Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Histoire et mémoire normandes

Une enquête à Amblie en 14011

Mathieu Arnoux

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Isabelle Bretthauer, doctorante de l’Université Paris-7, et les éditeurs de c (...)
  • 2 Denise Angers, « Voir, entendre, écrire. Les procédures d’enquête dans la Normandie rurale de la f (...)
  • 3 Pour un exemple pris entre tant d’autres du bonheur d’expression de certains rédacteurs, voir l’in (...)
  • 4 Michel Le Pesant, « Répertoire des informations analysées par Dom Lenoir », Cahiers Léopold Delisl (...)
  • 5 Deux des plus anciennes, concernant les droits de justice des seigneurs de Saint-André de l’Eure ( (...)
  • 6 Gauvard dir., L’enquête…

1 Les archives médiévales normandes conservent par centaines des informations menées par les magistrats royaux ou seigneuriaux. Qui les a parcourues connaît leur pouvoir de fascination. Dans le cadre d’un rituel formalisé, dont un article récent de Denise Angers éclaire les multiples dimensions et la fonction juridictionnelle2, sont données des informations d’une précision remarquable, souvent rapportées dans les mots mêmes des témoins3. Si on excepte les copies de la collection Lenoir, en particulier la magnifique série d’enquêtes préliminaires à la mise hors de la garde royale d’enfants nobles que le moine bénédictin y avait recopiées4, on ne dispose d’aucun inventaire de ces documents, dont les plus anciens datent du XIIIe siècle5, alors même que les historiens de la justice, du droit et de la société ont, depuis quelques années fait porter leurs efforts sur les procédures d’enquête de la justice médiévale6.

  • 7 Le bailliage était attaché à la vicomté de Saint-Sauveur-Lendelin, l’une des composantes du douair (...)
  • 8 Le bailli, Jehan Davy, devait parfaitement connaître cette procédure ; il avait été en 1388-1389, (...)

2Sans être exceptionnelle par ses modalités ou son contenu, l’information menée en avril 1401 à Amblie par Jehan Davy, bailli du duc d’Orléans à Saint-Sauveur Lendelin7, présente des caractéristiques qui justifient sa publication, bien qu’elle nous soit parvenue incomplète. Comme souvent, on ne sait à quel titre ce document adressé à la chancellerie du duché d’Orléans a abouti dans la collection des Quittances et pièces diverses de la Bibliothèque nationale, dont les pièces proviennent, pour la plupart, de l’ancienne Chambre des comptes de Paris. Dans sa rédaction, reportant en préambule le mandement de Louis d’Orléans, à la suite duquel est placé le compte rendu de l’information, il s’inspire des modèles de la justice royale8, eux-mêmes hérités des procédures de l’époque carolingienne.

  • 9 Sans doute Fierville-en-Bessin, Calvados, c. Avenay, cant. Évrecy.

3L’objet de l’enquête est sans originalité pour la période : connaître les raisons du non-valoir d’un ensemble de revenus domaniaux, la fiefferme de Reviers et d’Amblie, qui « a esté non valable et tenue cellee par l’espasse de xx a xxx ans ou environ ». Dans ce but, le duc demande à son bailli la réalisation d’une information « a plain et au vray des choses dessusdittes et de la nature, condition et proprieté de ladite fieufferme et ses appartenances et tout ce que vous en aurés seu et trouvé ». Il suggère de consulter au préalable un notable particulièrement avisé, son chambellan Guillaume de Vierville, baron de Creully. L’information se déroule pour l’essentiel à Amblie (seul un témoin très distingué, Jehan Le Héricy, sieur de Fierville9 et avocat en court laye, ancien fermier de la fiefferme d’Amblie, sera interrogé quelques mois plus tard, à Rouen, peut-être à l’occasion d’une session de l’Échiquier). Les témoins, après avoir été examinés et assermentés, délivrent leur témoignage, qui forme la substance du rapport de Jehan Davy. Conformément aux ordres du duc, celui-ci rassemble toutes les connaissances disponibles sur l’histoire de la fiefferme depuis son entrée dans le domaine royal, peu après 1204, offrant de surcroît des informations précieuses sur les processus sociaux de constitution de la mémoire historique locale.

  • 10 Vu leur âge, les témoins peuvent rapporter de manière fiable des informations reçues durant leur j (...)
  • 11 Auguste Longnon éd., Pouillés de la Province de Rouen, Paris (Recueil des historiens de la France, (...)

4Après en avoir conféré avec le baron de Creully, Jehan Davy a interrogé en priorité trois témoins bien informés, et d’un âge raisonnable10 : deux d’entre eux, Thomas et Richard Brasnu, âgés de 80 et 60 ans environ, sont des habitants d’Amblie. Le troisième, Jehan de Pierrepont, âgé de 65 ans est seigneur de l’un des fiefs qui composent le territoire paroissial, correspondant au hameau qui porte ce nom. Il est aussi l’un des deux patrons de l’église paroissiale11. Huit autres témoins, âgés de 25 à 70 ans confirment pour l’essentiel ce premier et long témoignage. Interrogé à part, Jehan le Héricy apporte, outre quelques compléments, son autorité d’acteur de l’histoire domaniale d’Amblie.

5L’absence d’archives écrites concernant la fiefferme est l’un des éléments surprenants de l’information : à en juger par la lettre du duc d’Orléans, ses conseillers ne possèdent aucun document sur l’histoire de ce revenu. Le témoignage de Jehan Le Héricy permet cependant de deviner que la fiefferme appartint successivement à la reine Jeanne d’Évreux (†1371), veuve de Charles IV le Bel, puis à sa fille Blanche, première duchesse d’Oléans (†1393), et fut, à la mort de celle-ci, rattachée à l’apanage de Louis d’Orléans. De la même manière, les officiers locaux ne disposent pas d’archives spécifiques sur la fiefferme, en particulier d’aucun censier. Les témoins de l’enquête ne citent pour s’y référer qu’à une lettre de baillie relative au moulin de Cresel et à une assiette les hoirs Richart Gondouin, deux documents qui ont été produits par leurs détenteurs au cours de l’enquête.

  • 12 Auguste et Émile Molinier éd., Chronique normande du XIVe siècle, Paris, 1882 (Société de l’Histoi (...)

6L’essentiel de l’information provient donc d’une mémoire locale énoncée oralement avant de prendre forme écrite sous la plume du bailli ducal. La chronologie n’en est fixée, par une série d’approximations, que pour une période récente. Jehan de Héricy sait réciter la liste des tenants et fermiers de la terre d’Amblie, mais ne cite aucune date et se contente de dire des uns ou des autres qu’ils la tinrent « bien peu de temps » ou « un long espace de temps ». L’écuyer Richart Gondoin cite et date de façon exacte un fait historique local, la prise de Creully par les Anglais en 1357 (il avait alors 11 ans)12, mais on ne sait pas bien quel fait pertinent à Amblie il associe à cette date. Le seigneur de Pierrepont vit (dans son enfance, vers 1340 ?) l’une des trois sœurs héritières du sire de Morville, et Jehan de Courseulles abandonna le fief et mourut peu après, 42 années avant l’enquête. Dans ce dernier cas, la datation pourrait se référer de manière implicite à la seconde épidémie de peste, en 1360.

  • 13 Calvados, cant. Creully.
  • 14 Calvados, c. Barbery, cant. Bretteville-sur-Laize.

7Le premier moment du récit est lignager. Il met en scène deux chevaliers tenants d’un fief à Amblie13, les frères de Morville, dont l’un choisit, en 1204, de rester dans le royaume d’Angleterre : sa part du fief fut donc saisie par le roi de France et annexée comme « forfaiture » au domaine royal, l’autre portion demeurant aux mains du lignage de Morville. Celui-ci semble s’être éteint vers les premières années du XIVe siècle et ses biens furent partagés entre trois filles, dont une n’a laissé aucun souvenir. La deuxième, Béatrice, que connut Guillaume de Vierville, épousa Thomas Doublel ; elle eut une fille, Colette, qui fut mariée à Guillaume Gondoin. Les biens qui lui furent donnés ne sont pas évoqués. La troisième sœur épousa un seigneur du Mesnil-Touffray14, auquel elle apporta tout ou partie des biens d’Amblie. Cet ensemble de revenus, qui portait alors le nom de « fieu Morville », rassemblait les biens patrimoniaux, restés dans le lignage, et les revenus de la « forfaiture », tenus en fief du roi. C’était le cas en particulier du revenu le plus important, le Moulin Cresel, tenu à l’origine en indivision par les frères de Morville, et que le seigneur du Mesnil-Touffray tenait en totalité, partie en héritage, partie en fief.

  • 15 Calvados, cant. Caen ; plusieurs Gondoin habitant Carpiquet figurent au XIVe siècle parmi les bien (...)
  • 16 Calvados, cant. Douvres-la-Délivrande.
  • 17 Mathieu Arnoux, « Les effets de la peste de 1348 sur la société normande : à propos d’un jugement (...)

8La fiefferme connut au cours du siècle une série rapide de passage de tenures, passant successivement à Richard Doisnel, à Richard Cardon, à Raoul Gondoin de Carpiquet15 puis à Jehan de Courseulles. Après le départ de celui-ci pour Bernières-sur-Mer16, suivi de sa mort, les biens, devenus vacants, et le moulin en ruine, firent retour au domaine de Jeanne d’Évreux ou à l’apanage d’Orléans. Sans que les évènements ayant motivé cette décadence soient évoqués, on retrouve bien dans la succession rapide des détenteurs du revenu le phénomène de discontinuité lignagère et féodale, accompagné d’une profonde déperdition de mémoire, qui caractérise les crises de la seconde moitié du XIVe siècle17.

  • 18 Esquay-sur-Seulles, Calvados, cant. Creully.
  • 19 Henry d’Esquay sera en 1410 lieutenant du chastelain du chastel de Bayeux : Dupont-Ferrier, Gallia (...)

9Le deuxième moment du récit met en scène l’ascension sociale d’un personnage intéressant, Henri d’Esquay18, écuyer, sergent royal de Creully19. Celui-ci, mettant sans doute à profit un capital d’informations locales assemblé dans le cadre de sa charge, avait alors entrepris de refaire à son profit l’unité de l’ancien fief de Morville, devenu depuis le « fieu Cardon », reprenant en sous-main les terres en déshérence sous des formes juridiques variées : rachat de rentes, rachat de bail de fieffe, sous-location en viager. Tirant parti d’un inventaire des terres et revenus de la fiefferme au décès de Richard Gondoin (peut-être fils de Raoul et sans doute parent de l’un des témoins de l’enquête), Thomas et Richard Brasnu proposent une liste des terres et revenus usurpés. Sans être aussi catégoriques, les autres témoins ne paraissent pas convaincus des droits d’Henri à succéder au seigneur de Mesnil Touffray, et notent que sa prise de possession n’a pu avoir lieu qu’avec l’assentiment (la complicité ?) du fermier des revenus ducaux. Ici encore, c’est un phénomène typique du XIVe siècle que mettent en évidence nos témoins, celui d’une conquête économique et d’une ascension sociale entreprise par un petit seigneur local à la faveur d’une profonde crise des institutions et d’une défaillance de la mémoire institutionnelle locale.

10La mise en évidence des mécanismes de la notabilité et le dévoilement d’une stratégie sociale bien menée suffiraient à justifier l’intérêt que nous portons à l’enquête de Jehan Davy. Elle comporte en outre un passage tout à fait exceptionnel, qui l’inscrit dans une perspective plus large et dans une chronologie plus longue. En effet, les premiers témoins de l’information situent les origines de leur récit dans un passé à la fois légendaire et réel, celui de l’état anglo-normand et de la conquête capétienne de 1204 :

« […] est une chose toute commune et nottoire en pais d’Amblie et illec environ, que anciennement la terre d’Amblie fu a deuz freres, desquelx il ne savent les propres noms, mais ils savent bien qu’ilz estoient seurnommés de Morville, desquelx l’un, qui en avoit la moittié, se rendi englois et s’en alla demourer en Engleterre avecques le duc Guillaume de Normendie et par ce fu sa part de ladite terre appliquié au Roy […] »

11Nous en savons peu sur la conscience que les Normands avaient de leur histoire après l’annexion capétienne, la production historiographique ayant pratiquement cessé dans la province après les premières décennies du XIIIe siècle, de même que la tradition de copie et d’adaptation des textes issus des œuvres de Dudon de Saint-Quentin et Guillaume de Jumièges. Amblie, fief ancien de l’abbaye de Fécamp dans le Bessin, est sûrement un lieu où la mémoire ducale a pu survivre plus longuement qu’ailleurs. Il est significatif à cet égard que Jehan le Héricy, seigneur de Fierville, qui n’est pas un habitant d’Amblie, associe la « forfaiture » du sire de Morville, qu’il connaît, à un probable crime de lèse-majesté et non à la conquête capétienne. Le témoignage rendu par les notables du village éclaire de manière significative la manière dont les habitants du duché pouvaient accommoder leur loyauté au roi de France à une discrète fidélité à la mémoire régionale.

  • 20 Daniel Power, « L’établissement du régime capétien en Normandie : structures royales et réactions (...)
  • 21 Delisle, Cartulaire normand…, p. 22, no 121.
  • 22 Morville, Manche, cant. Bricquebec.
  • 23 Diane E. Greenway éd., Charters of the Honour of Mowbray (1109-1191), Londres, 1972 (British Acade (...)
  • 24 Reviers, Calvados, cant. Creully.
  • 25 Robert Bearman éd., Charters of the Redvers family and the Earldom of Devon (1090-1217), Exeter, 1 (...)

12L’histoire qu’ils racontent est corroborée par des sources contemporaines de l’événement. C’est le cas en particulier d’une donation faite en mai 1205 par Philippe Auguste à Richard d’Argences, un officier du roi Jean dont la conversion aux intérêts capétiens avait été essentielle pour la conquête20, dans laquelle figure une « terram que fuit Willelmi de Moranvilla cum pertinentiis apud Ambliam, pro xxiiii libris21 ». Il s’agit, à n’en pas douter, des terres et revenus dont s’occupe notre texte. En effet, si on substitue à la leçon Moranvilla du cartulaire de Philippe Auguste, où les erreurs sont nombreuses, la leçon Morvilla, induite par notre texte, l’histoire s’éclaire. Sans être de premier rang, la famille de Morville22 appartient à cette noblesse moyenne du Cotentin dont le rôle politique fut important, en particulier pour la constitution d’une aristocratie du royaume normand d’Angleterre. Nombre de ses membres figurent dans l’entourage des sires de Montbray23, comme de ceux de Reviers. Comme on peut s’y attendre, c’est auprès de ce dernier lignage, dont le site éponyme est limitrophe de la paroisse d’Amblie24, que l’on trouve un Willelmus de Morvilla, selon toute probabilité celui des deux frères qui partit en Angleterre et dont les revenus furent donnés à Richard d’Argences. À une date postérieure à 1204, il atteste trois chartes de Guillaume de Reviers pour des établissements anglais25.

13Mais l’histoire des deux frères de Morville (nous ignorons le nom de celui qui demoura par deça) est insérée dans une vision plus large de l’histoire du Duché. De manière inattendue, la figure du duc Guillaume, conquérant de l’Angleterre couvre ici toute la durée de l’épisode ducal, alors même qu’il n’a rien à voir avec l’épisode raconté. La logique de la narration apparaît pourtant : la conquête en 1066 du royaume d’outre-Manche s’était accompagnée du départ d’une partie de l’aristocratie normande. La conquête capétienne de 1204, qui lui succède, apparaît ici comme la suite de ce déplacement, sans intervalle de temps. Mais les figures de Philippe Auguste, d’Henri II Plantagenêt, de Richard Cœur de Lion et de Jean Sans Terre disparaissent dans le récit d’une « transition anglo-normande », réduite à une seule figure.

  • 26 Document cité note 9.
  • 27 Mathieu Arnoux, « De la généalogie à l’histoire. Le cartulaire-chronique du vicomte de Blosseville (...)

14On ne peut sans les surinterpréter pousser plus loin le commentaire de ces quelques mots. Ils suggèrent cependant une enquête possible sur la mémoire historique des Normands. Lors d’une enquête menée en 1336 à Montmorel, pour savoir si l’abbaye était de fondation ou de statut royal, les témoins rappellent avec une certaine précision les figures de Rualem du Homme et d’Hacoiz (Hasculphe) de Subligny, fondateurs de l’abbaye vers 1160. Aucune allusion n’est faite, à propos des droits du souverain sur l’établissement, à l’identité des souverains en question et à la succession des rois anglais et français26. L’événement de 1204 est inexistant, ou impertinent – ce qui dans le texte en question revient au même. Peu après la fin de la Guerre de Cent Ans, un petit seigneur cauchois, Jehan de Saint-Maard, vicomte de Blosseville et capitaine royal, compile pour lui-même à partir de sources écrites, chartes et histoires (Guillaume de Jumièges et Orderic) une petite chronique locale. Attentif à distinguer selon les actes et les périodes le duc de Normandie Guillaume du roi d’Angleterre, il donne à Philippe Auguste le surnom significatif « Philippe le Conquérant », attirant l’attention sur la dimension d’affrontement franco-anglais de l’événement de 120427. D’autres indices existent sans aucun doute, qui permettront de comprendre comment fut entretenue ou niée la mémoire de la Normandie ducale et des souverains anglo-normands. Ils attendent leur historien.

Annexes

Annexe

1401, 9 avril, Creully-27 octobre, Rouen
Information menée par Jehan Davy, bailli de Saint-Sauveur Lendelin, à la demande du duc d’Orléans, sur la fiefferme d’Amblie. Le texte du mandement de Louis d’Orléans (Limay, 6 janvier 1401) est joint au texte de l’information.

Bib. Nat. de France, Ms fr. 26031, n o 3198 (parchemin, deux membranes ; au moins une membrane manquante).

Information fete en la ville de Creullie le samedi ixe jour du mois d’avril l’an mil quatre cens et un aprés Pasques, par moy Jehan Davy, bailli de Saint-Sauveur Lendelin, par vertu des lettres closes de tres noble et puissant prince monseigneur le duc d’Orliens, conte de Valoiz, de Bloiz et de Beaumont, a moy adrechans et sur le contenu en icelles, a ce present Marot le Grant, receveur de mondit seigneur en la viconté de Caen, desquelles lettres la teneur est telle :
De par le duc d’Orliens, conte de Valoiz, de Bloiz et de Beaumont.
Bailli, nous avons entendu qu’il a une fieufferme assise en la viconté de Caen en la paroesse d’Amblie et illecques environ, appartenant anciennement a nous antecesseurs dont nous avons la cause, qui rent chascun an de quarante a cinquante charges de cheval de bleys avecques plusieurs autres prouffies, emolumens et dignités, laquelle depuis un temps escheut par succession es mains de deuz freres germains, les noms desquelx ygnorons, c’est assavoir a chascun d’eulx la moittié d’icelle fieufferme, dont l’un a vendu et transporté sa moittié a Henry d’Esquay, sergent de Creuillie, de ladite viconté de Caen, pour le pris de sept livres tournois par an, par tel convenant que le vendeur peult rachater ycelle moittié pour soixante livres tournois pour une foiz et que ladite fieufferme a esté non valable et tenue telle par l’espasse de xx a xxx ans ou environ, laquelle chose tourne et tourneroit, se ainsi estoit, en notre prejudice et dommaige, pour quoy nous vous mandons que, le plus prudentement et secretement que vous pourrés et saurés, vous vous infourmés bien a plain et au vray des choses dessus-dittes et de la nature, condition et proprieté de ladite fieufferme et ses appartenances et tout ce que vous en aurés seu et trouvé envoyés par escript clos et scellé soubz votre scel a notre amé et feal chancelier pour y deliberer et pourveoir comme il appartendra et bon vous semblera. Toutesvois, pour ce que l’en nous a dit que notre amé et feal chambellen Guillaume de Vierville vous pourra bien adrecer et adviser d’aucuns bons moyens et manieres pour en savoir et trouver la verité, vous pourrés, se bon vous semble, de ce parler et conferer avecques luy pour votre advis. Dieu soit garde de vous.
Escript a Limoy les Mante, le ve jour de janvier, et estoient ainsi signé : A. Desmilles. Et en dessus d’icelles avoit escript : A notre bailli de Saint Sauveur Lendelin.

Tesmoings sur ce jurés, oys et examinés par moy bailli dessus dit, ledit receveur present, aprés ce que sur le contenu esdites lettres, pour mieux congnoistre la matiere, j’ay parlé avecques monseigneur Guillaume de Vierville, seigneur de Creullie : Thomas Brasnu, de l’aage de iiiixx ans ou environ, Richart Brasnu, de lx ans ou environ, d’Amblie, Jehan de Pierrepont, escuier, seigneur de Pierrepont, pres Amblie, de lxv ans, jurés et examinés sur le contenu esdites lettres, le jour, an et lieu dessusdit, dient et deposent par leurs sermens qu’ilz ont oy dire, et est une chose toute commune et nottoire en pais d’Amblie et illec environ, que anciennement la terre d’Amblie fu a deuz freres, desquelx ilz ne sevent les propres noms, mais ilz sevent bien qu’ilz estoient seurnommés de Morville, desquelx l’un, qui en avoit la moictié, se rendi englois et s’en alla demourer en Engleterre avecques le duc Guillaume de Normendie et par ce fu sa part de ladite terre appliquié au Roy, laquelle part est ce que monseigneur le duc d’Orliens a audit lieu d’Amblie.

Et de l’autre frere qui demoura par deça yessirent trois filles, desquelles ledit seigneur de Pierrepont dit qu’il vit l’une, nommee Beatris, de laquelle fu heritier Thomas Doublel, de Reviers et dudit Thomas fu fille et héritiere Colete Doublel, a present femme Guillaume Gondouin, demourant a Reviers ; et une autre des-dites filles fu mariee au seigneur du Mesnil Touffroy, pres Bretteville sur Laise, en la viconté de Faloise, duquel seigneur du Mesnil Touffroy et d’elle est heritier le seigneur qui de present est seigneur dudit lieu du Mesnil Touffroy, duquel ilz ne sevent le nom. Et quant est de la tierce fille, de laquelle ilz ne sevent le nom, ilz ne ont pas congnoissance se elle out aucuns heritiers.

Dient oultre qu’il est nottoire chose endit pais que en ladite terre d’Amblie, durant le temps que les dis de Morville la tenoient, avoit un moulin a eau, qui de present est chaest, nommé le moulin de Cresel, en quel chacun des dis de Morville avoit la moictié.

Et avecques ce ont oy dire et tenir communelment en dit pais que, aprés ladite forfaicture advenue, le frere qui estoit demouré en pais, ou aucuns de ses successeurs, prindrent et fieufferent afin de heritaige des predecesseurs du Roy notre seigneur la portion du dit moulin qui lui estoit venue pour cause de ladite forfaiture par le pris de deuz muis d’orge chascun an, mais ilz ne sevent a quel mesure. Et après, le seigneur du Mesnil Touffroy, qui estoit heritier par succession de celui ou de ceulx qui avoient fieuffé la dite moictié du dit moulin par les dis deuz mieux d’orge, bailla en fieu et a fin de heritaige, se comme ilz ont veu par la lettre de la baillie qui fete en fu a Richart Doisnel, tout le dit moulin, duquel il lui appartenoit la moictié par succession et l’autre moictié par la prinse qui fete en avoit esté des predecesseurs du Roy notre sire, comme dit est, ensemble tous et telz autres heritaiges comme ledit seigneur du Mesnil Touffroy avoit en quelque maniere que ce fust en ladite paroesse d’Amblie – qui sont nommés communelment au temps de present le fieu Cardon, combien que anciennement estoient nommées le fieu Morville – par le pris de cinquante livres tournois par chascun an, oultre et par dessus les dis deuz mieux d’orge.

Et aprés, ledit Doisnel transporta et bailla, si comme ilz ont oy dire, toute la dite fieufferme, tant dudit moulin que autres heritaiges, a Richart Cardon ; et depuis ledit Cardon la bailla a fin de heritaige a Raoul Gondouin de Carpiquet, pres Caen, qui la tint un an ou environ, ilz ne sevent par quel pris ; Et aprés ledit Gondouin la bailla a un nommé Jehan de Courseulles, de Bernieres sur la mer, qui la tint par longue espasse de temps ; Et aprés s’en retourna demeurer audit lieu de Bernieres et delessa, passés sont xlii ans et plus, ladite fieuffe toute vacante, depuis lequel temps il est allé de vie a trespassemement, et tousjours d’empuis, pour ce que aucun ne se portoit comme heritier du dit de Courseulle, qui desson vivant avoit delessié lesdiz heritaiges vacans, comme dit est, toute ladite fieufferme, ledit moulin que autres heritaiges, a esté tenue en la main des predecesseurs dudit monseigneur d’Orliens, et de lui depuis que la ferme d’Amblie vint en sa main, et exploitié par les fermiers qui en leurs noms ont tenu la ferme de Reviers et d’Amblie, au tiltre et par raison des dis deuz mieux d’orge non paiés, sans ce que ledit dit [sic] seigneur du Mesnil Touffroy ne aucun auctre y ait calengié aucun droit ne en aucune possession, en fons ne en rente, dont ilz aient oy parler, exepté que d’empuis deuz ans a ou environ, Henry d’Esquay, escuier sergant de Creullie, a prins par le pris de six livres de rente du dit seigneur du Mesnil Touffroy tout tel droit comme il povoit avoir ou demander, fust en fons ou en rente en ycelle fieffe, lesquelles vi l. t. ledit Henry a d’empuis acquises du dit seigneur du Mesnil Touffroy par le pris de soixante dix livres tournois que il en a paies pour une fois, Et après ycelui Henry, tant soubz umbre de ce et a fin pour recouvrer et prendre sur mondit seigneur la pocession desdis heritaiges, a donné et paié, comme ilz ont oy dire a feu Jehan Gastebley, nagaires trespassé, fermier en son vivant des revenues et heritages estans en la fiefferme de Reviers et d’Amblie appartenant a mon dit seigneur, certaine somme de deniers pour lui consentir que il prenist soubz umbre de sa dite acquisition la pocession du dit moulin et aultres heritaiges comprins en la dite fieffe, lequel fermier consenti audit Henry, si comme ilz ont oy dire, que il en joisist le temps du bail de sa dite ferme durant seulement, par lui en paiant saize sextiers d’orge, ilz ne sevent a quel mesure, et <parmy ce et> pour la somme de deniers qui il en avoit paiez, comme dit est audit seigneur du Mesnil Touffroy <en a prins pocession>.

Dient oultre que il leur semble que les dis heritaiges, se il est trouvé que ilz appartiengent a mon dit seigneur d’Orliens, pourroient bien valoir, oultre et par dessus les dis deuz mieux d’orge deuz a mon dit seigneur a cause dudit moulin, par leur advis, deuz autres mieux d’orge estimez communez annees a x ou xii l. t. de rente ou environ.

Item dient et deposent les dis Thomas et Richart dis Brasnu que le dit Henry d’Escay tient et occuppe de fait et sans tiltre dont ilz aient congnoissance, des terres de la fiefferme de Reviers et d’Amblie appartenant a mon dit seigneur au dit lieu d’Amblie, les parties cy après desclerees :

Premierement […] acre de terre assise sur le jardin au Valois, dont sont en escript en l’assiette les hoirs Richart Gondouin entre les parties […] demaine non fieffé.

Item une acre assise en camp es cailles que tenoient au temps de l’assiete a orge non fieff […] Regnault et Raoul diz Anquetil.

Item une acre sur le quemin de Baieux que tenoit au temps de l’assiete a orge non fieuff […] le mary a la Virouze.

Item une vergie assise sur le quemin du dit lieu de Baieux que tenoit au temps de l’assiete Guillaume Le Sauvaige.

Item un pray appellé Grant Marest et la Rosiere.

Item ledit Henry s’est fait paier a la femme Girot […] de sept bouiss. d’orge que elle devoit pour v vergies de terre assises sur le mont de Meon, que souloit tenir au temps de l’assiete Michel Aubery, et dit ledit Henry que elle du tenement qu’il dit avoir acquis, et il est vray que elle appartient audit monseigneur d’Orliens, comme il appert par le livre de ladite assiete, si comme ilz ont oy dire. Et ne sevent se le dit Henry a paié aucune chose des dittes terres au fermier du dit lieu de Reviers et d’Amblie pour mondit seigneur, ou nom.

Ne de tout le contenu esdites lettres plus ne autre chose ne sevent que dessus ont desposé.

Jehan Gode, demourant a Amblie, de l’aage de xlv ans ou environ, nay de la paroesse de Troismons en la viconté de Carenten, […] dit et despose que du contenu esdites lettres rien ne scet fors tant que il a oy dire, car de certain il n’en sauroit deposer [car] il n’a que puis xiiii ans qu’il vint demourer audit lieu d’Amblie, que un nommé Jehan de Coursseulle eut en son bien un moulin assis audit lieu d’Amblie, nommé le moulin du Cresel, et que a cause d’icelui, il devoit a monseigneur d’Orliens deux [muis] d’orge, mesure d’Amblie, qui est xviiime, c’est assavoir que les xviii sextiers a ladite mesure d’Amblie ne valent que xii a la mesure de Caen, et que depuis le temps de la mort dudit de Coursseulle, duquel temps il ne sauroit bonnement deposer, ledit moulin et un fieu nommé le fieu Cardon, assis audit lieu, que tenoit en son vivant ledit feu de Coursseulle, eut esté en la main des predecesseurs de mondit seigneur d’Orliens et de lui, jusques a nagaires que Henry d’Escay, sergent de Creully, qui de present les tient par le moyen d’un [bail] a lui fait, sy comme il a oy dire a Jehan Gastebley, nagaires trespassé et fermier en son vivant pour mondit seigneur de la ferme de Reviers et d’Amblie, ou par ce qu’il s’est consenty qu’il les tienge le temps du bail a sa femme continuant.

Item [dit] qu’il n’a point oy dire que oncques depuis la mort dudit de Courseulle aucun ait eu aucune chose demandé esdis fieu Cardon et moulin, soit en fonds ou en rentes et il auxi il ne scet combien ilz pourroient valoir se ilz estoient a bailler. Dit oultre que le seigneur du Mesnil Touffray il souloit prendre et avoir xviii l. t. de rente par an et depuis ce a baillé son droit a Henry d’Escay, mais ce non obstant, ne croit point que ledit Henry en ait joy fors au droit dudit fermier auquel il […] si comme il a oy dire, et plus ne scet du contenu esdites lettres, sur tout diligeaument enquis.

Thomas du Buot, de l’aage de l ans, Charlot Gode, de xxvi ans, demourans audit lieu d’Amblie : dit ledit Chalot que rien n’en scet, et dit ledit Thomas qu’il a bien oy dire que ledit Jehan de Courseulle tient ledit fieu et moulin, mais il ne scet point, par oy dire ne autrement, que depuis son trespas aucun en ait joy, fors les fermiers de monseigneur et ses predecesseurs qui tousjours depuis en ont joy, si comme ilz ont oy dire, jusques a nagaires que Henry d’Escay a prins du seigneur du Mesnil Touffroy le droit qu’il avoit, et a ce tiltre s’est en pocessionné dudit fieu Cardon, combien que par avant depuis la mort dudit de Courseulle ledit seigneur de present du Mesnil Touffroy n’y eust pris aucune chose, comme il croit, mais les prouffits et revenues dudit fieu ont esté cuillis et receus par les fermiers dudit monseigneur d’Orliens et de ses predecesseurs, et plus ne scevent du contenu es dites lettres, sur tout diligeaument enquis.

Jehan Brasnu, de l’aage de lxx ans, demourant audit lieu d’Amblie dit que tousjours depuis la mort de Jehan de Courseulle, qui fut derrain pocesseur desdis moulin et fieu Cardon, de laquelle mort il ne sauroit deposer, mondit seigneur et ses predecesseurs ont tenu lesdis fieu et moulin et en ont tousjours eu les fermiers qui tenoient la ferme de Reviers et d’Amblie les prouffis et revenues et ne croit point que aucun y ait depuis prins aucune chose fors lesdits fermiers dudit monsseigneur, ne de tout le contenu esdites lettres plus ne scet sur tout enquis.

Richart Gondoin, escuier, de l’aage de lv ans ou environ, juré et examiné sur ce que dit est en l’an et jour dessus dit, dit et est recolant que des le temps que les Angloiz vindrent en chastel de Creullie, qui en partirent quarante quatre ans a ou environ, comme il lui semble et comme il est commun au pais, le fieu Cardon et le moulin du Cresel assis a Amblie, que tenoit par avant Jehan de Courseulle, et lesquelx avoient esté anciennement a ceulx de Morville et estoient venuz audit de Courseulle par le moien descleré en la deposicion des premiers tesmoings, ledit moulin chargié de deux muis d’orge envers le roy notre sire ou ses ayans cause, ont esté icelui fieu et moulin en la main du roy ou de ses fermiers ou d’autres ayans cause de lui et ne croit point que aucun y ait rien prins fors lesdits fermiers, sauf que depuis nagaires, Henry d’Escay s’en est mis en pocession, mais il ne scet a quel tiltre, fors tant qu’il a oy dire qu’il a acquis du seigneur du Mesnil Touffroy le droit qu’il y avoit par lui en faisant xvi sextiers d’orge et tant pour ce comme par ce que ledit Henry doit avoir composé aux fermiers dudit monseigneur le duc d’Orliens en ladite ferme de Reviers et d’Amblie, ne scet par quel pris ou somme, en a joy et encore joist, si comme il a oy dire ; dit oultre sur ce requis qu’il ne scet combien lesdits fieu et moulin peuent bien valoir par an mais il scet bien qu’ils sont chargiés par chascun an envers monseigneur entre les parties de la ferme de Reviers et d’Amblie de deux muis d’orge ; et plus n’en scet sur tout enquis.

Perrin Denis, de xl ans, Guillot Jehanne, de l ans, Richart le Covrechier, de xxv ans, dient que de tout leur aage ilz on veu que le fieu Cardon a esté en la main des fermiers de monseigneur et sevent bien que, passé sont xx ans, ilz en ont joy et exploictié et ne virent oncques que aucun autre y ait rien prins, excepté que depuis nagaires Henry d’Escay a acquis du seigneur du Mesnil Touffroy le droit qu’il y avoit et a ce titltre, sy comme ilz ont oy dire, et moiennant le consentement du fermier de monseigneur en la ferme de Reviers et d’Amblie, s’en est mis en pocession, parmy ce qu’il en fait et s’est obligé a payer audit fermier deus muis d’orge le temps de sa ferme durant, desquelx deus muis d’orge ledit moulin et fieu sont chargiés par chascun an. Et ne sevent se lesdits fieu et moulin valent plus, ne de tout le contenu esdites lettres autre chose ne sevent.

Jehan le Herichy, seigneur de Fierville, advocat en court seculiere demourant en la ville de Caen, de l’aage de lxv ans ou environ, si comme il dit, juré et examiné en la ville de Rouen par moy, bailly dessusdit, sur le contenu esdites lettres, le xxviie jour du mois d’octobre l’an dessus dit, dit et deppose par son serement que des en vivant de feue madame la royne Jehanne, a qui Dieu perdoint, et dempuis en vivant de feux monseigneur le duc et madame la duchesse d’Orliens derniers trespassés, que Dieu absoille, il a esté par plusieurs années fermier de la ferme de Reviers et d’Amblie, et scet bien que en ladirte ferme souloit avoir un moulin nommé le moulin du Cresel, a cause duquel moulin ou de partie d’icelui estoient et sont deuz aux predecesseurs dudit monseigneur le duc et de present le sont a lui, deus muis d’orge, mais il ne scet bonnement s’ilz sont a la mesure de Caen ou a celle d’Amblie, qui est le tiers mendre que celle de Caen ; toutesvois il croit mieux que anciennement ilz soient a la mesure d’Amblie ; et a bien oy dire et est chose toute nottoire en pais que les rentes et revenues que mondit seigneur a en ladite ferme d’Amblie furent anciennement a deux freres seurnommés de Morville, desquelx l’un se forfist a paine de lese majesté [et] sa portion des heritaiges vint au roy, de laquelle portion estoit, si comme il a oy dire et tenir communelment, la moictié du moulin, laquelle aprés ladite confiscation fut prinse et fieuffee a heritaige par le frere de celui qui s’estoit forfait par le prix desdit deux mieux d’orge, auquel frere l’autre moictié dudit moulin et le fieu Cardon appartenoient, lequel frere, duquel il ne scet le nom, tint en son vivant ladite moictié dudit moulin, et aprés la mort de celui qui avoit fait ladite fieuffe, sa succession vint et eschaya au seigneur du Mesnil Touffroy qui pour lors estoit, qui depuis bailla toute icelle succession ainsi fieuffee a un nommé Doisnel, qui la tint bien peu de temps et en paiant en son vivant par chascun an au fermier d’Amblie deux muis d’orge deuz a cause de ladite moictié dudit moulin, et aprés tint toute ycelle fieuffe Richart Cardon et en son vivant la bailla a Raoul Gondoin, de Carpiquet pres Caen, qui la tint bien peu de temps, mais il ne scet par quel pris, et aprés la transporta a un nommé Jehan de Courseulle, de Bernieres sur la mer, qui la tint long espace de temps, le dit qui parle estoit pour lors fermier ou nom de ladite feue madame la royne et depuis es noms desdits feux monseigneir et madame d’Orliens, de ladite ferme de Reviers et d’Amblie, et lui paioit ledit Courseulle par chascun an lesdits deux muis d’orge, et aprés que ledit de Courseulle eult ainsi tenu et possidé ladite fieufferme […].

Notes

1 Je tiens à remercier Isabelle Bretthauer, doctorante de l’Université Paris-7, et les éditeurs de ce volume pour la précieuse contribution qu’ils ont apportée à cet article.

2 Denise Angers, « Voir, entendre, écrire. Les procédures d’enquête dans la Normandie rurale de la fin du Moyen Âge » dans Claude Gauvard dir., L’enquête au Moyen Âge, Rome, 2008 (Collection de l’école française de Rome, 399), p. 169-183.

3 Pour un exemple pris entre tant d’autres du bonheur d’expression de certains rédacteurs, voir l’information menée en septembre 1365 sur les revenus de la prévôté de Lyre (AN J 1024 no 29), où les témoins affirment que « depuis Pasques ccclxiiii jusques a la Saint Jehan enssuivant, ladite prevosté n’a pas valu le quart de ce qu’elle couste et que, depuis ladite Saint Jehan jusques a Pasques ccclxv, ladite prevosté n’a pas valu la chauceure que la chambrière dudit Jehan a usée a la queuillir ».

4 Michel Le Pesant, « Répertoire des informations analysées par Dom Lenoir », Cahiers Léopold Delisle, Répertoire de documentation normande, 1969, t. 16, fasc. 1-2, no 4, et t. 18, fasc. 3-4, no 8.

5 Deux des plus anciennes, concernant les droits de justice des seigneurs de Saint-André de l’Eure (vers 1250 ?) et les droits d’usage des habitants de Tillières dans les gastines environnantes, ont été publiées par Léopold Delisle, Cartulaire normand de Philippe-Auguste, Louis VIII, saint Louis et Philippe le Hardi, Caen (Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 2e série, t. 16), 1852, p. 84-86, no 493 et 494.

6 Gauvard dir., L’enquête…

7 Le bailliage était attaché à la vicomté de Saint-Sauveur-Lendelin, l’une des composantes du douaire de Blanche, fille de Charles IV le Bel et de Jeanne d’Évreux et veuve de Philippe, duc d’Orléans, fils de Philippe VI de Valois ; à la mort de celle-ci, en février 1393, les terres et revenus du douaire de Blanche furent joints à l’apanage de Louis, duc d’Orléans, frère de Charles VI et le bailliage de Saint-Sauveur devint la principale juridiction de l’apanage en terre normande.

8 Le bailli, Jehan Davy, devait parfaitement connaître cette procédure ; il avait été en 1388-1389, et peut-être par la suite, lieutenant général du vicomte de Coutances : Gustave Dupont-Ferrier, Gallia Regia. Etat des officiers royaux des bailliages et sénéchaussées de 1328 à 1515, Paris, 1942-1961, t. 2 (bailliage de Cotentin), no 7502.

9 Sans doute Fierville-en-Bessin, Calvados, c. Avenay, cant. Évrecy.

10 Vu leur âge, les témoins peuvent rapporter de manière fiable des informations reçues durant leur jeunesse, de témoins ayant vécu dans les dernières décennies du XIIIe siècle. Aucun d’entre eux ne prétend à un âge excessif ; ce n’est pas toujours le cas : dans une enquête menée en 1336 par un vicomte de Coutances sur le statut de l’abbaye de Montmorel, un certain Pierre Martel rapporte les propos de Sanson Martel, « lequel Sanson, quant il mourut, aveit bien viixx ans » (François Dubosc, Cartulaires de la Manche. Abbaye de Montmorel, Saint-Lô, 1878, p. 27).

11 Auguste Longnon éd., Pouillés de la Province de Rouen, Paris (Recueil des historiens de la France, 2), p. 108.

12 Auguste et Émile Molinier éd., Chronique normande du XIVe siècle, Paris, 1882 (Société de l’Histoire de France), p. 218.

13 Calvados, cant. Creully.

14 Calvados, c. Barbery, cant. Bretteville-sur-Laize.

15 Calvados, cant. Caen ; plusieurs Gondoin habitant Carpiquet figurent au XIVe siècle parmi les bienfaiteurs de Notre-Dame d’Ardenne.

16 Calvados, cant. Douvres-la-Délivrande.

17 Mathieu Arnoux, « Les effets de la peste de 1348 sur la société normande : à propos d’un jugement de l’Échiquier de 1395 », dans Elisabeth Lalou, Bruno Lepeuple, Jean-Louis Roch dir., Des châteaux et des sources. Archéologie et histoire dans la Normandie médiévale. Mélanges en l’honneur d’Anne-Marie Flambard Héricher, Rouen, 2008, p. 77-86.

18 Esquay-sur-Seulles, Calvados, cant. Creully.

19 Henry d’Esquay sera en 1410 lieutenant du chastelain du chastel de Bayeux : Dupont-Ferrier, Gallia Regia…, t. 1 (bailliage de Caen), no 4744 ter ; c’est par erreur, sans doute, qu’il figure aussi comme lieutenant du châtelain du château de Falaise : Ibidem, no 4819.

20 Daniel Power, « L’établissement du régime capétien en Normandie : structures royales et réactions aristocratiques », dans Anne-Marie Flambard-Héricher et Véronique Gazeau dir., 1204. La Normandie entre Plantagenêts et Capétiens, Caen, 2007, p. 319-343, à la p. 328.

21 Delisle, Cartulaire normand…, p. 22, no 121.

22 Morville, Manche, cant. Bricquebec.

23 Diane E. Greenway éd., Charters of the Honour of Mowbray (1109-1191), Londres, 1972 (British Academy, Records of Economic and Social History, n. s. 1), p. xxxiv.

24 Reviers, Calvados, cant. Creully.

25 Robert Bearman éd., Charters of the Redvers family and the Earldom of Devon (1090-1217), Exeter, 1994 (Devon and Cornwall Record Society, n. s. 37), p. 135, no 97 (avril 1200 – Saint-Michel 1206), 137, no 100 (1206-1212) et p. 142-143, no 108-109 (1213-1214).

26 Document cité note 9.

27 Mathieu Arnoux, « De la généalogie à l’histoire. Le cartulaire-chronique du vicomte de Blosseville (1472-1481) », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, t. 62, 1994-1997 (paru en 2003), p. 9-48.

Auteur

Professeur à l’Université de Paris 7 et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, il a soutenu en 1990 une thèse sur la production du fer dans la Normandie médiévale (Mineurs, férons et maîtres de forges, CTHS, 1993). Par la suite, ses recherches ont porté sur l’histoire économique, sociale et religieuse des campagnes normandes (Des clercs au service de la réforme, Brepols, 2000) et sur l’histoire de l’économie européenne à la fin du Moyen Âge (travail, marchés, techniques). Il est actuellement membre senior de l’Institut universitaire de France.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter