Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1881

Texte intégral

150*. À Marguerite Charpentier

1[Paris] lundi soir [24 janvier 1881]

  • 1 Zola s’adresse, selon toute vraisemblance, à la femme de son éditeur.

2Chère madame1,

  • 2 La première commença à sept heures et demie, le 29 janvier 1881. Elle dura six heures et demie.

3Chose entendue, nous dînerons chez vous le soir de Nana. Seulement, il faudra nous mettre à table à cinq heures et demie, car il est question de commencer à sept heures. Je vous dirai l’heure exacte, d’ailleurs2.

4Nos plus vives amitiés.

L.a.s., coll. Jean Bonna.

151*. À Henri Baboneau

5Paris, 14 février 1881

6Cher monsieur Baboneau,

  • 3 Il s’agit du chalet que Zola faisait construire sur l’île du Platais, en face de la demeure princi (...)

7Veuillez donc passer chez moi le plus tôt possible, à deux heures précises. J’ai une commande à vous donner. Apportez-moi des modèles de mise en plomb. C’est pour un chalet3.

8Bien à vous.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.

152. À Joseph Vilbort

9Paris, 6 mars 1881

  • 4 Cette lettre est probablement adressée à Joseph Vilbort, le directeur du Globe : ce quotidien alla (...)

10Mon cher confrère4,

  • 5 L’étude sur Stendhal forme le deuxième chapitre des Romanciers naturalistes : le volume parut chez (...)

11Chose entendue. Je modifierai l’expression que vous me signalez. Veuillez seulement m’envoyer le plus tôt possible les épreuves en double : j’ai besoin de les revoir de très près, et j’en garderai un exemplaire pour mon volume, que je pourrai faire imprimer tout de suite5.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 12 juin 1984.

153*. À Georges de Peyrebrune

12Paris, 9 avril 1881

13Madame,

  • 6 Nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola répond.

14Je suis très souffrant et très occupé, ce qui me met fort en retard dans ma correspondance : telle est l’explication bien simple de mon silence6.

  • 7 Nous n’avons pu identifier ce journal. Le Réveil de la Dordogne ne paraissait plus en 1881.
  • 8 En fait, c’est le 11 avril que les Zola partirent pour Médan (→ t. IV, lettre 102).

15Dites au journal dont vous me parlez7 qu’il peut s’adresser directement à moi, car je pars pour la campagne demain8 et je regrette de ne pouvoir vous fixer un rendez-vous.

16Vous êtes impatiente, Madame : c’est un tort, dans les lettres. Il faut vouloir et attendre.

17Votre dévoué confrère.

L.a.s., Bibliothèque municipale de Périgueux. Réserve. Manuscrits.
Correspondance Georges de Peyrebrune.

154*. À Paul Alexis

18Médan, 23 avril 1881

19Mon cher ami,

  • 9 Vallès souhaitait assister à la centième représentation de Nana, qui avait lieu au théâtre de l’Am (...)
  • 10 C’est Alexis lui-même qui avait demandé une invitation pour Bourget, dans sa première lettre du 21 (...)
  • 11 Six ans plus tard, Alexis parla de la centième de Nana dans sa chronique du Cri du peuple. « Vallè (...)
  • 12 Sur cette soirée célèbre, voir t. III, lettre 217, n. 1 et 2.

20Votre demande pour Vallès arrive trop tard9. Je viens d’envoyer la dernière carte d’invitation, – des dix qu’on m’a données, – à Paul Bourget10. Il m’est d’autant plus impossible de satisfaire Vallès que je n’arriverai à Paris que lundi soir. Mais puisqu’il fait une pièce pour Chabrillat, que ne s’adresse-t-il directement à lui11 ? Vous savez qu’on soupera sur la scène et que les places sont en très petit nombre ; ce ne sera pas la cohue de la centième de L’Assommoir12, et j’ai formellement juré, pour mon compte, de me contenter de mes dix invitations. Chabrillat seul peut disposer des dernières places qui seraient vacantes.

21À lundi, et affectueusement.

  • 13 « Les cinq » avait paru le 21 avril, dans le numéro du Gil Blas daté du lendemain. Alexis y racont (...)

22Merci de vos nouvelles. Votre article : « les Cinq », n’avait pas l’ampleur nécessaire, mais il avait au moins le mérite d’être documenté13.

L.a.s. (facs.), vente eBay, septembre 2009.

155*. À Guy de Maupassant

23Médan, 30 avril 1881

24Mon cher ami,

  • 14 Cette lettre fait pendant à celle que Zola adressa le même jour à Paul Alexis (t. IV, lettre 106).

25Je suis désolé. Magnard refuse de laisser passer mon article sur vous et Alexis14. Je reviendrai à la charge, mais il faut y renoncer pour le moment. Je remplace au dernier moment mon article par un vieux paysage retapé. Quand je l’ai vu revenir, j’ai d’abord été furieux, au point de songer à donner ma démission. Puis j’ai réfléchi à l’inutilité d’un éclat et j’ai pensé qu’il était d’une meilleure tactique de rester à mon poste de combat.

  • 15 Voir la lettre 167.

26Quand vous viendrez, je ne pourrai, pour toute consolation, que vous montrer mon article et la lettre de Magnard. Je vais voir ce dernier demain, et j’espère obtenir que mon article passe dans quelques semaines, même avec des modifications, s’il le faut. Je ne tiens qu’à vous être utile15.

27Bien à vous.

L.a.s., Médiathèque de Melun, fonds Auguste Vincent.
Oberle, 2005, p. 158-159.

156*. À Louis Montchal

28[Médan, fin avril 1881]

  • 16 Ce message, rédigé sur une des cartes de visite bordées de noir dont Zola se servit à Médan après (...)

29Avec mes bien vifs remerciements pour votre sympathie littéraire et pour toutes les bonnes choses que vous voulez bien m’écrire16.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 162.

156-A. À William Busnach

30[Médan, 6 mai 1881]

31[Zola lui donne rendez-vous pour le mardi 10 ou le vendredi 13 mai.]

  • 17 La première bruxelloise de Nana avait eu lieu le mardi 3 mai, au théâtre des Galeries Saint-Hubert (...)
  • 18 Le 7 mai, Busnach répondit : « Je vais voir Chabrillat avant l’heure de mon départ [pour Bruxelles (...)

32[…] Je suis très heureux du succès de Nana à Bruxelles17. À quand l’épreuve à Lyon18 ?

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, juin 2009.

157*. À Louis Montchal

33Médan [après le 9 juin 1881]

  • 19 Dans la lettre qu’il avait envoyée à Zola le 9 juin 1881 (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fos 280-281), Mo (...)
  • 20 Montchal parlait également, dans sa lettre du 9 juin, de l’article de Zola intitulé « Protestantis (...)

34Avec mes remerciements pour l’article de M. Grandclément que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt19, et avec toute ma gratitude pour les bonnes choses que vous m’écrivez20.

35Cordialement à vous.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 163.

158*. À Henri Baboneau

36Médan, 11 juin 1881

37Cher monsieur,

  • 21 Vraisemblablement les vitraux du chalet de l’île du Platais (→ lettre 151).

38Pourriez-vous venir après demain lundi poser vos vitraux21 ? Je le désirerais vivement, car autrement cela nous reculera encore de plusieurs jours.

  • 22 Comme le précisa Edmond de Goncourt dans son Journal, à la date du 20 juin 1881, le chalet contena (...)

39Veuillez me répondre courrier par courrier pour m’avertir. Dites-moi le train que vous prendrez. Je vous conseille le premier train, celui de 6 h 45 m, qui arrive à Villennes à 7 h 45 m. Dites-moi dans votre lettre le poids approximatif de vos caisses de vitraux ; quelqu’un sera à Villennes pour les prendre. Enfin apportez du mastic teinté, dans le ton du sapin rouge22.

40Je compte absolument sur vous.

41Cordialement.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.

159*. À Gabriel Thyébaut

42Médan, 12 juin 1881

43Cher monsieur,

  • 23 Zola accuse réception de la longue lettre que Thyébaut lui avait envoyée le 9 juin 1881, en répons (...)

44Je suis ravi de vos renseignements que je trouve très nets et très complets23. Mon conseiller n’est qu’à un second plan ; mais je désirais le camper dans son air propre ; et, grâce à vous, je le tiens maintenant. Je vous en suis très reconnaissant et je vous rappelle que nous serons très heureux, si vous voulez bien venir nous voir ici avec notre ami Céard.

45Cordialement à vous.

L.a.s., coll. Delaballe.

160*. À Henry Céard

46Médan, 16 juin 1881

  • 24 Nous avons publié les deux premiers paragraphes de cette lettre dans le t. IV (lettre 132).

47Mon cher Céard24,

48Je suis allé mardi prendre d’excellentes notes, dans l’église Saint-Roch ; mais je n’ai pas eu le temps d’approfondir les deux maisons qui portent les numéros 22 et 24 de la rue Saint-Roch, et par lesquelles on entre dans l’église. Elles appartiennent évidemment à celle-ci et elles doivent être habitées par le curé et par les prêtres. Mais je voudrais bien être fixé. Je flaire là un coin très intéressant. Ne m’avez-vous pas dit que quelqu’un pourrait vous renseigner ? Tâchez donc de m’avoir des détails sur les deux maisons en question, soit en tâchant d’y pénétrer, soit en faisant causer les gens. Vous me rendrez un bon service.

49J’ai commencé mon roman ce matin. En voilà au moins pour une année de travail.

  • 25 Céard travaillait alors à un roman qu’il se proposait d’intituler La Vie réflexe ou La Vie involon (...)

50Et vous, travaillez-vous ferme ? Il faut vaincre25.

51Merci encore, et affectueusement.

L.a.s., BNF, MSS.

161*. À Eugène Croiseau

52Médan, 19 juin 1881

53Monsieur,

  • 26 Voir la lettre 125, n. 1.

54J’ai reçu votre note et ne sais trop comment l’acquitter. Puis-je me présenter à n’importe quelle heure à votre domicile, rue de Douai26 ? Je vais rarement à Paris et je n’y couche pas.

55Veuillez me dire comment je dois procéder.

  • 27 Il s’agit du « pavillon Charpentier », où Zola logeait ses amis. Le bâtiment, écrit Jean-Claude Le (...)

56J’ai fait construire un pavillon27, dont je désire vous confier la vérification.

  • 28 Voir la lettre 166.

57Voici déjà le mémoire du fumiste ; mais il me paraît très exagéré28. D’ailleurs, n’envoyez pas avant d’avoir les autres mémoires en main, pour ne faire qu’un voyage.

58Veuillez agréer, monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 255-256.

162*. À Lucien Delormel

59Médan, 24 juin 1881

  • 29 Cette lettre est adressée au parolier Lucien Delormel, qui était à l’époque l’administrateur-régis (...)

60Monsieur29,

  • 30 Le 21 juin, Delormel avait écrit à Zola : « Depuis un mois la Censure me retient une scène intitul (...)

61S’il suffit de mon autorisation pour lever le veto de la Censure, je vous la donne volontiers. Je suis pour la liberté illimitée, même de l’injure30.

62Recevez, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., Gazette de l’Hôtel Drouot, no 42, 3 décembre 2004.

163*. À Louis Montchal

63Médan, 11 juillet 1881

64Monsieur,

  • 31 Nous ne possédons pas la lettre de Montchal. Ce dernier se trouvait manifestement à Paris, où il s (...)
  • 32 Voir la lettre suivante.

65Je serais très heureux de vous voir, mais le voyage de Médan est bien pénible par cette chaleur. Enfin, s’il ne vous effraye pas, venez un après-midi de cette semaine31. Vous descendrez à la station de Villennes, et vous demanderez votre chemin : il y a une demi-heure de marche32.

66Votre bien dévoué.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 139.

164*. À Louis Montchal

67Médan, 14 juillet 1881

68Cher monsieur,

  • 33 Voir la lettre précédente. L’affaire dont parle Zola est sans doute un épisode de la fameuse « aff (...)

69Je suis désolé du voyage inutile que vous avez fait, et je vous présente toutes mes excuses. Une affaire fort ennuyeuse et tout à fait inattendue m’a forcé de partir brusquement pour Paris33.

  • 34 Nous ne possédons pas la réponse de Montchal. Voir la lettre suivante.

70Il aurait mieux valu fixer un jour. Voulez-vous venir demain dans l’après-midi, ou bien dimanche34 ?

71Croyez-moi en tout cas votre bien dévoué.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 140.

165*. À Louis Montchal

  • 35 Zola répond – sans doute avant son départ pour Grandcamp, le 25 juillet – à une lettre de Montchal (...)

72[Médan, avant le 25 juillet 188135]

  • 36 Le 18 juillet, Zola avait publié dans Le Figaro, sous le titre « Pro domo mea », une riposte à l’a (...)
  • 37 On se rappelle que la campagne de Zola au Figaro devait s’étendre sur cinquantedeux semaines, à pa (...)

73Avec mes remerciements pour votre bonne lettre36. Mais je considère ma campagne au Figaro comme finie, je n’y reste plus que par devoir. La dernière polémique m’a tellement écœuré que j’ai hâte de sortir du journalisme, en secouant la poussière de mes pieds37.

74Bien à vous.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fo 164.

166*. À Eugène Croiseau

75Grand-Camp (Calvados), 31 juillet 1881

76Monsieur,

  • 38 Joseph Molinari, le fumiste dont il est question dans la lettre 161. Molinari habitait Poissy.
  • 39 « L’Académie écrit acompte, substantif, en deux mots : à-compte […]. L’usage est aujourd’hui de fa (...)
  • 40 Il s’agit sans doute, comme le précise Danielle Coussot, du « monumental poêle en faïence » qui se (...)

77J’ai déjà remis à M. Molinari38 quinze cents francs d’à-compte39, et je suis surpris qu’il demande encore de l’argent, d’autant plus que je lui ai signifié que je voulais attendre maintenant le règlement de son mémoire. Ce mémoire me paraît très exagéré, et je vous signale surtout un certain marbre de poêle40, qui a été posé cassé et dont on a pris si mal les mesures, qu’il a fallu remplir des trous avec du plâtre.

  • 41 Les Zola séjournèrent à Grandcamp du 25 juillet au 15 septembre 1881.

78Il ne vous manque plus que les mémoires du charpentier et du zingueur. Je leur écris pour les prier de vous les adresser directement. Veuillez ne pas attendre mon retour qui n’aura lieu que dans les premiers jours d’octobre41 et faites tout de suite procéder aux vérifications. Le jardinier a des ordres pour mettre les lieux à la disposition du vérificateur.

79Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 256.

167. À Guy de Maupassant

80Grand-Camp (Calvados), 31 juillet 1881

81[Zola envoie à Maupassant, alors en Algérie]

  • 42 Le 6 juillet, accompagné de son ami Harry Alis, Maupassant s’était embarqué pour l’Algérie, en qua (...)

82[…] une bonne poignée de main. Cela vous fera sans doute plaisir, dans vos déserts42.

83[Il emmène sa femme]

  • 43 Voir la lettre précédente, n. 4.

84[…] dans un trou de la Normandie, pour qu’elle prenne des bains de mer43.

85[Ils ne rentreront à Médan qu’au début d’octobre et comptent bien qu’alors Maupassant viendra]

86[…] nous conter votre voyage. […]

  • 44 Le duel avait eu lieu le 18 juillet, mettant fin à l’affaire du Henri IV (→ t. IV, lettre 148).
  • 45 Maupassant fut de retour à Alger le 2 août. Il partit ensuite vers le sud, arrivant à Boussaâda le (...)

87Vous ne vous doutez guère du tapage que mon article du Figaro a causé. Pendant huit jours, on nous a traînés dans la boue. Alexis a dû finir par se battre avec Delpit, un ricochet imprévu et extraordinaire44. […] Bonne santé, mon ami, ne vous laissez pas tuer, ni par les Arabes, ni par la fièvre, car ce serait un romancier de moins45.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 20 juin 1996.

168. À Philippe Gille

88Médan, 26 octobre 1881

  • 46 Le volume venait de paraître chez Charpentier.
  • 47 Le 29 octobre, Gille fit paraître, dans ses « Échos de Paris » du Figaro, la note suivante : « Not (...)

89Avez-vous reçu mon nouveau bouquin : Documents littéraires46 ? J’en ai laissé un exemplaire pour vous aux bons soins de Charpentier. À ce propos, vous seriez bien aimable de publier dans vos Échos la petite note ci-jointe47.

Extr., cat. libr. L’Autographe S. A. (Genève), no 240 (avril 2001), http://www.autographe.org.

169. À Hugo Wittmann

90Médan, 5 novembre 1881

  • 48 Nous avons publié de courts extraits de cette lettre dans le t. IV (lettre 173).

91Il me sera impossible de décider Le Gaulois à retarder la publication de mon roman jusqu’au 1er février48. Seulement il me semble que nous pourrions partager la différence. J’obtiendrai que le roman ne passe que le 20 janvier ; et vous, de votre côté, tâchez de le commencer du 22 au 24. De cette façon, nous y aurons mis chacun du nôtre.

92[Zola pense que le roman de Goncourt, La Faustin,]

  • 49 La Faustin parut dans Le Voltaire du 1er novembre au 8 décembre 1881 (numéros datés du lendemain). (...)

93[…] fait au plus trente feuilletons [et donc ne devrait pas durer deux mois49. Il va tenter d’obtenir un délai, mais il est lié par un traité.]

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 22 mai 1986.

170*. Destinataire inconnu

94[Médan, 1881]

  • 50 Voir l’édition réalisée par Christoph Oberle dans Les Cahiers naturalistes. Nous n’avons pas retro (...)

95Avec mes regrets, monsieur, de ne pas avoir pu vous répondre plus tôt50. Ce que vous me demandez n’existe pas, je ne sais nulle part une biographie de moi qui soit véridique ; il a paru des détails un peu partout, mais aucun ensemble. Un de mes amis travaille à une biographie complète, mais elle ne paraîtra pas avant quelques mois. À la rigueur, je puis pourtant vous indiquer une étude publiée par J.-K. Huysmans dans un journal de Bruxelles même, L’Artiste, je crois. Vous pourriez vous adresser à l’auteur, 11 rue de Sèvres, Paris.

96Merci pour votre sympathie et cordialement à vous.

L.a.s., Archives et Musée de la littérature, Bruxelles.
Oberle, 2005, p. 159.

Notes

1 Zola s’adresse, selon toute vraisemblance, à la femme de son éditeur.

2 La première commença à sept heures et demie, le 29 janvier 1881. Elle dura six heures et demie.

3 Il s’agit du chalet que Zola faisait construire sur l’île du Platais, en face de la demeure principale de Médan : la première pierre avait été posée par Alexandrine Zola le 27 septembre 1880. Les quatre fenêtres du chalet furent ornées de vitraux (Le Blond-Zola, 1999, p. 51).

4 Cette lettre est probablement adressée à Joseph Vilbort, le directeur du Globe : ce quotidien allait publier en dix livraisons, du 31 mars au 9 avril 1881, l’étude de Zola sur Stendhal qui avait paru en traduction russe dans Le Messager de l’Europe de mai 1880, mais qui demeurait inédite en France. Sur Vilbort, voir t. IV, lettre 164, n. 2.

5 L’étude sur Stendhal forme le deuxième chapitre des Romanciers naturalistes : le volume parut chez Charpentier le 16 juin 1881.

6 Nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola répond.

7 Nous n’avons pu identifier ce journal. Le Réveil de la Dordogne ne paraissait plus en 1881.

8 En fait, c’est le 11 avril que les Zola partirent pour Médan (→ t. IV, lettre 102).

9 Vallès souhaitait assister à la centième représentation de Nana, qui avait lieu au théâtre de l’Ambigu le lundi 25 avril, et au souper qui allait la suivre. Dans la seconde des deux lettres qu’il avait envoyées à Zola le 21 avril, Alexis écrivait : « Je reçois un mot de Vallès, m’invitant à dîner pour dimanche soir et me priant de vous demander une invitation pour lundi. Je crois que vous ne pouvez guère la lui refuser, d’autant plus qu’il fait une pièce pour Chabrillat, La Baraque » (Bakker, 1971, p. 176). On se rappelle qu’Henri Chabrillat était alors le directeur de l’Ambigu.

10 C’est Alexis lui-même qui avait demandé une invitation pour Bourget, dans sa première lettre du 21 avril (Bakker, p. 173-174). L’invitation adressée à l’actrice Zulma Bouffar est reproduite dans O.C., t. XV, p. 807. Dessinée par Léon Sault, elle montre Nana recevant, en déshabillé, les hommages de ses admirateurs.

11 Six ans plus tard, Alexis parla de la centième de Nana dans sa chronique du Cri du peuple. « Vallès y était, écrivit-il, et nous sortîmes ensembl’par une […] belle matinée d’printemps, et nous fîmes, dans Pantruche qui s’éveillait, une ballade énorme sur des impériales d’autobus » (« À minuit », Le Cri du peuple, 8 avril 1887 ; cité par B.H. Bakker, p. 175, n. 7). Précisons que la pièce de Vallès était une adaptation de son roman La Dompteuse, lequel paraissait alors en feuilleton dans Le Citoyen de Paris. Elle demeura inachevée (Bakker, p. 176, n. 3).

12 Sur cette soirée célèbre, voir t. III, lettre 217, n. 1 et 2.

13 « Les cinq » avait paru le 21 avril, dans le numéro du Gil Blas daté du lendemain. Alexis y racontait la formation du groupe de Médan et le défendait contre les attaques de la presse. Il reproduisit la plus grande partie du texte dans son livre Émile Zola, notes d’un ami (1882, p. 181-184).

14 Cette lettre fait pendant à celle que Zola adressa le même jour à Paul Alexis (t. IV, lettre 106).

15 Voir la lettre 167.

16 Ce message, rédigé sur une des cartes de visite bordées de noir dont Zola se servit à Médan après la mort de sa mère, d’octobre 1880 à février 1882, est probablement celui dont Montchal accusa réception dans la lettre qu’il écrivit à Zola le 18 mai 1881 : « Je veux d’abord vous remercier pour votre aimable carte. Le cœur me bat deux fois plus vite lorsque j’aperçois votre belle écriture. Je suis bien petit à côté de vous, Maître, mais j’ai la sensation de votre valeur. Grâce à vous toute une génération osera penser et pourra dire ce qu’elle pense. Vous lui aurez fourni l’outil et le procédé » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fo 278).
La lettre de Montchal à laquelle Zola paraît répondre est datée du 20 avril 1881. Montchal y annonçait le succès de sa troisième lecture publique de « L’Inondation » (→ lettre 149) : « Succès toujours plus grand. J’avais composé ma salle de tout ce qui s’occupe de littérature. ‘C’est superbe. On avait été trompé par la critique. On lira vos œuvres maintenant. C’est… du Victor Hugo ( ! ! !). Il n’y a qu’un maître qui puisse se faire écouter à la lecture pendant 7 quarts d’heure. On comprend’. » Et il ajoutait, en faisant allusion aux abonnés de la Société de lecture : « Le fait est que depuis ce jour, vos œuvres ne restent pas un seul jour au rayon. On se dispute La Curée. On renouvelle l’inscription pour L’Assommoir. On admire l’intrigue dans La Conquête de Plassans. On qualifie de chef-d’œuvre votre ‘Inondation’ » (BNF, fo 276).

17 La première bruxelloise de Nana avait eu lieu le mardi 3 mai, au théâtre des Galeries Saint-Hubert, avec l’actrice Marie Laure dans le rôle principal. Le lendemain, Busnach, qui se proposait de venir à Médan avec le peintre Henri Gervex, avait écrit à Zola : « Je reçois de Bruxelles une dépêche m’annonçant la réussite complète de Nana. Je me hâte de vous en prévenir. J’irai samedi voir la pièce. […] Nous allons toujours le 10 avec Gervex à Médan. Cette date vous va, n’est-ce pas ? » (s. d., BNF, MSS, n.a.f. 24515, fos 252-253). Le jeudi 5, il avait envoyé au romancier une deuxième lettre, qui contenait ce post-scriptum : « Vous savez que je ne vous rase pas, mais je compte absolument que nous ferons à la fin de l’hiver prochain la pièce no 3 qui sera ou L’Insurrection ou Pot-Bouille (n.a.f. 24513, fos 89-90). Le 8, de Bruxelles, il repoussa le rendez-vous à Médan au vendredi 13 (ibid., fo 93) ; le 12, cependant, il apprit à Zola qu’il allait se rendre le lendemain au Havre, où Sarah Bernhardt allait débarquer après sa longue tournée aux États-Unis (fos 97-98). Il ne semble pas être venu à Médan avant la fin de juin.

18 Le 7 mai, Busnach répondit : « Je vais voir Chabrillat avant l’heure de mon départ [pour Bruxelles]. […] Je vais le pousser fortement à tenter cet été Lyon et Marseille » (n.a.f. 24513, fos 91-92). Le projet n’aboutit pas.

19 Dans la lettre qu’il avait envoyée à Zola le 9 juin 1881 (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fos 280-281), Montchal avait parlé d’un de ses amis, Georges Grandclément. Ce dernier, précisait-il, avait été en relations épistolaires avec Pierre-Joseph Proudhon, et ses idées sur le paysan concordaient avec celles que Zola avait exprimées dans son article du Figaro sur « La république en Russie » (21 mars 1881 ; O.C., t. XIV, p. 562-567) : « Monsieur Grandclément a fait de profondes recherches sur l’origine de la Révolution française. Le rôle social du paysan l’a toujours préoccupé. Quelques-unes de ses conclusions ayant parues [sic] dans L’Almanach républicain, j’ai prié Monsieur Grandclément de vous expédier un exemplaire de cet ouvrage. Il vous est moins connu probablement que les curieuses Silhouettes de paysans par Jacob de la Cottière » (BNF, fo 280).
Nous n’avons pu retrouver l’article de Georges Grandclément. L’ami de Montchal est l’auteur d’un ouvrage intitulé Opinion d’un allodial français sur les titres de la dynastie napoléonienne (Genève, 1868) et le destinataire de trois lettres (1861-1863) publiées dans l’édition Lacroix de la Correspondance de Proudhon (14 vol., 1875).

20 Montchal parlait également, dans sa lettre du 9 juin, de l’article de Zola intitulé « Protestantisme » que le romancier avait publié dans Le Figaro du 17 mai (→ t. IV, lettre 108, n. 2) : « Votre article sur le protestantisme m’avait ragaillardi. Cela se voyait sur mon visage. Depuis trois semaines les dévots me regardent au blanc des yeux en hurlant : Infect ! infect ! infect ! La plupart des rédacteurs de nos feuilles de choux se qualifient de libres penseurs. Pas un n’a osé vous défendre. J’ai voulu protester dans un journal neutre. Je rééditais vos conclusions en prouvant leur justesse avec mes expériences des protestants. Mon article a été égaré. D’ailleurs, m’a-t-il été ajouté, nous n’insérons que des éreintements de Monsieur Zola. Quels tas de chenapans ! » (BNF, fo 280)
Montchal avait déjà félicité Zola de son article dans sa lettre du 18 mai (→ lettre 156, n. 1) : « Il faut que vous ayez habité Genève pour voir si bien les dessous de cartes du protestantisme. Il n’y a pas une note douteuse dans tout l’article. Je suis compétent, car il y a 5 ans à peine, je faisais partie du monde protestant. J’avais 23 ans alors. Vous avez bien raison, cher Maître, protestantisme et hypocrisie sont maintenant synonymes » (BNF, fo 278).

21 Vraisemblablement les vitraux du chalet de l’île du Platais (→ lettre 151).

22 Comme le précisa Edmond de Goncourt dans son Journal, à la date du 20 juin 1881, le chalet contenait « une grande pièce tout en sapin » (1956, p. 118).

23 Zola accuse réception de la longue lettre que Thyébaut lui avait envoyée le 9 juin 1881, en réponse aux questions précises qu’il lui avait posées le 3 juin sur la carrière type d’un conseiller à la Cour d’appel et les actes qui pouvaient lui être attribués (t. IV, lettre 122). La lettre de Thyébaut est conservée dans le dossier préparatoire de Pot-Bouille, et Henri Mitterand en donne de larges extraits dans R.-M., t. III, p. 1650-1651, p. 1656 et p. 1661-1662.

24 Nous avons publié les deux premiers paragraphes de cette lettre dans le t. IV (lettre 132).

25 Céard travaillait alors à un roman qu’il se proposait d’intituler La Vie réflexe ou La Vie involontaire. Le 21 juin, il répondit à Zola : « Je suis absolument stupéfait de la lenteur avec laquelle j’exécute mon roman. Je travaille des six heures de suite et ça n’avance qu’imperceptiblement. Il doit y avoir un vice dans la machine » (Burns, 1958, p. 188).

26 Voir la lettre 125, n. 1.

27 Il s’agit du « pavillon Charpentier », où Zola logeait ses amis. Le bâtiment, écrit Jean-Claude Le Blond-Zola, était « carré, avec un rez-de-chaussée servant de resserre et un étage unique auquel on accéd [ait] par un double escalier en forme de V renversé » (1999, p. 42).

28 Voir la lettre 166.

29 Cette lettre est adressée au parolier Lucien Delormel, qui était à l’époque l’administrateur-régisseur de l’Alcazar d’été, le célèbre café-concert des Champs-Élysées.
Lucien Delormel (1847-1899) écrivit au début de la guerre de 1870, avec Hippolyte Richard, un poème patriotique, Liberté !, qui remporta un triomphe au théâtre de la Porte-Saint-Martin. Combattant lui-même, il composa à partir de 1871, avec Louis-Gaston Villemer, une série de chansons revanchardes – Le Fils de l’Allemand, Le Maître d’école alsacien, Une tombe dans les blés, etc. – et écrivit ensuite, soit avec Villemer, soit avec Léon Garnier, des chansons rendues célèbres par la première grande vedette masculine du café-concert, Paulus : citons Les p’tits vins d’Paris, Le Cheval du municipal, La Boiteuse, Le Père la Victoire et En revenant de la revue, la chanson qui contribua, en 1886, à l’expansion de la légende du général Boulanger. Outre ses chansons – il en écrivit, au cours de sa carrière, plus de 4 000 et empocha, en 1886, 10 000 francs de droits d’auteur – il composa, avec Garnier, Villemer ou Louis Péricaud, de très nombreux monologues et opérettes.

30 Le 21 juin, Delormel avait écrit à Zola : « Depuis un mois la Censure me retient une scène intitulée ‘Paris naturaliste’, destinée à Mr H. Plessis, artiste comique imitateur. Cette scène m’est refusée parce qu’elle se termine ainsi : l’artiste, reproduisant vos traits à l’aide d’un masque, dit ces mots ‘Le monde sera naturaliste ou il ne sera pas… Ah ! Je n’ai pas d’esprit. C’est possible… mais j’ai du génie, et je le crie plus fort que les autres.’ C’est tout ! Il n’y a rien autre chose dans la scène qui vous soit personnel. » Et il poursuivait : « Je viens vous demander […] si vous voulez autoriser la Censure à me viser cette autorisation. Permettez-moi de finir cette lettre en vous assurant de la haute estime que j’ai pour votre talent » (arch. familiales).

31 Nous ne possédons pas la lettre de Montchal. Ce dernier se trouvait manifestement à Paris, où il séjournait souvent pendant ses congés d’été.

32 Voir la lettre suivante.

33 Voir la lettre précédente. L’affaire dont parle Zola est sans doute un épisode de la fameuse « affaire du Henri IV », déclenchée par une chronique de Paul Alexis, qui s’en prenait à ses confrères Charles Monselet, Aurélien Scholl et Albert Wolff (voir t. IV, lettre 145, ainsi que l’Introduction biographique du même tome). Le 12 juillet, Wolff, répondant dans Le Figaro à l’article de Zola sur Alexis et Maupassant qui y avait paru la veille (→ lettre 155), avait exécuté rapidement « l’infime M. Paul Alexis », en le traitant de « jeune nigaud de lettres » et d’« obscur scribe » ; en même temps, il accusait Zola de manquer d’égards envers ses confrères du Figaro, puisque le romancier se faisait le champion de ceux qui les dénigraient, et il lui conseillait d’abandonner son disciple. Zola avait rédigé une réponse à Wolff, sans doute sous la forme d’une lettre ouverte adressée à ce dernier. Le 14 juillet même, Alexis écrivait au romancier : « Je suis très heureux que votre lettre n’ait pas passé dans Le Figaro. Selon moi, elle rapetissait un peu la question, à une altercation personnelle entre Wolff et vous. » Et il ajoutait : « J’ignore ce qui est arrivé hier au Figaro, hier [sic], entre Magnard et vous. Je considère la non-insertion de votre lettre comme très heureuse, parce que vous avez selon moi un bien bel article à faire lundi. Il faut me défendre héroïquement ! ! ! (Bakker, 1971, p. 195-196)
Il est permis de penser que Zola, qui avait reçu la visite d’Alexis le 13 juillet au matin, l’avait raccompagné à Paris dans l’après-midi, afin de s’entretenir avec Magnard, le directeur du Figaro lui ayant écrit, le 12 : « Vous savez que je redoute un peu les guerres civiles, peste des empires. Permettez-moi d’espérer que vous n’entamerez pas une polémique avec Wolff. Entre nous, son article est une réponse de berger à la bergère » (ibid., p. 529). Montchal avait dû se rendre à Médan le 13 juillet, juste après le départ de Zola pour la capitale.

34 Nous ne possédons pas la réponse de Montchal. Voir la lettre suivante.

35 Zola répond – sans doute avant son départ pour Grandcamp, le 25 juillet – à une lettre de Montchal datée du 19.

36 Le 18 juillet, Zola avait publié dans Le Figaro, sous le titre « Pro domo mea », une riposte à l’article d’Albert Wolff (→ lettre précédente, n. 1), qu’il jugeait « inacceptable, en dehors des usages, en dehors des égards qu’on se [devait] entre collaborateurs » (O.C., t. XIV, p. 628). Montchal, qui était de retour à Genève, adressait au romancier, dans sa lettre du 19, ses félicitations : « Les réticences calculées de M. Wolff énervaient depuis longtemps les lecteurs du Figaro. Vous lui avez mis du plomb dans l’aile, à ce monsieur, tout en donnant au fonctionnarisme littéraire un de vos terribles coups d’épaule. Un seul coup de votre plume a suffi pour interrompre les avant-deux de ces chahuteurs de la littérature. Ce n’est pas la première fois, du reste, que vous leur fourrez la tête dans leurs ordures ; seulement, cette fois, vous avez pris des gants. » Et d’ajouter : « Ici, on se demande ce que fera Le Figaro après votre retraite. Comment pourra-t-il atteindre désormais les hauteurs que vos articles ont fait escalader à son budget ? En voulant faire une méchanceté, M. Wolff a fait une bêtise. […] Enfin votre retraite du Figaro, que pour ma part je regrette, sera pour vous un retour de la nombreuse armée des timorés qui a crié au scandale lors de votre passage au Figaro » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fo 282).

37 On se rappelle que la campagne de Zola au Figaro devait s’étendre sur cinquantedeux semaines, à partir du 20 septembre 1880. Son dernier article, « Adieux », parut le 22 septembre 1881.

38 Joseph Molinari, le fumiste dont il est question dans la lettre 161. Molinari habitait Poissy.

39 « L’Académie écrit acompte, substantif, en deux mots : à-compte […]. L’usage est aujourd’hui de faire un seul mot de cette expression, orthographe que l’Académie ne peut manquer d’adopter dans sa nouvelle édition » (Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, t. I, 1865).

40 Il s’agit sans doute, comme le précise Danielle Coussot, du « monumental poêle en faïence » qui se trouvait dans le chalet de l’île du Platais et qu’Edmond de Goncourt avait admiré le 20 juin 1881.

41 Les Zola séjournèrent à Grandcamp du 25 juillet au 15 septembre 1881.

42 Le 6 juillet, accompagné de son ami Harry Alis, Maupassant s’était embarqué pour l’Algérie, en qualité d’envoyé spécial du quotidien Le Gaulois. Le 12, après un séjour à Alger, il était parti pour le Sud oranais, sur les traces de Bou-Amama, le marabout qui y avait soulevé, en juin, les tribus nomades, massacrant, à Saïda, des alfatiers espagnols qui exploitaient durement les indigènes. Du 17 au 31 juillet, Le Gaulois avait publié sept chroniques dans lesquelles il abordait les problèmes politiques et humains qui se posaient en Algérie. Dans la première, il avait écrit : « Je m’efforcerai de saisir, si c’est possible, la situation exacte où se trouvent le colon et l’indigène. Je ferai cela sans parti pris pour l’un ou pour l’autre, sans tendresse pour l’Arabe et sans enthousiasme pour le sabre français » (« Alger à vol d’oiseau »). Le 20 juillet, dans un texte signé « Un Colon », il avait dénoncé l’« immense incapacité et [la] colossale incompréhension » du « stupéfiant » gouverneur civil de l’Algérie, Albert Grévy, et l’incompétence des « déclassés ignorants et nuls » qui l’entouraient (« Lettres d’ Afrique »).
La lettre de Zola que nous publions ici est sa réponse à la lettre sans date que Maupassant lui avait envoyée de Marhoum, près de Saïda, où il avait pu lire, dans un campement de zouaves, l’article intitulé « Maupassant et Alexis » que le romancier avait publié dans Le Figaro du 11 juillet (→ lettre 164, n. 1). « Votre voix, venue de là-bas, écrivait Maupassant, à travers cette solitude horrible, brûlante et désolée des hauts plateaux algériens, si inattendue en ce lieu, et si aimable, m’a fait un profond plaisir. Je n’espérais plus, je vous l’avoue, que vous puissiez forcer la résistance du Figaro. Vous y êtes parvenu, merci mille fois. Ce numéro de journal est justement le seul que j’aie vu depuis quinze jours. Aucun courrier ne me parvient plus dans le désert. J’ignore même si mes lettres arrivent en France » (Suffel, 1973, t. II, p. 40).

43 Voir la lettre précédente, n. 4.

44 Le duel avait eu lieu le 18 juillet, mettant fin à l’affaire du Henri IV (→ t. IV, lettre 148).

45 Maupassant fut de retour à Alger le 2 août. Il partit ensuite vers le sud, arrivant à Boussaâda le 25 août. Il se rendit ensuite à Constantine, puis s’embarqua à Bône, le 10 septembre, pour la Corse. Rentré à Paris à la mi-octobre, il revit Zola à Médan en janvier 1882 (→ t. IV, lettre 184). Du 2 août au 27 septembre 1881 il publia dans Le Gaulois douze nouvelles chroniques sur l’Algérie. Pour le texte intégral des dix-neuf articles parus à partir du 17 juillet, voir Delaisement, 2003 ; sur le voyage en Algérie, voir Satiat, 2003, p. 244-249.

46 Le volume venait de paraître chez Charpentier.

47 Le 29 octobre, Gille fit paraître, dans ses « Échos de Paris » du Figaro, la note suivante : « Notre collaborateur, M. Émile Zola, vient de publier un nouveau volume de critique, sous ce titre : Documents littéraires. On y trouve des études sur Chateaubriand, Victor Hugo, Alfred de Musset, Théophile Gautier, les poètes contemporains, George Sand, Dumas fils, Sainte-Beuve, la critique contemporaine et surtout une étude sur la moralité dans la littérature, dont le Figaro a publié des fragments. »

48 Nous avons publié de courts extraits de cette lettre dans le t. IV (lettre 173).

49 La Faustin parut dans Le Voltaire du 1er novembre au 8 décembre 1881 (numéros datés du lendemain). Il y eut 33 livraisons.

50 Voir l’édition réalisée par Christoph Oberle dans Les Cahiers naturalistes. Nous n’avons pas retrouvé la lettre du correspondant bruxellois à qui Zola répond.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search