Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1878

Texte intégral

111. À Edmond Lepelletier

1Paris, 28 avril 1878

  • 1 Sur Edmond Lepelletier, voir les Notices biographiques du t. III.

2Mon cher confrère1,

  • 2 Il s’agit du long article que Lepelletier venait de consacrer à Une page d’amour dans les numéros (...)
  • 3 Zola allait répondre à ces attaques dans l’article sur la description qu’il publia dans Le Voltair (...)

3Vous ne sauriez croire combien votre article m’a fait de plaisir2 ! Ce ne sont pas les éloges qui me touchent beaucoup : je suis surtout ravi, lorsque je vois mes intentions comprises et mises en lumière par la critique. Jusqu’à présent, vous avez été l’écrivain qui a le mieux saisi l’importance de mes cinq grandes descriptions de l’horizon parisien. Je défends d’autant plus mon idée de Paris, personnage muet et immense, qu’on attaque cette idée autour de moi3. Votre article devient dès lors pour moi un argument, et je vous en remercie comme d’un service personnel que vous m’auriez rendu.

4Croyez-moi votre bien dévoué et bien reconnaissant.

Grenaud, 2009, p. 216.

112. À Émile Goudeau

5[Médan] 17 août 1878

  • 4 Ce recueil de « petits poèmes parisiens », le premier volume publié par Émile Goudeau, venait de p (...)
  • 5 En effet, Zola ne trouva pas l’occasion de parler des vers de Goudeau dans Le Voltaire.

6J’ai reçu et j’ai lu vos Fleurs du bitume4. […] Mais il me sera bien difficile d’en parler dans Le Voltaire, car je ne vois pas ce que je pourrais en dire, au point de vue de la campagne que je fais5.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 4 octobre 2005.

Notes

1 Sur Edmond Lepelletier, voir les Notices biographiques du t. III.

2 Il s’agit du long article que Lepelletier venait de consacrer à Une page d’amour dans les numéros du Bien public datés du 27 et du 28 avril 1878, sous le titre « Le naturalisme et Émile Zola ». Voir l’édition réalisée par Céline Grenaud dans Les Cahiers naturalistes.

3 Zola allait répondre à ces attaques dans l’article sur la description qu’il publia dans Le Voltaire du 8 juin 1880 (O.C., t. X, p. 1299-1302). Voir aussi t. V, lettre 119.

4 Ce recueil de « petits poèmes parisiens », le premier volume publié par Émile Goudeau, venait de paraître chez Lemerre.
Émile Goudeau (1849-1906) fit ses études à Bergerac et à Périgueux et fut lieutenant de mobiles en 1870. Après avoir été secrétaire du préfet de la Dordogne, puis surveillant au lycée de Bordeaux, il obtint, en 1874, une place d’employé surnuméraire au ministère des Finances et commença, l’année suivante, à réciter ses poèmes et ses monologues satiriques dans des cafés du quartier Latin. En octobre 1878, il fonda le Club des Hydropathes, cercle littéraire et cabaret artistique, dont les réunions eurent lieu surtout au café du Soleil d’Or, place Saint-Michel, et fut rédacteur en chef de son journal, L’Hydropathe. Le Club des Hydropathes devint en 1881, grâce surtout à Rodolphe Salis, le Chat Noir (84, boulevard Rochechouart), et Goudeau fut le premier rédacteur en chef, sous le pseudonyme d’A’Kempis, du journal Le Chat noir, fondé en janvier 1882. Après Fleurs du bitume, il publia plusieurs autres recueils de vers – citons Poèmes satiriques (1884) et Chansons de Paris et d’ailleurs (1896) – ainsi que des romans, dont La Vache enragée (1885) et Le Froc (1888), et un volume de souvenirs, Dix ans de bohème (1888).

5 En effet, Zola ne trouva pas l’occasion de parler des vers de Goudeau dans Le Voltaire.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search