Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Lettres d’Émile Zola

1864

Texte intégral

6. Destinataire inconnu

1Paris, 5 avril 1864

  • 1 C’est-à-dire Émile Templier, gendre et associé de Louis Hachette (voir t. I, lettre 70, n. 4, et, (...)
  • 2 Sur cette revue illustrée, dirigée par Édouard Charton et éditée par Hachette, voir, dans le t. I, (...)

2[M. Templier étant absent1, Zola envoie en son nom les quatre années qui ont paru du Tour du monde ainsi que les premiers numéros de la cinquième année2.]

  • 3 Il s’agit sans doute de l’ouvrage en deux volumes que Pierre Trémaux avait publié chez Hachette en (...)
  • 4 Sur Gustave Vapereau et L’Année littéraire, voir les Notices biographiques du tome I.

3À l’avenir la publication vous sera servie régulièrement. Je joins à cet envoi le volume de M. Trémaux3. La collection de L’Année littéraire de M. Vapereau, n’étant pas envoyée à titre gracieux, vous sera portée d’autre part ce soir ou demain4.

Extr. de cat., vente Hôtel Drouot, 12-13 décembre 1994.

7. Destinataire inconnu

4Paris, 23 mai 1864

  • 5 Voir la lettre 4.
  • 6 La Presse avait publié cette annonce, sur six colonnes, le 20 mai 1864.
  • 7 Il s’agit d’une réédition. Le livre d’Edmond About avait paru chez Hachette à la fin de mars (→ t. (...)

5Nous acceptons la proposition que vous nous faites d’échanger un Dictionnaire de la vie pratique de M. G. Belèze5, et un exemplaire du Progrès, d’Ed. About, contre des annonces concernant ces ouvrages. Vous répéterez trois fois chacune de ces annonces. Veuillez prendre dans La Presse celle qui concerne le Dictionnaire6. Quant à celle du Progrès, nous ne vous l’enverrons que vers la fin de juin, […] lorsqu’elle sera en vente7. N’oubliez pas de nous envoyer les numéros justificatifs.

Extr. de cat., vente Stargardt (Berlin), 26-27 juin 2007.

8. À Édouard de Pompéry

6Paris, 6 juin 1864

  • 8 Sur Émile Deschanel, voir les Notices biographiques du t. I. Le destinataire de cette lettre, Édou (...)
  • 9 La lettre d’Édouard de Pompéry à laquelle Zola répond avait trait à La Femme dans l’humanité, paru (...)

7J’ai vu M. É. Deschanel8 […]. Il aurait désiré parler de votre ouvrage, mais il est […] accablé de tant de comptes rendus à faire […] qu’il ne croit pas pouvoir vous promettre un article9.

Becker, 1983, p. 155.

9*. À Gustave Doré

8Paris, 17 juin 1864

  • 10 Ces lignes sont adressées, selon toute vraisemblance, à Gustave Doré, qui avait illustré, en 1863, (...)

9Monsieur10,

10M. Templier me charge de vous faire remettre la traduction d’un article allemand sur le Don Quichotte.

  • 11 Nous n’avons pu identifier l’article en question. Zola avait lui-même consacré une étude à l’éditi (...)

11L’auteur de cet article est le Dr Richter11, qui demeure à Paris, chez Mme Gaston, 31, rue Saint-Lazare.

12Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de ma considération distinguée.

L.a.s., Sothebys. com, lot no. 37P7Y.
Becker, 1983, p. 155 (extr.).

10. À François Favre

13[Paris, vers le 24 novembre 1864]

14[Zola lui rappelle qu’il est]

  • 12 C’est-à-dire les Contes à Ninon. Voir t. I, lettres 93-96.
  • 13 Cette revue mensuelle de la « franc-maçonnerie française et étrangère » avait été fondée en 1858 p (...)
  • 14 Le compte rendu qui parut dans Le Monde maçonnique de janvier 1865 est signé des initiales C.P. : (...)

15[…] chef de publicité de la maison Hachette. [Il vient de] publier à la Librairie Internationale un volume de nouvelles12. Aurez-vous la bonté de lire ces Contes, de les juger et de leur accorder dans Le Monde maçonnique13 le nombre de lignes qu’ils vous paraîtront mériter14 ?

16[Il souhaiterait aussi]

  • 15 C’est en août 1865 que Louis de Ronchaud parla des Contes à Ninon dans sa « Chronique littéraire » (...)

17[…] que M. de Ronchaud consacrât à mon livre, dans la Revue germanique, une étude de quelque étendue. Comme je ne le connais pas personnellement, bien que je lui aie souvent envoyé des publications nouvelles, je préfère que ce soit vous qui lui remettiez mon ouvrage, en le lui recommandant chaudement15.

Extr., cat. libr. Thierry Bodin, no 99 (février 2002).

11*. À Camille Guinhut

18Paris, 9 décembre 1864

  • 16 Rédacteur au quotidien Le Nord en 1864, Camille Guinhut avait publié, l’année précédente, le spéci (...)

19Cher monsieur16,

  • 17 Guinhut avait rendu compte des Contes à Ninon dans Le Nord du 9 décembre. Après avoir évoqué le su (...)

20Je vous remercie mille fois de l’excellent article que vous avez bien voulu me consacrer dans Le Nord17. Outre le plaisir tout naturel que j’ai pris à la lecture de cet article, j’ai ressenti une satisfaction plus haute, celle que l’on goûte en lisant des choses finement écrites. Vous avez lu mes Contes, ce qui est un acte de courage, et vous les avez jugés avec délicatesse et esprit, ce qui est l’acte d’un confrère qui a autant d’obligeance que de talent.

21Veuillez agréer, cher monsieur, l’assurance de mes sentiments reconnaissants et dévoués.

L.a.s., coll. Dr R. Broca.
Becker, 1986, p. 199.

12*. À Duport

22Paris, 28 décembre 1864

  • 18 Le destinataire de cette lettre est sans doute Duport, le régisseur des annonces de L’Union, ainsi (...)

23Cher monsieur18,

  • 19 L’Union n’inséra pas parmi ses annonces la réclame demandée par Zola. Mais un rédacteur du quotidi (...)

24Je n’ai pas vu passer la réclame Bouillet dans L’Union. Veuillez me justifier cette insertion au plus tôt, et m’adresser une facture acquittée des quatre insertions. Nous avons besoin de ce papier pour nos écritures19.

25Agréez, cher monsieur, l’assurance de mes sentiments distingués.

L.a.s. (facs.), cat. P.B.A. Auctions, San Francisco, CA, http://www.pbagalleries.com/​ (juin 2004).

Notes

1 C’est-à-dire Émile Templier, gendre et associé de Louis Hachette (voir t. I, lettre 70, n. 4, et, pour de plus amples renseignements, Mollier, 1999). On sait que Zola était, en avril 1864, chef du bureau de la publicité chez Hachette : le catalogue de vente précise que sa lettre est écrite sur papier à en-tête de la librairie – comme le sont, vraisemblablement, toutes ses lettres envoyées du 21 novembre 1863 (lettre 4) au 4 décembre 1865 (lettre 32).

2 Sur cette revue illustrée, dirigée par Édouard Charton et éditée par Hachette, voir, dans le t. I, l’Index analytique des périodiques.

3 Il s’agit sans doute de l’ouvrage en deux volumes que Pierre Trémaux avait publié chez Hachette en 1862-1863 : Voyage en Éthiopie, au Soudan oriental et dans la Nigritie.
D’abord conducteur aux Ponts et Chaussées, Pierre Trémaux (né en 1818) travailla aux fortifications de Paris, tout en faisant des études d’architecture, puis aux usines Schneider du Creusot. En 1847, il se rendit en Algérie et en Égypte, où il se joignit à une expédition organisée en vue de l’exploitation des sables aurifères de la zone soudanaise de l’Afrique ; il prit part ensuite à une exploration archéologique en Asie Mineure. Il écrivit plusieurs livres sur ses voyages et publia également des ouvrages sur l’origine des espèces et sur le mouvement et l’action de la matière.

4 Sur Gustave Vapereau et L’Année littéraire, voir les Notices biographiques du tome I.

5 Voir la lettre 4.

6 La Presse avait publié cette annonce, sur six colonnes, le 20 mai 1864.

7 Il s’agit d’une réédition. Le livre d’Edmond About avait paru chez Hachette à la fin de mars (→ t. I, lettre 75).

8 Sur Émile Deschanel, voir les Notices biographiques du t. I. Le destinataire de cette lettre, Édouard de Pompéry (1812-1895), appartenait à une ancienne famille bretonne connue pour ses idées libérales. Propagandiste des idées de Charles Fourier, il publia, entre autres, Le Docteur de Tombouctou (1837), Théorie de l’association et de l’unité universelle de C. Fourier (1841), La Femme dans l’humanité, sa nature, son rôle et sa valeur sociale (1864), Voltaire : l’homme et le penseur (1867), La Morale naturelle et la religion de l’humanité (1891). Candidat malheureux dans le Finistère, comme républicain socialiste, aux élections de 1848, il y échoua de nouveau en 1871.

9 La lettre d’Édouard de Pompéry à laquelle Zola répond avait trait à La Femme dans l’humanité, paru chez Hachette. Elle est sans doute à dater du 2 juin 1864. Voir l’édition réalisée par Colette Becker dans Les Cahiers naturalistes.

10 Ces lignes sont adressées, selon toute vraisemblance, à Gustave Doré, qui avait illustré, en 1863, une nouvelle édition, publiée par la librairie Hachette, de Don Quichotte (la traduction, due à Louis Viardot, avait paru pour la première fois en 1836). L’édition illustrée, en deux volumes in-folio vendus 200 francs, comprenait 120 grandes planches et 257 têtes et fins de chapitre, gravées par Héliodore Pisan.
Né à Strasbourg, Gustave Doré (1832-1883) publia ses premières lithographies à l’âge de treize ans. Venu à Paris avec son père en 1848, il signa un contrat avec Le Journal pour rire, ce qui lui permit de payer ses études au lycée Charlemagne. Il illustra en 1852 les romans historiques de Paul Lacroix, dit le Bibliophile Jacob, et ses illustrations des œuvres de Rabelais (1854) et des Contes drolatiques de Balzac (1855) lui valurent la célébrité. Parmi les très nombreux ouvrages qu’il illustra par la suite, on peut citer L’Enfer de Dante (1861), les Contes de Perrault (1862), Atala de Chateaubriand (1863), La Sainte Bible (1866), les Fables de La Fontaine (1867), Le Purgatoire et Le Paradis de Dante (1868). À côté de son travail d’illustrateur, il s’intéressa à la peinture et à la sculpture. Il exposa des tableaux au Salon à partir de 1850, et sa statue d’Alexandre Dumas fut érigée en 1883, après sa mort, sur la place Malesherbes à Paris.

11 Nous n’avons pu identifier l’article en question. Zola avait lui-même consacré une étude à l’édition illustrée de Don Quichotte dans le Journal populaire de Lille, du 20 au 23 décembre 1863 (O. C., t. X, p. 296-308) : c’était son deuxième « papier » paru dans la presse, après le compte rendu, publié dans L’Athenaeum français du 31 janvier 1863, du Comte Kostia de Victor Cherbuliez (ibid., p. 295-296). Il se réjouissait de trouver une « conformité de tempéraments » entre Doré et Cervantès, et il se montrait particulièrement sensible à l’éclairage des gravures : il admirait la « manière blanche, lumineuse et chaude » de Doré, qu’il préférait à la « manière noire » de ses premiers dessins (voir aussi le t. I de cette Correspondance, lettre 58). Le 24 mai 1869, signalant dans Le Gaulois la publication d’une édition à bon marché du Don Quichotte illustré, il écrivit : « Je n’ai pas, en art, les opinions de M. Doré. Mais je reconnais volontiers qu’il a une imagination inépuisable et un grand sens du pittoresque. C’est le seul ‘illustrateur’ supportable de l’époque » (O. C., t. X, p. 857). Sur Zola et Doré, voir Ehrard, 1972 et Kaenel, 1996.

12 C’est-à-dire les Contes à Ninon. Voir t. I, lettres 93-96.

13 Cette revue mensuelle de la « franc-maçonnerie française et étrangère » avait été fondée en 1858 par François Favre, à qui ces lignes sont vraisemblablement adressées, et Louis Ulbach. Seul directeur de la revue en 1864, Favre y rédigeait la plupart des comptes rendus de livres.
François Favre (1819-1892) fut d’abord employé dans l’administration des hospices de Paris. Ayant démissionné en 1848, il débuta dans le journalisme, fut poursuivi pour délit de presse en 1850 et se réfugia en Belgique jusqu’en 1854. Il collabora ensuite à L’Avenir national, au Réveil et à la Revue de Paris et fut maire du XVIIe arrondissement de Paris de septembre 1870 à mars 1871. Il revint ensuite au journalisme et devint en 1881 bibliothécaire du Conservatoire des arts et métiers.

14 Le compte rendu qui parut dans Le Monde maçonnique de janvier 1865 est signé des initiales C.P. : c’est une version abrégée de celui qui fut publié, avec la même signature, dans La Gazette des étrangers du 22 janvier 1865. Le texte de La Gazette, qui a été reproduit par Henri Mitterand (O. C., t. IX, p. 190-191) et Roger Ripoll (1976, p. 1241-1242), avait été rédigé par Zola lui-même, et plusieurs critiques, parmi lesquels Eugène Paz, dans Le Petit Journal du 28 novembre 1864 (→ t. I, lettre 95), A. Rolland, dans Le Pays du 9 décembre, et Léon Laurent-Pichat, dans L’Avenir national du 24 janvier 1865 (→ lettre 17, n. 3), en reproduisirent des passages entiers dans leurs articles sur les Contes à Ninon. Voici les premières et les dernières lignes de l’article du Monde maçonnique : « M. Émile Zola publie aujourd’hui son œuvre de jeunesse, cette œuvre où l’on met tout son cœur et tout son esprit, et où l’inexpérience est une grâce de plus. […] Les Contes à Ninon nous promettent un écrivain et des œuvres. On peut, en les lisant, deviner dès aujourd’hui la place à part que M. Émile Zola occupera dans la littérature contemporaine, et les études passionnées et vraies qu’il nous donnera en grandissant. »

15 C’est en août 1865 que Louis de Ronchaud parla des Contes à Ninon dans sa « Chronique littéraire » de la Revue moderne, nouveau titre de la Revue germanique et française de Charles Dollfus : « M. Zola est un jeune talent qui a besoin de mûrir. Avec plus d’expérience et d’art, il saura tenir son imagination en brèche et mettre la sourdine à son style ; il a la couleur, il aura la nuance ; ses personnages deviendront plus réels à mesure qu’il apprendra à voir le monde autrement qu’à travers ses rêves. Comme œuvre de jeunesse, son livre, je l’ai déjà dit, est charmant et promet beaucoup. »
Louis de Ronchaud (1816-1887) écrivit des vers – Premiers chants (1839), Les Heures (1844), Poèmes de la mort (1887) – et collabora à diverses revues comme critique littéraire et critique d’art. Il publia également plusieurs ouvrages sur l’archéologie et l’histoire de l’art, dont Phidias (1861), La Tapisserie dans l’antiquité (1884), Au Parthénon (1886). Inspecteur des Beaux-Arts en 1872, il fut nommé en 1881 directeur des musées nationaux.

16 Rédacteur au quotidien Le Nord en 1864, Camille Guinhut avait publié, l’année précédente, le spécimen – le seul numéro paru, semble-t-il – d’un journal du soir, la Gazette parisienne. Il ne nous est pas autrement connu.

17 Guinhut avait rendu compte des Contes à Ninon dans Le Nord du 9 décembre. Après avoir évoqué le succès que les comédies de Musset obtenaient alors à la Comédie-Française, où On ne badine pas avec l’amour avait été joué pour la première fois le 18 novembre 1861, il écrivait : « Ce renouveau de la fantaisie, cette avidité avec laquelle le public semble se précipiter sur tout ce qui sort du convenu, de l’ordinaire et du banal, ont sans doute décidé M. Émile Zola à glaner quelques épis dans le champ dont Alfred de Musset, comme en se jouant, avait cueilli les plus mûrs et les plus dorés. » Il présentait brièvement quelques-uns des contes, et il concluait : « La variété la plus grande règne donc dans les Contes à Ninon, comme il convient à tout texte qui a pris la fantaisie pour guide et se laisse aller complaisamment là où l’inspiration l’appelle […]. Le style en est facile, agréable, poétique à l’occasion ; chaque histoire est courte, et bien souvent elle paraît l’être trop au gré du lecteur, qui ne demanderait pas mieux que de cueillir avec M. Émile Zola les fleurs de la route et de contempler avec lui les paysages que le soleil de l’imagination fait resplendir à chaque instant sous ses pas. »
Sur Le Nord, « journal international » publié à Bruxelles et à Paris, voir, dans le t. I, l’Index analytique des périodiques.

18 Le destinataire de cette lettre est sans doute Duport, le régisseur des annonces de L’Union, ainsi que de cinq autres quotidiens : L’Avenir national, La France, Le Monde, L’Opinion nationale et Le Temps. Voir t. I, lettre 99.

19 L’Union n’inséra pas parmi ses annonces la réclame demandée par Zola. Mais un rédacteur du quotidien, R. Gallois, avait parlé, dans un article paru le 24 décembre, des nouvelles éditions que la maison Hachette venait de publier de deux dictionnaires de Marie-Nicolas Bouillet : il s’agissait du Dictionnaire universel d’histoire et de géographie (1842) et du Dictionnaire universel des sciences, des lettres et des arts (1854). Et le 7 janvier 1865, un autre rédacteur, D’Hastel, publia un compte rendu du livre dont il est question dans la lettre précitée du t. I : La Vérité vraie sur la publication des Mémoires de Mme Roland (il s’agit de Mme Roland de la Platière, l’égérie des Girondins, qui périt sur l’échafaud en 1793).
Marie-Nicolas Bouillet (1789-1865), normalien et agrégé, enseigna la philosophie aux lycées (alors collèges royaux) Charlemagne et Henri IV et devint, en 1840, proviseur du collège Bourbon (futur lycée Condorcet). Outre les deux dictionnaires précités, qui obtinrent un énorme succès au XIXe siècle – le premier eut plus de trente éditions –, il publia un Dictionnaire classique de l’antiquité sacrée et profane (1826), ainsi que des éditions de Roger Bacon, de Cicéron et de Sénèque.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search