Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1879

Texte intégral

113*. À Henri Chabrillat

1[Paris, 5-14 janvier 1879]

  • 1 Il s’agit vraisemblablement d’une des répétitions de L’Assommoir auxquelles Zola assista du 6 au 1 (...)

2Prière de m’envoyer l’heure de la répétition demain matin avant 9h1.

L.a.s., Centre de documentation des lettres canadiennes-françaises, Université de Montréal.

114. Destinataire inconnu

3Paris, 17 janvier 1879

  • 2 C’est-à-dire pour une des premières représentations du drame tiré de L’Assommoir, qui fut créé au (...)

4[Son intervention lui semblant tout à fait inutile, Zola suggère à son correspondant de passer au bureau de location demander une première loge de face2.]

5On vous dira pour quel jour il y en aura une de libre. Vous en aurez certainement […] pour la troisième ou la quatrième représentation […] en vous pressant.

Extr. de cat., L’Autographe S. A. (Genève).

115. À Félix Galipaux

6[Paris, vers le 25 janvier 1879]

  • 3 L’acteur Félix Galipaux (1860-1931) entra au théâtre du Palais-Royal après avoir obtenu, en 1881, (...)

7Monsieur3,

  • 4 Le 24 janvier 1879, Galipaux avait écrit à Zola : « Élève du Conservatoire, je dis des vers en soc (...)

8Je vous autorise volontiers, sur votre demande, à dire « La visite au Louvre », morceau détaché de mon roman L’Assommoir, et je serais très heureux que vous puissiez y avoir quelque succès4.

9Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

L.a.s. (copie), Musée Émile Zola, Médan.

116*. À Henri Baboneau

10Paris, 6 mai 1879

  • 5 Sur le peintre-verrier Henri Baboneau, voir t. V, lettre 326, n. 1.

11Cher monsieur5,

  • 6 Il s’agit d’une commande de vitraux pour la maison de Médan, où Zola allait s’occuper des derniers (...)

12Je vous ai attendu inutilement hier. Veuillez passer chez moi dans la soirée d’aujourd’hui. Je vous attends à partir de sept heures. C’est très important6.

13Votre tout dévoué.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.

117*. À Henri Baboneau

14Médan, 8 mai 1879

15Cher monsieur,

  • 7 Voir la lettre précédente. Nous n’avons pas retrouvé celle de Baboneau.
  • 8 Voir la lettre 123.

16Je suis excessivement contrarié de ce que vous m’écrivez7. Par les vents qu’il fait, il m’est impossible de rester avec les ouvertures grandes ouvertes. Prenez un autre ouvrier, s’il le faut, et ne me faites pas attendre, car, si vous tardez, je préférerais faire poser vos vitraux par les vitriers qui sont ici. La position est intenable et vous m’aviez donné une parole formelle8.

17Bien à vous.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.

118*. À Henry Céard

18Médan, 20 mai 1879

  • 9 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le tome III (lettre 229).

19Mon cher Céard9,

20Oui, c’est cela, à dimanche, avec Huysmans et Hennique, auxquels j’écris. Étiévant est arrivé ce matin tout ému. Nous les tenons. Je vous expliquerai cela longuement. Faites ce que vous dira Etiévant, jusqu’à ce que nous nous soyons entendus de vive voix. Je vous expliquerai mon plan.

21Bien à vous.

  • 10 Il s’agit d’un article que Jules Laffitte avait refusé de publier dans Le Voltaire. Le texte demeu (...)

22J’ai lu votre article sur Hugo qui est excellent10. J’ai su par Étiévant qu’on ne l’avait pas compris, qu’on le jugeait encore plus irrespectueux qu’il ne l’est. Nous causerons de tout cela.

23J’ai menacé de m’en aller avec vous trois, et ils ne bougeront plus.

L.a.s. (facs.), cat. Sotheby’s, Paris, 29-30 novembre 2001.

119*. À Georges de Peyrebrune

  • 11 Ce billet de remerciements, adressé à « Monsieur Georges de Peyrebrune, aux Meulières-Chancelade, (...)

24[Médan, vers le 25 mai 187911]

  • 12 Georges de Peyrebrune est le pseudonyme de Mathilde-Georgina-Élisabeth Eimery, née de Peyrebrune ( (...)
  • 13 Dans son troisième numéro, paru le 11 mai 1879, ce journal républicain bihebdomadaire avait publié (...)

25Avec mes bien vifs remerciements pour le bel article de défense que M. Georges de Peyrebrune12 a bien voulu écrire dans Le Réveil de la Dordogne13.

L.a.s., Bibliothèque municipale de Périgueux. Réserve. Manuscrits. Correspondance Georges de Peyrebrune.

120*. À Michel Stassioulevitch

26Médan, 20 juin 1879

27Cher monsieur,

  • 14 Il s’agit de l’article intitulé « Nouvelles artistiques et littéraires », où Zola parlait notammen (...)

28Prière de me renvoyer le plus tôt possible l’article ci-joint14.

29Bien cordialement.

L.a.s., Institut de littérature russe (maison Pouchkine), Saint-Pétersbourg.

121. À Francis Plunkett

30Médan, 8 juillet 1879

  • 15 C’est le 2 juin qu’avait eu lieu au Princess’s Theatre de Londres la première représentation de Dr (...)
  • 16 La bibliothèque de l’Université de Princeton conserve le brouillon de la lettre que Charles Reade (...)

31Merci pour les bonnes nouvelles que vous me donnez sur L’Assommoir à Londres15. Je savais que l’adaptation avait réussi16, mais je suis heureux de posséder un programme. Ce programme est bien curieux.

Extr. de cat., arch. É. Z.

122. Destinataire inconnue

32Médan, 18 juillet 1879

33Je vous remercie d’avoir bien voulu m’envoyer votre œuvre et je vous promets de la lire comme vous me le demandez. Je la lirai avec le plus vif intérêt. […]

Extr. de cat., libr. Saffroy, no 31.

123*. À Henri Baboneau

34Médan, 22 juillet 1879

35Cher monsieur,

  • 17 Voir les lettres 116 et 117. Zola avait commandé, pour la porte d’entrée de la nouvelle cuisine de (...)

36Il y a une porte et deux fenêtres à la cuisine. Venez le plus tôt possible17.

37Bien à vous.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.

124*. À Henri Baboneau

38Médan, 23 juillet 1879

39Cher monsieur,

  • 18 Il s’agit apparemment de la porte d’entrée du pavillon d’origine de la propriété de Médan.

40Les deux châssis de la porte d’entrée ont chacun 27 cent.18 de largeur, très exactement. Pour la hauteur l’un, celui de gauche, à 74 c. ; l’autre, celui de droite, à près de 75. Ce sont là les mesures de jour. Ajoutez ce qu’il faut pour les feuillures.

41Et dépêchez-vous. Vous m’avez l’air bien en retard.

42Je vous salue cordialement.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.

125*. À Eugène Croiseau

  • 19 Comme l’atteste la lettre 294 (voir aussi les lettres 139 et 161), le vrai destinataire des lettre (...)
  • 20 Il s’agit, en réalité, de la tour « Nana » (→ lettre 116, n. 2). Le 5 septembre 1879, Zola écrira (...)

43Paris, 12 août 1879 Monsieur19, Je désirais vous demander si vous voudriez bien vous charger de la vérification des travaux d’une maison que je viens de faire construire à Médan, près Poissy20. Je vous laisse les premiers mémoires, en vous priant de me les renvoyer sur le champ, dans le cas où vous ne pourriez vous occuper de ce travail.

  • 21 Les Zola s’étaient installés à Médan au début de mai 1879, mais le romancier passait la journée du (...)
  • 22 Voir la lettre 130. Nous ne possédons aucune lettre de Croiseau à Zola.

44Comme il n’y a pas d’architecte, j’aurais voulu vous donner de vive voix certaines explications sur les mémoires21. Mais je donnerai ces explications à l’employé qui viendra chez moi22.

45Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 253-254.

126*. À Charles Reade

46Médan, 21 août 1879

  • 23 L’écrivain anglais Charles Reade (1814-1884) fit des études classiques à Oxford et fut élu fellow (...)

47Monsieur et cher confrère23,

  • 24 Le 27 juin, William Busnach avait appris à Zola que l’imprésario à qui il avait cédé les droits de (...)

48Le mécanisme que vous m’expliquez est en effet un peu compliqué. Nous n’avons rien de pareil en France24. D’ailleurs, je n’avais que de la curiosité au sujet de cette question de recettes, et je ne me plains en aucune façon, surtout de vous, qui avez agi en très galant homme. Du moment où je me trouve en face d’un confrère, je m’incline et je n’ai qu’à dire merci. Je craignais, dans cette affaire, d’avoir été la dupe d’un agent dramatique quelconque. Aujourd’hui, tout cela est parfait, je vous suis très reconnaissant.

  • 25 Pour l’Amérique, Mayer avait vendu les droits de représentation de L’Assommoir à Augustin Daly, l’ (...)

49Merci aussi pour les six cents francs que vous m’envoyez sur l’affaire d’Amérique25. On n’agit pas avec plus de loyauté que vous. J’accepte ces six cents francs comme ils me sont envoyés, avec simplicité.

50Croyez-moi, cher monsieur, votre bien dévoué confrère.

L.a.s., Department of Rare Books and Special Collections, Manuscripts Division, Princeton University Library, U. S. A.

127*. À Georges Barral

51Médan, 30 août 1879

  • 26 Sur Georges Barral, voir t. X, lettre S 143, n. 1, et, pour de plus amples renseignements, l’éditi (...)

52Monsieur26,

  • 27 Nous ne possédons ni la lettre de Georges Barral ni celle de son père.

53J’étais absent, je n’aurais donc pas pu répondre assez tôt et donner à votre père des renseignements sur le canal Zola27. Veuillez m’excuser auprès de lui. Ce serait d’ailleurs une assez longue histoire à conter, que je conterai peut-être un jour, mais qu’il me serait difficile de dire en deux lignes.

54Merci pour l’honneur que vous vouliez faire à mon père, et veuillez me croire votre bien reconnaissant.

Archives et Musée de la littérature, Bruxelles.
Fornasiero, 1999, p. 60.

128*. À Henri Baboneau

55Médan, 25 septembre 1879

56Cher monsieur,

  • 28 C’est-à-dire pour une représentation de L’Assommoir, que le théâtre de l’Ambigu avait repris le 28 (...)

57Veuillez présenter la carte ci-jointe au secrétariat de l’Ambigu, le jour qu’il vous plaira, vers trois heures et demie, et l’on vous remettra une loge28.

58Bien à vous.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.

129. À Albert Wolff

59Médan, 2 octobre 1879

  • 29 C’est en effet le 15 octobre 1879, dans son numéro daté du lendemain, que Le Voltaire commença la (...)
  • 30 Il s’agit de l’étude intitulée « Le roman expérimental » (O.C., t. X, p. 1175-1203), qui avait été (...)

60 Nana ne commence que le 15. J’irai vous serrer la main29. […] Il m’est impossible de quitter Médan. […] Je termine un travail qui doit passer dans Le Voltaire avant Nana, en guise de préface30.

Extr., cat. libr. Cornuau, 23 octobre 1988.

130*. À Eugène Croiseau

61Médan, 6 octobre 1879

62Monsieur,

  • 31 Le 8 octobre : voir t. III, lettres 290 et 291.
  • 32 C’est-à-dire l’employé dont il était question dans la lettre 125. Il s’agit sans doute du commis n (...)

63Je m’absente justement mercredi31, je vais passer deux ou trois jours à Paris, et comme je désire être à Médan quand le vérificateur viendra32, je vous prie de bien vouloir ne l’envoyer que samedi ou les jours suivants. Croyez que je regrette beaucoup cette coïncidence.

64Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., BNF, MSS.
Coussot, 1991, p. 254.

131*. À Eugène de Candido

65Médan, 6 octobre 1879

  • 33 Eugène de Candido, qui habitait Trieste, avait déjà écrit à Zola le 17 janvier 1879 pour lui propo (...)

66Cher monsieur33,

  • 34 Thérèse Raquin fut joué dans de nombreuses villes italiennes en 1879 : Naples (avec Eleonora Duse (...)
  • 35 En fait, aucun des membres de cette famille vénitienne ne semble avoir vécu à Trieste.

67Merci de vos bonnes nouvelles. Rien ne pouvait me faire un plus grand plaisir que d’apprendre le succès de Thérèse Raquin à Trieste34, ville où la famille de mon père a habité35.

68Si vous avez des amis parmi les artistes qui ont remporté ce beau succès, veuillez leur dire combien je leur suis reconnaissant, et croyez vous-même à mes meilleurs sentiments pour le grand plaisir que votre lettre me cause.

L.a.s. (facs.), Autographes Demarest, mars 2003.

132*. À Louis Montchal

69Médan, 26 novembre 1879

  • 36 Le Genevois Louis Montchal (1853-1927) descendait d’une famille de très ancienne noblesse français (...)

70Monsieur36,

  • 37 Zola répond à la lettre que Montchal lui avait envoyée de Genève le 21 novembre 1879. « Vos œuvres (...)
  • 38 Le dernier de cette série de six articles avait paru la veille, dans le numéro du Voltaire daté du (...)
  • 39 Montchal écrivit de nouveau à Zola en septembre 1880 : voir la lettre 145.

71Vous me demandez de vous signaler les articles de critique impartiale qu’on a écrits sur moi37. Je n’en connais pas. Il a bien paru ça et là des notes élogieuses, des bouts d’appréciation sympathique ; mais cela n’a pas d’importance. M. Paul Alexis a publié dans Le Voltaire, depuis trois semaines environ, une série d’articles intitulés « Émile Zola à l’étranger »38. Vous trouverez là quelques renseignements sur la presse des pays voisins. Quant à l’attitude de la presse française, elle est hostile presque absolument, et les rares exceptions ne sauraient compter39.

72Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes meilleurs sentiments.

L.a.s., Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. Fr. 9042, fos 135-136.

132-A*. À Harry Alis

73Médan, 18 décembre 1879

  • 40 Sur Harry Alis, de son vrai nom Hippolyte Percher, voir t. IV, lettre 338, n. 1.

74Monsieur40,

  • 41 C’est-à-dire la Revue moderne et naturaliste, dont le premier numéro est daté du 14 décembre 1878  (...)

75Je vous autorise très volontiers à inscrire mon nom parmi les collaborateurs de votre Revue41.

76Cordialement.

L.a.s., Bibliothèque de l’Institut de France, fonds Hippolyte Percher.

Notes

1 Il s’agit vraisemblablement d’une des répétitions de L’Assommoir auxquelles Zola assista du 6 au 15 janvier 1877 (→ t. III, lettre 164, n. 1) : son message est rédigé sur une carte de visite du type de celles dont il se servait à Paris en 1879-1880. Sur Henri Chabrillat, directeur du théâtre de l’Ambigu depuis 1878, voir t. III, lettre 162, n. 1.

2 C’est-à-dire pour une des premières représentations du drame tiré de L’Assommoir, qui fut créé au théâtre de l’Ambigu le 18 janvier 1879.

3 L’acteur Félix Galipaux (1860-1931) entra au théâtre du Palais-Royal après avoir obtenu, en 1881, un premier prix de comédie au concours du Conservatoire. Il joua par la suite sur beaucoup d’autres scènes et obtint de grands succès dans le monologue, la pantomime et les conférences humoristiques. Il écrivit, seul ou en collaboration, de nombreuses saynètes, vaudevilles et opérettes ; sous le pseudonyme de Félix Mayran, il publia dans divers journaux, dont L’Écho de Paris, Le Figaro et le Gil Blas, des scènes comiques de la vie de théâtre. Il réunit ces chroniques dans une dizaine de volumes – citons Galipettes (1887) et Rien que des Galipettes (1911) – et laissa également un roman, La Tournée Ludovic (1914), et deux volumes de souvenirs : Ceux que j’ai connus (1931) et Souvenirs (1937). Il recopia le texte que nous publions ici dans une lettre à Alfred Bruneau, en date du 7 janvier 1906.

4 Le 24 janvier 1879, Galipaux avait écrit à Zola : « Élève du Conservatoire, je dis des vers en société où j’obtiens de petits succès relatifs. La preuve, c’est que de jeunes auteurs me donnent des morceaux inédits qu’ils font ensuite imprimer. […] Profond admirateur de votre talent, je viens vous demander la permission de dire : La Visite au Louvre, morceau détaché de votre roman L’Assommoir » (arch. familiales).
Rendant compte dans L’Événement du 29 juillet 1881 du concours du Conservatoire où Galipaux avait reçu son premier prix de comédie, un rédacteur du quotidien écrivit : « Vous connaissez ce petit singe madré, spirituel et grimacier, qui joue depuis deux ans dans tous les concerts et sur toutes les planches, et qui s’est fait une véritable réputation au Quartier latin comme diseur de monologues. Un entrain d’enfer… Une drôlerie irrésistible… Une puissance comique incroyable. » Galipaux se produisait alors sous le pseudonyme de Mongalli.

5 Sur le peintre-verrier Henri Baboneau, voir t. V, lettre 326, n. 1.

6 Il s’agit d’une commande de vitraux pour la maison de Médan, où Zola allait s’occuper des derniers aménagements de la tour « Nana », construite à gauche du pavillon d’origine, dit « pavillon de 1878 ». De forme carrée, la tour allait abriter, au deuxième étage, le cabinet de travail du romancier, au premier étage la chambre des Zola et la salle de bains et au rez-de-chaussée la salle à manger et la cuisine. Sur les agrandissements de la maison, consulter Le Blond-Zola, 1999, et Pagès, 1983. Voir aussi la lettre suivante.

7 Voir la lettre précédente. Nous n’avons pas retrouvé celle de Baboneau.

8 Voir la lettre 123.

9 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le tome III (lettre 229).

10 Il s’agit d’un article que Jules Laffitte avait refusé de publier dans Le Voltaire. Le texte demeure inédit, mais le manuscrit est conservé à la Bibliothèque nationale de France (MSS, n.a.f. 24516, fos 372-484). Intitulé « Les démolis », l’article avait été inspiré par la publication récente des Frères Zemganno d’Edmond de Goncourt. « Les démolis, écrivait Céard, ce sont les clowns qui ont fait dans leur carrière deux ou trois chutes. Alors, ces hommes, sous l’apparence complète du rétablissement, demeurent selon leur expression des démolis, et ont besoin maintenant pour l’accomplissement de leurs tours d’un effort qui les tue et les rend tout chagrins. Autour de nous, que de démolis, que de gens bien en vie qui sont tués en dedans ! […] Ainsi, Victor Hugo continue à écrire […]. Il n’y a plus rien du puissant génie qui jadis écrivit Les Châtiments et La Légende des siècles. On dirait que maintenant la plume marche par habitude, sans consulter le cerveau et que, sans se laisser guider par lui, elle pêche au hasard dans l’encrier débordant d’antithèses » (cité par Colin Burns, 1958, p. 71, n. 4).

11 Ce billet de remerciements, adressé à « Monsieur Georges de Peyrebrune, aux Meulières-Chancelade, près Périgueux, Dordogne », doit avoir trait à un article paru dans Le Réveil de la Dordogne du 22 mai 1879. Sur l’enveloppe, seuls le premier chiffre du quantième et le mois du cachet sont lisibles.

12 Georges de Peyrebrune est le pseudonyme de Mathilde-Georgina-Élisabeth Eimery, née de Peyrebrune (1841-1917). Elle publia d’abord, en 1877, un volume de Contes en l’air, puis, à partir de 1882, une trentaine de romans, où elle s’attacha surtout, selon ses propres termes, à retracer le calvaire de « malheureuses déchues par la faute ou le crime de l’homme » (voir Sanchez, 2006, p. 114) : citons Les Femmes qui tombent et Gatienne (1882), Victoire la Rouge (1883), Les Frères Colombe (1885), Les Ensevelis (1887), Giselle (1892), Les Passionnés (1900). Elle soutint la campagne de Zola en faveur d’Alfred Dreyfus.

13 Dans son troisième numéro, paru le 11 mai 1879, ce journal républicain bihebdomadaire avait publié un article intitulé « La République et M. Zola » : l’auteur, qui signait Mme*** de Périgueux, s’y indignait de l’étude sur « La République et la littérature » que Zola venait de faire paraître (→ t. III, lettre 208, n. 1). Dans le numéro du 22 mai, sous le titre « M. E. Zola et Mme*** de Périgueux », Georges de Peyrebrune écrivait : « Quelques personnes ayant bien voulu m’attribuer la critique anonyme sur M. Zola […], je dois décliner cet honneur. » Et elle répondait en ces termes à l’auteur de l’article : « L’alliance avec la théocratie est brisée ; l’enseignement philosophique est réduit aux notions scientifiques, qui n’égarent ni ne faussent l’esprit dans la conception des hypothèses, mais le maintiennent dans le vrai. La vérité absolue, devenant la base de tout enseignement, ferme l’ère des théories idéalistes, cette porte par où ont passé toutes les rêvasseries, toutes les utopies, qu’elles soient politiques, sociales ou religieuses. Si une semblable République n’est pas naturaliste, qu’est-elle donc ? Mais j’oublie, Madame, que ce qui vous effraie le plus dans le naturalisme, c’est L’Assommoir. […] Zola est mauvais courtisan, il ne flatte pas mieux le peuple que la République. À ce point de vue, peut-être, il n’est pas républicain. Mais assez d’autres ont tenté de moraliser l’ouvrier en lui proposant des exemples de vertu. Lui, comme les Lacédémoniens enivrant les Ilotes, il a exhibé le vice ; il l’a ramassé dans sa tourbe infecte et l’a secoué tout fumant sous le nez du peuple au risque de l’asphyxier de sa propre puanteur. Il est avéré aujourd’hui que Coupeau, dansant le delirium tremens sur les planches de l’Ambigu, a guéri plus d’ouvriers de Paris de l’abus de l’absinthe que bien des œuvres morales couronnées par l’Académie et sentant bon » (renseignements communiqués par Nelly Sanchez).

14 Il s’agit de l’article intitulé « Nouvelles artistiques et littéraires », où Zola parlait notamment du Salon de 1879 et de la quatrième exposition impressionniste (O.C., t. XII, p. 1001-1006). Une partie du texte fut publiée dans la Revue politique et littéraire (Revue bleue) du 26 juillet, et une erreur fit imprimer le nom de Manet à la place de Monet, ce qui suscita un incident. Voir t. III, lettre 255.

15 C’est le 2 juin qu’avait eu lieu au Princess’s Theatre de Londres la première représentation de Drink, pièce adaptée par l’écrivain anglais Charles Reade du drame tiré de L’Assommoir par William Busnach et Octave Gastineau. Sur Drink, voir l’édition de la pièce procurée par David Baguley, en 1991, ainsi que Cummins, 2008 ; sur le drame français, voir, dans le t. III, les nombreuses lettres qui y ont trait.

16 La bibliothèque de l’Université de Princeton conserve le brouillon de la lettre que Charles Reade avait adressée à Zola le 4 juin (nous avons corrigé, dans les passages qui suivent, les fautes d’orthographe) : « J’ai l’honneur et le plaisir de vous annoncer un succès remarquable, non pas un succès d’estime ou d’applaudissements mais d’étonnement, des larmes et des grandes émotions, ce qu[i] veut dire aussi un succès d’argent. […] Coupeau et Goujet admirablement joués, Gervaise avec beaucoup d’intelligence et un jeu muet plus parfait que celui [d’Hélène] Petit, mais une voix moins sympathique. Virginie avec force, quelquefois peut-être trop violemment mais si loyalement qu’on la hue – et elle s’en [va] toute seule comme une vache. Enfin, je compte sur deux cents représentations à Londres, et puisque quatre ou cinq personnes se préparent à voler votre drame, j’organiserai une compagnie exprès pour visiter toutes les grandes villes le plus tôt possible. » Et il ajoutait : « J’oserai vous avouer que j’ai fait sauver par Jean Goujet la pauvre Gervaise. Que voulez-vous ? Je connais mes compatriotes. Je savais bien qu’ils allaient trop aimer votre Française pour la voir mourir sans un grand mécontentement. Et c’est justement ce qui vient d’arriver. Puisque cet écrivain qui l’a fait mourir à New York a aussi tué la pièce, et a écrit à moi [ sic] pour acheter la mienne, vous me pardonnerez, n’est-ce pas ? » (Morris L. Parrish Collection, BX 21, F11 ; document communiqué par Anthony Cummins)
Le 10 juillet, William Busnach assista à une représentation de Drink. Le lendemain, il écrivit à Zola : « Reade a rendu la pièce très bien dans certains endroits, ignoble dans certains autres. Immense succès. Salles bondées. Cela se jouera un an, dit-on… L’acteur qui joue Coupeau, Mr Charles Warner, est le plus grand artiste que j’aie jamais vu. Le delirium tremens joué par lui est la merveille des merveilles. C’est du Shakespeare en bouteilles » (BNF, MSS, n.a.f. 24513, fos 32-33). Voir aussi la lettre 126.

17 Voir les lettres 116 et 117. Zola avait commandé, pour la porte d’entrée de la nouvelle cuisine de Médan, un vitrail représentant le personnage Mes-Bottes du drame tiré de L’Assommoir, incarné par l’acteur Dailly (→ t. III, lettre 243). Le vitrail est visible dans une photographie reproduite par François Émile-Zola et Massin dans leur Zola photographe (1979, p. 25 [no 46]). Voir aussi la lettre suivante.

18 Il s’agit apparemment de la porte d’entrée du pavillon d’origine de la propriété de Médan.

19 Comme l’atteste la lettre 294 (voir aussi les lettres 139 et 161), le vrai destinataire des lettres de Zola à son vérificateur publiées, en 1991, par Danielle Coussot n’est pas Émile Brunau – ce futur architecte-vérificateur avait seulement dix-neuf ans en août 1879 – mais l’architecte Eugène Croiseau (1818-1899). Croiseau, qui demeurait 43, rue de Douai, tout près du domicile de Zola, fut longtemps contrôleur des travaux d’architecture de la ville de Paris.

20 Il s’agit, en réalité, de la tour « Nana » (→ lettre 116, n. 2). Le 5 septembre 1879, Zola écrira à Numa Coste : « Je me débarrasse petit à petit des ouvriers. Il n’y a plus que les peintres et les tapissiers » (t. III, lettre 273).

21 Les Zola s’étaient installés à Médan au début de mai 1879, mais le romancier passait la journée du 12 août à Paris (→ t. III, lettres 257 et 259).

22 Voir la lettre 130. Nous ne possédons aucune lettre de Croiseau à Zola.

23 L’écrivain anglais Charles Reade (1814-1884) fit des études classiques à Oxford et fut élu fellow de son collège en 1836. Il devint ensuite avocat (1842) et docteur en droit civil (1847). En 1851, il fit jouer à Londres une comédie adaptée de celle de Scribe et Legouvé, Bataille des dames (The Ladies’Battle) que suivirent d’autres pièces : citons Gold (1853), qui lui fournit, trois ans plus tard, la matière d’un roman, It Is Never Too Late to Mend (Il n’est jamais trop tard pour se repentir), et Drink (1879), adapté du drame tiré de L’Assommoir (→ lettre 121). Après 1856, c’est au roman qu’il consacra l’essentiel de son activité littéraire. Alliant à son goût pour le mélodrame un souci de documentation rigoureuse – il classait dans de grands registres les matériaux destinés à nourrir ses œuvres –, il publia une série de romans à thèse, dont Hard Cash (Argent comptant, 1863) et A Terrible Temptation (1871), où il dénonça les pratiques abusives des asiles d’aliénés, Foul Play (Tricheries, 1869) et Put Yourself in His Place (1870), où il attaqua les syndicats naissants. Il écrivit aussi des romans historiques, notamment The Cloister and the Hearth (Le Cloître et le foyer, 1861), dont l’action s’inspire des chroniques de Froissart et de la vie d’Érasme.

24 Le 27 juin, William Busnach avait appris à Zola que l’imprésario à qui il avait cédé les droits de représentation en anglais du drame tiré de L’Assommoir, Michael L. Mayer, allait lui verser la somme de 33,75 francs par soirée, dont le romancier allait recevoir près de la moitié. Il avait consulté l’agent général de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques, Léonce Pergallo, et ce dernier estimait que Zola et lui avaient été « bien heureux de faire cette affaire » : « Personne ne voulait de notre pièce, et comme Charpentier avait négligé le dépôt du roman à Londres, tout le monde pouvait prendre la pièce dans le roman. La pièce sera jouée 200 ou 250 fois. Vous toucherez 16 fr par soirée. Cela fera toujours 3000 fr » (BNF, MSS, n.a.f. 24513, fo 599).
De son côté, comme l’attestent les brouillons des deux longues lettres que Charles Reade lui avait adressées le 2 juillet et le 19 août (Bibliothèque de l’Université de Princeton, Morris L. Parrish Collection, BX 21, F11 ; documents communiqués par Anthony Cummins), Zola avait demandé à l’auteur de Drink, qui était aussi coproducteur de la pièce, pourquoi ses droits étaient si modestes. Dans sa lettre du 19 août, Reade lui avait expliqué qu’il aurait pu faire jouer sa pièce sans l’autorisation de Michael L. Mayer, puisque la loi anglaise sur le copyright ne protégeait pas les pièces tirées de romans. Il avait pourtant versé à Mayer, « par délicatesse et probité », la somme de 2 500 francs, en promettant de lui remettre 75 francs pour chaque représentation donnée à Londres et 50 francs pour chaque représentation donnée en dehors de la capitale. Et en tant que coproducteur, il devait payer le cachet de l’actrice qui incarnait Gervaise et dépenser 250 francs par semaine pour les affiches. Il avait gagné de l’argent au début, disait-il, mais il en perdait depuis quelques semaines. Et il ajoutait : « Je paie tous les jours plus qu’on [ne] paie dans l’Angleterre pour une pièce originale, et je ne me plains nullement. Seulement j’explique et je demande l’estime de mes confrères français qui me le doivent bien. » Notons toutefois que selon John Hollingshead, le directeur du Gaiety Theatre de Londres, qui l’avait poussé à adapter L’Assommoir pour la scène anglaise, Reade finit par réaliser un bénéfice de 20 000 livres (500 000 francs) grâce à l’énorme succès obtenu par Drink à travers l’Angleterre et dans les pays de l’Empire britannique (Hollingshead, 1898, p. 134).

25 Pour l’Amérique, Mayer avait vendu les droits de représentation de L’Assommoir à Augustin Daly, l’ancien directeur du Fifth Avenue Theatre et du New Fifth Avenue Theatre de New York. Revenu dans cette ville après un séjour de deux ans en Angleterre, Daly, qui allait ouvrir en septembre 1879 le célèbre Daly’s Theatre de Broadway, avait monté à l’Olympic Theatre, à partir du 30 avril, sa propre adaptation du drame de Busnach et Gastineau, intitulée The Assommoir. Mais la pièce – celle dont parlait Reade dans sa lettre précitée du 4 juin (→ lettre 121, n. 2) – n’avait tenu l’affiche que jusqu’au 17 mai.
Dans sa nouvelle lettre du 19 août, Reade apprenait à Zola qu’à la suite du « fiasco » de Daly, les droits de représentation de Drink aux États-Unis avaient été vendus à un autre Américain, moyennant « 190 livres sterling net, les dépêches payées ». Il avait partagé cette somme (4 750 francs) fifty-fifty avec Mayer, et il souhaitait « partager un peu [s] a moitié avec [s] es bons confrères Zola et Busnach ». Il joignait donc à sa lettre un chèque de 600 francs et priait Zola de bien vouloir accepter cette « faible somme ».
C’est le 31 janvier 1881, précisons-le, qu’eut lieu au Standard Theatre de William Henderson la première représentation new-yorkaise de Drink. La pièce de Reade ne rencontra pas le succès qu’elle avait obtenu, en 1880, à Boston et à Chicago, où l’acteur Thomas Steele avait incarné Coupeau : elle fut jouée pendant deux semaines seulement.

26 Sur Georges Barral, voir t. X, lettre S 143, n. 1, et, pour de plus amples renseignements, l’édition réalisée par Jean Fornasiero dans Les Cahiers naturalistes.

27 Nous ne possédons ni la lettre de Georges Barral ni celle de son père.

28 C’est-à-dire pour une représentation de L’Assommoir, que le théâtre de l’Ambigu avait repris le 28 août, après la fermeture d’été (→ t. III, lettre 265).

29 C’est en effet le 15 octobre 1879, dans son numéro daté du lendemain, que Le Voltaire commença la publication de Nana. Albert Wolff souhaitait donner un article de lancement dans Le Figaro, et il avait invité Zola à déjeuner chez lui : le romancier lui avait répondu le 28 septembre (t. III, lettre 288), et Wolff lui avait sans doute écrit de nouveau avant le 2 octobre.

30 Il s’agit de l’étude intitulée « Le roman expérimental » (O.C., t. X, p. 1175-1203), qui avait été publiée en septembre dans Le Messager de l’Europe. Elle commença à paraître dans Le Voltaire en même temps que Nana et s’étendit sur cinq numéros du quotidien. Zola avait envoyé le manuscrit à Jules Laffitte le 30 septembre : il lui demandait de composer le texte tout de suite et de lui en envoyer les épreuves (t. III, lettre 289).

31 Le 8 octobre : voir t. III, lettres 290 et 291.

32 C’est-à-dire l’employé dont il était question dans la lettre 125. Il s’agit sans doute du commis nommé Asseline, dont il sera plusieurs fois question par la suite.

33 Eugène de Candido, qui habitait Trieste, avait déjà écrit à Zola le 17 janvier 1879 pour lui proposer des notes sur « un type de femme » qui, décrit par le romancier, « aurait certainement un grand succès » (arch. familiales). Il ne nous est pas autrement connu, et nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola répond ici.

34 Thérèse Raquin fut joué dans de nombreuses villes italiennes en 1879 : Naples (avec Eleonora Duse dans le rôle de Thérèse et Giacinta Pezzana dans celui de sa bellemère), Florence, Rome, Milan, Trieste, Venise, Padoue, Novare, Casale, Turin, Fiume et Palerme. Le journaliste Felice Cameroni renseigna Zola sur ces diverses représentations le 16 novembre, dans une longue lettre écrite en italien. La pièce, expliqua-t-il, « a eu la malchance d’être interprétée plutôt par des troupes de second ordre que par les meilleures ». À propos des représentations de Trieste, il écrivit : « La Raquin fut jouée quatre fois par la compagnie Ciotti-Belli Blanes. Zola reçut de grands éloges dans le journal Libertà et Lavoro » (Tortonese, 1987, p. 92, 91 et Ternois, 1967, p. 70). La compagnie dirigée par Francesco Ciotti et Enrico Belli Blanes avait déjà donné Thérèse Raquin à Rome, au théâtre Corea, le 30 août, avec Giulia Gritti dans le rôle de Thérèse (Tortonese, p. 95, n. 12).

35 En fait, aucun des membres de cette famille vénitienne ne semble avoir vécu à Trieste.

36 Le Genevois Louis Montchal (1853-1927) descendait d’une famille de très ancienne noblesse française, dont un membre s’était réfugié à Genève après avoir embrassé la Réforme. Bibliothécaire, en 1879, de la Société de lecture de Genève, dont la bibliothèque est encore aujourd’hui une des plus grandes de la ville, il donnait également des leçons d’escrime, de danse, de chant et de diction. Très attentif à la littérature de son temps, il correspondit avec plusieurs écrivains français, avec Zola d’abord, puis avec Huysmans, Villiers de l’Isle-Adam et surtout Léon Bloy, qui dédia la première édition de son roman Le Désespéré (1886) « à [s] on frère d’élection Louis Montchal, d’un homme à un homme ». À Genève, Montchal s’attira des ennuis à cause de ses articles en faveur du mouvement naturaliste et de l’œuvre de Zola. En 1887, sa femme partit pour Athènes, où elle avait trouvé une place de gouvernante, laissant leurs quatre enfants à la garde d’une amie, puis, en 1890, Montchal s’installa à Dresde, où il vécut de cours de français et de diction et donna de très nombreuses conférences sur la littérature française. En 1907, il s’embarqua pour le Canada, où son fils cadet s’était fixé comme exploiteur de bois. Du Canada, il passa en Californie, où il mourut en juin 1927. Il publia un Traité de l’éducation de la parole (Tours, 1890). Sur Montchal, voir Bollery (1949), Delhorbe (1959) et Habrekorn (1980).

37 Zola répond à la lettre que Montchal lui avait envoyée de Genève le 21 novembre 1879. « Vos œuvres, écrivait ce dernier, seront dans quelques semaines l’objet de conférences littéraires. Je voudrais répondre. La majeure partie des articles de vos adversaires sont en ma possession, mais je n’ai rien en fait de critique impartiale. Vous sentez donc, Monsieur, combien me seraient précieuses les indications du Maître » (BNF, MSS, n.a.f. 24522, fo 265).

38 Le dernier de cette série de six articles avait paru la veille, dans le numéro du Voltaire daté du 26 novembre. Voir là-dessus t. III, lettre 290, n. 1.

39 Montchal écrivit de nouveau à Zola en septembre 1880 : voir la lettre 145.

40 Sur Harry Alis, de son vrai nom Hippolyte Percher, voir t. IV, lettre 338, n. 1.

41 C’est-à-dire la Revue moderne et naturaliste, dont le premier numéro est daté du 14 décembre 1878 : voir, dans le t. III, l’Index analytique des périodiques. Nous ne possédons pas la lettre d’Alis à laquelle Zola répond.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search