Version classiqueVersion mobile

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Charles VI et son clergé pendant le Grand Schisme d’Occident

L’opinion du Religieux de Saint-Denis sur l’influence des clercs dans le royaume de France dans les années qui suivirent le début de la folie du roi1

Annick Brabant

Texte intégral

  • 1 Cet article est tiré du second chapitre de notre mémoire de maîtrise effectué sous la direction de (...)
  • 2 L’identification du chantre de Saint-Denis, Michel Pintoin, en tant qu’auteur de la chronique a ét (...)

1 Le 16 février 1421, un homme que l’on connaîtra longtemps sous le nom imprécis de « Religieux de Saint-Denis » s’éteint. Moine à l’abbaye royale de Saint-Denis, il laisse derrière lui une œuvre historique considérable qui retrace les grandes lignes de l’histoire de France, des origines à son temps. Ce n’est qu’en 1976 que Michel Pintoin fut reconnu comme étant l’auteur de cette chronique2. De son œuvre, les parties s’étendant de la mort de Charlemagne à celle de saint Louis ainsi que la Chronique de Charles VI sont bien conservées. Cette dernière, la plus originale de son travail, mieux connue aujourd’hui sous le titre de « Chronique du Religieux de Saint-Denis », raconte l’histoire des événements entourant le règne de Charles VI, de 1380 à 1422. Ce règne fut marqué par le Grand Schisme d’Occident – période pendant laquelle deux et même trois papes se disputèrent la tiare –, ainsi que par la reprise de la Guerre de Cent Ans, par la folie du roi et par la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons.

  • 3 Bernard Guenée, « Michel Pintoin, sa vie, son œuvre », dans Chronique du Religieux de Saint Denis, (...)
  • 4 Bernard Guenée, La folie de Charles VI, roi Bien-Aimé, Paris, 2004, p. 147-197.

2La Chronique du Religieux de Saint-Denis est divisée en quarante-trois chapitres qui couvrent autant d’années du règne de Charles VI. L’auteur s’intéresse d’une part à Charles VI, à son royaume, à sa famille et à ses sujets et, d’autre part, à l’Église et à ses difficultés3. Une place importante est accordée aux clercs, puisque ces hommes furent actifs au sein du royaume et de l’Église. Ce double intérêt de la part du Religieux n’a rien d’étonnant puisqu’il fut directement touché, en tant que clerc, par les changements qui ébranlaient alors les hommes d’Église de son époque. L’attention portée au royaume de France, durement éprouvé pendant le règne de Charles VI, ainsi qu’à l’Église, alors déchirée par le Grand Schisme d’Occident, fait de la chronique une source riche pour étudier les répercussions des événements du règne de Charles VI sur la condition du clergé en France. Le regard que Michel Pintoin porte sur ce qu’il raconte, la façon dont il relate les événements ainsi que ce qu’il choisit d’omettre représentent en fait le véritable intérêt de la chronique4.

  • 5 Bernard Guenée affirme que la période s’étendant de 1392 à 1398 en fut une d’intense piété et de d (...)

3Comment le Religieux de Saint-Denis a-t-il compris, vécu et interprété la situation du clergé au sein du royaume de France pendant le Grand Schisme d’Occident ? Voilà la question qui nous retiendra ici. Aux yeux du Religieux, les clercs eurent une influence grandissante sur la royauté dans les décisions touchant le schisme et la situation religieuse du royaume après le déclenchement de la maladie du souverain en 1392. Selon le chroniqueur, la folie de Charles VI, considérée comme une punition divine, rendit le roi et son entourage plus réceptifs à l’avis des hommes d’Église. Cela permit au clergé d’accroître son ascendant sur l’entourage royal et de sensibiliser les proches du roi aux problèmes de l’Église et du schisme. Les clercs usèrent également de leur influence, selon la chronique, afin de réformer les mœurs des dirigeants et des habitants du royaume dans l’espoir de favoriser la guérison du souverain5.

L’influence accrue des clercs dans les affaires du schisme et de l’Église du royaume après 1392

  • 6 Hélène Millet, « Du conseil au concile (1395-1408). Recherche sur la nature des assemblées du cler (...)
  • 7 Robert Swanson, Universities, Academics and the Great Schism, New York, p. 202-208.

4La situation du clergé connut des changements significatifs pendant le règne de Charles VI6. Dès les premiers chapitres de sa chronique, Michel Pintoin porte une attention soutenue à l’influence des clercs sur les décisions prises par Charles VI et par son entourage au sujet de la condition religieuse du royaume. Parmi les clercs, les prélats et les membres de l’Université de Paris comptent au nombre de ceux qui exercèrent une influence grandissante dans le royaume sous Charles VI, dans les années qui suivirent le début de sa maladie7. L’ascendant de ces clercs, et particulièrement des universitaires, se manifesta dans l’influence dont ils jouirent auprès de la royauté française en ce qui concernait les mesures visant à mettre fin au schisme.

  • 8 Michel Pintoin, Chronique du Religieux de Saint-Denis, contenant le règne de Charles VI de 1380 à (...)
  • 9 Michel Pintoin, Chronique…, I, 86-90.
  • 10 Ibidem, I, 694.
  • 11 « En effet, les députés de l’Université s’étaient plusieurs fois déjà présentés devant le roi pour (...)

5Les efforts des clercs de l’université pour sensibiliser l’entourage de Charles VI à la crise de l’Église furent pourtant bien antérieurs à 1392. Avant le déclenchement de la maladie de Charles VI, le Religieux écrit que l’Université de Paris avait tenté à maintes reprises d’accroître la participation du souverain dans le processus de résolution du schisme, sans succès8. Dans sa description des événements de 1381, le chroniqueur raconte que le duc d’Anjou obligea l’Université à reconnaître Clément VII et à cesser tout débat sur la division de l’Église9. Neuf ans plus tard, en 1390, après une nouvelle tentative de sensibiliser l’entourage royal à la crise de l’Église, le Religieux affirme que le roi prononça une interdiction formelle de l’importuner avec les affaires du schisme, sous peine d’en subir les conséquences10. Les clercs parvenaient mal à se faire entendre de l’entourage du Charles VI en matière de schisme, mais, selon eux, il revenait au souverain de faire cesser la crise. Depuis le moment où Charles VI avait repris le contrôle du royaume, en 1388, l’Université s’était faite plus insistante. Jusqu’en 1392, cependant, elle se buta à des refus répétés : « Ob sedacionem hujus horrendi scismatis majestatem regiam jampridem et vicibus reiteratis adierant ; et quamvis pluries passi fuissent repulsam, juxta tamen apostolum semper importune stare non inofficiosum estimantes11. »

6Alors que Charles VI se préoccupait peu du schisme, les clercs de l’Université de Paris, eux, s’en inquiétaient – ils étaient les seuls – et prenaient les mesures nécessaires pour y mettre fin, selon Michel Pintoin.

  • 12 Howard Kaminsky, Simon Cramaud and the Great Schism, New Brunswick (N.J), 1983.
  • 13 Bernard Guenée a affirmé l’existence d’un lien direct entre le déclenchement de la folie du roi et (...)

7D’après lui, un changement perceptible s’effectua après le déclenchement de la maladie du roi. Plusieurs historiens ont tenu la mort du pape avignonnais Clément VII, en 1394, responsable du revirement de la monarchie française face à cette lignée de pape12. Robert de Genève, devenu Clément VII, était un prélat français bien connu de la royauté, alors que Pedro de Luna, évêque aragonais connu pour ses idées réformatrices, devenu Benoît XIII en 1394, ne bénéficiait pas du même statut privilégié auprès du roi et de ses proches. Cette succession de papes en 1394 avait certes modifié les rapports de la royauté et des papes d’Avignon. Le changement était cependant déjà amorcé en 1392, selon le Religieux, alors que l’état de santé de Charles VI avait poussé son entourage à se préoccuper plus assidûment du schisme13.

  • 14 Michel Pintoin, Chronique…, II, 95-105. Guenée, La folie de Charles VI…, p. 178.
  • 15 Michel Pintoin, Chronique…, II, 94-96.
  • 16 « Les députés demandèrent et obtinrent une audience. L’un d’entre eux, qui était docteur en théolo (...)
  • 17 Ibidem ; Guenée, La folie de Charles VI…, p. 179.

8Quelques mois après le déclenchement de la folie de Charles VI, le roi et ses proches manifestèrent un nouvel intérêt pour les affaires de l’Église, selon l’interprétation de Michel Pintoin14. Ne se laissant pas décourager par les multiples refus déjà essuyés, qualifiés d’injurieux par le Religieux, l’Université avait poursuivi ses efforts pour convaincre Charles VI de travailler à mettre fin au schisme15. En 1393, peu après le début de sa maladie, le roi accorda une audience aux députés de cette institution. Un docteur en théologie que Michel Pintoin ne nomme pas s’adressa alors au conseil. Il prononça devant le roi et ses proches, fort éprouvés par le dernier épisode de folie de Charles VI, un discours dans lequel il établissait des liens directs entre la récente guérison du souverain et la nécessité de s’occuper du schisme. Michel Pintoin raconte ainsi la scène : « Tunc petita audiencia et obtenta, magister in theologia deputatus, collacionem faciens, primo Deo gracias retulit de incolumitate regis, asserens Christum vota supplicantis populi tunc benigno favore prosequutum et regnicolarum acquievisse precibus, ut deinceps regno proficeret et Ecclesie sancte Dei. Deinde abhorrens scisma pestiferum, inconveniencia inde oriencia cunctis nota luculenter ostendit16. » Selon ce député de l’Université de Paris, la guérison du roi était l’œuvre de Dieu, qui avait entendu les prières des habitants du royaume. En guise de reconnaissance, Charles VI devait s’employer à résoudre la crise de l’Église. Le clerc termina en affirmant qu’il était du devoir du roi de travailler à y remédier, sans quoi il insinua que le souverain ne pourrait peut-être plus compter sur l’aide divine en cas de résurgence de sa maladie17.

  • 18 Michel Pintoin, Chronique…, II, 98.
  • 19 Ibidem.
  • 20 Ibidem, II, 98-100.

9Le discours porta ses fruits. Bien qu’il fût l’un des plus fervents défenseurs de Clément VII, le duc de Berri demanda à l’Université de travailler à mettre un terme au schisme, pour l’honneur du royaume18. Pintoin fut alors lui-même surpris et enchanté de la tournure des évènements. Il souligne que la maison de France ne s’était auparavant jamais efforcée de remédier au schisme, mais que les choses semblaient vouloir changer, nouvelle qui réjouissait également les représentants de l’Université19. Ceux-ci se mirent rapidement au travail, craignant que les manigances du pape Clément VII ne fassent changer les dispositions de la famille royale20.

  • 21 Ibidem, II, 100.
  • 22 Ibidem, II, 98-100.
  • 23 Ibidem, II, 100.
  • 24 Ibidem, II, 132.

10Sans perdre de temps, l’Université fit annoncer publiquement qu’elle demandait à tous ceux qui pouvaient proposer une façon de mettre un terme au schisme de le faire par écrit et de déposer leurs suggestions dans une boîte, près du cloître Saint-Mathurin21. Selon le Religieux, plus de 10 000 cédules furent déposées, et parmi celles-ci, trois solutions furent retenues22. L’Université mandata Nicolas de Clamanges, un clerc qui, de l’avis du chroniqueur, surpassait tous les orateurs de son temps en terme d’éloquence, afin de présenter ces solutions au roi sous forme de lettre23. Cette initiative déplut grandement à Clément VII qui acheta à grands coups de cadeaux les nobles de la cour, particulièrement le duc de Berri, afin qu’ils empêchent le roi d’entendre les solutions envisagées24.

  • 25 Ibidem, II, 182.
  • 26 Ibidem, II, 184.

11Lorsque Guillaume Barrault réussit finalement à présenter au roi les propositions de l’Université, Charles VI les reçut positivement, et les députés ne doutèrent pas qu’il leur fît une réponse positive25. Michel Pintoin raconte que les insinuations des partisans de Clément VII, parmi lesquels se trouvait le futur Benoît XIII, firent toutefois changer le roi d’avis et Charles VI demanda à l’Université de cesser de s’occuper de cette affaire26. Malgré ce changement de dispositions, Michel Pintoin estime que Charles VI accorda une plus grande importance à l’opinion des clercs de l’Université au sujet du schisme après le déclenchement de sa folie. La mort de Clément VII, peu de temps après cet incident, consolida le processus déjà en cours.

  • 27 Ibidem, II, 218-246.

12Après la mort du pontife avignonnais, les controverses diminuèrent au sujet de l’influence des clercs de l’Université en matière de schisme. La royauté était moins attachée à Benoît XIII qu’elle ne l’avait été à Clément VII et elle réussit mieux à se distancier de ce pape aragonais. L’élection du cardinal de Luna comme successeur de Clément VII sembla prometteuse aux clercs de l’Université de Paris qui voyaient en lui un réformateur. Michel Pintoin partageait cet avis et ses critiques furent moins accablantes pour ce pontife que pour son prédécesseur. Immédiatement après l’élection de Benoît XIII, le roi convoqua le clergé de son royaume, dont les docteurs de l’Université, dans le but d’élaborer des moyens de rétablir la paix de l’Église27. À la lumière de la chronique, l’épisode de folie du roi l’aurait rendu plus réceptif aux demandes de l’Université en ce qui a trait au schisme. À partir de ce moment, le roi malade suivit les conseils des clercs de cette institution à de nombreuses reprises pour les affaires du schisme et de l’Église.

  • 28 Ibidem, II, 579-585. Il faut toutefois noter qu’il donne aussi un rôle actif aux clercs lors de l’ (...)
  • 29 Millet, « Du conseil… », p. 157.
  • 30 Ibidem.

13Nous ne nous étendrons pas ici sur le rôle des clercs dans les assemblées du clergé réunies pour la cause de schisme, ce qui constitue un objet d’étude en soi. Soulignons toutefois que pour Michel Pintoin, ces instances exercèrent une influence décisive sur les politiques françaises en matière de schisme et les clercs y jouèrent un rôle prépondérant, surtout dans le contexte de la maladie de Charles VI. Le Religieux attribue un rôle engagé aux clercs qui y participèrent : ils ne furent pas à ses yeux des pions des intérêts discordants des ducs, même lorsque les membres des assemblées prirent des décisions contraires à ses opinions, comme cela fut le cas lors de l’assemblée qui a mené à la soustraction d’obédience de 139828. Les assemblées du clergé que convoqua Charles VI dès 1395 permirent à certains prélats, selon le Religieux, d’assumer un rôle de direction au sein de l’Église de France, car la folie du roi limitait son ascendant. Michel Pintoin remarque d’ailleurs que le souverain était absent lors de ces assemblées et il fait fréquemment état du rôle de Simon Cramaud pour combler ce vide29. Dans la pratique, selon le Religieux, pendant les années de soustraction, l’Église du royaume était dirigée par cet influent prélat qui s’assurait de consulter les clercs, ce qui eut des retentissements à l’intérieur de ce groupe. Au cours du schisme et à la suite de plusieurs années de soustraction d’obédience, les clercs du royaume de France prirent conscience d’exister en tant qu’entité au sein du royaume30.

Les clercs et la réforme des mœurs au sein du royaume

Idées réformatrices de Michel Pintoin

  • 31 Ce défaut est celui qui fait le plus horreur au religieux. Voir Brabant, Les relations…, p. 56.

14Tout au long de son œuvre, Michel Pintoin affirme que l’Église et la société ont besoin d’être réformées. La correction des mœurs des habitants du royaume, particulièrement celles des personnalités influentes, telles que les papes et l’entourage du roi, compte parmi ses principales préoccupations. On relève cette même inquiétude chez de nombreux clercs à l’époque du Grand Schisme. Le Religieux tient les mœurs du pape Clément VII en grande partie responsables de la situation de l’Église31.

  • 32 Michel Pintoin, Chronique…, I, 474-478. Dans ce chapitre le Religieux attribue la grande mortalité (...)
  • 33 Voir entre autres : Michel Pintoin, Chronique…, I, 340 ; II, 692-694. Voir aussi, Guenée, La folie (...)
  • 34 Michel Pintoin, Chronique…, I, 340. « Celui qui ne veut pas la mort du pêcheur, mais qui préfère s (...)

15Le désir de réforme des mœurs qu’exprime Michel Pintoin se traduit également par ses critiques répétées à l’endroit des pratiques des habitants du royaume de France. Tout au long de la chronique, le Religieux aborde ce sujet de diverses façons. Lorsqu’il n’établit pas de lien direct entre la colère de Dieu, les malheurs du royaume et les mœurs de ses habitants32, le chroniqueur affirme que des circonstances d’apparences plus bénignes comme le mauvais temps constituaient la rétribution divine pour les péchés du peuple33. Par exemple, à la suite d’épisodes météorologiques malheureux, le Religieux explique à plusieurs reprises que les prélats engagèrent les habitants à réformer leur conduite et à revenir à une vie plus convenable en expiant leurs péchés par de pieuses processions, dans le but d’apaiser Dieu, « qui peccatoris non vult mortem, sed ut magis convertatur et vivat34 ».

  • 35 Guenée, La folie de Charles VI …, p. 151. Hélène Millet, Catherine Vincent, « La prière… », p. 546 (...)
  • 36 Il faut cependant noter que l’attitude de Michel Pintoin changea vers la fin de sa vie et que son (...)

16La folie de Charles VI fit grandir l’aspiration à des réformes chez le Religieux, comme chez d’autres intellectuels de l’époque. La réforme des mœurs occupe une place accrue dans les écrits de Pintoin pour les événements postérieurs à 1392. Un lien direct est exprimé entre la folie du roi et la nécessité de corriger les mauvaises habitudes de ses contemporains35. Dans la chronique, le clergé joue un rôle capital dans la sensibilisation de l’entourage du roi à ce besoin de réforme36. C’est d’ailleurs souvent à travers la narration d’actions entreprises par d’autres clercs que Michel Pintoin transmet ses propres idées à propos de la réforme.

La réforme des mœurs vue par les clercs dans la Chronique du Religieux de Saint-Denis

  • 37 Les clercs qui défendent la soustraction d’obédience n’ont toutefois pas la faveur de Pintoin comm (...)
  • 38 Bernard Guenée, « Le Religieux et les docteurs. Comment le Religieux voyait les professeurs de l’u (...)
  • 39 Michel Pintoin, Chronique…, I, 474-476.

17Nombre de clercs mentionnés dans la Chronique du Religieux de Saint-Denis furent d’actifs réformateurs engagés à corriger les mœurs des habitants du royaume, y compris les personnalités influentes. Michel Pintoin appuyait ces hommes37. Plusieurs d’entre eux appartenaient à l’Université de Paris et défendaient les mêmes idées que lui38. Ainsi, lorsque les clercs de l’Université approchaient le roi pour la question du schisme, ils en profitaient aussi généralement pour lui répéter que la situation religieuse du royaume laissait à désirer. Avant 1392, les initiatives qu’évoque le Religieux afin de réformer les mœurs au sein du royaume furent toutes le fait de clercs, mais aucune ne fut appuyée par l’entourage du roi. Michel Pintoin affirme à plusieurs reprises que les péchés du peuple causèrent la colère de Dieu et provoquèrent les malheurs du royaume, amenant les clercs à multiplier les prédications pour venir à bout de cette situation39.

  • 40 Ibidem, II, 136-182.
  • 41 Ibidem, II, 168-182.
  • 42 Ibidem.

18En 1394, l’Université adressa au roi une lettre qui est recopiée dans la chronique40. Après avoir rappelé à Charles VI la nécessité de mettre un terme au schisme, la « fille du roi » fit état de la situation religieuse déplorable du royaume dans des mots semblables à ceux que Pintoin utilise ailleurs41. L’Université déplorait, entre autres, la prolifération de la simonie, la négligence du culte dont souffraient les fidèles et qui les menait à entretenir des vices, ainsi que la dilapidation du patrimoine des églises42. La prolongation du schisme ne faisait qu’aggraver cet état des choses.

  • 43 Ibidem, II, 530-534. Sur l’influence de la parenté du roi pendant cette période, voir : Bernard Gu (...)
  • 44 Michel Pintoin, Chronique…, II, 530-534.
  • 45 Bernard Guenée a bien démontré que le Religieux, qui se souciait de rendre compte de l’opinion pub (...)
  • 46 Bernard Guenée croit toutefois que le Religieux, bien qu’il en comprenne le sens n’a jamais eu acc (...)
  • 47 Michel Pintoin, Chronique…, II, 132.
  • 48 Guenée, La folie de Charles VI…, p. 151.

19Cette volonté de réformer les mœurs, que partageait Michel Pintoin avec plusieurs clercs de son époque, fut entendue par le roi et ses conseillers après 1392. Si on en croit le Religieux, l’entourage du roi s’allia alors au clergé pour redresser l’état du royaume, et, de concert, ils tentèrent, à de nombreuses reprises, de corriger la conduite des habitants de même que leurs pratiques religieuses. En 1395, lorsque Charles VI retomba dans une crise de folie sans que les médecins trouvent de remède à son état, ses oncles commandèrent, conformément à l’avis des clercs, des cérémonies religieuses et des prières publiques43. La réforme des mœurs était alors intimement liée à l’accroissement de la dévotion. En 1396, Michel Pintoin écrit que les conseillers du roi décidèrent de réformer les habitudes des gens du royaume, conformément à l’avis des personnes sages44. Cette dernière précision nous porte à croire qu’il s’agissait aussi de l’avis du chroniqueur45. Les nouvelles ordonnances qui furent mises en place s’attaquèrent surtout au blasphème46. D’après Michel Pintoin, il s’agissait d’une mesure juste, mais il remarque à regret qu’elle ne fut pas respectée très longtemps par les gens de la cour et par le peuple, qui retombèrent rapidement dans leurs « criminelles habitudes »47. Les hommes d’Église, selon le Religieux, guidèrent les Français vers une plus grande piété afin de soulager le roi de son état48.

  • 49 Michel Pintoin, Chronique…, II, 406-410. Il est intéressant de voir que cette cérémonie s’effectue (...)
  • 50 Millet, Vincent, « La prière… », p. 531-570.
  • 51 Guenée, La folie de Charles VI…, p. 174.
  • 52 Michel Pintoin, Chronique…, II, 410-412.
  • 53 Ibidem, I, 52-56, 102 ; II, 118-122 ; Guenée, La folie de Charles VI…, p. 185.

20À Saint-Denis, les oncles de Charles VI demandèrent aux religieux de célébrer une cérémonie qui n’avait pas eu lieu depuis 1239 afin de solliciter le rétablissement du roi49. Cette procession ne constitue qu’un exemple parmi d’autres de célébrations religieuses visant à réclamer la clémence divine pour la guérison du roi50, demandées par les oncles du roi, alors responsables du royaume. Elles devinrent une réalité presque quotidienne avec la maladie de Charles VI51. De nombreux cadeaux furent également offerts aux églises dans l’espoir d’obtenir l’assistance divine52. Afin de rendre le royaume plus chrétien, on décida de surcroît d’en chasser les juifs53.

  • 54 Michel Pintoin, Chronique…, III, 266-268.
  • 55 Ibidem, III, 268.
  • 56 Ibidem, III, 274.

21Les mœurs et pratiques de l’entourage du roi furent aussi scrutées et condamnées par le Religieux. Il raconte, par exemple, qu’en 1405, la façon de gouverner de la reine et du duc d’Orléans sema le mécontentement dans le royaume et en fit un objet de risée pour les peuples étrangers. Le peuple se plaignait de leur grande cupidité, des surtaxes et de la réduction des dépenses personnelles de Charles VI, laissé dans un état chétif54. Un moine augustinien, nommé Jacques Le Grand, dénonça ouvertement ces abus. Le Religieux considérait que son entreprise était d’autant plus louable que ce moine savait qu’il risquait fort de s’attirer la haine de la reine et du duc d’Orléans. Michel Pintoin admire ce moine et partage en tout point ses opinions sur le besoin de réforme de l’administration du royaume55. Sans mâcher ses mots, le moine accuse la reine de laisser régner l’ivresse et la débauche à la cour, d’entretenir des suivantes corrompues qui influencent les chevaliers et de faire des dépenses frivoles avec l’argent du royaume. Selon la chronique, reconnaissant la gravité de la situation, le roi prit Jacques Le Grand sous son aile afin de travailler à mettre fin aux excès signalés56. Charles VI retomba malheureusement dans sa folie et ne put continuer ce projet.

  • 57 Ibidem, III, 346.
  • 58 Ibidem, III, 344-346.

22D’autres clercs se chargèrent de lui remémorer la nécessité de réformer le royaume. Quelques mois plus tard, l’Université de Paris, qualifiée alors de « lumière de vérité » par Pintoin, demanda à Jean Gerson de s’adresser à Charles VI pour plaider auprès de lui l’importance d’apporter des changements à la gestion de l’État. Michel Pintoin appuie cette initiative et trouve que Jean Gerson la mène avec brio57. Dans son discours bien connu intitulé Vivat rex, le représentant de l’Université de Paris affirmait que le bien-être du roi et du royaume dépendait de l’accomplissement de trois vies : la vie corporelle, la vie politique et la vie spirituelle. Gerson insista pour que le roi recouvre sa santé au bénéfice de l’État et soulignait le besoin de réformer les mœurs de la cour afin que l’État puisse connaître des temps meilleurs58. Au sujet de la vie spirituelle, il affirmait qu’elle s’appuyait sur les vertus de la théologie et suppliait l’assemblée de s’occuper de l’union de l’Église et de toujours respecter les libertés de l’Université.

  • 59 Ibidem, III, 351.

23Michel Pintoin affirme que cet appel à la réforme de l’État ne fut pas inutile et qu’il eut des effets directs sur la gouvernance de cette institution. Ainsi, à la suite des conseils de Gerson, les ducs avisèrent quant aux moyens de rendre la santé au roi. D’après la chronique, ces mesures ramenèrent Charles VI à la raison vers Noël 1405. Le roi s’appliqua ensuite à la réforme financière de l’État, comme Gerson l’avait demandé, en diminuant les pensions annuelles des chambellans et des autres officiers de la cour et en réduisant le nombre de collecteurs, de trésoriers du roi et d’officiers de la chambre du Parlement59. Au cours des mois qui suivirent, il restaura le privilège d’exemption de la dîme à l’Université. Le Religieux fut heureux de constater que ces mesures de réforme de l’État, pensées par des clercs, influencèrent les décisions de la cour de Charles VI.

  • 60 Annick Brabant, « Les clercs en conflit avec l’État », dans Brabant, Les relations entre l’Église (...)

24Pour l’auteur de la Chronique du Religieux de Saint-Denis, les clercs eurent une influence grandissante dans les décisions d’État concernant l’Église et la situation religieuse du royaume, après le début de la maladie du roi en 1392. En 1394, la mort de Clément VII que la monarchie française avait ouvertement appuyé accentua ce changement d’attitude face au schisme. Considérée comme une punition divine, la folie de Charles VI rendit les dirigeants du royaume plus réceptifs à l’avis des hommes d’Église qu’ils ne l’avaient été auparavant. Les clercs servirent de caution morale afin d’aider à réformer les mœurs du royaume dans l’espoir de rendre la santé au roi. Cela permit au clergé d’accroître son influence auprès de la royauté et de la sensibiliser aux problèmes de l’Église. Les clercs de l’Université de Paris déployèrent des efforts soutenus afin de convaincre l’entourage du roi de s’intéresser davantage à la résolution du schisme et cela fonctionna, particulièrement pendant les dix années qui suivirent le déclenchement de la maladie du roi. Malgré tout, cette influence accrue connut des ratés. En terme de fiscalité, par exemple, la situation du clergé de France après 1392 fut loin de refléter cet ascendant dans les affaires de l’Église de France60.

Notes

1 Cet article est tiré du second chapitre de notre mémoire de maîtrise effectué sous la direction de Madame Denise Angers à qui nous exprimons toute notre reconnaissance. Annick Brabant, Les relations entre l’Église et l’État selon la Chronique du Religieux de Saint-Denis 1380-1422, mémoire de maîtrise sous la direction de Denise Angers, Montréal, Université de Montréal, 2006.

2 L’identification du chantre de Saint-Denis, Michel Pintoin, en tant qu’auteur de la chronique a été effectuée en 1976 : Nicole Grévy-Pons et Ezio Ornato, « Qui est l’auteur de la Chronique latine de Charles VI dite du Religieux de Saint-Denis ? », Bibliothèque de l’École des Chartes, 134, 1976, p. 85-102.

3 Bernard Guenée, « Michel Pintoin, sa vie, son œuvre », dans Chronique du Religieux de Saint Denis, vol. 1, Paris, 1994, p. lii.

4 Bernard Guenée, La folie de Charles VI, roi Bien-Aimé, Paris, 2004, p. 147-197.

5 Bernard Guenée affirme que la période s’étendant de 1392 à 1398 en fut une d’intense piété et de dévotion dans le royaume de France : Guenée, La folie de Charles VI…, p. 195.

6 Hélène Millet, « Du conseil au concile (1395-1408). Recherche sur la nature des assemblées du clergé en France pendant le Grand Schisme d’Occident », Journal des Savants, 263, 1985, p. 137-159.

7 Robert Swanson, Universities, Academics and the Great Schism, New York, p. 202-208.

8 Michel Pintoin, Chronique du Religieux de Saint-Denis, contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, Louis-François Bellaguet éd. et trad., Paris, 1994 [réimpression avec une introduction nouvelle de Bernard Guenée, de l’édition originale publiée à Paris en 6 tomes par L’Imprimerie de Crapelet entre 1839 et 1852], I, 87-91, 693-699. Nous nous référons au volume et à la pagination de l’édition en 6 tomes pour les références citées dans ce texte.

9 Michel Pintoin, Chronique…, I, 86-90.

10 Ibidem, I, 694.

11 « En effet, les députés de l’Université s’étaient plusieurs fois déjà présentés devant le roi pour le prier de mettre un terme aux horreurs du schisme. Ils ne se rebutèrent pas de tous les refus qu’ils avaient essuyés ; pensant que, selon la parole de l’apôtre, c’était un devoir pour eux de persister jusqu’à l’importunité. » – Ibidem.

12 Howard Kaminsky, Simon Cramaud and the Great Schism, New Brunswick (N.J), 1983.

13 Bernard Guenée a affirmé l’existence d’un lien direct entre le déclenchement de la folie du roi et le renouveau d’intérêt pour le schisme : Guenée, La folie de Charles VI…, p. 149, 178. Voir également : Hélène Millet, Catherine Vincent, « La prière pour l’unité de l’Église », dans Hélène Millet dir., Le Midi et le Grand Schisme d’Occident. Cahiers de Fanjeaux, 39, p. 548.

14 Michel Pintoin, Chronique…, II, 95-105. Guenée, La folie de Charles VI…, p. 178.

15 Michel Pintoin, Chronique…, II, 94-96.

16 « Les députés demandèrent et obtinrent une audience. L’un d’entre eux, qui était docteur en théologie, prit la parole et commença par remercier Dieu de la guérison du roi. Il déclara que, si le Seigneur avait enfin daigné exaucer les vœux et les supplications de la France, s’il avait entendu les prières des habitants, c’était pour que le roi pût désormais veiller aux intérêts de son peuple et de la sainte Église catholique. Il maudit ensuite l’exécrable schisme, et fit un éloquent tableau des malheurs enfantés par ce fléau, dont on ne connaissait que trop les suites funestes. » – Ibidem, II, 96.

17 Ibidem ; Guenée, La folie de Charles VI…, p. 179.

18 Michel Pintoin, Chronique…, II, 98.

19 Ibidem.

20 Ibidem, II, 98-100.

21 Ibidem, II, 100.

22 Ibidem, II, 98-100.

23 Ibidem, II, 100.

24 Ibidem, II, 132.

25 Ibidem, II, 182.

26 Ibidem, II, 184.

27 Ibidem, II, 218-246.

28 Ibidem, II, 579-585. Il faut toutefois noter qu’il donne aussi un rôle actif aux clercs lors de l’assemblée de restitution de 1403, mesure à laquelle il est favorable, alors que plusieurs autres sources s’entendent pour affirmer qu’il s’agissait d’une manigance du duc d’Orléans qui n’a convoqué que les clercs qu’il savait favorables à son opinion. Michel Pintoin est d’ailleurs conscient du caractère controversé de son assertion et affirme qu’il soutient cet avis, n’en déplaise à certains. Michel Pintoin, Chronique…, III, 95.

29 Millet, « Du conseil… », p. 157.

30 Ibidem.

31 Ce défaut est celui qui fait le plus horreur au religieux. Voir Brabant, Les relations…, p. 56.

32 Michel Pintoin, Chronique…, I, 474-478. Dans ce chapitre le Religieux attribue la grande mortalité qui s’abattit sur le royaume entre l’été et le mois de décembre 1387 aux péchés du peuple.

33 Voir entre autres : Michel Pintoin, Chronique…, I, 340 ; II, 692-694. Voir aussi, Guenée, La folie de Charles VI…, p. 73.

34 Michel Pintoin, Chronique…, I, 340. « Celui qui ne veut pas la mort du pêcheur, mais qui préfère sa conversion et son salut. »

35 Guenée, La folie de Charles VI …, p. 151. Hélène Millet, Catherine Vincent, « La prière… », p. 546-552.

36 Il faut cependant noter que l’attitude de Michel Pintoin changea vers la fin de sa vie et que son enthousiasme pour la réforme se flétrit. En 1417, il attribue la ruine du royaume aux fautes des Français, n’excluant pas les clercs, et il ne confère plus au clergé l’influence salvatrice qu’il leur donne pendant les années qui suivent le déclenchement de la folie du roi. (Michel Pintoin, Chronique…, V, 576-578). Cette part de désillusion vers la fin de sa vie, alors que sa chronique change d’aspect et comporte davantage de nostalgie et de regrets ne doit pas faire oublier que dans les années 1390 et dans la première décennie du XVe siècle, le Religieux de Saint-Denis était heureux de constater la plus grande influence des clercs pour la réforme de l’Église et celle des mœurs.

37 Les clercs qui défendent la soustraction d’obédience n’ont toutefois pas la faveur de Pintoin comme l’a démontré Hélène Millet. Voir Millet, « Michel Pintoin… », p. 213-236. C’est le cas de Simon Cramaud, par exemple.

38 Bernard Guenée, « Le Religieux et les docteurs. Comment le Religieux voyait les professeurs de l’université de Paris », dans Un roi et son historien. Vingt études sur Charles VI et sur la Chronique du Religieux de Saint-Denis, Paris, 1999, p. 345.

39 Michel Pintoin, Chronique…, I, 474-476.

40 Ibidem, II, 136-182.

41 Ibidem, II, 168-182.

42 Ibidem.

43 Ibidem, II, 530-534. Sur l’influence de la parenté du roi pendant cette période, voir : Bernard Guenée, « Le roi, ses parents et son royaume en France au XIVe siècle », dans Un roi et son historien…, p. 301-324.

44 Michel Pintoin, Chronique…, II, 530-534.

45 Bernard Guenée a bien démontré que le Religieux, qui se souciait de rendre compte de l’opinion publique, s’associait fréquemment à l’opinion qu’il attribuait aux sages : Bernard Guenée, L’opinion publique à la fin du Moyen Âge d’après la « Chronique de Charles VI » du Religieux de Saint-Denis, Paris, 2002, p. 180.

46 Bernard Guenée croit toutefois que le Religieux, bien qu’il en comprenne le sens n’a jamais eu accès à cette ordonnance. Guenée, La folie de Charles VI…, p. 189-190.

47 Michel Pintoin, Chronique…, II, 132.

48 Guenée, La folie de Charles VI…, p. 151.

49 Michel Pintoin, Chronique…, II, 406-410. Il est intéressant de voir que cette cérémonie s’effectue à Saint-Denis puisque le Religieux raconte un peu plus tard des miracles effectués par le saint patron de cette abbaye pour guérir la folie. Voir Michel Pintoin, Chronique…, II, 472-474. Les trois intercesseurs principaux de Charles VI, saint Denis, la Vierge et saint Louis sont par ailleurs connus comme étant des saints qui guérissent la maladie mentale. Voir : Guenée, La folie de Charles VI…, p. 162.

50 Millet, Vincent, « La prière… », p. 531-570.

51 Guenée, La folie de Charles VI…, p. 174.

52 Michel Pintoin, Chronique…, II, 410-412.

53 Ibidem, I, 52-56, 102 ; II, 118-122 ; Guenée, La folie de Charles VI…, p. 185.

54 Michel Pintoin, Chronique…, III, 266-268.

55 Ibidem, III, 268.

56 Ibidem, III, 274.

57 Ibidem, III, 346.

58 Ibidem, III, 344-346.

59 Ibidem, III, 351.

60 Annick Brabant, « Les clercs en conflit avec l’État », dans Brabant, Les relations entre l’Église et l’État…, p. 54-74.

Auteur

Doctorante à l’Université de Montréal et à l’Université de Caen Basse-Normandie, sous la direction de Denise Angers et de Véronique Gazeau. Elle prépare actuellement une thèse portant sur les Normands et le Grand Schisme d’Occident. Elle a terminé une maîtrise intitulée « Les relations entre l’Église et l’État selon la Chronique du Religieux de Saint-Denis (1380-1422) » (Université de Montréal, 2006), sous la direction de Denise Angers.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search