Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1875

Texte intégral

79*. À Numa Coste

  • 1 Nous avons publié cette lettre dans le t. II (lettre 184), avec la date que Zola a écrite par inad (...)

1[Paris] 4 juin 187 [5]1

2Mon cher Coste,

  • 2 Le 29 mai 1875, Coste avait écrit à Zola : « Je vous rappelle que le Bœuf nature aura lieu le 5 ju (...)
  • 3 À la mi-mai, Alexis était allé à Rennes, pour collaborer, comme rédacteur en chef, au Journal d’Il (...)

3J’ai attendu le dernier jour pour vous répondre2. Ma femme est au lit depuis un mois. Elle va mieux, mais j’hésite à la quitter demain soir. N’y aurait-il pas moyen de remettre notre dîner à samedi prochain, 12 juin ? Demain, nous serions d’ailleurs très peu nombreux, Alexis n’étant pas à Paris3.

  • 4 Avant de partir pour Rennes, Alexis habitait 24, rue Trézel (l’actuelle rue du Docteur-Heulin).
  • 5 « Notre Bœuf n’a décidément pas de chance ce mois-ci, répondit Coste le 10 juin. J’avais reçu d’As (...)

4Ne comptez pas sur les Batignollais pour demain, ni Roux, ni Alexis4, ni moi. Mais dites-moi si la cérémonie ne pourrait pas être reculée de huit jours. Dans ce cas, Roux et moi tout au moins serions exacts au rendez-vous. Un mot de réponse dans la semaine, je vous prie5.

5Une bonne poignée de main, et tout à vous.

L.a.s., coll. Donald Lachance.

80*. À Georges Charpentier

6Paris, 12 juin 1875

7Mon cher ami,

  • 6 Zola répond à une lettre de Charpentier en date du 10 juin 1875. « On ne vous voit plus, écrivait (...)
  • 7 Les Zola partirent pour Saint-Aubin-sur-mer (Calvados) le 2 août. Ils y séjournèrent jusqu’au 4 oc (...)

8Je vous remercie bien de vous intéresser à ma chère malade6. J’espérais que la convalescence serait beaucoup plus vite. Il n’y a pas eu précisément rechute, mais les choses traînent d’une façon bien fâcheuse. Maintenant le médecin nous ordonne de changer d’air7. Je suis bien ennuyé et bien embarrassé.

9Je me souviens de votre invitation et je compte en user. J’espère que la semaine prochaine ma femme pourra aller passer quelques heures avec madame Charpentier ; cela lui fera du bien. Nous vous arriverons vers trois heures et nous vous resterons le soir à dîner. Vous voyez que je dispose de vous. Madame Charpentier sera-t-elle libre vendredi prochain ? Nous tomberons chez vous ce jour-là à moins que vous ne préfériez me fixer un autre jour.

10Tous mes compliments à votre femme, et une bonne poignée de main.

L.a.s. (facs.), cat. History for Sale, no 227334 (octobre 2004), http://www.historyforsale.com.

81. À Marguerite Charpentier

11Paris, 16 juin 1875

  • 8 Voir la lettre précédente. Zola répond ici à une lettre non retrouvée de Marguerite Charpentier.

12Je viens de passer un mois si abominable qu’il me semble sortir d’une cave, et que je suis tout étonné qu’il y ait des personnes par le monde qui s’intéressent à nous8.

Becker, 1984, p. 177.

82*. À Marius Topin

13Paris, 25 juillet 1875

14Mon cher confrère,

  • 9 Nous ne possédons aucune lettre de Topin à Zola. Topin préparait alors les deux articles sur Zola (...)

15J’étais absent, lorsque votre lettre est arrivée chez moi9. Ceci vous expliquera mon retard à vous répondre.

  • 10 Voir la lettre suivante.

16Le pis est que je possède un unique exemplaire de Thérèse Raquin, et en fort mauvais état. Je vous l’envoie, mais je ne puis vous le laisser plus d’une semaine, car je pars dimanche prochain pour les bains de mer10, et je désire l’emporter, afin de corriger certaines pages ; une nouvelle édition paraîtra sans doute chez Charpentier, l’hiver prochain.

17Je suis désolé de toutes ces complications, et vous prie de m’excuser. Il me reste à vous remercier à l’avance de la grande étude que vous voulez bien me consacrer. La critique ne m’a pas gâté jusqu’ici.

18Veuillez me croire, mon cher confrère, votre bien dévoué.

L.a.s., coll. François Labadens.
Becker, 1984, p. 177.

83*. À Marius Topin

19Paris, 1er août 1875

20Mon cher confrère,

  • 11 Voir la lettre précédente, ainsi que l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers natura (...)

21J’ai en effet publié un assez mauvais roman à Marseille, et vous me ferez plaisir en le passant sous silence11.

  • 12 C’est le lundi 2 août, semble-t-il, que les Zola partirent pour Saint-Aubin (→ t. II, lettres 224 (...)

22Je pense comme vous : les Contes, Thérèse Raquin et les cinq volumes publiés des Rougon-Macquart suffisent pour avoir une idée complète de ce que j’ai fait jusqu’ici. Il y a bien encore trois ou quatre romans, mais ils ne sont guère que des répétitions ou des tâtonnements. Je regrette seulement qu’un volume de critique : Mes Haines, ne soit pas tombé entre vos mains, ainsi que deux brochures sur des questions d’art. Il y avait peut-être là un côté qui aurait influé sur certains de vos jugements. Mais tout cela est épuisé. Pourtant, si vous désirez jeter un coup d’œil sur ces livres, notre ami commun et compatriote Marius Roux vous les prêterait sans doute ; il doit les avoir. Je pars dans une heure pour Saint-Aubin-sur-Mer12, et je regrette bien de ne pouvoir vous fournir moi-même tous ces documents.

23Merci pour l’obligeance que vous mettez à bien vouloir vous occuper de moi, et veuillez me croire votre très dévoué confrère.

L.a.s., coll. François Labadens.
Becker, 1984, p. 178.

84. Destinataire inconnu

24Saint-Aubin, 5 août 1875

  • 13 Le 1er août, Zola avait donné à Michel Stassioulevitch (t. II, lettre 226) l’adresse suivante : 53 (...)

25Veuillez faire, sur la bande ci-jointe, la correction indiquée : au lieu de par Caen mettre par Luc-sur-mer. Ce journal éprouve un jour de retard en passant par Caen13.

Becker, 1986, p. 205.

85*. À Marius Topin

26Saint-Aubin, 27 août 1875

  • 14 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

27Mon cher confrère14,

28J’ai lu les deux articles que vous avez bien voulu me consacrer, et je suis très touché de votre sympathie. Vous l’avez dit avec raison, la critique, jusqu’ici, s’est montrée singulièrement sévère pour moi ; je ne parle pas des jugements littéraires d’école à école, mais des colères aveugles qui sont montées presque jusqu’à ma personne. Le premier, vous m’avez accordé quelque cœur, des sentiments de bonté, et tout au moins l’excuse de la foi. Ce sont là des poignées de main dont je me souviendrai toujours.

29Je veux seulement vous remercier chaudement et non pas discuter certains points de votre étude. Si j’étais à Paris et si je pouvais aller vous dire de vive voix combien je vous suis reconnaissant, je profiterais sans doute de l’occasion pour vous assurer que les grands siècles n’ont pas de plus profond admirateur que moi ; je pousse même mon admiration jusqu’à vouloir qu’on laisse le génie dans son milieu et dans sa gloire, sans le diminuer en le rapetissant au rôle de guide-âne. Peut-être vous confesserais-je aussi que la théorie scientifique, dans Les Rougon-Macquart, n’a toujours été à mes yeux qu’un cadre, un lien, une façon de lancer une série de volumes ; je ne la défends pas scientifiquement, je me contente de croire à la possibilité des cas que je présente, sans élever la chose à la hauteur d’une théorie. D’ailleurs, nous nous rencontrerons bien, je vous remercierai encore et je vous dirai toutes les réflexions que votre critique m’a fait faire.

30Le plus pressé était de vous envoyer tout de suite l’expression de ma gratitude. Elle est entière, croyez-le bien, et je suis d’autant plus attendri, que le premier plaidoyer en ma faveur vient d’un compatriote, d’un condisciple, comme si je devais retrouver la Provence à toutes les bonnes heures de ma vie.

31Merci encore, mon cher confrère, et tout à vous.

L.a.s., coll. François Labadens.
Becker, 1984, p. 179.

86*. À Alphonse Daudet

32Paris, 1er novembre 1875

  • 15 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. X (lettre S 28).

33Mon cher ami15,

  • 16 C’est-à-dire de Saint-Aubin-sur-Mer (→ lettre 83).

34À mon retour des bains de mer16, Charpentier m’a raconté votre belle expédition chez Dalloz. J’ai à vous remercier du coup d’épaule que vous avec bien voulu me donner là. Il paraît que la chose a failli réussir. D’ailleurs, le roman est définitivement pris au Siècle. Je tenterai de nouveau le Moniteur avec le prochain, sans trop d’espoir, car le sujet est un peu dur.

  • 17 En fait, Flaubert revint à Paris le 1er novembre même, à la suite d’un séjour à Concarneau, en Bre (...)

35On me dit que Flaubert sera à Paris le 1517. Je vous rencontrerai sans doute chez lui, et je vous remercierai encore de vive voix.

36Bien amicalement à vous.

L.a.s. (facs.), cat. Sotheby’s, Paris, 29-30 novembre 2001.

Notes

1 Nous avons publié cette lettre dans le t. II (lettre 184), avec la date que Zola a écrite par inadvertance, celle du 4 juin 1874. En réalité, la lettre est du 4 juin 1875, comme l’attestent les allusions à la maladie d’Alexandrine Zola et au samedi 12 juin.

2 Le 29 mai 1875, Coste avait écrit à Zola : « Je vous rappelle que le Bœuf nature aura lieu le 5 juin prochain. Nous aurons en moins Béliard qui, je crois, n’est pas encore revenu ; j’espère que Roux y sera. Quant à Solari, je tenterai une démarche personnelle » (arch. familiales). Sur les dîners du « Bœuf nature », voir les notes qui accompagnent, dans le t. II, la lettre de Zola et t. III, lettre 130, n. 6. La lettre du 6 février citée dans la n. 1 du t. II est de 1880, et non de 1876.

3 À la mi-mai, Alexis était allé à Rennes, pour collaborer, comme rédacteur en chef, au Journal d’Ille-et-Vilaine (→ t. II, lettre 216).

4 Avant de partir pour Rennes, Alexis habitait 24, rue Trézel (l’actuelle rue du Docteur-Heulin).

5 « Notre Bœuf n’a décidément pas de chance ce mois-ci, répondit Coste le 10 juin. J’avais reçu d’Astier une lettre m’annonçant qu’il ne pouvait se rendre à notre réunion ; d’un autre côté Béliard m’avait annoncé son départ et vous êtes venu à la fin de la semaine nous ravir les trois derniers convives. Il ne restait donc que Valabrègue et moi. Je crus inutile de le prévenir et il alla chez le père Tranquille, tranquillement. Le plus curieux de l’histoire c’est qu’il y rencontra Solari, que j’avais prévenu mais sur lequel je ne comptais pas, n’en ayant reçu aucune nouvelle, et ces deux grands débris se consolèrent entre eux de notre absence et si bien que le poète se retira fort ému. » Et il poursuivit : « Je comptais aller vous voir aujourd’hui pour prendre des nouvelles de votre femme et causer, mais le diable s’en mêle et je suis obligé de partir pour la campagne et je suis obligé de rester samedi. Si vous le voulez nous remettrons le Bœuf à samedi prochain 19 juin. Il me paraît utile de nous réunir quand même ce mois-ci » (arch. familiales).
Nous n’avons pu identifier cet Astier dont parle Coste : notons toutefois qu’un des professeurs de Zola au collège d’Aix s’appelait Astier (→ t. I, lettre 21, n. 10). Il faut penser, au demeurant, que Maurice Bouchor, Paul Bourget, François Coppée, Albert Déthez et Édouard Sylvin ne figuraient pas encore, en juin 1875, parmi les convives habituels du « Bœuf nature ». – Le café-restaurant Au père Tranquille existe toujours : il se trouve 16, rue Pierre-Lescot, dans le quartier des Halles.

6 Zola répond à une lettre de Charpentier en date du 10 juin 1875. « On ne vous voit plus, écrivait ce dernier. Qu’est-ce que cela veut dire ? Est-ce que madame Zola n’irait pas mieux ? Écrivez-nous vite un mot, car ma femme est très inquiète de la santé de la vôtre, et vous savez comme nous prenons part à tout ce qui vous arrive » (Becker, 1980, p. 27). Voir la lettre précédente.

7 Les Zola partirent pour Saint-Aubin-sur-mer (Calvados) le 2 août. Ils y séjournèrent jusqu’au 4 octobre.

8 Voir la lettre précédente. Zola répond ici à une lettre non retrouvée de Marguerite Charpentier.

9 Nous ne possédons aucune lettre de Topin à Zola. Topin préparait alors les deux articles sur Zola qu’il allait publier au mois d’août dans La Presse (→ t. II, lettre 232, n. 3). Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

10 Voir la lettre suivante.

11 Voir la lettre précédente, ainsi que l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

12 C’est le lundi 2 août, semble-t-il, que les Zola partirent pour Saint-Aubin (→ t. II, lettres 224 et 226).

13 Le 1er août, Zola avait donné à Michel Stassioulevitch (t. II, lettre 226) l’adresse suivante : 53, rue des Dunes, à Saint-Aubin-sur-Mer, par Caen (Calvados).

14 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

15 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. X (lettre S 28).

16 C’est-à-dire de Saint-Aubin-sur-Mer (→ lettre 83).

17 En fait, Flaubert revint à Paris le 1er novembre même, à la suite d’un séjour à Concarneau, en Bretagne. Le 6 novembre, il écrivit à Zola : « Si vous voulez venir me voir demain dans l’après-midi, vous me ferez plaisir. Je loge maintenant dans le faubourg Saint-Honoré, 240 » (Bruneau, 1998, p. 990).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search