Version classiqueVersion mobile

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Les contributeurs

Texte intégral

1 Mathieu Arnoux
Professeur à l’Université de Paris 7 et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, il a soutenu en 1990 une thèse sur la production du fer dans la Normandie médiévale (Mineurs, férons et maîtres de forges, CTHS, 1993). Par la suite, ses recherches ont porté sur l’histoire économique, sociale et religieuse des campagnes normandes (Des clercs au service de la réforme, Brepols, 2000) et sur l’histoire de l’économie européenne à la fin du Moyen Âge (travail, marchés, techniques). Il est actuellement membre senior de l’Institut universitaire de France.

2 Annick Brabant
Doctorante à l’Université de Montréal et à l’Université de Caen Basse-Normandie, sous la direction de Denise Angers et de Véronique Gazeau. Elle prépare actuellement une thèse portant sur les Normands et le Grand Schisme d’Occident. Elle a terminé une maîtrise intitulée « Les relations entre l’Église et l’État selon la Chronique du Religieux de Saint-Denis (1380-1422) » (Université de Montréal, 2006), sous la direction de Denise Angers.

3 Isabelle Cochelin
Professeure à l’Université de Toronto (Département d’histoire et Centre d’études médiévales). Ses recherches et publications concernent principalement la vie quotidienne des moines jusqu’au XIIe siècle. Elle dirige avec Susan Boynton (Music, Columbia University) la collection Disciplina monastica (Brepols). Avec cette dernière et dans cette collection, elle a publié From Dead of Night to End of Day : The Medieval Customs of Cluny – Du cœur de la nuit à la fin du jour : les coutumes clunisiennes au Moyen Âge (2005). Elle finalise l’édition d’une collection d’articles sur le cycle de vie au Moyen Âge en collaboration avec la littéraire Karen Smyth (University of East Anglia, UK). Enfin, elle travaille sur un livre concernant l’histoire des coutumiers monastiques jusqu’au XIIe siècle.

4 Jean-François Cottier
Professeur et directeur du Centre d’études médiévales de l’Université de Montréal, il est spécialiste de latin médiéval et humaniste. Il a travaillé sur la tradition des livrets de prières médiévaux (Anima mea : prières privées et textes de dévotion du Moyen Âge latin, Brepols, 2002), et plus généralement sur la littérature religieuse et mystique du Moyen Âge et de la Renaissance (La Prière en Latin, de l’Antiquité à la Renaissance, Brepols, 2007). Il mène actuellement des recherches sur la poétique de la paraphrase et sur l’exégèse humaniste de la Bible (Paraphrases sur les Évangiles d’Érasme de Rotterdam) ainsi que sur les écrits latins de Nouvelle France et du Québec.

5 Elisabeth Crouzet-Pavan
Professeure d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris-Sorbonne. Spécialiste d’histoire urbaine et d’histoire d’Italie, ses travaux portent sur les derniers siècles du Moyen Âge et la Renaissance. Parmi ses principales publications, on trouve : Sopra le acque salse : Espaces urbains, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Âge (École française de Rome, 1992) ; La mort lente de Torcello. Histoire d’une cité disparue (Fayard, 1995) ; Venise : une invention de la ville XIIIe-XVe siècle (Champ Vallon, 1997) ; Venise triomphante. Les horizons d’un mythe (Albin Michel, 1999 [2004]) ; Enfers et Paradis. L’Italie de Dante et de Giotto (Albin Michel, 2001 [2004]) ; Renaissances italiennes (Albin Michel, 2007) ; Les Villes vivantes. Italie. XIIIe-XVe siècle (Fayard, 2009).

6 Dominique Deslandres
Professeure titulaire au Département d’histoire de l’Université de Montréal, où elle a participé à la fondation du Centre d’études des religions, Dominique Deslandres consacre ses travaux à l’histoire comparée des mentalités socioreligieuses d’Europe et d’Amérique. Elle a notamment publié Croire et faire croire. Les missions françaises au XVIIe siècle (Fayard, 2003) qui a reçu de nombreux prix, dont le Prix Lionel Groulx (2004) de l’Institut d’histoire d’Amérique française et le Prix John A. MacDonald de la Société historique du Canada (2005). Elle a codirigé avec John A. Dickinson et Ollivier Hubert, Les Sulpiciens de Montréal : une histoire de pouvoir et de discrétion 1657-2007 (Fides, 2007) qui a connu un vif succès de librairie et a été suivi d’une exposition au Musée des beaux-arts de Montréal. Elle prépare une biographie de Marie Guyart de l’Incarnation ainsi qu’une synthèse sur l’histoire du genre dans l’espace français à l’âge moderne (XVIe-XVIIIe siècles).

7 François Dolbeau
Directeur d’études émérite à l’École pratique des hautes études. Éditeur d’œuvres latines, notamment hagiographiques et homilétiques ; historien des textes et des bibliothèques médiévales. Il a publié notamment : Augustin d’Hippone, Vingt-six sermons au peuple d’Afrique, Institut d’études augustiniennes, 1996, et Sanctorum societas. Récits latins de sainteté (IIIe-XIIe siècles), Société des Bollandistes, 2005. Il est docteur honoris causa de l’Université de Chicago.

8 Claude Gauvard
Professeure émérite d’Histoire du Moyen Âge à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre honoraire de l’Institut universitaire de France et membre du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris. Spécialiste de la société politique et de l’opinion publique en France aux derniers siècles du Moyen Âge, son œuvre porte en particulier sur l’histoire de la criminalité, de la justice et de l’information. Elle signe Violence et ordre public au Moyen Âge (Picard, 2005), codirige Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Âge (École française de Rome, 2007) et dirige L’enquête au Moyen Âge (École française de Rome, 2008). Elle codirige la Revue historique depuis 1998.

9 Véronique Gazeau
Professeure d’histoire médiévale à l’Université de Caen Basse-Normandie, membre du Centre Michel de Boüard (Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales, FRE Université/CNRS no 3119), présidente de la section 32 (Mondes anciens et médiévaux) du Comité national de la recherche scientifique ; elle est spécialiste des mondes normands médiévaux et plus spécialement de l’Église normande. Elle a publié Normannia monastica (Xe-XIIe siècle). *Princes normands et abbés bénédictins. *Prosopographie des abbés bénédictins (Publications du CRAHM, 2007).

10 Francis Gingras
Professeur au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal. Ses projets de recherche portent sur le développement de la forme romanesque entre le XIe et le XIIIe siècle. Il est l’auteur d’un ouvrage sur la construction de l’imaginaire érotique des premiers romanciers, Érotisme et merveilles dans le récit français des XIIe et XIIIe siècles (Champion, 2002). Depuis septembre 2000, il codirige le projet de thesaurus informatisé des motifs merveilleux initié par Francis Dubost à l’Université Montpellier 3 en 1995. Il est actuellement directeur de la revue Études françaises.

11 Monique Goullet
Directrice de recherche au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP, CNRS-Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et spécialiste de latin médiéval. En collaboration avec Michel Parisse, elle a publié deux livres d’initiation au latin médiéval, Apprendre le latin médiéval, et Traduire le latin médiéval (Picard, 1996 et 2003). Son domaine de recherche de prédilection est l’hagiographie, et notamment la question de la réécriture, sur laquelle elle a rédigé un essai (Écriture et réécriture hagiographiques. Essai sur les Vies de saints dans l’Occident médiéval, Brepols, 2005) et édité deux livres en collaboration avec Martin Heinzelmann (La réécriture hagiographique dans l’Occident médiéval. Transformations formelles et idéologiques (Thorbecke, 2003) et Miracles, Vies et réécritures dans l’Occident médiéval, Thorbecke, 2006).

12 Martin Gravel
Doctorant aux universités de Montréal et de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Distances, rencontres, communications : les défis de la concorde dans l’Empire carolingien), sous la direction conjointe de Régine Le Jan et de Denise Angers, il profite aussi de la lecture attentive de Joseph-Claude Poulin. Il structure ses efforts de recherche autour de la problématisation de la distance et des déplacements et il s’intéresse aux questions d’histoire entourant l’oralité, l’écriture et la littératie. En vue du postdoctorat, il prépare une étude comparative des empires de Charlemagne et de Justinien Ier.

13 Martin Heinzelmann
Chercheur associé à l’Institut historique allemand de Paris, où il est entré en 1968. Il a dirigé la section médiévale du périodique Francia de 1976 à 2005. Il réalise de nombreux ouvrages portant sur les sources hagiographiques médiévales, et codirige le projet des Sources hagiographiques de la Gaule (SHG). Il a aussi publié un ouvrage déterminant sur les dix livres d’Histoire de Grégoire de Tours (Gregor von Tours (538-594), « Zehn Bücher Geschichte », Historiographie und Gesellschaftskonzept im 6. Jahrhundert, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1994). Sa thèse de doctorat reste aujourd’hui un repère essentiel sur les rapports entre aristocratie et épiscopat dans les premiers siècles du Moyen Âge (Bischofsherrschaft in Gallien : zur Kontinuität römischer Führungsschichten vom 4. bis zum 7. Jahrhundert, Artemis, 1976).

14 Stéphane Lebecq
Professeur émérite d’histoire médiévale à l’Université de Lille 3 Charles-de-Gaulle. Spécialiste de l’histoire des sociétés de l’Europe du Nord-Ouest au début du Moyen Âge, en particulier de l’histoire des communications maritimes, fluviales et terrestres. Auteur de Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Âge (Presses universitaires de Lille, 1983), Nouvelle histoire de la France médiévale 1. Les origines franques, Ve-IXe siècle (Seuil, 1990), Histoire des îles Britanniques (Presses universitaires de France, 2007) ; coéditeur de Bède le Vénérable entre tradition et postérité (CRHEN-O, 2005) et de Quentovic – environnement, archéologie, histoire (à paraître).

15 Régine Le Jan
Professeure d’histoire médiévale à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Spécialiste du haut Moyen Âge, elle s’attache à l’histoire du monde franc dans une perspective anthropologique. Elle a publié notamment Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale (Publications de la Sorbonne, 1995) – qui mérite le 1er prix Gobert de l’AIBL –, Femmes, pouvoir et société, dans le haut Moyen Âge (Picard, 2001), La société du haut Moyen Âge (Armand Colin, 2003), Les Mérovingiens (Presses universitaires de France, 2006). Elle coordonne des programmes de recherche sur les Élites au haut Moyen Âge et dirige la collection Haut Moyen Âge, aux éditions Brepols.

16 Didier Méhu
Professeur d’histoire et d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’Université Laval de Québec depuis 2001. Ses recherches portent principalement sur la place de l’Église dans l’organisation de l’espace et des rapports sociaux dans l’Occident médiéval entre le IXe et le XIIIe siècle. Il a notamment publié Paix et communautés autour de l’abbaye de Cluny, Xe-XVe siècle (Presses universitaires de Lyon, 2001) ; Gratia Dei. Les chemins du Moyen Âge (Fides, 2003) ; le collectif Mises en scène et mémoires de la consécration de l’église dans l’Occident médiéval (Brepols, 2007). Il prépare actuellement un ouvrage sur les figures et les figurabilités du lieu ecclésial aux XIe et XIIe siècles.

17 Francine Michaud
Professeure à l’Université de Calgary, elle se spécialise sur la Provence médiévale. Parmi ses publications figurent : « Le pauvre transformé : les hommes, les femmes et la charité à Marseille du XIIIe siècle jusqu’à la Peste noire », Revue historique (2009) ; « L’évolution de la condition paysanne en Provence centrale à Aups aux XIIIe et XIVe siècles », Provence historique (2008), « From apprentices to wageearners : child labour before and after the Black Death », dir. Joel Rosenthal, Medieval Childhood, 2007 ; « Apprentissage et salariat à Marseille avant la peste noire », Revue historique (1994) ; Un signe des temps : accroissement des crises familiales autour du patrimoine à Marseille à la fin du XIIIe siècle, PIMS, 1994.

18 Michel Parisse
Michel Parisse s’est d’abord spécialisé en histoire de la Lorraine et de l’Allemagne (La noblesse lorraine, XIe-XIIIe siècles, thèse de doctorat d’État, 1967) (Allemagne et Empire au Moyen Âge, Hachette, 2002) tout en portant son intérêt aux éditions de textes latins. Devenu professeur à la Sorbonne, il s’est consacré à l’enseignement du latin médiéval et de la paléographie latine, publiant chez Picard une série de manuels plusieurs fois réédités et réimprimés. Il se tourne à nouveau vers l’édition des actes des évêques lorrains.

19 Geneviève Ribordy
Détentrice d’un doctorat en histoire médiévale de l’Université de Montréal et d’un diplôme d’études avancées de la Sorbonne, elle a également mené des études postdoctorales à l’Université Laval sur la question du nom et de la désignation à la fin du Moyen Âge. Ses principales publications comprennent Les prénoms de nos ancêtres. Étude d’histoire sociale (Septentrion, 1995), un livre tiré de sa thèse de doctorat intitulé Faire les nopces. Le mariage de la noblesse française (1375-1475) de même que plusieurs articles sur le mariage et sur l’anthroponymie. Elle poursuit ses recherches sur l’anthroponymie et l’identité médiévale. Elle enseigne en histoire au Cégep Champlain-St. Lawrence à Québec.

20 Hedwig Röckelein
Professeure d’histoire médiévale à l’Université Georg-August de Göttingen, directrice du Diplomatischer Apparat de l’Université de Göttingen, membre régulière de l’Académie des Sciences de Göttingen et présidente de la Commission directrice du projet Germania Sacra de l’Académie des Sciences de Göttingen. Ses travaux portent, entre autres, sur la culture religieuse du Moyen Âge et sur l’histoire des genres. Sa thèse d’habilitation est consacrée aux modes de communication en lien avec les translations de reliques en Saxe au IXe siècle (Reliquientranslationen nach Sachsen im 9. Jahrhundert. Über Kommunikation, Mobilität und Öffentlichkeit im Frühmittelalter, Thorbecke, 2002). Elle a publié de nombreux articles en allemand, en français et en anglais sur l’histoire des reliques au haut Moyen Âge.

21 Sébastien Rossignol
Chercheur postdoctoral au Département d’Histoire de l’Université York (Toronto). Ses travaux portent sur plusieurs aspects de l’histoire médiévale de l’Europe du Centre et du Centre-Est. Après des études au Québec et en Allemagne ainsi qu’un séjour en Pologne, il a terminé en 2008 aux universités de Göttingen et de Lille 3 une thèse portant sur l’habitat proto-urbain et les conceptions urbaines en Europe centrale et nordique du VIIIe au XIIe siècle. Il s’intéresse actuellement à la formation d’identités régionales exprimées dans les chartes des princes de Silésie aux XIIIe et XIVe siècles.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search