Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1873

Texte intégral

72. Destinataire inconnu

1Paris, 28 janvier 1873

  • 1 Il s’agit probablement du portrait en pied que nous avons publié en frontispice du t. II de la Cor (...)

2Voudriez-vous avoir l’obligeance de m’envoyer sous enveloppe une épreuve de mon portrait1 ? Voici pourquoi la chose presse : un sculpteur va faire mon buste, et pour éviter la fatigue, je voudrais lui donner une carte photographique, qui lui permettra de réaliser la maquette.

Extr. (trad.), cat. libr. Maggs Bros Ltd., no 1292 (2000).

73. À Édouard Béliard

3Paris, 27 juin 1873

4Mon cher Béliard,

  • 2 Zola paraît répondre à une lettre non retrouvée du peintre Édouard Béliard, qui allait assister, l (...)
  • 3 Surnom de Paul Alexis.

5Votre idée est excellente, et elle est adoptée2. Je n’ai pu voir Panafieu3, mais je le déciderai.

Becker, 1984, p. 175.

74. À Eugène Penin

6Paris, 28 août 1873

  • 4 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes. Le destinataire de cette (...)

7Cette tranquillité de L’Avenir national m’inquiète un peu4. J’ai peur de quelque tour de coquins. […] N’oubliez pas ce que je vous ai dit : je suis entré à L’Avenir le 1er mars, et j’ai reçu cinq cents francs pour ce premier mois, le 5 avril ; je n’ai plus rien reçu jusqu’au 13 juin, époque à laquelle j’ai touché deux cent cinquante francs sur les mille deux cent cinquante francs qui m’étaient dus pour les mois d’avril et de mai et pour la première quinzaine de juin. Mes reçus feront foi de ce que j’avance. Il faut leur demander la production des reçus, dans le cas où ils soulèveraient quelques chicanes.

Becker, 1984, p. 176.

75*. À François Oswald

8Paris, 9 décembre 1873

  • 5 Oswald François, dit François Oswald (1839-1894), rédigea pendant plus de vingt-cinq ans les « Bru (...)

9Mon cher confrère5,

10Auriez-vous l’extrême obligeance de démentir une nouvelle qui circule dans la presse et que vous avez vous-même donnée à vos lecteurs ?

  • 6 Le 6 décembre, dans le numéro du Gaulois daté du lendemain, Oswald avait publié, sous la rubrique (...)

11Il n’est pas vrai que j’aie porté une comédie au Gymnase. Je n’ai donc aucune réponse à attendre de M. Montigny6.

12Veuillez, mon cher confrère, agréer l’assurance de mes meilleurs sentiments.

L.a.s. (facs.), cat. La Maison de l’Autographe.

Notes

1 Il s’agit probablement du portrait en pied que nous avons publié en frontispice du t. II de la Correspondance. Selon François Émile-Zola et Massin (1979, p. 183 [no 447]), ce portrait fut réalisé par Benque et Cie, 33, rue Boissy-d’Anglas, mais c’est seulement en février 1879 que Wilhem Benque et son associé Charles Klary s’établirent à cette adresse, après avoir racheté l’atelier photographique de l’illustrateur Bertall (arch. Tribunal de commerce).

2 Zola paraît répondre à une lettre non retrouvée du peintre Édouard Béliard, qui allait assister, le 11 juillet 1873, à la première de Thérèse Raquin, au théâtre de la Renaissance (voir le résumé de la lettre que Zola lui adressa le 10 juillet, cité par Colette Becker [1986, p. 205]). Sur Béliard, voir les Notices biographiques du t. II.

3 Surnom de Paul Alexis.

4 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes. Le destinataire de cette lettre est sans doute l’avocat consultant Eugène Penin (→ t. VIII, lettre 163, n. 1).

5 Oswald François, dit François Oswald (1839-1894), rédigea pendant plus de vingt-cinq ans les « Bruits de coulisses » du Gaulois. Il écrivit lui-même pour le théâtre – Jonathan (avec Edmond Gondinet et Pierre Giffard ; Gymnase, 1879), La Bande jaune (avec Gaston Marot ; Cluny, 1889) – et publia, sous son vrai nom, des romans : citons Jeu mortel (1886), Mam’zelle Quinquina (1890), Le Capitaine Fine-Lame (1893).

6 Le 6 décembre, dans le numéro du Gaulois daté du lendemain, Oswald avait publié, sous la rubrique « Bruits de coulisses », l’entrefilet suivant : « M. Émile Zola, l’auteur si discuté de Thérèse Raquin, a présenté une comédie en quatre actes à M. Montigny qui aurait promis de la lire lui-même, sans avoir recours à l’intermédiaire de son lecteur de Bicêtre. » Dans le numéro daté du 12 décembre, il écrivit : « M. Zola dément la nouvelle donnée par plusieurs journaux qu’il aurait porté une comédie au Gymnase. » Sur Montigny, directeur du Gymnase en 1873-1874, voir t. II, lettre 186, n. 2. Ce dernier refusa, en juillet 1874, Les Héritiers Rabourdin, comédie en trois actes que Zola avait d’abord proposée à Francis Plunkett, codirecteur du théâtre du Palais-Royal.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search