Version classiqueVersion mobile

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

La religieuse et ses livres

Le cas de Marie Guyart de l’Incarnation au début de la Nouvelle-France

Dominique Deslandres

Texte intégral

  • 1 Jacques Du Bosc, L’Honneste femme, Paris, P. Aubouin, 1639-1640, 2 tomes en 1 volume (http://galli (...)
  • 2 Cité par Guy-Marie Oury, Les Ursulines de Québec, 1639-1953, Québec, 1999, p. 61.

« Il n’y a rien de si vray que la Lecture, la Conversation, & la Resverie, sont les trois choses du monde les plus belles et les plus utiles. Par la lecture, nous entretenons les morts, par la Conversation les vivans, & nous- mesmes par la Resverie : La Lecture enrichit la Memoire, la Conversation polit l’esprit, & la Resverie forme le iugement ; Mais entre ces nobles occupations de l’ame, pour dire icy laquelle est la plus importante, il faut confesser que
la Lecture entretient les deux autres, & que sans elle la Resverie est sans fruict, & la Conversation sans plaisir. » (Jacques Du Boscq, L’Honneste Femme, 16391)
« Elles [les Ursulines] sont tenues à perpétuité à instruire les petites filles sauvages de la Nouvelle-France en la connaissance de la religion catholique, apostolique et romaine. Leur apprendre à lire et, si bon leur semble, à écrire, leur apprendre aussi le catéchisme et généralement tout ce qui est nécessaire de savoir à une bonne chrétienne vraie et fidèle catholique, les recevoir audit couvent et séminaire, leur donner leurs gîtes, logements, nourriture, aliment et entretiennement. » (Contrat de fondation du monastère de Québec, Paris le 28 mars 16392)

  • 3 Broderie d’applique au fil de laine et de soie polychrome sur fond de serge de laine, 88 × 158 cm, (...)

L’Éducation de la Vierge. Parement d’autel attribué à Marie de l’Incarnation, c 16503.

  • 4 Auteure d’une abondante correspondance, Marie Guyart rédigea deux autobiographies (en 1633 et en 1 (...)
  • 5 De « Marie de l’Incarnation et la femme amérindienne », Recherches amérindiennes au Québec, xiii-4(...)

1Connaissant l’amour passionné qu’a Denise Angers pour les livres et son intérêt soutenu pour la question des femmes et de l’histoire du genre, je voudrais ici, en forme d’hommage et de clin d’œil historiens, analyser les relations que pouvaient entretenir les religieuses avec le livre au commencement de la colonie française du Saint-Laurent. Ces Françaises, qui furent parmi les premières à venir s’installer dans le Nouveau Monde à partir de 1639, n’étaient pas venues pour faire des bébés, comme on aurait pu s’y attendre dans une colonie de peuplement, mais bel et bien pour établir les bases mêmes sur lesquelles ont été fondées l’éducation, la santé et l’assistance que nous connaissons au Québec. Ce faisant, ces femmes, qui se considéraient comme de vraies missionnaires, promurent ce qu’il convient d’appeler un véritable humanitaire spirituel – un humanitaire qui fut d’abord dirigé vers les Amérindiennes et les Amérindiens qui passaient par leurs couvents ou qui s’arrêtaient un temps à leur parloir, puis, quand les épidémies et les guerres eurent décimé les premières nations, cet assistanat social et religieux fut réorienté vers les colons. Dans le processus, le livre joua un rôle fondamental de construction identitaire et d’acculturation. C’est ce que révèle l’expérience française et américaine de Marie Guyart de l’Incarnation (1599-1672)4, témoin et actrice privilégiée de cette période, qui, comme Denise Angers, le sait bien occupe mes pensées et recherches depuis nombre d’années5.

Femmes, livres et réseaux de formation dans l’espace français au début du XVIIe siècle

  • 6 Victoria L. Mondelli, Female Learning in Early Modern Europe: Advocates and Institutions, Thèse de (...)

2D’une manière générale, la réforme du Concile de Trente a eu beaucoup d’influence sur l’éducation des catholiques. La plupart des évêques réformateurs n’ont pas attendu que les décrets conciliaires soient officiellement « reçus » en France pour réformer leurs diocèses et promouvoir l’instruction religieuse et morale de leurs ouailles. Dès les années 1590, nombre de villes firent venir des ordres enseignants – principalement les Jésuites et les Ursulines6 – afin de procurer à leurs élites – marchandes surtout – une instruction où le livre jouait un rôle fondamental.

  • 7 Auteur d’une satire remarquée de la dernière cour des rois Valois, L’Isle des Hermaphrodites nouve (...)
  • 8 Nicolas Caussin, La cour sainte, Paris [t. 1 : 1624 – t. 2 : 1629], 10e éd., S. Chappelet, 1640, 2 (...)
  • 9 Comme les appelle Linda Timmermans, L’accès des femmes…, p. 288 sq. (à la suite de Bernard Magné d (...)
  • 10 Comme l’écrit Jacques Du Boscq par exemple : les femmes ont le même obligation de se rendre « util (...)
  • 11 Dans la foulée d’un Érasme de Rotterdam qui s’exprimait déjà dans les mêmes termes (Desiderius Era (...)
  • 12 Du Boscq, L’Honneste femme…, t. 1, p. 14 et p. 24.
  • 13 Ibidem, t. 1, p. 35.

3La lecture était alors perçue comme le remède à l’oisiveté féminine. Tandis qu’en 1600, un Arthus Thomas, sieur d’Embry7, avançait dans le second de ses trois Discours moraux, intitulé : S’il est bien séant que les filles soient sçavantes ? qu’une femme « donnera bien plus d’ordre [à son ménage], se fera bien mieux respecter après la communication de quelque bon livre », que le prédicateur jésuite Nicolas Caussin plaidait pour « une honneste science des choses qui servent à la direction des mœurs », un François Béroalde de Verville – un proche de Henri III converti au catholicisme – illustrait la pensée du temps à propos de l’accès des femmes à la lecture en insistant : « leur lecture doit être telle qu’elles y passent le temps pour vaincre l’oisiveté, cause de tous leurs dommages, ainsi en lisant avec prudence elles apprendront honnestement, si elles ne savent, à aimer et respecter ceux et celles que le devoir leur commande [[…] en lisant] elles oublient leur mauvaistié […] elles s’esvertuent aux actions vertueuses par l’envie qu’elles en recevront en voyant devant elles les exemples d’imitation exquise et suivent le sentier de la vertu8 ». Puis les « féministes chrétiens9 » des années 1630-1640, dont les Pères Caussin, Dinet, Du Boscq, Le Moyne, affirmèrent l’égalité morale des sexes, pour mieux souligner qu’hommes et femmes avaient la même « obligation d’employer le temps10 » et les mêmes devoirs d’être utiles à la société et de s’instruire par de bonnes et saines lectures11. « Il n’est donc pas nécessaire de lire beaucoup de livres, mais de n’en lire que d’excellens : & sur tout de n’avoir iamais de curiosité pour ceux, où l’on ne peut devenir sçavantes, sans estre en danger de devenir vicieuses », bref « la lecture aussi bien que la nourriture doit fortifier au mesme temps qu’elle contente12 ». Et dernière recommandation : « Comme la vertu vaut mieux que la Science, les Dames doivent penser, qu’il vaut mieux estre bonnes que sçavantes. Et ie ne craindroy point de dire, que si elles avoient la vraye pudeur, elles ne rougiroient pas moins, lors qu’on les trouve sur la lecture de quelques mauvais livres que si on les surprenoit renfermées avec quelque homme débauché13 »…

4Si la lecture des « bons livres » menait à la vertu féminine, elle permettait aussi ce que nous pourrions qualifier d’éducation parallèle alors offerte aux femmes. Encore que ces lectures devaient être dirigées :

  • 14 Ibidem, t. 1, p. 33-34.

Et pour dire en moins de paroles, ce que ie pense touchant la lecture des bons ou mauvais livres : il est nécessaire que celles qui ne sçavent pas en faire la différence, suivent le conseil des plus habiles & que celles qui sont capables de les discerner, ne se laissent iamais emporter à la curiosité, qui semble quasi naturelle à plusieurs, pour la recherche de ce qui est défendu. Il n’y a point de doute que la lecture est agréable, & utile : & pourveu qu’on lise les bons livres, elle enseigne les ignorans, elle corrige les Desbauche, & divertit les Melancholiques. Elle donne des Remedes aux plus affligez contre le Desespoir : & aux plus heureux, contre l’insolence. Elle monstre des exemples pour humilier les uns, & pour encourager les autres. Elle fait que nous ayons de meilleurs discours dans l’entretien, & de plus belles pensées dans la solitude. Sans elle il est impossible de bien resver ny de bien parler14.

  • 15 MI à une Dame de ses amies, 1649, p. 363.
  • 16 Benetta Craveri, L’âge de la conversation, Paris, 2001. Christine Planté dir. L’épistolaire, un ge (...)
  • 17 Du Boscq, L’Honneste femme…, t. 1, p. 5. Dominique Deslandres, « Agentivité, voix et voies des Fra (...)

5Lectures dirigées… par plus habile que soi, en l’occurrence chez les catholiques par le directeur de conscience. C’est bien ainsi que l’entendait Marie Guyart de l’Incarnation, la fondatrice du couvent des Ursulines à Québec ; elle écrivait ainsi en 1649 à une dame de ses amies : « Votre Père spirituel a sagement fait de régler vos Oraisons vocales : la trop grande quantité étouffe l’esprit de la dévotion ; mais aussi de n’en point dire, ou d’en dire fort peu, cela le ralentit. J’estime que vous en avez suffisamment pour vous soutenir : Vous avez ensuite les lectures saintes, les prédications, les entretiens particuliers avec les personnes dévotes, tout cela est saint, et entretient dans le cœur l’ardeur de la dévotion15. » La lecture, les prédications, les entretiens particuliers (conversation ou correspondance16) composent en effet les principaux médias par lesquels les femmes s’informent et se forment en « une vivante escolle » au XVIIe siècle17.

  • 18 Il faudrait imiter en cela Françoise Renée Deroy, Réseaux sociaux et mobilisation de ressources : (...)
  • 19 Linda Lierheimer, Female Eloquence and Maternal Ministry: The Apostolate of Ursuline Nuns in Seven (...)

6Une fois acquis, dans les petites écoles, au couvent ou auprès d’une parente, les rudiments de la lecture et des connaissances de base, les femmes, barrées comme elles l’étaient de l’enseignement supérieur, développèrent des réseaux qui leur permettaient de parfaire leur savoir. On a, à mon avis, beaucoup sous-estimé le rôle de ces derniers dans l’éducation féminine sans doute parce qu’ils étaient moins spectaculaires que les salons ou les académies par exemple, ou parce que la matière transmise à ces femmes apparaissait moins intéressante ; bref, l’histoire de ces réseaux reste à faire18 comme le demeure celle de la place qu’y tenaient les religieuses enseignantes comme les Ursulines, ces « intermédiaires culturelles qui ont étendu le terrain d’action des femmes face à de grandes résistances19 ».

7Mais ce qui est révélateur, c’est que le livre – et partant la lecture – demeure une pierre de touche de cette éducation féminine. Ce qui soulève une série de questions : que lisaient donc les femmes comme Marie de l’Incarnation ? Et parmi elles, que lisaient les religieuses ursulines ? Que faisaient-elles lire à leur tour, à qui et dans quel but ? C’est ce que nous permet de distinguer le parcours d’une simple bourgeoise tourangelle devenue religieuse de l’ordre de Sainte Ursule qui sut non seulement activer, au début du XVIIe siècle, tous ses réseaux pour atteindre les objectifs qu’elle s’était fixés mais encore puiser dans ses livres l’inspiration et le sens de son action dans le monde.

De Marie Guyart à Marie de l’Incarnation

  • 20 François Xavier de Charlevoix, La vie de la Mère Marie de l’Incarnation. Institutrice & première s (...)
  • 21 R1654, p. 51. Vie, p. 13.
  • 22 Dominique Godineau, Les femmes dans la société française, 16e-18e siècle, Paris, 2003, p. 125-127, (...)

8Celle que l’historien jésuite Charlevoix et l’évêque Bossuet considéraient comme « la sainte Thérèse de nôtre siècle » – une auteure dont le « goût exquis, [la] raison saine, [le] génie sublime, & cette onction divine qui distingue si bien les écrits des Saints, […] ont déjà placée au rang des plus illustres femmes20 » – naquit à Tours en 1599 et grandit au sein de la famille d’un « marchand boulanger » de la ville qui lui donna, selon ce qu’elle en dit elle-même, une « bonne éducation » qui lui « avait fait un bon fonds dans [s] on âme pour toutes les choses du christianisme et pour les bonnes mœurs21 ». Ni elle, dans ses autobiographies, ni son fils, qui se fit son biographe, ne s’embarrassèrent de décrire en détail cette éducation. Tout simplement parce qu’à leurs yeux, c’était sans doute un lieu commun. Une bonne éducation féminine, nous l’avons dit, reposait alors sur l’apprentissage de la lecture, de l’écriture, du calcul, d’un savoir-faire correspondant à son état et condition et, surtout, de ce qu’il faut savoir pour faire son salut22. Dom Oury constate :

  • 23 Apprentissage par filiation maternelle, confirmée par Dominique Godineau : « Dans les faits, ce so (...)
  • 24 Dom Guy-Marie Oury, Marie de l’Incarnation, Québec, Solesmes, 1973, p. 19-20.

Elle apprit à lire, à écrire et à compter auprès de sa mère23 ; mais l’enseignement élémentaire que pouvait lui donner sans trop de peine la femme du maître boulanger a sans doute été complété. Les originaux de Marie de l’Incarnation montrent qu’elle respectait mieux l’orthographe que la plupart de ses contemporains. La Relation de 1654, dont on possède une copie faite sur le texte même de l’Ursuline, révèle, en outre un sens de la composition, une connaissance de la syntaxe, une puissance d’analyse psychologique qui ne s’improvise pas. Mais nous en sommes réduits à de simples hypothèses. Le songe qu’elle fit à sept ans, […] avait pour théâtre une école champêtre. Il y en avait peut-être une à Saint-Pierre-des-Corps, mais Marie n’avait encore que sept ans ; à cet âge l’instruction que l’on peut recevoir est encore très limitée. On peut avancer une autre hypothèse. Le clergé d’ancien Régime était nombreux. Toute famille bourgeoise comptait parmi sa parenté quelques prêtres dans sa parenté. Un oncle prêtre s’intéressa-t-il particulièrement à la petite fille et lui enseigna-t-il les lettres françaises ? – ce n’est pas impossible. On pourra penser aussi à une communauté de demoiselles qui se serait consacrée à l’instruction des filles […] Quoiqu’il en soit, Marie Guyart reçut une formation sérieuse, plus qu’on aurait pu s’y attendre chez la petite fille d’un maître boulanger24.

Ses choix de lectures

  • 25 Elle voulait déjà entrer en religion mais ses parents ne la considéraient pas apte à le faire.

9Marie Guyart nous dit qu’au moment de son mariage, qu’elle fit par obéissance25, en 1617, avec Claude Martin, un maître ouvrier en soie, elle abandonna les lectures « qui traitaient de choses vaines » pour des livres de piété et se mit à aller quotidiennement à la messe.

  • 26 Marie de l’Incarnation, Écrits spirituels et historiques (Québec), éd. dom Albert Jamet, 1929, réi (...)

Nôtre-Seigneur, ayant permis que, dans le monde, mes parents me missent dans un état et condition qui semblait me permettre les petites libertés et passe-temps qui m’étaient déniés en leur maison, m’en fit entièrement perdre l’affection et l’inclination, et me donna un esprit de retraite qui, m’occupant intérieurement dans l’amour d’un bien que j’ignorais, me faisait quitter la hantise des personnes de mon âge pour demeurer seule dans la maison à lire en des livres de piété, ayant entièrement quitté ceux qui traitaient des choses vaines et auxquels j’avais eu de l’attache purement pour mon seul esprit et récréation26.

  • 27 R1654, t. II, p. 49.

10Elle avait dix-sept ans et ce retournement surprit tout le voisinage27. C’est dire que, d’une manière ou d’une autre, Marie Guyart avait non seulement accès aux deux types de livres mais encore qu’elle était libre de choisir ses lectures.

  • 28 Albert Jamet, dans R1654, p. 63, n. 9.
  • 29 Jamet, dans R1654, p. 63, n. 9.
  • 30 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 40.
  • 31 Mon analyse comparée du roman d’Amadis et des écrits de Marie Guyart en est à ses premiers pas mai (...)
  • 32 Du Boscq, L’Honneste femme…, t. 1, p. 31.

11Il faut noter aussi que si elle prit une distance par rapport à ses lectures profanes, elle ne les renia pas : « Ses lectures n’ont point marqué pour elle une période de dissipation. Elle note qu’il n’y avait rien pour le cœur dans ces livres-là. Mais ils ne lui ont pas fourni dans la suite, que nous sachions du moins, matière à regrets et à confession28. » Or si Albert Jamet, l’éditeur de ses deux autobiographies, s’empresse de recenser les livres dévots que Marie de l’Incarnation aurait pu lire29, il ne s’interroge pas sur l’influence que purent avoir sur elle les romans, fictions et fabliaux qui, de l’aveu même de l’intéressée, ont passionné son adolescence et qui, selon dom Oury, lui ont probablement appris à rédiger30. Des romans tels que celui des Amadis des Gaules par exemple, le best-seller de son temps qui célèbre les femmes fortes, les prophétesses et visionnaires, leur « solitude, & sainte vie », l’amour passion étant exprimé dans des termes se rapprochant de ceux que l’Ursuline utilisa plus tard pour décrire ses visions et rapts mystiques31. Était-ce contre cette influence que vitupérait Jacques Du Boscq en soulignant « il y a plus de Dames qui apprennent par cœur des contes des Amadis que les Histoires de la Cour sainte [du jésuite Caussin]32 » ? En tout cas, cet auteur, soucieux d’honnêteté féminine, avait cerné l’empire que pouvait exercer sur l’âme la fiction :

  • 33 Ibidem, t. 1, p. 25.

Quelque esprit, ou quelque innocence qu’on ayt, comme les corps prennent mesme sans nostre consentement, les qualitez de ce que nous mangeons : Aussi les Esprits épousent malgré nous, ie ne sçay quoy des livres que nous lisons : nostre humeur s’altere sans y penser : nous rions avec ceux qui sont plaisants, nous nous débauchons avec les libertins, & nous resvons avec les mélancoliques. Iusques-là, que nous voyons des personnes toutes changées, après la lecture de certains livres. Ce sont d’autres passions, c’est une autre vie33.

  • 34 Sylvie Robic-de Baecque, Le Salut par l’excès : Jean-Pierre Camus (1584-1652) : la poétique d’un é (...)

12Il se peut aussi qu’elle ait pu lire les romans édifiants que rédigeait Jean-Pierre Camus, l’évêque de Belley, l’ami et le biographe de François de Sales et vrai stakhanoviste du roman édifiant34, afin de contrer l’influence pernicieuse des mauvaises lectures. Cet auteur prolifique raconte comment un religieux de ses amis découvrit chez une femme lettrée une bibliothèque complète de lectures à bannir. Son énumération pleine de verve nous permet, a contrario, de dresser une liste de tous les titres auxquels une jeune Française aurait pu avoir accès à l’époque de Marie Guyart. Camus vitupérait ainsi contre

  • 35 Jean-Pierre Camus, Pétronille. Accident pitoyable de nos jours, cause d’une vocation religieuse. P (...)

[…] ces vieux Romans, qui ont eu tant de vogue du tēps de nos Peres. Comme celui de la Rose, Lancelot du Lac, Tristan l’Hermite, les quatre fils Aimon, Oger le Danois, Pierre de Provēce, Guerin Mesquin, Melusine Fleuri & Blāche fleur, palmerin d’Olive, & ceux de ceste volée là. En suit venoit le Chevalier du Soleil en trois langues, espagnole, Italienne, Françoise. Apres estoit le Boccace, Bandel, Perceforest, les Histoires Tragiques de Belleforest, le Printemps d’Hyver Roland le Furieux & l’Amoureux, la Hierusalem du Tasse, les Nuicts de Straparole, les Nouvelles de Gyraldi Ferrarois, celle de Cervante & d’Agreda, le Pelerin en son païs de Lope de Vega, l’Arcadie du mesme, & dix-huict Volumes de Comedies Espagnoles du mesme Autheur. Aussi les Comedies de Cervantes, avec les Travaux de Persilles & Sigismonde, & sa Galathée, la Diane de Montemajor, L’Arcadie de Sannazare, le Gusman d’Alfarache, le Lazarille de Tormes, Dom Quichot de la Manche, l’Adon del Marini. Apres cela marchoient tous ces nouveaux Romans, qui se sont éclos de nos iours, & dans lesquels il semble que l’on ait enfermé la pureté & la perfection de nostre langue, comme l’Astrée de Monsieur d’Urfé, l’Argenis de Barclai, de son Latin si bien renduë en nostre idiome, le Lysandre d’Audiguier, sa Flavie & sa Minerve, la Polyxene de Moliere, & sa Semaine qui est demeurée au premier iour, la Caritée, le Polexandre, l’Arcadie de la Comtesse de Pembroc, les Nouvelles Frāçoises, l’Endymion de Gombauld, & plusieurs centaines d’autres Histoires, Avantures, Amours, Bergeries, Temples, Palais, Trophées, & d’autres Romans sous divers tiltres, que l’on peut comparer à la playe des grenouilles, ou à celle des mouscherons dont les Egyptiens furent tourmentez. Car la facilité de l’impression, & la passion d’escrire multiplie ces ouvrages à l’infini, le moindre petit Secretaire, sur les memoires des affections du Seigneur de son village, faisant aussi tost un Livre sous tel nom qu’il lui veut donner. A cela estoit ioinct un nombre infini de Comedies Italiennes, ceste nation toute Comique estant plus fertile en ceste sorte de production que ne sont les lapines dans une garenne. En Suitte estoiēt les Poëtes, ces doux menteurs, & dont les feintes sont des Romans perpétuels. Tous les Grecs & Latins qui se treuvent traduits en nostre langue, comme Homere, Anacreon, Oppian, Virgile, Horace & leurs semblables y estoient ; les Metamorphoses d’Ovide si nettement renduës en prose par Renoüard, & ses Epistres renduës de mesme par tāt de beaux esprits, & en un stile si fleuri, y tenoient un rang notable, avec les Responses des Heroïdes, de l’invention de Sieur Golefer, & celles qui suivent, coucheées en termes polis & remplis de pointes y estoient. Arpes cela estoit une fourmilliere de Poëtes Italiens, François, & Espagnols, parce que ceste Dame se plaisoit fort à la Poësie, & mesme y rencontroit assez heureusemēt pour une femme. En fin, ce bon Religieux conta pres de quatre cens volumes de ces fabuleuses Inventions dedans cette memorable librairie ; les autres Histoires véritables estans releguées dans la grande Bibliothèque, où la poussiere tesmoignoit qu’elles n’estoient pas tant en usage, que ces belles fadaises35.

  • 36 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 39-40.

13Pour sa part, Guy-Marie Oury affine cette liste en faisant un rapide inventaire de ce qui était alors disponible en Touraine. Ainsi des Amadis, adaptés et complétés par Herberay des Essarts (1540) à l’Astrée d’Honoré d’Urfé (1607-1627), on pouvait trouver à Tours les ouvrages profanes écrits ou traduits par Gabriel Chappuys dont par exemple Les facétieuses journées contenant cent certaines et agréables nouvelles (1584) ; les Bergeries de Juliette de Nicolas de Montreux [Ollenix du Mont Sacré] (1592-94) ; Les Aventures de Floride de François Beroalde de Verville (1594) ; le Vray et parfaict amour de Martin Fumé, sieur de Genillé (1599), ainsi que les nombreux romans précieux du sieur des Escuteaux parus entre 1601 et 162836

  • 37 Jamet, dans R1654, p. 63, n. 9. Nicolaus Wydenbosch, dit Salicetus, L’Antidotaire sacré de l’âme p (...)

14Quoiqu’il en soit, au moment de son mariage, Marie Guyart se tourna vers les lectures dévotes que préconisaient les réformateurs catholiques et qui, selon dom Jamet portaient des « titres dans le goût du temps, titres inspirés de l’antiquité, comme le Démocrite chrétien, l’Héraclite chrétien … ou titres symboliques et alambiqués : le Palais de l’amour divin, l’Antidotaire sacré de l’âme pieuse… et d’autres encore plus énigmatiques37 ». Encore une fois, Dom Oury précise le propos :

  • 38 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 40-41.

ce n’était pas encore ni François de Sales ni Sainte Thérèse, dont la lecture l’a beaucoup marquée, car elle mentionne leurs ouvrages à une date ultérieure. […] elle connut sans doute les traductions faites par les chartreux du Liget, près de Loches : Le Jardin d’Oraison du Père Alonso d’Orosco, de l’ordre de Saint Augustin (1600) et son Mont de Contemplation (1604). Les innombrables traductions de Chappuys pouvaient lui permettre l’accès à saint Bonaventure et aux spirituels italiens et espagnols : Jean d’Avila, Corneille Musso, Pignarolle, Costerus, Alphonse de Madrid, Grenade, Diego de Stella et Valderama. […] Parmi les lectures de Marie Guyart en 1617-1620, on peut placer sans crainte d’erreur Les Fleurs des vies des Saints de Ribaneneira dans la traduction qu’en donna en 1605 René Gauthier, sieur du Boumois (1560-1638) et les Méditations de Louis du Pont, parues en français en 1611. Les méditations furent utilisées quotidiennement tant par les Ursulines de Tours que par celles de Québec38.

  • 39 Marcel De Greve, « Rabelais et les autorités de son temps : De la censure à la réception zéro », d (...)
  • 40 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 39 et p. 40.
  • 41 Étienne Binet, Consolation et réjouissance pour les malades et personnes affligées (1627), prés. C (...)
  • 42 R1654, p. 371-372.
  • 43 Pierre de Besse, Le Démocrite chrétien…, p. 1-2, cité par Bremond, Histoire littéraire…, I, p. 276

15Dom Oury écarte sans équivoque la lecture du Tourangeau qu’était Rabelais qui avait plu au peuple non cultivé, à la bourgeoisie, aux étudiants39 (« elle se serait reproché de l’avoir ouvert40 ») mais n’a pas de doute, que lui soit passé entre les mains le très drôle dialogue de Consolation et réjouissance pour les malades et personnes affligées du jésuite Étienne Binet qui entendait enseigner la dévotion en faisant « crever de rire »41 : Marie Guyart n’était pas prude mais on peut effectivement penser qu’elle respectait, à cette date, ce qu’imposait la censure ecclésiastique. Elle avait un naturel joyeux (« Ma mère ne me croyait pas propre [à la vocation religieuse], parce qu’elle me voyait d’une humeur gaie et agréable, qu’elle estimait peut-être incompatible avec la vertu de la religion42 » et aimait à rire. Et ce goût pour la joie transparaît dans tous ses écrits. C’est pourquoi cela ne m’étonnerait pas qu’elle ait souscrit aux idées de Pierre Besse sur le rire43 – idées défendues par le jésuite François Garasse qui se faisait l’apologue de la vertu d’eutrapélie et qui répondait à son détracteur :

  • 44 Apologie du P. François Garassus,… pour son livre contre les athéistes et libertins de nostre sièc (...)

Il apprendra s’il luy plaist que tous les traicts & poinctes d’esprit ne se doivent pas qualifier de bouffonnerie, car s’il entendoit quelque chose en Theologie, il auroit appris par la lecture de nos livres, qu’il y a une vertu nommée Eutrapelie, qui est entre la trop grande sévérité, & la bouffonnerie, par laquelle vertu un homme d’esprit faict de bonnes et aggreables rencontres qui resveillent l’attention des Auditeurs ou des Lecteurs, appesantie par la longueur d’une escriture ennuyeuse ou d’un discours trop sérieux. Et ceste humeur est non seulement compatible avec la saincteté de vie, mais encore une marque évidente de ceste allégresse intérieure que Dieu demande à ses serviteurs : hilarem enim datorem diligit Deus : de semer par tout de bons mots & des rencontres guayes44.

Ses usages de la lecture

  • 45 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 42.
  • 46 Les Heures et exercices spirituels de saincte Gertrude,… traduicts de latin en françois, par M. R. (...)
  • 47 Denys de la Mère de Dieu, Les v livres des Insinuations de la divine piété, contenant la vie admir (...)
  • 48 Le Dialogue et oraisons de l’excellente Vierge saincte Catherine de Siene, religieuse du tiers ord (...)
  • 49 MI à sa nièce Marie de l’Incarnation, religieuse ursuline de Tours, octobre 1646, p. 302.
  • 50 R1654, p. 53.

16À côté de ces lectures amusantes et édifiantes, il faut aussi souligner que, dès cette époque, Marie Guyart a tout fait pour alimenter sa pente mystique, son goût pour l’oraison et son amour pour la solitude en lisant les Exercices de l’amour divin de la grande mystique Gertrude d’Hefta – traduits en 1580 par le chartreux Jean Jarry45 (en tous les cas disponible en 162146) alors que le Héraut de l’amour divin était imprimé à Paris par les carmes déchaux en 161947 – tout comme elle a pu connaître dans le texte les œuvres de sainte Catherine de Sienne, en particulier le Dialogue et oraisons – dans la traduction faite en 1580 par le père jacobin Edme Bourgoing et rééditée en 160248 – qu’elle affectionnait tout particulièrement49. En tous les cas, c’est à ce moment-là qu’elle lut et médita le livre des Psaumes qui lui revenaient à l’esprit quand elle voulait exprimer ses propres idées et sentiments : « Comme j’avais lu les Psaumes en français et que j’avais ouï dire que c’était l’Esprit de Dieu qui les avait dictés, il m’en venait des pensées et souvenirs dans les occurrences. Je m’en servais et croyais que tout ce qui était dit par l’Esprit de Dieu était véritable et infaillible, et que tout ce qui était défaudrait plutôt que ces paroles vinssent à me manquer50. »

  • 51 Vie, p. 31. Turgeon, Le fil de l’Art…, p. 97-99.

17Marie ne faisait pas que lire. Loin s’en faut. Elle déploya tout au long de sa vie une activité multiforme, incessante et continue. Ainsi, ce fut sans doute aux côtés de son mari qu’elle maîtrisa l’art de la broderie et en particulier celui de la « peinture sur fil », si utile en paramentique, art qu’elle importa plus tard en Amérique ; elle participa aussi à la bonne marche de la petite fabrique de soierie que tenait son mari51. C’était l’usage, comme le souligne l’historienne Dominique Godineau :

  • 52 Godineau, Les femmes…, p. 53.

Le travail des femmes n’est pas une nouveauté apparue aux XIXe-XXe siècles. Dans les campagnes et les villes de France d’Ancien Régime, les femmes du peuple, mariées ou seules, sont obligées de travailler pour vivre : or, elles représentent quand même la majorité de la population ! Même celles des classes moyennes, épouses de maîtres artisans, marchands ou négociants, sont associées aux affaires. En fait, seule une minorité ne participe pas à la vie économique. Certes, c’est avec leur mari, dans l’entreprise familiale que beaucoup travaillent ; et leur identité sociale officielle ne se décline pas en fonction de leurs activités professionnelles, mais selon leur statut familial : dans les registres paroissiaux, on ne trouve guère de travailleuses, mais des femme de, veuve de, fille de. Silence trompeur qui reflète plus la conception de l’état féminin que l’organisation du travail : d’autres documents attestent la place fondamentale tenue dans l’économie du temps52.

  • 53 R1654, p. 73.
  • 54 R1654, p. 74.
  • 55 Jamet, dans R1654, p. 74, note c. La Bible de Jérusalem (Paris, p. 1605) indique plutôt Osée, 2 : (...)
  • 56 Même si on peut arguer que Marie Guyart ait pu faire cette référence au moment de la rédaction de (...)
  • 57 Vie, p. 24 : « Elle avait donné tant de preuves de sa vertu, de son grand esprit et de son bon nat (...)
  • 58 Vie, p. 39.

18Devenue veuve en 1619, mère d’un garçon, Claude, alors âgé d’un an, elle liquida les affaires de son mari qui avait subi de graves revers et retourna, l’année suivante, vivre chez son père, où sa « solitude » studieuse « fut favorisée »53 ; solitude qui dura un an, pendant lequel elle n’eut la charge ni de son fils, alors mis en nourrice, ni d’aucune affaire, puisqu’elle avait tout vendu et ne se mêla pas au travail de son père ; bref, elle trouva dans la maison paternelle, une « chambre à soi ». Elle écrivit à ce propos : « Je trouvais ma vie dans la fréquentation des sacrements, dans l’assiduité d’entendre des sermons, dans la pénitence et dans la solitude où la miséricorde divine me faisait expérimenter l’effet de ces paroles : Je la mènerai dans la solitude et là, je parlerai à son cœur54. » Une citation qui correspond à Osée, ii, 14, indique Dom Jamet55 : révèle-t-elle une lecture approfondie des livres prophétiques de la Bible ? En tous les cas, cette connaissance apparaît étonnante chez une catholique de ce temps-là56. Et plus notable encore, ce fut sa capacité à faire respecter son choix non seulement de ne pas se remarier – malgré les pressions de ses proches57, une vraie « batterie »58 – mais de mener une vie de recluse.

19À cette époque, Marie n’avait pas de directeur spirituel, voire, elle ne savait même pas qu’elle en avait besoin d’un. Elle s’instruisit tout bonnement seule : dans les livres. Mais avec beaucoup de peine. Comme elle le raconte elle-même :

  • 59 R1654, p. 77-78.

En ce temps-là, je vis quelques livres qui enseignaient à faire l’oraison mentale, commençant aux préparations, préludes, divisions des points et matières, la façon de méditer,... etc. Je comprenais bien tout cela et me résolvais de me mettre enfin de le faire, parce que ces livres disaient que de faire autrement l’on se mettait en danger éminent d’être trompée du diable. Je me mis donc en devoir [de le faire] et me tenais plusieurs heures à méditer et rouler dans mon esprit les mystères de l’Humanité sainte de Notre-Seigneur que, dans son attrait ordinaire, je voyais tout d’un regard, par manière d’envisagement intérieur. Je résistais à ce trait par l’action de mon imagination et raisonnement de l’entendement qui roulait sur les circonstances, en pesant les raisons et ce qu’il en fallait tirer pour la pratique de la vertu. Je me faisais pour bien faire, ce me semblait, tant de violence qu’il m’en prît un bandement de tête qui me la blessait notablement, dont je souffrais bien de la douleur. Le désir que j’avais de suivre ce livre de point en point me faisait recommencer tous les jours mes violences, et mon mal renforçait ce qui me jeta en une inaction que je prenais avec mon mal de tête par manière de souffrance59.

  • 60 R1654, p. 78.
  • 61 R1654, p. 79.
  • 62 R1633, p. 164. Le Chemin de perfection composé par la Mère Térèse de Jésus,… [avec les Advis pour (...)
  • 63 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 121.
  • 64 R1633, p. 160. Et « Le R. Père Dom Raimond que je n’avois pas toujours pour me communiquer, me fit (...)
  • 65 MI à son fils 16 septembre 1661, p. 658.
  • 66 R1633, p. 161, 164.
  • 67 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 121, 129.
  • 68 R1633, p. 164.

20Elle trouva dans l’Introduction la Vie dévote de François de Sales, conseillé par son amie Gillette Roland, « de l’éclaircissement sur diverses choses de la vie intérieure, et entre autres, de la manière comme il se fallait comporter pour faire le vœu de chasteté que Notre-Seigneur me pressait intérieurement de lui vouer60 ». Et suivant l’avis de l’évêque d’Annecy, elle se trouva un directeur de conscience, le feuillant Dom Raymond de Saint-Bernard, qui, lui conseilla de s’« abandonner entièrement à la conduite de l’Esprit de Dieu », lui demandant de rendre un compte exact de « tout ce qui se passait »61. Aussi de 1621 à 1632, Dom Raymond veilla-t-il sur son cheminement mystique, surveillant de près les mortifications qu’il lui permettait de s’infliger, lui faisant lire Thérèse d’Avila62, puis Jean de la Croix en 162463, Denys l’Aréopagyte64 en 1629, le cardinal de Bérulle65, méditer le Cantique des Cantiques66 – des textes qui lui confirmaient l’authenticité de son expérience de Dieu67. Mais écrivit-elle si ces œuvres la soulageaient quelquefois, « quelquefois aussi, il m’était impossible de lire à cause de ce grand recueillement intérieur »68.

  • 69 R1654, p. 72-73.
  • 70 R1654, p. 75.
  • 71 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 67-79. Françoise Deroy, Marie de l’Incarnation. Marie Guyart, fe (...)

21Ce fut à ce moment-là que son sens des affaires reconnu et très apprécié de son entourage la rappela dans le monde. « Dieu m’avait donné du talent pour le négoce69 » : c’est pourquoi raconta-t-elle, elle répondit présente quand sa sœur Claude lui demanda de l’aide. En 1621, elle déménagea, avec son fils chez celle, « qui selon sa condition, était toute dans le tracas : & son mari & elle me désiraient pour leur aider à le porter. A l’abord, cela me sembla si onéreux que je n’osais y penser. Enfin, je m’y accordai pourvu qu’on me laissât libre dans mes dévotions, car je faisais ce sacrifice de mon plein gré et pour rendre une charitable assistance à ma sœur70. » Là, dit-elle, par esprit d’humiliation – celui de Gertrude d’Hefta, celui de Catherine de Sienne – Marie s’employa à toutes sortes de fonctions jugées « basses » : cuisinière, infirmière, bonne à tout faire, chargement et déchargement des marchandises, et… tenue de livres. Mais cela ne dura pas longtemps car, le naturel revenant au galop, de 1624 à 1631, la voilà qui devint carrément la gestionnaire de l’entreprise de transport sur la Loire qui appartenait à son beau-frère, Paul Buisson, décrit comme un « marchand roulyer » qui ne savait pas lire71.

22Et c’est bien parce qu’elle, elle savait lire qu’elle eut bientôt la main mise sur les affaires de son beau-frère, elle eut ainsi :

  • 72 Vie, p. 636.

une vue universelle presque sur toutes ses affaires, qui n’étaient pas petites, parce que c’était un homme qui, à raison de son commerce, était obligé d’avoir des commis et des serviteurs dans les principales villes du royaume. On lui écrivait souvent la mauvaise conduite qu’ils avaient dans leurs personnes ou dans ses affaires, et parce qu’il ne savait ni lire ni écrire, il était obligé de se servir des yeux et de la main de la servante de Dieu. C’était dans ces occasions que sa charité industrieuse rendait à son prochain mille bons offices. Connaissant l’humeur peu modérée de son frère, lorsqu’elle lui lisait les lettres fâcheuses qu’on lui écrivait, elle passait adroitement les paroles qui le pouvaient aigrir, y substituant en la place des termes si doux et si raisonnables qu’elle apaisait ses plus violentes passions. Elle en usait de même quand elle écrivait les réponses qu’il lui dictait, écrivant des choses douces et honnêtes au lieu des emportements et des paroles offensantes qu’il dictait. Et c’était une chose admirable de voir la présence d’esprit qu’elle avait à changer ainsi tant de fâcheuses expressions, sans interrompre le sens du discours et sans altérer la substance des choses qu’elle lisait ou écrivait. Mais il n’y a rien de plus adroit ni de plus industrieux que l’amour, qui lui inspirait les saintes adresses pour maintenir la paix. Car les serviteurs étant de retour au logis, au lieu qu’il semblait qu’ils dussent être mal traités et ressentir les effets de l’indignation de leur maître, qu’ils avaient méritée par leur mauvaise conduite, ils se trouvaient dans son amitié, sans que les uns et les autres sussent de quelle manière cette bonne intelligence s’était pu entretenir. Mais afin que cette paix ne fût pas funeste aux domestiques, en les privant du bien de la correction, cette charitable médiatrice les avertissait en particulier des fautes qu’ils avaient faites, leur donnant ensuite les avis nécessaires pour s’en corriger à l’avenir72.

23On notera qu’à travers tous ses divers emplois, Marie trouvait le temps de catéchiser les valets et serviteurs à qui elle faisait non seulement la leçon mais aussi la lecture :

  • 73 Vie, p. 617-618.

Encore que son directeur ne vît rien dans son âme qui ne fût grand et héroïque, ce qu’il admirait néanmoins le plus était le zèle et l’industrie avec laquelle elle retirait les personnes vicieuses de leur mauvaise vie pour les mettre dans la voie de leur salut. Cette prudence parut principalement dans la maison de son frère, où elle maintenait dans le devoir de chrétien un grand nombre de valets grossiers et mal instruits. Elle les tenait souples et exacts comme des novices dans les règles de bien vivre qu’elle leur voulait prescrire. Pendant le repas, elle leur lisait l’Écriture sainte ou quelque autre livre spirituel qu’ils écoutaient avec une grande dévotion. Il y en avait à qui elle faisait faire l’oraison mentale ; d’autres prenaient la discipline ; d’autres portaient la haire, et lorsqu’elle entra en religion, elle porta avec elle une de ces haires qui était si rude et si épineuse qu’elle faisait frémir73.

  • 74 « Je me voyais quelquefois si surchargée d’affaires que je ne savais par où commencer. » R1633, p. (...)

24Dans tout ce brouhaha des affaires74, ses rapports à la lecture n’étaient pas faciles. Pas à cause du manque de temps ni d’espace. C’étaient ses extases qui l’empêchaient de se concentrer ! Plus encore, quand elle subissait un de ces ravissements inopinés – qu’elle désirait garder secrets –, elle se cachait derrière un livre !

  • 75 R1654, p. 145.

Si je pensais prendre un livre, lors l’Amour m’absorbait ; il me le fallait quitter pour demeurer dans l’Amour même qui me liait, en sorte que je ne pouvais porter d’autre impression que la sienne. Parfois, je lisais un peu, nommément quand j’étais contrainte de demeurer dans la salle de mon frère, où il entretenait quelqu’un, et [que] j’attendais l’issue de l’entretien pour vaquer à quelque affaire. Cela cependant me faisait violence et me blessait la tête, parce que j’arrêtais le commerce intérieur, car le combat d’esprit contre esprit, dans l’état que je portais, est violent. Ce que je lisais était beau. Selon mon inclination, j’eusse voulu y penser et m’y arrêter, et l’Esprit qui m’occupait en lui m’emportait. Je m’efforçais cependant de lire, parce que c’était une sainte occupation, – d’autre côté, j’avais de grandes inclinations de suivre les traces ordinaires des âmes dévotes, estimant que c’était le plus sûr chemin, et c’était une des choses qui me faisait faire telle violence – et que, devant le monde, j’aimais mieux, lorsque je ne pouvais pas prendre un ouvrage pour occuper mon extérieur, prendre un livre que de donner à connaître que je faisais ou pâtissais l’oraison75.

  • 76 R1633, p. 156.
  • 77 Oury, Les Ursulines de Québec…, p. 133.

25En 1631, Marie finit par opter pour la vie religieuse. Contre tous les avis – car elle n’avait laissé rien voir de son cheminement mystique à ses proches – elle laissa son fils à sa sœur et entra chez les Ursulines de Tours, des religieuses éducatrices, dont le quatrième vœu, il faut le noter, est l’instruction des filles. « Dès que j’eus les premières et fortes impressions de quitter le monde, ce fut d’être Urseline, parce qu’elles étaient instituées pour aider les âmes, chose à laquelle j’avais de puissantes inclinations76. » Aux pensionnaires et externes, les Ursulines enseignaient « lecture et grammaire, calcul et apprentissage de l’écriture, orthographe, instruction religieuse, histoire sainte, récitation en prose et en vers, bonnes manières, couture, broderie tout travail d’aiguille en général. L’instruction reste rudimentaire, mais les arts sont assez développés : chant religieux et techniques artistiques77. »

26Au cours de toutes ces années Marie Guyart, devenue en religion Marie de l’Incarnation, lisait : les Évangiles d’abord, qu’elle citait abondamment et sans effort :

  • 78 Vie, p. 201.

Dans les temps mêmes de divertissement, où elle ne manquait jamais de dire quelque mot d’édification pour élever les esprits et les empêcher de tomber dans des entretiens trop bas et indignes des âmes qui croient que Dieu leur est toujours présent, elle tirait son sujet des livres saints dont elle rapportait les paroles si à propos, et avec un si grand sentiment intérieur et extérieur, qu’il était évident que le même Esprit qui les avait dictées les proférait encore par sa bouche. Au reste, les connaissances et les instructions, qu’elle avait tirées de l’Écriture sainte, ne venaient point d’aucune étude ou recherche extraordinaire qu’elle en fît. Elle se contentait de la lire pour y puiser les lumières et les règles de la vie parfaite, par une application ordinaire. Si même, elle en retenait les passages et les sentences, cela se faisait sans effort et sans dessein, et seulement de la manière que les choses qu’on aime demeurent facilement imprimées dans la mémoire. Mais c’était dans l’oraison que Notre-Seigneur lui en découvrait les secrets les plus cachés : ce qu’il faisait avec tant de netteté et de distinction, qu’enfin la connaissance qu’elle eut des mystères de notre foi, tenait je ne sais quoi de l’évidence… Encore qu’elle eût de la crainte que cette abondance de lumières ne lui causât de la curiosité et ne l’empêchât de s’unir à Dieu dans la simplicité de l’esprit, Dieu ne laissait pas de faire son opération, selon les dispositions qu’il avait mises dans son âme78.

  • 79 Jamet, dans R1633, p. 164, n. a.

27Autre lecture : l’office du chœur en latin – « étant religieuse elle reçut le don de l’intelligence de la langue latine », écrit son éditeur ; et elle souligne : « Notre-Seigneur me donnait des intelligences accompagnées d’une suavité nourrissante sur la sainte Écriture. J’entendais le français de ce que je chantais et récitais en latin au chœur »79. Notons ici avec Linda Timmermans que, comme bien des mystiques femmes, Marie se croie « théodidacte ». Elle est convaincue que toute connaissance lui vient immédiatement de Dieu :

  • 80 Timmermans, L’accès des femmes…, p. 523. Voir par exemple R1654, p. 175.

Bien rares sont les hommes qui peuvent affirmer avoir tout appris par illumination, alors que les femmes « naturellement ignorante », seront plus facilement crues – et se persuaderont elles-mêmes – quand elles nient toute culture religieuse, ou toute réflexion personnelle. Bien des mystiques étaient des femmes cultivées, mais elles étaient autodidactes, ce qui à leurs yeux et aux yeux de leurs contemporains, réduisait la portée de leur culture, à tel point, que celle-ci pouvait être complètement niée. […] [l’] absence d’enseignement méthodique suffisait souvent – l’abbé Brémond l’a bien vu – pour qu’on attribuât à une femme, mystique ou non, le don de science infuse, ou qu’elle se l’attribuât à elle-même, dès lors qu’elle possédait des connaissances religieuses peu commune à son sexe80.

  • 81 Dans R1633, p. 396 (préface à L’entretien spirituel sur l’épouse des cantiques aux novices de Sain (...)
  • 82 R1633, p. 164 ; R1654, p. 299.
  • 83 Jamet, dans R1654, p. 90, n. 1.
  • 84 R1633, p. 325.
  • 85 R1633, p. 189.
  • 86 R1654, p. 195.

28Marie se plaisait particulièrement à la lecture des Psaumes et du Cantique des cantiques – devenus ses livres de chevet, dit Dom Jamet81 – ajoutons à cela : les œuvres de sainte Thérèse lues très tôt, on l’a vu, et qui l’accompagneront jusqu’en Nouvelle-France82, l’Introduction à la vie dévote de saint François de Sales, très sûrement l’Homme intérieur du Jésuite Saint-Jure (ami et mentor de son fils Claude) et son correspondant qui enverra toutes ses œuvres au couvent de Québec en 165283. On notera son recours au livre en tous les temps, pour l’oraison84, bien sûr, pour les temps durs aussi comme quand assaillie par la tentation et la dépression, elle se guérit « en ouvrant un livre »… celui des Psaumes85. On notera aussi son usage didactique des livres, puisque épousant la vocation ursuline, elle se fit enseignante et missionnaire, s’inspirant du petit catéchisme du Concile et de celui du Cardinal Bellarmin86.

Des livres missionnaires

29À l’époque de son entrée chez les Ursulines de Tours, Marie Guyart nourrissait déjà son grand dessein évangélisateur :

  • 87 R1654, p. 198.

Mon corps était dans notre monastère, mais mon esprit qui était lié à l’Esprit de jésus, ne pouvait être enfermé. Cet Esprit me portait en esprit dans les Indes, au japon, dans l’Amérique, dans l’Orient, dans l’Occident, dans les parties du Canada et dans les Hurons, et dans toute la terre habitable où il y avait des âmes raisonnables que je voyais toutes appartenir à Jésus-Christ. Je voyais, par une certitude intérieure, les démons triompher de ces pauvres [âmes] qu’ils ravissaient au domaine de Jésus-Christ, notre divin Maître et souverain Seigneur, qui les avait rachetées de son Sang précieux87.

  • 88 Ce texte daté de 1633, constituera la première des deux autobiographies rédigées par l’Ursuline. A (...)
  • 89 R1654, p. 183-185.
  • 90 MI à Dom Raymond de Saint Bernard, 3 mai 1635, p. 42.
  • 91 Reuben Gold Thwaites éd., The Jesuit Relations and Allied Documents, Cleveland, 1891-1901 (ci-aprè (...)
  • 92 « Dans ce temps-là l’on commença à faire des relations de ce qui se passoit dans la nouvelle Franc (...)

30Depuis les années 1620, elle avait eu écho des missions jésuites. D’abord par la rumeur, qui venait avec les bateaux qui remontaient la Loire et racontait les traversées transatlantiques des Français, puis par les jésuites eux-mêmes qui s’occupèrent aussi bien du fils, Claude Martin, que de la mère devenue religieuse : Jacques Dinet, qui s’occupait des études de Claude, devient un des confesseurs qui remplacèrent Dom Raymond de Saint-Bernard devenu prieur des Feuillants ; Georges de La Haye qui la confessa, réclama d’elle qu’elle rédige « la conduite de Dieu sur moi dès mon enfance88 » et s’occupa avec le père Poncet de la Rivière – qui devint missionnaire au Canada – des études de Claude chez les Jésuites d’Orléans89. Autant d’échos qui purent nourrir la vision qu’elle eut d’un grand pays à convertir à la Noël 163490 – 1634 fut l’année où Paul Le Jeune, le supérieur de la mission jésuite de Québec, initia la série des fameuses Relations des Jésuites, publiée chez Sébastien Cramoisy91. Bref, Marie Guyart se voyait déjà missionnaire jusqu’aux confins de la terre. Et sa lecture des Relations alimenta cette ferveur prosélyte92.

  • 93 R1654, p. 198.

Je me promenais en esprit dans ces grandes vastitudes et j’y accompagnais les ouvriers de l’Évangile, auxquels je me sentais unie étroitement à cause qu’ils se consommaient pour les intérêts de mon céleste et divin Époux, et il m’était avis que j’étais une même chose avec eux. Quoique corporellement je fusse en l’actuelle pratique de mes règles, mon esprit ne désistait point de ses courses, ni mon cœur, par une activité amoureuse plus vite que toute parole, de presser le Père Éternel pour le salut de tant de millions d’âmes que je lui présentais93.

  • 94 R1654, p. 204-205.

31Le père Dinet « traduisit » la vision qu’elle avait eue : c’était le Canada qu’elle avait vu. Une vision lui confirma la chose : « Lors, cette adorable Majesté me dit ces paroles : “C’est le Canada que je t’ai fait voir ; il faut que tu y ailles faire une maison à jésus et à Marie”. » Le père Poncet la convia à « aller servir Dieu dans la Nouvelle-France ». Et Marie se persuada ainsi qu’il lui fallait établir là-bas un couvent d’ursulines pour travailler à la conversion des « Sauvages »94. Projet fou pour l’époque – il émanait d’une religieuse cloîtrée – mais Marie réussit à le mener à bien en mobilisant un vaste réseau, qui s’étendait de ses proches parents jusqu’à la reine mère Anne d’Autriche. En 1639, elle arriva avec deux compagnes à Québec pour y fonder un couvent d’enseignement destiné aux filles et femmes amérindiennes et françaises – le premier en Amérique du Nord.

La transmission et l’usage de la lecture dans la vallée laurentienne

  • 95 MI une Dame de qualité, 3 septembre 1640, p. 93.
  • 96 MI une Dame de qualité, 3 septembre 1640, p. 97. MI à son fils, 9 août 1668, p. 802. Mais aussi de (...)

32Et dans cet enseignement, littéralement transplanté de l’Ancienne à la Nouvelle France, la lecture jouait un rôle fondamental95. Comme les jésuites auprès des jeunes garçons, les sœurs l’enseignaient aux filles en priorité – elle faisait partie des bases élémentaires de l’instruction procurée aux enfants. Leurs pensionnaires et externes apprenaient « quelquefois dans un an à lire, à écrire, à jetter [compter], les prières, les mœurs Chrétiennes, et tout ce que doit sçavoir une fille » ; quant aux petites Amérindiennes qui passaient entre leurs mains, elles « parlent bien François, et sont sçavantes dans la lecture et dans l’écriture96 ».

  • 97 MI à son fils, 10 août 1662, p. 678. Voir aussi à son fils, 9 août 1668, p. 801.
  • 98 Au XIXe siècle, ces ouvrages furent confiés à des missionnaires oblats qui partaient pour le grand (...)

33Pour mieux leur enseigner, Marie de l’Incarnation composa de nombreux dictionnaires et livres en langues amérindiennes, ainsi : « Depuis l’Advent de Noël, jusqu’à la fin de Février [1662] je leur ai écrit un Catéchisme Huron, trois Catéchismes Algonguins, toutes les prières Chrétiennes en cette langue et un gros Dictionnaire Algonguin ». Six ans plus tard, elle écrivit à son fils que « depuis le commencement du Carême dernier jusqu’à l’Ascension j’ay écrit un gros livre Algonquin de l’histoire sacrée et de choses saintes, avec un Dictionaire et un Catéchisme Hiroquois, qui est un trésor. L’année dernière j’écrivis un gros Dictionnaire Algonquin à l’alphabet François ; j’en ai un autre à l’alphabet Sauvage97. » Ces ouvrages qui contribuèrent à fixer des langues, jusqu’alors orales, furent très prisés par ses consœurs et confrères missionnaires98. Cette liste indique la teneur de ce que les Ursulines pouvaient lire ou faire lire à leurs élèves : le catéchisme, des extraits des Saintes Écritures, l’histoire sainte, des histoires morales.

  • 99 MI à une dame de ses amies, 7 octobre 1646, p. 292-393.
  • 100 Par exemple, MI à son fils, 2 août 1644, p. 208.
  • 101 MI à Catherine-Agnès de St-Paul, Abbesse de Port-Royal du S. Sacrement, 30 août 1642, p. 152.
  • 102 De Québec, la Mère Marie de S. Joseph au P. Paul Le jeune, été 1640 dans MI, p. 963.

34L’objet-livre, utilisé dans l’enseignement99, devint aussi un des signes de conversion réussie. Ainsi dans les descriptions que Marie de l’Incarnation fit d’elles, les converties exemplaires avaient toujours « un livre à la main »100. On leur donnait des livres à lire en même temps que des vêtements et de la nourriture101. Or il arrivait souvent aussi que ces dernières se fissent le relais des Ursulines dans l’enseignement de la lecture. Ainsi une jeune « séminariste » – ou pensionnaire amérindienne des Ursulines – « se mit à l’instruire [sa mère qui lui rendait visite] des mystères de nostre foy, qu’elle expliquoit par des images, elle la fit prier Dieu, et puis luy monstroit les lettres alphabétiques dans un livre, pour luy témoigner le désir qu’elle avoit de sçavoir lire : cette bonne femme estoit si ravie, qu’elle faisoit l’enfant avec son enfant, proférant les lettres après sa petite fille, comme si elle eust répété sa leçon »102. Plus tard, lors de l’ambassade iroquoise à Québec, la maîtrise de la lecture impressionna vivement l’assistance amérindienne. Marie Arinadsit, jeune élève des Ursulines, exhorta alors ses parents :

  • 103 Une Ursuline de Québec au P. Paul Le jeune, jésuite, avant le 17 octobre 1655, dans MI, p. 995.

envoiés de vos filles au Séminaire, je seray leur sceur aisnée, je leur apprendray à prier Dieu, et toutes les autres choses que les Mères m’ont enseignées. Et là dessus elle se mit à lire devant eux en Latin, en François et en Huron ; puis elle entonna des Cantiques spirituels en ces trois langues. C’est là que ces bonnes gens furent tous hors d’eux-mesmes, demandant combien il falloit de temps pour apprendre tant de choses et pour si bien franciser une fille Sauvage, promettant qu’ils ne manqueroient pas d’envoier leurs enfans en une si bonne échole103.

  • 104 « C’est un papier où on leur marque les jours et les lunes. » MI à la Mère Ursule de Ste-Catherine (...)
  • 105 Antoine Verjus, La vie de Monsieur Le Nobletz Prestre et missionnaire, Paris, François Muguet, 166 (...)

35Certains Amérindiens voulaient s’accaparer ce pouvoir et réclamaient de se faire instruire. Par souci d’efficacité, en leur enseignant l’usage des Massinahigan104, les Ursulines imitèrent Michel Le Nobletz qui, en Bretagne, trouva « le moyen de donner aussi des livres de dévotion, des traites spirituels, & des sujets de méditation, aux personnes qui ne sçavoient pas lire ; en leur faisant peindre dans chaque feuillet de leurs livres, des figures & des hiéroglyphes divins, qui leur servoient de caractère pour representer à leurs yeux & à leur mémoire les sujets sur lesquels il vouloit qu’elles exerçassent leur entendement & leur volonté105 ».

  • 106 MI à Melle de Luynes, 29 septembre 1642, p. 178. Paul Le Jeune, Relation de 1637, MNF III, p. 537- (...)

36Les Amérindiens avaient une réelle fascination pour la lecture, et partant, pour l’écriture. Il leur semblait magique qu’un discours puisse être transmis « exactement », sans altération, d’un correspondant à l’autre106.

  • 107 MI à son fils, 1670, p. 918.

Ils ne peuvent comprendre comme par les lettres nous pouvons sçavoir ce qui se passe en France, et ailleurs. Ils s’affermissent dans la Foi, quand on leur dit, que l’écriture nous enseigne nos Mystères. S’ils sont à trois ou quatre cens lieues d’ici, et que leurs gens qui sont venus ici en traitte, s’en retournant, portent des lettres aux Pères qui les gouvernent, ils sont tout extasiez, quand ces Pères leur disent tout ce qu’ils ont fait et dit à Québec. Ils ne peuvent concevoir comme la lettre qu’ils ont portée, peut dire de si grandes véritez, sans jamais se tromper. Cela fait qu’ils tiennent les Pères pour des Manitoux, à qui rien n’est caché ou impossible, et cela sert beaucoup à la Foi107.

  • 108 MI à la Mère Marie de l’Incarnation Quénat, Supérieure des Ursulines de Dijon, 6 septembre 1653, p (...)
  • 109 MI à son fils, 24 septembre 1654, p. 543.

37L’épisode où le père Poncet, devenu missionnaire, fut pris par les Iroquois Agnerognons, est révélateur : à la barbe des ravisseurs, le jésuite utilisa ses livres comme signes de piste qu’il abandonna derrière lui, pour que ses sauveteurs puissent le retrouver108. Et caractéristique du respect et de la crainte qu’éprouvaient les Amérindiens à l’égard de l’objet-livre, quand le jésuite Le Moine se rendit en ambassade chez les Iroquois lors de la trêve de 1654, ses hôtes « Ceux-là même qui avoient fait mourir les Pères de Brébeuf et Garnier lui donnèrent les livres qu’ils leur avoient ôtez au temps de leur martyre, et qu’ils avoient gardez depuis comme des choses dont ils faisoient estime109 ».

  • 110 MI à son fils, été 1647, p. 323-324.

38Si certains Amérindiens, consternés par l’ampleur des épidémies, condamnaient les objets des Français – dont les livres – comme la source de leurs maux110, d’autres, des néophytes, avaient si bien intégré l’objet-livre et la lecture, qu’ils en faisaient le centre de leur prédication à leurs compatriotes. Ainsi

  • 111 MI à son fils, 14-27 septembre 1645, p. 260-261.

L’un d’eux ensuite d’une vision que notre Seigneur luy a donnée, a causé de grandes conversions, jusques à faire des pénitences publiques, que les Sauvages faisoient d’eux-mêmes pour l’horreur qu’ils avoient de leurs péchez passez. Cela continue encore à présent, et celui qui a eu la vision, ne se peut empêcher de prêcher à ses Compatriotes ce qu’il a veu. Cette vision est de notre Seigneur qui lui a apparu, et qui, après lui avoir montré ses plaies sacrées, lui a fait voir la gloire des Bien-heureux, et les peines des Damnez, avec la juste raison qu’il a de châtier les Hommes, qui ne font pas un bon usage du bienfait de la Rédemption. Il lui a encore révélé plusieurs secrets touchant l’état des Sauvages décédez, et la disposition de quelques-uns, qui étoient encore en vie. Or cet Homme parle de tout cela avec un zèle merveilleux, il reprend les Sauvages, et leur dit ce qu’il a veu écrit d’eux dans un livre que notre Seigneur lui a fait voir : Et comme ils ne peuvent démentir leur conscience, ils se condamnent eux-mêmes à la pénitence. Tout ceci arriva dans un lieu où plusieurs Nations étoient assemblées, lesquelles apprenant ce qui s’étoit passé, en demeurèrent si épouvantées, et si touchées : que plusieurs se convertirent, et pleuroient sans relâche111.

Des livres au couvent des Ursulines de Québec

  • 112 Du Boscq, L’Honneste femme…, t. 1, p. 17-18 et p. 22.
  • 113 Dans la vallée laurentienne, les ordres féminins sont plus soucieux que les ordres masculins de te (...)
  • 114 « Nous avons grandement esté esdiffiée de la lecture du livre de vostre bienheureuse enfant en laq (...)
  • 115 MI à la Communauté des Ursulines de Tours, printemps 1652, p. 443.
  • 116 MI à son fils, 26 octobre 1653, p. 514-515.
  • 117 « Nous avons tous les jours une lecture commune d’obligation, nous la ferons dans ce bel ouvrage : (...)
  • 118 MI à la Mère Cécile de S. Joseph, 24 août 1671, p. 925 ; à la même, 9 novembre 1671, p. 947.
  • 119 Jacques Le Brun, « À corps perdu. Les biographies spirituelles féminines du 17e siècle », Corps de (...)
  • 120 Rédigées par Marie de l’Incarnation, nous possédons la Vie de la mère de Saint-Joseph (Lettre à la (...)
  • 121 Deslandres, « Agentivité… », p. 13-40.

39À part les livres saints, que lisaient Marie de l’Incarnation et ses consœurs de Québec ? On l’a dit les romans n’avaient pas bonne presse auprès des promoteurs de la lecture féminine qui souhaitaient que les femmes lisent l’Histoire plutôt que les romans : « n’est-ce pas un honneste moyen de raccourcir le temps, quand il semble long & mesme de le faire revenir quand il est passé : y trouvant de la recreation contre l’ennuy, & de la mémoire contre l’oubliance ? »112. Est-ce pour cela que les religieuses se passionnaient pour les annales113 et les biographies exemplaires ? Il semblerait que oui. Elles furent ainsi bien édifiée de la Vie d’une pensionnaire de Port-Royal114, lurent la Vie de saint François-Xavier115, firent fête au Panégyrique de saint Benoist116, se disputèrent l’Année bénédictine rédigée par l’Ursuline Jacqueline de Blémur, historiographe de l’ordre de Saint-Benoît117 et n’eurent de cesse de réclamer la Vie d’Anne de Beauvais118, que le couvent des Ursulines de Mons leur promettait. Mais elles ne furent pas de reste et produisirent à leur tour des biographies exemplaires119 – celle de la Mère de Saint-Joseph par exemple120 – qu’elles envoyèrent en France dans le même esprit d’édification et d’union entre les divers couvents de l’ordre. Les notices nécrologiques, les correspondances personnelles et les lettres circulaires cimentaient ainsi le réseau transatlantique des religieux121.

  • 122 MI à son fils, 30 août 1650, p. 397.
  • 123 MI à la Communauté des Ursulines de Tours, printemps 1652, p. 443-444. MI à la Mère Cécile de S. J (...)
  • 124 Comme par exemple en 1667 et 1668, MI à son fils, 9 août 1668, p. 803.
  • 125 MI à son fils, 21 octobre 1669, p. 867-768.
  • 126 Par exemple : MI à la Mère Ursule de Ste-Catherine, Supérieure des Ursulines de Tours, 15 septembr (...)

40Grâce à son abondante correspondance, Marie de l’Incarnation s’informait aussi de ce qui se passait en France en général et dans l’ordre des Ursulines en particulier – pour en faire rapport à ses consœurs mais aussi en tant que fondatrice intéressée par la rédaction de constitutions122. Par les remarques que lui faisaient ses correspondants, elle pouvait mesurer par exemple, l’impact que pouvait avoir la diffusion des Relations en France123, voire évaluer l’effet de la censure sur le contenu du texte envoyé de Québec et donner son avis124 ; elle pouvait aussi juger des ouvrages, parus en France, dignes ou non d’être commandés pour être lus individuellement ou collectivement au couvent125. Par ailleurs, ses lettres informaient ses correspondants de ce qui se passait dans la colonie. Et on note que, sous sa plume, la référence au livre – « Il faudroit un gros livre pour décrire… » ; « on en ferait un gros livre » ; « un livre n’y suffirait pas »126 – était utilisée pour traduire le volume d’informations qu’elle possédait mais qu’elle devait synthétiser par manque d’espace et de temps.

Une religieuse et ses livres au XVIIe siècle

41Ainsi Marie de l’Incarnation et ses compagnes avaient un rapport constant aux livres, pour s’inspirer, apprendre à connaître, enseigner à leur tour ou pour en rédiger elles-mêmes, les diffuser, les éditer, les censurer : elles étaient très au fait du monde des livres. Ce rapport a pourtant été quelque peu occulté par les historiens. Est-ce à cause du discrédit jeté sur des lectures qui n’appartenaient pas à la grande littérature ? Ou à cause du peu de crédit accordé au savoir que les femmes pouvaient y trouver ?

  • 127 Lettres de la vénérable mère Marie de l’Incarnation, première supérieure des Ursulines de la Nouve (...)
  • 128 C’est moi qui souligne. L’Êcole Sainte ou Explication familière des Mystères de la Foy, pour toute (...)

42Quoiqu’il en soit, après une longue vie faite de visions mystiques et de travail missionnaire très terre-à-terre, Marie de l’Incarnation mourut à Québec en 1672. Son fils se fit son éditeur : il publia cinq ans plus tard sa biographie en puisant à fond dans ses deux autobiographies ; il s’empressa ensuite de réunir ses lettres – dont « la plupart étoient de quinze et seize pages, en sorte que chacune eût été capable de faire un Livre » – pour les publier en 1681127. On peut dire qu’il était au fait des ouvrages que sa mère avait pu fréquenter au cours de son existence. C’est pourquoi sa préface à l’École sainte paraît surprenante : « On s’étonnera », écrit-il, « peut-être de voir une simple religieuse qui n’a jamais étudié les lettres humaines, qui n’a quasi jamais lu de livres… parler en théologien, et citer l’Ecriture aussi à propos et avec autant de facilité que pourrait faire un Père de l’Église128. » En adoptant ainsi un topos de la littérature spirituelle féminine – le théodidactisme – Claude Martin cherchait sans doute à répondre à l’antimysticisme de la fin du XVIIe siècle, qu’exprimait un Pierre Nicole par exemple. Mais ce faisant, ne contribua-t-il pas à jeter un voile sur la culture livresque féminine ?

Notes

1 Jacques Du Bosc, L’Honneste femme, Paris, P. Aubouin, 1639-1640, 2 tomes en 1 volume (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5568266s), p. 1.

2 Cité par Guy-Marie Oury, Les Ursulines de Québec, 1639-1953, Québec, 1999, p. 61.

3 Broderie d’applique au fil de laine et de soie polychrome sur fond de serge de laine, 88 × 158 cm, Musée des Ursulines de Québec, 1995.1091. Reproduit à partir de Christine Turgeon, Le fil de l’Art. Les broderies des Ursulines de Québec, Québec, 2002, p. 77.

4 Auteure d’une abondante correspondance, Marie Guyart rédigea deux autobiographies (en 1633 et en 1654), des traités d’oraison, des instructions chrétiennes réunies sous le titre de l’École sainte ainsi que de nombreux dictionnaires et ouvrages en langues amérindiennes. Marie de l’Incarnation, Correspondance, éd. G.-M. Oury, Solesmes, 1971 (ci-après MI). Écrits spirituels et historiques, éd. dom Albert Jamet, 1929, réimprimé Québec, 1985 (tome 1 Tours, ci-après R1633 ; tome 2 Québec, ci-après R1654). Dom Claude Martin, La vie de la vénérable Mère Marie de l’Incarnation, reproduction de l’édition originale de 1677 préparée par les moines de Solesmes, introduction de Dom J. Lonsagne, Solesmes, 1981 (ci-après : Vie).

5 De « Marie de l’Incarnation et la femme amérindienne », Recherches amérindiennes au Québec, xiii-4, 1982, p. 277-285) à Marie Guyart de l’Incarnation (1599-1672). Une triographie, Montréal (à paraître), il ne s’est pas passé une année sans que j’écrive quelque chose à son propos.

6 Victoria L. Mondelli, Female Learning in Early Modern Europe: Advocates and Institutions, Thèse de Ph. D., City University of New York, 2009, p. 201 sq.

7 Auteur d’une satire remarquée de la dernière cour des rois Valois, L’Isle des Hermaphrodites nouvellement descouverte, s. l., c. 1695-1724. La Bibliothèque nationale de France le classe sous « Artus, Thomas », BNF/Gallica : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32076027k/description.

8 Nicolas Caussin, La cour sainte, Paris [t. 1 : 1624 – t. 2 : 1629], 10e éd., S. Chappelet, 1640, 2 t. en 1. Ici t. II, p. 295-296 ; Arthus Thomas, Qu’il soit bien séant que les filles soient sçavantes, s. l., 1600, p. 8. François Brouart dit Béroalde de Verville, Aventures de Floride, 1594, préface. Tous cités par Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture sous l’Ancien régime, Paris, 2005, p. 286, n. 36 ; p. 286, n. 37 ; p. 287, n. 41.

9 Comme les appelle Linda Timmermans, L’accès des femmes…, p. 288 sq. (à la suite de Bernard Magné dont elle cite abondamment la thèse : Le féminisme de Poullain de la Barre. Origine et signification, thèse de 3e cycle, Toulouse, 1964, p. 82 sq.). Voir aussi Roger Duchêne, Être femme au temps de Louis XIV, Paris, 2004, p. 7-8.

10 Comme l’écrit Jacques Du Boscq par exemple : les femmes ont le même obligation de se rendre « utiles au public, au lieu de vivre comme elles font dans l’oisiveté. Si elles ne naissent pas avec un corps assez robuste pour la guerre, au moins elles naissent avec un esprit capable de bonnes intentions, aussi bien que nous [les hommes]. … Elles naissent avec la mesme obligation d’employer le temps » – Jacques Du Boscq, L’Honneste femme, t. III, p. 175-178, cité par Linda Timmermans, L’accès des femmes…, p. 292.

11 Dans la foulée d’un Érasme de Rotterdam qui s’exprimait déjà dans les mêmes termes (Desiderius Erasmus, « The Institution of Marriage », dans Erasmus on Women, éd. Erika Rummel, Toronto, 1996, p. 85), cité par Mondelli, Female Learning…, p. 120-121.

12 Du Boscq, L’Honneste femme…, t. 1, p. 14 et p. 24.

13 Ibidem, t. 1, p. 35.

14 Ibidem, t. 1, p. 33-34.

15 MI à une Dame de ses amies, 1649, p. 363.

16 Benetta Craveri, L’âge de la conversation, Paris, 2001. Christine Planté dir. L’épistolaire, un genre féminin ?, Paris, 1998. Fritz Nies, « Un genre féminin ? », Revue d’histoire littéraire de la France, no 6, 1978, p. 994-1003. Bernard Beugnot, « De l’invention épistolaire à la manière de soi », dans Mireille Bossis et Charles A. Porter dir., L’Épistolarité à travers les siècles. Geste de communication et/ou d’écriture, actes du colloque de Cerisy, Stuttgart, 1990. Paul Servais, Laurence Van Ypersele, Françoise Mirguet dir., La lettre et l’intime : l’émergence d’une expression du for intérieur dans les correspondances privées (17e et 19e siècles), Louvain-la-Neuve, 2007.

17 Du Boscq, L’Honneste femme…, t. 1, p. 5. Dominique Deslandres, « Agentivité, voix et voies des Françaises au XVIIe siècle. Le cas de Marie de l’Incarnation 1599-1672 », dans Josette Brun dir., Interrelations Femmes-média dans l’Amérique française, Sainte-Foy, 2009, p. 13-40.

18 Il faudrait imiter en cela Françoise Renée Deroy, Réseaux sociaux et mobilisation de ressources : Analyse sociologique du dessein de Marie de l’Incarnation, thèse de Ph. D., Université de Montréal (Canada), 1996.

19 Linda Lierheimer, Female Eloquence and Maternal Ministry: The Apostolate of Ursuline Nuns in Seventeenth-century France, thèse de Ph. D., Princeton University, 1994, 470 pages, p. 1, p. 11-13, ch. 2 et ch. 3. Elizabeth Rapley, The Dévotes: Women and Church in Seventeenth-century France, Montréal, 1990 et « Women and the Religious Vocation in Seventeenth Century », French Historical Studies, vol. 18, n. 3, printemps 1994, p. 613-631; Marie Chalendard, La promotion de la femme à l’apostolat, 1540-1650, Paris, 1950; Ruth P. Liebowitz, « Virgins in the Service of Christ: The Dispute over an Active Apostolate for Women during the Counter Reformation », dans Rosemary Ruether et Eleanor Mclaughlin dir., Women of Spirit: Female Leadership in the Jewish and Christian Traditions, New York, 1979, p. 132-152. Olwen Hufton et Frank Tallett, « Communities of Women, the Religious Life and Public Service in Seventeenth-Century France », dans Marilyn Boxer et Jean Quataert dir., Connecting Spheres: Women in the Western World since 1500, Oxford, 1987, p. 75-85.

20 François Xavier de Charlevoix, La vie de la Mère Marie de l’Incarnation. Institutrice & première supérieure des Ursulines de la Nouvelle France, Paris, Antoine-Claude Briasson, 1724 (copyright 2007 Canadia. org.), p. viii-ix. Charles Bénigne Bossuet, Instruction sur les États d’oraison, Liv. IX, III, cité par R1633, p. 282.

21 R1654, p. 51. Vie, p. 13.

22 Dominique Godineau, Les femmes dans la société française, 16e-18e siècle, Paris, 2003, p. 125-127, 130-134. Roger Chartier, Dominique Julia, Marie-Madeleine Compère, L’Éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1976.

23 Apprentissage par filiation maternelle, confirmée par Dominique Godineau : « Dans les faits, ce sont elles, mères, grands-mères, gouvernantes ou servantes qui transmettent les premiers savoirs : religieux (prières, signe de croix) ; sociaux et familiaux (par les récits mêlant histoire et légende, qui incluent l’enfant dans la lignée et la communauté en lui transmettant la mémoire ; savants en lui apprenant à lire et à écrire », Godineau, Les femmes…, p. 48.

24 Dom Guy-Marie Oury, Marie de l’Incarnation, Québec, Solesmes, 1973, p. 19-20.

25 Elle voulait déjà entrer en religion mais ses parents ne la considéraient pas apte à le faire.

26 Marie de l’Incarnation, Écrits spirituels et historiques (Québec), éd. dom Albert Jamet, 1929, réimprimé Québec, 1985 ; ci-après R1654, t. ii, p. 49.

27 R1654, t. II, p. 49.

28 Albert Jamet, dans R1654, p. 63, n. 9.

29 Jamet, dans R1654, p. 63, n. 9.

30 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 40.

31 Mon analyse comparée du roman d’Amadis et des écrits de Marie Guyart en est à ses premiers pas mais donne déjà des résultats notables : Le premier livre de Amadis de Gaule, traitant de maintes avantures d’Armes et d’Amour, qu’eurent plusieurs Chevaliers & Dames, tant du royaume de la grand’Bretaigne, que d’autres païs : Traduit nouvellement d’Espagnol en Françoys par le Seigneur des Essars Nicolas de Herberay, Commissaire ordinaire de l’Artillerie du Roy, Acuerdo Olvido, Paris, Estienne Groulleau, 1548 (1540), p. ii, Livre 1, f. Aii, f. Bii, f. Aiv à f. Avii, etc.

32 Du Boscq, L’Honneste femme…, t. 1, p. 31.

33 Ibidem, t. 1, p. 25.

34 Sylvie Robic-de Baecque, Le Salut par l’excès : Jean-Pierre Camus (1584-1652) : la poétique d’un évêque romancier, Paris, 1999 ; Max Vernet, Jean-Pierre Camus : théorie de la contre-littérature, Paris, 2001 ; Joël Zufferey, Discours fictionnel : autour des nouvelles de Jean-Pierre Camus, Louvain, 2006.

35 Jean-Pierre Camus, Pétronille. Accident pitoyable de nos jours, cause d’une vocation religieuse. Par Monseigneur L’Evesque de Belley, Reveu & augmenté pour la seconde édition, Paris, chez Fiacre Dehors, au mont Sainct Hilaire, mdc xxxii (1632), 484 p. Ici, p. 463-466.

36 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 39-40.

37 Jamet, dans R1654, p. 63, n. 9. Nicolaus Wydenbosch, dit Salicetus, L’Antidotaire sacré de l’âme pieuse ou Recueil des remèdes spirituels pour la santé intérieure de l’homme… disposé premièrement par M. Nicolas Salicete,… et derechef reveu, corrigé et augmenté de plusieurs oraisons… par le R. P. F.-Pierre Andrieu, Paris, F. Huby, 1607 ; Pierre de Besse, L’Héraclite chrestien c’est-à-dire les regrets et les larmes du pécheur pénitent, Paris, N. Du Fossé, 1612 et Le Démocrite chrestien c’est à dire le mespris et mocquerie des vanités du monde, Paris, N. du Fossé, 1615 ; Le Palais de l’amour divin entre Jésus et l’âme chrétienne composé par R. P. F. Laurent de Paris… Paris, D. de La Noue et C. Chastelain, 1614.

38 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 40-41.

39 Marcel De Greve, « Rabelais et les autorités de son temps : De la censure à la réception zéro », dans Colloque du Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance, Chinon-Tours (16/10/1994), 1998, vol. 33, p. 375-387, ici p. 377.

40 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 39 et p. 40.

41 Étienne Binet, Consolation et réjouissance pour les malades et personnes affligées (1627), prés. Claude Louis-Combet, Grenoble, 1995. Henri Bremond dit qu’il doit avoir eu une édition datant de 1620, mais je ne l’ai pas retrouvée à la Bibliothèque nationale de France. Henri Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France, rééd. François Trémolières, Grenoble, 2006 (Paris, 1916-1933), i, p. 277.

42 R1654, p. 371-372.

43 Pierre de Besse, Le Démocrite chrétien…, p. 1-2, cité par Bremond, Histoire littéraire…, I, p. 276.

44 Apologie du P. François Garassus,… pour son livre contre les athéistes et libertins de nostre siècle, et response aux censures et calomnies de l’autheur, Paris, S. Chappelet, 1624 (Gallica), p. 41-42.

45 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 42.

46 Les Heures et exercices spirituels de saincte Gertrude,… traduicts de latin en françois, par M. R. Gaultier, Paris, J. Deheuquevillé, 1621.

47 Denys de la Mère de Dieu, Les v livres des Insinuations de la divine piété, contenant la vie admirable de la glorieuse vierge Ste Gertrude,… ensemble un sommaire de toute la perfection chrestienne et religieuse, traduicts de latin en françois par I. B. D. M. C. D. R. Avec un traicté théologique nécessaire pour entendre la doctrine contenue en ces livres. Paris, M. Sonnius, 1619.

48 Le Dialogue et oraisons de l’excellente Vierge saincte Catherine de Siene, religieuse du tiers ordre S. Dominique, dicté par elle sortant d’extase et ravissement d’esprit, etc., traduict d’italien en françois… [par le P. Edme Bourgoing], Paris, G. Mallot, 1580. La Doctrine spirituelle, escrite par forme de dialogue de l’excellente vierge S. Catherine de Siene,… qu’elle a dicté en vulgaire italien sortant de son ordinaire extase, et ravissement d’esprit… augmenté en ceste dernière édition de deux petits traictez o1 de la louange de charité,o2 la manière de prier Dieu. Le tout traduict d’italien en françois (par le P. Edme Bourgoing)… Paris, R. Chaudière, 1602.

49 MI à sa nièce Marie de l’Incarnation, religieuse ursuline de Tours, octobre 1646, p. 302.

50 R1654, p. 53.

51 Vie, p. 31. Turgeon, Le fil de l’Art…, p. 97-99.

52 Godineau, Les femmes…, p. 53.

53 R1654, p. 73.

54 R1654, p. 74.

55 Jamet, dans R1654, p. 74, note c. La Bible de Jérusalem (Paris, p. 1605) indique plutôt Osée, 2 : 16.

56 Même si on peut arguer que Marie Guyart ait pu faire cette référence au moment de la rédaction de son autobiographie, soit 35 ans après les faits qu’elle rapporte, avec tout ce que la vie de religieuse peut comporter de fréquentation assidue des Écritures.

57 Vie, p. 24 : « Elle avait donné tant de preuves de sa vertu, de son grand esprit et de son bon naturel pendant tout le temps de son premier engagement, qu’elle ne fut pas longtemps sans être recherchée par des partis très avantageux qui lui faisaient espérer une fortune plus favorable que n’avait été celle de son premier mariage. Et d’ailleurs, ceux avec lesquels elle avait eu des affaires, ayant reconnu l’intégrité qu’elle avait fait paraître en traitant avec eux, entreprirent de la relever et de lui faire toutes les avances nécessaires pour son rétablissement. Il semblait que la prudence la dût porter à ne pas laisser échapper des occasions si considérables que le Ciel lui présentait. Mais la pesanteur de son premier joug lui était si présente, et elle en était encore si fatiguée, qu’elle avait une extrême aversion de toutes les propositions qu’on lui faisait, encore que pour dire la vérité, cette aversion ne vînt pas tant de ses premières croix, qui lui avaient été des occasions précieuses de vertu et de mérite, que de l’attrait intérieur qui lui ravissait le cœur et la pressait de se dégager entièrement du monde pour se donner toute à Dieu. »

58 Vie, p. 39.

59 R1654, p. 77-78.

60 R1654, p. 78.

61 R1654, p. 79.

62 R1633, p. 164. Le Chemin de perfection composé par la Mère Térèse de Jésus,… [avec les Advis pour ses religieuses] nouvellement traduicte [sic] d’espagnol en françoys par I. D. B. P. [Jean de Bretigny, prêtre] et L. P. C. D. B. [Les Pères chartreux de Bourgfontaine.], Paris, G. de La Noüe, 1601.

63 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 121.

64 R1633, p. 160. Et « Le R. Père Dom Raimond que je n’avois pas toujours pour me communiquer, me fit avoir les œuvres de saint Denys traduites par un Père de son Ordre, après quelles furent imprimées : je les entendois clairement en toutes leurs parties, et je fus extrêmement consolée, d’y voir les grands mystères que Dieu par sa bonté m’avoit communiquez ; mais les choses sont bien autres lorsque sa divine Majesté les imprime à l’âme, que quand on les trouve dans les livres, quoique ce qu’ils en disent soit de notre sainte foy et véritable. » MI à son fils, 8 octobre 1671, p. 930. Il s’agit de la Seconde Traduction des Œuvres de S. Denys Aréopagyte, par le R. P. Jean de Saint-François, premier assistant du très Révérend Père Général de la Congrégation de nostre Dame de Feuillans, Paris, Adrian Taupinart, 1629. Oury, dans MI, p. 933, n. 4.

65 MI à son fils 16 septembre 1661, p. 658.

66 R1633, p. 161, 164.

67 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 121, 129.

68 R1633, p. 164.

69 R1654, p. 72-73.

70 R1654, p. 75.

71 Oury, Marie de l’Incarnation…, p. 67-79. Françoise Deroy, Marie de l’Incarnation. Marie Guyart, femme d’affaires, mystique, mère de la Nouvelle-France, 1599-1672, Montréal, 1999 (1989), p. 117-124. Natalie Zemon Davis, Women on the Margins. Three Sevententh-Century Lives, Cambridge (Mass.), 1995, p. 261, n. 8.

72 Vie, p. 636.

73 Vie, p. 617-618.

74 « Je me voyais quelquefois si surchargée d’affaires que je ne savais par où commencer. » R1633, p. 166.

75 R1654, p. 145.

76 R1633, p. 156.

77 Oury, Les Ursulines de Québec…, p. 133.

78 Vie, p. 201.

79 Jamet, dans R1633, p. 164, n. a.

80 Timmermans, L’accès des femmes…, p. 523. Voir par exemple R1654, p. 175.

81 Dans R1633, p. 396 (préface à L’entretien spirituel sur l’épouse des cantiques aux novices de Sainte-Ursule de Tours).

82 R1633, p. 164 ; R1654, p. 299.

83 Jamet, dans R1654, p. 90, n. 1.

84 R1633, p. 325.

85 R1633, p. 189.

86 R1654, p. 195.

87 R1654, p. 198.

88 Ce texte daté de 1633, constituera la première des deux autobiographies rédigées par l’Ursuline. Au sujet des rapports entre les religieuses et leur confesseur : Marcel Bernos, « Les religieuses et « leurs hommes », dans Femmes et gens d’Église dans la France classique, Paris, 2003, p. 205-241.

89 R1654, p. 183-185.

90 MI à Dom Raymond de Saint Bernard, 3 mai 1635, p. 42.

91 Reuben Gold Thwaites éd., The Jesuit Relations and Allied Documents, Cleveland, 1891-1901 (ci-après RJ). L. Campeau éd., Monumenta Novae Franciae, Québec, Rome, 1967, 9 volumes à cette date [1602 à 1661] (ci-après MNF).

92 « Dans ce temps-là l’on commença à faire des relations de ce qui se passoit dans la nouvelle France et des grandes conversions qui s’y faisoient : le Révérend Père Poncet, ou quelque autre des Révérends Pères m’en envoioit une tous les ans, sçachant que l’on y traittoit d’une matière qui étoit à mon goust. Cette lecture échauffoit son cœur, et renouvelloit ses désirs : Et comme elle sçavoit que je soupirois après le bonheur de me sacrifier pour le salut des filles sauvages, elle me découvrit enfin les secrets de son âme », MI à la Communauté des Ursulines de Tours, printemps 1652, p. 443.

93 R1654, p. 198.

94 R1654, p. 204-205.

95 MI une Dame de qualité, 3 septembre 1640, p. 93.

96 MI une Dame de qualité, 3 septembre 1640, p. 97. MI à son fils, 9 août 1668, p. 802. Mais aussi de Québec, la Mère Marie de S. Joseph au P. Paul Le jeune, été 1640 dans MI, p. 962.

97 MI à son fils, 10 août 1662, p. 678. Voir aussi à son fils, 9 août 1668, p. 801.

98 Au XIXe siècle, ces ouvrages furent confiés à des missionnaires oblats qui partaient pour le grand Nord. On ne les a pas retrouvés depuis. Oury, dans MI, p. 680, n. 11.

99 MI à une dame de ses amies, 7 octobre 1646, p. 292-393.

100 Par exemple, MI à son fils, 2 août 1644, p. 208.

101 MI à Catherine-Agnès de St-Paul, Abbesse de Port-Royal du S. Sacrement, 30 août 1642, p. 152.

102 De Québec, la Mère Marie de S. Joseph au P. Paul Le jeune, été 1640 dans MI, p. 963.

103 Une Ursuline de Québec au P. Paul Le jeune, jésuite, avant le 17 octobre 1655, dans MI, p. 995.

104 « C’est un papier où on leur marque les jours et les lunes. » MI à la Mère Ursule de Ste-Catherine, Supérieure des Ursulines de Tours, 29 septembre 1642, p. 160.

105 Antoine Verjus, La vie de Monsieur Le Nobletz Prestre et missionnaire, Paris, François Muguet, 1666, 2e éd., p. 355-357.

106 MI à Melle de Luynes, 29 septembre 1642, p. 178. Paul Le Jeune, Relation de 1637, MNF III, p. 537-538. Voir aussi Relation de 1634, MNF II, p. 558-563, Relation de 1637, MNFiii, p. 525, Barthelémi Vimont, Relation de 1643-43, MNF v, p. 755-756 ; Gabriel Sagard, Le grand voyage au pays des Hurons, situé en l’Amérique vers la Mer douce, ès derniers confins de la Nouvelle France, dite Canada… Avec un dictionnaire de la langue huronne, 2 vol. Paris, Tross, E. Chevalier, 1865 (1632), i, p. 32-33, 61, 163-64, 173 et Histoire du Canada, p. 204-205, 230, 330. Dominique Deslandres, Croire et faire croire : Les missions françaises au XVIIe siècle, Paris, 2003, p. 367, 375.

107 MI à son fils, 1670, p. 918.

108 MI à la Mère Marie de l’Incarnation Quénat, Supérieure des Ursulines de Dijon, 6 septembre 1653, p. 511.

109 MI à son fils, 24 septembre 1654, p. 543.

110 MI à son fils, été 1647, p. 323-324.

111 MI à son fils, 14-27 septembre 1645, p. 260-261.

112 Du Boscq, L’Honneste femme…, t. 1, p. 17-18 et p. 22.

113 Dans la vallée laurentienne, les ordres féminins sont plus soucieux que les ordres masculins de tenir des Annales. Leur souci de leur mémoire collective est d’ailleurs beaucoup plus grand et leurs archives mieux organisées.

114 « Nous avons grandement esté esdiffiée de la lecture du livre de vostre bienheureuse enfant en laquelle il paroît que la grâce avoit pris place. » MI à Catherine-Agnès de Saint-Paul, 30 août 1641, p. 152 (remerciements pour la biographie d’une pensionnaire de Port-Royal : la jeune Marie-Charlotte de Constans d’Armentières, entrée comme pensionnaire à 11 ans, et morte à 14 ans, en 1633). Oury, dans MI, p. 153.

115 MI à la Communauté des Ursulines de Tours, printemps 1652, p. 443.

116 MI à son fils, 26 octobre 1653, p. 514-515.

117 « Nous avons tous les jours une lecture commune d’obligation, nous la ferons dans ce bel ouvrage : hors ce temps là les Sueurs sont affamées de cette lecture, et c’est à qui aura le livre pour y lire en particulier : Elles ont raison parce qu’on ne peut rien lire de plus utile, puisque ce sont des vies de saints, où outre la doctrine qui contente l’esprit, on trouve encore des exemples à imiter. » MI à son fils, 21 octobre 1669, p. 867-868, faisant référence aux premiers volumes de L’année bénédictine ou les vies des saints de l’Ordre de saint Benoît pour tous les jours de l’année, Paris, 1667-1673, 7 vol.

118 MI à la Mère Cécile de S. Joseph, 24 août 1671, p. 925 ; à la même, 9 novembre 1671, p. 947.

119 Jacques Le Brun, « À corps perdu. Les biographies spirituelles féminines du 17e siècle », Corps des Dieux. Le temps de la réflexion, n. VIII, Paris, 1986, p. 389-408, ici p. 390.

120 Rédigées par Marie de l’Incarnation, nous possédons la Vie de la mère de Saint-Joseph (Lettre à la Communauté des Ursulines de Tours) (1652), p. 436-473 ; Lettres dans MI : à R. de St-François (1652), p. 490-491 et (1668), p. 818 et p. 837) ; la Vie de la mère Anne Bataille de Saint Laurent (Lettre aux communautés Ursulines de France) (1669), p. 843-847 et la Vie de Madame de la Peltrie (Lettre au P. Poncet) (1670), p. 904-914). Elle donne aussi son opinion sur la vie de l’Hospitalière Catherine de Saint-Augustin (MI, p. 813-814 et p. 887). Après sa mort, l’écrivaine fit elle-même l’objet de plusieurs récits qui relatent ses vertus et qui sont donnés dans MI, en appendices, tous datant de 1672 : xxxi, p. 1010-1013 ; xxxii, p. 1014 ; xxxiii, p. 1015 ; xxxiv, p. 1016 ; xxxv, p. 1017-1018 ; xxxvi, p. 1019-1020 ; xxxvii, p. 1021-1024 ; xxxviii, p. 1025-1036 ; xxxix, p. 1027-1030.

121 Deslandres, « Agentivité… », p. 13-40.

122 MI à son fils, 30 août 1650, p. 397.

123 MI à la Communauté des Ursulines de Tours, printemps 1652, p. 443-444. MI à la Mère Cécile de S. Joseph, 24 août 1671, p. 924.

124 Comme par exemple en 1667 et 1668, MI à son fils, 9 août 1668, p. 803.

125 MI à son fils, 21 octobre 1669, p. 867-768.

126 Par exemple : MI à la Mère Ursule de Ste-Catherine, Supérieure des Ursulines de Tours, 15 septembre 1641, p. 140 ; MI à son fils, 30 août 1650, p. 397. MI à son fils, octobre-novembre 1651, p. 433.

127 Lettres de la vénérable mère Marie de l’Incarnation, première supérieure des Ursulines de la Nouvelle France, divisées en deux parties, éd. Claude Martin, Paris, Louis Billaine, 1681 : Avertissement, p. ii-iii.

128 C’est moi qui souligne. L’Êcole Sainte ou Explication familière des Mystères de la Foy, pour toutes sortes de personnes qui sont obligées d’enseigner la doctrine chrétienne, par la Vénérable Mère Marie de l’Incarnation, Religieuse Ursuline, Paris, J.-B. Coignard, 1684, préface. Réédité sous le titre Catéchisme de la vénérable Marie de l’Incarnation… par P. F. Richaudeau, Paris/Leipzig/Tournai, 1878.

Table des illustrations

Légende L’Éducation de la Vierge. Parement d’autel attribué à Marie de l’Incarnation, c 16503.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

Auteur

Professeure titulaire au Département d’histoire de l’Université de Montréal, où elle a participé à la fondation du Centre d’études des religions, Dominique Deslandres consacre ses travaux à l’histoire comparée des mentalités socioreligieuses d’Europe et d’Amérique. Elle a notamment publié Croire et faire croire. Les missions françaises au XVIIe siècle (Fayard, 2003) qui a reçu de nombreux prix, dont le Prix Lionel Groulx (2004) de l’Institut d’histoire d’Amérique française et le Prix John A. MacDonald de la Société historique du Canada (2005). Elle a codirigé avec John A. Dickinson et Ollivier Hubert, Les Sulpiciens de Montréal : une histoire de pouvoir et de discrétion 1657-2007 (Fides, 2007) qui a connu un vif succès de librairie et a été suivi d’une exposition au Musée des beaux-arts de Montréal. Elle prépare une biographie de Marie Guyart de l’Incarnation ainsi qu’une synthèse sur l’histoire du genre dans l’espace français à l’âge moderne (XVIe-XVIIIe siècles).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search