Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1866

Texte intégral

32-A*. À Édouard Charton

1Paris, 5 janvier 1866

  • 1 Édouard Charton (1807-1890) fit des études de droit, puis devint en 1829 rédacteur en chef du Jour (...)

2Cher monsieur1,

  • 2 Colette Becker a indiqué le contenu de ce brouillon de lettre dans le t. I (lettre 139, n. 5), en (...)

3J’ai songé aux Héroïsmes, et je crois avoir trouvé un bon plan2. Je vous en donne l’idée première pour savoir si je dois continuer à marcher dans ce sens.

  • 3 Zola abrège la pensée suivante de Montesquieu : « Si je savais quelque chose qui me fût utile, et (...)

4Une phrase de Montesquieu ou de Fénelon, je ne sais plus trop, dit à peu près ceci : Il faut préférer la famille à soi, la patrie à la famille, et l’humanité à la patrie3. Cette phrase, qui me servirait d’épigraphe, contient le plan tout entier. J’aurai trois volumes, trois séries, portant le titre commun : Les Héroïsmes, et les sous-titres de : les Héros de l’humanité, les Héros de la patrie, les Héros de la famille. Tous les traits de dévouement entreraient certainement dans ce cadre qui leur donnerait plus de relief en les classant.

  • 4 Après la mort de Louis Hachette, survenue le 31 juillet 1864, Émile Templier (→ lettre 6, n. 1) av (...)

5M. Templier4, avec lequel j’ai déjà eu une courte conversation à ce sujet, a trouvé les titres charmants. Il recule seulement un peu devant la série : les Héros de l’humanité ; il craint que ce livre ne soit bien difficile à écrire de façon à ne mécontenter personne. Je pense, comme lui, qu’il faudrait beaucoup de délicatesse ; on aurait des croyances à ménager, et il faudrait, avant tout, dire bien nettement en quoi tel personnage a été un héros de l’humanité, pour éviter de paraître établir une parenté entre Socrate et Saint Vincent de Paul, entre les Martyrs et Archimède. Je crois avoir trouvé un moyen de remédier à cet inconvénient : il suffirait, ce me semble, de diviser les héros de l’humanité en trois grandes catégories : les héros de la foi, les héros de la philosophie ou de la raison, les héros de la science. De cette façon, chaque héros étant dans sa niche, bien étiqueté, le livre devient possible.

  • 5 Nous n’avons aucun renseignement sur ce projet.

6Ayez l’obligeance de causer de ce plan avec M. Templier et de m’en dire votre avis, lorsque vous viendrez à la librairie. On se prend d’amour pour les idées ; vous avez lâché mon imagination dans les héroïsmes, et ce serait un chagrin pour moi de ne pas traiter ces sujets que je me plais à caresser depuis une quinzaine de jours. M. Templier m’a d’ailleurs soumis un autre projet auquel je donnerai également suite très volontiers5.

7Une trentaine de héros suffirait par volume, car je voudrais écrire au moins douze à quinze pages sur chaque personnage. Je désirerais faire de chaque récit une courte nouvelle historique, vivante le plus possible, une sorte de petit drame, avec décors vrais et peints largement. Une compilation ne serait pas mon fait. J’ai besoin de composer une œuvre personnelle.

  • 6 Les descendants de Zola conservent des listes de héros de l’humanité établies par le romancier. Pa (...)

8Puis-je chercher les noms de mes héros et vous les présenter ? Il serait bon de commencer par la série délicate à écrire, celle des héros de l’humanité6.

9Veuillez agréer, cher Monsieur, l’assurance de mes sentiments les plus dévoués.

L.a.s. (brouillon), arch. familiales.

33*. À Achille Faure

10Paris, 2 mars 1866

  • 7 Ces lignes sont adressées à Achille Faure, l’éditeur de Mes Haines. Voir l’édition réalisée par Co (...)

11Cher monsieur7,

12Je vous envoie enfin le manuscrit dont je vous ai parlé, il y a près de deux mois.

13J’ai choisi un titre que je crois excellent : Mes Haines, et j’ai écrit une dizaine de pages pour servir de préface et expliquer le titre.

14Je crois l’affaire très faisable, je le répète. Ce ne sera certainement pas un succès, mais la publicité que j’obtiendrai et les exemplaires qui seront vendus compenseront vos frais ; j’espère même qu’il y aura bénéfice pour votre maison, car je vous promets de faire battre la grosse caisse d’une terrible façon.

15Veuillez prendre connaissance du manuscrit : je vous recommande la préface et les articles sur la Vie de Jules César, Proudhon et Courbet, Un catholique hystérique, l’Abbé***, le Supplice d’une femme, etc.

16Vous m’obligeriez en me donnant au plus tôt une réponse définitive. Je voudrais que le volume parût dans le mois d’avril. Veuillez m’écrire un mot dès que vous aurez feuilleté le manuscrit.

17Votre tout dévoué.

18J’ai reçu vos deux derniers volumes et j’en parlerai prochainement. J’annoncerai également les Blagues de l’univers.

  • 8 Zola rendit compte du livre en question, La Rue, dans L’Événement du 26 juin (O. C., t. X, p. 517) (...)

19Quel est donc le titre du prochain volume de Vallès8 ?

L.a.s., coll. Dr R. Broca.
Becker, 1986, p. 201.

34. À Michel Lévy

20[Paris] 10 avril 1866

  • 9 Il s’agit des Apôtres : le livre de Renan était sur le point de paraître chez Michel Lévy, et Zola (...)

21J’apprends que vous avez décidé qu’il serait donné aux journaux des extraits du nouvel ouvrage de M. Renan. Je tiens beaucoup à pouvoir en mettre un sous les yeux de mes lecteurs auxquels j’ai annoncé le livre depuis longtemps9.

  • 10 L’article de Zola parut effectivement le jeudi 12 avril 1866, dans le numéro de L’Événement daté d (...)

22[Il viendra le lendemain chercher ces quelques pages qui paraîtront jeudi soir, précédées et suivies de quelques lignes de lui-même10.]

23Je parle si souvent de volumes médiocres que je tiens beaucoup à me dédommager en m’occupant de l’œuvre importante que vous allez publier.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, juillet 2005.

35*. À Marius Roux

24[Paris] 8 juin 1866,

  • 11 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

25Mon cher Roux11,

  • 12 C’est apparemment le 14 juin que Zola partit, avec Jean-Baptiste Baille, pour Bennecourt, où ils a (...)

26Je regrette de ne pas m’être trouvé chez moi, lorsque tu es venu pour me voir. Je t’attends un de ces soirs, ver les huit heures. Je pars le 15 pour la campagne12.

  • 13 Roux consacra un article à Mes Haines dans le Mémorial d’Aix du 15 juillet 1866. Il donna des extr (...)

27As-tu reçu la brochure et le volume que je viens de publier ? Je compte sur toi pour un article dans le Mémorial13. Merci à l’avance.

28À toi.

L.a.s., University College London.
Becker, 1983, p. 164.

36*. Destinataire inconnu

29Paris, 10 juin 1866

30Mon cher confrère,

  • 14 C’est-à-dire Mon Salon et Mes Haines.

31Avez-vous reçu la brochure et le volume que je viens de publier14 ?

  • 15 La Bibliothèque nationale de France ne conserve aucun numéro de L’Époque paru en 1866 : par conséq (...)

32Vous m’obligerez infiniment en en disant quelques mots dans L’Époque15.

33Merci à l’avance, et tout à vous.

  • 16 En 1865-1866, lorsqu’il indiquait son adresse en bas de ses lettres, Zola écrivait systématiquemen (...)

34142, boulevard du Mont Parnasse [sic]16.

L.a.s. (facs.), cat. libr. Demarest (printemps 2009).

37*. À B.-H. Gausseron

35[Paris] 17 août [1866]

  • 17 Cette lettre fait suite à celle que Zola avait adressée à B.-H. Gausseron le 23 juin 1866 (t. X, l (...)

36Cher monsieur17,

  • 18 Lettre non retrouvée. Sur Gustave Bourdin, directeur-gérant du Figaro bihebdomadaire en 1866, voir (...)

37Si vous n’avez pas fait usage de la lettre que je vous ai remise pour Gustave Bourdin18, veuillez ne pas la lui porter.

  • 19 Gustave Bourdin mourut à Pau en 1870. Il était né à Lons-le-Saunier (Jura) en 1820.

38Il est très gravement malade en ce moment et ne pourrait s’occuper de votre affaire19.

39Votre dévoué.

L.a.s., coll. J. B. Sanders.

38. À Alphonse Lemerre

  • 20 Cette lettre, adressée à l’éditeur Alphonse Lemerre (→ t. VIII, lettre 285, n. 2), fut sans doute (...)

40Paris, 8 [décembre] 186620

  • 21 C’est le 3 décembre 1866 que Zola annonça dans Le Salut public la prochaine publication, chez Leme (...)

41[Zola sera très heureux de parler dans Le Salut public, où il l’a déjà annoncée, de la traduction de L’Iliade par Leconte de Lisle, et il demande que le livre lui soit envoyé dès que paru21.]

42 Le Salut public tire à neuf mille.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 9 décembre 1986.

Notes

1 Édouard Charton (1807-1890) fit des études de droit, puis devint en 1829 rédacteur en chef du Journal de la Société de la morale chrétienne et du Bulletin de la Société pour l’éducation élémentaire. Il fonda en 1833 le Magasin pittoresque, revue illustrée qui obtint un énorme succès populaire, et fut cofondateur, dix ans plus tard, de L’Illustration. Il fut élu, en 1848, représentant de l’Yonne à l’Assemblée constituante, mais donna sa démission en 1849, après avoir été nommé conseiller d’État. À partir de 1860, il dirigea, à la librairie Hachette, Le Tour du monde, hebdomadaire illustré destiné à populariser les voyages et les expéditions outre-mer, puis, en novembre 1864, il devint directeur de la Bibliothèque des Merveilles, collection de vulgarisation des connaissances. Préfet de Seine-et-Oise après le 4-Septembre, il fut élu en 1871 député de l’Yonne, puis, en 1876, sénateur du même département ; il fut réélu en 1882. On peut citer parmi ses ouvrages Voyageurs anciens et modernes (4 vol., 1854-1857), Histoire de France (avec Henri Bordier ; 2 vol., 1859-1860) et Histoire de trois pauvres enfants (un Français, un Anglais, un Allemand) qui sont devenus riches (1864).

2 Colette Becker a indiqué le contenu de ce brouillon de lettre dans le t. I (lettre 139, n. 5), en citant le résumé donné par Denise Le Blond-Zola dans sa biographie de son père, ainsi que la lettre d’encouragement que Charton avait envoyée à Zola à la fin de 1865. Le 8 janvier 1866, Zola apprit à Antony Valabrègue qu’il allait quitter la librairie Hachette à la fin du mois, et il ajouta : « Je remplace mon travail de bureau par la rédaction de certains livres qui me sont commandés chez Hachette » (lettre 139 précitée).

3 Zola abrège la pensée suivante de Montesquieu : « Si je savais quelque chose qui me fût utile, et qui fût préjudiciable à ma famille, je la rejetterais de mon esprit. Si je savais quelque chose utile à ma famille, et qui ne le fût pas à ma patrie, je chercherais à l’oublier. Si je savais quelque chose utile à ma patrie, et qui fût préjudiciable à l’Europe, ou bien qui fût utile à l’Europe et préjudiciable au genre humain, je la regarderais comme un crime » (Desgraves, 1991, p. 341 [no 741]).

4 Après la mort de Louis Hachette, survenue le 31 juillet 1864, Émile Templier (→ lettre 6, n. 1) avait pris, avec Louis Bréton, la direction de la librairie Hachette.

5 Nous n’avons aucun renseignement sur ce projet.

6 Les descendants de Zola conservent des listes de héros de l’humanité établies par le romancier. Parmi ses héros de la foi il se proposa d’inclure Moïse, Daniel et saint Vincent de Paul ; parmi ses héros de la philosophie et de la raison Socrate, Épictète et Descartes ; parmi ses héros de la science Archimède, Copernic et Galilée. Il laissa également un plan par chapitres du volume sur les héros de la patrie, parmi lesquels se trouvaient Samson, Démosthène, Horatius, Vercingétorix, Guillaume Tell, Le Cid, Roland, Jeanne d’Arc, Kanáris, Pellico et Washington (arch. familiales).

7 Ces lignes sont adressées à Achille Faure, l’éditeur de Mes Haines. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

8 Zola rendit compte du livre en question, La Rue, dans L’Événement du 26 juin (O. C., t. X, p. 517) et dans Le Salut public du 3 juillet (ibid., p. 526-528).

9 Il s’agit des Apôtres : le livre de Renan était sur le point de paraître chez Michel Lévy, et Zola en avait annoncé la publication dans L’Événement du 15 février 1866 (O.C., t. X, p. 369-370).
Michel Lévy (1821-1875) entra au Conservatoire en 1836 mais le quitta après quelques mois pour travailler dans le cabinet de lecture que son père venait d’ouvrir. En 1845, il fonda, avec l’aide de ses frères Nathan et Calmann, la librairie Michel Lévy frères et se spécialisa d’abord dans l’édition théâtrale. En 1861, il racheta avec Calmann la Librairie Nouvelle, située 15, boulevard des Italiens. « Pacha de la Librairie », comme l’écrivirent les frères Goncourt (1956, t. I, p. 377), sous le Second Empire, il fut l’éditeur d’Alexandre Dumas, de Dumas fils, de Flaubert, de Victor Hugo et de George Sand, ainsi que de Guizot, de Michelet et de Renan. À partir de 1869, il publia l’édition dite définitive des œuvres complètes de Balzac.

10 L’article de Zola parut effectivement le jeudi 12 avril 1866, dans le numéro de L’Événement daté du lendemain. Il choisit comme citation une « page saisissante de l’œuvre, dans laquelle M. Renan décrit Antioche avant l’arrivée des Apôtres », et il déclara : « J’aime M. Renan, je ne le trouve peut-être pas assez net et assez vigoureux, je voudrais qu’il formulât sa pensée en deux mots ; mais, tel qu’il est, je le considère volontiers comme un Voltaire au petit pied, par son influence et par son action sur notre époque » (O.C., t. X, p. 437-438).

11 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

12 C’est apparemment le 14 juin que Zola partit, avec Jean-Baptiste Baille, pour Bennecourt, où ils allaient retrouver Cézanne (→ t. I, lettre 150). Alexandrine Meley ne semble pas les avoir accompagnés.

13 Roux consacra un article à Mes Haines dans le Mémorial d’Aix du 15 juillet 1866. Il donna des extraits de trois chapitres du livre de Zola, auxquels il ajouta ces lignes : « Les lecteurs, je n’en doute pas, accueilleront avec empressement le nouvel ouvrage de notre compatriote, et feront au critique le même accueil qu’ils ont fait au poète qui récita ses Contes à Ninon et au philosophe qui recueillit et traduisit, avec toute sa franchise et son accent de vérité, La Confession de Claude. » À la suite de son article, il publia cette note sur Mon Salon : « Nous vivons à une époque de révolution littéraire et artistique. Un beau désordre a succédé à la brillante dictature du Romantique, et nous ne sommes peut-être pas loin de voir une nouvelle dictature se tailler un drapeau dans les défroques que les combattants auront laissées sur le champ de bataille. La brochure dont je parle arrive à point nommé, au moment où la lutte est vivement engagée par plusieurs terribles champions. »

14 C’est-à-dire Mon Salon et Mes Haines.

15 La Bibliothèque nationale de France ne conserve aucun numéro de L’Époque paru en 1866 : par conséquent, nous n’avons pas pu identifier le rédacteur à qui Zola s’adresse. Sur le quotidien fondé par Ernest Feydeau (1821-1873), l’auteur, alors célèbre, du roman Fanny (1858) et le père de Georges Feydeau, voir, dans le t. I, l’Index analytique des périodiques.

16 En 1865-1866, lorsqu’il indiquait son adresse en bas de ses lettres, Zola écrivait systématiquement Montparnasse en deux mots. La graphie a été corrigée dans le t. I.

17 Cette lettre fait suite à celle que Zola avait adressée à B.-H. Gausseron le 23 juin 1866 (t. X, lettre S 10). Gausseron était alors, selon ses propres termes, « aspirant-répétiteur » au lycée Napoléon, l’actuel lycée Henri IV.

18 Lettre non retrouvée. Sur Gustave Bourdin, directeur-gérant du Figaro bihebdomadaire en 1866, voir t. I, lettre 142, n. 1.

19 Gustave Bourdin mourut à Pau en 1870. Il était né à Lons-le-Saunier (Jura) en 1820.

20 Cette lettre, adressée à l’éditeur Alphonse Lemerre (→ t. VIII, lettre 285, n. 2), fut sans doute rédigée le 8 décembre 1866, et non le 8 novembre, comme l’imprime le catalogue de vente.

21 C’est le 3 décembre 1866 que Zola annonça dans Le Salut public la prochaine publication, chez Lemerre, de cette traduction en prose. « Il s’agit, précisait-il, d’une traduction littérale et exacte, ayant toutes les rudesses et toutes les audaces de l’original. Je suis très désireux, pour mon compte, de connaître cet Homère inconnu » (O.C., t. X, p. 693). Il ne publia pas de compte rendu de la traduction de Leconte de Lisle.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search