Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1876

Texte intégral

87*. À Ernest Lamy

1Paris, 1er mars 1876

  • 1 Nous n’avons aucun renseignement sur Ernest Lamy. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans (...)

2Vous me demandez, Monsieur, de mettre quelques mots sur la première page de cet exemplaire de mes Contes à Ninon1. Vous me causez là un grand embarras, car je n’ai point d’imagination pour les dédicaces. Certains de mes confrères trouvent des vers, du latin, jusqu’à du grec. Moi, je ne puis que vous remercier de votre sympathie, et vous prier de me la garder, au milieu des rudes attaques dont je suis l’objet.

L.a.s., coll. François Labadens.
Becker, 1986, p. 205-206.

88. À Yves Guyot

3Paris, 30 mars 1876

4[Zola le remercie de son petit livre, qui]

  • 2 Zola venait de signer un contrat avec Le Bien public pour la publication en feuilleton de L’Assomm (...)

5[…] contient plus de bon sens et plus d’esprit qu’il n’est gros2. Cer taines pages m’ont fait le plus grand plaisir. Cela est écrit très clairement et très finement.

  • 3 Les deux ouvrages de Menier (le second est une plaquette de 28 pages) étaient dus à la plume de Gu (...)

6[Il le remercie aussi des deux volumes d’Émile Menier3.]

7Aujourd’hui, le cadre du roman est devenu universel. Je suis souvent obligé, tout homme d’imagination que je suis, de me plonger dans les chiffres jusqu’au cou. Et c’est pourquoi je suis heureux d’avoir ces deux volumes, qui me fourniront à coup sûr des documents un de ces jours. Ils m’ont paru d’une grande netteté et d’une grande portée.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin (avril 1994).

89*. À Yves Guyot

8Paris, 3 avril 1876

  • 4 Daudet exerçait déjà la même fonction au Moniteur universel. Sur cette lettre de Zola, voir l’édit (...)

9J’ai bien vu Alphonse Daudet, qui m’a dit n’avoir pu, à son grand regret, accepter au Bien public la situation de critique dramatique4 : il était très fâché des circonstances particulières qui l’obligeaient à refuser.

10J’ai appris de cette façon que le feuilleton des théâtres était libre chez vous : et Daudet m’ayant parlé de ce feuilleton pour moi, j’ai songé à vous demander si la place se trouvait encore vacante, et si vous accepteriez ma collaboration aux conditions suivantes.

11Je voudrais cinq cents francs par mois, ainsi que je les avais à L’Avenir national, où je faisais la même besogne. Le feuilleton des théâtres paraîtrait tous les samedis et sur six colonnes.

  • 5 Voir la lettre 91.

12Voyez donc si cela vous convient, et dans le cas affirmatif, considérez cette lettre comme un engagement, et répondez-moi simplement que vous acceptez, en reproduisant mes conditions. Je commencerais quand il vous plairait5.

13Une bonne poignée de mains, et croyez-moi votre tout dévoué.

L.a.s., coll. Éric Oechslin.
Mitterand, 2000, p. 295.

90*. À Albert Wolff

14Paris, 3 avril 1876

  • 6 Sur Wolff, voir les Notices biographiques du t. III.

15Mon cher confrère6,

  • 7 Le 3 juin 1876, dans sa chronique du lundi intitulée « Le calendrier parisien », Wolff avait parlé (...)
  • 8 La seule réserve que faisait Wolff venait à la fin d’un développement sur le portrait de Napoléon (...)

16J’ai à vous remercier de la façon très aimable dont vous avez bien voulu parler de mon dernier roman dans Le Figaro de ce matin7. Je serais allé le faire de vive voix, si je n’étais en ce moment bousculé de besogne. En même temps, j’aurais un peu plaidé le point sur lequel vous m’attaquez avec courtoisie ; car je crois réellement être resté dans les strictes limites de l’histoire8.

  • 9 C’est dans Le Figaro, rappelons-le, que Louis Ulbach avait publié à propos de Thérèse Raquin, le 2 (...)
  • 10 Zola avait publié 17 textes dans Le Figaro, du 24 septembre 1865 au 18 juin 1867.

17Mais je ne m’en trouve pas moins très touché de votre sympathie, d’autant plus qu’on n’est pas tendre pour moi au Figaro, j’ignore pourquoi9, et que les rédacteurs d’aujourd’hui y semblent avoir oublié totalement mon titre d’ancien enfant de la maison10. Je suis pourtant à coup sûr un des rares collaborateurs de M. de Villemessant qui l’aient quitté avec une poignée de mains et qui depuis n’aient jamais dit ou écrit un seul mot contre lui.

  • 11 Le 4 avril 1876, Georges Charpentier écrivit à Zola : « L’article de Wolff dans Le Figaro nous déc (...)

18Donc, vous n’avez pas été seulement obligeant, mais courageux, ce dont je garderai le souvenir. En attendant que je puisse vous serrer la main, veuillez me croire votre bien reconnaissant et bien dévoué11.

1921, rue Saint-Georges (Batignolles)

L.a.s., coll. Jean Bonna.

91. À Yves Guyot

20Paris, 4 avril 1876

  • 12 La revue fondée par Émile Menier (→ lettre 88, n. 2), dont les bureaux se trouvaient 15, rue du Fa (...)
  • 13 Le secrétaire d’Yves Guyot.
  • 14 C’est-à-dire son engagement comme critique dramatique du Bien public (→ lettre 89).
  • 15 Dans le numéro daté du lendemain.
  • 16 « C’est entendu, répondit Guyot le 5 avril. Je regrette de ne pas vous avoir vu hier à La Réforme (...)
  • 17 La nouvelle comédie de Dumas fils avait été créée à la Comédie-Française le 14 février. Voir la le (...)

21Je suis allé vainement à la Revue économique12 pour vous serrer la main, ainsi que M. Foucault13 vous l’aura dit. L’affaire n’en est pas moins conclue14. C’est le dimanche soir que paraîtra ma revue dramatique15 […]. Un seul point me chagrine, comme vous devez le savoir ; je suis obligé d’avoir une exigence, et cela est toujours très laid. Mais vraiment c’est à cette condition que j’accepte, je désire avoir le service tout entier, les deux places que vous envoient les théâtres. La chose est entendue, n’estce pas16 ? […] Pour mon premier article, dimanche, je reviendrai à L’Étrangère17, car je suis pris au dépourvu et toute ma semaine est occupée.

22[Il lui demande de dire à M. Foucault de ne lui envoyer le service qu’à partir du lundi suivant.]

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 71 (mai 1996).

92. À Yves Guyot

23Paris, 6 avril 1876

  • 18 Voir la lettre précédente.
  • 19 C’est la première d’une comédie en quatre actes de Louis Davyl, Les Vieux Amis, qui eut lieu au th (...)
  • 20 Pour son article du dimanche 9 avril (paru dans le numéro du Bien public daté du lundi 10), Zola r (...)
  • 21 Le 6 avril même, Guyot écrivit à Zola : « Vous savez que le dimanche le journal paraît à 1 heure. (...)

24Quand je vous ai écrit que je ne prendrai le service qu’à partir de lundi18, je n’ignorais pas qu’il y avait ce soir une première au Gymnase19. C’est ce qui vous expliquera pourquoi, à mon grand regret, je ne puis disposer de ma soirée. […] Cela ne m’empêchera pas de vous envoyer mon premier article pour dimanche, – un portrait de Dumas fils, – que j’ai déjà commencé d’ailleurs20. Je suis très chagrin de vous refuser quelque chose, juste au début de nos relations21.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 90 (février 2000).

93. À Albert Le Roy

25Paris, 22 avril 1876

  • 22 Voir, dans Les Cahiers naturalistes, les annotations de Colette Becker. Albert Le Roy, qui devint (...)

26Mon cher confrère22,

27Vous êtes bien aimable, trop aimable. Voici dix ans que je travaille, sans que personne ait l’air de comprendre ce que je veux faire. Aussi suis-je plein de reconnaissance pour ceux qui veulent bien accrocher leur lanterne au chantier de mes travaux, et prévenir ainsi le public que je tâche de bâtir là une maison importante au moins par ses dimensions.

28Vous traitez Sarcey un peu durement. Je vous assure qu’il a tout fait pour être aimable. Quant à votre souhait de me voir écrire un jour un roman vertueux, il est le bienvenu, et je suis trop curieux de nouveautés pour ne pas le réaliser un jour.

29Merci encore, et veuillez me croire votre bien dévoué confrère.

Becker, 1986, p. 206.

94*. À Yves Guyot

30Paris, 24 avril 1876

31Mon cher confrère,

  • 23 Zola répond à la lettre que Guyot lui avait envoyée le jour même (BNF, MSS, n.a.f. 24519, fos 456- (...)
  • 24 Dans la Gazette de France du 20 avril (numéro paru le 19), le journaliste Dancourt avait parlé de (...)

32Vous avez bien raison de me laisser mes gros mots. Ce sont eux qui occupent le public23. Mes amis me disent qu’on parle énormément de L’Assommoir autour d’eux. Vous avez lu l’article de la Gazette de France et l’article de la Revue politique reproduit par Le Français24. Tout ceci prouve que ce serait une faute, au point de vue de la publicité, que de trop adoucir ma langue.

  • 25 Dans sa lettre précitée, Guyot écrivait : « Vous savez que nous avons fait distribuer le commencem (...)

33Je vous remercie de vos belles affiches et de votre propagande25. Décrocherons-nous un succès populaire ? J’en doute un peu. Mais je compte sur un succès littéraire, un succès de conversation et de bruit. Vous devez vous souvenir que je ne vous ai rien promis de plus. On s’occupe beaucoup du roman et par conséquent du Bien public, c’est tout ce que j’osais espérer.

34Je voudrais bien vous serrer la main, mais nos heures ne s’arrangent pas. Je descendrai un de ces soirs à la Revue économique.

35Bien affectueusement à vous.

L.a.s. (facs.), cat. libr. Thierry Bodin, no 62 (été 1994).

95*. À François Coppée ?

36Paris, 26 avril 1876

37Mon cher ami,

  • 26 La fin de sa lettre laisse entendre que Zola s’adresse à un des convives des dîners mensuels du «  (...)

38Vous êtes bien aimable de faire de la propagande pour mes livres dans les salons. Mais prenez garde qu’on ne finisse par vous traiter de communard26.

39Voici le renseignement que vous me demandez, la liste complète de mes ouvrages. Chez Charpentier, les six volumes des Rougon-Macquart plus les Contes à Ninon, les Nouveaux Contes à Ninon, et deux pièces Thérèse Raquin et Les Héritiers Rabourdin ; – chez Lacroix, trois romans, Thérèse Raquin, Madeleine Férat et La Confession de Claude ; – enfin mes ouvrages épuisés et qu’on ne trouve nulle part, sont Mes Haines, Le Vœu d’une morte et Mon Salon (1866). Telle est la liste très exacte.

40Pourquoi ne vous voit-on plus jamais à notre dîner ? Vous seriez bien aimable, un soir, de venir nous surprendre. Vous savez que vous êtes pour nous tous un bon souvenir.

41Je vous serre affectueusement la main, et me dis votre bien dévoué.

L.a.s. (facs.), cat. libr. La Maison de l’Autographe (automne 1991).

96*. À Stéphane Mallarmé

42Paris, 4 mai 1876

43Mon cher confrère,

  • 27 Voir la lettre 89.

44J’ai été désolé jeudi dernier de ne pas m’être trouvé chez moi. Je rédige maintenant le feuilleton dramatique du Bien public27, et je suis obligé d’assister aux premières représentations. Ne venez donc plus me voir le jeudi avant d’avoir consulté les journaux.

  • 28 La célèbre églogue de Mallarmé venait de paraître chez l’éditeur Alphonse Derenne en édition de lu (...)
  • 29 Le poème n’avait pas fait l’objet d’une publication préalable. Il avait été refusé, en juillet 187 (...)

45J’ai aussi à vous remercier de votre beau cadeau : L’Après-midi d’un faune. C’est là un bijou littéraire, merveilleusement habillé28. Je connaissais les vers29 qui sont exquis, pleins d’art et de charme, mais je suis bien heureux d’avoir un exemplaire de cette édition qui est dès son apparition une rareté bibliographique.

46À un de ces jeudis, n’est-ce pas ? Mais méfiez-vous des premières représentations.

47Votre bien dévoué.

L.a.s., coll. Jean Bonna.
Becker, 1984, p. 180-181 (extr.).
Graham, 2008, p. 434.

97. À Foucault

48[Paris] 1er juin 1876

  • 30 Ces lignes sont probablement adressées au secrétaire d’Yves Guyot, Foucault.

49Mon cher confrère30,

  • 31 Il s’agit sans doute d’épreuves corrigées par Zola. Le Bien public allait publier, le 6 juin, la f (...)
  • 32 Dans le numéro du Bien public daté du 28 mai, on pouvait lire l’annonce suivante : « La première p (...)

50Je vous envoie les deux derniers feuilletons qui terminent la première partie31. Veuillez dire à M. Yves Guyot que L’Assommoir finira le 6 juin, comme il me l’a demandé32. D’ailleurs, vous avez tout entre les mains, et vous pouvez choisir la date qui vous conviendra pour reprendre la publication. Je passerai sans doute demain au journal prendre le manuscrit et les épreuves que vous avez gardées.

Extr., cat. Libr. Thierry Bodin, no 93 (septembre 2000).

98*. À Marius Topin

51Paris, 28 septembre 1876

52Mon cher confrère,

  • 33 Il s’agit de la lettre que Zola avait adressée à Fourcaud le 23 septembre 1876 (t. II, lettre 295) (...)

53Je regrette bien sincèrement qu’une phrase de ma lettre au Gaulois ait pu vous chagriner33. En disant que « depuis dix ans, j’attendais de la critique un peu de justice », je parlais évidemment en général. Il m’était difficile d’établir une exception. J’ai perdu d’autant moins le souvenir de votre excellente étude, qu’elle est une des rares pages bienveillantes qu’on ait écrites sur moi. Vous m’avez traité en galant homme, mais on m’a égorgé en cent endroits divers, et on m’égorge encore. Je reste donc dans la vérité, lorsque je me plains de l’attitude brutale de la critique à mon égard.

54Je saisis cette occasion pour vous renouveler mes remerciements, et vous répéter que j’ai une mémoire excellente, lorsqu’on m’a tendu la main.

55Veuillez me croire votre bien dévoué.

Becker, 1984, p. 181.

99*. À Foucault

56[Paris, 7 octobre 1876]

  • 34 Ce message est probablement adressé à Foucault, le secrétaire d’Yves Guyot : cf. la fin de la lett (...)

57Mon cher ami34,

  • 35 On y présentait, le 7 octobre, trois pièces en un acte : L’Illustre Brizacier d’Albert Glatigny, L (...)

58Je ne puis aller ce soir au Théâtre Corneille35. D’ailleurs, il n’y a qu’un fauteuil. Disposez de la place, et veuillez faire dire au théâtre que je désire à l’avenir avoir deux fauteuils.

59Bien cordialement.

L.a.s., BNF, MSS.
Becker, 1986, p. 207.

100. À Léon Cladel

60[Paris] 8 octobre 1876

  • 36 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes. Sur Léon Cladel, voir t. (...)

61J’ai à vous remercier du très bel exemplaire des Va-nu-pieds36. […] Je connaissais ce beau livre […] mais je suis heureux de le posséder illustré de gravures. […] Je vous tends très cordialement la main car notre bataillon n’est pas nombreux, et il serait fraternel et habile de serrer nos rangs.

Becker, 1984, p. 182.

101. À Yves Guyot

62[Paris] 14 octobre 1876

63Mon cher rédacteur en chef,

  • 37 L’article de Gille avait paru dans le supplément littéraire du 12 octobre. Voir l’édition réalisée (...)

64Il y a un malentendu bien regrettable. C’est moi qui ai autorisé M. Philippe Gille, rédacteur du Figaro, à insérer dans son article bibliographique une page inédite de L’Assommoir37. J’ai eu tort, en effet, de ne point songer à vous prévenir, mais j’ai obéi trop naïvement à l’usage adopté par les éditeurs de donner aux journaux des extraits inédits de leurs publications, et j’ai cru, en faisant cela, ne pas agir contre les intérêts du Bien public, qui a publié la première partie de l’œuvre, ni contre ceux de La République des lettres, qui, avec votre autorisation, en publie la seconde.

65Veuillez agréer, mon cher rédacteur en chef, l’assurance de mes sentiments les plus dévoués.

Becker, 1984, p. 182-183.

102*. À Marius Topin

66Paris, 23 novembre 1876

67Mon cher confrère,

  • 38 Il s’agit, selon toute vraisemblance, du compte rendu paru le 2 novembre 1876 dans le Times de Lon (...)

68Je vous envoie l’article du Times que vous me demandez38. Je le gardais, parce que je m’imaginais que vous aviez un exemplaire du journal entre les mains.

69Bien cordialement à vous.

Becker, 1984, p. 183.

103*. À Marius Roux

70Paris, 25 décembre 1876

  • 39 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. II (lettre 311). Le destinataire doit être (...)

71Mon cher ami39,

72Je n’ai pas revu Bourget qui me paraît être en effet un immense lâcheur. Peut-être aussi n’a-t-il pu aller voir Coppée ; tu sais comme il est parfois difficile de se rencontrer à Paris. Moi, je te conseillerais d’écrire directement à Coppée, dont j’ai l’adresse incomplète, rue Oudinot, (numéro inconnu). En tout cas, tu pourrais lui adresser ta lettre chez Alph. Lemerre, passage Choiseul. – Enfin, ne peux-tu attendre d’être de retour, ce qui serait le meilleur parti ?

73Je travaille beaucoup, en tâchant d’oublier les fêtes qui m’assomment. Je me suis mis au Bouton de rose, pour le Palais-Royal. Tout bien examiné, cette pièce était la plus pratique. Immédiatement après, je ferai un drame.

74Et voilà, mon cher ami. Nous sommes très heureux que le panier soit arrivé à bon port. Présente pour nous des compliments à toute ta famille, et dis à ta mère que ma mère et moi nous sommes très sensibles à son bon souvenir.

75Panafieu va se mettre à sa grande pièce. C’est ça qui est sérieux !

76Toutes nos amitiés, mon ami, et à bientôt.

  • 40 Il s’agit sans doute de la maison de L’Estaque où Cézanne avait séjourné avec Hortense Fiquet en 1 (...)

77Ma femme est désolée de voir la maison de Giraud nous échapper40. Enfin, nous trouverons bien une autre niche.

L.a.s., Boston Public Library, ms. 3138.

Notes

1 Nous n’avons aucun renseignement sur Ernest Lamy. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

2 Zola venait de signer un contrat avec Le Bien public pour la publication en feuilleton de L’Assommoir (→ t. II, lettre 267, n. 2). Le 26 mars 1876, Yves Guyot, qui avait été nommé rédacteur en chef du quotidien par son nouveau propriétaire, Émile Menier, écrivait au romancier : « Comme j’espère bien que nous entretiendrons de longues relations ensemble et qu’il est bon que nous nous connaissions réciproquement, je vous envoie une petite plaquette que j’ai publiée il y a deux ans, intitulée Les Lieux communs. Je vous envoie aussi le 1er volume de L’Avenir économique de M. Menier et la Théorie et application de l’impôt sur le capital » (BNF, MSS, n.a.f. 24519, fo 455). Le titre complet de la plaquette, parue chez Le Chevalier, est Les Lieux communs, précédés de L’Histoire d’un petit chapitre, d’un petit journal et d’un grand général. Le texte principal est un essai spirituel sur les « mots vides et creux, […] les phrases toutes faites que l’humanité rumin[e] depuis tant de siècles, croyant y trouver une pâture » (p. 191). La première partie de l’ouvrage évoque la suppression, à partir du 1er janvier 1874, du journal L’Écho de l’Auxois, suppression ordonnée par le général commandant l’état de siège dans le département de la Côte-d’Or, le général de Gorse.

3 Les deux ouvrages de Menier (le second est une plaquette de 28 pages) étaient dus à la plume de Guyot, qui avait été son secrétaire. Parus chez Plon en 1875 et en 1874, respectivement, ils préconisaient l’établissement d’un impôt sur le capital, plutôt que sur le revenu, afin d’assurer une plus grande production industrielle et une plus juste répartition des richesses.
Émile Menier (1826-1881) devint en 1853 seul propriétaire de la manufacture de chocolat que son père avait fondée à Noisiel (Seine-et-Marne). Il donna une grande expansion à l’entreprise, créa, en 1862, la colonie agricole de Nicaragua pour la culture du cacao et ouvrit une usine de chocolat à Londres. Candidat malheureux à l’Assemblée nationale en 1871, il fut élu député de Meaux en février 1876 et réélu en octobre 1877. Il siégea à l’extrême gauche. En 1875, il avait fondé une revue, La Réforme économique.

4 Daudet exerçait déjà la même fonction au Moniteur universel. Sur cette lettre de Zola, voir l’édition réalisée par Henri Mitterand dans Les Cahiers naturalistes.

5 Voir la lettre 91.

6 Sur Wolff, voir les Notices biographiques du t. III.

7 Le 3 juin 1876, dans sa chronique du lundi intitulée « Le calendrier parisien », Wolff avait parlé longuement et élogieusement du « nouveau volume de M. Zola, intitulé : Son Excellence M. Eugène Rougon [sic], j’allais dire M. Eugène Rouher sans m’écarter de la vérité » : « Ce livre est dans toutes les mains ; les uns n’y cherchent que le scandale ; les autres se régalent de quelques chapitres écrits avec un talent supérieur. […] On passe d’une séance de la Chambre des députés qui ouvre le volume, au baptême du prince impérial, décrit avec un talent si grand qu’il devient de l’art ; puis les soirées des Tuileries, les distractions de Compiègne, les agissements et les intrigues des courtisans passent sous les yeux du lecteur, étonné de tant d’audace. »

8 La seule réserve que faisait Wolff venait à la fin d’un développement sur le portrait de Napoléon III brossé par Zola : « On peut croire que cette façon de faire un héros de roman d’un souverain qui a régné pendant dix-huit années sur un grand pays, est une haute inconvenance littéraire. Mais, après les événements qui ont amené la chute du deuxième empire, on a publié à droite et à gauche tant de volumes orduriers sur le dernier régime qu’il faut déjà savoir gré à M. Zola de ne pas avoir prostitué sa plume jusqu’à raconter sur le souverain trépassé les histoires infâmes qui, en flattant les appétits grossiers de la foule, ont fait la fortune de quelques librairies. Le livre de M. Zola n’est pas un de ces pamphlets malpropres ; c’est l’œuvre d’un écrivain de race qui manque de tact, j’en conviens, mais son ouvrage est d’un intérêt très grand et d’une valeur incontestable. Sauf quelques chapitres où M. Zola entre dans la vie privée du souverain avec une désinvolture qui frise l’inconvenance et la dépasse même souvent, le nouveau roman est intéressant d’un bout à l’autre. »

9 C’est dans Le Figaro, rappelons-le, que Louis Ulbach avait publié à propos de Thérèse Raquin, le 23 janvier 1868, sa diatribe célèbre contre la « littérature putride » (→ t. II, lettre 3). En octobre 1872, un des principaux rédacteurs du quotidien, Henry Fouquier, à qui Zola avait envoyé La Fortune des Rougon et La Curée, lui avait écrit : « Je m’étais empressé de demander à parler de vos livres […]. On ne l’a pas voulu, pour des raisons que je vous donnerai de vive voix » (ibid., lettre 154).

10 Zola avait publié 17 textes dans Le Figaro, du 24 septembre 1865 au 18 juin 1867.

11 Le 4 avril 1876, Georges Charpentier écrivit à Zola : « L’article de Wolff dans Le Figaro nous décroche un succès inespéré. Depuis hier il est parti pour Paris seulement plus de quatre cents exemplaires. J’ai donné ordre de clicher immédiatement pour la 4e. Le reste de l’édition va s’enlever en quelques heures. » Et il ajouta : « Je crois qu’il ne serait peut-être pas inutile d’écrire un mot à Wolff. Il peut vous être, pour les prochains romans, d’un puissant secours » (Becker, 1980, p. 32).

12 La revue fondée par Émile Menier (→ lettre 88, n. 2), dont les bureaux se trouvaient 15, rue du Faubourg-Montmartre.

13 Le secrétaire d’Yves Guyot.

14 C’est-à-dire son engagement comme critique dramatique du Bien public (→ lettre 89).

15 Dans le numéro daté du lendemain.

16 « C’est entendu, répondit Guyot le 5 avril. Je regrette de ne pas vous avoir vu hier à La Réforme économique. J’y arrivais au moment où vous en partiez. Quand vous ne voudrez pas faire 600 lignes, vous avez liberté absolue. Ne vous gênez donc pas » (BNF, MSS, n.a.f. 24519, fo 458).

17 La nouvelle comédie de Dumas fils avait été créée à la Comédie-Française le 14 février. Voir la lettre suivante.

18 Voir la lettre précédente.

19 C’est la première d’une comédie en quatre actes de Louis Davyl, Les Vieux Amis, qui eut lieu au théâtre du Gymnase le jeudi 6 avril.

20 Pour son article du dimanche 9 avril (paru dans le numéro du Bien public daté du lundi 10), Zola reprit, avec quelques modifications, une partie de l’étude qu’il avait consacrée à Dumas fils un an auparavant, dans Le Messager de l’Europe de mars 1875 (O. C., t. XII, p. 415-430 ; voir le t. II de cette Correspondance, lettre 208). Il rappela brièvement, dans son introduction, le succès obtenu par L’Étrangère.

21 Le 6 avril même, Guyot écrivit à Zola : « Vous savez que le dimanche le journal paraît à 1 heure. Nous serions donc fort heureux d’avoir une partie de votre copie la veille. » Il demanda également au romancier de lui envoyer le manuscrit de L’Assommoir (BNF, MSS, n.a.f. 24519, fo 459). Voir la lettre 94.

22 Voir, dans Les Cahiers naturalistes, les annotations de Colette Becker. Albert Le Roy, qui devint par la suite un des principaux rédacteurs de L’Événement, avait publié l’article auquel Zola fait allusion dans sa lettre sous le pseudonyme d’Albert Just.

23 Zola répond à la lettre que Guyot lui avait envoyée le jour même (BNF, MSS, n.a.f. 24519, fos 456-457). Le Bien public avait commencé la publication de L’Assommoir le 12 avril, dans son numéro daté du 13, et Guyot était autorisé, selon les termes du contrat signé par Zola, à modifier les mots qui lui paraissaient « un peu vifs » (→ t. II, lettre 267, n. 3). Dans sa lettre du 24, Guyot écrivait : « Vous voyez que je ne mutile pas grand-chose dans L’Assommoir » (fo 456).

24 Dans la Gazette de France du 20 avril (numéro paru le 19), le journaliste Dancourt avait parlé de L’Assommoir sous la rubrique « Courrier de Paris ». « M. Émile Zola est le chef de la Commune littéraire, écrivait-il. Ceci posé, je vais peut-être étonner bien des lecteurs, mais je demande à présenter la défense d’office de M. Émile Zola. […] Il s’est borné à montrer, en les appelant nettement par leur nom, des choses qui révoltent le goût, ou, pour mieux dire, les simples convenances. Il a imprimé, dans un feuilleton, dans une œuvre d’imagination qui a la prétention d’être une étude de mœurs parisiennes, des mots jusqu’ici confinés dans les dictionnaires et que l’éducation la plus élémentaire interdit de prononcer. […] Mais M. Zola a du moins le mérite de la franchise. Il ne vous prend pas en traître, lui ; il ne déguise pas ce qu’il veut dire. Il dit non seulement la chose, mais le mot. Avant de rougir du mot, commencez donc par rougir de la chose. »
Le deuxième article avait paru dans la Revue politique et littéraire (Revue bleue) du 22 avril, et le quotidien Le Français l’avait reproduit le 23, dans son numéro daté du 24. « M. Émile Zola, déclarait l’auteur anonyme, sous la rubrique « Notes et impressions », est certainement un des écrivains les plus sincères, un des artistes les plus convaincus, mais en même temps un des talents les plus fourvoyés de la génération qui croit honorer Balzac. […] M. Zola pourrait peindre : il a le talent, le secret du pinceau ; il aime mieux photographier. Pour le débit il a peut-être raison. Ces choses-là se vendent, mais elles ne restent pas sur la table, dans le salon de famille, dans la chambre à coucher d’une femme mariée. » L’auteur revint à la charge dans le numéro du 6 mai. « Ce tableau de l’atelier, écrivit-il alors, ne nous a offert jusqu’ici que la vision de la débauche, de la paresse, de l’ivrognerie, de l’accouplement sans amour, avec des commentaires en style d’engueulement. À qui M. Zola veut-il plaire, si ce n’est aux ennemis du peuple ? […] Ne montrer que l’ignoble, exclure systématiquement le sublime, c’est manquer autant à la vérité qu’un faiseur de bergeries et d’églogues. »

25 Dans sa lettre précitée, Guyot écrivait : « Vous savez que nous avons fait distribuer le commencement dans les rues et que nous en avons donné trois ou quatre exemplaires à tous les cochers de fiacre. Il n’a pas encore provoqué de hausse sensible dans la vente, mais en ce moment tous les journaux baissent et nous nous montons plutôt légèrement. Il n’a pas provoqué non plus de désabonnement, quoiqu’il doive bien un peu surprendre les anciens abonnés du Bien public » (BNF, fos 456-457). Voir la lettre 97.

26 La fin de sa lettre laisse entendre que Zola s’adresse à un des convives des dîners mensuels du « Bœuf nature » (→ lettre 79). Il pourrait s’agir de François Coppée : le succès de son acte Le Passant, créé à l’Odéon le 14 janvier 1869, avec Sarah Bernhardt dans le rôle-titre, et la représentation de la pièce aux Tuileries et chez la princesse Mathilde avaient valu à Coppée la célébrité et l’entrée dans le grand monde. Sur les relations d’amitié qui liaient Zola et Coppée, voir t. III, lettre 194, n. 2.

27 Voir la lettre 89.

28 La célèbre églogue de Mallarmé venait de paraître chez l’éditeur Alphonse Derenne en édition de luxe illustrée par Manet (quatre bois gravés). La plaquette avait été tirée à 175 exemplaires sur hollande et à 20 exemplaires sur japon. Zola avait reçu le no 47, assorti de l’envoi suivant : « Ce joujou lui est offert, avec les amitiés de Stéphane Mallarmé » (Graham, 2008, p. 437). Voir aussi l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes, ainsi que, sur Mallarmé et Zola, Marchal, 2007.

29 Le poème n’avait pas fait l’objet d’une publication préalable. Il avait été refusé, en juillet 1875, par le comité du Parnasse contemporain, composé de Banville, de Coppée et d’Anatole France.

30 Ces lignes sont probablement adressées au secrétaire d’Yves Guyot, Foucault.

31 Il s’agit sans doute d’épreuves corrigées par Zola. Le Bien public allait publier, le 6 juin, la fin du sixième chapitre de L’Assommoir.

32 Dans le numéro du Bien public daté du 28 mai, on pouvait lire l’annonce suivante : « La première partie du remarquable roman que nous publions doit se terminer dans les premiers jours de juin. M. Émile Zola avait accepté la lourde tâche d’achever au courant de la publication cette étude si fouillée et d’un langage si cherché. Il s’est laissé attarder, et désireux de donner tous ses soins à la deuxième partie, il nous prie de lui accorder du temps, en nous laissant la faculté de remplir les engagements pris par nous envers d’autres romanciers. » Le 7 juin, dans son numéro daté du lendemain, le quotidien commença la publication d’un roman de Léopold Stapleaux, Les Compagnons du glaive, et le 1er juillet, Zola apprit à Paul Alexis que la suite de L’Assommoir n’y paraîtrait pas (t. II, lettre 274). Le 24 octobre, il écrivit à Edmond de Goncourt : « Je me rends malade, à vouloir me débarrasser le plus vite possible de L’Assommoir. J’ai encore près d’un mois de travail. Je n’en sors plus » (ibid., lettre 298).
Nous avons la trace, grâce à un catalogue de vente, d’une lettre que Zola adressa à Yves Guyot « au moment où la publication de L’Assommoir était interrompue ». Il souhaitait que Guyot fasse paraître l’article qu’un rédacteur du Bien public, Arthur Chazeaud, se proposait de consacrer à l’ensemble de son œuvre, et il ajouta : « Le coup est plus dur à supporter que je ne pensais » (Hôtel Drouot, 10-11 décembre 1991). Chazeaud est probablement le destinataire de la lettre du 25 décembre 1876 que nous avons publiée dans le t. X de cette Correspondance (lettre S 31).

33 Il s’agit de la lettre que Zola avait adressée à Fourcaud le 23 septembre 1876 (t. II, lettre 295). Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

34 Ce message est probablement adressé à Foucault, le secrétaire d’Yves Guyot : cf. la fin de la lettre 91.

35 On y présentait, le 7 octobre, trois pièces en un acte : L’Illustre Brizacier d’Albert Glatigny, La Vaniteuse de Jean Rouxel et Les Yeux des autres de Charles Tournay. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

36 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes. Sur Léon Cladel, voir t. III, lettre 95, n. 1.

37 L’article de Gille avait paru dans le supplément littéraire du 12 octobre. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

38 Il s’agit, selon toute vraisemblance, du compte rendu paru le 2 novembre 1876 dans le Times de Londres, sous la rubrique « Light French Literature », du livre de Topin intitulé Les Romanciers contemporains. Le rédacteur anonyme du quotidien reprochait à Topin de ne pas juger avec sévérité des écrivains qui exhibaient dans leurs œuvres un « raffinement dépravé d’immoralité ». À propos de Zola, il écrivait : « Loin d’atténuer l’effet des scènes déplaisantes qu’il se délecte à dépeindre, il tient à étaler les détails les plus repoussants, comme un chirurgien passionné dans un amphithéâtre de dissection. Et il y a pis encore : en s’attaquant aux systèmes et aux personnes à peine déguisées qui figurent dans ses romans, il amplifie et exagère les vices qu’il stigmatise, comme l’admet, au demeurant, son ami M. Topin. »

39 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. II (lettre 311). Le destinataire doit être Marius Roux, et non Numa Coste, que Zola ne tutoyait pas. Il faut penser que Roux passait la période des fêtes à Aix.

40 Il s’agit sans doute de la maison de L’Estaque où Cézanne avait séjourné avec Hortense Fiquet en 1870-1871 (→ t. II, lettres 96 [n. 1] et 131). Les Zola allaient passer cinq mois à L’Estaque à partir de la fin de mai 1877.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search