Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1874

Texte intégral

76. À Georges Charpentier

1Paris, 3 octobre 1874

2[Tourguéniev les invite à déjeuner au café Riche.]

  • 1 Il s’agit de la publication de La Faute de l’abbé Mouret dans Le Messager de l’Europe. Après avoir (...)
  • 2 Allusion aux interprètes des Héritiers Rabourdin, dont la première eut lieu le 3 novembre 1874 (→ (...)

3Nous terminerions l’affaire […]1. J’ai Mercier pour Rabourdin, et l’on va sans doute me débarrasser de ma grande coquette2 !

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 13 mai 1993.

77. À Ivan Tourguéniev

4Paris, 20 octobre 1874

  • 3 Voir la lettre précédente. Tourguéniev répondit à Zola dans une lettre datée de « samedi » (vraise (...)

5Ainsi que je le pensais, Charpentier est tout prêt à retarder la publication de mon roman autant qu’il le faudra pour permettre à la revue russe de le publier […]. Je pense qu’il suffirait de paraître à Paris vers le 20 février […]. Ce que nous désirons savoir c’est s’il veut toujours faire sérieusement l’affaire3.

Extr., cat. libr. Charavay, no 815 (1996).

78. À Charles de la Rounat

6Paris, 9 novembre 1874

  • 4 Le destinataire de cette lettre est sans doute Charles de la Rounat (→ t. II, lettre 203, n. 5), d (...)
  • 5 « Il y avait […] une idée fort bonne dans la pièce, écrivait La Rounat, dont on aurait pu faire un (...)
  • 6 Zola reprit mot pour mot la majeure partie de ce texte dans la préface qu’il composa pour l’éditio (...)

7Seulement vous n’avez vu qu’un acte, peut-être deux : car la fin de votre analyse n’est guère exacte4. Puis, pourquoi m’accuser d’avoir imité tout le monde5, sans vous demander quelle raison a pu m’entêter dans le parti pris d’imiter tout le monde ? Me croyez-vous réellement assez naïf et assez ignorant, pour ne pas savoir quel sujet je choisissais ? La pièce est telle que je l’ai voulue, soyez-en sûr. Bonne ou mauvaise, peu importe. Mais œuvre raisonnée, avant tout. D’ailleurs, je prépare une préface. Toute la critique a passé à côté de ce que j’ai entendu faire, sans paraître s’en douter le moins du monde6.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot, 10-11 mars 1994.

Notes

1 Il s’agit de la publication de La Faute de l’abbé Mouret dans Le Messager de l’Europe. Après avoir reçu, à Bougival, la lettre que Zola venait de lui écrire, le 1er octobre (t. II, lettre 190), Tourguéniev avait répondu, le 3 octobre : « Certainement que je serai enchanté de voir Charpentier, mais voici ce que je vous propose. Je vais mieux et lundi je pourrai aller à Paris. Voulez-vous faire lundi ce que nous devions faire mercredi dernier et venir avec C. au café Riche, à 11 heures ? […] Si vous ne pouvez pas lundi, voulez-vous mercredi ? » (BNF, MSS, n.a.f. 24524, fo 181) Le vendredi 9 octobre, Zola écrivit à Flaubert : « J’ai déjeuné avec Tourguéniev qui va mieux » (t. II, lettre 191).
Restaurant célèbre, le café Riche se trouvait 16, boulevard des Italiens. Sous l’Empire, son salon blanc et or avait réuni les chroniqueurs du Boulevard et les journalistes de l’opposition.

2 Allusion aux interprètes des Héritiers Rabourdin, dont la première eut lieu le 3 novembre 1874 (→ tome II, lettre 191). Désiré-Baptiste Mercier (1809-1899) avait fait partie, de 1859 à 1866, de la troupe du Palais-Royal, où il avait créé une trentaine de rôles. Nous n’avons aucun renseignement sur la « grande coquette ».

3 Voir la lettre précédente. Tourguéniev répondit à Zola dans une lettre datée de « samedi » (vraisemblablement le samedi 31 octobre), pour lui apprendre que l’affaire était arrangée : « Il [Stassioulevitch, directeur du Messager ] m’écrit qu’il en a télégraphié à Charpentier et qu’il lui a envoyé une lettre, où il pose les conditions suivantes : 1. La première moitié du texte doit être livrée au 1er décembre – et il enverra 150 roubles (on doit envoyer dès à présent tout ce qui est disponible). 2. Vous ne paraîtrez ici qu’au 20/8 février – et le 20/8 janvier Stassioulevitch doit recevoir la moitié restante, et il envoie les autres 150 roubles. » Et de conclure : « Je crois que tout ceci est bien. Quant à la solvabilité et l’exactitude de Stassioulevitch – elles ne laissent rien à désirer – et j’en réponds » (BNF, MSS, n.a.f. 24524, fo 216).
Le roman parut dans Le Messager de l’Europe de janvier à mars 1875 et en volume, chez Charpentier, le 27 mars.

4 Le destinataire de cette lettre est sans doute Charles de la Rounat (→ t. II, lettre 203, n. 5), dont la « causerie dramatique » sur Les Héritiers Rabourdin parut le 9 novembre 1874, dans le numéro du XIXe Siècle daté du lendemain. La Rounat terminait ainsi son résumé de l’action de la pièce : « Un jour vient où [ses héritiers] découvrent que Rabourdin, ruiné, ne leur laissera pas une obole. Grande colère, d’abord, menace d’esclandre, toutes les démences de la cupidité déçue. Pourtant on réfléchit, on raisonne. […] On se radoucit, on revient, et l’on recommence à entourer d’égards et d’attentions ce cher cousin, cet excellent oncle, grâce auquel chacun garde son rang dans la noble ville de Senlis, au lieu d’y servir de risée et d’y voir sombrer son autorité. » Il ne mentionnait pas la mise en scène montée par Charlotte, la filleule de Rabourdin, dans le but de soutirer un peu d’argent d’une famille avare et hypocrite.

5 « Il y avait […] une idée fort bonne dans la pièce, écrivait La Rounat, dont on aurait pu faire une vraie comédie ; mais [M. Zola] a travaillé à côté et l’idée n’est pas sortie, au lieu de la creuser et de la forcer à fournir la matière, il a mieux aimé se jeter dans les imitations et les réminiscences – peut-être n’en a-t-il pas conscience – et mettre à contribution Le Malade imaginaire, Le Légataire universel, L’Héritage de M. Plumet, qui copiait déjà Le Testament de César Girodeau, etc., etc. »

6 Zola reprit mot pour mot la majeure partie de ce texte dans la préface qu’il composa pour l’édition des Héritiers Rabourdin parue chez Charpentier le 26 décembre : « [Ces messieurs] n’ont pas même essayé de se rendre compte pourquoi ma pièce est ce qu’elle est, et non ce qu’ils voudraient qu’elle fût. Le comble est qu’ils sont allés jusqu’à découvrir que j’avais imité tout le monde. Là seulement ils se sont arrêtés, sans se demander quelles raisons avaient pu m’entêter dans le parti pris d’imiter tout le monde. M’ont-ils cru réellement assez naïf et assez ignare pour ne pas savoir quel sujet je choisissais ? Ai-je l’habitude de détrousser mes confrères ? Ne me connaît-on pas, suisje un débutant d’hier, et la franchise de mes emprunts à Molière et à un autre poète comique, que je nommerai plus loin, ne devait-elle pas mettre la critique sur ses gardes ? La pièce est telle que je l’ai voulue, qu’on en soit certain. Œuvre bonne ou mauvaise, peu importe ; mais œuvre raisonnée, avant tout » (O.C., t. XV, p. 222).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search