Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1882

Texte intégral

171. À Edmund Gerson

1Médan, 3 janvier 1882

  • 1 Ces lignes sont adressées, selon toute vraisemblance, à Edmund Gerson (→ t. IX, lettre 181, n. 2), (...)
  • 2 T.B. Peterson publia en avril 1882 une traduction de Pot-Bouille due à « John Stirling » (pseudony (...)
  • 3 Voir t. IV, lettre 282.

2Ne voyant rien venir, j’ai dû vendre tous les droits de traduction sur mon prochain roman, Pot-Bouille, pour ne pas tout perdre, comme cela m’est arrivé avec L’Assommoir et Nana1. Donc, il ne saurait plus être question de celui-là2. Mais je compte écrire un roman par an, et si vous pouvez organiser quelque chose de sérieux pour les volumes qui vont suivre, vous me trouverez disposé à m’entendre avec vous. Tâchez de travailler pour l’année prochaine3.

Extr. de cat., vente Stargardt (Berlin), 26-27 juin 2007.

172*. À Eugène Croiseau

3Médan, 14 janvier 1882

4Monsieur,

5Je m’empresse de vous adresser le renseignement que vous me demandez. Voici les rabais consentis par les entrepreneurs dans les premiers mémoires.

6Le peintre 14 %
Le couvreur 6 %
Le serrurier 3 %
Le menuisier 10 %

7Veuillez agréer mes salutations empressées.

8Tournez S.V.P.

9Comment se fait-il donc que le charpentier n’ait pas subi un rabais, lorsque le menuisier en a subi un ?

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 257.

173. À Élie de Cyon

10Médan, 15 janvier 1882

  • 4 Zola s’adresse manifestement au directeur du Gaulois, Élie de Cyon, qui avait acheté en octobre 18 (...)
  • 5 En effet, c’est ce que fit Élie de Cyon, dans Le Gaulois du 23 et du 24 janvier.

11Je vous envoie, en un paquet recommandé, les quatre premiers chapitres de Pot-Bouille. Je ne pourrai vous fournir le roman que par fragments, car il faut que Charpentier l’imprime d’abord, et je désire en outre revoir les épreuves, pour ne pas vous donner un texte chargé de fautes4. Je vous prie de faire composer la plus grande partie possible de ce que je vous envoie, et de m’en expédier tout de suite les épreuves, car le va-et-vient de ces épreuves nous mangera beaucoup de temps. D’autre part, je suis d’avis que vous donniez les deux premiers feuilletons doubles, de cinq cents lignes chacun, comme cela se fait ordinairement, pour engager l’intérêt le plus possible5.

Extr. de cat., vente Jean-Jacques Bisman du 8 février 2009.

174. À Henri Davrillé des Essarts

12Médan, 14 février 1882

  • 6 Zola s’adresse, selon toute vraisemblance, à l’avocat du Gaulois, Henri Davrillé des Essarts, qui (...)

13Cher monsieur6,

  • 7 L’expéditeur était sans doute un autre homonyme d’un personnage de Pot-Bouille.

14Voici la nouvelle lettre de chantage que je reçois7. Je ne veux pas répondre personnellement, mais voyez donc si l’on ne pourrait pas en finir en offrant quatre ou cinq cents francs au personnage. L’affaire m’amuse beaucoup.

Extr. de cat., arch. É. Z.

175*. À Jean-Louis de Lanessan

15[Médan, vers le 17 février 1882]

  • 8 Ce message, rédigé sur une carte de visite bordée de noir du type de celles dont Zola se servit pe (...)

16Avec mes plus vifs remerciements pour l’aimable article dans La Marseillaise8.

L.a.s. (facs.), arch. É. Z.

176*. À Henri Baboneau

17Paris, 16 avril 1882

18Cher monsieur Baboneau,

19Veuillez donc passer chez moi mardi matin, de 10 à 11 heures. J’ai une petite commande à vous donner.

20Bien à vous.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.

177*. À Louis Montchal

21[Paris, vers le 16 avril 1882]

  • 9 L’article de Montchal, intitulé « Émile Zola » et signé F.G., avait paru en deux parties, le 2 et (...)

22Avec mes bien vifs remerciements et toute ma gratitude pour la belle défense de mon œuvre publiée dans le Journal des étrangers9.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 165.

178*. À Louis Montchal

23Paris, 20 avril 1882

24Mon cher confrère,

  • 10 Voir la lettre précédente. Montchal y avait répondu, le 18 avril : « Je reçois votre aimable carte (...)

25Je vous renouvelle mes remerciements, car je ne vous avais pas reconnu sous les initiales F.G.10 Excusez-moi de ne pas avoir senti, entre les lignes, votre bonne sympathie littéraire.

  • 11 Dans sa lettre du 18 avril, Montchal écrivait : « J’apprends qu’il doit paraître, sous peu, dans l (...)
  • 12 Le 21 avril, Montchal répondit : « Le romancier en question se nomme Marc Monnier (correspondant d (...)

26Vous me donnez une nouvelle bien étrange, ce roman commandé par le Journal des Débats et dirigé contre mes œuvres11. Je vous avoue n’y croire qu’à moitié ; car cela serait vraiment trop puéril. D’où tenez-vous donc le renseignement, et pouvez-vous me nommer le romancier qui aurait reçu la commande12 ?

  • 13 Le roman avait paru chez Charpentier le 12 avril. Le 28 avril, Montchal écrivit à Zola : « Je comp (...)
  • 14 Dans sa lettre du 18 avril, Montchal précisait : « Je veux, pour Pot-Bouille, renouveler mon expér (...)

27Je m’aperçois que votre nom a été oublié dans les envois de Pot-Bouille. Dès que je passerai chez mon éditeur, je réparerai cette négligence13. Je crains bien que vous ne trouviez pas dans toute l’œuvre dix pages à lire devant votre public. Je vous conseille le chapitre II14.

28Merci encore, et bien à vous.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fos 147-148.

179*. À Louis Montchal

29Médan, 14 mai 1882

30Mon cher confrère,

31Merci de votre vaillance. Bon courage et bon succès.

  • 15 Le 12 mai, Montchal avait appris à Zola qu’« une ou deux conférences [lui étaient] accordées par l (...)
  • 16 Le journaliste Robert Caze avait parlé de la récente interdiction de L’Assommoir dans Le Réveil du (...)

32Je n’ai aucun détail sur la suppression judiciaire de L’Assommoir en Allemagne15. On me dit que l’ouvrage est seulement interdit dans un coin du pays, et qu’il se vend librement partout ailleurs16. Mais ce que je sais bien, c’est que les Allemands m’ont volé tous mes livres.

  • 17 Doléance souvent répétée (→ t. IV, lettre 170). La première traduction d’une œuvre de Zola parue e (...)

33Je n’ai jamais touché un sou sur les traductions17. Je veux croire, pour l’honnêteté de l’Allemagne, que les tribunaux y traquent les traducteurs de mes œuvres comme des voleurs éhontés qu’ils sont.

34Remarquez qu’on m’a accusé ici de faire le jeu de l’Allemagne, en publiant des livres où la France n’est point belle. Si je faisais le jeu de l’Allemagne, elle ne supprimerait pas mes œuvres, elle les répandrait au contraire. Je crois plutôt que l’Allemagne a peur du vrai, comme toutes les nations hypocrites.

35Encore merci, et bien cordialement à vous.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fos 141-142.

180*. À Eugène Croiseau

36Paris, 23 mai 1882

37Monsieur,

  • 18 Après avoir habité, depuis le 21 avril 1877, au deuxième étage du 23, rue de Boulogne, les Zola ve (...)
  • 19 Zola passait à Paris la journée du mardi 23 mai (→ t. IV, lettre 228).
  • 20 C’est-à-dire la construction de la ferme et des bâtiments qui l’entouraient (→ t. IV, lettre 248). (...)

38Je vous adresse deux mémoires, pour des travaux faits dans mon nouvel appartement de Paris18. J’aurai encore à vous envoyer le mémoire du gazier. Je crois qu’il sera bon d’attendre ce mémoire pour procéder à la vérification. En tout cas, le vérificateur peut se présenter chez le concierge et demander la clef de l’appartement qui lui sera remise. Je suis à Médan19, où je fais faire de nouveaux travaux20, dont je vous remettrai plus tard les mémoires.

39Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 257.

181*. À Paul Heichen

40Médan, 29 mai 1882

  • 21 Le traducteur et homme de lettres allemand Paul Heichen, né à Löbau en 1848, venait de fonder à Le (...)

41Monsieur21,

  • 22 À la fin d’avril ou au début de mai, Heichen avait écrit à Zola : « Quelle est la somme que vous d (...)

42Je consens à vous céder la traduction allemande de Thérèse Raquin, pour la somme de cinq cents francs. Le livre a paru depuis longtemps, et je veux bien vous faciliter la publication de l’édition illustrée dont vous me parlez22.

  • 23 Nana avait été publié par l’éditeur milanais Pavia, Pot-Bouille dans le journal La Ragione, que di (...)
  • 24 Voir t. III, lettre 370.
  • 25 Heichen augmenta son offre par la suite (t. IV, lettre 252, n. 1).

43Mais quant aux quinze cents francs que vous m’offrez, ils sont absolument insuffisants, pour mon prochain roman. Songez que j’ai cédé Nana et Pot-Bouille à des éditeurs italiens, chacun pour la somme de deux mille francs23 ; et l’Italie, comparée à l’Allemagne, est un pays pauvre, où l’on lit très peu. D’autre part, la Nouvelle presse libre, de Vienne, m’a payé dix mille francs l’insertion de Pot-Bouille dans ses colonnes24. Si donc vous vous en tenez à votre chiffre de quinze cents francs, j’aime mieux me laisser voler la traduction25.

  • 26 Heichen ne donna pas suite à son projet. Ses traductions de Thérèse Raquin et d’Au bonheur des dam (...)

44Pour Thérèse Raquin, je vous donnerai l’autorisation définitive, lorsque vous m’aurez envoyé les cinq cents francs26.

45Recevez, Monsieur, mes salutations empressées.

Oberle, 1999, p. 62-63.

182. À Eduard Engel

46Médan, 8 juin 1882

  • 27 L’article d’Engel, intitulé « Émile Zola’s neuster Roman. Pot-Bouille », avait paru dans le numéro (...)

47[Zola le remercie pour son article sur Pot-Bouille27.]

48En France, mes ennemis littéraires, loin de se calmer, en arrivent à la rage pure ; et c’est à l’étranger aujourd’hui qu’on me défend. Je vous avoue que cela me cause quelque amertume. Mais je n’en ai que plus de gratitude pour les amis lointains qui veulent bien m’aimer un peu et ne pas défigurer toutes mes intentions.

Extr., cat. libr. Florence Arnaud, no 16 (1998).

183*. À Louis Montchal

49Médan, 8 juin 1882

50Mon cher confrère,

  • 28 Le 31 mai, à son retour de Florence (→ lettre 179), Montchal avait écrit à Zola : « J’ai donné ma (...)
  • 29 « À Genève, poursuivait Montchal dans sa lettre du 31 mai, on me donne à entendre que je ferai ‘un (...)

51Vous êtes un brave, et je suis bien touché de votre propagande si intelligente et si active28. Moi aussi, j’ai peur pour vous, en vous voyant si ardent à faire au moins comprendre mes livres à vos compatriotes29 ; mais je n’irai pas vous enlever votre courage, je vous crierai merci et bon succès.

  • 30 Montchal proposait en post-scriptum, de faire expédier à Zola les journaux qui avaient annoncé sa (...)

52En Italie, on m’aime un peu. Je reçois parfois de ce pays des témoignages de sympathie. Beaucoup de journaux italiens me sont envoyés, et c’est ainsi que j’ai lu deux ou trois notes sur votre conférence. Ne prenez donc pas la peine de m’adresser les numéros30. Puissiez-vous, à Genève, trouver un si bon public !

  • 31 Zola avait commencé la rédaction d’Au bonheur des dames le 28 mai. La première livraison du feuill (...)

53Je me suis remis au travail, j’écris Au Bonheur des Dames. Ce roman sera dans une tout autre gamme que Pot-Bouille, beaucoup plus doux de ton, et plus descriptif aussi31.

54Merci encore, et croyez-moi votre bien reconnaissant.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fos 143-144.

184*. À Felice Cameroni

  • 32 Par inadvertance, Zola a daté sa lettre du 4 juin. Voir l’édition réalisée par Elena Messa Vismara (...)

55Médan, 4 [juillet] 188232

56Mon cher confrère,

57Merci de tout cœur pour votre bel article sur Pot-Bouille, dont je viens de lire la fin dans le dernier numéro de la Nouvelle Farfalla. On a beaucoup crié contre mon livre, et ce que vous en dites me fait grand plaisir. J’ai fait là une tentative qui a dérouté beaucoup de mes amis eux-mêmes. Votre opinion m’est précieuse, car je vais m’entêter, je cherche une forme qui serre la vérité de plus près. L’idée de rester stationnaire m’est insupportable.

58Merci donc pour votre critique si intelligente, et bien cordialement à vous.

L.a.s., bibl. municipale de Sondrio, Italie.
Messa Vismara, 1999, p. 67-68.

185*. À Félicien Champsaur

59Médan, 27 août 1882

  • 33 Sur le journaliste et homme de lettres Félicien Champsaur, voir t. III, lettre 93, n. 1. Nous n’av (...)

60Cher monsieur33,

  • 34 On se rappelle que Zola avait envoyé le manuscrit de Renée au directeur de la Comédie-Française, É (...)

61On ne doit jouer aucune pièce de moi cet hiver. Je ne sais pas du tout pourquoi l’on vous a parlé d’une pièce intitulée Andrée, car je n’ai jamais rien écrit sous ce titre. La vérité est que j’ai tiré de La Curée une pièce que j’ai nommée Renée ; mais cette pièce est dans un tiroir, et n’en sortira sans doute pas de longtemps34.

  • 35 Voir la lettre 171.

62Si une édition américaine de Pot-Bouille vous tombe sous la main, vous me ferez en effet plaisir en me l’envoyant. Je collectionne les vols de ces Américains35.

63Merci d’avance, et très à vous.

L.a.s. (facs.), arch. É. Z.

186*. Destinataire inconnu

64Médan, 29 septembre 1882

65Monsieur et cher confrère,

66Je dois aller à Paris dans quelques jours et je vous ferai adresser par mon éditeur tous mes volumes de critique. Je suis très heureux de pouvoir vous en faire cadeau.

67Merci encore et bien à vous.

L.a.s., coll. François Labadens.

187*. À Hubert Welter

68Médan, 8 octobre 1882

  • 36 Nous avons publié un court extrait de cette lettre dans le t. IV (lettre 252). Voir aussi t. X, le (...)

69Monsieur36,

70Je désirerais savoir dans le plus bref délai où en est la proposition que vous m’avez faite au sujet de la traduction de mon prochain roman en langue allemande. Il faut que je prenne une décision entre les diverses offres, et je voudrais connaître le dernier mot de l’éditeur dont vous m’avez parlé.

71Veuillez agréer, monsieur, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

L.a.s. (facs.), cat. libr. History for Sale, no 251401 (octobre 2004), http://www.historyforsale.com

188*. À Léon Duplessis

72Médan, 25 octobre 1882

  • 37 Nous avons publié de larges extraits de cette lettre dans le t. IV (lettre 256).

73Monsieur et cher confrère37,

74Je vous prie de me pardonner, si j’ai mis tant de temps à vous répondre. C’est que je voulais lire Érostrate d’abord, et je suis si occupé, si las, que la lecture d’un livre est toute une affaire pour moi.

75Je vous ai donc lu, et mon regret est que vous ayez pris la forme rimée, le cadre du poème. Certes, je ne condamne pas la poésie, comme vous me le faites dire. Je crois seulement que c’est là aujourd’hui une matière trop travaillée, qu’il faudra laisser reposer pendant un siècle peut-être, pour que la terre épuisée puisse produire des pousses originales. Après Musset, Hugo, Lamartine, Leconte de Lisle et tant d’autres, l’imitation est fatale. Pardonnez-moi d’être sévère, mais vous verrez que les faits me donneront raison : on ne vous lira pas, votre œuvre malgré ses rares mérites passera inaperçue ; et cela uniquement parce que l’outil employé par vous n’a fatalement pas la vibration de personnalité qui fait la poésie vivante. Vous auriez dépensé la moitié de talent à écrire votre œuvre en prose, dans le cadre du roman, que vous auriez eu un beau succès.

76Si je ne vous avais pas lu et si je n’étais pas frappé de vos qualités d’observation et d’analyse psychologique, je ne vous parlerais pas avec cette franchise. D’ailleurs, je crois ne pouvoir mieux vous remercier de votre bonne sympathie littéraire. Ils sont encore rares ceux qui veulent bien s’apercevoir que mes œuvres sont des poèmes et qu’elles valent surtout par la psychologie et par la composition. Vous devez sentir combien votre lettre m’a touché et combien j’ai été ravi de voir l’orchestration de mes romans comprise par un ami inconnu.

77Je ne vous demande pas davantage, croyez-le bien. Je dis avec vous qu’il n’y a pas d’écoles, qu’il n’y a que des hommes. Et je ne me permets qu’un conseil : revenez à la prose, faites-vous une prose personnelle, si vous voulez écrire des œuvres vivantes.

78Cordialement à vous.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.

189*. À Isaac Pavlovsky

79Médan, 9 novembre 1882

  • 38 Sur le journaliste et homme de lettres russe Isaac Pavlovsky, voir t. IV, lettre 258, n. 5.

80Monsieur38,

  • 39 C’est-à-dire à la direction du Boudilnik (Le Réveil), le journal hebdomadaire russe qui se proposa (...)

81Voici le texte de la dépêche que j’envoie à Moscou39 : « Accepte trois mille. Tiers du manuscrit le 20 contre cette somme. »

  • 40 Le 10 novembre, Pavlovsky répondit : « Je reste avec plaisir, comme avant, votre intermédiaire. C’ (...)

82En outre, je vais écrire pour nous entendre complètement. Je pense que vous resterez notre intermédiaire, et j’attendrai une lettre de vous, pour vous dire de quelle façon il faudra prendre le manuscrit entre les mains de M. Charpentier40.

83Merci, Monsieur, de votre obligeance, et veuillez me croire votre bien reconnaissant.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1999a, p. 25.

190. À Marguerite Charpentier

84Médan, 10 décembre 1882

  • 41 Le dîner en question avait été fixé d’abord au 18 décembre : voir t. X, lettre S 93. Edmond de Gon (...)

85Entendu pour le mardi 19, et ravi d’être en petit comité ! Je mettrai ma redingote avec bonheur41.

Extr., cat. libr. Monogramme, Paris, no VII (2004).

Notes

1 Ces lignes sont adressées, selon toute vraisemblance, à Edmund Gerson (→ t. IX, lettre 181, n. 2), qui avait ouvert une agence théâtrale et littéraire à Londres et qui souhaitait devenir le placier de Zola aux États-Unis (→ t. IV, lettre 282). Le 17 novembre 1881, il avait écrit au romancier : « Depuis le mois de septembre et jusqu’au mois de janvier je suis à New York, dans l’intérêt des auteurs français et étrangers. Ici on ne parle que de vous, votre talent, tout le monde me questionne sur vous, et on est très hypocrite ici, tout le monde lit vos livres, personne ne l’avoue. / J’ai vu plusieurs éditeurs et il y a possibilité de faire une et même plusieurs affaires, mais il faut accorder [sic] au moins un an avant de publier à Paris. » Autrement, expliquait-il, les éditeurs américains continueraient de publier des traductions faites d’après les feuilletons français, et Zola ne toucherait pas « un sou de profit », comme cela s’était produit pour L’Assommoir et Nana. Après avoir reçu du romancier une réponse datée du 2 décembre (lettre non retrouvée), il lui avait écrit de nouveau, le 20 décembre : « Je vais faire pour le mieux de vos intérêts. J’espère réussir. Mr. Peterson de Philadelphie m’a dit qu’il a reçu une lettre de vous et qu’il vous a répondu. […] Si je peux négocier avec un journal, je vous télégraphierai » (arch. familiales). C’est apparemment à la lettre du 20 décembre que Zola répond ici ; le 3 décembre, il avait demandé à Céard de faire traduire une lettre de Theophilus B. Peterson (t. IV, lettre 178).

2 T.B. Peterson publia en avril 1882 une traduction de Pot-Bouille due à « John Stirling » (pseudonyme de Mary Neal Sherwood). Il est possible que l’éditeur de Philadelphie ait versé à Zola une somme que le romancier jugeait dérisoire : voir, plus loin, la lettre 185.

3 Voir t. IV, lettre 282.

4 Zola s’adresse manifestement au directeur du Gaulois, Élie de Cyon, qui avait acheté en octobre 1881 les droits de publication en feuilleton de Pot-Bouille (→ t. IV, lettre 166). Puisque des traductions allaient paraître en même temps dans la Neue Freie Presse de Vienne et dans La Ragione de Milan, chacun des trois quotidiens allait recevoir des placards composés à partir du manuscrit par l’imprimeur de la librairie Charpentier, Martinet (dans le cas du roman précédent, Nana, Zola avait livré son manuscrit directement au Voltaire). Le romancier avait envoyé douze chapitres de Pot-Bouille à Vienne dès le 10 janvier (→ t. IV, lettre 185). Sur le rôle des placards dans le processus d’édition, à partir de Pot-Bouille, voir l’Introduction biographique du t. V, p. 23-24, et Pagès et Morgan, 2002, p. 200-201.

5 En effet, c’est ce que fit Élie de Cyon, dans Le Gaulois du 23 et du 24 janvier.

6 Zola s’adresse, selon toute vraisemblance, à l’avocat du Gaulois, Henri Davrillé des Essarts, qui avait été son défenseur lors du procès intenté par Charles Duverdy. Le 13 février, le tribunal civil de la Seine s’était prononcé contre le romancier et le quotidien (→ t. IV, lettre 201).

7 L’expéditeur était sans doute un autre homonyme d’un personnage de Pot-Bouille.

8 Ce message, rédigé sur une carte de visite bordée de noir du type de celles dont Zola se servit pendant seize mois à Médan, après la mort de sa mère, est probablement adressé à Jean-Louis de Lanessan, directeur politique et éditorialiste du quotidien La Marseillaise en février 1882. Il semble avoir trait à un entrefilet publié sans signature sous l’éditorial de Lanessan, et sans doute rédigé par ce dernier, dans le numéro de La Marseillaise daté du 17 février (numéro paru le 16 au soir). L’auteur commentait en ces termes le jugement rendu en faveur de l’avocat Charles Duverdy (→ lettre précédente, n. 1) : « Voilà parbleu, M. Duverdy, avocat à la cour d’appel, bien satisfait. […] Et, puisqu’il a ce qu’il désire, ne le troublons pas en examinant s’il eût plus et mieux fait pour le respect du nom dont le hasard de la naissance l’a doté, en gardant de Conrart le silence prudent, qu’en livrant ce nom, désormais immortel, aux échos du Palais, pour fournir à Me Rousse un prétexte à déclamations banales contre la littérature naturaliste. » Et il concluait : « La situation faite par ce jugement aux auteurs contemporains nous touche vivement. Il ne leur reste plus qu’une ressource, c’est de donner à leurs personnages des noms abstraits, et l’on verrait ainsi, par exemple, dans les ouvrages célèbres, Hypocrite au lieu de Tartuffe et Débauché au lieu de Duverdy. Cela mettrait un terme à tous les procès, car personne n’oserait se reconnaître. »
D’abord aide-médecin de marine, puis docteur en médecine (1872) et agrégé d’histoire naturelle médicale (1876), Jean-Louis de Lanessan (1843-1919) enseigna la zoologie à la Faculté de médecine de Paris et fut élu conseiller municipal du quartier de la Monnaie en 1879, puis, en août 1881, député radical du 5e arrondissement. Devenu directeur politique du quotidien Le Réveil en octobre 1881, il essaya en vain d’y faire collaborer Zola (→ t. IV, lettres 158 et 171). En février 1882, il prit la direction politique de La Marseillaise, qu’il ne garda pas longtemps. Il quitta le Palais Bourbon en 1891 pour devenir gouverneur de l’Indochine ; député de Lyon de 1898 à 1906, puis député de Rochefort de 1910 à 1914, il fut ministre de la Marine de juin 1899 à juin 1902.

9 L’article de Montchal, intitulé « Émile Zola » et signé F.G., avait paru en deux parties, le 2 et le 9 avril 1882, dans Le Journal des étrangers de Genève (ce journal bihebdomadaire fondé en 1866, et dont le directeur-propriétaire en 1882 était L. Babeley, publiait les noms des étrangers séjournant dans les principaux hôtels de la ville). Montchal y répondait à un autre article en deux parties, signé C.P. et publié dans le même journal, sous le titre « Le cas de M. Émile Zola », le 19 et 26 mars ; tout en reconnaissant la « très réelle valeur artistique et littéraire » des livres de Zola, C.P. reprochait au romancier ses « attardements étranges devant les immondices », et il concluait : « Continuez à déverser toutes les impuretés de la terre dans vos livres ; après tout, nous ne sommes pas obligés de les lire ; mais de grâce, monsieur, dans vos ébats au milieu des cloaques, n’éclaboussez pas l’honnêteté qui passe et vous ignore. »
De son côté, Montchal écrivait : « Lorsque nous voyons les plus empêchés au métier de penser et d’écrire traiter sans façon un écrivain de la stature de Zola, lorsqu’un monsieur quelconque vient nous exprimer son antipathie pour le naturalisme dans un style sans correction, plein de longueurs et d’obscurités, vulgaire comme la rue et d’une platitude désespérante, nous avons le devoir de protester. » Il répondait également à quatre « détracteurs » français de Zola, Henri de Bornier, Edmond Scherer, Albert Wolff et Auguste Sabatier (ce dernier publiait chaque dimanche une chronique littéraire dans le Journal de Genève) : « Qu’ils ne s’y trompent pas, à lire leurs articles injustes, injurieux et tout saturés de l’odium theologicum, on se prend d’admiration et d’estime pour Zola. Dans le feu de la polémique, en butte aux traits venimeux de la calomnie, cet homme a pu s’irriter, s’abuser parfois, il n’a jamais voulu tromper, il a pu être dur, il n’a jamais été injuste. Pour se conduire de la sorte il lui a fallu un courage très grand. » Voir la lettre suivante.

10 Voir la lettre précédente. Montchal y avait répondu, le 18 avril : « Je reçois votre aimable carte en même temps que la démission de l’écrivâtre qui s’était permis de vous attaquer dans un journal auquel je collabore sous différents pseudonymes. […] J’ai envoyé ce que vous voulez appeler ‘votre défense’ à MM. Wolff, Sabatier, etc., etc. » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fos 291-292).

11 Dans sa lettre du 18 avril, Montchal écrivait : « J’apprends qu’il doit paraître, sous peu, dans le Journal des Débats, un roman basé sur cette idée : montrer l’effet produit sur une jeune fille par les productions de l’école naturaliste (romans, critique, philosophie) et, spécialement, par les œuvres de Monsieur Émile Zola. C’est sur la demande du Journal des Débats que l’auteur s’est mis à l’œuvre » (ibid.).

12 Le 21 avril, Montchal répondit : « Le romancier en question se nomme Marc Monnier (correspondant des Débats, de L’Indép[endance] belge, etc., etc. Il y a deux mois que le roman anti-Zola lui a été commandé. C’est M. Marc Monnier lui-même qui m’a communiqué le fait en me priant de lui prêter Le Naturalisme au théâtre (ex-domo) et Le Roman expérimental (BNF, fo 293).
Le roman de Marc Monnier, intitulé La Famille du naturaliste, parut effectivement dans le Journal des débats, du 27 juin au 15 août 1882. Le personnage principal est un Napolitain, Ruf Scopone, dit don Ruf, qui se passionne pour la « méthode expérimentale » lorsqu’il fait la connaissance aux Batignolles, en 1867 – il est venu à Paris pour visiter l’Exposition –, d’un écrivain originaire de Plassans. Persuadé que les vrais « documents humains » ne se trouvent que dans la capitale française, il décide de s’y fixer pour écrire un roman sur l’atavisme. Trois ans plus tard, n’ayant pas rédigé une seule ligne, il retourne à Naples, où il a laissé sa femme et sa fille, et se met à « expérimenter » : il fait découvrir à la première la littérature naturaliste – elle prend goût aux « histoires faisandées » et finit par sombrer dans la folie – et confie la seconde, après s’être fait conseiller en matière d’éducation par « l’homme des Batignolles », à une institutrice suisse d’origine anglaise – jusqu’au jour où il lit un article de l’écrivain français sur le protestantisme… Sur La Famille du naturaliste, qui parut en volume, chez Calmann-Lévy, sous le titre Un détraqué (1883), voir Guermès, 2006.
Marc Monnier (1829-1885) passa sa jeunesse à Naples et acheva ses études à Paris, où il séjourna jusqu’en 1856 et fit jouer une comédie en un acte, La Ligne droite (Odéon, 1854). Il retourna ensuite à Naples, où il prit une part active, de 1856 à 1864, au mouvement libéral du Risorgimento et fit paraître à Paris plusieurs ouvrages sur l’Italie, dont L’Italie est-elle la terre des morts ? (1860) et Garibaldi, histoire de la conquête des Deux-Siciles (1861). Nommé en 1870 professeur de littérature comparée à l’Académie de Genève (devenue Université de Genève en 1872), il fut recteur de l’Université de 1878 à 1880. Outre des études littéraires – Genève et ses poètes du XVIe siècle à nos jours (1874), les deux premiers volumes d’une Histoire de la littérature moderne (1884 et 1885) –, il publia plusieurs romans et recueils de nouvelles – citons La Camorra (1863), Nouvelles napolitaines (1879) et Après le divorce (1885) – et continua d’écrire pour le théâtre : La Mouche de coche (Odéon, 1858), Madame Lili (Vaudeville, 1875), etc. En 1886, Édouard Rod lui succéda comme professeur de littérature comparée à Genève.

13 Le roman avait paru chez Charpentier le 12 avril. Le 28 avril, Montchal écrivit à Zola : « Je comprends, maintenant que j’ai lu Pot-Bouille, je comprends la rage de vos détracteurs. Il n’y a pas une ligne lascive dans tout l’ouvrage. Et c’est d’une vérité telle qu’à Genève on est parti d’un long éclat de rire en retrouvant le portrait moral d’un assesseur au civil, l’oncle Bachelard, qui écrit de petits romans à l’eau de fleurs d’oranger après avoir peloté une dame qui l’a flanqué à la porte. Un ex-pasteur libéral, aujourd’hui professeur de philosophie, etc., etc., a dû également retrouver dans Pot-Bouille son nom et son portrait dans la personne de M. Gourd. […] Dans cette magistrale symphonie sur l’adultère chaque instrument est à sa place et la conserve imperturbablement. Les parties ne chevauchent pas. Aucune note discordante ne vient troubler l’harmonie de votre admirable composition » (BNF, fos 294-295).

14 Dans sa lettre du 18 avril, Montchal précisait : « Je veux, pour Pot-Bouille, renouveler mon expérience de lecture à haute voix dans une réunion où se trouveront des dames. Peut-être les hommes m’empêcheront-ils d’aller jusqu’au bout » (fo 291). Le 12 mai, il apprit à Zola qu’il avait lu, dans un salon, plusieurs chapitres du roman : « Pas de protestations, au contraire, l’on m’a sollicité de continuer » (fo 296).
On se rappelle que dans le chapitre II, Mme Josserand et ses deux filles rentrent chez elles après la soirée chez Mme Dambreville. Furieuse parce que Berthe, la fille cadette, vient encore de manquer un beau mariage, Mme Josserand finit par la gifler, après avoir cherché querelle à son mari.

15 Le 12 mai, Montchal avait appris à Zola qu’« une ou deux conférences [lui étaient] accordées par le Cercle philologique de Florence », et il citait un passage de la lettre que lui avaient adressée ses futurs auditeurs : « On s’attend à ce que vous fassiez, avant la lecture de vos divers fragments, une caractéristique de l’auteur et une réponse aux graves accusations faites contre Zola par Wolff, etc., et à l’interdiction posée en Allemagne et récemment encore à la publication de L’Assommoir, de Nana, etc. […]. Il faudrait des fragments courts et variés, non pas toute ‘L’Inondation’. » « Enfin, ajoutait Montchal, je vais pouvoir exprimer ma pensée et mon sentiment sur Émile Zola ! Si vous pouviez, cher maître, me donner quelques indications sur cette ‘interdiction, passée et présente, posée en Allemagne’, elles me seraient précieuses. – Je pars dans 3 ou 5 jours » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fo 295).

16 Le journaliste Robert Caze avait parlé de la récente interdiction de L’Assommoir dans Le Réveil du 9 mai. Sous le titre « Zola à Berlin », il citait la dépêche que le journal venait de recevoir de la capitale allemande : « La Volkszeitung annonce qu’un jugement rendu par le tribunal de district a ordonné la destruction des exemplaires de la traduction de L’Assommoir, par M. Fritz Vohlfahrt [sic]. » « Les Allemands sont très fiers d’avoir conquis l’Alsace, la Lorraine et les pendules des villas de Bougival, écrivait Caze, mais leurs hommes d’État seraient évidemment désolés s’ils n’ajoutaient pas à cette série de victoires la mise au pilon de L’Assommoir. […] Je ne sais pas comment Émile Zola a accueilli la décision du tribunal allemand. Mais je me demande si le jugement n’est pas un peu dû aux réclamations pudibondes des eunuques littéraires et aux cris effarouchés de la critique française. » La traduction de Fritz Wohlfahrt avait paru à Grossenhain chez Baumert et Ronge, sous le titre Zum Totschläger et avec le millésime de 1881 ; en 1882, la même maison publia une nouvelle traduction de L’Assommoir, due à Roderich Rode. Une autre traduction du roman, celle de Willibrand König, avait paru à Berlin en 1880, chez Freund et Jeckel, sous le titre Das Assommoir.

17 Doléance souvent répétée (→ t. IV, lettre 170). La première traduction d’une œuvre de Zola parue en librairie en Allemagne fut celle des Contes à Ninon (Erzählungen an Ninon), publiée à Grossenhain, chez Baumert et Ronge, en 1880. En 1881, les mêmes éditeurs mirent en vente, outre la traduction précitée de L’Assommoir, Une page d’amour (Ein Blättlein Liebe) ; en 1882, ils publièrent Le Vœu d’une morte (Das Vermächtnis einer Sterbenden), La Fortune des Rougon (Das Glück des Hauses Rougon) et La Conquête de Plassans (Die Einnahme von Plassans). On voit que chacune de ces traductions avait paru au moins trois ans après l’édition originale française, c’est-à-dire à une date où celle-ci n’était plus protégée en Allemagne (→ t. IV, lettre 170, n. 4) : c’est plutôt en Autriche-Hongrie que des livres de Zola lui avaient été « volés ». Voir la lettre 210.

18 Après avoir habité, depuis le 21 avril 1877, au deuxième étage du 23, rue de Boulogne, les Zola venaient de s’installer au premier étage, au-dessus de l’entresol. Le bail décrit ainsi leur appartement : « Antichambre 2e jour, aisances, salle à manger poêle, salon, cabinet de toilette 2e jour, chambre à feu divisée, chambre à coucher avec sortie au palier. » Le loyer annuel était de 2 200 francs (Becker, 1972, p. 20).

19 Zola passait à Paris la journée du mardi 23 mai (→ t. IV, lettre 228).

20 C’est-à-dire la construction de la ferme et des bâtiments qui l’entouraient (→ t. IV, lettre 248). Voir là-dessus Laborde, 1969, p. 146-147.

21 Le traducteur et homme de lettres allemand Paul Heichen, né à Löbau en 1848, venait de fonder à Leipzig sa propre maison d’édition, le Deutsches Verlagshaus. Il avait essayé, en 1880, d’obtenir les droits de traduction de Nana, qu’il comptait publier chez l’éditeur viennois Adolf Hartleben, mais Georges Charpentier n’avait pas répondu à ses lettres. En 1886, n’étant plus éditeur lui-même, il traduisit pour la maison leipzigoise Unflad deux recueils de nouvelles de Zola, qu’il intitula respectivement Moralische Novellen et Realistische Novellen, ainsi que Mes Haines (Was ich nicht leiden mag), Les Mystères de Marseille (Die Geheimnisse von Marseille) et Une page d’amour (Ein Blättlein Liebe). Par la suite, il traduisit d’autres romans de Zola, parmi lesquels Madeleine Férat et Au bonheur des dames (Zum Paradies der Damen, 1887), La Confession de Claude (Das Geständnis eines Junglings) et Thérèse Raquin (1888), ainsi que tous les romans de Charles Dickens (33 vol., 1892-1898), à qui il consacra une longue étude biographique et littéraire (1898). Parmi ses nombreux livres, on peut citer divers ouvrages sur les métiers du livre et les techniques d’impression, ainsi que sur l’orthographe et la grammaire de l’allemand, une histoire illustrée des États-Unis (1886) et un roman, Das Geheimnis der Waldschenke (Le Mystère de l’auberge, 1897).

22 À la fin d’avril ou au début de mai, Heichen avait écrit à Zola : « Quelle est la somme que vous demandez pour la permission [de] publier une édition de votre roman Thérèse Raquin ? Le roman est, selon les contrats internationaux, depuis quelque temps libre. Cela vous veuillez bien [sic] prendre en considération. Mais je ne veux pas être un voleur. » Il demandait également le prix des illustrations qu’Horace Castelli avait réalisées pour l’édition Marpon et Flammarion du roman, parue à la fin de mars 1882. Le 18 mai, dans la lettre à laquelle Zola répond ici, il offrait cinq cents francs pour les droits de traduction : c’est la somme, précisait-il, que l’éditeur Eduard Hallberger avait donné à Adolphe Belot pour L’Article 47 et que Jules Verne recevait pour ses romans parus chez Hartleben. Et il ajoutait : « Pour la traduction de votre prochain roman, je vous payerai 1 500 (quinze cents) [francs], et vous me céderez les droits pour toute l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, car si je n’[avais] pas le droit pour toute la librairie allemande, je n’aurais pas de force [pour] « assommer » les pirates littéraires, par exemple l’éditeur-voleur Mr Grimm à Budapest » (arch. familiales). Sur Grimm, voir la lettre 198.

23 Nana avait été publié par l’éditeur milanais Pavia, Pot-Bouille dans le journal La Ragione, que dirigeait Attilio Luzzatto, puis chez Treves (→ t. IV, lettre 177).

24 Voir t. III, lettre 370.

25 Heichen augmenta son offre par la suite (t. IV, lettre 252, n. 1).

26 Heichen ne donna pas suite à son projet. Ses traductions de Thérèse Raquin et d’Au bonheur des dames furent publiées à Berlin, par l’éditeur Siegfried Frankl.

27 L’article d’Engel, intitulé « Émile Zola’s neuster Roman. Pot-Bouille », avait paru dans le numéro du 13 mai 1882 (no 20) du Magazin für die Literatur des In-und Auslandes. Aux yeux d’Engel, Pot-Bouille représentait l’ouvrage le plus perfectionné, le mieux composé, le plus poétique et le moins choquant de toute l’œuvre de Zola. Il y trouvait deux aspects nouveaux. En premier lieu, le portrait de l’humanité brossé dans le roman était un peu moins noir qu’auparavant. Deuxièmement, Zola avait ajouté de l’humour à son roman : le personnage de l’oncle Bachelard était un « chef d’œuvre », comparable aux personnages de Dickens et de Thackeray. Bien que l’idée de dresser le portrait des habitants d’une maison dans un ouvrage littéraire ne soit nullement neuve, poursuivait Engel, le génie de Zola résidait en sa présentation de deux mondes différents : le monde bourgeois et le monde des domestiques. Il trouvait la scène où Octave et Berthe sont obligés d’écouter les conversations des domestiques d’une vérité « psychique et physiologique » étonnante, et il concluait en affirmant que le roman faisait preuve d’une nouvelle orientation littéraire pour Zola, avec son optique raffinée et atténuée, ses personnages plus développés, et son humour profond et agréable. En somme, Pot-Bouille figurerait parmi les romans les plus importants de l’époque.

28 Le 31 mai, à son retour de Florence (→ lettre 179), Montchal avait écrit à Zola : « J’ai donné ma conférence le 25 mai devant un public choisi, c’est-à-dire peu nombreux. Les journaux de Florence ont tous annoncé la séance, et leurs comptes rendus, sans abonder dans mon sens autant que je le souhaitais, sont très courtois. Seul, un journal de Rome, le Capitan Fracasse, a consacré son article de fond à caricaturer ma conférence. […] En résumé, on me reproche ( !) d’être ‘uno zolisto de più convinti’. C’est ce que je désirais » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fo 297).

29 « À Genève, poursuivait Montchal dans sa lettre du 31 mai, on me donne à entendre que je ferai ‘un four’ si je répète ma conférence sur Émile Zola. Et l’important personnage qui insinuait cette charitable hypothèse accentuait de manière à m’avertir qu’il n’empêcherait pas ‘le four’, au contraire. Ô âmes évangéliques ! esprits libéraux ! […] ‘Vous défendez M. Zola, vous n’aurez pas de leçons quelque modiques que soient vos prix. ’Ah ! Si vous défendiez les pornographies d’un Feuillet, d’un Paul Féval, d’un Xavier de Montépin, d’une Georges [sic] Sand ce serait autre chose. Ces gens-là écrivent des cochonneries pour et non pas sur les gens comme il faut. On ne me traite pas encore de ‘cochon’, mais il ne faut pas désespérer. Du moment que je me bourre des œuvres de Zola je ne vaux pas mieux que lui. » (ibid.)

30 Montchal proposait en post-scriptum, de faire expédier à Zola les journaux qui avaient annoncé sa conférence : le Corriere, la Vedetta, le Capitan Fracasse, la Nazione, l’Opinione Nazionale, et le Fieramosca.

31 Zola avait commencé la rédaction d’Au bonheur des dames le 28 mai. La première livraison du feuilleton parut dans le Gil Blas du 17 décembre 1882.

32 Par inadvertance, Zola a daté sa lettre du 4 juin. Voir l’édition réalisée par Elena Messa Vismara dans Les Cahiers naturalistes.

33 Sur le journaliste et homme de lettres Félicien Champsaur, voir t. III, lettre 93, n. 1. Nous n’avons pas retrouvé la lettre à laquelle Zola répond.

34 On se rappelle que Zola avait envoyé le manuscrit de Renée au directeur de la Comédie-Française, Émile Perrin, en juin 1881 (→ t. IV, lettre 130), et que la pièce fut jouée au Vaudeville en avril 1887 (→ t. VI, lettre 32).

35 Voir la lettre 171.

36 Nous avons publié un court extrait de cette lettre dans le t. IV (lettre 252). Voir aussi t. X, lettres S 90 et S 91.

37 Nous avons publié de larges extraits de cette lettre dans le t. IV (lettre 256).

38 Sur le journaliste et homme de lettres russe Isaac Pavlovsky, voir t. IV, lettre 258, n. 5.

39 C’est-à-dire à la direction du Boudilnik (Le Réveil), le journal hebdomadaire russe qui se proposait de publier Au bonheur des dames dans un supplément illustré : voir t. IV, lettre 258, ainsi que l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

40 Le 10 novembre, Pavlovsky répondit : « Je reste avec plaisir, comme avant, votre intermédiaire. C’est moi, en outre, qui dirige la traduction de votre œuvre. […] La rédaction vous envoie la somme convenue d’après votre télégramme, elle n’attendra pas des lettres […]. Je voudrais avoir une partie du manuscrit maintenant même, parce que les traducteurs l’attendent. Si vous consentez à cette demande, vous pouvez me faire remettre le manuscrit par l’intermédiaire de M. Tourgueneff. »
Le 13 novembre, Pavlovsky fit parvenir à Zola le télégramme qu’il venait de recevoir du Boudilnik : le journal devait recevoir la fin du manuscrit avant le 12 janvier, sinon la transaction serait annulée. Pavlovsky expliquait : « Les pauvres gens ont raison. Si vous ne pouvez pas leur donner le manuscrit à la date indiquée, ils n’auront pas le temps [de] le faire paraître avant les autres journaux russes. Les manuscrits restent chez le censeur un mois, quelquefois plus même ; tandis que les journaux imprimés sont sous un régime tout à fait différent. » Puis, le 19 novembre, le gérant du Boudilnik, A. Kourépine, écrivit au romancier : « Mon collègue, M. Polotzky (→ lettre 208, n. 1) m’a transmis par télégraphe votre consentement de nous livrer votre roman au complet pas plus tard que le 12 janvier […]. Vous allez recevoir par l’entremise de M. Polotzky la somme de 1 500 fr. Une fois l’argent reçu, ayez l’obligeance de nous livrer en échange le premier tiers de votre manuscrit. Les autres 1 500 fr. vous seront remis le 20 décembre » (arch. familiales). Voir aussi t. IV, lettre 277, et, dans le présent volume, la lettre 191.

41 Le dîner en question avait été fixé d’abord au 18 décembre : voir t. X, lettre S 93. Edmond de Goncourt évoque brièvement dans son Journal la conversation qu’il eut avec Zola le 19 décembre (1956, t. III, p. 213). Nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola répond.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search