Version classiqueVersion mobile

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Pierre, Jean, Jacques

La contribution des lettres de rémission à l’histoire des noms et de l’identité en France à la fin du Moyen Âge

Geneviève Ribordy

Texte intégral

  • 1 En particulier, pour le Moyen Âge, ce sont les cartulaires qui ont livré le plus grand nombre de n (...)
  • 2 Monique Bourin, Pascal Chareille dir., Genèse médiévale de l’anthroponymie médiévale III. Enquêtes (...)
  • 3 L’anthroponymie dans les lettres de rémission a déjà fait l’objet d’un mémoire : Marie Quintana, L (...)

1 l’étude de l’anthroponymie médiévale se heurte aux mêmes difficultés que celle de la démographie : le manque de sources. En l’absence de registres paroissiaux et de recensements réguliers (dont les rares spécimens ont déjà été étudiés)1, l’historien des noms doit se tourner vers des sources moins conventionnelles à la recherche de listes d’individus2. Pour la fin du Moyen Âge, les lettres de rémission peuvent constituer l’une de ces sources moins fréquentées de l’anthroponymie3. Elles regorgent en effet d’individus, hommes et femmes, jeunes et vieux, nobles et roturiers, qui sont régulièrement nommés et, sinon, identifiés d’une manière ou d’une autre. Leur mode de désignation permet même d’aller au-delà de l’étude anthroponymique pour tirer un portrait du système d’identification de la fin du Moyen Âge.

2En ce début de XXIe siècle, nos façons de nous distinguer et de nous identifier varient selon le contexte. Ainsi, une identification officielle, voire administrative, comprendra prénoms, nom de famille, adresse, date de naissance, parfois le nom de famille de la mère, et très souvent un numéro. Dans la vie de tous les jours, tous ces éléments ne servent pas : avec des amis, le prénom suffit ; avec des étrangers, ce sont plutôt les prénoms et nom de famille, accompagnés parfois d’un titre, d’une profession, peut-être d’une nationalité. Tous ces éléments d’identification – prénom, nom de famille, titre, profession, lieu d’origine ou de résidence, âge, lien familial et numéro matricule – ne servent pas tout le temps. Certains, comme le nom, servent souvent ; d’autres, comme les liens familiaux, apparaissent beaucoup plus rarement. Toutefois, tous savent dans quel contexte utiliser l’un ou l’autre de ces éléments, et dans quel contexte il est acceptable de fournir ces divers éléments d’identification.

3Au Moyen Âge également, les individus sont désignés et distingués les uns des autres par divers éléments identificateurs. Grand nombre de ces éléments ressemblent à ceux d’aujourd’hui, la seule exception notoire étant le matricule. Comme aujourd’hui, l’utilisation de l’un ou l’autre des éléments varie selon le contexte, officiel ou social. Quels sont donc les éléments d’identification, à la fin du Moyen Âge, et comment diffèrent-ils selon leur utilisation dans un cadre officiel ou social ? Voilà ce que les lettres de rémission permettent notamment de vérifier.

Les lettres de rémission

4Les lettres de rémission, c’est-à-dire ces lettres de grâce qu’attribuait le roi de France, se prêtent bien à l’étude de l’identité médiévale, en particulier celle de l’accusé dont l’identification se retrouve tout de suite après le salut du roi. Vient ensuite le récit du crime dans lequel interviennent divers personnages : la victime, ses compagnons, les complices de l’accusé, les témoins, des personnages secondaires que les circonstances font apparaître au gré du récit, comme le barbier ou le chirurgien appelé à intervenir, et enfin des personnages officiels liés au procès. Autant de personnages identifiés, de façon plus ou moins précise et plus ou moins élaborée, dépendant de leur rôle dans le récit et de leur lien avec le suppliant qui raconte l’histoire.

5Regroupés en six grandes catégories, accusés, victimes, référents (qui servent uniquement à situer un autre individu, comme le mari d’une femme, sans toutefois jouer de rôle dans le récit), personnages primaires, secondaires et circonstanciels, ces personnages fournissent deux types d’identification. La première, celle du suppliant, est une identification officielle. La lettre de rémission est un document précieux, dans lequel le suppliant se doit de bien s’identifier, et le greffier de la chancellerie se doit de poser les bonnes questions pour bien situer le récipiendaire de la lettre afin que son identité soit clairement stipulée. Par conséquent, la désignation de l’accusé tend à être beaucoup plus complète et précise que celle des autres personnages.

6Le degré d’identification des autres personnages dépend du rôle qu’ils jouent dans le crime et dans le récit, mais aussi de contraintes sociales. C’est ainsi qu’on ne manque pas de mentionner l’état d’un seigneur, en particulier s’il est proche du roi. L’identification des personnages est une identification sociale, celle connue du suppliant et utilisée par la communauté. S’il est utile de bien identifier la victime pour des raisons stratégiques, puisque la lettre doit ensuite être approuvée par elle, il n’est pas nécessaire de l’identifier sans équivoque. Pour les autres personnages, il est encore moins nécessaire de décliner leur identité de façon exhaustive : un ou deux éléments suffisent amplement, les plus évocateurs a priori. C’est en comparant la désignation officielle du suppliant et celle, plus sociale, des autres personnages, que ressortent les éléments les plus utilisés de l’identification de la fin du Moyen Âge.

  • 4 Un article intitulé « Women’s Names, Women’s Lives : The Designation of Women in Late Medieval Fra (...)

7Trois registres de lettres de rémission ont été dépouillés. Le premier, JJ 90, comprend 288 lettres attribuées entre 1358 et 1360 : celles qui ont fourni 1318 personnages masculins. Le second, JJ 171, compte 472 lettres attribuées entre 1419 et 1422, totalisant 2906 entrées. Le troisième, JJ 205, contient 322 lettres attribuées entre 1477 et 1480 et compte 2325 hommes. Seule l’identification des hommes est analysée ici. Comme la désignation des femmes relève de contraintes bien différentes, qui font beaucoup plus de place au lien familial qu’au métier ou même au nom, elles devront faire l’objet d’une analyse subséquente4.

  • 5 Claude Gauvard, « De grace especial » : crime, état et société en France à la fin du Moyen Âge, Pa (...)
  • 6 La répartition géographique des pratiques de dénomination n’a pas été étudiée ici, en partie parce (...)

8En théorie, ces lettres peuvent provenir de tout le royaume français. Toutefois, les causes proviennent principalement de la France septentrionale, de façon prépondérante dans les deux premiers registres, où 90 % des causes proviennent de la moitié nord – surtout du bassin parisien, de la région de Chartres, de la Champagne et de la Picardie. Comme l’a démontré Claude Gauvard dans son analyse des lettres de rémission à des fins d’étude de la criminalité, la proximité du roi détermine fortement le nombre d’attributions de lettres. En effet, les coûts du voyage limitent la possibilité pour des individus vivant dans les régions éloignées à se rendre à la cour du roi, et par conséquent à obtenir une lettre5. Par ailleurs, comme 1380 et 1420 constituent deux périodes troublées de la guerre de Cent Ans, l’insécurité générale vient certainement compliquer un éventuel voyage. Enfin, en 1380 comme en 1420, la part du royaume fidèle au roi installé à Paris est restreinte et se limite essentiellement à cette moitié nord. Preuve en est le tiers de causes provenant du centre, du sud et du sud-ouest de la France dans le registre de 1480. Par le fait même, ce dernier registre est beaucoup plus représentatif de la France tout entière6.

Le nom

9Au Moyen Âge comme aujourd’hui, l’identification passe d’abord par le nom. C’est ce que révèlent les lettres de rémission, qui se font ainsi le miroir de la réalité sociale. Cela est particulièrement vrai dans la désignation officielle des suppliants, dont l’écrasante majorité est identifiée par un nom (figure 1).

10Dans l’identification sociale, le nom joue également un rôle prépondérant, et ce, de façon croissante. Les personnages les mieux identifiés des lettres de rémission – victimes, personnages primaires et référents – ont majoritairement un nom. C’est particulièrement le cas des victimes : 82 % d’entre elles vers 1380, 91 % d’entre elles vers 1420 et 93 % d’entre elles vers 1480 sont désignées par leur nom.

11Si les personnages secondaires sont plus rarement identifiés par leur nom, ce n’est évidemment pas parce qu’ils n’en portent pas. C’est plutôt que le suppliant ne connaît pas leur nom ou que leur nom importe peu dans les circonstances du récit. L’individu est alors désigné par sa fonction (le bailli), sa nationalité (Anglais), son lien familial (enfant de), son appartenance à un groupe ou à un lieu (les habitants d’une ville) ou enfin par une qualité (bonne gens ou ennemis), toutes des composantes de l’identification qui seront discutées plus loin. Toutefois, même ces personnages marginaux sont de plus en plus nommés, de sorte que vers 1480, plus de la moitié d’entre eux le sont. L’utilisation du nom, dans la désignation sociale comme officielle, est à la hausse, ce qui reflète peut-être l’importance du nom dans l’identité personnelle et familiale, ou du moins pour la clarté du récit.

  • 7 Sur le système de dénomination, voir par exemple George T. Beech, Monique Bourin, Pascal Chareille(...)

12Pour ceux qui sont nommés, le nom double, combinaison du prénom et du patronyme, constitue la norme. Cette réalité est le reflet de la véritable révolution de l’anthroponymie qu’a connue le Moyen Âge. Le système de dénomination simple du haut Moyen Âge s’est mué rapidement, vers le tournant du XIIe siècle, en un système double, comprenant prénom et patronyme. Au début, le deuxième nom était individuel : il était formé à partir soit d’un métier tel que « boulanger », soit d’une qualité telle que « le gros », soit d’un lieu d’origine tel que « des monts » ou « de Lille », soit, plus fréquemment, d’un autre nom, très souvent celui du père. En français, la forme « Pierre fils de Jean » s’est rapidement transformée par l’abandon du « fils de » pour donner simplement « Pierre Jean ». Avec le temps, le deuxième nom est devenu un véritable patronyme héréditaire, transmis de père en fils7.

figure 1. Pourcentage d’hommes portant un nom, selon le registre et le type de personnage

figure 1. Pourcentage d’hommes portant un nom, selon le registre et le type de personnage

Source : Archives Nationales [AN], JJ 90, JJ 171 et JJ 205.

  • 8 Voir toute la série Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, en particulier les tomes I et II.

13Les travaux de Monique Bourin et de son groupe de recherche8 sur la genèse médiévale de l’anthroponymie moderne ont bien démontré le déroulement de cette révolution anthroponymique en France aux XIe et XIIe siècles. Il est désormais établi que la transition est accomplie pour les hommes dès le XIIIe siècle. L’étude des lettres de rémission confirme qu’à la fin du Moyen Âge, l’évolution d’un à deux noms est terminée pour les hommes, puisqu’une majorité écrasante d’entre eux sont nommés par la combinaison du prénom et du patronyme. Presque 90 % des accusés (dont la qualité officielle de la désignation laisse supposer que le nom est généralement complet) portent un nom double. De plus, la disparition du prénom simple comme principal système de dénomination est réellement consacrée au XVe siècle. Vers 1380, 5 % des accusés ne portent toujours qu’un prénom. À partir de 1420, le prénom seul n’est presque plus porté par les accusés dans leur désignation officielle.

  • 9 Archives nationales de France (AN), JJ 171, l. 169.

14Il n’est d’ailleurs pas toujours très clair pourquoi certains individus n’ont pas de patronyme. L’absence de patronyme semble parfois accidentelle : à preuve, le cas de l’accusé Jehannot fils de Thevenin Cherpet en 1420, qui plus loin dans la même lettre se nomme Jehannot de Cherpet9. L’omission du patronyme dans la première désignation, la désignation officielle, ne signifie donc pas obligatoirement absence de patronyme.

15De façon globale, l’utilisation du double nom augmente dans l’identification sociale comme dans l’identification officielle. Par exemple, 79 % des victimes sont identifiées ainsi vers 1480, alors qu’elles ne l’étaient que dans une proportion de 69 % dans les deux registres précédents. L’augmentation est aussi visible parmi les personnages secondaires et circonstanciels, qui se rapprochent ainsi des taux des personnages référents. Tout pousse donc à conclure que le nom double constitue bien la norme de la dénomination masculine à la fin du Moyen Âge.

  • 10 AN, JJ 90, l. 289.
  • 11 AN, JJ 171, l. 109.
  • 12 Voir par exemple Christiane Klapisch-Zuber, La maison et le nom : stratégies et rituels dans l’Ita (...)
  • 13 AN, JJ 90, l. 351.

16Lorsque le patronyme d’un individu n’est pas stipulé, c’est fréquemment un lien de famille ou l’occupation qui vient combler le manque. C’est le cas, par exemple, de trois frères en 1359 : Durant Farfoullet, Grant Jehan et Petit Jehan, enfants d’Agnes10 ou encore d’Hacquinet filz Martin Moliere en 142011. Dans certains cas, de plus en plus rares, cette ancienne pratique d’utilisation de la particule filz de ou simplement filz, apparentée aux pratiques scandinaves ou italiennes12, subsiste encore. Citons aussi l’exemple, en 1359, d’un moine qui estoit dicelle granche appelle frere Jehan13. Une telle formulation révèle clairement l’habitude de désigner socialement les moines par leur prénom, habitude qui survit encore aujourd’hui et qui a comme conséquence de supprimer le patronyme. Cette combinaison du prénom et de la fonction se retrouve aussi chez les seigneurs qui, comme les moines, se définissent beaucoup par leur titre.

  • 14 AN, JJ 205, l. 387.
  • 15 AN, JJ 205, l. 423.
  • 16 Seuls les référents atteignent 6,8 % et 5,5 % des cas en 1380 et 1480 respectivement.

17Enfin, il arrive que certains individus ne soient connus, socialement, que par leur patronyme comme « un surnommé Lambos14 », complice de l’accusé en 1479, ou « feu Rembourg »15 chez qui loge une victime de meurtre en 1478. Le fait qu’aucun accusé ne soit identifié de la sorte prouve qu’il s’agit bien d’une pratique sociale. Les hommes désignés seulement par leur patronyme constituent rarement plus de 5 % des cas16.

  • 17 AN, JJ 205, l. 262.
  • 18 AN, JJ 90, l. 422.
  • 19 AN, JJ 90, l. 199.

18Si le nombre de noms doubles diminue parmi les personnages primaires et les référents, ce n’est pas dû à l’utilisation du prénom unique, mais plutôt à la complexification du système anthroponymique. En effet, certains individus, toutes catégories confondues, portent un triple nom où le surnom s’ajoute au prénom et au patronyme. C’est le cas des quelques individus dont le nom est précédé du qualitatif « petit » ou « grand » comme « Petit Jehan Richier »17. Plus souvent, le surnom est précédé d’un « dit », par exemple « Colin de la Cave dit Tuebuef »18. Assez rarement, le patronyme disparaît et laisse la place au « dit » comme dans le cas de « Perrin dit de la Fontaine »19. Ces surnoms apparaissent dans l’identification des personnages les mieux identifiés, victimes et personnages primaires de même qu’accusés, ce qui semble indiquer qu’ils font partie intégrale de leur dénomination.

  • 20 AN, JJ 90, l. 403.
  • 21 AN, JJ 90, l. 556.

19Cet accroissement de l’utilisation du « dit » est-elle à mettre en parallèle avec une autre pratique, celle par laquelle un suppliant utilise l’expression « un nommé » ou « un appelé » pour introduire un personnage ? C’est le cas, par exemple, d’« un sergent nommé Jehan de la Ruelle »20 introduit par Jaques le Monnier en 1359 ou « un appelle Betisy »21 présent dans le récit de Guillemin de la Sengle l’année suivante. L’expression ne semble pas avoir de connotation péjorative, puisqu’elle peut autant servir à désigner la victime, l’un de ses compagnons ou l’un des complices de l’accusé. Bien qu’on puisse le croire a priori, l’utilisation de cette expression ne semble pas utilisée pour un individu dont le suppliant connaît mal l’identité. En réalité, plus le personnage joue un rôle important et plus il a de chances d’être « un nommé » ou « un appelé ». Cette habitude s’accroît même avec le temps, comme le démontre la figure 2, touchant jusqu’à environ 45 % des victimes et des personnages primaires. L’utilisation de l’expression serait-elle liée à la renommée, à l’idée qu’un individu est communément nommé ou appelé ainsi ? Quoi qu’il en soit, son utilisation fréquente souligne une chose : l’importance du nom, du fait d’être nommé.

figure 2. Utilisation des expressions « un nommé » et « un appelé » selon le registre et le type de personnage, en pourcentages

figure 2. Utilisation des expressions « un nommé » et « un appelé » selon le registre et le type de personnage, en pourcentages

Source : AN, JJ 90, JJ 171 et JJ 205.

  • 22 AN, JJ 90, l. 257.
  • 23 AN, JJ 171, l. 61.
  • 24 AN, JJ 205, l. 115. Toutefois, le nombre de ces seigneurs n’a pas été inclus dans le total des ind (...)
  • 25 Eschalard vs Aubigni, AN, X 2a 18.

20Les seigneurs ont également une triple dénomination. Dans leur cas, elle comprend un prénom, un patronyme et un titre suivi du nom de leur seigneurie, comme dans le cas de « messire Jehan de Tournebeu chevalier seigneur de Marbuef »22. D’autres seigneurs sont identifiés uniquement par leur fonction suivie du nom de leur domaine : le seigneur de Junincourt23 ou le seigneur de Fomoraut24, par exemple. Ils sont de plus en plus nombreux parmi les référents. Pour ces personnages servant uniquement à situer d’autres personnages, leur titre indique clairement leur statut et leur identité. Pour un noble de cette époque, le lien avec le fief était probablement si fort qu’il constituait plus qu’un titre ou un lieu, mais réellement un élément du nom. C’est ainsi que, dans les registres des procès au Parlement de Paris à la même époque, un noble est aussi souvent nommé par son patronyme que par son titre : Jean de Vivonne, seigneur d’Aubigni, devient, sous la plume du greffier, Aubigni tout simplement25. Il est clair que le nom de lieu peut être considéré comme un réel élément de la dénomination des nobles.

  • 26 AN, JJ 171, l. 10.
  • 27 AN, JJ 90, l. 638.
  • 28 Une analyse quantitative systématique des désignations subséquentes des personnages serait nécessa (...)

21Si le patronyme, le surnom et même le titre de noblesse font partie de la dénomination, autant officielle que sociale, le prénom est probablement l’élément principal de la désignation sociale. En effet, après la première mention, l’individu est le plus fréquemment désigné par son prénom dans le reste du récit. Ainsi, Philipet de Bray, victime d’homicide, est ensuite uniquement nommé Philipet dans le récit de son meurtrier26. Lorsque Colin Chanteclerc rapporte les paroles qu’il a adressées à sa victime, Colin de Puiseaux, il le nomme simplement Colin27. À niveau social égal, le prénom semble être le référent principal28.

  • 29 AN, JJ 90, l. 572.
  • 30 AN, JJ 90, l. 533.

22L’utilisation du prénom ne semble pas relever de l’âge de l’individu : par exemple Monnot le Selier, âgé de plus de 60 ans, est simplement appelé Monnot dans sa lettre de rémission29. Le prénom n’est pas l’apanage de la jeunesse. En fait, les très jeunes enfants ne semblent pas avoir droit à l’utilisation du nom, ni prénom, ni patronyme. Ainsi, un nourrisson de six semaines, mort étouffé accidentellement par son parrain, n’a jamais de nom, même s’il est la victime30. Il n’est désigné que comme enfant ou filleul. De même, de nombreux autres ne sont appelés que jeunes enfants, petits enfants ou simplement enfants sans même que leur sexe ne soit identifié. L’âge et l’acquisition d’une place dans la société entraînent l’utilisation d’un prénom, même si l’enfant en porte officiellement un depuis le baptême.

  • 31 AN, JJ 90, l. 85.
  • 32 AN, JJ 90, l. 199.

23Les enfants ne semblent pas avoir droit au patronyme non plus. Par conséquent, la plupart des hommes qui ne sont identifiés que par leur prénom (et un lien familial) sont jeunes : c’est le cas de « Walerans filz de Haquemelle de Mont Saint Martin de laage de dix huit ans ou environ31 ». Dans le cas de « Perrin dit Pichart filz de Denisot Pichart qui estoit enfant de laige de dix ans ou environ »32, il est intéressant de noter que le patronyme est porté en surnom, partiellement attribué en quelque sorte. Cette négation du patronyme est-elle liée à l’état de dépendance de ces jeunes hommes qui n’ont pas encore une identité à part entière ?

La famille

24Les deux derniers exemples illustrent bien l’utilisation du lien familial pour identifier de jeunes hommes ou enfants, toujours sous influence paternelle. D’autres liens familiaux apparaissent au gré des registres : père, frère, cousin par exemple. Toutefois, le lien familial a somme toute bien peu d’importance dans la désignation des hommes. Parmi les accusés, la proportion de liens familiaux clairement inscrits dans la désignation est loin d’être prépondérante (figure 3), même si elle passe de 7 % à 14 %.

figure 3. Pourcentage d’hommes identifiés par un lien familial selon le registre et le type de personnage

figure 3. Pourcentage d’hommes identifiés par un lien familial selon le registre et le type de personnage

Source : AN, JJ 90, JJ 171 et JJ 205.

  • 33 AN, JJ 171, l. 121.
  • 34 AN, JJ 205, l. 219.
  • 35 AN, JJ 171, l. 31.

25Le lien familial est statué dans la désignation officielle dans deux cas surtout. Celui d’abord de jeunes garçons dont le lien familial fait clairement partie de la désignation, comme le berger « Guillemot Noel aagie de xx ans ou environ filz de Baudin Noel »33. Celui ensuite où plusieurs accusés sont apparentés ; la stipulation d’un lien familial permet d’expliquer leur relation : ainsi, Étienne, Michel et Denis Pierres sont trois frères accusés d’homicide en 147934. Dans le cas de « Hugues Dussel escuier jeune homme de laage de xxx ans ou environ et Ame Dussel escuier jeune homme de laage de xxv ans ou environ freres enfans de Raymon Dussel escuier natif du diocese de Viviers »35, les deux situations sont même réunies.

  • 36 AN, JJ 90, l. 71.
  • 37 AN, JJ 171, l. 80.
  • 38 AN, JJ 205, l. 107.

26Dans la désignation sociale, le lien familial sert plus à la clarté du récit qu’à l’identification proprement dite ; c’est le cas de « Jehannin du Mont frère du dit Symonnet »36, qui intervient auprès de son frère. Certes, le fait que le suppliant ait jugé nécessaire de noter que deux individus sont frères, par exemple, dénote l’importance des liens familiaux dans la société de la fin du Moyen Âge, mais ne fait pas pour autant du lien familial un élément essentiel de la désignation d’un homme adulte. Cela contraste grandement avec la pratique chez les femmes, lesquelles sont d’abord et avant tout identifiées par leurs liens familiaux, comme le démontre la figure 4. En particulier, elles sont liées à leur mari, comme le sont Jehanne Labbesse femme de Jehan Bernier37 ou Katherine veuve de Raymond Bessiere38. Pour les femmes comme pour les enfants, ce lien fait intégralement partie de leur identité.

figure 4. Pourcentage de femmes identifiées par un lien familial selon le registre et le type de personnage

figure 4. Pourcentage de femmes identifiées par un lien familial selon le registre et le type de personnage

Source : AN, JJ 90, JJ 171 et JJ 205.

27Pour les hommes, contrairement aux femmes, la famille ne les campe pas dans un rôle social défini. Un homme est, par définition, autonome, indépendant et chef de famille. Son rôle à l’intérieur de la famille n’a pas à être inscrit dans la déclinaison de son identité. Cela ne veut pas dire pour autant que la famille importe peu pour les hommes adultes. En fait, pour eux, le lien avec la famille s’exprime déjà par le biais du patronyme hérité du père, parfois par le titre de noblesse ou le surnom qui sont également héréditaires, et également par le prénom ordinairement puisé parmi un corpus familial qui se transmet de génération en génération. La famille occupe donc une place importante dans l’identité d’un homme, mais non son rôle familial.

Le lieu

  • 39 Par exemple, AN, JJ 171, l. 199.
  • 40 AN, JJ 90, l. 17.
  • 41 Deux exemples parmi tant d’autres : AN, JJ 90, l. 20 et JJ 171, l. 95.

28Le lieu est un élément beaucoup plus important que le lien familial dans la désignation d’un homme (figure 5), en particulier dans la désignation officielle des accusés. 57 % d’entre eux vers 1380, plus de 70 % d’entre eux vers 1420, 88 % d’entre eux vers 1480 incluent le lieu dans leur désignation, que ce soit un lieu d’origine, parfois sous la forme d’un adjectif tel breton ou anglais39, un lieu lié au titre ou à la fonction comme l’évêque de Laon40, ou plus fréquemment un lieu de résidence, comme un accusé demourans à ou simplement « de Paris »41.

  • 42 Selon Claude Gauvard, seulement 8 % des suppliants omettent de donner leur domicile : Gauvard, « D (...)
  • 43 AN, JJ 90, l. 74.
  • 44 AN, JJ 90, l. 96.
  • 45 Gauvard, « De grace especial… », p. 492.

29Cette nécessité de situer spatialement l’accusé se fait croissante avec le temps et relève sans aucun doute d’une exigence bureaucratique, d’une tentative de délimiter le royaume, de situer les hommes et de les encadrer42. Certains accusés donnent très explicitement leur lieu de résidence, nommant paroisse, diocèse, pays, comté ou châtellenie. C’est le cas de « Jehan Le blanc autrement dit le Men demourant nagaires en la paroisse de la poste de Saint Père ou diocèse de Manz43 ou encore de Colin Logre de Sarny en la chastellenie de la Ferté Ales »44. Selon Claude Gauvard, de telles précisions relèvent de la nécessité de situer des villages inconnus, afin de bien informer la Chancellerie et de prouver de façon sûre que le suppliant habite le royaume45.

  • 46 AN, JJ 205, l. 12.
  • 47 AN, JJ 171, l. 47.

30Toutefois, la référence au lieu n’est pas seulement une question d’exigence bureaucratique. Le lieu peut être un élément important d’identification sociale : c’est très clairement le cas de ceux que désigne leur nationalité, qu’ils soient Bourguignons, Bretons, Anglais ou Outremontains. C’est également le cas, discuté précédemment, des titres de noblesse liés à un lieu. Pour les autres, il est toutefois difficile de déterminer si la mention du lieu relève de la véritable identification ou de la nécessité de bien camper le récit. Dans un premier exemple, celui de l’aumônier de Saint-Yves de Vitre en Bretagne46, le lieu fait sans conteste partie de l’identité, mais dans le cas d’« un nommé Jehan Le Fevre […] demourant à Caubert assez pres de l’ostel dudit Thomas »47, cette relation identitaire est loin d’être évidente. Quoi qu’il en soit, le lieu participe à l’identification des victimes et des autres personnages des lettres (figure 5), quoique de façon bien variable et, à l’exception des accusés et des référents, de façon décroissante.

figure 5. Pourcentage d’hommes identifiés par un lieu selon le registre et le type de personnage

figure 5. Pourcentage d’hommes identifiés par un lieu selon le registre et le type de personnage

Source : AN, JJ 90, JJ 171 et JJ 205.

La fonction

31Le lieu est souvent lié à la fonction, le dernier élément important de la désignation. En gros, cette dernière désigne entre le tiers et la moitié des hommes (figure 6). Dans certains cas, il ne s’agit peut-être pas d’un réel élément identificateur, mais plutôt d’une circonstance atténuante, susceptible d’émouvoir le roi de France, particulièrement manifeste dans l’expression assez répandue de « pauvre laboureur ». Il en va probablement de même pour ces nombreux hommes d’armes ou de guerre qui servent le roi dans ses entreprises. Puisque de nombreux individus se retrouvent dans ces catégories, on peut en effet douter de la fonction identificatrice du métier de laboureur ou de soldat.

  • 48 AN, JJ 171, l. 293 et l. 115.

32Socialement, ce sont les autres fonctions qui servent clairement à identifier parce qu’elles sont plus rares, parce qu’elles différencient de la masse des laboureurs. Cela est très clair pour la noblesse qui s’assure de déclarer son état de seigneur, chevalier ou écuyer. C’est aussi le cas des marchands, des hommes de métier et surtout, des fonctionnaires royaux, baillis, prévôts, sergents, procureurs, etc., qui se définissent par leur fonction, et parfois uniquement par elle. Il arrive en effet régulièrement que ces personnages n’aient pas de nom, seulement une fonction, comme c’est le cas du bailli d’Amiens ou du prévôt de Paris48. Dans leur cas, l’identité exacte importe moins que la fonction : un homme en remplace facilement un autre, mais la fonction de bailli demeure.

figure 6. Pourcentage d’hommes identifiés par une fonction selon le registre et le type de personnage

figure 6. Pourcentage d’hommes identifiés par une fonction selon le registre et le type de personnage

Source : AN, JJ 90, JJ 171 et JJ 205.

  • 49 AN, JJ 90, l. 227.

33Lorsque le personnage possède une fonction particulière telle que capitaine, seigneur, prévôt ou évêque, il est fréquent qu’elle seule serve à le désigner lors de ses apparitions subséquentes dans le récit. C’est ainsi qu’après la première mention de « messire Philippe de Villers chevalier capitaine » de Saint-Denis, cette victime est désignée comme « le dit capitaine » les quatre autres fois qu’elle apparaît dans le récit de Jean de la Fontaine49. Le personnage est alors, socialement du moins, défini principalement par sa fonction.

34Si la fonction importe dans la désignation, c’est que la position sociale de son porteur en dépend grandement. Que ce soit celle d’un noble, d’un bourgeois, d’un homme de métier ou d’un fonctionnaire royal, la fonction situe l’individu dans la hiérarchie sociale, définit son statut et contribue à son prestige. La société de la fin du Moyen Âge valorise certaines fonctions, celles de la noblesse et du clergé, celles du service royal aussi, même celles propres aux villes comme les artisans, marchands et bourgeois. Pour un individu, la mention d’une fonction particulière lui permet sans aucun doute de se rattacher à un groupe social privilégié et souligne l’importance sociale de la fonction, et du rôle et statut qui s’y rattachent.

  • 50 AN, JJ 205, l. 25.

35L’utilisation de la fonction est d’ailleurs à relier à celle de l’épithète. Deux types d’épithètes apparaissent dans les lettres. La première est une épithète d’affection, utilisée par le roi lorsqu’il désigne certains de ses serviteurs, vassaux ou membres de sa famille dans cette lettre dont il est l’auteur. Il les qualifie surtout de « notre bien aimé » ou de « notre aimé et féal », épithètes qui viennent mettre en évidence le lien avec lui. Comme dans le cas de « notre amé et féal chevalier Pierre Dommes »50, ce type d’épithète ne fait toutefois pas partie de la désignation, mais plutôt d’une campagne de valorisation. Le deuxième type d’épithète, par contre, est réellement un élément identificateur. Ces épithètes, « messire » ou « monseigneur », « messire » ou « frère » pour les ecclésiastiques, « maître » enfin, soulignent clairement le statut et le rôle social de l’individu.

  • 51 AN, JJ 90, l. 412.

36Le suppliant utilise davantage ces épithètes pour les personnages de son récit que pour lui-même. De toute évidence, l’épithète a une utilité sociale. S’il est difficile de s’en servir pour soi au risque de paraître pédant, elle sert à désigner ceux dont le statut et le rôle doivent inspirer respect et déférence. La distinction n’est donc pas tant entre désignations officielle et sociale, qu’entre désignations de soi et d’autrui. D’ailleurs, il est évident que ces épithètes servent également dans la conversation pour interpeller des personnages de haut rang. Par exemple, lorsque les gardes s’adressent à Pierre Hardi, lieutenant du bailli d’Amiens, ils l’appellent « sire »51.

37L’épithète titre fait partie intégrante de la désignation, mais apparaît somme toute rarement, car elle ne s’applique qu’à une portion restreinte de la société. Fait intéressant toutefois, son utilisation est en diminution du XIVe au XVe siècle.

L’âge

38Les éléments les plus importants de la désignation sont donc le nom, le lieu, la fonction et, marginalement, le lien familial. Autre élément accessoire, l’âge intervient dans la désignation de certains personnages, en particulier des accusés pour lesquels l’utilisation de l’âge dans la désignation progresse entre le XIVe et le XVe siècle.

  • 52 AN, JJ 205, l. 107.
  • 53 AN, JJ 171.

39De quasi inexistant vers 1380, l’âge intervient dans 30 à 40 % des désignations des accusés au XVe siècle. Ces mentions d’âge peuvent être quantitatives ou qualitatives. Les mentions quantitatives citent presque toujours l’âge du personnage suivi de « ou environ » et s’étalent de 6 semaines à 90 ans. Certains sont clairement arrondis à la dizaine, et ce, de plus en plus au fur et à mesure que les individus vieillissent, comme dans le cas de Guillaume Bessiere âgé de 60 ans et plus52. Cependant, d’autres âges sont stipulés plus exactement : ainsi, parmi les accusés masculins vers 1420 se retrouvent quinze adolescents, dont trois de 19 ans, six de 18 ans, trois de 18 à 20 ans, un de 17 ans, deux de 14 ans53. Ces observations semblent démontrer qu’il existe bel et bien, à la fin du Moyen Âge, une conception précise du temps et une comptabilité de l’âge des gens.

  • 54 AN, JJ 171, l. 107.
  • 55 AN, JJ 171, l. 425.

40Lorsque l’âge n’est pas indiqué quantitativement, il peut être décrit grâce à un adjectif. Le plus fréquent est l’adjectif jeune : jeune homme, jeune fils ou jeune enfant. Notons également qu’il n’est pas rare qu’une description qualitative accompagne une estimation de l’âge : c’est ainsi qu’en 1420 apparaît « Drouet Lorette povre jeune filz de l’aage de xviii ans ou environ »54. Un certain nombre de vieils ou anciens hommes, comme « Richart le Fournier povre ancien homme »55, côtoient ces jeunes personnes, en nombre cependant bien moindre. Les jeunes gens sont-ils tout simplement plus impliqués dans le crime ? Le fait d’être jeune fait certainement davantage partie de l’identité, car la jeunesse énonce clairement l’état de dépendance d’un garçon et le rattache à sa famille et à son père.

  • 56 AN, JJ 171, l. 13.
  • 57 AN, JJ 171, l. 228.

41Le fait d’être jeune, comme celui d’être ancien, peut aussi servir de circonstance atténuante pour un accusé. Notons qu’à 40 ans, l’accusé Gilet le Mousnier est jeune56, alors que Jaquemart Tambrement, âgé de 48 ans, est déjà ancien57. Sans aucun doute, ces deux accusés jouent des cartes différentes pour apitoyer le roi. Qu’il agisse comme circonstance atténuante ou réel élément d’identification dans la désignation officielle, l’âge trahit une prise de conscience de la division de la société par âge. C’est toutefois l’élément identificateur le plus appelé à changer avec le temps, et par conséquent, le moins permanent de l’identité.

Conclusion

42La désignation des hommes à la fin du Moyen Âge est donc construite à partir de combinaisons d’éléments constitutifs, certains plus essentiels que d’autres. D’abord et avant tout, c’est le nom qui identifie, un nom qui reflète l’adoption généralisée du système double incluant prénom et patronyme. Toutefois, ce nom sait faire preuve de flexibilité et d’originalité, et incorpore parfois surnom ou titre de noblesse. Pour certains, les nobles en particulier, les gens des villes et les fonctionnaires royaux, la fonction revêt également une place prépondérante dans leur identité. C’est grâce à elle qu’ils se définissent socialement et surtout, qu’ils se distinguent de la masse. Par ailleurs, le lien familial et l’âge ne sont réellement significatifs que dans l’identité des jeunes hommes, sans doute appelés à disparaître comme identificateurs lorsque ces jeunes hommes occuperont une place bien définie dans la société. Enfin, il est plus difficile de peser le poids du lieu comme identificateur social ; si pour certains comme les nobles, le lieu est intimement lié à leur identité, pour de nombreux autres, sa mention a dû relever d’abord et avant tout d’exigences bureaucratiques ou narratives.

43Ces divers éléments d’identification – le nom, la fonction, le lien familial, l’âge et le lieu – varient-ils réellement selon leur utilisation officielle ou sociale ? Les lettres de rémission n’apportent pas de réponse sans équivoque. La grande particularité de la désignation de l’accusé repose dans son caractère plus complet. Elle comprend une plus grande palette d’éléments et une plus grande fréquence de leur utilisation, et relève certainement de la nécessité d’identifier hors de toute confusion le récipiendaire de la lettre.

44Pour les autres personnages, c’est leur proximité avec le suppliant et leur importance dans le récit, de même que leur rôle public et social qui dictent la complexité de leur identification. Moins le personnage est important (socialement et narrativement) et moins il y a de chances que sa désignation soit complexe. Toutefois, les principaux éléments varient peu selon que le suppliant décline son identité pour répondre aux exigences bureaucratiques de la Chancellerie ou qu’il identifie sa victime ou ses complices. Voilà qui n’est guère surprenant : la bureaucratie royale, en plein essor en cette fin de XIVe siècle, cherche à définir le plus exactement possible l’espace du royaume et les sujets qui l’habitent, mais pour ce faire, elle ne réinvente pas la roue. Elle reprend seulement, de façon plus exhaustive, les règles de la désignation sociale, de la désignation utilisée quotidiennement par les hommes du royaume, de la désignation retrouvée dans ces lettres de rémission.

45L’analyse de ce système de désignation ne permet pas seulement de percevoir les composantes de l’identité médiévale, mais fait aussi ressortir les influences dominantes de la société de la fin du Moyen Âge. Le statut social d’abord, par le biais du titre, du métier et de l’occupation, qui situe clairement l’individu dans cette société hiérarchisée. Le village ensuite, car l’appartenance à une communauté, le lien à la terre pour les nobles comme pour les roturiers, ancrent les hommes et définissent leur identité. Enfin, bien que partiellement traduite par l’expression du lien familial dans la désignation masculine, la famille est omniprésente dans le nom lui-même, par le prénom et le patronyme qui se transmettent de génération en génération. Classe sociale, lieu, famille : la dénomination du Moyen Âge se construit sur les bases de la société. La désignation sert plus à rattacher qu’à identifier, à insérer l’individu dans son environnement plus qu’à le distinguer individuellement.

Notes

1 En particulier, pour le Moyen Âge, ce sont les cartulaires qui ont livré le plus grand nombre de noms et de recherches sur les noms. Nombreux exemples dans Monique Bourin dir., Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne I. Études d’anthroponymie médiévale, Tours, 1990.

2 Monique Bourin, Pascal Chareille dir., Genèse médiévale de l’anthroponymie médiévale III. Enquêtes généalogiques et données prosopographiques, Tours, 1995. Ce sont surtout les sources généalogiques qui ont été exploitées ; certains articles font également appel à l’hagiographie, voir par exemple Pierre-André Sigal, « La transmission des patronymes dans quelques textes hagiographiques provençaux de la fin du XIIIe et du XIVe siècle », dans Bourin, Chareille, Genèse…, p. 211-218.

3 L’anthroponymie dans les lettres de rémission a déjà fait l’objet d’un mémoire : Marie Quintana, L’anthroponymie en France au XIVe-XVe siècle d’après les lettres de rémission, Paris, Université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, 1995-1996, à partir toutefois des retranscriptions des noms des accusés, et non des registres eux-mêmes.

4 Un article intitulé « Women’s Names, Women’s Lives : The Designation of Women in Late Medieval France » sera publié en 2010 dans Medieval Prosopography.

5 Claude Gauvard, « De grace especial » : crime, état et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1991, p. 246. Voir la carte à la p. 244.

6 La répartition géographique des pratiques de dénomination n’a pas été étudiée ici, en partie parce que seul le dernier registre présente une assez grande variété de provenances des individus. Cette étude pourrait toutefois se révéler fort intéressante et mériterait qu’on y prête attention.

7 Sur le système de dénomination, voir par exemple George T. Beech, Monique Bourin, Pascal Chareille dir, Personal Names Studies of Medieval Europe. Social Identity and Familial Structures, Kalamazoo, 2002.

8 Voir toute la série Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, en particulier les tomes I et II.

9 Archives nationales de France (AN), JJ 171, l. 169.

10 AN, JJ 90, l. 289.

11 AN, JJ 171, l. 109.

12 Voir par exemple Christiane Klapisch-Zuber, La maison et le nom : stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, 1990.

13 AN, JJ 90, l. 351.

14 AN, JJ 205, l. 387.

15 AN, JJ 205, l. 423.

16 Seuls les référents atteignent 6,8 % et 5,5 % des cas en 1380 et 1480 respectivement.

17 AN, JJ 205, l. 262.

18 AN, JJ 90, l. 422.

19 AN, JJ 90, l. 199.

20 AN, JJ 90, l. 403.

21 AN, JJ 90, l. 556.

22 AN, JJ 90, l. 257.

23 AN, JJ 171, l. 61.

24 AN, JJ 205, l. 115. Toutefois, le nombre de ces seigneurs n’a pas été inclus dans le total des individus portant un nom. Méthodologiquement, leur désignation comporte un lieu et une fonction, et non réellement un élément de dénomination.

25 Eschalard vs Aubigni, AN, X 2a 18.

26 AN, JJ 171, l. 10.

27 AN, JJ 90, l. 638.

28 Une analyse quantitative systématique des désignations subséquentes des personnages serait nécessaire pour réellement évaluer le poids du prénom vs. le poids du patronyme dans le récit, et par conséquent, les pratiques sociales.

29 AN, JJ 90, l. 572.

30 AN, JJ 90, l. 533.

31 AN, JJ 90, l. 85.

32 AN, JJ 90, l. 199.

33 AN, JJ 171, l. 121.

34 AN, JJ 205, l. 219.

35 AN, JJ 171, l. 31.

36 AN, JJ 90, l. 71.

37 AN, JJ 171, l. 80.

38 AN, JJ 205, l. 107.

39 Par exemple, AN, JJ 171, l. 199.

40 AN, JJ 90, l. 17.

41 Deux exemples parmi tant d’autres : AN, JJ 90, l. 20 et JJ 171, l. 95.

42 Selon Claude Gauvard, seulement 8 % des suppliants omettent de donner leur domicile : Gauvard, « De grace especial… », p. 491.

43 AN, JJ 90, l. 74.

44 AN, JJ 90, l. 96.

45 Gauvard, « De grace especial… », p. 492.

46 AN, JJ 205, l. 12.

47 AN, JJ 171, l. 47.

48 AN, JJ 171, l. 293 et l. 115.

49 AN, JJ 90, l. 227.

50 AN, JJ 205, l. 25.

51 AN, JJ 90, l. 412.

52 AN, JJ 205, l. 107.

53 AN, JJ 171.

54 AN, JJ 171, l. 107.

55 AN, JJ 171, l. 425.

56 AN, JJ 171, l. 13.

57 AN, JJ 171, l. 228.

Table des illustrations

Titre figure 1. Pourcentage d’hommes portant un nom, selon le registre et le type de personnage
Légende Source : Archives Nationales [AN], JJ 90, JJ 171 et JJ 205.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre figure 2. Utilisation des expressions « un nommé » et « un appelé » selon le registre et le type de personnage, en pourcentages
Légende Source : AN, JJ 90, JJ 171 et JJ 205.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7482/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre figure 3. Pourcentage d’hommes identifiés par un lien familial selon le registre et le type de personnage
Légende Source : AN, JJ 90, JJ 171 et JJ 205.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7482/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre figure 4. Pourcentage de femmes identifiées par un lien familial selon le registre et le type de personnage
Légende Source : AN, JJ 90, JJ 171 et JJ 205.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7482/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre figure 5. Pourcentage d’hommes identifiés par un lieu selon le registre et le type de personnage
Légende Source : AN, JJ 90, JJ 171 et JJ 205.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7482/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre figure 6. Pourcentage d’hommes identifiés par une fonction selon le registre et le type de personnage
Légende Source : AN, JJ 90, JJ 171 et JJ 205.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7482/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

Auteur

Détentrice d’un doctorat en histoire médiévale de l’Université de Montréal et d’un diplôme d’études avancées de la Sorbonne, elle a également mené des études postdoctorales à l’Université Laval sur la question du nom et de la désignation à la fin du Moyen Âge. Ses principales publications comprennent Les prénoms de nos ancêtres. Étude d’histoire sociale (Septentrion, 1995), un livre tiré de sa thèse de doctorat intitulé Faire les nopces. Le mariage de la noblesse française (1375-1475) de même que plusieurs articles sur le mariage et sur l’anthroponymie. Elle poursuit ses recherches sur l’anthroponymie et l’identité médiévale. Elle enseigne en histoire au Cégep Champlain-St. Lawrence à Québec.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search