Version classiqueVersion mobile

Émile Zola, correspondance, t. XI

 | 
Émile Zola

Avant-propos

Texte intégral

1Au cours des quinze dernières années, les catalogues de ventes publiques et ceux des marchands d’autographes ont révélé des lettres inédites de Zola, et des collectionneurs, des conservateurs de bibliothèques universitaires ou publiques, des collègues et des amis nous ont fait parvenir des copies des lettres qu’ils venaient d’acquérir ou de découvrir. À vrai dire, cela ne nous a guère surpris. En 1995, lorsque nous achevions, avec notre regretté collègue John A. Walker, l’appareil critique du t. X (1899-1902) de la Correspondance d’Émile Zola, édition réalisée, sous la direction de B. H. Bakker, par un groupe de chercheurs français et canadiens et publiée aux Presses de l’Université de Montréal et aux Éditions du CNRS, nous savions que des lettres inconnues de nous risquaient de surgir, ici et là, à peine le livre mis en vente.

2Ce onzième volume de la Correspondance contient ainsi 278 lettres entièrement inédites et 33 lettres partiellement inédites. Nous y avons ajouté près d’une centaine de lettres parues depuis 1999 dans Les Cahiers naturalistes, revue publiée, sous la direction d’Alain Pagès, par la Société littéraire des Amis d’Émile Zola, ainsi que les 64 lettres que Colette Becker y avait présentées de 1983 à 1986, mais qui n’ont pas pris place dans le supplément de 202 lettres incorporé dans le tome X. Nous incluons également dans le volume les nombreux extraits de lettres à Alexandrine Zola cités dans le catalogue de la grande exposition Zola qui s’est tenue, du 18 octobre 2002 au 19 janvier 2003, à la Bibliothèque nationale de France, et dans une communication faite par le Dr Brigitte Émile-Zola, en septembre 1996, au colloque annuel de l’Association internationale Zola et le Naturalisme (AIZEN). Le corpus est complété par un certain nombre de lettres incorrectement datées dans les tomes précédents, dont les annotations sont par conséquent lacunaires ou erronées.

3Les 502 lettres ici publiées couvrent 44 années de la vie de Zola, de mars 1858 jusqu’à l’avant-veille de sa mort. On y retrouve tour à tour le lycéen déraciné qui semble voué à une carrière d’ingénieur, le chef de la publicité de la librairie Hachette qui fait jouer le réseau de relations qu’il s’est tissé dans le monde de la presse pour lancer ses premiers livres, le jeune journaliste confiant dans la vigueur de sa pensée et de sa plume, le candidat à un poste de sous-préfet après la débâcle de l’Empire, le créateur passionné des œuvres audacieuses qui forment la base de l’édifice des Rougon-Macquart, et dont la septième, L’Assommoir, lui apporte soudainement, en 1877, la fortune. À partir de cette année-là, deux ensembles de lettres prédominent : celles que Zola adresse à des correspondants étrangers, documents indispensables, avec les notes qui les accompagnent, pour étudier la réception du naturalisme dans le monde, puis, à partir de novembre 1897, celles qui ont trait à sa campagne en faveur d’Alfred Dreyfus, à son procès et à son exil, à l’engagement courageux de l’homme public et aux souffrances de l’homme privé, qui exprime son chagrin et sa fureur dans trois lettres émouvantes adressées à son avocat, Fernand Labori.

4On retrouve également dans ce livre la plupart des correspondants privilégiés de Zola : parmi les proches et les fidèles, Alexandrine, Jean-Baptiste Baille, Georges Charpentier, Numa Coste, Marius Roux ; parmi les collaborateurs et les disciples, Alexis, Busnach, Céard, Hennique, Huysmans, Maupassant ; parmi les écrivains et les journalistes contemporains, Jean Aicard, Paul Bourget, Jules Claretie, François Coppée, Alphonse Daudet, Yves Guyot, Mallarmé. Citons également des correspondants absents des volumes précédents : l’illustrateur Gustave Doré, la romancière Georges de Peyrebrune, l’écrivain anglais Charles Reade, qui a adapté pour la scène britannique le drame tiré de L’Assommoir, le critique Teodor de Wyzewa et Louis Montchal, bibliothécaire genevois dont les nombreuses lettres adressées à Zola offrent un témoignage fascinant sur l’accueil fait à ses œuvres dans la ville de Calvin. Toutes les lettres inédites du romancier qui figurent dans ce volume, de même que les textes publiés antérieurement avec des commentaires sommaires, sont annotées suivant le système mis au point dans les tomes I à X ; nous avons choisi toutefois, afin de respecter la propriété intellectuelle des collaborateurs des Cahiers naturalistes, de renvoyer le lecteur aux annotations de la revue, sauf lorsque nous avons pu y ajouter des renseignements supplémentaires.

5C’est pour nous un agréable devoir d’exprimer notre reconnaissance aux collectionneurs qui nous ont fourni certaines des lettres qui suivent, et dont les noms sont indiqués en leur lieu et place, ainsi qu’aux collègues et aux amis qui nous ont communiqué des autographes, des copies de lettres, des catalogues ou des renseignements : Henri Mitterand et Alain Pagès, dont l’apport a été particulièrement important, René-Pierre Colin, Danielle Coussot, Anthony Cummins, Brigitte Émile-Zola, Philippe Hamon, Marlo Johnston, Martine Le Blond-Zola, Yvan Leclerc, Pierre Michel, André Paillé, Michael Pakenham, Michèle Sacquin, Nelly Sanchez, le regretté James B. Sanders. Nous remercions également Alain Pagès et Anna Gural-Migdal de nous avoir autorisés à reprendre les textes publiés dans Les Cahiers naturalistes et dans Excavatio, la revue de l’AIZEN. Nous exprimons aussi notre gratitude à Madame Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel de l’Académie française, et à la Commission des bibliothèques et archives de l’Institut de France, ainsi qu’à toutes les personnes qui nous ont accordé la permission de publier des lettres conservées dans les fonds publics ou semipublics dont elles ont la responsabilité. Nos remerciements vont enfin à notre collègue Yannick Portebois, au directeur des Presses de l’Université de Montréal, Antoine Del Busso, et à ses collaborateurs, en particulier Nadine Tremblay.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search