Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1872

Texte intégral

63*. Destinataire inconnu

  • 1 Il est possible que cette lettre date, en réalité, du 16 janvier 1873, et qu’elle fasse suite à la (...)

1Paris, 16 janvier 18721

2Cher monsieur,

3Je me permets de vous donner rendez-vous, comme nous en sommes convenus.

  • 2 S’agirait-il d’une séance de pose, chez un photographe ?

4Je serai demain à deux heures chez vous. Mais, si cela vous dérangeait, nous pourrions remettre encore la séance2.

5Veuillez me croire votre bien dévoué.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.
Becker, 1986, p. 204.

64. À Philippe Buisson

6Paris, 22 février 1872

  • 3 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes. Sur Philippe Buisson (18 (...)

7Cher monsieur3,

  • 4 Le dimanche 11 février 1872, Buisson avait participé au onzième « festival populaire » donné, en m (...)

8Il faut pourtant que je vous dise tout le plaisir que vous m’avez fait l’autre jour, au Châtelet, et hier encore à l’Alcazar4. Vous êtes un maître, et je vous prédis un grand succès devant ce public parisien si impressionnable, fait pour comprendre toutes les délicatesses et toutes les originalités de l’art.

9Hier, je regardais la salle, pendant que votre instrument chantait, dans le ronflement sourd du tambourin, et il me semblait voir, lorsque le rythme s’accentuait, les visages s’éclaircir d’un de ces beaux rayons du soleil de Provence. Croyez-moi, soyez surtout provençal, chantez comme chantent vos cigales, chantez les chants si gais et si dansants de votre pays. C’est là qu’est le triomphe.

  • 5 Marius Roux.

10Je vais activer l’insertion de l’article de notre ami Paul Alexis. Cet article est très complet, nous avons aussi beaucoup causé de vous avec Roux5, en sortant de l’Alcazar. Il faut absolument que la Provence resplendisse.

  • 6 Le 24 février, Buisson remercia Zola de sa « charmante lettre, si pleine de poésie » : « Elle sera (...)

11Mille fois merci de vos deux charmantes auditions et veuillez me croire votre tout dévoué6.

Becker, 1984, p. 172.

65. À Philippe Buisson

12Paris, 7 juin 1872

  • 7 Voir la lettre précédente, ainsi que l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers natura (...)

13Cher monsieur Buisson7,

  • 8 Vraisemblablement au café-concert des Champs-Élysées où Alphonse Daudet l’entendit jouer, après so (...)

14Vous n’avez jamais mieux joué qu’hier8, je vous écoutais, ravi, mais bon Dieu ! que vous avez tort de vous adresser à ce public-là. Vous êtes artiste, n’allez plus dans les foules. Ce qu’il vous faut, c’est un public d’élite, ayant conscience de votre art. Il est fâcheux que la saison d’hiver soit finie, car vous auriez eu de grands succès dans les salons. L’année est mauvaise d’ailleurs, on est encore tout secoué par nos désastres.

15Mais je tenais à vous dire combien vous m’avez fait plaisir. Vous êtes un peu ma jeunesse. J’entendais toute la Provence rire dans votre instrument, et je me souvenais de certaines soirées tièdes. Il faisait froid, hier, la pluie menaçait. En fermant les yeux, je songeais à ces oiseaux qui gazouillaient encore sous l’orage. Nous sommes trop sceptiques ; il faut vous garder pour les croyants.

  • 9 Le 11 juin, Buisson répondit : « Votre fine et délicate attention m’ont largement dédommagé de ce (...)

16Tentez les salons, les auditoires délicats, quand il en sera temps et je vous prédis un grand succès9.

17Merci pour moi, et permettez-moi de vous serrer bien affectueusement la main.

Becker, 1984, p. 173-174.

66. Destinataire inconnu

18Paris, 14 juin 1872

  • 10 S’agirait-il de l’huissier Charles Monet, à qui Zola écrivit le 16 août 1872 (t. X, lettre S 21) ?

19Ne vous ayant plus trouvé chez M. Monet10, je vous envoie les 10 fr. par la poste. Le bulletin me servira de reçu.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 16 mars 2006.

67. À Georges Charpentier

20Paris, 25 juillet [1872]

  • 11 Il s’agit sans doute de la première édition Charpentier du roman, pour laquelle Zola révisa le tex (...)

21Je vous fais remettre environ les deux tiers de La Curée. Vous aurez la fin du volume au plus tard lundi. D’ailleurs, les compositeurs peuvent se mettre à la besogne. Veuillez recommander à l’imprimerie de m’envoyer les épreuves en feuilles11.

22Votre bien dévoué.

Traces écrites, février 2007, http://www.traces-ecrites.com

68*. À Albert Lacroix

23Paris, 13 août 1872

24Mon cher Lacroix,

25Je vous ai demandé un rendez-vous et comme vous ne me répondez pas, j’en conclus que vous êtes fâché contre moi.

  • 12 Voir la lettre précédente ainsi que l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers natural (...)
  • 13 Jean-Yves Mollier nous apprend que Lacroix était en état de cessation de paiement dès le 3 février (...)

26Vous auriez grand tort de m’en vouloir pour la cession des Rougon-Macquart à Charpentier12. Dans votre désastre, vous m’auriez entraîné avec vous, sans aucun profit pour vous ni pour moi. J’ai dû accepter des offres qui mettaient mon œuvre à l’abri de vos créanciers13. Réfléchissez un instant, et vous comprendrez que vous-même m’auriez conseillé d’accepter, si vous aviez été là.

27D’ailleurs, je ne vous ai nullement quitté. Vous avez encore quatre volumes à moi, et si vous continuez les affaires, je compte bien rester votre auteur. Je n’ai pas épousé la maison Charpentier : je me suis même déjà occupé de vous pour vos Grandes amoureuses. Je me souviens parfaitement que vous avez été le premier éditeur à m’accueillir, et je tiens à vous prouver que j’ai bonne mémoire.

28Je vous demande donc encore un rendez-vous. Je veux vous parler non seulement de nos comptes mais aussi de vos Grandes amoureuses. Dois-je continuer ma livraison sur Ève ? D’autre part, j’ai différentes choses à vous soumettre. J’attends votre réponse, dites-moi l’heure à laquelle je vous trouverai chez vous. Je préférerais l’après-midi.

29Votre bien dévoué.

L.a.s., coll. Alfred Baer. Becker, 1984, p. 174-175.

69*. À Édouard Sylvin

30Paris, 26 octobre 1872

  • 14 Surnom du journaliste Édouard Sylvin, alors secrétaire de la rédaction du Phare de la Loire, de Na (...)

31Mon cher Guérillon14,

  • 15 Théophile Guérin, secrétaire de la rédaction de La Cloche de Louis Ulbach et ancien fondé de pouvo (...)
  • 16 Sylvin venait d’écrire à Zola, de Nantes : « J’espère que vous avez reçu le Phare où j’ai mis une (...)

32Guérin15 m’envoie votre lettre. J’ai reçu le numéro du Phare, et j’ai à vous remercier de votre note toute sympathique. Elle m’a fait grand plaisir16.

  • 17 Le Ventre de Paris fut mis en vente le 19 avril 1873. Dans sa lettre précitée, Sylvin poursuivait  (...)
  • 18 Le roman parut en feuilleton dans L’État, le quotidien qui succéda à La Cloche à la fin de 1872, d (...)

33Mon roman sur les Halles ne paraîtra guère en librairie avant l’été17. Charpentier voudrait naturellement le faire passer auparavant dans un journal, et la chose ne sera peut-être pas commode ; non que la pudeur ait, cette fois, à s’alarmer le moins du monde ; mais il y a des peintures exactes et de longues analyses, qui sont faites pour endormir profondément les lecteurs ordinaires des feuilletons. Il faudra trouver quelque journal de courage18.

Extr. (facs.), cat. Sotheby’s, Paris, 29-30 novembre 2001.

70*. À Maurice Dreyfous

34Paris, 30 novembre 1872

  • 19 On se rappelle que Maurice Dreyfous était alors l’associé de l’éditeur Georges Charpentier.

35Mon cher Dreyfous19,

  • 20 Simon Raçon, l’imprimeur du Ventre de Paris et de La Conquête de Plassans.
  • 21 Il s’agit sans doute de la huitième feuille d’impression de la première édition Charpentier de La (...)

36Je renvoie à Raçon20 la huitième feuille que j’avais encore entre les mains21.

  • 22 C’est dans Le Sémaphore de Marseille du 3 décembre 1872 que Zola parla du nouveau livre d’Édouard (...)
  • 23 C’est-à-dire pour toucher les cinq cents francs mensuels que Charpentier lui versait à cette époqu (...)

37Quant à la note sur l’ouvrage de M. Laboulaye, elle n’a pas encore passé22. Je vous la porterai en allant vous faire ma visite intéressée du commencement du mois23.

38Votre bien dévoué.

Extr. (facs.), cat. libr. Arts et Autographes, no 25.

71*. Destinataire inconnu

39Paris, 30 décembre 1872

40Monsieur,

41Je trouve aujourd’hui seulement votre lettre au Corsaire, et je vous remercie mille fois de votre offre toute sympathique.

  • 24 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes, ainsi que la lettre 63.

42Je pense que vous devez être fort occupé en ce moment. Je remets ma visite à plus tard. J’irai vous serrer la main dans la seconde semaine de janvier24.

43Veuillez me croire votre bien dévoué.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.
Becker, 1986, p. 204-205.

Notes

1 Il est possible que cette lettre date, en réalité, du 16 janvier 1873, et qu’elle fasse suite à la lettre 71, qui provient de la même collection.

2 S’agirait-il d’une séance de pose, chez un photographe ?

3 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes. Sur Philippe Buisson (1833-1882), voir aussi Alphonse Daudet, « Mon tambourinaire » (1994, p. 215-223).

4 Le dimanche 11 février 1872, Buisson avait participé au onzième « festival populaire » donné, en matinée, au Châtelet ; il avait joué sur le galoubet des « airs nationaux de la Provence », arrangés pour orchestre par Émile Pessard. Le mercredi 21 février, il avait commencé une série de représentations à l’Alcazar, le célèbre caféconcert de la rue du Faubourg-Poissonnière que les frères Goncourt appelèrent « l’Opéra du voyou » (1956, t. II, p. 33).

5 Marius Roux.

6 Le 24 février, Buisson remercia Zola de sa « charmante lettre, si pleine de poésie » : « Elle sera pour moi comme un talisman chez lequel je puiserai du courage, toutes les fois que je serai appelé à rossignoler sur l’instrument chéri de la Provence » (arch. familiales). Voir la lettre suivante.

7 Voir la lettre précédente, ainsi que l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

8 Vraisemblablement au café-concert des Champs-Élysées où Alphonse Daudet l’entendit jouer, après son passage à l’Alcazar (1994, p. 223).

9 Le 11 juin, Buisson répondit : « Votre fine et délicate attention m’ont largement dédommagé de ce contretemps. Je reconnais un peu tardivement votre juste observation, je n’aurais jamais dû jouer cette vieille et suave musique devant ce public cascadeur et inconvenant, qui n’a du respect et de l’admiration que pour les excentricités et les immoralités. » Et il ajouta : « Je suis bien aise de vous faire savoir que mon ancien directeur n’a pas été étranger à cette cabale, […] cet ignoble personnage a voulu se venger sur moi de la saisie que mon huissier lui a faite l’autre soir, il paraît que la chose n’est pas rare dans ce milieu dégoûtant » (lettre datée, par erreur, du 11 mai 1872, arch. familiales). Comme nous l’apprend la lettre qu’il envoya à Zola le 11 février 1881, de Marseille (ibid.), le directeur en question était celui de l’Alcazar, Arsène Goubert.

10 S’agirait-il de l’huissier Charles Monet, à qui Zola écrivit le 16 août 1872 (t. X, lettre S 21) ?

11 Il s’agit sans doute de la première édition Charpentier du roman, pour laquelle Zola révisa le texte de l’édition Lacroix. Le romancier avait signé un traité avec Georges Charpentier et Maurice Dreyfous le 22 juillet 1872. Le 6 septembre, Charpentier lui demanda de « corriger le plus tôt possible les épreuves de La Curée [qu’il avait] en mains » ; il espérait mettre le livre en vente « dans les premiers jours d’octobre » (Becker, 1980, p. 17).

12 Voir la lettre précédente ainsi que l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes. Selon Paul Alexis (1882, p. 88), Charpentier avait acheté à Lacroix, moyennant 400 francs chacun, les deux premiers volumes de la série. Jean-Yves Mollier précise que cette somme de 400 francs était le prix moyen, depuis le milieu du siècle, de la propriété littéraire d’une œuvre moyenne publiée en petit volume in-18 par Gervais Charpentier, le père du nouvel éditeur de Zola (1988, p. 219).

13 Jean-Yves Mollier nous apprend que Lacroix était en état de cessation de paiement dès le 3 février 1872. Un de ses créanciers avait demandé et obtenu l’ouverture de la faillite le 22 juin, et le tribunal de commerce avait rendu son jugement le 23 juillet (1993, p. 256-257). Apparemment, l’éditeur ne pouvait juridiquement laisser partir Zola, puisque le romancier, étant son débiteur (→ lettre 55, n. 4), « appartenait aux créanciers » de la Librairie Internationale (ibid., p. 258).

14 Surnom du journaliste Édouard Sylvin, alors secrétaire de la rédaction du Phare de la Loire, de Nantes (→ t. X, lettre S 19, n. 1).

15 Théophile Guérin, secrétaire de la rédaction de La Cloche de Louis Ulbach et ancien fondé de pouvoir, à Paris, de l’éditeur de Zola, Albert Lacroix.

16 Sylvin venait d’écrire à Zola, de Nantes : « J’espère que vous avez reçu le Phare où j’ai mis une petite note pour vous. Si vous ne l’avez pas j’ai un numéro que je vous enverrais » (arch. familiales). La « petite note » en question – qui était en fait un assez long entrefilet – avait paru le 23 octobre, dans le numéro du Phare daté du lendemain : voir t. II, lettre 156, n. 6.

17 Le Ventre de Paris fut mis en vente le 19 avril 1873. Dans sa lettre précitée, Sylvin poursuivait : « Je compte sur vos Halles pour parler longuement de votre œuvre. J’aurai alors une franchise qu’un esprit indépendant comme le vôtre comprendra. »

18 Le roman parut en feuilleton dans L’État, le quotidien qui succéda à La Cloche à la fin de 1872, du 12 janvier au 17 mars 1873. Le 9 janvier, le directeur du Corsaire, Édouard Portalis, écrivit à Zola : « Je crois devoir […] vous prévenir que vous n’aviez pas le droit de laisser vendre par vos éditeurs au journal L’État le roman dont nous avions causé. Tout au moins auriez-vous dû nous informer au préalable de votre détermination nouvelle. Vous vous étiez engagé en effet verbalement avec moi et avec Mr Abbadie à nous donner la primeur de cet ouvrage » (BNF, MSS, n.a.f. 24523, fo 84). On se rappelle que Le Corsaire avait été suspendu par le gouverneur militaire de Paris pour avoir publié, dans son numéro daté du 22 décembre 1872, l’article de Zola intitulé « Le lendemain de la crise » (→ t. II, lettre 159, n. 2).

19 On se rappelle que Maurice Dreyfous était alors l’associé de l’éditeur Georges Charpentier.

20 Simon Raçon, l’imprimeur du Ventre de Paris et de La Conquête de Plassans.

21 Il s’agit sans doute de la huitième feuille d’impression de la première édition Charpentier de La Fortune des Rougon, qui parut à la fin de décembre 1872 (→ t. II, lettre 156). Les feuilles comprenaient 36 pages. Le texte de l’édition comporte plus de 170 variantes à celui de l’édition Lacroix.

22 C’est dans Le Sémaphore de Marseille du 3 décembre 1872 que Zola parla du nouveau livre d’Édouard Laboulaye, Questions constitutionnelles, lequel paraissait chez Charpentier au moment où l’Assemblée nationale se préparait à désigner les trente membres de la commission chargée de préparer un « projet de loi pour régler les attributions des pouvoirs publics et les conditions de la responsabilité ministérielle ». Dans sa « Lettre de Paris » datée du 1er décembre, Zola écrivit : « Ce livre, qui est le résumé de vingt-cinq ans de travail, paraît avoir été écrit hier, et uniquement pour les besoins que nous traversons. À mon sens, M. Laboulaye doit être nécessairement nommé membre de la Commission des trente membres ; il rendra de très grands services, en exposant ses idées, que je conseille à tout le monde d’étudier dans son très bel ouvrage. »
Édouard Laboulaye (1811-1883) s’inscrivit au barreau de Paris en 1842, après avoir monté avec son frère une fonderie en caractères. Dès 1844, il devint membre de l’Académie des inscriptions et en 1849 il fut nommé professeur d’histoire des législations comparées au Collège de France. Quatre fois candidat libéral au Corps législatif sous le Second Empire, il fut élu député de la Seine en 1871 : il siégea au centre gauche et soutint le gouvernement de Thiers. Administrateur du Collège de France à partir de 1873, il devint, en 1875, sénateur inamovible. On peut citer, parmi ses nombreux ouvrages, Histoire politique des États-Unis (3 vol., 1855-1856), La Liberté religieuse (1856), L’État et ses limites (1863), Paris en Amérique (1863), ainsi qu’un roman, Le Prince Caniche (1868). Il édita les œuvres complètes de Montesquieu (1875-1879) et fonda, en 1855, la Revue historique du droit. Il ne fit pas partie, précisons-le, de la commission des Trente.

23 C’est-à-dire pour toucher les cinq cents francs mensuels que Charpentier lui versait à cette époque. Aux termes du traité qu’il avait signé le 22 juillet 1872, Zola devait fournir deux romans par an, ce qu’il ne fit jamais.

24 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes, ainsi que la lettre 63.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search