Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1877

Texte intégral

104. À Émile de Girardin

1Paris, 9 février 1877

  • 1 Sur Henri Escoffier, voir les Notices biographiques du tome I. Zola avait publié neuf textes dans (...)
  • 2 L’Assommoir avait paru chez Charpentier le 24 janvier 1877.

2J’ai su par M. Escoffier, rédacteur en chef du Petit Journal1, que vous avez témoigné le désir de lire L’Assommoir2. Je m’empresse de vous envoyer un exemplaire de mon dernier roman et de vous en faire hommage.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 86 (printemps 1999).

105. À Ernest Hoschedé

3Paris, 6 mars 1877

  • 3 Nous ne possédons pas cette invitation. Sur Ernest Hoschedé, propriétaire du « Gagne-Petit » (gran (...)

4Nous acceptons très volontiers l’aimable invitation à dîner que vous nous adressez3.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 85 (février 1999).

106*. Destinataire inconnu

5Paris, 19 mars 1877

  • 4 Zola s’adresse, manifestement, au tapissier chargé de la décoration de son nouvel appartement, 23 (...)

6Monsieur4,

  • 5 La graphie est attestée dans de nombreux textes manuscrits du XIXe siècle.

7J’ai choisi un papier fayence5 pour le cabinet. Je vous prie de le coller sans bordure, après avoir fait enlever les planches.

8Je désire que, dans l’entrée, au lieu d’une torsade, vous mettiez un filet noir velouté et doré. Je crois que cela ira mieux.

9Enfin, je vous prie de faire un raccord dans la chambre à coucher. On a arraché un morceau de papier, sur une armoire, celle de droite. Le morceau de papier est dans l’armoire.

10Il est entendu que vous mettrez des champs avec des baguettes dans le salon. Il vous faudra commander le papier, car le marchand n’en a pas de la teinte voulue.

11Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de ma parfaite considération.

L.a.s. (photocopie), arch. É. Z.

107*. À Léon Hennique

12[Paris] jeudi [26 avril 1877]

13Mon cher ami,

  • 6 Le 26 avril 1877 était le premier jeudi passé par les Zola dans leur nouvel appartement. Voir l’éd (...)

14Malgré la première de l’Ambigu, mes salons sont ouverts ce soir, 23, rue de Boulogne6.

L.a.s., Université d’Ottawa.
Becker, 1984, p. 183.

108*. À Catulle Mendès

15Paris, 17 mai 1877

16Mon cher confrère,

  • 7 Voir l’édition réalisée par Sophie Guermès dans Les Cahiers naturalistes. Sur Catulle Mendès, voir (...)

17Je ne vous ai point encore remercié du gracieux envoi de vos Folies amoureuses7, et je vous prie de m’excuser, car j’ai été très bousculé tous ces temps derniers.

  • 8 Il s’agit, bien sûr, de L’Estaque : voir la lettre suivante.

18J’emporte votre livre dans le midi, je le lirai au bord de la mer, dans un des plus beaux endroits que je connaisse8. Je fuis pour trouver quelque tranquillité et pour travailler à mon aise.

19Merci encore, et bien cordialement à vous.

Guermès, 1999, p. 51-52.

109*. À Henri de Lapommeraye

20L’Estaque, 19 septembre 1877

  • 9 Sur le critique dramatique Henri de Lapommeraye, voir t. III, lettre 30, n. 4.

21Mon cher confrère9,

  • 10 Les Zola séjournèrent à L’Estaque, près de Marseille, de la fin de mai au 27 octobre 1877. Le roma (...)

22Je lis votre article à plus de deux cents lieues, dans un trou au bord de la mer, où je me suis réfugié depuis quatre mois10.

  • 11 Dans son compte rendu du drame tiré de Thérèse Raquin¸ paru dans Le Bien public du 14 juillet 1873 (...)

23Cela vous expliquera le retard que j’ai mis à vous répondre, car vous avez été bien aimable et je veux vous dire toute ma gratitude. Oui, vous avez raison, vous avez été le premier à ne pas me traiter comme un fou furieux11. Croyez que je m’en souviendrai toujours. Aujourd’hui, vous mettez le comble à votre obligeance, en disant que j’ai prédit le mouvement qui s’opère, ce qui augmente ma dette de reconnaissance.

24Je crois pourtant que le public est loin d’être conquis à ces idées. Pierre Gendron a certainement réussi par les parties conventionnelles. Mais le succès de cette pièce n’en est pas moins un symptôme curieux.

25Merci encore, et croyez-moi votre bien dévoué et bien reconnaissant.

L.a.s. (photocopie), arch. É. Z.

110*. À Michel Stassioulevitch

26Paris, 20 novembre 1877

27Mon cher directeur,

28Je vous prie une fois encore de me renvoyer les manuscrits que vous avez entre les mains.

  • 12 Zola avait réclamé ces manuscrits le 18 octobre (t. III, lettre 38), et il avait renouvelé sa priè (...)

29Excusez-moi si j’y mets une telle insistance, c’est que j’ai le plus grand besoin de ces manuscrits. Et veuillez vous assurer qu’ils m’arriveront sans encombre12.

30Bien cordialement à vous.

L.a.s. (facs.), cat. libr. John Wilson, no 20436 (juin 2004), http://www.manuscripts.co.uk.

Notes

1 Sur Henri Escoffier, voir les Notices biographiques du tome I. Zola avait publié neuf textes dans Le Petit Journal entre novembre 1864 et juin 1865.

2 L’Assommoir avait paru chez Charpentier le 24 janvier 1877.

3 Nous ne possédons pas cette invitation. Sur Ernest Hoschedé, propriétaire du « Gagne-Petit » (grand magasin situé 23, avenue de l’Opéra, à l’emplacement du Monoprix actuel) et collectionneur de tableaux impressionnistes, voir t. III, lettre 33, n. 9. Il fut mis en faillite quelques semaines plus tard.

4 Zola s’adresse, manifestement, au tapissier chargé de la décoration de son nouvel appartement, 23 rue de Boulogne. Il allait s’y installer le 21 avril 1877, mais l’appartement était déjà loué le 2 avril (→ t. II, lettre 339). Voir aussi la lettre suivante et, pour une description de l’appartement, Xau, 1880, p. 5-9.

5 La graphie est attestée dans de nombreux textes manuscrits du XIXe siècle.

6 Le 26 avril 1877 était le premier jeudi passé par les Zola dans leur nouvel appartement. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

7 Voir l’édition réalisée par Sophie Guermès dans Les Cahiers naturalistes. Sur Catulle Mendès, voir les Notices biographiques du t. II.

8 Il s’agit, bien sûr, de L’Estaque : voir la lettre suivante.

9 Sur le critique dramatique Henri de Lapommeraye, voir t. III, lettre 30, n. 4.

10 Les Zola séjournèrent à L’Estaque, près de Marseille, de la fin de mai au 27 octobre 1877. Le romancier remercie Lapommeraye d’avoir fait son éloge dans l’article qu’il avait consacré, dans La France du 14 septembre, à Pierre Gendron, pièce en trois actes de Henri Lafontaine et Georges Richard. Lapommeraye lui répondit le 22 septembre (→ ibid., n. 5).

11 Dans son compte rendu du drame tiré de Thérèse Raquin¸ paru dans Le Bien public du 14 juillet 1873, Lapommeraye avait écrit : « M. Zola, qui en est à son coup d’essai au théâtre, a la touche heureuse dans certaines scènes, toutes de chic ou de métier, mais qui justement prouvent qu’il a des qualités naturelles d’auteur dramatique. » Il trouvait la scène de la nuit des noces « magnifique » : « Il eût peut-être suffi de la suppression de cinq ou six phrases inhabiles pour la rendre d’un effet immense. »

12 Zola avait réclamé ces manuscrits le 18 octobre (t. III, lettre 38), et il avait renouvelé sa prière le 13 novembre, dans une lettre non retrouvée, comme l’atteste la réponse que le directeur du Messager de l’Europe lui adressa le 21 novembre (Montreynaud, 1974, p. 15), avant de recevoir la lettre que nous publions ici. Il accusa réception des manuscrits le 2 décembre (t. III, lettre 41).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search