Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1870

Texte intégral

58*. À Louis Ulbach

1Paris, 27 mai 1870

  • 1 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. II (lettre 88). Voir aussi l’édition réali (...)

2Cher monsieur1,

3Selon votre désir, je viens vous faire par écrit les offres que je vous ai déjà faites de vive voix. J’ai grand besoin, en ce moment, de gagner quelque argent, et, pour arrondir mon gain, je serais très heureux de collaborer plus activement à La Cloche.

4Voici donc ce que je vous propose :

5Je continuerai à vous donner mes articles Variétés. Mais je vous adresserai en outre, chaque semaine, une lettre signée d’un pseudonyme, qui serait publiée en tête du journal. Cette série de lettres aura pour titre : Lettres de Labienus. Labienus m’a semblé un bon pseudonyme, car il dit bien ce qu’il veut dire.

6Dans ces lettres, je tâcherai de faire croire que le signataire appartient à quelque corps de l’État. D’ailleurs, j’ai préféré vous envoyer tout de suite un article spécimen. Je chercherai surtout, dans les articles suivants, à donner des faits, car le premier n’est guère qu’une diatribe.

7Quant aux conditions d’argent, je crois pouvoir vous demander pour le tout cinq cents francs par mois. Il y aura quatre grandes chroniques de tête et quatre articles Variétés. Ce prix vous convient-il ? Un mot de réponse, je vous prie, et faites quand même passer tout de suite l’article ci-joint, car il perdrait toute actualité à attendre.

8Je veux vous dire aussi un mot de mon roman. Le titre est La Curée, avec ces deux vers de Barbier :

Du sang chaud, de la chair, allons, faisons ripaille
Et gorgeons-nous tout notre soûl !

9J’y étudie les fortunes rapides nées du Coup d’État, l’effroyable gâchis financier qui a suivi, les appétits lâchés dans les jouissances, les scandales mondains, etc. Comme sujet dramatique, j’ai choisi le sujet de la Phèdre antique, accommodé à nos mœurs. Comme cadre, j’ai pris le monde des parvenus, ceux qui ont gagné des millions dans les démolitions et les reconstructions de Paris. C’est, comme vous voyez, un roman tout moderne, tout parisien, une violente satire écrite à peu près dans le genre des articles que je vous ai donnés dernièrement : les Épaules de la Marquise, Catherine, le Jeûne, etc. Je crois tout naïvement à un succès, car je soigne l’œuvre avec amour, et je tâche de lui donner une exactitude extrême et un relief saisissant. Voyez si cela vous convient, et, dans ce cas, annoncez La Curée, quand il vous plaira. Je vais avancer le roman le plus que je pourrai.

10Croyez-moi votre bien dévoué et bien reconnaissant.

L.a.s., coll. François Labadens.
Becker, 1986, p. 202-203.

59*. À Alexandre Glais-Bizoin

11Bordeaux, 20 décembre 1870

12Cher maître,

  • 2 C’est-à-dire un poste de secrétaire, aux appointements de 500 francs par mois. Zola s’était entret (...)

13J’ai réfléchi à la situation que vous avez bien voulu m’offrir auprès de vous2, et, tout bien examiné, je la préfère pour le moment à toute autre.

14Je me permettrai d’aller vous voir demain matin pour nous entendre et me mettre à vos ordres.

15Votre bien dévoué et bien reconnaissant.

L.a.s., coll. Eric Oechslin.

Notes

1 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. II (lettre 88). Voir aussi l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

2 C’est-à-dire un poste de secrétaire, aux appointements de 500 francs par mois. Zola s’était entretenu le jour même avec Glais-Bizoin, à qui il avait écrit le 7 décembre, de Marseille (t. II, lettre 101). Voir les lettres qu’il envoya le 20 et le 21 décembre à Alexandrine et Émilie Zola (ibid., lettres 111 et 112).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search