Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1865

Texte intégral

13*. À Edmond About

1Paris, 13 janvier 1865

  • 1 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

2Monsieur1,

3Les relations que j’ai eu l’honneur d’avoir avec vous, comme chef de la publicité de la maison Hachette, m’engagent à réclamer un service de votre obligeance.

4Je me suis longtemps demandé si je vous importunerais ou si je ne vous importunerais pas. Pardonnez-moi, je me suis enfin décidé pour le premier de ces deux cas.

5Je vais publier à la Librairie Internationale un volume de nouvelles, dont j’aurai l’honneur de vous faire parvenir un exemplaire demain par la poste.

6Auriez-vous l’extrême courage de lire mon livre et l’extrême bonté d’en dire ensuite quelques mots dans La Vie parisienne, journal auquel vous collaborez, je crois ? Je n’ose vous parler de L’Opinion nationale ; mais j’aime à vous faire entendre que je serais très honoré, si je rencontrais un de ces jours mon nom dans une de vos causeries du samedi soir.

7J’ai une rage de publicité facile à comprendre. J’ai tant fait parler des autres que je ne serais pas fâché de faire parler un peu de moi.

8Veuillez agréer, Monsieur, mes remerciements à l’avance, ainsi que l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

L.a.s., coll. Sébastien Loste.
Becker, 1983, p. 155-156.

14*. À Max Grassis

9Paris, 19 janvier 1865

  • 2 Zola s’adresse au directeur du Salut public de Lyon. Voir l’édition réalisée par Colette Becker da (...)

10Cher monsieur2,

11Je vous remercie d’avoir bien voulu accepter ma proposition, et je m’empresse de vous adresser le premier article que vous me demandez.

12Comme vous paraissez me laisser toute liberté, je me permets de vous dire de quelle façon j’entends m’acquitter de la tâche qui m’est confiée.

13Je compte vous envoyer tous les quinze jours un grand feuilleton – 500 à 600 lignes –, consacré à l’étude d’une ou de plusieurs œuvres. Je désire faire une Revue littéraire et non une Revue bibliographique. Aussi, je tiens beaucoup à avoir toute latitude dans le choix des ouvrages et dans l’espace que je consacrerai à chacun d’eux. C’est assez vous dire que je n’entends pas donner de simples réclames, comme vous paraissez le craindre. D’ailleurs, l’article ci-joint vous édifiera sur la manière dont je traiterai les livres soumis à mon jugement. J’espère que mes façons de voir seront les vôtres.

14Dans le cas où vous auriez quelques observations à me faire, veuillez m’écrire au plus tôt. Mais sans doute vous penserez comme moi qu’il est préférable pour Le Salut public de donner à ses lecteurs des appréciations de quelque étendue, vraiment littéraires, et non de simples bulletins, sortes de catalogues auxquels le public ne saurait prendre aucun intérêt. Pourvu que j’analyse les œuvres vraiment méritantes, j’indiquerai toujours assez de nouveaux ouvrages aux acheteurs.

15J’accepte parfaitement le prix de dix centimes la ligne que vous m’offrez.

16Quant à la question des réclames Hachette et de l’envoi des volumes édités par cette maison, il est bien entendu que tout reste comme par le passé. Je compte parler le moins possible de nos publications ; lorsque, comme aujourd’hui, je m’occuperai d’un de nos livres, je vous adresserai un exemplaire de ce livre, et mon article servira de réclame ; pour les livres dont je ne rendrai pas compte, vous continuerez à les recevoir, accompagnés d’une notice.

17Veuillez avoir l’obligeance de me faire parvenir deux exemplaires du numéro du Salut public qui contiendra mon article sur les Moralistes français. Je vous recommande les épreuves, et vous prie en grâce de respecter le texte de ma copie.

18Agréez, cher monsieur, l’assurance de mon entier dévouement.

19J’ai été obligé de confier mon article à un copiste. L’écriture me paraît assez nette ; mais, comme j’ai relu très rapidement, je crains quelque sottise.

L.a.s., coll. François Labadens.
Becker, 1983, p. 156-157.

15. À Amédée Achard

20Paris, 21 janvier 1865

  • 3 C’est apparemment Amédée Achard qui avait rédigé le compte rendu des Contes à Ninon, signé Paul Gi (...)

21Je vous remercie mille fois de l’article si obligeant que vous m’avez consacré dans Le Charivari3. Vous avez été bien trop élogieux et je ne sais comment accepter tant de compliments. Je vous prie de compter sur moi pour tout service que je pourrais éventuellement vous rendre.

Extr. (trad.), cat. libr. Max Rambod, no 10024, http://www.maxrambod.com (juillet 2005).

16*. À André Lefèvre

22Paris, 21 janvier 1865

  • 4 André Lefèvre (1834-1904), archiviste-paléographe, historien, linguiste et poète, collabora au Mag (...)

23Cher monsieur4,

  • 5 Lefèvre avait rendu compte des Contes à Ninon le 21 janvier même, dans sa « Revue littéraire » de (...)

24Je viens de lire L’Illustration et je suis ravi de votre excellent article5. Outre le plaisir tout naturel que j’ai pris à m’entendre louer, j’ai goûté une volupté plus pure et plus délicate, celle que l’on éprouve à la lecture d’une page de prose finement écrite.

  • 6 Le livre de Lefèvre avait paru chez Hetzel en novembre 1864.

25Je suis confus de ne pas vous avoir devancé dans votre amabilité. J’aurais aimé à échanger article pour article, La Lyre intime6 pour les Contes à Ninon. Mais j’ai une si bonne excuse que vous allez me pardonner mon retard.

  • 7 Zola rendit compte de La Lyre intime dans Le Salut public du 6 février (O. C., t. X, p. 329-333). (...)

26Je dois faire très prochainement une Revue littéraire de quinzaine dans Le Salut public, de Lyon. J’ai préféré attendre, espérant parler dans ce journal plus longuement et plus utilement de votre livre. J’espère que mon article paraîtra dan la première semaine de février, et je compte vous rendre tous les éloges que vous me distribuez si obligeamment7.

27Veuillez agréer, cher monsieur, l’assurance de ma reconnaissance et de mon dévouement.

L.a.s., coll. Martine Parmantier.

17. À Auguste Morel

28Paris, 12 mars 1865

  • 8 Ancien élève de l’École normale, August Morel (1820-1874) débuta dans le journalisme au National. (...)
  • 9 Le roman de Barbey d’Aurevilly venait de paraître chez Achille Faure : il suit le calvaire d’un pr (...)

29[Zola envoie à Morel8 un article sur Un prêtre marié de Barbey d’Aurevilly pour insertion dans L’Avenir national9.]

30Je remets les destinées de ma prose entre vos mains.

  • 10 Léon Laurent-Pichat avait parlé des Contes à Ninon dans L’Avenir national du 24 janvier 1865, mais (...)
  • 11 Le 13 mars, Morel répondit à Zola : « Je viens de lire votre feuilleton d’une traite : il est en s (...)

31[Il lui rappelle que Laurent-Pichat a rendu compte de ses nouvelles dans L’Avenir10. Si l’article n’est pas retenu, Zola l’enverra au Salut public11.]

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 4 décembre 1992.

18. À Auguste Morel

32Paris, 27 avril 1865

  • 12 Il s’agit toujours de l’article sur Un prêtre marié (→ lettre précédente). Le 19 avril, Morel avai (...)

33[Zola regrette le refus de son article12.]

  • 13 Zola essuya une deuxième « disgrâce » le 27 avril. La veille, le directeur du Salut public, Max Gr (...)

34Je dois m’attendre à bien des disgrâces, étant un peu libre d’allures13.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot du 4 décembre 1992.

19*. À Marius Roux

35[Paris] 17 juillet 1865

36Mon cher ami,

37J’ai reçu hier ta lettre à onze heures, et n’ai pu me rendre au rendezvous que tu me donnais.

  • 14 Alfred Arnaud, le frère du rédacteur en chef du Messager de Provence, Léopold Arnaud. Voir l’éditi (...)

38Je te prie, si tu écris à M. Arnaud14, de lui expliquer la raison qui m’a empêché d’aller le voir. Dis-lui qu’il peut m’écrire ce qu’il désirait me dire, et que je ferai tous mes efforts pour lui être agréable.

39As-tu trouvé chaussure à ton pied, et es-tu définitivement fixé à Paris ?

40Bon courage, et tout à toi.

L.a.s., University College London.
Becker, 1983, p. 158.

20. À Francis Wey

41Paris, 23 août 1865

  • 15 Le livre de Francis Wey, intitulé La Haute Savoie, récits de voyage et d’histoire, venait de paraî (...)

42[Zola lui annonce l’envoi d’une liste d’articles publiés sur La Haute Savoie, et la liste des journalistes qui ont reçu un exemplaire de l’ouvrage15.]

43Je ne puis vous faire remettre que les articles du Nord, du Saturday Review, de L’Écho de la Dordogne, de la Revue critique de Genève, de L’Étoile. Je fais mettre ces journaux à la poste. Les autres articles ne sont pas entre mes mains. Je viens d’envoyer aux journaux la petite réclame annonçant la mise en vente de la seconde édition.

Extr. de cat., vente Rossini du 7 avril 2006.

21. À Émile de Girardin

44Paris, 30 août 1865

  • 16 Ces lignes sont adressées à Émile de Girardin, le créateur en France de la presse à bon marché : v (...)

45J’ai parlé dans Le Salut public, de Lyon, du Supplice d’une femme, et je désire y consacrer un article au drame Les Deux Sœurs16.

Becker, 1983, p. 159.

22*. Destinataire inconnu

46Paris, 4 octobre 1865

47Monsieur,

48Je vous remercie du volume que vous avez bien voulu m’envoyer hier. Je l’ai parcouru avec intérêt, bien que je sois d’une école toute différente de la vôtre. Vous frappez sur mes dieux et je serais tenté de briser vos idoles. Mais votre étude est écrite d’un style franc et rapide qui m’a fait prendre un vif plaisir à cette lecture.

49Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s., coll. Claude Neuman.

23. Destinataire inconnu

50Paris, 3 novembre 1865

  • 17 Les Nouveaux Essais de critique et d’histoire de Taine, recueil d’articles et de comptes rendus pu (...)

51Je vous ai envoyé par la poste d’aujourd’hui les Nouveaux Essais de Taine, que vous me demandiez17.

  • 18 Il s’agit manifestement d’une note annonçant la publication de La Confession de Claude.
  • 19 Voir la lettre 31, n. 2.

52Puisque vous avez l’obligeance de mettre votre publicité à ma disposition, je vous envoie une petite note que vous pourrez peut-être glisser quelque part18. Mon livre ne paraîtra que vers la fin de la semaine prochaine, et vous serez un des premiers à le recevoir. Je vous enverrai un article tout fait que vous pourrez alors reproduire19.

Extr. de cat., vente Stargardt (Berlin), 26-27 juin 2007.

24*. À Edmond About

53Paris, 14 novembre 1865

54Cher monsieur,

  • 20 La Confession de Claude. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

55Je viens de publier un nouveau roman20 dont je m’empresse de vous adresser un exemplaire par la poste.

  • 21 Voir la lettre 13.

56Je suis honteux d’avoir le mauvais goût de vous rappeler une vieille dette. Vous m’aviez promis quelques mots sur les Contes à Ninon ; puis d’autres besognes sont venues qui vous ont fait oublier mon petit volume21.

57Je vous le rappelle en vous en adressant un second.

58J’ai grand besoin de publicité, en ce monde littéraire si plein de tumulte ; j’ai besoin surtout que des voix hautes parlent pour moi, afin qu’on entende bien mon nom dans la mêlée. Vous êtes une de ces voix qui se font écouter, et je tiens énormément à ce que vous me présentiez au public.

59Donc, dès qu’il y aura une petite place dans un des vos feuilletons, ayez la bonté de m’y glisser. Je suis mince et je ne gênerai personne.

60Merci à l’avance, quoi que vous puissiez faire, et croyez-moi votre tout dévoué.

L.a.s., coll. Sébastien Loste.
Becker, 1983, p. 159-160.

25. À Amédée Achard

61Paris, 14 novembre 1865

  • 22 C’est-à-dire La Confession de Claude.

62[Zola demande à son correspondant un article dans Le Charivari sur un roman qu’il vient de publier22.]

  • 23 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.
  • 24 Louis Huart, alors rédacteur en chef du Charivari, mourut en décembre 1865 (→ t. I, lettre 106, n. (...)

63Veuillez lire mon livre qui est une œuvre de passion et de révolte ; j’espère que vous trouverez des éléments d’un excellent compte rendu23. […] Dois-je envoyer un exemplaire à M. L. Huart24 pour faciliter l’insertion de votre article ?

Becker, 1986, p. 199-200 (extr.). Extr. (facs.), cat. Historical Documents and Autographs (février 2005).

26*. À Philippe Dauriac

64[Paris, vers le 14 novembre 1865]

  • 25 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. I (lettre 120). Sur Philippe Dauriac, voir (...)

65Monsieur et cher confrère25,

66Nous avons été collaborateurs au Petit Journal et nous le sommes encore, je crois, au Salut public.

67Est-ce là un titre suffisant pour vous offrir mon dernier né, le roman ci-joint, et pour vous demander quelques mots de blâme ou d’éloge dans un des nombreux journaux où vous écrivez ?

68Veuillez feuilleter le livre, car vous n’avez sans doute pas le temps de lire, et soyez assez bon pour le présenter à une fraction de vos lecteurs. Je ne suis pas encore assez gourmand pour vouloir être connu de tout le monde ; je n’ose même vous désigner la feuille où je désire me voir jugé par vous. Le Monde illustré est toutefois un bon journal pour cette sorte de publicité.

69Merci mille fois, quoi que vous puissiez faire, et veuillez me croire votre tout dévoué.

L.a.s., Uppsala Universitetsbibliotek.
Becker, 1983, p. 164.

27. À Louis Ulbach

70Paris, 14 novembre 1865

  • 26 Nous avons publié un court extrait de cette demande de publicité pour La Confession de Claude dans (...)

71Me trouvant chargé des rapports de la librairie Hachette avec la presse, j’ai eu maintes fois l’occasion de vous adresser des ouvrages dont vous avez eu l’obligeance de parler26. Aujourd’hui, je me permets de vous demander un peu de publicité pour mon propre compte. Je viens de publier chez Lacroix un roman dont j’ai l’honneur de vous faire remettre un exemplaire […] je vous serais très reconnaissant si vous pouviez mettre sur mon œuvre quelques lignes dans une de vos revues hebdomadaires.

Extr., cat. libr. de L’Abbaye, no 9.

28*. À F. Grimaud

  • 27 Ces lignes sont probablement adressées à F. Grimaud, alors rédacteur au Journal des chemins de fer(...)

72Cher monsieur27,

73Paris, 20 novembre 1865

74Voici le volume pour M. Cochery. Veuillez le lui offrir en mon nom.

75Il serait bon que l’article passât samedi. Voici la marée des livres d’étrennes qui monte.

76Tout à vous.

L.a.s., coll. François Labadens.
Becker, 1983, p. 161.

29. Destinataire inconnu

77Paris, 21 novembre 1865

  • 28 Personnage inconnu.
  • 29 C’est-à-dire le t. V de l’Histoire de France de Jules Michelet, consacré à la période 1422-1461. L (...)
  • 30 Le t. X des Œuvres de Corneille, éditées par Charles Marty-Laveaux, venait de paraître chez Hachet (...)

78Nous joindrons au prochain envoi que nous ferons à M. Deligny28, un tome V de l’Histoire de France29 […]. Quant au tome X de Corneille, il a dû vous parvenir depuis votre dernière lettre, car il a été envoyé30.

Extr., cat. libr. Arts et Autographes, juillet 2005.

30. À Édouard Fournier

  • 31 Les catalogues Lemasle et Arts et Autographes donnent la date du 27 novembre 1864, mais il est cla (...)

79Paris, 27 novembre 186[5]31

  • 32 C’est dans son feuilleton dramatique du quotidien La Patrie (numéro daté du 27 novembre 1865 et pa (...)

80J’ai à vous remercier de la mention que vous avez bien voulu faire de mon livre dans votre feuilleton d’hier et aussi de la bonne promesse que vous faites de reparler de ce livre prochainement. […] Je sais que vous avez peu de place et je suis vraiment honteux de prendre ainsi acte de votre promesse32.

Becker, 1986, p. 198-199 (extr.).
Extr., cat. libr. Arts et Autographes, no 18.
Extr., cat. Lemasle, no 199.

31*. À Gustave Gounouilhou ?

81Paris, 3 décembre 1865

  • 33 Le destinataire de cette lettre pourrait être Gustave Gounouilhou, propriétaire, directeur et géra (...)

82Cher monsieur33,

  • 34 Dans La Gironde du 27 novembre 1865, on pouvait lire une présentation élogieuse de La Confession d (...)

83J’ai reçu le numéro de La Gironde dans lequel vous avez bien voulu insérer la petite note que je vous avais envoyée34.

84Je vous remercie mille fois de votre obligeance et de votre empressement, et je me mets tout à votre disposition dans la petite sphère où je puis vous être utile.

85Votre tout dévoué et tout reconnaissant.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.
Becker, 1986, p. 200.

32*. À Eugène Crépet

86Paris, 4 décembre 1865

  • 35 Eugène Crépet (1827-1892) publia en 1861, chez Gide, les trois premiers volumes de son anthologie (...)

87Monsieur35,

88M. Templier me communique la lettre dans laquelle vous lui annoncez que vous parlerez désormais des livres à la Revue moderne, et il me prie de vous adresser le tome Ier de Racine et les 10 volumes publiés de Corneille, que M. de Ronchaud n’a point reçus.

89Permettez-moi, Monsieur, de joindre en mon nom à l’envoi un volume que vous n’avez point demandé et que je prends la liberté de vous offrir. C’est un roman dont je suis l’auteur et dans lequel j’ai cru pouvoir étudier ce que la passion a de plus fatal et de plus inexplicable. Puis-je espérer, Monsieur, que les quelques rapports que vous avez eus avec moi, vous engageront à lire ce livre et à en parler dans votre Revue littéraire, en bien ou en mal, comme vous penserez devoir le faire ?

  • 36 Personnage inconnu. Notons toutefois qu’un certain H. Javal-Halphen, membre d’une loge maçonnique (...)

90J’envoie à Mme Javal-Halphen36 les Poètes français, ainsi que vous le désirez.

91Veuillez recevoir, je vous prie, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.
Becker, 1983, p. 162.

Notes

1 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

2 Zola s’adresse au directeur du Salut public de Lyon. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes, ainsi que, dans le t. I, l’Index analytique des périodiques.

3 C’est apparemment Amédée Achard qui avait rédigé le compte rendu des Contes à Ninon, signé Paul Girard, qui parut dans Le Charivari du 21 janvier 1865. Cette lettre fait suite à celle que Zola avait adressée à Achard le 13 janvier (t. I, lettre 106).

4 André Lefèvre (1834-1904), archiviste-paléographe, historien, linguiste et poète, collabora au Magasin pittoresque, à la Revue de l’instruction publique et à la Revue des deux mondes, puis devint, en 1864, critique littéraire de L’Illustration. À partir de 1889, il fut professeur d’ethnologie linguistique à l’École d’anthropologie de Paris. Il publia deux volumes de vers, La Flûte de Pan (1861) et La Lyre intime (1864), et de très nombreux ouvrages d’histoire et d’anthropologie : citons L’Épopée terrestre (1868), Essais de critique générale (2 vol., 1877), L’Homme à travers les âges (1880), La Religion (1892), Les Races et les langues (1893), Contre-poison (1900). Il laissa également deux volumes de la Bibliothèque des merveilles de Louis Hachette : Les Merveilles de l’architecture (1865) et Les Parcs et les jardins (1867).

5 Lefèvre avait rendu compte des Contes à Ninon le 21 janvier même, dans sa « Revue littéraire » de L’Illustration. « La fraîcheur, écrivait-il, est un don rare, en ce temps de floraisons hâtives et artificielles ; d’ordinaire, les œuvres des débutants sont déjà d’une maturité désespérante, quand elles ne présentent pas un état de décomposition plus ou moins avancé, qui sent la littérature des petits journaux, des petites actrices et des petites femmes de chambre. Il nous est donc fort agréable de rencontrer, au début de cette année, un livre vraiment jeune, premier germe ou première pousse d’une nature vivace, d’un esprit tour à tour mélancolique et gai, selon les heures du jour ou les nuages qui passent, plus original par son allure que par sa forme et ses tendances, un peu nerveux comme une femme, un peu vagabond comme un artiste, naïf et raffiné à la fois, capable d’effusions presque religieuses et de sarcasmes légèrement blasphématoires, en somme très français et plutôt très gaulois (Gallo-Romain) et peu allemand. M. Émile Zola, l’auteur des Contes à Ninon, dont nous venons de caractériser le talent, hésite encore entre l’historiette sentimentale, à la Murger, et l’allégorie philosophique, où sa personnalité est plus saillante, quoiqu’un reflet de Voltaire et de Rabelais s’y distingue aisément. Bientôt, nous n’en doutons pas, l’élève de maîtres si divers et si inégaux trouvera sa voie propre dans la peinture des sentiments et l’étude des caractères. Il échangera sa Ninon, ce vague idéal de l’adolescence, pour quelque muse moins passive, et la fantaisie qui voltige pour l’analyse qui, étreignant le fond des choses, exprime le suc de la réalité ! »

6 Le livre de Lefèvre avait paru chez Hetzel en novembre 1864.

7 Zola rendit compte de La Lyre intime dans Le Salut public du 6 février (O. C., t. X, p. 329-333). « Après nous avoir donné les harmonies de la grande nature dans La Flûte de Pan, écrivit-il, [M. André Lefèvre] vient de nous faire entendre les mélodies de l’être dans La Lyre intime, les plaintes et les caresses amoureuses de la créature, symphonie éternelle qui berce les générations. […] Là les voix des arbres et des torrents, les soupirs des plaines et les vagues murmures de l’espace ; ici la musique tourmentée de l’âme humaine, les passions sifflant aigrement comme des vents d’orage, les affections aux voix douces et caressantes ». Et il conclut : « Je définis le talent de M. André Lefèvre, en disant que ce poète est un André Chénier né cinquante ans après le premier, beaucoup plus habile et moins ému peut-être, l’emportant en vivacité et en variété, mais ayant perdu de sa grâce naïve et de ce charme indicible qui accompagne toute renaissance. Notre siècle devient vieux, et nos poètes vieillissent avec lui » (p. 330, 333).

8 Ancien élève de l’École normale, August Morel (1820-1874) débuta dans le journalisme au National. Proscrit comme républicain après le 2-Décembre, il vécut pendant plusieurs années à Liège ; de retour en France, il collabora à La Réforme littéraire, au Temps et au Réveil. De 1859 à 1861, il publia quatre recueils de « pensées, maximes, sentences et proverbes tirés des meilleurs écrivains » : Les Moralistes orientaux, Les Moralistes latins, L’Esprit des Allemands et L’Esprit des Grecs ; citons également Histoire générale du Diable (1861), et Histoire de la sagesse et du goût depuis les plus anciens temps de la civilisation grecque jusqu’à Socrate (1864). En 1864, il publia chez Hachette un volume de la série des Guides Joanne, De Paris à Cologne, à Bruxelles, à Senlis, à Laon, à Dinant, à Givet, à Luxembourg, à Trèves, à Maëstricht. Il laissa aussi Napoléon III, sa vie, ses œuvres et ses opinions (1870).
Comme l’atteste une lettre de Morel en date du 26 novembre 1864 (arch. familiales), Zola lui avait demandé de rendre compte dans Le Temps des livres d’étrennes de la librairie Hachette et des Contes à Ninon, mais la direction du quotidien avait préféré confier la tâche à son principal critique littéraire, Frédéric Lock.

9 Le roman de Barbey d’Aurevilly venait de paraître chez Achille Faure : il suit le calvaire d’un prêtre marié sous la Révolution, qui se voit avec sa fille traité en réprouvé. Sur L’Avenir national, alors dirigé par Alphonse Peyrat, voir, dans le t. I, l’Index analytique des périodiques.

10 Léon Laurent-Pichat avait parlé des Contes à Ninon dans L’Avenir national du 24 janvier 1865, mais il s’était contenté de reproduire une partie du compte rendu rédigé par Zola lui-même (→ lettre 10, n. 3).
Léon Laurent-Pichat (1823-1886) hérita, à l’âge de dix-huit ans, d’une fortune considérable et voyagea en Italie, en Grèce, en Égypte et en Syrie. Protégé de Victor Hugo, il publia des vers – Les Voyageuses (avec Henri Chevreau, 1844), Libres paroles (1847) –, puis fonda en 1853, avec Louis Ulbach et Maxime Du Camp, la Revue de Paris. Député de la Seine de 1871 à 1875, il siégea dans les rangs de l’Union républicaine. En décembre 1875, il fut élu sénateur inamovible. Il continua d’écrire des vers – citons Avant le jour (1868) et Les Réveils (1880) – et publia également des romans philosophiques : La Païenne (1857), La Sibylle (1859), Gaston (1860).

11 Le 13 mars, Morel répondit à Zola : « Je viens de lire votre feuilleton d’une traite : il est en soi excellent ; mais le présenter à L’Avenir serait aussi inutile que de l’offrir à la Revue de l’instruction publique. Il faut que vous me permettiez de le porter ailleurs » (arch. familiales). Voir la lettre suivante.

12 Il s’agit toujours de l’article sur Un prêtre marié (→ lettre précédente). Le 19 avril, Morel avait appris à Zola qu’il se proposait d’en parler, le samedi 22, au directeur de la Revue moderne, Charles Dollfus, puis, le 26, il lui avait envoyé la réponse qu’il venait de recevoir de ce dernier : « Vos petites corrections sont à mon gré, mais pas l’article de M. Zola. Il est spirituel, toutefois je ne crois pas qu’il vaille la peine de critiquer pour les lecteurs de la Revue l’œuvre dont il s’agit. Nous pouvons mieux employer le peu de place que nous avons. » De son côté, Morel écrivait à Zola : « Je n’ai pas besoin de vous dire que je suis très chagriné de cette disgrâce. Demain jeudi j’irai reprendre votre manuscrit » (arch. familiales).
Dans sa lettre précitée du 19 avril, Morel ajoutait : « Si vous voulez vous présenter chez M. Pichat vendredi prochain […], vous serez reçu à bras ouverts. D’avance, il vous aime beaucoup. » Et de préciser : « J’ai dit un mot de vos visées sur L’Avenir, expliquezles vous-même à la sixième minute de la conversation. Plus tôt, ce serait trop tôt ; mais à ce moment elles peuvent, je crois, se produire utilement. » Et le 28 avril, il conseilla à Zola d’aller voir Étienne Arago, qui était « très influent » à L’Avenir national (le futur maire de Paris rédigeait alors le feuilleton dramatique du quotidien). Le 17 mai, enfin, il lui adressa ces lignes : « Je vous remercie de votre lettre qui me donne bon espoir pour vos relations avec L’Avenir […]. Vous avez eu raison, surtout, d’écrire à M. Arago, car il s’est porté de tout cœur à vous être utile » (arch. familiales). Zola ne collabora pas, cependant, à L’Avenir national d’Alphonse Peyrat ; lorsque le quotidien fut racheté, en 1873, par Édouard Portalis, il en devint critique dramatique.

13 Zola essuya une deuxième « disgrâce » le 27 avril. La veille, le directeur du Salut public, Max Grassis, après avoir lu son compte rendu du livre de Napoléon III, Histoire de Jules César, lui écrivait, de Lyon : « Cet article, je le crains, ne plairait pas à nos lecteurs » (BNF, MSS, n.a.f. 24519, fo 404).
Le 10 mai, l’article sur Un prêtre marié parut dans Le Salut public ; il fut reproduit avec des additions dans Mes Haines, sous le titre « Le catholique hystérique » (O. C., t. X, p. 47-54). Le compte rendu d’Histoire de Jules César, qui forme le dernier chapitre de Mes Haines (ibid., p. 157-167) ne semble pas avoir été publié dans un journal.

14 Alfred Arnaud, le frère du rédacteur en chef du Messager de Provence, Léopold Arnaud. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

15 Le livre de Francis Wey, intitulé La Haute Savoie, récits de voyage et d’histoire, venait de paraître chez Hachette. Il avait été commandé à l’auteur par le premier préfet du département créé en 1860, lors du rattachement de la Savoie à la France.
Originaire de Besançon, Francis Wey (1812-1882) fut accueilli à Paris par son compatriote Charles Nodier et entra, en 1834, à l’École des chartes. Il publia de nombreux romans et recueils de nouvelles, des ouvrages sur l’Angleterre, l’Italie et la Suisse, des études philologiques – Remarques sur la langue française au dix-neuvième siècle (1845), Histoire des révolutions du langage en France (1848) – et une Chronique du siège de Paris (1871). Inspecteur général des archives départementales à partir de 1852, il fut président de la Société des Gens de lettres de 1853 à 1865.

16 Ces lignes sont adressées à Émile de Girardin, le créateur en France de la presse à bon marché : voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.
Fils naturel du colonel, plus tard général Alexandre de Girardin, Émile de Girardin (1806-1881) fonda, de 1828 à 1835, une série de périodiques à succès, parmi lesquels Le Voleur, revue de reproduction littéraire ; La Mode, dont il fit accepter le patronage à la duchesse de Berry ; le Journal des connaissances utiles, qui coûtait quatre francs par an et eut 130 000 abonnés ; le Journal des instituteurs primaires, à 1,80 franc par an ; l’Almanach de France, dont le tirage atteignit 1 200 000 exemplaires. En 1836, il lança La Presse, « journal de principes monarchiques et d’intérêts populaires » : l’abonnement coûtait 40 francs par an au lieu de 80, prix consacré, ce qui attira à la fois les lecteurs et les annonces publicitaires, dont le produit fournit au quotidien ses plus sûres ressources. Député de Bourganeuf (Creuse) de 1834 à 1848, il soutint le ministère Molé, puis celui de Guizot, mais démissionna avec éclat en février 1848 et se rallia à la République. Il appuya la candidature de Louis-Napoléon Bonaparte, fut élu député du Bas-Rhin en 1850, s’opposa ensuite au coup d’État et fut « éloigné » de France en janvier 1852. Revenu à Paris quelques mois plus tard, il reprit la direction de La Presse ; en 1866, il vendit le journal au banquier Moïse Millaud et racheta La Liberté, où il soutint l’Empire libéral. Devenu propriétaire du Petit Journal en 1872, il y défendit la politique de Thiers ; en 1874, il racheta La France, où il combattit le cabinet de Broglie. De 1877 à sa mort, il fut député du neuvième arrondissement de Paris. Il publia un roman, Émile (1827), écrivit pour le théâtre – Le Supplice d’une femme (avec Alexandre Dumas fils ; Comédie-Française, 1865), Les Deux Sœurs (Vaudeville, 1865) – et laissa de nombreux autres ouvrages, dont plusieurs sont des collections de ses anciens articles : citons Études politiques (1842 et 1849), La Liberté dans le mariage par l’égalité des enfants devant la mère (1854), Questions de mon temps, 1836 à 1856 (12 vol. , 1858), Paix et liberté (1864).
Zola consacra un article à Girardin au cours de sa Campagne du Figaro, le 8 mai 1881. Il écrivit alors : « Il y avait, dans cet homme, une personnalité superbe, une indépendance rare, un grand courage intellectuel, le plus beau des courages. C’est bien en cela qu’il était trop haut pour réussir dans les œuvres basses de la politique ; mais il y est trop descendu, et il y restera étouffé, comme dans un tas de boue, sans avoir jamais eu les bénéfices de sa déchéance » (O. C., t. XIV, p. 596).

17 Les Nouveaux Essais de critique et d’histoire de Taine, recueil d’articles et de comptes rendus publiés, pour la plupart, dans le Journal des Débats, avaient paru chez Hachette en octobre 1865. Le volume contenait, entre autres, des textes sur Racine, Balzac et Stendhal.

18 Il s’agit manifestement d’une note annonçant la publication de La Confession de Claude.

19 Voir la lettre 31, n. 2.

20 La Confession de Claude. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

21 Voir la lettre 13.

22 C’est-à-dire La Confession de Claude.

23 Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

24 Louis Huart, alors rédacteur en chef du Charivari, mourut en décembre 1865 (→ t. I, lettre 106, n. 6).

25 Nous avons publié un extrait de cette lettre dans le t. I (lettre 120). Sur Philippe Dauriac, voir t.  I, lettre 89, n. 4, ainsi que l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

26 Nous avons publié un court extrait de cette demande de publicité pour La Confession de Claude dans le t. I (lettre 124).

27 Ces lignes sont probablement adressées à F. Grimaud, alors rédacteur au Journal des chemins de fer. Il ne nous est pas autrement connu. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes, ainsi que la lettre 31, n. 2.

28 Personnage inconnu.

29 C’est-à-dire le t. V de l’Histoire de France de Jules Michelet, consacré à la période 1422-1461. La première édition du volume avait paru chez Hachette en 1841.

30 Le t. X des Œuvres de Corneille, éditées par Charles Marty-Laveaux, venait de paraître chez Hachette, dans la collection des « Grands écrivains de la France » : il est enregistré dans la Bibliographie de la France du 11 novembre 1865 (no 9887). L’édition allait comporter 12 volumes.

31 Les catalogues Lemasle et Arts et Autographes donnent la date du 27 novembre 1864, mais il est clair, d’après le contenu, que la lettre de Zola a trait à La Confession de Claude, et qu’elle fut rédigée le 27 novembre 1865. Elle fait suite à celle que le romancier avait adressée à Fournier le 20 novembre 1865 (t. I, lettre 129).

32 C’est dans son feuilleton dramatique du quotidien La Patrie (numéro daté du 27 novembre 1865 et paru le dimanche 26) que Fournier avait mentionné le « nouveau livre poignant et indigné » de Zola, qu’il appelait La Confession de maître Claude, en promettant d’en reparler (→ t. I, lettre 129, n. 6). Il ne semble pas avoir rendu compte du roman par la suite.

33 Le destinataire de cette lettre pourrait être Gustave Gounouilhou, propriétaire, directeur et gérant du journal La Gironde.
Originaire de Bergerac, Gustave Gounouilhou (1821-1912) fit son apprentissage d’ouvrier typographe à Périgueux et s’établit comme imprimeur à Bordeaux, en 1850. En janvier 1853 il racheta le journal La Gironde, dont son beau-frère André Lavertujon devint rédacteur en chef (sur Lavertujon, cofondateur de La Tribune en 1868, voir les Notices biographiques du t. II) : les deux hommes en firent le plus important quotidien entre la Loire et les Pyrénées et un des principaux organes de l’opinion libérale et démocratique en France. En 1872, Gounouilhou créa La Petite Gironde, journal du soir à cinq centimes, dont son gendre Jules Chapon, rédacteur à La Gironde en 1865, dirigea les services parisiens.

34 Dans La Gironde du 27 novembre 1865, on pouvait lire une présentation élogieuse de La Confession de Claude signée M.S. – et manifestement rédigée par Zola lui-même. En voici quelques passages : « La Confession de Claude […] est l’histoire de sang et de larmes d’un pauvre cœur égaré au fond d’un amour malsain. Cette histoire a le suprême enseignement des sanglots, la morale haute et pure de la chute et de la rédemption. […] Le livre est le terrible récit de [la] passion d’un cœur vierge pour une de ces filles auxquelles les poètes ont donné le doux nom de Mimi Pinson et de Musette. /Claude a la franchise du désespoir. Sa confession est un rude démenti aux livres mensongers, aux poèmes des amours faciles. […] Imaginez une âme avide de tendresses vierges, avide de luxe, dévorée par les saintes ambitions de la jeunesse, et jetez brusquement cette âme dans le milieu ignoble et lâche où vivent presque tous les jeunes gens de notre époque : le drame sera terrible, il aura les révoltes, les luttes d’un cœur indigné en face de l’infamie qu’il lui faut accepter. Si maintenant vous donnez à ce misérable enfant un tempérament particulier qui ait l’âpre besoin du réel et les espérances menteuses du rêve, vous obtiendrez une œuvre extrême dans laquelle le héros s’est livré entier avec les frissons de sa chair et les élans de son âme. /C’est ainsi que Claude se présente à nous. Les délicats se révolteront sans doute ; ils trouveront cette étude trop vraie, trop brutale ; ils se plaindront, en gens paisibles, de la fièvre qu’elle leur aura donnée, et ils condamneront certains tableaux un peu nus peut-être. M. Émile Zola n’a pas cru devoir retrancher une seule ligne, comme il le déclare lui-même. Il a voulu la vérité vraie, la passion dans ce qu’elle a de plus fatal et de plus inexplicable. L’œuvre est une pure analyse psychologique et physiologique. »
On reconnaît là le modèle des comptes rendus du roman publiés dans la Gazette des étrangers du 22 novembre 1865 (→ t. I, lettre 125, n. 1), Le Charivari du 23 novembre (→ lettre 25) et le Journal des chemins de fer du 9 décembre (→ lettre 28).

35 Eugène Crépet (1827-1892) publia en 1861, chez Gide, les trois premiers volumes de son anthologie Les Poètes français, dont l’introduction était due à Sainte-Beuve et les notices à divers auteurs, dont Théodore de Banville, Baudelaire et Théophile Gautier ; le quatrième volume, consacré au dix-neuvième siècle, parut chez Hachette en 1862. En 1865, il publia chez Hachette une nouvelle anthologie, Les Trésors épistolaires de la France (2 vol.), et en 1887, chez Quantin, une édition de textes inédits ou méconnus de Baudelaire. Il fonda La Revue (1855-1858) et remplaça Louis de Ronchaud (→ lettre 10, n. 4) comme critique littéraire de la Revue moderne. Son fils Jacques Crépet (1874-1952) procura l’édition Conard des Œuvres complètes de Baudelaire et, avec Georges Blin, une célèbre édition des Fleurs du Mal. Voir aussi l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

36 Personnage inconnu. Notons toutefois qu’un certain H. Javal-Halphen, membre d’une loge maçonnique d’Aix-en-Provence, était, en 1866, le correspondant marseillais de la revue Le Monde maçonnique.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search