Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1869

Texte intégral

53. Au maire et aux membres du conseil municipal d’Aix

1Paris, 15 janvier 1869

2Monsieur le Maire et Messieurs les membres du conseil municipal,

  • 1 Cette lettre clôt la correspondance consacrée par Zola à la tâche privée qui l’avait mobilisé pend (...)

3Je m’empresse, Messieurs, de vous témoigner toute ma gratitude1. Je savais que je ne rappellerais pas les travaux de mon père sans que votre générosité ne s’émût des retards mis à récompenser la mémoire d’un homme qui s’est dévoué aux intérêts des citoyens que vous représentez si dignement.

4Mais, malgré la certitude que j’avais de ne pas m’adresser inutilement à vos cœurs, j’ai été profondément touché de l’unanimité avec laquelle vous avez bien voulu voter une récompense civique à l’ingénieur François Zola. Je sais maintenant que ma demande était le vœu de tous.

  • 2 Le 25 janvier 1869, le maire d’Aix, Pascal Roux, adressa à Zola une ampliation de la délibération (...)

5Si je ne suis pas un fils de votre ville, j’ai grandi à Aix et je me considère un peu son enfant d’adoption. Aujourd’hui un nouveau lien m’attache fortement à elle2.

6Veuillez croire à ma reconnaissance profonde et à l’assurance de mes sentiments les plus dévoués.

Demangeot, 2002, p. 185.

54. À Eugène Pelletan

7Paris, 15 février 1869

  • 3 Voir, dans le t. II, la lettre que Zola avait adressée à Théodore Duret le 9 janvier 1869 (lettre (...)
  • 4 Nous ne possédons pas la réponse de Pelletan. Zola publia son dernier article de la « nouvelle » T (...)

8Je vis de ma plume, comme un ouvrier vit de son outil, et, sous peine de famine, je dois m’assurer une besogne fixe et certaine. L’incertitude où je suis sur ma position à La Tribune me cause de grands soucis3. Si cette position n’était pas solide, si je devais la perdre d’un jour à l’autre, je voudrais être averti pour chercher du travail ailleurs. [Zola a besoin d’une certitude.] Si […] vous pensez que vos lecteurs se sont habitués à moi et que certains d’entre eux aiment à lire mes articles ; si, en un mot, vous croyez que ma collaboration soit utile au journal, arrêtez ma position, mes appointements. Ce que je demande c’est un oui ou un non, le plus tôt possible. […] Je serai heureux de continuer à travailler dans un journal où depuis huit mois je fais le coup de feu sans relâche4.

Extr. de cat., vente Piasa du 23 mars 2009.

55*. À Albert Lacroix

  • 5 Nous avons publié ce brouillon d’un projet de traité pour le premier roman de la série des Rougon- (...)

9Paris, 7 avril 18695

10Cher monsieur,

11D’après nos conversations, il a été convenu entre nous ce qui suit :

  • 6 S’agirait-il de la date à laquelle Zola commença la préparation directe de La Fortune des Rougon ? (...)

12Vous aurez l’obligeance de m’avancer cinq cents francs sur un roman que j’ai commencé le 1er avril6 et que vous publierez après qu’il aura passé dans un journal.

13Comme garantie, je vous ai remis deux billets payables fin juin, l’un de trois cents francs et l’autre de deux cents francs.

  • 7 Henri Mitterand (1959) a montré que c’est entre le 1er juillet et le 27 août 1869 que Zola négocia (...)

14Ces billets seront renouvelables dix jours à l’avance dans le cas où la publication de mon [roman] dans un journal n’aurait pas commencé le 15 juin7.

15Mais dès que cette publication aura lieu, je vous donne par cette lettre une délégation pour que vous ayez à toucher sur mes premiers droits d’auteur la somme de cinq cents francs que vous m’avez avancée. Les billets seront dès lors nuls, et ce sera vous qui aurez à les payer à l’échéance.

  • 8 Lacroix ne mentionna pas ces avances mensuelles dans la réponse qu’il adressa à Zola le 8 avril 18 (...)

16Cette lettre n’est que provisoire. Dès que je vous présenterai un traité définitif conclu entre un journal et moi et m’assurant la publication de mon roman, vous me remettrez, régulièrement, cinq cents francs par mois jusqu’à concurrence de deux mille francs, prix probable de la publication du roman dans le journal8.

17Il est entendu que tous les frais d’escompte et d’intérêts, s’il y en a, seront à ma charge.

  • 9 Voir la lettre 51.

18Quant à la vente que je vous ferai de la première édition de mon roman, elle aura lieu sur les mêmes bases que pour Madeleine Férat9, sauf nouveaux arrangements pris de commun accord s’il y a lieu.

L.a.s. (brouillon), coll. Le Blond-Zola.
Becker, 1983, p. 173.

56*. À Gustave Vapereau

19Paris, 21 juin 1869

  • 10 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes. Sur Gustave Vapereau, vo (...)

20Cher monsieur10,

21Permettez-moi de vous recommander un de mes bons amis, qui réclame une petite place dans votre Année littéraire.

22Vous m’avez toujours donné une si bienveillante hospitalité, que je vous envoie M. Marius Roux sans hésiter, certain que vous le traiterez avec toute la sympathie que vous accordez d’ordinaire aux jeunes journalistes et aux jeunes romanciers.

23Merci, pour ma part, des lignes que vous avez bien voulu consacrer à ma dernière œuvre, et veuillez me croire votre tout dévoué.

L.a.s., coll. François Labadens.
Becker, 1983, p. 174.

57*. À Marius Topin

24Paris, 27 décembre 1869

25Monsieur,

  • 11 C’est-à-dire L’Homme au masque de fer. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers (...)

26J’ai mis bien longtemps à vous remercier de l’envoi que vous avez bien voulu me faire de votre dernier ouvrage11. Mais, très occupé en ce moment, je n’ai pu le lire qu’avec lenteur, et je voulais au moins vous remercier en connaissance de cause.

  • 12 Zola y avait publié son dernier compte rendu dans le numéro daté du 30 septembre.

27J’aurais désiré parler de votre livre dans Le Gaulois. J’ai quitté ce journal, juste au moment où je recevais l’exemplaire qui m’était destiné12. Il m’a donc fallu garder pour moi tout le bien que je pense de votre talent à la fois si ingénieux et si ferme. Je suis absolument convaincu que vous avez enfin trouvé la vérité. Je ne suis qu’un romancier, et mon suffrage sera sans doute de peu de poids auprès de vous ; mais je n’en tiens pas moins à vous faire savoir que vous avez en moi un croyant.

28Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

Becker, 1983, p. 175.

Notes

1 Cette lettre clôt la correspondance consacrée par Zola à la tâche privée qui l’avait mobilisé pendant plusieurs mois en 1868 : faire donner le nom de son père à une rue d’Aix. Il savait, depuis la mi-novembre 1868, que le conseil municipal de la ville avait décidé à l’unanimité de donner le nom de François Zola au boulevard du Chemin-Neuf, mais il n’avait pas encore reçu, le 4 décembre (→ t. II, lettre 48), la copie de la délibération du conseil. Or, à cette date, le conseil attendait toujours le décret impérial approuvant sa décision : ce décret fut signé le 29 décembre 1868.

2 Le 25 janvier 1869, le maire d’Aix, Pascal Roux, adressa à Zola une ampliation de la délibération du conseil municipal et du décret impérial. Il précisa dans sa lettre : « J’ai donné des ordres pour que la délibération du conseil municipal, sanctionnée par l’Empereur, reçoive immédiatement son exécution » (Demangeot, 2002, p. 186).
En 1938, le boulevard François-Zola devint le boulevard François-et-Émile-Zola. Le 13 décembre 1940, la « délégation spéciale » qui dirigeait alors la commune d’Aix décida d’enlever au boulevard le nom du romancier, et en même temps de rendre leur ancienne dénomination aux avenues Anatole-France et Jules-Ferry. L’administration préfectorale refusa, cependant, d’approuver ces changements, puisqu’il s’agissait de « voies portant le nom de célébrités ayant contribué à la gloire de la France, comme savants ou écrivains, ou à l’œuvre d’extension de notre Empire colonial » (ibid., p. 311).

3 Voir, dans le t. II, la lettre que Zola avait adressée à Théodore Duret le 9 janvier 1869 (lettre 59).

4 Nous ne possédons pas la réponse de Pelletan. Zola publia son dernier article de la « nouvelle » Tribune – c’est-à-dire le journal bihebdomadaire, exclusivement politique, qui parut du 4 février au 11 juillet 1869 – dans le numéro daté du 18 février.
Le 28 juin, Zola écrivit à Duret : « Ce que je désire, si je rentre à La Tribune, c’est d’abord avoir des appointements fixes, et c’est ensuite avoir un article dans le premier numéro du journal transformé » (t. II, lettre 75). Et il est permis de penser que le romancier obtint les appointements souhaités, car c’est le 29 juin, semble-t-il, que Duret lui envoya la lettre suivante, datée de « samedi matin » : « Votre position a été fixée hier par le comité du nouveau journal. Vous êtes définitivement engagé au titre que vous savez et aux appointements de quatre mille francs. /Demain on doit se réunir de nouveau pour fixer la date de la publication » (BNF, MSS, n.a.f. 24518, fo 399 ; c’est dans le numéro daté du 4 juillet que la direction de La Tribune annonça pour la première fois la date de publication du nouvel hebdomadaire).
Zola collabora régulièrement à la Tribune hebdomadaire du 18 juillet au 9 janvier 1870, date du dernier numéro paru. Le 6 janvier, Duret lui écrivit : « Je n’avais pas réfléchi l’autre jour, quand vous êtes venu me voir, que je n’avais plus légalement le droit d’engager en quoi que ce soit La Tribune comme gérant. En vue de la nouvelle combinaison quotidienne proposée, j’ai en effet donné ma procuration à un tiers pour ratifier tous les arrangements à prendre. […] Je regrette ce petit contretemps qui m’empêche de vous obliger comme je l’eusse désiré. Dans tous les cas, je ferai en sorte que dans la liquidation qui va se faire, vous soyez payé des premiers » (BNF, fo 251). Le projet de quotidien n’aboutit pas.

5 Nous avons publié ce brouillon d’un projet de traité pour le premier roman de la série des Rougon-Macquart dans le t. I (lettre 170), en le datant par erreur du 7 avril 1867. Dans son article de 1983, paru dans Les Cahiers naturalistes, Colette Becker ajoute au texte correctement daté les mots et la date que Zola écrivit en bas du deuxième feuillet de l’original : « Remis à Lacroix avec un reçu de 491 F. 60 pour le billet, l’escompte déduit. 7 avril. »

6 S’agirait-il de la date à laquelle Zola commença la préparation directe de La Fortune des Rougon ? Comme le signale Robert Lethbridge (1977, p. 37), il écrivit au verso du premier feuillet de son manuscrit une autre date, celle du 4 juin 1869 ; c’est dans la première semaine d’avril, au demeurant, que les Zola s’installèrent dans leur pavillon de la rue La Condamine.

7 Henri Mitterand (1959) a montré que c’est entre le 1er juillet et le 27 août 1869 que Zola négocia la publication de La Fortune des Rougon dans Le Siècle. La première livraison parut dans le numéro daté du 28 juin 1870.

8 Lacroix ne mentionna pas ces avances mensuelles dans la réponse qu’il adressa à Zola le 8 avril 1869 : « Nous avons l’honneur de vous accuser réception de votre lettre d’hier et de vous relater par la présente ce qui a été convenu entre nous : nous vous avons avancé une somme de cinq cents francs sur un roman que vous venez de commencer et que nous publierons après qu’il aura paru dans un journal. Comme garantie, vous nous avez remis deux billets payables fin juin, l’un de 300 fr et l’autre de 200 fr. Ces billets seront renouvelables à vos frais dix jours à l’avance, dans le cas où la publication de votre roman dans un journal n’aurait pas commencé le 15 juin ; mais dès que cette publication aura lieu, votre susdite lettre nous tiendra lieu de délégation pour toucher sur vos premiers droits d’auteur la somme de cinq cents francs que nous vous avons avancée et dès lors c’est nous qui aurons à payer les billets à l’échéance. Les frais d’escompte seront à votre charge. /D’autre part vous nous cédez l’édition de votre roman aux mêmes conditions que Madeleine Férat, sauf nouveaux arrangements que nous pourrions prendre de commun accord » (arch. familiales ; la lettre est adressée à Monsieur Émile Zola, 14, rue de la Paix, Batignolles/Paris – c’est l’ancien nom, qui venait d’être changé, de la rue La Condamine).
Nous savons toutefois que Lacroix versa au romancier la somme demandée, puisqu’il signa, le 16 décembre 1869, un reçu ainsi libellé : « Reçu de M. Émile Zola la somme de deux mille francs en remboursement de mes avances pour compte du Siècle, sur le premier roman stipulé et approuvé » (arch. familiales). On voit que les termes réels du contrat négocié pour La Fortune des Rougon étaient différents de ceux que Zola évoqua en 1880, devant Fernand Xau : « Je devais écrire un roman par semestre, que Lacroix m’éditerait moyennant une avance de 3,000 francs. Cela faisait 6,000 francs par an » (Xau, 1880, p. 38).
Le reçu de décembre 1869 semble indiquer, par ailleurs, que Zola s’acquitta de sa dette envers Lacroix avant de redevenir son débiteur pour La Curée. Au cours de son interview précitée, il dit à Xau : « Lorsque la maison Lacroix sombra, j’étais son débiteur d’une somme de quelques mille francs, […] mais Lacroix, dont la situation était obérée, m’avait fait faire des renouvellements pour une somme d’au moins vingt mille francs. /Par suite, je fus poursuivi, traqué, et je dus prendre des arrangements pour le mieux » (Xau, p. 39).

9 Voir la lettre 51.

10 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes. Sur Gustave Vapereau, voir les Notices biographiques du t. I.

11 C’est-à-dire L’Homme au masque de fer. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes ; sur Marius Topin, voir t. II, lettre 232, n. 3.

12 Zola y avait publié son dernier compte rendu dans le numéro daté du 30 septembre.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search