ce qu’il n’y a pas eu de placard entre celui-ci et celui-là ? Est-ce qu’on a remis à plus tard la fin de Jacques Damour27 ? Si cette fin est imprimée, si vous avez entre les mains un placard oublié, envoyez-le-moi ici tout de suite.

61Bien à vous.

L.a.s. (facs.), http://www.scriptura-paris.com.

206*. À Isaac Pavlovsky

62Médan, 9 octobre 1883

  • 28 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

63Cher monsieur28,

64 La Joie de vivre est un roman de passion, qui cache, sous le drame, une thèse philosophique. Il étudie le pessimisme contemporain. Du reste, je vous envoie la note publiée par le Gil Blas qui vous renseignera, je l’espère, d’une façon suffisante.

  • 29 Nous ne la possédons pas. Voir la lettre 208.

65Seulement, nous sommes bien pressés. La Russie est si loin. Songez que la publication commencera le 25 novembre environ en France. Il faudrait avoir une prompte réponse pour que je vous remette une copie de l’œuvre. J’attends votre réponse29.

66Je vais avoir une pièce à l’Ambigu, tirée de Pot-Bouille. Elle passera vers le 10 décembre. C’est Busnach qui la signera, comme il a signé L’Assommoir et Nana. Voyez si vous pouvez en faire quelque chose. Le roman est connu, il s’agit du mariage et de l’adultère dans la bourgeoisie.

67Bien à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 26-27.

207*. À Eugène Croiseau

68Médan, 14 octobre 1883

69Monsieur,

70Je crois absolument inutile de faire faire en ce moment à M. Asseline le voyage dont vous voulez bien me faire l’offre. D’abord je m’en rapporte absolument à vous, et ensuite, comme M. Burneron doit remettre un mémoire supplémentaire, M. Asseline pourra faire la révision en question, lorsqu’il sera forcé de venir pour ce mémoire. Je ne l’attends donc pas mercredi.

71Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 259.

208*. À Isaac Pavlovsky

  • 30 Nous corrigeons, d’après le manuscrit, la date donnée par Colette Becker : le 3 de Zola est mal fo (...)

72Médan, 22 octobre 188330

73Cher monsieur,

  • 31 Comme le précise Colette Becker (1999a, p. 29), il s’agit sans doute de la nouvelle intitulée « Un (...)

74Je serai très heureux de vous être utile, je vous promets de faire tous mes efforts pour placer votre nouvelle31. Le mieux sera, je crois, d’attendre ma rentrée à Paris, qui aura lieu dans un mois environ. Vous m’apporterez la traduction de votre nouvelle rue de Boulogne, 23, je la lirai, et nous verrons où nous pourrons la porter.

  • 32 Voir la lettre 206. Nous ne possédons pas cette réponse.
  • 33 Voir la lettre suivante.

75Dès que vous aurez une réponse pour La Joie de vivre, communiquez-la-moi32. La publication du roman sera peut-être retardée de quelques jours dans le Gil Blas. Cela vous donnerait un peu plus de temps. Mais je crois qu’il faut agir toujours comme si on devait faire paraître le roman à partir du 1er décembre33.

76Merci de vos efforts, et bien à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 31.

209*. À Isaac Pavlovsky

77Médan, 6 novembre 1883

78Mon cher confrère,

  • 34 C’est-à-dire dans le numéro daté du 29 novembre. Voir la lettre 206.

79On avance la date de la publication de mon roman dans le Gil Blas. Le premier feuilleton y paraîtra le 28 de ce mois34. Je crois devoir vous prévenir.

  • 35 Voir la lettre 211.

80Très prochainement, je vous enverrai les deux premiers chapitres35.

81Bien à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 27.

210*. À P. Soupplet

82Médan, 10 novembre 1883

  • 36 Le destinataire de cette lettre, P. Soupplet, était responsable du Bureau spécial des déclarations (...)

83Monsieur36,

  • 37 Zola avait sans doute consulté Soupplet après avoir lu la lettre qu’Henri Le Soudier, propriétaire (...)
  • 38 Gustav Grimm avait publié à Budapest, sans l’autorisation de Zola, des traductions en langue allem (...)
  • 39 Zola continua de chercher un éditeur allemand pour La Joie de vivre : voir la lettre 212. Quant à (...)

84Je suis tout prêt à entrer dans un procès fait à frais communs contre le sieur Grimm, de Buda-Pest, qui est un voleur37. Voici le troisième roman qu’il me vole, malgré mes protestations38. J’ai plusieurs lettres d’éditeurs allemands, refusant de traiter pour mes ouvrages, parce que, disent-ils, ils ne peuvent lutter avec le sieur Grimm. Il me sera facile de remettre, sur l’affaire, un petit dossier intéressant. Il y a là une agence de vols qui annule tout simplement nos traités avec l’Autriche et l’Allemagne39.

85Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., coll. Alain Pagès.

211*. À Isaac Pavlovsky

86Médan, 12 novembre 1883

87Cher monsieur,

  • 40 Il s’agit donc des épreuves des quatre premiers chapitres (→ lettre 209). Pavlovsky se proposait d (...)

88Je vous envoie les dix premiers placards de La Joie de vivre, qui forment à peu près les deux cinquièmes de l’œuvre40. Tâchez d’arriver à temps, et ne craignez pas de supprimer, ça et là, les quelques lignes qui pourraient effaroucher les lecteurs russes. Elles sont très rares, du reste.

  • 41 Le 5 novembre, un certain A. Moskvine avait écrit à Zola, de Genève : « Chargé par la rédaction de (...)

89On m’a écrit du Dielo. Mais on demandait un mois d’avance, et comme le Gil Blas doit commencer la publication le 28 de ce mois, j’ai jugé l’affaire impossible41.

  • 42 Voir aussi t. IV, lettre 367. La Joie de vivre parut en feuilleton dans le quotidien Novosti de Sa (...)

90Tenez-moi au courant42.

91Bien à vous.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 28.

212. À Curt Busch ou George Kuhr

  • 43 Nous corrigeons la date donnée par le catalogue, qui imprime 15 décembre 1884, et dans le t. V, où (...)

92[Médan] 15 décembre 188343

  • 44 Zola répond, selon toute vraisemblance, à un des deux correspondants qui accusèrent réception d’un (...)

93Je me suis réservé de traiter personnellement pour la traduction de La Joie de vivre, et c’est à moi que vous devez vous adresser si vous désirez traduire ce roman en langue allemande44. Veuillez me faire connaître vos offres. […] Quelle somme croyez-vous pouvoir me donner pour la propriété entière et exclusive ?

Extr., cat. libr. Monogramme, no 361 (2005), www.livre-rare-book.com.

Notes

1 C’est-à-dire la deuxième moitié de la somme négociée pour les droits de traduction d’Au bonheur des dames (→ lettre 189). Zola avait reçu le premier versement le 10 décembre 1882 (→ t. IV, lettre 277). Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

2 Voir la lettre 180.

3 Voir la lettre 192.

4 Voir la lettre 203.

5 La nouvelle de Godde venait de paraître à Bruxelles, chez l’éditeur Henry Kistemaeckers. Durieu, qui est chef de gare, s’oppose au mariage de sa fille avec son commis. La jeune femme, devenue enceinte, pousse son amant à voler la caisse, afin de pouvoir accoucher loin de la maison paternelle. Le commis est arrêté par un brave commissaire de police, qui s’efforce de tout raccommoder, mais Durieu se montre inflexible, et le jeune homme est condamné à trois ans de prison, tandis que sa maîtresse meurt peu de temps après l’accouchement. Laissé seul avec le bébé, Durieu reporte sur lui tout ce que sa dure écorce renferme de tendresse et de douceur…
Le journaliste Georges Godde était un ami de Léon Hennique, qu’il avait connu à la Faculté de droit de Paris. Les deux hommes avaient écrit ensemble, en 1870, une comédie en trois actes, L’Empereur Dassoucy, qui fut jouée au Théâtre de Cluny le 3 mars 1879. En 1876, Godde était gérant de La République des lettres de Catulle Mendès. Selon Nicolette Hennique-Valentin (1959, p. 108), il devint fou et fut interné à l’asile Sainte-Anne.

6 Nous avons publié ce texte dans le t. V (lettre 46) avec la date du 20 mai 1884, comme l’imprime le catalogue de la vente Andrieux. La lettre de Zola, qui fait suite à celle qu’il avait envoyée à Caroline Commanville le 1er mai 1883 (t. X, lettre S 99), fut manifestement rédigée le 20 mai 1883, le même jour que les deux lettres qui suivent (lettres 185 et 186). L’erreur du catalogue est sans doute due au fait que le 3 de Zola est souvent mal formé, et peut être pris pour un 4 : cf. la lettre 212.

7 Par erreur, nous avons publié cette lettre en deux parties, la première avec la date du 20 mai 1884 (t. V, lettre 47), la seconde avec celle du 20 mai 1883 (t. IV, lettre 321). L’original, daté du 20 mai 1883, est décrit dans le catalogue Thierry Bodin de septembre 1995. Voir aussi la lettre précédente et la lettre suivante.

8 Nous corrigeons la date donnée dans le catalogue de l’Hôtel Drouot, qui imprime 20 mai 1884 – comme le fait, au demeurant, le catalogue Charavay no 107, source de l’extrait de cette lettre de Zola que nous avons publié dans le t. V (lettre 49). Voir la lettre 196, n. 1.

9 Par la suite, Maupassant écrivit à Caroline Commanville : « Vous me demandiez ce que je pensais d’une publication complète des lettres de Flaubert et je ne pouvais vous dire que cette idée nouvelle me paraissait heureuse. Je crois, en général, qu’il ne faut jamais publier les choses qui n’ont pas été faites pour être publiées ; et, dans ce cas particulier, la manière dont votre oncle a toujours parlé de ces sortes de révélations ne semblait point indiquer qu’il lui eût été agréable de penser que sa Correspondance intime serait mise au jour après sa mort » (Leclerc, 1995, p. 57). Voir la lettre suivante.

10 Voir les trois lettres précédentes. Nous modifions ici la date donnée dans le t. V (lettre 50).

11 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. X (lettre S 102). Rappelons pour mémoire que La Joie de vivre parut dans le Gil Blas à partir du 28 novembre 1883 (numéro daté du lendemain) et chez Charpentier le 14 février 1884. Zola en avait commencé la rédaction le 25 avril 1883.

12 Voici la note que l’on peut lire dans L’Évolution naturaliste (Desprez, 1884, p. 213) : « C’est là le prochain roman de M. Émile Zola, dont la publication commencera dans le Gil Blas le 15 novembre et qui paraîtra en librairie vers le 20 janvier ; titre : La Joie de vivre. Un drame intime, avec quelques personnages, dans un trou perdu, au bord de la mer. Il n’est fait que d’analyses. En somme, M. Zola incarne, dans une figure centrale de jeune fille, l’énergie vitale, l’abnégation aux autres, qui est la seule joie de vivre ; tandis qu’il étudie, chez un jeune homme, le pessimisme actuel, et surtout la peur de la mort. L’œuvre toute entière est dans les épisodes. »

13 Nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola répond.

14 Il s’agit en réalité de L’Alliance des arts et des lettres, revue fondée à Paris, en 1875, par Francisque de Biotière. Montchal avait sans doute reçu le numéro du 1er juin 1883, où l’on pouvait lire, à la première page, un « sonnet suisse », intitulé Le Coucou et signé des initiales Is. S. Voici les deux quatrains :
Monument de l’Art helvétique
Fier de ses roses de bois peint,
Il forme, avec la huche au pain,
L’ornement du chalet rustique.
Le cri rauque, cabalistique,
Poussé de sa voix de sapin,
Émeut le foyer cisalpin
D’une extase patriotique.

15 Rod y habitait depuis la fin de l’année précédente. Il avait remercié Zola, le 20 avril, d’un envoi de livres dédicacés (BNF, MSS, n.a.f. 24523, fo 273), et il lui écrivit de nouveau le 30 juin (→ tome IV, lettre 335).

16 Montchal se plaignait amèrement dans ses lettres de l’hypocrisie de ses compatriotes. Voici, par exemple, ce qu’il écrivit le 19 février 1884 : « Les amateurs d’obscénités en sont venus à leurs fins. À Genève ils organisent une Société contre les mauvais livres (spécialement ceux de M. Émile Zola). Notez qu’il est peu de ces gens qui n’aient pas à leur avoir une bonne engrossée ou d’autres stupres plus ou moins malpropres. Sous prétexte d’empêcher les mauvais livres, ces personnages les lisent tous. Les mémoires de Viel-Castel sont enlevés à 4 francs le volume. Sarah-Barnum est dévorée. Quand ces pourceaux de la morale ne trouvent plus de livres excitants ils se rabattent sur les traités de médecine légale : articles viol, sodomie, pollution, etc., etc. » (n.a.f. 24522, fo 305) Voir aussi la lettre 183.

17 Zola pouvait compter sur l’intervention de son collaborateur William Busnach, qui était, on le sait, très lié avec l’actrice.

18 La Joie de vivre couvre 451 pages dans l’édition originale, tandis qu’Au bonheur des dames, le volume qui le précède dans la série des Rougon-Macquart, en couvre 525.

19 C’est le 19 juillet 1883, semble-t-il, que les Zola partirent pour Bénodet (→ t. IV, lettre 331).

20 Voir la lettre 194.

21 La lettre à laquelle Zola répond n’a pas été retrouvée.

22 Zola s’était plaint au journaliste Charles Canivet, en avril 1883, du silence que ses adversaires tâchaient de faire sur Au bonheur des dames (t. IV, lettre 303). La plupart des comptes rendus favorables étaient dus soit à ses amis, soit à des critiques étrangers (→ ibid., lettres 297, 301, 304, 307 et 309).

23 Les six nouvelles recueillies, en octobre 1882, dans Le Capitaine Burle, avaient paru dans Le Messager de l’Europe dans l’ordre suivant : « L’Inondation » (août 1875), « Comment on meurt » (août 1876), « Pour une nuit d’amour » (octobre 1876), « Aux champs » (août 1878), « La Fête à Coqueville » (juillet 1879), et « Le Capitaine Burle » (décembre 1880).

24 C’est-à-dire Naïs Micoulin. Le volume parut chez Charpentier le 23 novembre 1883.

25 Les Zola s’y trouvaient depuis le 19 juillet (→ t. IV, lettre 331, n. 1).

26 Le destinataire de cette lettre est probablement le chef de fabrication chez Charpentier, Viéville.

27 On se rappelle que la nouvelle fut recueillie dans Naïs Micoulin (O.C., t. IX, p. 824-853). Voir la lettre précédente.

28 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

29 Nous ne la possédons pas. Voir la lettre 208.

30 Nous corrigeons, d’après le manuscrit, la date donnée par Colette Becker : le 3 de Zola est mal formé. L’enveloppe, dont le cachet postal est du 23 octobre 1883, est adressée à M. Paulotzky, 7, rue Laromiguière (Becker, 1999a, p. 27). Pavlovsky se faisait appeler, à cette époque, Ivan ou Jean Paulotzky (→ lettre 189, n. 3 et Zviguilsky, 1999, p. 45 [n. 32]), et Zola le désigna par ce nom jusqu’en 1887.

31 Comme le précise Colette Becker (1999a, p. 29), il s’agit sans doute de la nouvelle intitulée « Une affaire politique » que Pavlovsky avait essayé de publier en Russie.

32 Voir la lettre 206. Nous ne possédons pas cette réponse.

33 Voir la lettre suivante.

34 C’est-à-dire dans le numéro daté du 29 novembre. Voir la lettre 206.

35 Voir la lettre 211.

36 Le destinataire de cette lettre, P. Soupplet, était responsable du Bureau spécial des déclarations au Cercle de la librairie, 177, boulevard Saint-Germain.

37 Zola avait sans doute consulté Soupplet après avoir lu la lettre qu’Henri Le Soudier, propriétaire de la Librairie étrangère, 174, boulevard Saint-Germain, et commissionnaire en librairie pour l’étranger, lui avait envoyée le 2 novembre 1883 : « J’ai proposé votre nouveau roman La Joie de vivre à plusieurs éditeurs d’Allemagne. Ils ont tous refusé à cause des traductions que Mr Grimm fait paraître sans votre autorisation. L’un d’eux, un éditeur de Dresde, prétend même que le droit de traduction du roman en question aurait déjà été vendu au Pesther Lloyd, journal qui se publie à Budapest. Peutêtre à votre insu par Mr Grimm lui-même. » Le 9 novembre, Soupplet avait écrit au romancier : « Depuis votre visite à mon bureau il est arrivé une réponse du Ministère des Affaires étrangères à une demande faite par Monsieur H[ector] Malot, constatant que la Hongrie était comprise dans la convention de propriété littéraire faite avec l’Autriche./D’après cette réponse, une proposition amiable va être tentée au nom de Monsieur Malot ; si elle ne peut aboutir, le Syndicat de la propriété littéraire serait portée à intenter un procès. Veuillez me faire savoir si vous désirez être participant à ce procès à frais communs et dans ce cas donner les renseignements nécessaires » (arch. familiales).

38 Gustav Grimm avait publié à Budapest, sans l’autorisation de Zola, des traductions en langue allemande de Nana (1881) et Pot-Bouille (Der häusliche Herd, 1882). Il faut penser que le romancier avait reçu les mille francs qu’il se disait disposé à accepter pour Au bonheur des dames, en décembre 1882 (→ t. IV, lettre 279).

39 Zola continua de chercher un éditeur allemand pour La Joie de vivre : voir la lettre 212. Quant à Gustave Grimm, il respecta par la suite les conventions conclues avec l’Autriche le 11 décembre 1866 et le 18 février 1884. En 1888, il publia une traduction autorisée de La Terre (Mutter Erde), due à Armin Schwarz, et de 1892 à 1899 les vingt romans de la série des Rougon-Macquart, traduits également par Schwarz. Sur Grimm et Schwarz, voir Barjonet, 2007.

40 Il s’agit donc des épreuves des quatre premiers chapitres (→ lettre 209). Pavlovsky se proposait de traduire le roman lui-même, et il espérait conclure un accord avec le directeur du Messager de l’Europe, Michel Stassioulevitch. Le 14 novembre, il répondit à Zola : « J’ai reçu les dix planches des épreuves et je me m [ets] à traduire ; demain j’enverrai à Stassioulevitch le premier chapitre. J’espère que tout s’arrangera ; si Stassioulevitch ne prend pas la traduction, peut-être la prendra-t-il le Nabludatel de St.-Pétersbourg ; j’y écris aujourd’hui » (arch. familiales).

41 Le 5 novembre, un certain A. Moskvine avait écrit à Zola, de Genève : « Chargé par la rédaction de la revue mensuelle Dielo, paraissant à St. Pétersbourg, de me mettre en relation avec vous au sujet de votre roman La Joie de vivre, je vous prie de bien vouloir m’informer si vous êtes disposé [à] céder à cette revue le droit de faire paraître la traduction de votre roman plus tôt que ne pourraient le faire les autres revues ou journaux russes. Il est évident que, vu le caractère mensuel de cette revue, elle ne pourrait avoir de l’avance sur les autres qu’en traduisant d’après le manuscrit qui lui devrait être envoyé au moins un mois avant son apparition en français. […] Vous ne devez pas ignorer, Monsieur, que tous vos romans sont d’habitude traduits en langue russe, par plusieurs journaux et revues, dès leur apparition en France et que, par conséquent, l’avantage qu’une revue mensuelle peut se procurer en traduisant d’après manuscrit est en somme assez insignifiant ; aussi la rédaction du Dielo me prie de vous prévenir qu’elle ne pourrait disposer à ce sujet que d’une somme relativement modeste » (ibid.).

42 Voir aussi t. IV, lettre 367. La Joie de vivre parut en feuilleton dans le quotidien Novosti de Saint-Pétersbourg, mais il s’agissait apparemment d’une publication non autorisée.

43 Nous corrigeons la date donnée par le catalogue, qui imprime 15 décembre 1884, et dans le t. V, où nous avons publié un court extrait de cette lettre de Zola (lettre 139). Il s’agit manifestement d’un autre exemple de l’erreur que nous avons signalée à propos de la lettre 196 de ce supplément.

44 Zola répond, selon toute vraisemblance, à un des deux correspondants qui accusèrent réception d’une lettre en date du 15 décembre 1883, au sujet de la traduction allemande de La Joie de vivre (arch. familiales). Curt Busch écrivit au romancier le 17 décembre, de Lucerne : « En réponse à votre estimable lettre du 15 décembre je vous offre pour la traduction de votre : Joie de vivre sur un journal allemand deux cents francs, somme qu’il me faut payer pour la reproduction du roman Ange Pitou par Dumas fils, et cent francs pour chaque édition nouvelle. Pour l’édition en volume je vous payerai aussi la somme de deux cents francs. » De son côté, George Kuhr adressa à Zola le 19 décembre, de Grosshabersdorf, près de Nuremberg, la lettre suivante : « En réponse à votre lettre du 15 j’ai l’honneur de vous faire connaître que je serais incliné de vous payer une somme fixe pour le droit de traduction de La Joie de vivre, mais pour être capable d’entrer en pourparlers avec un éditeur et de fixer cette somme, je vous prie de me communiquer des détails concernant l’étendue de votre œuvre (nombre de pages, format). »
Le 24 janvier, Busch, qui se trouvait alors à Munich, offrit à Zola 500 francs pour la publication de son roman dans la Bayerische Landeszeitung et 400 francs pour celle dans le Züricher Post ; pour l’édition en volume, chez Unflad, éditeur à Munich, il proposait la somme de 500 francs pour les 1500 premiers exemplaires. Le 7 mars, il écrivit au romancier : « Je n’ai pas répondu à votre dernière lettre du 5 février parce que je n’ai pas pu réussir [à] trouver un éditeur […]. Même l’éditeur G. Grimm à Budapest, qui a pourtant eu le débit de vos œuvres précédentes ne peut se décider à payer une si forte somme, comme vous voyez par sa carte correspondance, que je vous ajoute ciinclus. » C’est finalement Gustav Grimm qui publia la première traduction allemande de La Joie de vivre (Die Lebensfreude) – en 1889.
Le 17 septembre 1882, l’éditeur et traducteur leipzigois Paul Heichen (→ lettre 181, n. 1) avait expliqué à Zola pourquoi les éditeurs allemands n’étaient pas disposés à payer les sommes qu’il souhaitait obtenir pour la traduction de ses romans (4 000 francs dans le cas d’Au bonheur des dames) : « En général, on loue sa nourriture littéraire au cabinet de lecture, et des éditions de 20, 40 […] mille exemplaires sont inouïes en Allemagne. Vous savez aussi, sans doute, que 7 000 à 8 000 exemplaires de chacun de vos romans vont en Allemagne et en Autriche, et ceux qui les ont achetés jusqu’ici en langue originale ne prendront certainement pas de traduction à l’avenir. […] De plus, la saisie de Nana et de La Faute de l’abbé Mouret ont fait le placement difficile » (arch. familiales).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search