Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Professeur Owen Morgan

In Memoriam

Dorothy Speirs

Texte intégral

1Le présent ouvrage est dédié à la mémoire du Professeur Owen Morgan, collègue de travail, co-éditeur et ami très cher. Owen, qui eut le grand plaisir de voir et de corriger les épreuves de ce livre, est décédé subitement le 1er septembre 2010, avant la publication de ces Lettres retrouvées.

2C’est en 1963 qu’Owen Morgan choisit de venir au Canada, après avoir soutenu une thèse sur Octave Mirbeau à l’Université de Nottingham. Il connut une longue et brillante carrière au Département d’études françaises de l’Université McMaster (Hamilton, Ontario). Il occupa le poste de directeur de ce département de 1996 à 2002, année où il prit sa retraite avec le titre de professeur émérite.

3Son enthousiasme et son engagement pour les études dix-neuviémistes, en particulier pour la vie et l’œuvre d’Émile Zola, ne fléchirent jamais. L’un de ses ouvrages les plus connus sur Zola et le naturalisme, ouvrage apprécié par les chercheurs tout aussi bien que par les étudiants, est sans doute son Guide Émile Zola, publié en collaboration avec Alain Pagès en 2002.

4Avant tout, Owen Morgan était un éditeur, le plus doué, sinon le plus fervent que j’ai connu. Les très nombreuses années qu’il a consacrées à l’édition critique en dix volumes de la Correspondance d’Émile Zola témoignent de sa passion pour ce travail. Owen Morgan fut présent dès le début de ce monumental projet, au milieu des années 1970. En 1985, il fut chargé de l’édition de l’un des volumes et, deux ans plus tard, il devint éditeur associé de l’ensemble. Il occupa ces fonctions éditoriales avec enthousiasme jusqu’à la publication du tout dernier volume, en 1995. Avec les présentes Lettres retrouvées, Owen renoua avec ses premières amours, l’édition savante de correspondances, et revint à l’auteur qu’il aimait tant et auquel il consacra une bonne partie de sa carrière.

5Collègue avisé, généreux, affable, au savoir encyclopédique, Owen Morgan n’interrompit jamais ses recherches, que ce soit dans les dossiers des Archives nationales, dans les catalogues de la Bibliothèque nationale de France, ou à la bibliothèque Robarts de l’Université de Toronto. Il avait encore en tête de nombreux projets au moment de sa mort prématurée, à son domicile de Cissac-Médoc, en France.

6Owen Morgan laisse un grand vide. Sa droiture, son amitié et son enthousiasme ne seront cependant pas oubliés. Que ces Lettres retrouvées soient un hommage au chercheur qui inspira plusieurs générations de collègues et de jeunes zolistes.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search