Version classiqueVersion mobile

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Les eaux noires

Essai sur le miasme et la salubrité dans la ville médiévale

Élisabeth Crouzet-Pavan

Texte intégral

1« I Venexian caga in aqua […] » Plus que moqueuse, la ritournelle est franchement injurieuse et des siècles durant, par ceux de la Terre Ferme, elle fut répétée à l’adresse des Vénitiens. Ainsi s’accomplissait la petite vengeance de campagnoli longtemps soumis à la domination politique, économique et symbolique de la métropole des lagunes.

2 Caga in aqua sans doute… Après tout, plusieurs fois par jour, le courant purificateur de la marée nettoyait les canaux et le flux remportait vers la lagune, puis la mer, les immondices, les eaux sales, les déchets humains et industriels de l’agglomération… Sans compter que tous ces déchets, avec la vase tirée des canaux et les gravats, ramassés et collectés, servaient aux assèchements. Les barques responsables du nettoiement déchargeaient donc leurs cargaisons sur les chantiers de la bonification. Les grâces du Grand Conseil témoignent à l’occasion de la faveur dont jouissaient les propriétaires attelés à remblayer un marécage ou un étang en leur octroyant un ou plusieurs chargements d’ordures. Toute une flottille, que les acteurs des bonifications louaient ou se prêtaient, enlevait autrement la fange et les boues pour les porter ailleurs, afin de combler un étang supplémentaire, d’assécher une parcelle en plus. Dans la ville amphibie, rien ne se perdait et la croissance urbaine était aussi nourrie par les ordures.

3Les équipements, pourtant, existaient et ils devinrent même plus nombreux dans les derniers siècles du Moyen Âge. À la disposition des passants, de rares latrines publiques avaient été aménagées. L’une d’elles, au moins, peut être localisée. Située sur la place San Marco, elle était sans doute largement fréquentée. La commune, dans tous les cas, en ordonnait le nettoiement régulier. Quant aux archives judiciaires, et plus précisément aux procès pour sodomie qui documentent des violences sexuelles commises en ces lieux, elles en proposent une autre chronique. Les sources, sinon, se taisent. Simplement, lorsque les pétitions de voisins, excédés par l’odeur épouvantable, réclament l’assèchement d’une fraction de marais ou le nettoiement d’un terrain vague, on devine, dans les mailles lâches du tissu urbain, d’indispensables lieux immondes. Les textes, remarquablement explicites, évoquent alors des miasmes fétides et disent le dégoût. Il faut assainir les eaux putrides, les boues ignobles, en finir avec un marais où sont jetées les immondices, un voisinage et des odeurs que l’on ne supporte plus. « À cause de la puanteur », « du fait des ordures accumulées », « pour supprimer l’odeur infecte », on réclame de pouvoir engager des travaux. L’eau, en effet, ne lave pas tout. Le courant de marée n’atteint pas certaines anfractuosités des canaux. Si de véritables étangs morcellent encore au début du XIVe siècle la continuité du bâti, et si dans ces piscinae, les textes le disent, on se baigne, nombre de parcelles témoignent d’un état qui était intermédiaire entre la terre et l’eau : boue, vase ou fange. Même conquérant, quoique irrépressible, le front de la bonification fait naître, à mesure que le sol est créé, au revers des îlots urbains, de nouveaux espaces qui ne sont que graduellement aménagés et bâtis. Cette auréole ne cerne pas seulement la cité sur ses confins, au contact avec la lagune, sur la rive de la Giudecca, aux extrémités de Castello ou de Cannaregio. Il y avait là, à l’arrière des jardins et des cours, derrière l’abri des palissades, bien visibles sur le grand plan de 1500 que l’on doit à Jacopo de Barbari, des avancées de terre en formation, gagnées sur l’eau : des pieux étaient plantés, des planches enserraient quelques mètres de sol spongieux, jour après jour consolidé, et un lent grignotage opérait. Mais dans bien des paroisses, la physionomie des marges, en transformation constante jusqu’à ce que le bâti devienne continu, reproduisait, à une échelle réduite, un tel modèle et offrait des lieux propices à l’ordure. Une ordure qui pouvait aussi s’accumuler au plus dense du tissu urbain. On pense à Andreuccio qui, dans la cinquième nouvelle de la Deuxième journée du Décameron, choit dans un flot d’excréments, parce qu’une planche cède : le lieu d’aisances qu’il utilisait, sorte de passerelle de planches équipée d’un siège, était installé au-dessus d’un de ces passages étroits qui séparaient les maisons.

4Des maisons – ou au moins certaines d’entre elles – disposaient cependant d’équipements moins rudimentaires. Les sources textuelles, il faut le répéter, ne multiplient pas les informations. L’historien doit donc agencer, à la façon d’un puzzle minutieux, de rares descriptions et de menus détails jusqu’à pouvoir dessiner un paysage de cloacae, de canalisations et d’égouts, ordinairement méconnu, dissimulé par les façades de marbre des palais et des églises et l’esthétique triomphante de la cité.

  • 1 Élisabeth Crouzet-Pavan, Sopra le acque salse. Espaces, pouvoir et société à Venise à la fin du Mo (...)
  • 2 Statuti del comune di Bassano dell’anno 1259 e dell’anno 1295, Gina Fasoli éd., Venise, 1940, p. 3 (...)

5Au XIIIe siècle, seules les grandes unités résidentielles, les vastes domus a statio, paraissent disposer de ces commodités. Ou plutôt est-il plus exact de dire que la documentation ignore les bricolages fragiles qu’utilisait une bonne part de la population, ces assemblages de bois qui s’écoulaient directement dans le canal comme ils le faisaient, ailleurs, dans le ruisseau. Quand un bon nombre de ces complexes résidentiels disposent d’un accès à l’eau, la latrine est généralement installée au contact d’un rio. Elle fait partie de ces constructions annexes que les notaires décrivent dans la dépendance de la domus magna : la cuisine et le dépôt de bois, la resserre pour les céréales, l’écurie ou le poulailler sous l’escalier externe qui monte à l’étage. Les actes citent donc la jaglacio, cette canalisation, dont on pense qu’elle était d’abord ouverte, et qui déversait eaux usées et eaux noires dans le rio. Il y avait là, pour ces ensembles immobiliers qui appartenaient aux dominants, des équipements indispensables, à l’instar des canalisations qui, depuis les chéneaux du toit, alimentaient en eau potable le puits. À ce puits pouvaient parfois venir se ravitailler les locataires, les dépendants logés dans les maisonnettes massées dans la cour, à l’arrière ou sur les côtés de la maison noble. En revanche, tout le groupe ne semblait pas toujours fréquenter la même latrine puisque, souvent, deux installations avaient été construites : l’une était réservée à la domus a statio, l’autre au bloc de ses maisons à locataires. Lorsque prévaut ce type d’organisation, les actes décrivent clairement d’une part la domus magna, son puits, sa cour et ses dépendances dont la latrine ; d’autre part, à l’arrière de la cour, ou sur le côté – et dotées dans ce cas d’une calle de circulation –, les maisons à locataires, leurs latrines, leur four… Ces doubles équipements transformaient, les textes en témoignent, certains canaux étroits en véritable cloaque : « rio des latrines »1. Mais des cloacae pouvaient aussi se déverser sur la calle voisine et lorsque cette dernière appartenait au domaine public, tôt les autorités s’en préoccupent. Le problème de l’écoulement et de la vidange des boues est récurrent dans l’histoire de la ville ancienne aux prises avec un excrémentiel qui semble comme assiéger le bâti et les hommes. Et sans doute l’assiégeait-il. Quand l’agglomération était modeste, la décharge des détritus était consentie dans le cercle des fossés2. Plus peuplée, elle protégeait ses fossés contre les charognes et tous les dépôts, mais les boues des vidanges étaient souvent jetées au plus près, tandis qu’au cœur du tissu urbain, rebuts et excréments s’épandaient entre les maisons.

  • 3 Crouzet-Pavan, Sopra le acque…, p. 519 sq.
  • 4 Archivio di Stato di Venezia (A. S. V.), Guidici di Proprio, Divisioni, F. 1, f. 9v-10r ; F. 2, f. (...)
  • 5 Ibidem, F. 1, f. 41r ; F. 2, f. 21rv ; F. 8, f. 9v-10r ; F. 11, f. 70rv ; A. S. V., Cancelleria In (...)

6Les latrines – necessarium, sedile, latrina, privatum – tendent toutefois à se multiplier dans ces décennies où se diffusent aussi les cheminées et les gouttières, les signes et les moyens d’un mieux-être matériel et d’un progrès de la construction courante. Dès la fin du XIVe siècle, les transactions immobilières traduisent la vivacité du mouvement d’équipement3. Neuves, les maisons comportent souvent une telle commodité. Restaurées, elles en sont dotées. Les biens locatifs, construits ou reconstruits en série à des fins d’investissement, sont désormais pourvus d’un lieu d’aisances4. Les maisons indépendantes comportent un « aisement », aménagé dans la cour ou une ruelle, même si, comme le puits, elles le partagent souvent avec un groupe d’édifices5. Des servitudes nouvelles en résultent qui règlent la vie d’une petite cellule de voisinage, mais qui entraînent aussi, quand elles ne sont pas respectées, disputes et procès. Le système des conduites aériennes destiné, depuis les gouttières, à alimenter les citernes collectives, souvent méconnu parce qu’il a disparu, pouvait également servir en eau propre les latrines. Il existait donc un usage communautaire des équipements qui engendrait, pour quelques voisins, des formes de sociabilité et de conflictualité rythmant cette histoire au ras du sol. Il faut par exemple songer aux problèmes liés à l’entretien. À l’heure de partager les frais, il pouvait, avec des rencontres, surgir des tensions ; des rencontres et des tensions sans doute plus nombreuses lorsque le lieu n’avait pas une évacuation directe dans l’eau, et qu’il fallait construire, puis curer régulièrement, des fosses à l’étanchéité incertaine malgré leur renforcement de bois ou de briques.

  • 6 Dorigo, Veneziana…, t. 1, p. 304. Voir aussi les aménagements connus grâce à une découverte à la f (...)
  • 7 A. S. V., Proprio, Divisioni, F. 7, f. 1r-2v. Ou, F. 1, f. 10v-11r.
  • 8 Sur les lieux d’aisances privés dans les villes françaises : Jean-Pierre Leguay, L’eau dans la vil (...)
  • 9 À Parme, les statuts permettaient à l’un des propriétaires d’une cloaca commune d’imposer aux autr (...)

7Plus nombreuses à la fin du Moyen Âge, les latrines, même externes, ne sont plus en effet toujours installées au contact direct d’un rio. Elles sont alors reliées à une fosse – servant, selon les cas, à collecter les eaux noires d’un ou plusieurs lieux d’aisances – et souvent installée dans ces espaces étroits qui séparaient les habitations. L’aménagement de ces fosses ou de ces réceptacles autorise une autre évolution. Les lieux d’aisances, au moins dans les maisons nobles ou bourgeoises, peuvent désormais être intégrés au corps du bâti. Les descriptions des notaires les signalent et elles sont situées en général a prima trabatura. Ces mentions, rares encore, n’en traduisent pas moins des changements considérables qui supposent des travaux plus longs et coûteux. Les premières latrines, je l’ai dit, dissociées du bâtiment, se déversaient souvent directement sur une voie d’eau même si quelques installations, déjà, comportaient pour l’évacuation un conductus subterraneus ou un gatulus qui discurrit in dicto rivo subtus dicta terra6. Quand le lieu d’aisances s’installe au premier étage de la maison, il faut construire des canalisations internes ; elles rejoignent un collecteur souterrain qui mène à la fosse plus ou moins proche. « Et cette propriété a une canalisation qui descend dans le mur et aboutit à la fosse et ce conduit doit demeurer dans sa forme actuelle, pouvant toutefois être réparé et refait, aussi souvent qu’il le faudra, aux frais de la propriété. » « Et cette portion de maison a des conduites qui descendent jusqu’aux fosses à travers les murs de la part de maison qui appartient à […]7. » Il arrivait donc qu’une vaste demeure, fragmentée en plusieurs unités familiales à la suite de divisions immobilières, fût pourvue de plusieurs latrines internes qui aboutissaient à un collecteur unique et à une fosse commune, maintenus aux frais de la propriété8. À nouveau, pouvaient alors se manifester des conflits liés à l’entretien et à la réfection de ces équipements, une conflictualité alimentée par le maquis touffu des servitudes, l’inimitié qui naissait de la fréquentation quotidienne et l’exaspération devant l’étroitesse du cadre de vie. Quand on lit, un procès après l’autre, les plaintes qu’engendre la vie quotidienne, dite oppressante, autour d’une cour ou dans une maison plusieurs fois fragmentée entre des ayants droit, lorsqu’on rassemble en série tous ces textes qui réclament qu’une fenêtre soit aveuglée, qu’un mur soit abaissé ou surélevé, qui précisent même quelles sont les fleurs à placer dans la cour, on imagine les frictions à l’heure où il fallait vider la fosse ou refaire des canalisations qui, comme les autres conduites, pourrissaient vite puisqu’elles étaient souvent d’abord faites de bois. Tous les conflits n’aboutissaient pas devant la justice civile. Des arbitrages privés restauraient l’entente. On ignore aussi la proportion des voisinages tranquilles et des travaux conduits en bonne harmonie. Mais il faut rendre grâce à ce contentieux et à l’activité des cours de justice qui le traitaient. Il permet de mesurer comment, à coup de chantiers radicaux ou de travaux continus de réfection, les structures matérielles se transformèrent9.

  • 10 On pourrait de même suivre la multiplication des cheminées, ou le recours plus fréquent à la fenêt (...)
  • 11 A. S. V., Maggior Consiglio (M. C.), Presbiter, f. 141v.
  • 12 A. S. V., M. C., Civicus, f. 24v.

8Tout, dans ces changements, ne relève pas de l’évolution autonome des unités d’habitation et de leurs techniques de construction, de la diffusion relative, dans un certain type d’habitat, des lieux d’aisances10. Un mouvement dialectique est en œuvre. Tôt en effet, l’autorité publique se mêle de cette question et surveille les systèmes d’évacuation des cloacae. Dès le premier tiers du XIIIe siècle, la croissance démographique, qui aboutit dans les paroisses centrales à un véritable entassement humain, pose à la commune des problèmes nouveaux. L’écoulement des eaux noires sur la via publica est interdit par le statut de la magistrature instituée en 1224 « sur les rives, les voies publiques et les canaux ». Il est en conséquence prévu que les constructions défectueuses soient murées ou démolies. Mais la disposition, bien qu’elle confirme l’intérêt des autorités pour l’hygiène, la dignité de l’espace public et la « commodité » des passants, à défaut de celles des habitations puisque la latrine abusive devait être détruite, est loin de mettre fin aux nuisances. Elle est donc reprise, inchangée, en 131511. Lorsqu’elles ne se déversent pas dans un canal, les canalisations doivent obligatoirement rejoindre une fosse couverte. Il nous est, cette fois, permis de saisir les effets de la norme. La commune veille à son application et des amendes frappent les propriétaires récalcitrants. Mais, en décembre de la même année, le terme fixé pour la mise aux normes est repoussé jusqu’aux prochaines Pâques tandis que des grâces remettent les peines infligées aux premiers contrevenants12. Les déjections devaient donc avec fréquence encombrer les calli avant, au mieux, d’atteindre un canal proche grâce au coup de balai hebdomadaire auquel étaient astreints les riverains. Si, le plus souvent, l’histoire de l’organisme urbain résulte d’une collaboration générale des instances, celle des eaux noires les fait plutôt s’opposer. Quand les propriétaires cherchent à installer des commodités à moindres frais, l’autorité, partout, se préoccupe des ordures qui sont expulsées dans l’espace public.

  • 13 Monumenta Historiae Patriae, Leges municipales, t. XVI, vol. 2, pars 2, Statuta Bresciani, secolo (...)
  • 14 Dans les statuts de Parme de 1255, la couverture des andronae seu choacae est prévue (Monumenta Hi (...)
  • 15 Ainsi à Vicence en 1264 : Greci, « Il problema… », p. 451.
  • 16 Comme le disent les statuts de Parme dans la première moitié du XIIIe siècle pour les conduits qui (...)
  • 17 Statuto del Comune di Perugia del 1279 : « aliqua turpitudo non possit decurrere in vias publicas (...)

9La législation vénitienne fait ici écho à un corpus statutaire bien connu et à des dispositions sans cesse réaffirmées. Les cités communales italiennes chargent dans ces années les cloacae d’obligations répétées : entretien régulier, curage nocturne13, transport des matières de vidange hors de l’espace urbain, normes de construction plus contraignantes14… On connaît le dispositif bolonais et ces égouts enterrés, réalisés avec de la bonne pierre et de la chaux aux frais de la vicinia, à l’exemple de celui situé sur la place communale, subtus terram, et où l’eau court de manière constante pour éviter tout risque de fetor. Mais cet urbanisme souterrain est prescrit ailleurs. Hors des maisons, répètent les textes, il faut enterrer les conduites (subtus terram)15, ou au moins les couvrir16. Quant aux lieux d’aisances aménagés entre les maisons, une même obligation les touche à Bologne, à Pérouse, à Trévise ou à Parme : être couverts pour ne pas offenser la vue (quod non videatur ; nec ipsa turpitudo videri possit ab alique transeunte). Les termes sont associés : il faut enterrer, fermer, couvrir, murer, dissimuler derrière un mur élevé usque ad summum… La clôture exigée, haute de 10 pieds à Pérouse, empêche aussi l’écoulement des déjections dans la rue proche, qu’elle soit ou non publique17 ; elle fait écran, espère-t-on ailleurs, à la puanteur. Mais, d’abord et principalement, elle soustrait à la vue.

  • 18 A. S. V., Cassiere della Bolla ducale, Grazie, reg. 3, f. 38r ; reg. 23, f. 4v.
  • 19 A. S. V., Senato, Terra, reg. 2, f. 171r.
  • 20 Ibidem, f. 176r.
  • 21 A. S. V., Compilazione Leggi, B. 357, f. 475rv.
  • 22 A. S. V., Savi ed Esecutori alle acque, B. 173, f. 5r.
  • 23 Voir l’étude de Giorgio Gianighian, « Scarichi veneziani in epoca moderna : Canoni da acqua – cano (...)

10L’application de ces règles, à Venise comme ailleurs, n’en semble pas moins difficile. Les grâces décrivent bien sûr des aménagements conformes. Ces équipements comportent alors des canalisations souterraines qui relient, de subtus viam comunis, les conduits des latrines au rio le plus proche18. Plus souvent, les magistrats condamnent le maintien des vieux égouts ou la réfection de collecteurs qui laisse en place l’ancien système. Les excréments, avec constance, sont déversés au plus près. La résistance de ces techniques de construction, plus simples et donc plus économiques, pousse, en 1451, le Sénat à proclamer un nouvel interdit, assorti d’une menace active de destruction19. Pour une meilleure exécution, espère le législateur, les compétences dévolues aux magistrats en charge des quartiers, les capisestieri, sont confiées, un mois plus tard, aux officiers responsables de l’urbanisme, la cour du Piovego20. Rien n’y fait. Le texte qui, en 1483, reprend l’essentiel des dispositions en matière de propreté urbaine, décrit toujours l’ouverture, courante sur les rives et les canaux, des canalisations et l’évacuation directe des eaux noires21. En 1498, il est en conséquence à nouveau proclamé aux lieux habituels où étaient criés les actes de la Seigneurie, signe d’une résistance aux normes obligatoires22. Les anciens équipements continuaient à être entretenus et réparés ; toutes les nouvelles constructions n’étaient pas faites selon les règles23.

  • 24 A. S. V., Savi ed Esecutori alle acque, B. 331, f. 116v. Les textes prévoient aussi l’évacuation h (...)

11En plein XVe siècle, les magistrats publics, au gré de leurs tournées d’inspection, ne se contentent donc plus d’ordonner la réfection des canalisations de bois pourries ou le curage des fosses qui débordent. Ils condamnent les aménagements anciens et les systèmes abusifs des vieux collecteurs. Mais à lire les ordonnances publiques, un autre progrès devrait être généralisé : il faudrait enterrer profondément les conduits qui rejoignent les canaux pour éviter que leurs bouches ne soient couvertes qu’aux plus hautes marées. Souvent en effet, les eaux noires contribuaient à l’envasement de canaux où l’eau peinait à circuler et, du magma noirâtre qui se formait dans les courbes des rii étroits, montaient, avec des odeurs infectes, des exhalaisons mortifères, plus terribles encore l’été lorsque la peste revenait, que la chaleur montait et que l’eau manquait dans les citernes. Les propriétaires, malgré les menaces répétées de destruction, rechignent cependant devant des travaux longs et coûteux et les conseils continuent à déplorer le souffle pernicieux qui accroît « la corruption de l’air » et menace la « santé urbaine », comme l’ordure et la boue qui se déposent. À la fin du siècle, lorsque la fragilité du milieu réoriente les choix de la politique urbaine, le rythme des excavations sur les canaux est accéléré et le système des égouts vénitiens est jugé plus encore dangereux. Plutôt que le déversement in li paludi et canali nostri, les magistrats répètent qu’ils préconisent, alors que les anciennes installations demeuraient nombreuses, la multiplication des fosses et leur curage régulier24. Dans la minutie de ses injonctions, l’autorité politique élabore un modèle que l’évolution des structures matérielles, pourtant réelle, peine à rejoindre. Ce décalage existe. Il ne doit pas dissimuler que s’exprime une sensibilité croissante aux nécessités de la communauté et à l’hygiène de l’organisme bâti.

  • 25 Pour reprendre l’expression d’Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire so (...)

12Qui entreprend en effet l’« archéologie du miasme »25 découvre que la conscience des nuisances existe dans ces derniers siècles du Moyen Âge et que les seuils de tolérance bougent. Une sensibilité se manifeste au nom d’un premier et explicite souci d’hygiène, utile au maintien de la santé publique, parce que, et c’est une deuxième visée répétée, il faut préserver l’« honneur » et la « beauté » de la cité. La ville doit être saine autant qu’elle doit être belle.

  • 26 Cité dans Greci, « Il problema… »
  • 27 Domenico Corsi, Statuti urbanistici medievali di Lucca, Venise, 1960.
  • 28 Giuliano Pinto, Il libro del Biadolo : carestie e annona a Firenze dalla metà del’200 al 1348, Flo (...)
  • 29 Giuliano Pinto, « La politica demografica delle città », dans Rinaldo Comba, Gabriella Piccinni, G (...)

13Deux exemples suffisent. J’emprunte le premier au statut de Ferrare de 1287 et à la rubrique qui prévoit l’élection de deux boni homines pour veiller au nettoiement urbain26. Je me réfère, pour le deuxième, à l’exemple de Lucques et à ses prescriptions sur le sang des animaux de boucherie qui ne doit pas s’écouler dans la rue27. Dans l’un et l’autre cas, la sanitas a partie liée avec le decus. Avant la vague de mort qu’entraîne la peste noire, avant même les premières « pestilences » du début du XIVe siècle et les fléchissements démographiques liés à ces épidémies mal connues, les autorités se préoccupent des conditions sanitaires. Et comment pourrait-il en être autrement ? N’oublions pas qu’elles prenaient en charge le ravitaillement urbain et spécialement l’annone, qu’elles se battaient pour que les marchés fussent approvisionnés avec régularité dans des agglomérations que leur contado ne pouvait souvent nourrir qu’une partie de l’année28. Rappelons qu’elles cherchaient aussi à réguler les flux d’immigration et que nos cités, à l’heure du plein démographique, de l’entassement humain et de la dégringolade des salaires, tendaient à se fermer après avoir été accueillantes29. Songeons enfin à ces délibérations qui évoquent, pour les éloigner, les populations qui paraissaient porter avec elles le désordre, l’infirmité et la contagion, les vagabonds, les prostituées et les mendiants…

  • 30 Giuliana Albini, Guerra, fame, peste. Crisi di mortalità e sistema sanitario nella Lombardia tardo (...)

14Il subsiste, je le crois, dans le discours historique, comme un résidu conceptuel qui résiste à la dilution. Ce résidu, fait de présupposés anciens, fortifiés par une image intangible d’une ville médiévale livrée à l’ordure et une conception téléologique de l’histoire, explique qu’il serait vain de chercher durant les siècles médiévaux une politique sanitaire. On connaît la chronologie ordinairement admise. Avec l’épidémie de 1347-1349, des premiers officiers sont élus. Dans certaines des villes italiennes, ainsi Venise, on leur confie un mandat provisoire sur la santé publique. De manière ponctuelle, cet office peut, à l’occasion d’une mortalité violente, ressurgir : à Venise encore, à Florence ou à Milan. Il faut toutefois attendre, on le sait, la deuxième moitié du XVe siècle pour qu’une telle magistrature devienne stable à Milan ou à Venise. Le temps des grands hôpitaux est également venu et la quarantaine commence sa carrière tandis que point le contrôle renforcé des populations30. Je ne conteste pas cette chronologie. Elle n’exclut pas l’existence de préoccupations antérieures. La dispersion des mentions dans le discours statutaire ne signifie pas, je le répète, que les normes prescrites étaient anecdotiques. Il n’est pas besoin que les dispositions sanitaires soient regroupées en un livre unique, dûment intitulé « de la santé publique » pour qu’elles soient chargées d’importance au plan idéologique et pratique.

  • 31 Pedro Gil Sotres, « Les régimes de santé », dans Mirko D. Grmek dir., Histoire de la pensée médica (...)
  • 32 Gian Maria Varanini, « La peste del 1347-1350 », dans La peste nera : dati di una realtà ed elemen (...)
  • 33 Ces problèmes de corruptio et infectio aeris résulteraient, pour les Florentins au printemps 1348, (...)
  • 34 Maria Serena Mazzi, Salute e società nel Medioevo, Florence, 1978.
  • 35 Giovanni Boccace, Il Decamerone, Tutte le opere, Vittore Branca éd., Brescia, 1969, l. 1, p. 22.
  • 36 Gli statuti del comune di Treviso (sec. XIII-XIV), Bianca Betto éd., Rome, 1984, vol. 1., p. 192. (...)

15Deux séries de données doivent donc intervenir dans l’analyse. Pour la médecine médiévale, l’air était un des éléments les plus nécessaires au maintien de la santé31. Mais l’air était susceptible d’être vicié et de l’air vicié naissait la « maladie pestilentielle. » Il suffit de se référer aux savantes explications données par les collèges de médecins consultés au temps de la peste noire32. Pour tous ces sages, il existerait une cause à la mortalité : la corruption de l’air. Une corruption de l’air33 qui justifie que la brigade imaginée par Boccace fuit comme fuient les Florentins, les Milanais ou les Vénitiens, chaque fois que l’épidémie frappe leur ville infestée, pour une campagne plus ou moins proche et un air qui ne serait pas chargé de venin34 ; une corruption de l’air que pouvaient accroître les cadavres, à ensevelir profondément, à recouvrir à Venise de beaucoup de sable, mais aussi les charognes, les immondices et tous les aliments gâtés, une corruption de l’air contre laquelle on luttait à coup de fumées saines et de plantes aromatiques, en brûlant aussi les marchandises et les objets suspects, en tentant d’isoler la cité, de la fermer aux hommes et aux produits en provenance de lieux contaminés. Boccace l’écrit : en mars 1348, Florence a été purgée de toutes les immondices par les officiers commis à cette tâche, les prières montent vers Dieu, les conseils se multiplient pour aider à la conservation de la santé. Il n’empêche que la pestilence mortifère sévit35. Or il y avait assez, dans les villes de l’Italie médiévale, de facultés de médecine, de médecins, recrutés ou non par des condotte, de traités et surtout de consilia donnés par ces professionnels de la santé, pour que les hommes élus aux magistratures communales dans les dernières décennies du XIIIe siècle connussent ces théories aéristes. Les statuts de Trévise le soulignent au début du XIVe siècle : les immondices diffusent dans l’air leur pestilence et cet air malsain peut conduire le corps des hommes à la maladie et à la mort36. Les autorités en charge de la cité veillent donc à la qualité de l’air comme ils veillent à celle du blé.

16Simplement, et là est le deuxième point, la salubritas n’est pas toujours directement nommée : elle se dissimule sous des notions plus générales. Reste qu’il se dessine comme une aspiration à une purgation d’ensemble : textes sur le dallage des rues et les égouts, les puits et l’évacuation des ordures, la police des marchés et celle des comportements, le contrôle du jeu et celui des rejets industriels, acides, puants et polluants… Tout est lié et il est en conséquence anachronique de vouloir hiérarchiser. Tout est lié et les dispositions les plus triviales ou les plus anecdotiques trouvent leur place dans ce dispositif.

17Une intolérance à l’égard des mauvaises odeurs, des pollutions multiples s’exprime donc et elle est aisée à identifier dans une ville menacée par les souillures.

  • 37 Statuti di Bologna dell’anno 1288, de pena tenentium capras (lib. IV, rub. CXXIIII).
  • 38 Ibidem, lib. X, rub. V ou Gli statuti del Comune di Treviso, lib. I, rub. CCXLIV ; lib. IV, rub. C (...)
  • 39 Une norme que l’on retrouve dans d’autres villes, ainsi Avignon, cité dans Leguay, L’eau…
  • 40 Ibidem, lib. X, rub. VI.
  • 41 Ibidem, lib. X, rub. VII, XXVIII.
  • 42 Gli statuti del comune di Treviso, lib. I, rub. CCXLIII.
  • 43 Ibidem, lib. X, rub. XXVIIII.
  • 44 Statuta Bresciani; Monumenta historica pertinentia ad provincias parmensem et placentinam, Statuta (...)
  • 45 Le statut de l’art, en date 1271, le prouve. Un conflit oppose en 1286 les artisans de la Giudecca (...)

18Les liens demeuraient forts avec la campagne proche, même dans les villes fortes de 80 ou de 100 000 habitants. Les charrettes rentraient et sortaient, chargées de produits. À l’intérieur des murs, il subsistait des empreintes d’une ruralité générale : jardins, clos, mais aussi écuries, vaches à l’étable, chèvres37, poulaillers et porcs et toutes leurs ordures. On éloigne donc les porcs ou, au moins on demande à ce qu’ils ne vagabondent pas durant certains mois38. Partout, il est interdit de déposer du fumier dans les rues, ou de la paille, tandis que les statuts de Bologne se préoccupent plus précisément des détritus de raisin39. Dans ces agglomérations vivantes, on mangeait et on déféquait, on construisait et on démolissait… Répétitivement, les mesures réclament qu’on ne jette pas les eaux sales du balcon et de l’étage40, prescrivent qu’on débarrasse les rues des gravats, des déchets de chaux, de toutes les ordures…41 Quant à l’abattage des animaux que consomment ces cités carnivores, il est responsable de bien d’autres déchets : le sang, plus ou moins mêlé d’eau, court dans les rigoles d’évacuation, les carcasses sont abandonnées, les entrailles sont jetées à l’eau42. Les poissons morts ou gâtés des jours maigres sont laissés sur la place du marché, ou se retrouvent à la rivière. Autant d’interdictions qui sont répétées ou de mesures qui éloignent les abattoirs et leurs souillures. Autant de normes qui s’efforcent de protéger l’eau, les puits43, les abreuvoirs et qui disent un vrai dégoût, une horreur de la putredo, de la turpitudo, de l’immunditia, une condamnation de tous les polluentes seu deturpentes seu proicentes. Ces cités étaient aussi des lieux de production et elles exilent hors des murs, ou loin des centres, certains métiers, leurs pollutions, leurs puanteurs, leurs dangers : peaux à tanner, laines à dégraisser, eaux de teinture, mordants et rejets acides… Le rouissage du lin dans les fossés de la muraille est interdit44, un lin qui ne doit pas être mis à tremper ailleurs. Un zonage rudimentaire voit le jour. Ainsi à Venise. La commune relègue à la Giudecca les tanneries, leurs pollutions et leurs émanations fétides : 45 tanneurs venus de Terre Ferme sont installés sur cette île dans les années 1230 par le doge Giacomo Tiepolo et on leur concède un large espace en voie d’assèchement. Sur le revers lagunaire, ils peuvent installer leurs cuves, employer la chaux, précipiter les rejets dans l’eau et faire sécher les peaux. L’art dès lors se concentre sur cette frontière45. Mais l’autorité s’efforce encore de déplacer vers les confins les activités nuisibles pour l’eau, l’air, le bâti : les vapeurs de soufre, les résidus de chaux, de potasse, de cendre, de teinture, de sang ou d’urine. Les teinturiers sont visés comme ceux qui travaillent le plomb ou préparent les colorants. Il n’y a là rien d’original. Simplement, grâce à ses marges en redéfinition constante et à sa couronne d’îlots lagunaires, le site vénitien facilite l’efficacité géographique de cette politique en permettant de moduler à l’infini, ou presque, l’éloignement et la relégation.

  • 46 Gli statuti veronesi del 1276 colle correzioni e le aggiunte fino al 1323, Gino Sandri éd., Monume (...)
  • 47 Statuto del Comune di Ravenna, A. Zoli, S. Bernicoli éds, Bologne, 1904, p. 110 ; pour des prescri (...)

19D’une ville à l’autre, des mesures sont prises et réitérées, des officiers sont élus46. Le nettoiement des places principales et du marché est ordonné, le transport des ordures est organisé une fois par semaine quand, ce même jour, il incombe aux riverains de débarrasser le devant de leur porte47. La propreté de la ville repose en effet sur l’effort de tous. Aux magistrats revient la tâche de faire débarrasser la place du marché, les abords du palais, ses escaliers. Mais les statuts en appellent aussi à la responsabilité individuelle. Que chacun à Bologne enlève de devant sa maison la boue, la terre et toutes les ordures. Que personne à Pérouse, à Lucques ou ailleurs n’ose jeter sur la voie publique fumier et déchets… Il y a bien une dialectique du collectif et de l’individuel, une alliance de l’omnes et du quilibet, qui, dans l’harmonie et par les efforts cumulés, doit faire triompher, contre les forces du désordre et les dérives de la pollution, un modèle urbain.

  • 48 A. S. V., Provveditori al Sal, B. 59, f. 10v, 11v, 12r, 13v, 14r, 18rv, 20v, 25r, 26v, 27v.
  • 49 Ibidem, f. 22r, 29r.
  • 50 Ibidem, f. 39r.
  • 51 Ibidem, f. 38r, à la Giudecca ou à San Girolamo.

20Il s’y ajoute les interdictions qui sont édictées, pour la protection de la santé publique, par la police des marchés. Il faut lutter contre les fraudes, vérifier que les marchandises sont vendues au juste prix, éviter qu’on échange un produit contre un autre… Ces prescriptions, bien connues, sont le reflet d’une éthique économique générale. Mais le but est aussi de lutter contre les risques alimentaires en pourchassant les farines que l’on mêle, les viandes et les poissons passés ou gâtés que l’on rafraîchit en les arrosant de sang. Il n’est qu’à voir la longue liste des prescriptions dont les Provéditeurs sur la santé publique, à peine institués, sont en charge à Venise. La magistrature, instrument de lutte contre la peste, assure le contrôle sanitaire qu’exerçaient les magistratures économiques. Sur les viandes, les salaisons, les poissons, le vin, les farines, l’huile et les fruits, la surveillance, au nom d’une prophylaxie générale, s’alourdit48. On retire des magasins les marchandises contaminées. On interdit à la vente, pour quelques semaines, les aliments suspects, à l’exemple de certains coquillages49. À la fin du XVe siècle, ce corpus préventif devient partie prenante du dispositif général qui est instauré contre la peste. Mais tout n’est pas nouveauté, tant s’en faut, dans l’action de nos nouveaux provéditeurs. Ils reprennent des dispositions anciennes, ils unifient en fait un ensemble réglementaire dispersé et veillent à son application. Il suffit de consulter le registre où les notaires consignent, jour après jour, l’activité de l’office. Des tournées d’inspection sont organisées, les magistrats et leurs commis sont en mouvement à travers Venise, ils contrôlent et ils punissent. Sans surprise, nous retrouvons parmi les mesures alors décidées des dispositions, attestées plus d’un siècle et demi plus tôt, et qui déjà envisageaient la salubrité de l’air et de l’eau. Les magistrats n’innovent pas quand ils obligent les laitiers à évacuer, de nuit, par barques, les litières des étables50, ou qu’ils enjoignent à certains patrons d’ateliers d’où se dégageaient des fumées nocives de s’installer sur la lagune51. Mais, et le changement est d’importance, un véritable dispositif d’hygiène se met en place sous leur tutelle.

  • 52 A. S. V., M. C., Pilosus, f. 52v.
  • 53 A. S. V., M. C., Fronesis, f. 61r.
  • 54 A. S. V., M. C., Leona, f. 37v.
  • 55 A. S. V., Senato, Terra, reg. 5, f. 82v.

21Je l’ai dit, les mesures vénitiennes n’ont rien d’original. Mais elles sont subordonnées à un objet principal, absent ailleurs. Le problème de la survie de la communauté influe ici pesamment et, par là même, la législation vénitienne, confrontée à ce corpus statutaire, affirme son originalité. Lorsqu’il vote en 1295 un texte à l’ample propos, le Grand Conseil met en pleine lumière une telle préoccupation : « Puisqu’à cause des immondices qui sont jetées dans les canaux et les rii, les canaux et les rii et le port sont dévastés52. » L’ensemble du régime lagunaire est évoqué pour être placé sous surveillance. Pourquoi ? C’est que de la préservation de son écosystème dépend l’existence même de Venise. L’« infirmité »53 citadine peut résulter d’un excès de boue dans les canaux et de l’exhalaison consécutive des miasmes putrides. Quand le Grand Canal s’envase, au-delà du « déshonneur » que cette situation provoque, des difficultés mises à la circulation des marchandises et de tous les pondéreux, si l’herbe pousse sur les plus hauts des dossi, une « extrême corruption » guette54. Les textes sont ici, comme ailleurs, édictés « pour l’utilité », « pour l’ornement et l’honneur ». Mais ils sont d’abord votés « pour la santé », au nom de cette nécessité vitale à « trouver des remèdes plus salubres »55.

22Il ne fait pas de doute qu’à Venise la fragilité du milieu accroissait les peurs et aiguisait le propos réglementaire. Inlassablement, les craintes s’expriment devant la menace d’une corruption de l’air et comment ne pourraient-elles pas s’exprimer quand on voit, au cours du XVe siècle, la mort monter des boues qui assiégeaient le nord de la lagune et les fièvres gagner ? En fait, les relations de l’homme au milieu sont ici profondément ambivalentes. Ce site amphibie, quasi impropre à la vie, où la terre manquait, où rien ne poussait, était celui que Dieu avait offert à la communauté pour qu’elle le transformât en un lieu de beauté, d’ordre et de richesse. Les Vénitiens l’affirmaient, et sans doute le croyaient-ils, leur aventure développait jusqu’à l’exploit, à l’excès de réussite et de plénitude, tous les succès qui étaient ceux des autres cités italiennes. Leur ville était plus belle, plus riche, plus puissante et sereine parce qu’elle avait été et demeurait la mieux aimée de Dieu. Elle seule était née de rien, grâce au travail acharné d’hommes que favorisait la grâce divine. Il y a donc de l’amour, de l’orgueil, voire de l’arrogance, dans le rapport des Vénitiens à leurs lagunes. Ce qui n’empêchait pas – cette autre représentation est irréductiblement intriquée à la première – que la lutte quotidienne menée par les habitants leur rappelait, plus qu’à une autre communauté, la fragilité de l’existence ici-bas. Par là même, les angoisses étaient, comme les épithètes louangeuses, grossies, exagérées. Parce que le site vénitien est unique plus que singulier, le rapport au milieu se jouait ici sur le mode de l’excès.

23Un excès qui explique que cet exemple grossit le trait et qu’il surdétermine, pour mieux les livrer à l’analyse, des réalités diffuses. Des objectifs, partout poursuivis, prennent, dans les lagunes, un relief original et les édits de la police urbaine, par leurs effets explicites sur la préservation du milieu, et la survie même de la communauté, occupent une place centrale dans le système de représentations du pouvoir politique. La réglementation urbaine se situe de ce fait moins à la périphérie, sur les marges ou dans les annexes de desseins plus importants, qu’au centre de l’effort de gouvernement. Elle s’assouplit sans doute devant les nécessités économiques et la recherche du profit, elle cède face aux pressions et aux groupes d’intérêts, elle hésite, se trompe et atermoie. Mais elle existe et elle anime une histoire, tôt commencée, celle des relations des hommes à leur environnement, celle de la conscience qu’eurent les hommes que leur durée, au moins collective, venait comme s’inscrire, en la heurtant parfois, sur une autre durée, qui était celle du milieu.

24Cette histoire prouve dans tous les cas qu’avec des succès divers et une lucidité variable, les sociétés urbaines furent tôt conscientes des risques que leur poids même pouvait engendrer pour leur durée historique. Elles prirent donc en charge avec des maladresses, des échecs, mais aussi des intuitions, à coup d’apprentissages et de négociations, face à ces risques comme à toutes les nuisances, leur conservation.

Notes

1 Élisabeth Crouzet-Pavan, Sopra le acque salse. Espaces, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Âge, Rome, 1992, t. 1, p. 434 sq., p. 509 sq. et Wladimiro Dorigo, Venezia romanica. La formazione della città medioevale fino all’età gotica, Venise, 2003.

2 Statuti del comune di Bassano dell’anno 1259 e dell’anno 1295, Gina Fasoli éd., Venise, 1940, p. 303.

3 Crouzet-Pavan, Sopra le acque…, p. 519 sq.

4 Archivio di Stato di Venezia (A. S. V.), Guidici di Proprio, Divisioni, F. 1, f. 9v-10r ; F. 2, f. 38v-39r.

5 Ibidem, F. 1, f. 41r ; F. 2, f. 21rv ; F. 8, f. 9v-10r ; F. 11, f. 70rv ; A. S. V., Cancelleria Inferiore, Notai, B. 171 (Recovrati), 26 juillet 1383, no 2 ; 8 septembre 1392, no 20.

6 Dorigo, Veneziana…, t. 1, p. 304. Voir aussi les aménagements connus grâce à une découverte à la fin du XIXe siècle : Giacomo Boni, « Una cloaca antica venezaina », Archivio Veneto, s. 2, XXXI, 1886, p. 275-280.

7 A. S. V., Proprio, Divisioni, F. 7, f. 1r-2v. Ou, F. 1, f. 10v-11r.

8 Sur les lieux d’aisances privés dans les villes françaises : Jean-Pierre Leguay, L’eau dans la ville au Moyen Âge, Rennes, 2002, p. 261-262.

9 À Parme, les statuts permettaient à l’un des propriétaires d’une cloaca commune d’imposer aux autres la vidange et le podestat avait un pouvoir de cœrcition, cité dans R. Greci, « Il problema dello smaltimento dei rifiuti nei centri urbani dell’Italia medievale », dans Città e servizi sociali nell’Italia dei secoli XII-XV, Pistoia, 1990, p. 439-464, p. 448.

10 On pourrait de même suivre la multiplication des cheminées, ou le recours plus fréquent à la fenêtre vitrée.

11 A. S. V., Maggior Consiglio (M. C.), Presbiter, f. 141v.

12 A. S. V., M. C., Civicus, f. 24v.

13 Monumenta Historiae Patriae, Leges municipales, t. XVI, vol. 2, pars 2, Statuta Bresciani, secolo XIII, Turin, col. 1584.

14 Dans les statuts de Parme de 1255, la couverture des andronae seu choacae est prévue (Monumenta Historica ad provincias parmensem et placentinam pertinentia, Statuta comunis Parmae anno 1255. Statuta communis Parmae ab anno 1266 ad annum 1304. Statuta comunis Parmae ab anno 1316 ad annum 1325. Statuta comunis Parmae anno 1347, Amadeo Ronchini éd., Parme, 4 vol., 1855-1857-1859-1860, 1255, p. 365) ; ceux de Bologne consacrent à ces constructions des prescriptions nombreuses : Statuti di Bologna dell’anno 1245 all’anno 1267, Monumenti istorici pertinenti alle provincie della Romagna, serie prima, Statuti, Liugi Frati éd., 3 vol., Bologne, 1869-1877, t. 1, p. 190-191, 196-197, 199-200, 256). Les chronologies divergent un peu de ville en ville. Le statut de Pérouse, en date de 1342, est ainsi le plus détaillé sur cette question : Statuti di Perugia dell’anno 1342, Giustiniano degli Azzi éd., Rome, 2 vol., 1913-1916 (Corpus statutorum italicorum, serie I) ; et pour son analyse : Alberto Grohmann, Città e territorio tra medioevo ed età moderna (Perugia, secc. XIII-XVI), Pérouse, 1981, p. 51-54. On retrouve à Faenza, par exemple, l’interdiction des sorties d’égouts sur la voie publique ou le canal ; mais le statut est tardif (Statuta Faventiae del 1414, dans R. I. S., n. éd., Giuseppe Rossini éd., XXVIII, Bologne, 1929, p. 55-56, p. 175). Pour un calendrier voisin, des dispositions très proches concernant les techniques de construction et d’entretien dans un milieu différent : Ernest L. Sabine, « Latrines and Cesspools of Mediaeval London », Speculum, 9, 1934, p. 303-321.

15 Ainsi à Vicence en 1264 : Greci, « Il problema… », p. 451.

16 Comme le disent les statuts de Parme dans la première moitié du XIIIe siècle pour les conduits qui aboutissent dans un canal : Statuta Communis Parmae, 1255, p. 385.

17 Statuto del Comune di Perugia del 1279 : « aliqua turpitudo non possit decurrere in vias publicas vel vicinales ». La même rubrique prévoyait la destruction de toutes installations s’écoulant sur la voie publique : « privagium seu versatorium seu intercasellas seu spiralium vel foramen de quibus exeat […] »

18 A. S. V., Cassiere della Bolla ducale, Grazie, reg. 3, f. 38r ; reg. 23, f. 4v.

19 A. S. V., Senato, Terra, reg. 2, f. 171r.

20 Ibidem, f. 176r.

21 A. S. V., Compilazione Leggi, B. 357, f. 475rv.

22 A. S. V., Savi ed Esecutori alle acque, B. 173, f. 5r.

23 Voir l’étude de Giorgio Gianighian, « Scarichi veneziani in epoca moderna : Canoni da acqua – canoni da necessario », Studi veneziani, n. s., 7, 1983, p. 161-183, qui examine les techniques de construction à l’époque moderne et les exemples conservés de ces infrastructures.

24 A. S. V., Savi ed Esecutori alle acque, B. 331, f. 116v. Les textes prévoient aussi l’évacuation hors de l’agglomération, par les barques, de ces déjections. Il faut préciser que, même lorsque les collecteurs sont enterrés plus profondément, le réseau des canaux sert toujours en partie de fosse clarificatrice.

25 Pour reprendre l’expression d’Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social. XVIIe-XIXe siècle, Paris, 1986.

26 Cité dans Greci, « Il problema… »

27 Domenico Corsi, Statuti urbanistici medievali di Lucca, Venise, 1960.

28 Giuliano Pinto, Il libro del Biadolo : carestie e annona a Firenze dalla metà del’200 al 1348, Florence, 1978.

29 Giuliano Pinto, « La politica demografica delle città », dans Rinaldo Comba, Gabriella Piccinni, Giuliano Pinto dir., Strutture familiari, epidemie, migrazioni nel’Italia medievale, Naples, 1984, p. 19-43.

30 Giuliana Albini, Guerra, fame, peste. Crisi di mortalità e sistema sanitario nella Lombardia tardo-medievale, Bologne, 1982 ; Ead., Città e ospedali nella Lombardia medievale, Bologne, 1993, p. 84 sq. ; Franca Leverotti, « Ricerche sulle origini dell’Ospedale Maggiore di Milano », Archivio storico lombardo, CXI, 1984, p. 77-113 ; Carlo M. Cipolla, Contre un ennemi invisible. Épidémies et structures sanitaires de la Renaissance au XVIIe siècle, Marie-Josée Tramuta trad., Paris, 1992.

31 Pedro Gil Sotres, « Les régimes de santé », dans Mirko D. Grmek dir., Histoire de la pensée médicale en Occident, t. 1, Antiquité et Moyen Âge, Paris, 1995, p. 257-282. Voir aussi Georges Vigarello, Histoire des pratiques de santé. Le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Paris, 2e éd., 1999.

32 Gian Maria Varanini, « La peste del 1347-1350 », dans La peste nera : dati di una realtà ed elementi di una interpretazione, Spolète, 1994, p. 349-381.

33 Ces problèmes de corruptio et infectio aeris résulteraient, pour les Florentins au printemps 1348, des rebus et corporibus putridis et corruptis, cité dans John Henderson, « Epidemics in Renaissance Florence. Medical Theory and Government Response », dans Neithard Bulst, Robert Delort dir., Maladies et société. XIIe-XVIIIe siècle, Paris, 1989, p. 165-185.

34 Maria Serena Mazzi, Salute e società nel Medioevo, Florence, 1978.

35 Giovanni Boccace, Il Decamerone, Tutte le opere, Vittore Branca éd., Brescia, 1969, l. 1, p. 22.

36 Gli statuti del comune di Treviso (sec. XIII-XIV), Bianca Betto éd., Rome, 1984, vol. 1., p. 192. Ce que n’excluait pas l’idée que la peste se répandait aussi par contagion, « par la vue » ou « le toucher », par la proximité avec un contagieux ainsi que le remarque Henderson, « Epidemics… », p. 170.

37 Statuti di Bologna dell’anno 1288, de pena tenentium capras (lib. IV, rub. CXXIIII).

38 Ibidem, lib. X, rub. V ou Gli statuti del Comune di Treviso, lib. I, rub. CCXLIV ; lib. IV, rub. CLVIII.

39 Une norme que l’on retrouve dans d’autres villes, ainsi Avignon, cité dans Leguay, L’eau…

40 Ibidem, lib. X, rub. VI.

41 Ibidem, lib. X, rub. VII, XXVIII.

42 Gli statuti del comune di Treviso, lib. I, rub. CCXLIII.

43 Ibidem, lib. X, rub. XXVIIII.

44 Statuta Bresciani; Monumenta historica pertinentia ad provincias parmensem et placentinam, Statuta varia civitatis Placentiae, Monumenta historica ad provincias parmensem et placentinam pertinentia, G. Bonora éd., Parme, 1860, p. 362; Statuto di Forli dell’anno mcccliv, Evelina Rinaldi éd., Rome, 1913 (Corpus statutorum italicorum), p. 250.

45 Le statut de l’art, en date 1271, le prouve. Un conflit oppose en 1286 les artisans de la Giudecca aux juges du Piovego qui leur contestent la libre disposition de l’eau : A. S. V., Giudici del Piovego, B. 1, f. 6r, 12r. Il faut sans doute y voir la conséquence des progrès de la bonification dans cette zone.

46 Gli statuti veronesi del 1276 colle correzioni e le aggiunte fino al 1323, Gino Sandri éd., Monumenti storici par le Venezie, n. s., vol. 3, Venise, 1940, l. 2, p. 134.

47 Statuto del Comune di Ravenna, A. Zoli, S. Bernicoli éds, Bologne, 1904, p. 110 ; pour des prescriptions similaires à Forli ou Imola : Statuto di Forli, p. 241-242 ; Statuti di Imola, secolo XIV, Serafino Gaddoni éd., Milan, 1932 (Corpus statutorum italicorum), p. 208. Les statuts de Trévise offrent un bon exemple de ces dispositions. Quand Trévise passe sous la domination vénitienne, ces règlements de police urbaine restent inchangés ainsi que le prouve la première édition des statuts de 1555 : Adriano A. Michieli, Storia di Treviso, Trévise, 1958, p. 50. Pour l’examen, en cette matière, de l’évolution statutaire (rédactions et additions) (1231, 1283, 1314, 1375, 1391…) : Angelo Marchesan, Treviso medievale, Trévise, 1923 ; Giuseppe Liberali, Gli statuti del Comune di Treviso, Monumenti storici publicati della Deputazione di storia patria per le Venezie, n. s., 4, 3 vol., Venise, 1951-1955 ; Gli statuti del Comune di Treviso…

48 A. S. V., Provveditori al Sal, B. 59, f. 10v, 11v, 12r, 13v, 14r, 18rv, 20v, 25r, 26v, 27v.

49 Ibidem, f. 22r, 29r.

50 Ibidem, f. 39r.

51 Ibidem, f. 38r, à la Giudecca ou à San Girolamo.

52 A. S. V., M. C., Pilosus, f. 52v.

53 A. S. V., M. C., Fronesis, f. 61r.

54 A. S. V., M. C., Leona, f. 37v.

55 A. S. V., Senato, Terra, reg. 5, f. 82v.

Auteur

Professeure d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris-Sorbonne. Spécialiste d’histoire urbaine et d’histoire d’Italie, ses travaux portent sur les derniers siècles du Moyen Âge et la Renaissance. Parmi ses principales publications, on trouve : Sopra le acque salse : Espaces urbains, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Âge (École française de Rome, 1992) ; La mort lente de Torcello. Histoire d’une cité disparue (Fayard, 1995) ; Venise : une invention de la ville XIIIe-XVe siècle (Champ Vallon, 1997) ; Venise triomphante. Les horizons d’un mythe (Albin Michel, 1999 [2004]) ; Enfers et Paradis. L’Italie de Dante et de Giotto (Albin Michel, 2001 [2004]) ; Renaissances italiennes (Albin Michel, 2007) ; Les Villes vivantes. Italie. XIIIe-XVe siècle (Fayard, 2009).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search