Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1867

Texte intégral

39*. À Jules Noriac

1Paris, 2 avril 1867

  • 1 Jules Cairon, dit Jules Noriac (1827-1882), collabora à divers journaux, notamment au Figaro de Vi (...)

2Monsieur et cher confrère1,

3On me confie que vous allez faire partie de la rédaction du nouveau journal La Situation, qui doit paraître le 14 mai.

4N’y aurait-il pas un petit coin pour moi dans cette feuille ? Ne sachant à qui m’adresser pour savoir si les cadres sont remplis, je me suis décidé à vous écrire, après m’être souvenu de vous avoir entrevu parfois dans les bureaux du Figaro. C’est là, je sais, un titre assez mince à votre obligeance, mais vous excuserez mon importunité.

  • 2 C’est-à-dire le Salon et la section d’art de l’Exposition universelle qui se tenait au Champ-de-Ma (...)

5Je suis las de la petite presse et je désire vivement creuser mon trou dans un grand journal. Mon apprentissage a été assez rude et je me crois armé pour la lutte. Veuillez me dire si je puis tenter une démarche et à quelle porte je dois frapper. Je n’ose vous prier de me présenter vousmême, dans le cas où la rédaction ne serait pas complète. Voici les emplois que je pourrais occuper : critique dramatique, critique littéraire ou critique artistique. A-t-on quelqu’un pour parler des deux expositions de peinture2 ? Ne se déciderait-on pas à donner un bulletin bibliographique, pareil à celui que j’ai publié pendant un an dans L’Événement ? Enfin le feuilleton théâtral est-il déjà donné, ne pourrais-je y dire tout haut ce que depuis longtemps je pense tout bas des pièces contemporaines ?

6Je vous serais vivement reconnaissant, si vous pouviez me donner quelques renseignements et quelques conseils. J’avais songé à aller vous voir ; mais, comme la question est encore très vague, je n’ai pas voulu vous déranger avant d’avoir des certitudes. S’il y avait vraiment quelque chose à faire, je vous prierais de me fixer une heure à laquelle je serais certain de vous rencontrer chez vous.

7Merci à l’avance, quoi qu’il arrive, et veuillez me croire votre dévoué confrère.

L.a.s., coll. François Labadens.
Becker, 1983, p. 165-166.

40*. À Charles Coligny ?

8Paris, 8 juin 1867

9Monsieur,

  • 3 Titre primitif de Thérèse Raquin. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers natu (...)

10Le mal est réparé, j’ai refait le début d’Un mariage d’amour3.

11Veuillez m’adresser au plus tôt les épreuves, afin que j’aie quelques jours devant moi pour les corriger.

12Dites, je vous prie, à M. Arsène Houssaye que je suis très sensible à la bonne pensée qu’il a de faire insérer quelques réclames pour annoncer la publication du roman. Je le remercie à l’avance.

13Je le laisse libre de publier l’œuvre en deux fois ou en trois fois. S’il a de la place, je lui conseille pourtant de la publier en deux fois. Le public aime à ne pas trop attendre.

14Recevez, je vous prie, mes salutations empressées.

151, rue Moncey, Batignolles.

16Il est entendu que M. Houssaye a entre les mains la moitié du roman. Je lui remettrai le reste de l’œuvre vers le 20 août.

L.a.s., coll. Dr Pierre C.V. Bastien.
Becker, 1983, p. 166-167.

41. À Albert Lacroix

17Paris, 27 septembre 1867

  • 4 Sur Albert Lacroix, le premier éditeur de Zola, voir les Notices biographiques du t. I.

18Cher monsieur4,

  • 5 Ce projet de traité fait suite à la lettre que Zola avait envoyée à Lacroix le 13 septembre 1867 ( (...)

19Je consens à vous donner à éditer mon dernier roman : Thérèse Raquin, aux conditions suivantes, qui sont les vôtres développées et expliquées5.

  • 6 C’est-à-dire 600 exemplaires exonérés de droits d’auteur. Comme le signale Jean-Yves Mollier, les (...)
  • 7 Jean-Yves Mollier voit dans cette proposition une autre concession faite à Lacroix, puisque la nor (...)

20Vous tirerez la première édition à 1 500 exemplaires in-18 et je vous autorise à faire imprimer une quadruple passe6 sur laquelle vous me donnerez 150 exemplaires pour la publicité. Je toucherai un droit de 10 % sur le prix de catalogue, soit, pour la 1re édition, 30 c. par volume, le prix du volume étant de 3 francs. La somme totale que j’aurai à toucher sera donc de 450 fr. dont moitié me sera payée le jour de la mise en vente de l’édition et moitié trois mois après7.

21Je vous abandonne le droit de reproduction dans les journaux et, s’il y a lieu des traductions de l’œuvre en langues étrangères, nous partagerons par moitié le prix de ces traductions.

22L’œuvre vous appartiendra, vous pourrez en faire de nouvelles éditions ou de nouveaux tirages, sauf à me payer le jour de la mise en vente des nouvelles éditions ou nouveaux tirages le 10 % sur le prix de catalogue de la totalité des exemplaires tirés.

23Toutefois, si, après l’épuisement complet d’une édition, vous refusiez de réimprimer l’ouvrage, au bout d’un délai de six mois, je rentrerais en possession de la propriété de l’œuvre. Vous comprenez que je ne puis courir le risque de laisser entre vos mains une propriété dont vous n’useriez pas.

24Enfin, dans un délai de dix ans, il me sera permis de joindre Thérèse Raquin à mes autres ouvrages et d’en faire, s’il y a lieu, usage dans mes œuvres complètes. Ceci est une simple précaution. Il est entendu que vous auriez d’ailleurs le droit de vendre les exemplaires qui pourraient rester dans vos magasins et que je reprendrai Thérèse Raquin non pour la publier séparément mais uniquement pour la publier avec la totalité de mes œuvres.

  • 8 Un des quatre gérants de la Librairie Internationale, avec Lacroix, Verboeckhoven et Wolfcarius.

25Veuillez, cher monsieur, me répondre en reproduisant les diverses conditions ci-dessus énoncées, et je remettrai ensuite la copie du roman à M. Lequeux8.

  • 9 Thérèse Raquin parut à la fin de novembre 1867.

26Il faut que Thérèse Raquin paraisse au plus tard le dix novembre car il est nécessaire que j’aie au moins un mois devant moi pour la publicité, et vous savez que les livres d’étrennes encombrent la place dès le milieu de décembre9. À l’arrivée de votre réponse, je suis d’avis que l’impression commence.

27Votre tout dévoué.

L.a.s. (copie), fonds Flammarion, IMEC.
Becker, 1983, p. 167-168.

42*. À Marius Roux

28[Paris] 27 septembre 1867

29Mon cher Marius,

  • 10 Où la troupe du théâtre du Gymnase répétait le drame en cinq actes tirés par Zola et Roux des Myst (...)

30Cette nuit, j’ai pensé que, décidément, ma présence ne ferait pas mal à Marseille10.

31Donc je vais tenter d’avoir un laissez-passer, et, si j’en obtiens un, je fais mes malles.

32Je viens d’écrire à Bellevaut pour le prier de retarder la première jusqu’à samedi. Je te préviens de l’envoi de cette lettre, pour que tu puisses en parler à Peise, si tu le juges nécessaire.

33D’ailleurs rien n’est décidé. Je dis à Bellevaut : « Ne m’attendez pas, passé le 5. » Demain, je vais me mettre en campagne, et, dès que j’aurai un résultat, bon ou mauvais, je t’écrirai.

34Il faudrait que je puisse partir mercredi.

35À toi.

L.a.s., University College London.
Becker, 1983, p. 169.

43*. À Marius Roux

36Paris, 9 novembre 1867

37Mon cher ami,

38Je t’ai attendu, hier soir.

  • 11 C’est-à-dire la publication du drame tiré des Mystères de Marseille. Voir l’édition réalisée par C (...)

39Je n’ai aucune nouvelle. Mes rapports avec Arnaud tendent à devenir assez froids. Je crois, comme toi, que notre affaire ne se fera pas11. Pourtant, il ne faut pas lâcher pied, par amour-propre ; il est bon de ne nous retirer que devant un refus catégorique. Le beau rôle sera pour nous. Je te conseille donc d’écrire de nouveau à Arnaud et de le mettre au pied du mur. Nous verrons ce qu’il répondra.

  • 12 À cette époque, Zola recevait ses amis le dimanche, et non le jeudi. Voir Pagès et Morgan, 2002, p (...)

40Nous ne pourrons encore nous réunir dimanche12. Il y a des empêchements. D’ailleurs viens me serrer la main, un de ces soirs.

41À toi.

L.a.s., University College London.
Becker, 1983, p. 170.

Notes

1 Jules Cairon, dit Jules Noriac (1827-1882), collabora à divers journaux, notamment au Figaro de Villemessant, avant de devenir, en 1867, directeur des Bouffes-Parisiens. Il écrivit, seul ou en collaboration, plusieurs pièces pour ce théâtre et publia de nombreux romans, dont La Bêtise humaine (1860), La Dame à la plume noire (1862), Mademoiselle Poncet (1865), La Falaise de Houlgate (1877). Voir aussi l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

2 C’est-à-dire le Salon et la section d’art de l’Exposition universelle qui se tenait au Champ-de-Mars.

3 Titre primitif de Thérèse Raquin. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

4 Sur Albert Lacroix, le premier éditeur de Zola, voir les Notices biographiques du t. I.

5 Ce projet de traité fait suite à la lettre que Zola avait envoyée à Lacroix le 13 septembre 1867 (t. I, lettre 199). Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

6 C’est-à-dire 600 exemplaires exonérés de droits d’auteur. Comme le signale Jean-Yves Mollier, les contrats d’édition de l’époque stipulaient normalement une simple passe, soit 10 % des exemplaires tirés. Et il poursuit, à propos de la lettre de Zola : « Nous n’avons jamais rencontré d’exemple de triple passe, a fortiori de quadruple main de passe avant cette date. Aussi la proposition de Zola doit-elle être lue comme une tentative aberrante de forcer la main de l’éditeur en introduisant dans son esprit une tentation mirifique » (Mollier, 1988, p. 216).

7 Jean-Yves Mollier voit dans cette proposition une autre concession faite à Lacroix, puisque la norme de l’époque était de verser à l’auteur la totalité de ses droits dès la signature du dernier bon à tirer : le caractère aléatoire de la vente était ainsi supporté par l’éditeur seul, et non par l’auteur (op. cit., p. 217).

8 Un des quatre gérants de la Librairie Internationale, avec Lacroix, Verboeckhoven et Wolfcarius.

9 Thérèse Raquin parut à la fin de novembre 1867.

10 Où la troupe du théâtre du Gymnase répétait le drame en cinq actes tirés par Zola et Roux des Mystères de Marseille. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

11 C’est-à-dire la publication du drame tiré des Mystères de Marseille. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

12 À cette époque, Zola recevait ses amis le dimanche, et non le jeudi. Voir Pagès et Morgan, 2002, p. 130.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search