Version classiqueVersion mobile

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Famille, femmes et travail

Patronnes et salariées à Marseille aux XIIIe et XIVe siècles

Francine Michaud

Texte intégral

  • 1 Denise Angers, « Le rôle de la famille et la place de la femme dans l’organisation du travail en A (...)

1 Il y a de cela près de vingt ans, Denise Angers couchait par écrit un bilan historiographique sur les femmes et l’organisation du travail dans les terres d’Empire à la fin du Moyen Âge, notamment à l’examen des travaux savants publiés entre 1980 et 19851. On y apprenait alors qu’en dépit de restrictions universelles qui affectaient les femmes dans les sociétés anciennes, le travail féminin atteignait un certain âge d’or au XVe siècle, grâce à la reprise économique, mais aussi – et peut-être surtout – à une salutaire évolution juridique, pour décliner par la suite jusqu’à la Révolution industrielle. Mais Denise Angers relevait aussitôt une nuance importante à ce schéma « progressiste » : non seulement le rôle et la place de la main-d’œuvre féminine varient suivant les régions et au gré de la dichotomie ville-campagne, ils sont de même largement conditionnés par le milieu social qui les encadre. Entre la bourgeoisie et le petit peuple existe en effet un écart de conditions que l’historien doit se garder d’ignorer, malgré la sécheresse documentaire entourant le travail féminin et en particulier le sort des salariées. Or, c’est ce dernier propos qui retiendra mon attention dans les lignes qui suivent, à la lumière d’un corpus essentiellement constitué à partir des actes de la pratique notariale à Marseille.

  • 2 Noël Coulet, « Les confréries de métier en Provence au Moyen Âge », dans Dolan, Travail et travail (...)
  • 3 « (E)n un mot, la richesse en statuts professionnels des archives languedociennes est loin d’être (...)
  • 4 On pense aux statuts des métiers rédigés par le prévôt de Paris Étienne Boileau à la fin du XIIIe (...)

2En l’absence de recensements fiscaux et d’une véritable réglementation des métiers marseillais2, telle qu’on l’observe en Languedoc3 et plus encore dans les pays septentrionaux à la même époque4, la base documentaire rassemblée pour cette étude demeure plutôt monolithique. Il a fallu en effet se tourner presque entièrement vers les contrats d’apprentissage et de louage de services rédigés depuis les origines de la production notariale connue dans la cité, soit de 1248 jusqu’à 1400, sans négliger de consulter au besoin un ensemble de sources indirectes : statuts de la ville, délibérations municipales et testaments. Or, le hasard de la conservation et peut-être aussi l’histoire de la culture juridique en Basse-Provence, alliés aux bouleversements démographiques du milieu du XIVe siècle, ont favorisé une répartition documentaire fort déséquilibrée entre les pôles chronologiques considérés, plutôt en aval qu’en amont. C’est ainsi que le millier d’actes recensés dans un premier temps pour une étude globale du salariat à Marseille épouse d’abord une courbe infiniment lente pour s’emballer brusquement au lendemain de l’épidémie pesteuse au printemps de 1348, de sorte que 84 % des actes dépouillés datent de la seconde moitié du XIVe siècle.

  • 5 Samuel Cohn remarque d’ailleurs que les sources qui jettent l’éclairage le plus direct sur le trav (...)
  • 6 Par comparaison, il est remarquable de constater qu’à Montpellier à la même époque, 26 % des 175 c (...)
  • 7 Ibidem, p. 45-46.
  • 8 Cet argument a été fermement avancé par plusieurs historiennes anglo-saxonnes depuis plus d’une vi (...)
  • 9 Sur la formation des institutions communales à Marseille : Victor-Louis Bourrilly, « La vie et les (...)
  • 10 C’est ce que suggère la réglementation municipale concernant le commerce des céréales assuré par l (...)
  • 11 Caroline Barron note la participation prépondérante des Londoniennes à ce secteur de l’économie qu (...)
  • 12 23 août 1326, A.C., 1 II 8, f. 79v.
  • 13 Les listes de tailles offrent beaucoup plus de transparence à cet égard, comme celles établies à P (...)
  • 14 Il faut reconnaître aussi que les hommes tendent à révéler leur profession dans les actes notariés (...)
  • 15 Qu’il s’agisse de la position sociale ou professionnelle soit du père, soit du mari (ou des deux, (...)

3La culture patriarcale qui caractérise la société de l’époque aide d’autre part à comprendre la pauvreté des traces du travail féminin dans les documents officiels5 : à Marseille, l’embauche formelle de filles et de femmes n’a donné lieu qu’à l’instrumentation de 59 actes sur les 1079 contrats dépouillés, ne représentant ainsi qu’un maigre rapport de 5,5 % du corpus total constitué (tableau 1)6. En vérité, l’ensemble de la production documentaire laissée par le notaire public jette un éclairage fort médiocre sur le labeur féminin7, en raison d’un agencement complexe de facteurs. Certes, la sous-valorisation de l’apport économique des femmes8 pourrait contribuer à ce mutisme ; mais le concept d’« occupation professionnelle » dans son acception strictement économique est étranger à la mentalité médiévale qui lui attribue plutôt un sens social, et par conséquent, ne peut que difficilement s’appliquer aux femmes et cela pour trois raisons majeures. En premier lieu, filles et femmes sont inaptes à représenter sur la place publique les corps de métiers dont le dynamisme politique a donné naissance à la commune9. Dans cette perspective, l’évolution du rapport entre les arts et la politique urbaine favorise une certaine opposition entre hommes et femmes dans la formation identitaire des individus, les premiers définis par leur activité professionnelle, les secondes, comme on peut s’y attendre, par l’encadrement familial. Lorsqu’exceptionnellement les statuts de la ville mentionnent le travail féminin – outre celui des péripatéticiennes (meretrices) –, il s’agit non de reconnaissances professionnelles attitrées, mais de simples références fonctionnelles (trois en tout) liées à l’incontournable réglementation de la production et du négoce alimentaires, activités qu’occupent tout à la fois hommes et femmes, non loin du toit conjugal10. Or, la mise en marché de nombreux autres produits de consommation courante qui occupe une frange impondérable de la main-d’œuvre féminine, échappe très souvent au regard direct des sources11. On en prend note au hasard de quelques indiscrétions notariales, comme lorsque Alice, fille du chevalier Guillaume d’Antrecastels, fait un legs de 40 sous à la « vendeuse de chandelles de cire », Dulciana Alegra12. Ceci s’explique aussi du fait qu’en dehors du champ fiscal13, l’identification du métier, loin d’être systématiquement pratiquée par les rédacteurs d’actes de droit privé, est étroitement associée au capital social qu’on lui attribue14, exclusivement transmissible par le paterfamilias, père ou mari. Cet état de choses transparaît clairement du corpus testamentaire amassé entre 1248 et 1350 à Marseille, et dans lequel, malgré une présence féminine dominante, aucune profession à titre personnel n’est inscrite dans le protocole des actes ordonnés par plus de 250 femmes, celles-ci révélant plutôt, lorsque leur importance s’impose, les noms et titres du géniteur et/ou de l’époux, véritablement garants de prestige15.

tableau 1. Distribution des contrats d’embauche féminine relatifs au corpus global, suivant les secteurs d’emploi à Marseille (1248-1400)

Secteur

Total

Femmes

Proportion

Mer

302

-

-

Domesticité

128

43

34 %

Agriculture

144

-

-

Construction

71

-

-

Affaires

87

1

1 %

Cuirs

66

1

1,5 %

Métaux

51

2

4 %

Alimentation

50

1

2 %

Textile

53

10

2 %

Santé

34

-

-

Service

24

-

-

Justice

9

-

-

Éducation

7

-

-

Autres arts manuels

47

1

2 %

Inconnu

6

-

-

Total

1079

59

5,5 %

  • 16 Il faut comprendre ce concept dans un sens très large, incluant les valeurs non pécuniaires.
  • 17 Les grands chantiers de construction emploient de la main-d’œuvre féminine, notamment pour l’appro (...)

4Dissimulé sous le poids de la tradition et des conventions sociales, le labeur des femmes se trouve donc à autre échelle, anonyme, journalière et sans solution de continuité. Mais cette réalité ne procède pas pour autant d’une condition fondamentalement accessoire, voire misérable du travail féminin : de toute évidence, les bourgeoises et les artisanes pour le peu aisées s’affairent leur vie durant dans l’ouvroir du père, du mari ou du défunt. On en retrouve quelques échos dans le corpus documentaire colligé. En revanche, les salariées16 disparaissent en grand nombre dans la masse des travailleurs agricoles et domestiques, dont la trace nous est révélée au hasard des comptabilités hospitalières et monastiques de Provence17 et parfois aussi, pour ce qui concerne le travail ancillaire, des testaments. Néanmoins, la consultation des contrats d’apprentissage et de louage de services permet, en partie du moins, de sonder la place, le rôle et la condition des femmes dans l’économie marseillaise, à titre de patronnes ou d’employées, mais aussi, ce qui m’apparaît plus important encore, de deviner les formes changeantes du salariat féminin dans un marché de l’emploi profondément bouleversé par les pestilences et les guerres du XIVe siècle.

La place des Marseillaises dans la production des biens et services

  • 18 Michaud, « The Peasants… ».
  • 19 Bernardi, « Pour une étude… ».
  • 20 A.C., Délibérations municipales, BB 20, f. 80v-81r. Les paysannes des villages environnants domine (...)

5La nomenclature du travail féminin à Marseille, même élargie aux patronnes participant aux contrats de travail, ne diffère guère des autres centres urbains de la chrétienté, à ceci près qu’elle reflète, bien que dans une mesure bien modeste, les fonctions économiques particulières de la cité, orientées vers les activités maritimes et commerciales (tableau 2). Bien entendu, l’exclusion formelle des femmes de professions exclusivement masculines, notamment les arts libéraux (droit), maritimes (pêche et navigation) et agraires – les gros travaux de labour qui occupent les laboratores, groupe social bien en vue dans la cité18, leur échappent –, est un phénomène universel que révèle la pratique notariale. Mais si celle-ci laisse aussi pour compte l’intégration des femmes dans les métiers de la terre tout comme dans ceux de la construction19, pourtant bien attestée par ailleurs, c’est largement en raison du temps de travail limité qu’on leur offre dans ces secteurs d’emploi. Ainsi, recrutées massivement pour le liage de la vigne (ligando)20, les ouvrières agricoles ne font jamais l’objet d’embauche contractuelle comme les hommes, puisque leur contribution est exclusivement saisonnière.

tableau 2. Activités professionnelles exercées par les femmes à Marseille, 1248-1400, suivant les contrats d’apprentissage et de louage de services (maîtresses et engagées)

Métiers

Avant la peste

Après la peste

Total

Domesticité

2

41

43

servantes

(2)

(30)

(32)

nourrices

(10)

(10)

gouvernante

(1)

(1)

Textile

12

8

20

tisserandes

(6)

(4)

(10)

sartres

(1)

(3)

(4)

brodeuses

(4)

(4)

boursière

(1)

(1)

drapière

(1)

(1)

Négoce

1

15

16

commerçantes de corail

(14)

(14)

autres

(1)

(1)

(2)

Alimentation

2

10

12

tripières

(10)

(10)

pâtissières

(2)

(2)

Transformation du corail

5

5

Santé

1

2

3

Cuir

3

3

Vannerie

2

2

Broquerie

2

2

Orfèvrerie

1

1

Total

25

82

107

  • 21 La moyenne d’âge de ces pedissetae est de dix ans : ce point est discuté plus bas.
  • 22 Alasette Bauducelle de Saint-Maximin s’engage ainsi à s’installer chez un artisan de la cité penda (...)
  • 23 « Quod ego operabor tecum, de officio meo bursarie, tamdiu donec tibi satisfacerim de loquerio meo (...)
  • 24 10 juillet 1339, A.D., 381 E 60, f. 58v.
  • 25 « De regimine panis » : tug li pestre et totas las pestoressas : l. I, art. 49 ; l. VI, art. 61 (P (...)
  • 26 Les six actes d’apprentissage du corpus passés avec des maîtres-pâtissiers ne concernent que des g (...)
  • 27 Aucun acte d’apprentissage n’est relevé sous cette rubrique, alors qu’un seul contrat de formation (...)
  • 28 12 mars 1377, A.D., 351 E 34, f. 95rv.
  • 29 13 avril 1395, A.D., 355 E 80, f. 7v-8. Par ailleurs, le tripier Raymond Stepani est très probable (...)
  • 30 Ils ne sont d’ailleurs pas très nombreux : des 31 contrats d’embauche passés par les macelliers ma (...)

6Aussi, la visibilité des Marseillaises ne se manifeste guère dans les contrats au-delà des domaines traditionnels, d’abord et avant tout dans l’espace domestique, le service ancillaire, la production textile et alimentaire dans une proportion de 70 %. Au sein du personnel de maison – le plus important débouché d’emplois féminins après le passage de la Peste noire –, les servantes, d’un âge parfois fort tendre21, dominent ; le soin des enfants retient également les services de nourrices idoines, voire d’une « gouvernante »22. À l’inverse de la domesticité, les métiers de la quenouille – le tissage, la confection de vêtements et la broderie – offrent aux jeunes filles une formation technique pouvant s’échelonner sur plusieurs années, de quatre à six ans, et destinée autant, sinon plus, à l’économie domestique qu’au marché du travail. C’est la nécessité qui pousse vraisemblablement ces ouvrières spécialisées à se mettre au service d’autrui, comme Augière, femme de Jacques Barthélémie, qui se joint à l’échoppe d’un boursier de la ville en 1248, Guillaume de Figiac, pour éponger une dette conjugale de vingt sous23, ou Huguette Bonnet, cette orpheline de douze ans placée par sa mère en 1339 chez une tisserande pendant une année au salaire de 31 sous, dont douze ont déjà été versés à titre de prêt24. Pas plus que les artisanes du textile, les productrices alimentaires ne sont légion à louer leurs bras pour autrui. Bien que mentionnées dans les statuts de la ville en raison du rôle essentiel qu’elles jouent dans le ravitaillement urbain, les bladières et les pâtissières n’y figurent pourtant qu’aux côtés de leurs maris25 ; à vrai dire, elles n’apparaissent jamais, contrairement aux garçons26, dans les actes d’apprentissage, comme si l’acquisition de leur savoir ne se négociait qu’oralement, dans les limites de l’antre familial. Il en va de même pour un autre métier alimentaire dérivé de la boucherie, la confection de tripes, dont les secrets se transmettent dans un cadre à fortes tendances endogènes. Cela pourrait expliquer la singulière distinction des femmes de la famille dans cet art27. Plusieurs fois citée dans la documentation, Alice Renoute associe de près sa fille Antoinette à cette spécialité de la table, alors que c’est sous la houlette de sa tante, Antoinette Barthélémie28, que Jean Bruyssac acquiert les rudiments du métier avant d’en diriger seul les opérations des années plus tard29. Mais les tripières se distinguent aussi par leur propension à embaucher régulièrement des bras supplémentaires à la bonne marche de leur ouvroir, en passant toutefois la relève à la génération suivante. Seulement, hors de la boutique familiale, les stages de formation en boucherie demeurent une affaire exclusivement masculine30.

  • 31 Cette observation s’applique également à d’autres cultures urbaines : pour Londres, voir Barron, « (...)
  • 32 28 août 1326, BnF, n. a. l., Fonds Mortreuil, 1322, p. 134. Si la pratique médicale n’est pas le m (...)
  • 33 5 juin 1341, A.D., 381 E 61, f. 49 ; 11 novembre 1373, A.D., 351 E 32, f. v.
  • 34 5 juin 1341, A.D., 381 E 61, f. 49.

7En outre, si les contrats d’embauche passés par-devant notaire ne témoignent que furtivement de la présence des femmes dans d’autres secteurs artisanaux, notamment ceux que tendent à « monopoliser » les hommes, ils confirment néanmoins leur habileté à former les garçons autant que les filles31. L’exemple de la juive Sarah de Saint-Gilles qui se charge en 1326 d’initier un jeune coreligionnaire à la médecine – artem medicine et phisice – demeure toutefois exceptionnel32. Du reste, il n’est pas toujours permis d’élucider si les épouses et les veuves d’artisans qui engagent de leur propre chef apprentis et gens du métier en sont véritablement « maîtresses », ou si elles sont simplement les gestionnaires de l’atelier marital. S’il faut rester prudent, il convient de rappeler que derrière le laconisme des actes pourraient se dissimuler des réalités moins conventionnelles. Tel est le cas de la tonnellerie. Nous retrouvons à cet effet la participation de femmes à cette activité de pointe dans l’économie d’entreposage et de transport de la ville portuaire33, à l’instar de Raymonde Bocarana qui assigne à son nouveau valet, un broquier de Forcalquier auquel elle accorde aussi – sans doute pour mieux le retenir – un prêt d’argent, une série de tâches liées à la fabrication de barils de poissons et de brocs au tonnage varié, payables à la pièce, en se chargeant personnellement de la fourniture du bois34.

  • 35 L’étude des testaments féminins confirme que veuves et femmes mariées des milieux aisés de la vill (...)
  • 36 « Pro discipula et scolari ad addicendum misterium faciendi perlas coralli » : 20 janvier 1327, A. (...)
  • 37 Notamment au printemps 1384 : BnF, n.a.l., 1342, f. 119-124. Les femmes de marins et de pêcheurs s (...)
  • 38 Voir entre autres : A.D., 351 E 80, f. 4-6. Par ailleurs, Giraud Lavergne signale une poursuite ju (...)
  • 39 Comme on le sait, le corail entre dans la composition de traitements médicinaux à l’époque qui nou (...)
  • 40 « Anthonius Trafet coralhator de Massilia convenit Giraudo Manneti apothecario de Massilia ut gene (...)
  • 41 A.D., 351 E 53, f. 176rv.
  • 42 De fait, un seul autre des 32 contrats de formation et de travail relevés auprès de maîtres apothi (...)
  • 43 Afin de régler les dettes de la succession parentale qu’elle a visiblement recueillie, Francisca p (...)
  • 44 Sur les biens de son père et de sa mère, Francisca attribue une simple légitime à ses neveux et ni (...)
  • 45 « Item confiteor hereditario nomine dicti patris mei condam debere Garcendi Pellegrine consanguine (...)

8C’est dire aussi que les ressources tirées de l’environnement marin et du développement commercial paraissent avoir une certaine incidence sur les possibilités de formation artisanale, mais aussi d’aventure capitaliste35. Au début de la période qui nous occupe, le travail de transformation du corail semble souvent confié aux femmes, telles que Béatrice, corailleria, et sa fille Raynaldette qui accueillent dans leur boutique en 1327 une jeune orpheline de douze ans, Florette, pour lui inculquer pendant six années le « mystère » de la fabrication des perles de corail36. Par ailleurs, les femmes de la bourgeoisie, détentrices de capitaux importants, participent sédentairement à la pêche lucrative du corail par l’embauche de spécialistes : elles s’y engagent au nom de leur mari, comme Sycarde, épouse du grand capitaliste Julien Caseaux, qui investit près de 2000 florins dans l’extraction de récifs sardes37, ou en prennent l’initiative en leur nom propre, telle que la veuve d’un maître-artisan, Johanne Calveria38, qui recrute à cette fin une dizaine de corailleurs avec un capital à peine plus modeste de quelque 1000 florins. Pour sa part, Nicole Maximin, veuve et mère d’apothicaires, acquière une embarcation proprement équipée qu’elle confie pendant toute une année à un corailleur professionnel pour la pêche au corail39 dans les mers de Sardaigne, ou d’ailleurs, selon ce qui lui paraîtra plus profitable ; mais cette femme d’affaires avertie assigne à deux hommes le soin d’établir le contrat : son gendre – persona conjuga – également adonné à l’herboristerie, et sans doute l’aîné des mâles de l’entreprise familiale, ainsi que le notaire chargé de l’enregistrement de l’acte en vertu de son autorité publique – ut publica persona40. Enfin, la connaissance des herbes médicinales, étroitement associée au commerce des épices, se retrouve également entre d’autres mains féminines : le 19 février 1384, Marguerite Des Moines accueille dans sa butiga speciarie un jeune homme de dix-neuf ans, assurément pour parfaire sa formation d’apothecarius, mais aussi et moyennant salaire, pour qu’il la serve comme le sont tenus les valets dans cet art, pendant une période de deux ans41. Certes, les actes d’apprentissage et d’embauche demeurent résolument discrets sur le rôle actif des femmes42, sans doute en raison de la prépondérance du groupe familial qui préside aux ententes qui les concernent. Cette réalité surgit sans équivoque dans un acte testamentaire dicté en 1343 par une béguine de la ville, Francisca Arnaud, fille de l’herboriste Guillaume Arnaud. À la mort de ses parents, cette célibataire aurait pris les rênes de l’entreprise familiale43 en véritable mater familias : non seulement contrôle-t-elle les destinées patrimoniales de ses cinq pupilles, enfants de son frère Marc prédécédé dont elle a la garde dans sa large maisonnée jusqu’à leur mariage44, mais elle acquitte également les arriérés salariaux dus à une cousine, Garcende Pellegrine, pour un stage de formation amorcé sous son père et poursuivi sous sa propre direction (pro stagia quam mecum fecit)45.

Maîtresses et allouées : une affaire de famille

9Au vu de ce qui précède, il paraîtra opportun de distinguer, voire d’opposer les patronnes et maîtresses-artisanes des simples allouées dans l’économie du travail. Dans la ville portuaire, comme ailleurs en Occident, la hiérarchie des groupes sociaux veille à l’ordre public, ce qu’évoque l’« état » ou la « condition » des personnes dans les clauses d’entretien insérées aux contrats d’embauche, reconnaissance non moins susceptible d’influer sur les relations de travail qui lient aristocratie d’affaires, artisanat et menu peuple. État de fait que vient cependant tempérer l’intervention du groupe familial entourant les parties contractantes au cours des négociations, dont l’enjeu demeure l’économie domestique.

  • 46 1er janvier 1375, A.D., 355 E 21, f. 105rv.
  • 47 Specialiter artem textricis : 10 juillet 1339 : A.D., 381 E 60, f. 58v.

10Dans le dossier constitué sur les actes d’apprentissage et de louage de services, les femmes figurent en plus grand nombre à titre de patronnes. À cette enseigne, on les retrouve davantage dans des emplois masculins tels que le travail agraire et les métiers de la mer, de même que, comme on l’a vu, le négoce, la boucherie et les arts médicinaux (tableau 3). Les intérêts professionnels sont sans doute étroitement liés aux destinées familiales, ce qui explique pourquoi les Marseillaises prennent activement part à leur gestion. En d’autres termes, leur importance dans l’économie de la cité passe par là, et non nécessairement par l’exercice d’une activité indépendante. En fait, les épouses dont le métier diffère de celui du mari ne sont pas toujours en charge de leurs propres affaires, tant s’en faut. Lorsque le fournier Guillaume Huchan décide de faire initier à la vannerie sa fillette Bévengone chez une artisane de la ville, il négocie le stage non pas avec cette dernière – restée anonyme et absente de la transaction –, mais avec son mari, le notaire Jean Aymeric ; de surcroît, Jean s’engage seul à payer la dot de l’enfant en guise de salaire, au terme de dix ans de bons et loyaux services46. De même, le pâtissier Jean Barnel dirige les pourparlers avec la mère d’une jeune orpheline de douze ans venue offrir le labeur de l’enfant à l’épouse de Jean, adonnée à « l’art de la tisserande »47.

tableau 3. Patronnes et employées

Métiers

Patronnes

Employées

Domesticité

24

43

Négoce

15

1

Agriculture

8

Mer

5

Textile

10

10

Alimentation

11

1

Cuir

2

1

Santé

3

Corail

3

2

Broquerie

2

Vannerie

1

1

Orfèvrerie

1

Inconnu

1

Total

86

59

  • 48 A.C., délibérations municipales, BB 20, f. 80v-81.
  • 49 Sur les critères différentiels de la rémunération entre les sexes, voir le débat engagé entre Sand (...)
  • 50 Visites générales des commanderies de l’ordre des Hospitaliers…, p. 518-519.
  • 51 Bernardi, « Pour une étude… », p. 275, n. 40.

11Autorité et protection procèdent de la même logique : assister les membres les plus vulnérables de la famille pour le bénéfice de tous. C’est dans cette optique que se conçoit le travail féminin, à plus forte raison dans une économie de marché. En revanche, lorsque les paramètres de la rémunération sont fixés à l’avance, notamment chez les employeurs institutionnels pour les grands travaux agricoles ou les chantiers de construction (papauté, ordres monastiques, conseils municipaux), le sort de la salariée échappe d’autant au pouvoir de pression du groupe familial. Ainsi à Marseille au lendemain de la grande peste, les lieuses de vigne obtiennent les mêmes gages que les adolescents mâles (garciones), à savoir deux sous par jour et pas plus ; mais si ces derniers s’affairent à la taille des plants plutôt qu’au liage de la vigne, ils se méritent six deniers de plus, tâche normalement réservée aux adultes mâles à raison de quatre sous par jour48. Les compétences fonctionnelles, le temps d’exécution, le niveau de productivité, l’assiduité, la difficulté technique et l’âge constituent donc des critères variables de rémunération, et s’appliquent même en certaines occasions sans égard au sexe49. Sur leurs domaines de Capiagne et d’Aubagne, les Hospitaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem ont, en 1338, embauché 50 paysannes pour le liage du blé au taux offert aux hommes chargés du resserrage et de l’entreposage des ballots, soit de douze deniers par jour50. L’équité salariale entre hommes et femmes est d’ailleurs pratiquée sur certains chantiers de construction à la même époque51.

  • 52 Parmi les quelques testaments datés des années d’avant peste qui témoignent de la rémunération des (...)
  • 53 Entre 1361 et 1394, et ce, sur la base de dix contrats, la moyenne salariale gagnée par les servan (...)
  • 54 Entre 1361 et 1394, cinq des six contrats dans lesquels ces bénéfices sont accordés relèvent d’une (...)
  • 55 J’ai récemment traité de ce sujet : Francine Michaud, « Serviteurs et domestiques à Marseille au X (...)
  • 56 17 octobre 1369, A.D., 355 E 18, f. 65rv. La moyenne des autres montants offerts aux nourrices ent (...)
  • 57 Le maître lui offre en échange d’acquitter les frais de l’allaitement mercenaire : 3 décembre 1375 (...)

12L’évaluation salariale des tâches assignées aux travailleuses contractuelles dans le port phocéen, notamment pour le travail générique de maison, repose sans doute aussi sur des critères variables que dissimule le laconisme des actes notariés. Il est possible néanmoins de discerner une forme de standardisation de la rémunération ancillaire à Marseille pendant toute la deuxième moitié du XIVe siècle52 : les servantes adultes gagnent autour de cinq à huit florins, le plus souvent six florins53. Les négociations entre les parties semblent alors viser les valeurs ajoutées non négligeables, tels les appoints vestimentaires (tuniques, voiles ou souliers), notamment lorsque l’époux participe au louage de services de sa femme54. De nature plus subjective, le contrat notarié procure ainsi une marge de manœuvre dans les pourparlers engagés dont l’issue dépend largement de la place qu’occupe le groupe familial dans les rapports de l’offre et de la demande. La situation des nourrices à l’emploi de la bourgeoisie marseillaise, les mieux payées des salariées de la cité, milite particulièrement en faveur de cette hypothèse : la présence à leurs côtés des chefs de famille semblerait déterminer la qualité des conditions de travail qui leur sont offertes, à commencer par le traitement salarial55. À la veille de passer sous le toit de son nouvel employeur, une nourrice se fait doublement accompagner dans ses démarches de son père et son mari, forts de la promesse de gages très enviables, soit 28 livres pour chacune des deux années de service convenues56. À l’opposé, une jeune fille originaire du village des Arcs doit abandonner son nouveau-né aux soins d’une autre nourrice, elle aussi célibataire, pour se consacrer à demeure et gratuitement au nourrisson d’un noble de la ville57.

  • 58 D’après les archives fiscales au XIVe siècle dans la ville d’Arles, Louis Stouff place cet artisan (...)
  • 59 Les deux pâtissiers obtiennent trois sous et six deniers chacun, le fournier cinq sous (dont une p (...)

13Le sort des travailleuses « autonomes » demeure de toute évidence aléatoire, même celui des artisanes. Celles qui s’aventurent sur le marché de l’emploi, privées de tout appui conjugal ou familial, risquent ainsi de compromettre salaires et bénéfices. Considérons le cas évocateur d’Agnès Isnarde qui pratique un métier de fort bon rapport, la boulangerie58 : le 3 mars 1341, le marchand Bertrand Athanulphe l’engage en compagnie d’un fournier et de deux pâtissiers pour tenir son nouveau fournil rue des Lombards. Or, visiblement seule à marchander son salaire sans support familial, elle échoue à obtenir les gages espérés, soit deux sous et six deniers, somme que le notaire avait d’abord inscrite à l’acte avant de raturer les six deniers au terme des négociations59.

  • 60 17 septembre 1391, A.D., 355 E 33, f. 36-37.

14Bénéficiant de meilleures conditions d’emploi lorsqu’elles sont encadrées du père ou de l’époux, les travailleuses ne leur sont pas pour autant irrémédiablement soumises. Malgré les conventions sociales qui favorisent la « voix » masculine dans le type de documents assemblés, à l’examen plus attentif du corpus, les femmes se trouvent en fait à tous les degrés de l’accord contractuel, entre l’absence totale et l’intervention autonome. Par exemple, lorsque Bertrand Nicholas, originaire de Regio, place son épouse unilatéralement, semble-t-il, au service domestique d’un couple marseillais, il s’engage personnellement à ce qu’elle respecte les termes du contrat, et se fait remettre un vêtement féminin ainsi que le tiers des gages ; pourtant, précise-t-il, les deux autres versements pourront être réglés directement à sa femme60.

  • 61 Il n’est pas sûr que l’intérêt économique des épouses passe par leur indépendance professionnelle, (...)
  • 62 15 avril 1348, A.D., 1 II 61, f. 14.
  • 63 20 mai 1310, A.D., 381 E 373, f. 98v-99.
  • 64 22 octobre 1352, A.D., 355 E 5, f. 63.
  • 65 « Collocavit cum domina Sileta de Vaqueriis relicta domini Martini de Vaqueriis quondam de Massili (...)
  • 66 Voir note 42.
  • 67 12 octobre 1391, A.D. 355 E 33, f. 47-48. On remarquera que le diminutif -et apposé aux deux préno (...)

15La participation globale des femmes, tant aux revenus domestiques qu’à la gestion du domaine ou de l’entreprise, sous-tend une conception unitaire du couple, noyau central de la famille et de ses structures économiques61. Bien sûr, la direction de l’économie domestique demeure – officiellement du moins – entre les mains du maître et mari jusqu’à son décès. Après quoi, la veuve se trouve devant trois alternatives, suivant la profession maritale, la relève disponible, mais aussi la personnalité des parties en cause, ce dont nous ignorons tout, hélas. Le savetier Égide Aufant, victime de l’épidémie pesteuse au printemps 1348, remet par dévolution testamentaire les clés de son ouvroir à deux neveux, dont l’un est héritier principal, et non à l’épouse qui devra se contenter de sa dot62. D’autres veuves prendront pourtant la relève. Les unes opteront pour une assistance extérieure, sans que l’on puisse saisir l’incidence d’un tel recours sur leur autorité dans les rapports de travail. Il serait douteux que Raymonde Brocayra se désiste de la direction de la tonnellerie de son défunt mari lorsqu’elle accueille sous son toit un jeune valet de dix-huit ans63. Pour sa part, Huguette Bertrand, veuve d’orfèvre, s’en remet aux bons offices d’un artisan du métier originaire d’Aix, Raymond Bruni, capable de poursuivre les opérations maritales, mais à fort salaire, en sus du vivre et du vestiaire. Sans progéniture déclarée en âge de la seconder, il est probable qu’Huguette n’ait eu d’autre choix pour assurer sa survie64. Mais d’autres veuves prennent directement la tête de la boutique familiale, même lorsqu’il faut comprendre que le travail technique et son enseignement seront repris par le fils de la famille. Le 20 mai 1366, Jean de Bouc se rend dans une manufacture drapière appartenant à Jacques de Vaquières pour y mettre en apprentissage son fils : or ce jour-là, c’est Silette, mère de Jacques et veuve du drapier Martin de Vaquière, qui se charge d’établir les termes du contrat de formation, sous sa gouverne et non celle de son fils dont elle est toujours rectrix et goubernatrix65. Nicole Maximin, que l’on a vue financer une expédition de pêche au corail dans les années 138066, règle elle-même en 1391 un accord d’apprentissage conclu entre un jeune Aixois et ses propres fils, Johannet et Bernardet, tous deux apothicaires67.

  • 68 Comme la tripière Alice Renoute, mère de famille, dont on ignore si elle est épouse ou veuve.
  • 69 Encore que ce ne soient que les hommes, piscatores, qui soient visés à cet effet dans la réglement (...)
  • 70 19 mars 1370, A.D., 355 E 18, f. 329v -330. Voir aussi le cas de Léonne Allemande qui recrute en s (...)
  • 71 13 septembre 1375, A.D., 355 E 22, f. 69. Cela n’est pas un cas isolé : Catherine, épouse d’armuri (...)

16À y regarder de plus près, ce ne sont pas seulement les veuves, mais aussi, en forte proportion, les femmes mariées (ou sans statut matrimonial clairement établi68) qui prennent l’initiative du recrutement nécessaire à la bonne marche des affaires familiales, depuis les servantes jusqu’aux engagés de la boutique : apprentis, manœuvres et artisans (tableau 4). Il faut compter à leur nombre les épouses et les filles de marins-pêcheurs. Ce sont elles qui, au-delà de l’écoulement des prises69, s’occupent de l’embauche du personnel nécessaire à l’entreprise familiale, apprentis et valets, notamment lorsque les hommes sont au large. « Dame » Bertrande Raymond accueille ainsi chez elle un jeune orphelin de quatorze ans pour le mettre à l’ouvrage dès que mari et fils rentreront de mer, mais le menace aussitôt de le poursuivre en justice en cas de fugue70. Ce type de partenariat s’observe à la tête du domaine agricole : Jeannette, épouse de Jean de Laureis, embauche elle-même un laboureur de Puyvert capable de manier l’araire à bœufs sur ses terres, en son nom et celui de son mari (pro se et dicto ejus domino)71.

tableau 4. Statut matrimonial des patronnes qui prennent l’initiative des contrats d’embauche à Marseille (1248-1400)

Métiers

Femmes
mariées

Veuves

Inconnu

Femmes
avec mari

Total

Domesticité

4

4

4

10

22

Mer

5

5

Alimentation

4

1

6

11

Textile

4

2

4

10

Agriculture

1

4

3

8

Santé

1

2

3

Cuir

1

1

2

Corail

1

1

2

Marchandise

9

5

1

15

Vannerie

1

1

Orfèverie

1

1

Broquerie

1

1

2

Inconnu

1

1

Total

29

22

21

11

83

  • 72 Ce phénomène s’oserve aussi en Italie: Christiane Klapisch-Zuber, « Women Servants in Florence Dur (...)

17On pourra bien sûr objecter qu’au cœur même de la maisonnée, ce sont les maris qui s’occupent davantage d’engager les servantes, puisque sur 42 contrats ancillaires, 22 hommes en prennent seuls l’initiative72. C’est qu’il faut d’une part compter les huit cas où des femmes indisposées par un accouchement récent n’assistent pas aux ententes passées avec les nourrices ; on ne pourrait de même écarter la possibilité d’un nombre incalculable de veufs qui recourent aux services ancillaires, notamment au lendemain de la grande peste. Ce qui importe toutefois de constater est que dix épouses s’associent au mari pour conclure ce type d’ententes contractuelles, alors que douze autres femmes s’y engagent seules, mais toujours au nom des intérêts familiaux.

  • 73 Les enfants composent en effet 33 % de l’effectif féminin des gens de maison.
  • 74 Il en va de même pour Agnès Isnarde, dont le cas fut discuté plus haut : elle fait certes partie d (...)
  • 75 22 décembre 1371, A.D., 355 E 21, f. 103rv.
  • 76 A.D., 355 E 27, f. 18-19v.
  • 77 A.D., 355 E 27, f. 16-18.
  • 78 28 novembre 1366, A.D., 351 E 28, f. 241.
  • 79 12 novembre 1384, A.D., 351 E 39, f. 184.

18Dans un tel contexte, on image sans peine que le salariat féminin affecte à son tour la gestion des ressources domestiques, et en premier lieu celles des familles qui en dépendent davantage. Certes, les salariées du corpus ne sont pas légion ; plusieurs d’entre elles sont à peine nubiles73 alors que, pour la majorité, les compétences professionnelles demeurent nébuleuses. Conjugués à la division sexuelle du labeur, ces facteurs vouent l’ébauche d’analyse comparative avec les salaires masculins à un résultat hautement spéculatif74. On ne peut douter cependant que les débouchés féminins d’emploi font partie intégrante des stratégies économiques déployées par les familles besogneuses, motivées par le gain ou le besoin. Notons que plus de la moitié des servantes sont adultes, citoyennes ou résidentes de la ville et mariées. Le laboureur Jean Ardoin et son épouse Alisette en donnent une bonne idée. En 1374, celle-ci acceptait, munie de l’autorité maritale, une place de nourrice chez le drapier Antoine Nicholas au taux annuel de quinze livres75. Rien ne permet de savoir à quoi Jean s’occupa pendant les deux ans qu’Alisette passa sous le toit du notable. On sait en revanche que six ans plus tard, il continuait d’offrir le lait mercenaire de sa femme aux bourgeois de la ville à prix fort, alors que lui-même travaillait pour le compte d’autrui à presque aussi bon salaire. Ainsi le 29 juillet 1380, le couple se séparait de nouveau : Alisette prenait emploi dans la demeure du négociant Jacques Jaucenne contre 25 florins d’or annuels76, au moment où Jean partait s’installer au service d’un autre notable, Pierre Boniface, en échange de vingt florins d’or77. En outre, chacun des conjoints put réclamer une avance salariale de 50 %, s’offrant personnellement en garantie à l’employeur de l’autre grâce précisément aux sommes conséquentes promises en gages. Lorsque le lait de l’épouse vient à manquer, l’alternative la plus profitable est encore d’opter pour une séparation conjugale temporaire. C’est ce que font en 1366 Hugues Barral et sa femme Alice pour un salaire collectif de 22 florins : Alice accepte de vaquer aux tâches domestiques dans la résidence urbaine du juriste Antoine de Sartiano, alors que Hugues s’établit à la campagne dans la bastide du maître pendant toute une année78. À l’opposé, les couples qui ne peuvent ou ne veulent pas se séparer pour maximiser leurs revenus salariaux, s’exposent à en payer le prix, tel le laboureur Jacques Auger qui ne reçoit de sa nouvelle patronne que treize florins, mais avec l’assurance de garder sa femme enceinte auprès de lui aux frais de la maîtresse jusqu’à ses relevailles79.

  • 80 10 novembre 1354, A.D., 355 E 292, f. 22rv.
  • 81 L’âge moyen des filles entrées au service domestique des Marseillais dans la deuxième moitié du XI (...)
  • 82 17 novembre 1375, A.D., 351 E 44, f. 75.
  • 83 L’expression pro suis operibus peut laisser entendre des tâches de nature variée, au-delà de l’air (...)

19En forte demande après la Peste noire, les services ancillaires procurent l’occasion pour les familles ébranlées par la perte du chef de famille de trouver aux jeunes filles à la fois un toit et les possibilités d’acquérir les valeurs dotales nécessaires pour faire un mariage honnête au terme de leur service. C’est ainsi que le laboureur Hugues Cabreri confie sa nièce, orpheline d’un gippier de la ville, au marchand Raymond Ganhaudi à titre de servante pendant huit ans, avec l’assurance d’obtenir au terme de l’entente 50 livres bien sonnantes pour son maritagio80. Avec le temps cependant, c’est-à-dire au rythme des difficultés économiques qui frappent la Provence dans le dernier tiers du XIVe siècle, ce type d’arrangement devient un pisaller non seulement pour les orphelines, mais aussi pour les filles puériles de Marseillais impécunieux voulant leur éviter famine81. Telle est bien la décision prise en 1375 par un citoyen de la ville, Belliens Torenque, avec le conseil et l’assentiment de son beau-père Laurent Gassin, au moment de placer son enfant Bertrandette comme servante auprès du notaire Pierre Aycard et son épouse Stéphanie, contre son seul entretien82. Le gippier Pierre Lombard se résout à faire de même avec Alice, sa fillette de dix ans, qu’il engage à servir gratuitement dans la maison de Philippe Rebolli quatre années durant pro suis operibus : l’affaire, négociée en l’absence de l’enfant, est conclue sur la promesse du maître de pourvoir à ses besoins essentiels, saine ou malade, « suivant la volonté divine83 ».

tableau 5. Apprenties et engagées, avant et après la Peste noire

tableau 5. Apprenties et engagées, avant et après la Peste noire
  • 84 Il est intéressant de constater qu’à Londres, du début du XIVe siècle jusqu’au milieu du siècle su (...)
  • 85 Aucun contrat relativement à l’emploi féminin juif dans l’artisanat du corail n’a été repéré. De m (...)
  • 86 « Pro addicere artem coralhi et ipsum operare prout moris est aliorum judeorum dictam artem addice (...)
  • 87 Sur ce point, il faut consulter : Noël Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale (...)
  • 88 L’accroissement des prix et salaires aura également eu pour conséquence de détourner nombre de gar (...)

20Cette dernière observation nous amène à considérer la transformation du marché de l’emploi, et en particulier son incidence sur le travail des femmes dans la deuxième moitié du XIVe siècle. Tout se passe en effet comme si les cadres du labeur féminin, salarié ou non, se resserraient autour de la domus. Sur la place publique, les quelques traces de la formation artisanale des filles dans les échoppes de la ville s’estompent ostensiblement à partir des années 1350 (tableau 5)84. Le sort des ouvrières du corail pourrait à ce propos s’avérer exemplaire : au moment où la présence féminine disparaît des contrats d’apprentissage et d’embauche, les contemporains affirment que ce métier est en vérité une spécialité juive85. Le 21 mars 1369, le patron du jeune Bonafos, orphelin d’un médecin juif de la ville, le remet aux bons soins du contremaître de son ouvroir, également juif, « pour apprendre l’art du corail comme il est coutume chez les juifs86 ». Curieuse coïncidence, c’est aussi dans l’atmosphère inflationniste de l’époque87 qu’artisans aisés, bourgeois et notables ouvrent largement leurs portes aux bras ancillaires, offre qu’ont peine à décliner les chefs de famille désireux soit d’accroître leur revenu par un appoint immédiat, soit d’éviter la déchéance en se déchargeant de leur progéniture sous le couvert du travail domestique à titre gratuit88. L’incidence d’un tel développement sur la main-d’œuvre féminine à Marseille est facile à saisir : non seulement l’acquisition formelle et indépendante des métiers artisanaux recule pour les femmes mais, avec elle, la reconnaissance sociale et économique de leur contribution. À l’évidence, c’est dans ce contexte que s’accroît la dépendance des femmes envers la cellule familiale et, ce faisant, se creuse l’écart de condition entre les filles de famille et celles de milieux modestes.

Conclusion

  • 89 Approche bien présente dans Hanawalt, Women and Work…, particulièrement dans les contributions de (...)
  • 90 « The extreme domestication of women’s labor was specifically the heritage of the closing of the M (...)
  • 91 Bien que sur la foi d’une faible base de données, les travaux de Cécile Béghin à Montpellier tende (...)
  • 92 Klapisch-Zuber, « Women… », p. 74.

21Que l’on se trouve en amont ou en aval de la Peste noire, le travail féminin ne peut se concevoir que dans le cadre familial : non tant parce que c’est là où se trouve le plus grand nombre de travailleuses, patronnes ou engagées, ou parce que les femmes appartiennent plus que les hommes au corps familial que social89, mais parce qu’il s’inscrit dans la politique financière d’ensemble de la maison. Discrète dans les contrats d’apprentissage et d’embauche, on aurait cependant tort de conclure à une participation mitigée, voire subjuguée, des Marseillaises dans les divers secteurs de l’économie urbaine. Lorsque l’on rapproche suffisamment l’objectif des sources disponibles, l’apport des femmes à la vie économique s’affirme davantage, non seulement dans les domaines traditionnels de l’alimentation et du textile, mais aussi dans les métiers liés aux destinées maritimes de la cité. Mais l’influence du travail féminin s’exerce plus manifestement au niveau de la gestion globale des ressources familiales, dans le cadre créé par la conjuctio. Celle-ci, du reste, engendre impérativement l’idée de partenariat entre les membres de la famille, suivant un ordre hiérarchique plus conjugal que patriarcal. En outre, ce sont les intérêts de ce groupe – à partir de la cellule nucléaire plus ou moins dilatée – qui gouvernent les stratégies d’emploi et par conséquent, le rôle et l’importance que les filles et les femmes prennent à titre d’agents économiques, « cantonnées » ou non à l’aire domestique. Or, à partir de la seconde moitié du XIVe siècle, au creux de la crise démographique, l’ouverture sans précédent du marché ancillaire – conjugué aux nécessités pressantes des familles besogneuses – aura sans doute contribué à détourner les filles de l’apprentissage formel et réduire d’autant leur champ professionnel. Certes, leur initiation artisanale s’est poursuivie dans le cadre familial, mais les connaissances ainsi acquises ont du même coup échappé au contrôle des compétences. À terme, ce glissement a assurément contribué à l’exclusion des femmes des métiers, avant même que ceux-ci ne se soient constitués en corps réglementés. En un mot, « l’extrême domestication du travail féminin », avec les retombées insidieuses que l’on connaît, se serait produite dans la ville phocéenne bien avant la toute fin du Moyen Âge90. Dans ces conditions, le travail ancillaire est demeuré l’alternative la plus profitable91, tout autant qu’une solution de dernier recours92, notamment lorsque la force de travail féminine conservée dans l’enclos familial ne suffit pas ou plus à assurer les besoins essentiels de la maison. Y a-t-il eu à Marseille un âge d’or du travail féminin ? Peut-être avant l’hécatombe de 1348. Mais méfions-nous d’une histoire linéaire : dans les recherches à venir, il restera à voir si le siècle suivant est aussi porteur d’une renaissance comme l’a estimé Denise Angers pour les terres d’Empire.

Notes

1 Denise Angers, « Le rôle de la famille et la place de la femme dans l’organisation du travail en Allemagne à la fin du Moyen Âge : Bilan historiographique », dans Claire Dolan dir., Travail et travailleurs en Europe au Moyen Âge et au début des temps modernes, Toronto, 1991, p. 63-78.

2 Noël Coulet, « Les confréries de métier en Provence au Moyen Âge », dans Dolan, Travail et travailleurs…, p. 21-46. De même est-on loin ici des levées de tailles parisiennes au tournant du XIVe siècle dans lesquelles figurent plus d’une centaine de métiers pratiqués par les femmes : David Herlihy, Opera muliebra. Women and Work in Medieval Europe, New York, 1990, p. 143.

3 « (E)n un mot, la richesse en statuts professionnels des archives languedociennes est loin d’être égalée en Provence » – André Gouron, La réglementation des métiers en Languedoc au Moyen Âge, Genève / Paris, 1958, p. 12.

4 On pense aux statuts des métiers rédigés par le prévôt de Paris Étienne Boileau à la fin du XIIIe siècle : Bronislav Geremek, Le salariat dans l’artisanat parisien aux XIIIe-XVe siècles, Paris, 1982.

5 Samuel Cohn remarque d’ailleurs que les sources qui jettent l’éclairage le plus direct sur le travail féminin pendant la Renaissance italienne, tirées du tribunal de l’Onestà et des ricordanze, se limitent à la prostitution ou au service domestique d’esclaves ou de salariées : Samuel K. Cohn, « Women and Work in Renaissance Italy », dans Judith C. Brown, Robert C. Davis dir., Gender and Society in Renaissance Italy, Londres / New York, 1998, p. 107.

6 Par comparaison, il est remarquable de constater qu’à Montpellier à la même époque, 26 % des 175 contrats d’embauche relevés par Cécile Béghin se rapportent au travail féminin : Cécile Béghin « Entre ombres et lumières : quelques aspects du travail des femmes à Montpellier (1295-1408) », Médiévales, 30, 1996, p. 45-54.

7 Ibidem, p. 45-46.

8 Cet argument a été fermement avancé par plusieurs historiennes anglo-saxonnes depuis plus d’une vingtaine d’années, telles que Judith Bennett, Maryanne Kowaleski, Barbara Hanawalt et plus récemment, Sandy Bardsley. Voir en particulier l’article de cette dernière et la réplique à sa critique : Sandy Bardsley, « Women’s Work Reconsidered : Gender and Wage Differentiation in Late Medieval England », Past & Present, 165, 1999, p. 3-30 ; Past & Present, 173, 2001, p. 199-202. Mavis Mate abonde également dans le même sens : « such action (running a business on their own) was discouraged by the prevailing belief that a woman’s primary career was that of a wife and mother and that the demands of her husband’s business should take precedence over her own wishes » : Mavis Mate, Women in Medieval English Society, Cambridge, 1999, p. 91

9 Sur la formation des institutions communales à Marseille : Victor-Louis Bourrilly, « La vie et les institutions municipales », Encyclopédie des Bouches-du-Rhône. Tome XIV, Monographies communales Marseille-Aix-Arles, Paris / Marseille, 1935, p. 171-181 ; Georges Lesage, Marseille angevine. Recherches sur son évolution administrative, économique et urbaine de la victoire de Charles d’Anjou à l’arrivée de Jeanne 1re (1264-1348), Paris, 1950, p. 61-72.

10 C’est ce que suggère la réglementation municipale concernant le commerce des céréales assuré par les bladiers et leurs épouses (l. I, art. 49) : Régine Pernoud éd., Les statuts municipaux de Marseille, Paris / Monaco, 1949, p. 59. Dans le premier registre de notaire connu de 1248, Alice L’Écrivain, copropriétaire d’un four avec son époux, contracte personnellement un prêt de 50 livres auprès d’une concitoyenne, en échange de quoi, jusqu’à remboursement des espèces, elle lui laisse libre usage du four deux fois par jour, ainsi que la gratuité de la moitié du blé à cuire : Louis Blancard, Documents inédits sur le commerce de Marseille du Moyen Âge, édités intégralement ou analysés, Marseille, 1885, vol. 2, p. 222-223.

11 Caroline Barron note la participation prépondérante des Londoniennes à ce secteur de l’économie que l’on reconnaît dans les actes officiels sous l’épithète de hucksters : Caroline Barron, « The “Golden Age” of Women in Medieval London », Reading Medieval Studies, 15, 1989, p. 47.

12 23 août 1326, A.C., 1 II 8, f. 79v.

13 Les listes de tailles offrent beaucoup plus de transparence à cet égard, comme celles établies à Paris sous le règne de Philippe le Bel entre 1292 et 1313 : Herlihy, Opera…, p. 130. Toutefois, à Toulouse à la fin du XIVe siècle, la confrérie des Corps Saints, dont l’effectif tourne en 1383 autour de 250 membres, compte moins de 2 % d’artisanes : Gouron, La réglementation…, p. 377-382.

14 Il faut reconnaître aussi que les hommes tendent à révéler leur profession dans les actes notariés lorsque celle-ci évoque un certain prestige social : Philippe Bernardi, « Le métier : réflexions sur un mode d’identification », dans Mathieu Arnoux, Pierre Monnet dir., Le technicien dans la cité en Europe occidentale, 1250-1650, Rome, 2004, p. 95 ; Michel Hébert, « Travail et vie urbaine : Manosque à la fin du Moyen Âge », dans Dolan, Travail et travailleurs…, p. 149-150 ; Francine Michaud, « The Peasants of Marseilles at the Turn of the Fourteenth Century », dans Kathryn Reyerson, John Drendel dir., Urban and Rural Communities in the South of France, Leyden, 1998, p. 275-289.

15 Qu’il s’agisse de la position sociale ou professionnelle soit du père, soit du mari (ou des deux, le cas échéant). D’ailleurs, plus d’un fils de famille parvenu à majorité se range également sous le titre paternel lorsque le poids honorifique de ce dernier surpasse le sien propre.

16 Il faut comprendre ce concept dans un sens très large, incluant les valeurs non pécuniaires.

17 Les grands chantiers de construction emploient de la main-d’œuvre féminine, notamment pour l’approvisionnement en eau, la fabrication du mortier ou de la chaux. À Avignon en 1318, les fabricantes de chaux obtiennent un salaire égal à celui des hommes : Philippe Bernardi, « Pour une étude du rôle des femmes dans le bâtiment au Moyen Âge », Provence historique, 1993, p. 275, n. 40.

18 Michaud, « The Peasants… ».

19 Bernardi, « Pour une étude… ».

20 A.C., Délibérations municipales, BB 20, f. 80v-81r. Les paysannes des villages environnants dominent également dans les comptes salariaux tirés de l’enquête de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1338 : Benoît Beaucage éd., Visites générales des commanderies de l’ordre des Hospitaliers dépendantes du grand prieuré de Saint-Gilles (1338), Aix-en-Provence, 1982, p. 518-519.

21 La moyenne d’âge de ces pedissetae est de dix ans : ce point est discuté plus bas.

22 Alasette Bauducelle de Saint-Maximin s’engage ainsi à s’installer chez un artisan de la cité pendant un an « [ad] tenendum, regendum et gubernandum Jacmetum filium [suum] » : 10 décembre 1375, A.D., 351 E 44, f. 89v. Le rôle supérieur d’éducatrice assigné à Alasette ne trompe pas, en dépit de l’absence de substantif pour le qualifier et du modeste salaire ancillaire de cinq florins qui lui est attribué.

23 « Quod ego operabor tecum, de officio meo bursarie, tamdiu donec tibi satisfacerim de loquerio meo quod a te habuero in illis XX solidis monete miscue quos tibi debeo una cum marito meo ex causa mutui » : cité dans : Blancard, Documents…, vol 2, p. 8. Souligné par moi pour indiquer la formation artisanale de l’épouse apte à assurer le crédit et son remboursement.

24 10 juillet 1339, A.D., 381 E 60, f. 58v.

25 « De regimine panis » : tug li pestre et totas las pestoressas : l. I, art. 49 ; l. VI, art. 61 (Pernoud, Les statuts municipaux…, p. 59, 240).

26 Les six actes d’apprentissage du corpus passés avec des maîtres-pâtissiers ne concernent que des garçons.

27 Aucun acte d’apprentissage n’est relevé sous cette rubrique, alors qu’un seul contrat de formation de boucher est passé avant la crise démographique de 1348.

28 12 mars 1377, A.D., 351 E 34, f. 95rv.

29 13 avril 1395, A.D., 355 E 80, f. 7v-8. Par ailleurs, le tripier Raymond Stepani est très probablement apparenté aux époux Monet et Silette Stephani qui pratiquent le même art ; c’est pourtant Silette qui, d’après les documents, s’y révèle la plus activement engagée.

30 Ils ne sont d’ailleurs pas très nombreux : des 31 contrats d’embauche passés par les macelliers marseillais, six seulement relèvent de cette catégorie.

31 Cette observation s’applique également à d’autres cultures urbaines : pour Londres, voir Barron, « The “Golden Age”… », p. 39.

32 28 août 1326, BnF, n. a. l., Fonds Mortreuil, 1322, p. 134. Si la pratique médicale n’est pas le monopole des médecins et des chirurgiens en titre, son enseignement – peut-être moins rare chez les juifs dont l’accès aux grades universitaires demeure fortement limité – est en principe un privilège masculin. Noël Coulet relève une seule référence à Aix sur la formation médicale d’un juif, qui se déroule elle aussi dans le cadre de l’apprentissage : Noël Coulet, « Quelques aspects du milieu médical en Provence au bas Moyen Âge », dans Michel Hébert dir., Études sur Manosque, la Provence et le Piedmont (1250-1450), Aix-en-Provence, 1987, p. 121.

33 5 juin 1341, A.D., 381 E 61, f. 49 ; 11 novembre 1373, A.D., 351 E 32, f. v.

34 5 juin 1341, A.D., 381 E 61, f. 49.

35 L’étude des testaments féminins confirme que veuves et femmes mariées des milieux aisés de la ville participent à des formes variées d’investissement, dont le prêt à intérêt. Évoquons à titre d’exemple Raynois, fille de marchand et épouse d’Aycard Syalla, qui annule par voie testamentaire les prêts copieux jadis accordés à quatre femmes : mars 1310, A.D., 381 E 25, f. 44rv.

36 « Pro discipula et scolari ad addicendum misterium faciendi perlas coralli » : 20 janvier 1327, A.D., 381 E 33, f. 86rv. Voir également l’acte d’apprentissage de Guillemette Fillosa placée par sa mère à l’âge de dix ans chez la corailleuse Alice Massine en 1340 : BnF, n.a.l., Fonds Mortreuil, 1321, p. 226.

37 Notamment au printemps 1384 : BnF, n.a.l., 1342, f. 119-124. Les femmes de marins et de pêcheurs s’adonnent aussi à ce commerce, telle Bonaventure de Marseille, femme de corailleur, qui œuvre en tandem avec son époux : voir ci-après, n. 69.

38 Voir entre autres : A.D., 351 E 80, f. 4-6. Par ailleurs, Giraud Lavergne signale une poursuite judiciaire devant l’Official de la ville en 1400 contre la négociante de corail Catherine Bompar, veuve Gombert, accusée d’usure : on lui reproche, entre autres chefs, d’exploiter à outrance le labeur d’ouvriers juifs, nuit et jour : Giraud Lavergne, « La pêche et le commerce de corail à Marseille aux XIVe et XVe siècles », Annales du Midi, 1, 1952, p. 206.

39 Comme on le sait, le corail entre dans la composition de traitements médicinaux à l’époque qui nous concerne : Efraim Lev, « Traditional Healing with Animals (Zootherapy) : Medieval to Present-day Levantine Practice », Journal of Ethnopharmacology, 85/1, 2003, p. 107-118. Albert le Grand vante d’ailleurs les vertus du corail pour contrer les effets de l’épilepsie: Michael R. Best, Frank H. Brightman éds, The Book of Secrets of Albert Magnus of the Virtues of Herbs, Stones and Certain Beasts, also the Book of Marvels of the World, Oxford / New York, 1973, p. 35

40 « Anthonius Trafet coralhator de Massilia convenit Giraudo Manneti apothecario de Massilia ut genero et conjucta persona domine Nycolave Maximine socrus sue […] ire in barchia coralhandi dicte domine Nycolave pro properio et in ea corahlare in mari Sardinae vel alibi ubi utile videlicet per spatium unius anni continui et completi a die recessus dicte barchie a portu Massilie » : 10 janvier 1385, A.D., 355 E 30, f. 63v-64v.

41 A.D., 351 E 53, f. 176rv.

42 De fait, un seul autre des 32 contrats de formation et de travail relevés auprès de maîtres apothicaires de la ville jette un éclairage, bien qu’indirect, sur l’accès ou la participation des femmes au métier : il s’agit de Nicole Maximin, mentionnée plus haut, qui procède, en 1391, à la mise en apprentissage d’un jeune Aixois de huit ans auprès de ses deux fils apothicaires : voir note 67.

43 Afin de régler les dettes de la succession parentale qu’elle a visiblement recueillie, Francisca prend appui sur le registre comptable tenu par son père et sa mère : « item volo, jubeo et mando quod si aliqua debita reperientur per instrumenta vel mandamenta vel per cartularium proprium dicti domini Guillelmi patris mei condam in quibus dicti dominus pater meus et dicta domina Nicolava mater mea condam sint obligati quibuscumque locis vel personis solvantur illa post dies meos de bonis meis » : 6 août 1342, A.D. 381 E 43, f. 42.

44 Sur les biens de son père et de sa mère, Francisca attribue une simple légitime à ses neveux et nièces en sa charge, sans doute en raison du décès prématuré de leur père, nonobstant les legs pécuniaires de bon aloi qu’elle leur dédie d’autre part. Dans ses dispositions testamentaires, elle convie aussi à demeurer sous son toit deux cousines, Garcende Pellegrine, également apprentie (voir note suivante), et Aybeline, veuve de Guillaume Aubenas, de même qu’une consœur béguine, Agnès Beliaver. Elle en a sans doute les moyens, puisque les legs monétaires à eux seuls se chiffrent à 547 livres de royaux marseillais : ibidem, f. 42-43v.

45 « Item confiteor hereditario nomine dicti patris mei condam debere Garcendi Pellegrine consanguinee mee decem libras regalium pro stagia quam fecit cum dicto domino meo et causa mutui quas volo sibi solvi de bonis meis. Item lego dicte Garcendi (in recompensatione stagie) pro stagia quam mecum fecit (sive loquerio et) sive aliquo salario decem libras regalium » : ibidem, f. 43. L’acte est reproduit plus loin dans le même registre notarié (f. 47-51v) ; ce qui apparaît entre parenthèses dans la citation précédente représente les ajouts repérés dans la deuxième rédaction.

46 1er janvier 1375, A.D., 355 E 21, f. 105rv.

47 Specialiter artem textricis : 10 juillet 1339 : A.D., 381 E 60, f. 58v.

48 A.C., délibérations municipales, BB 20, f. 80v-81.

49 Sur les critères différentiels de la rémunération entre les sexes, voir le débat engagé entre Sandy Bardsley et John Hatcher : Bardsley, « Women’s Work… » ; John Hatcher, « Debate. Women’s Work Reconsidered: Gender and Wage Differentiation in Late Medieval England », Past & Present, 173, 2001, p. 191-198.

50 Visites générales des commanderies de l’ordre des Hospitaliers…, p. 518-519.

51 Bernardi, « Pour une étude… », p. 275, n. 40.

52 Parmi les quelques testaments datés des années d’avant peste qui témoignent de la rémunération des serviteurs – information qui compense pour le silence des contrats notariés sur l’emploi domestique féminin avant 1350 –, on retrouve en 1314 l’archidiacre Raymond Viridis qui lègue deux livres et cinq sous à sa servante pour son année de salaire (29 juin 1314, A.D., 381 E 14, f. 23v). La monnaie locale s’affaiblit par la suite, soit à partir des années 1320, ce qui affecte conséquemment la courbe des salaires, et cela même avant l’épidémie pesteuse, notamment dans le milieu du négoce dans les années 1340 : Francine Michaud, « Exploités ou profiteurs ? La situation des apprentis à Marseille au début du XIVe siècle », Médiévales, 30, 1996, p. 83-96. Notons qu’en 1342, Antoine d’Aix, un marchand et macellier fort opulent, admet devoir à sa servante Barthélémie des arriérés de 30 livres qui remontent à plus de cinq ans, ce qui revient au taux salarial annuel de six livres (23 juillet 1342, A.D., 381 E 41, f. 29v). Le florin valant à l’époque pas moins de 25 sous et six deniers par livre, les gages de Barthélémie s’élèvent à un peu plus de quatre florins (en 1350, il faudra 30 sous pour équivaloir le florin). Bien que de caractère anecdotique, ces données suggèrent que les salaires accordés aux travailleuses de maison auraient augmenté à belle allure dans le deuxième quart du XIVe siècle, pour se stabiliser par la suite.

53 Entre 1361 et 1394, et ce, sur la base de dix contrats, la moyenne salariale gagnée par les servantes adultes est de 6,2 florins.

54 Entre 1361 et 1394, cinq des six contrats dans lesquels ces bénéfices sont accordés relèvent d’une démarche maritale ou conjugale.

55 J’ai récemment traité de ce sujet : Francine Michaud, « Serviteurs et domestiques à Marseille au XIVe siècle », dans Pierre Boglioni, Robert Delort, Claude Gauvard dir., Le petit peuple dans la société de l’Occident médiéval. Terminologies, perceptions, réalités, Paris, 2002, p. 395-405.

56 17 octobre 1369, A.D., 355 E 18, f. 65rv. La moyenne des autres montants offerts aux nourrices entre 1350 et 1375 est de 18,2 livres.

57 Le maître lui offre en échange d’acquitter les frais de l’allaitement mercenaire : 3 décembre 1375, A.D., 351 E 44, f. 83v-4v.

58 D’après les archives fiscales au XIVe siècle dans la ville d’Arles, Louis Stouff place cet artisanat très haut dans la hiérarchie socio-professionnelle, non loin des drapiers et des macelliers : Louis Stouff, Ravitaillement et alimentation en Provence aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1970, p. 35.

59 Les deux pâtissiers obtiennent trois sous et six deniers chacun, le fournier cinq sous (dont une partie sous forme de prêt) : Agnès aurait ainsi dans un premier temps osé demander, mais en vain, une somme représentant les deux tiers du salaire masculin, pour n’en recevoir à terme, que la moitié : A.D., 381 E 61, f. 55v-56.

60 17 septembre 1391, A.D., 355 E 33, f. 36-37.

61 Il n’est pas sûr que l’intérêt économique des épouses passe par leur indépendance professionnelle, pas plus que le concept d’« unité conjugale » représente par essence un obstacle à leur bien-être matériel. Pourtant, certaines historiennes abordent la question sous cet angle: « There is no doubt therefore, that in London the common law concept of conjugal unity did not unduly cramp the independence of married women » – Barron, « The “Golden Age”… », p. 40-41. Selon Mavis Mate, les attitudes mentales de l’époque portent à croire que: « the demands of her husband’s business should take precedence over (the wife’s) own wishes » – Mate, Women…, p. 91.

62 15 avril 1348, A.D., 1 II 61, f. 14.

63 20 mai 1310, A.D., 381 E 373, f. 98v-99.

64 22 octobre 1352, A.D., 355 E 5, f. 63.

65 « Collocavit cum domina Sileta de Vaqueriis relicta domini Martini de Vaqueriis quondam de Massilie […] in operatorio draperie et aliis serviciis et operibus licitis ipsius domine Silete et Jacobi ejus filii et rectrice et gubernatrice ipsius Jacobi » : A.D., 351 E 28, f. 63v-64.

66 Voir note 42.

67 12 octobre 1391, A.D. 355 E 33, f. 47-48. On remarquera que le diminutif -et apposé aux deux prénoms évoque le statut de mineur des fils, placés sous la gouverne maternelle.

68 Comme la tripière Alice Renoute, mère de famille, dont on ignore si elle est épouse ou veuve.

69 Encore que ce ne soient que les hommes, piscatores, qui soient visés à cet effet dans la réglementation municipale. Les statuts de la ville portent plutôt l’objectif sur les revendeuses de poissons revenditrices piscium : l. I, art. 50, p. 59 ; ou encore revenditor, masculo vel femine : l. VI, art. 17, p. 197-198. Cependant, le négoce du précieux corail par les producteurs indépendants se fait aussi en couples. Le 24 octobre 1386, le coraillier et marinier Jacques de Marseille et sa femme Bonaventure trouvent preneur en la personne du noble Antoine de Jérusalem, qui leur achète à crédit deux quintaux de corail à raison de 50 florins l’unité, quantité à remettre au plus tard à la prochaine Saint-Jean-Baptiste. Ce contrat est transcrit en pièce justificative dans : Lavergne, « La pêche… », p. 206-207.

70 19 mars 1370, A.D., 355 E 18, f. 329v -330. Voir aussi le cas de Léonne Allemande qui recrute en son nom et celui de son mari pêcheur un jeune orphelin de seize ans : 6 juillet 1352, A.D., 355 E 5, f. 42rv. De même que ce couple qui confie leur enfant de douze ans à « dame » Guillemette, épouse du corailleur Hugues Raymond, à la condition expresse qu’elle veille à l’instruire dans les bonnes mœurs tout en le faisant initier à l’art de son mari : 19 juin 1394, A.D., 351 E 62, f. 186rv.

71 13 septembre 1375, A.D., 355 E 22, f. 69. Cela n’est pas un cas isolé : Catherine, épouse d’armurier, prend également seule l’initiative de conclure un contrat de travail avec un laboureur et sa femme : 17 mai 1391, A.D., 355 E 75, f. 46.

72 Ce phénomène s’oserve aussi en Italie: Christiane Klapisch-Zuber, « Women Servants in Florence During the Fourteenth and Fifteenth Centuries », dans Barbara A. Hanawalt dir., Women and Work in Preindustrial Europe, Bloomington, 1986, p. 60.

73 Les enfants composent en effet 33 % de l’effectif féminin des gens de maison.

74 Il en va de même pour Agnès Isnarde, dont le cas fut discuté plus haut : elle fait certes partie d’une équipe de boulangers-fourniers embauchée par un homme d’affaires de la ville, mais, seule privée de titulature professionnelle, il reste hasardeux de comparer ses gages à ceux de ses collègues sur une base purement fonctionnelle : voir note 59.

75 22 décembre 1371, A.D., 355 E 21, f. 103rv.

76 A.D., 355 E 27, f. 18-19v.

77 A.D., 355 E 27, f. 16-18.

78 28 novembre 1366, A.D., 351 E 28, f. 241.

79 12 novembre 1384, A.D., 351 E 39, f. 184.

80 10 novembre 1354, A.D., 355 E 292, f. 22rv.

81 L’âge moyen des filles entrées au service domestique des Marseillais dans la deuxième moitié du XIVe siècle est de dix ans, contre 14,9 chez les garçons.

82 17 novembre 1375, A.D., 351 E 44, f. 75.

83 L’expression pro suis operibus peut laisser entendre des tâches de nature variée, au-delà de l’aire domestique : 17 octobre 1379, A.D., 351 E 36, f. 144v. Voir également Guillaume Cotoni qui afferme sa fille Alayonette à un concitoyen, le pêcheur Jean Guigon, pour une période de quatre années, avec pour tout salaire le vivre et le couvert, le vêtement et la chaussure : 4 août 1372, A.D., 391 E 22, f. 85v. La même année, Pierre Nicholas accepte un arrangement similaire au nom de sa fillette de onze ans : 6 novembre 1372, A.D., 355 E 19, f. 130.

84 Il est intéressant de constater qu’à Londres, du début du XIVe siècle jusqu’au milieu du siècle suivant, les femmes, pourtant habilitées à être reçues comme apprenties dans les métiers de la ville, n’obtiennent jamais la reconnaissance officielle de leur maîtrise, l’une des conditions d’accès à la liberté urbaine ; or à partir des années 1570, elles ne figurent plus dans les enregistrements d’apprentissage, ce qui confirme leur exclusion progressive des arts : Barron, « The “Golden Age”… », p. 44 et 48. À Marseille, ce phénomène semble s’être produit plus tôt en dépit de la dépression démographique causée par la grande peste.

85 Aucun contrat relativement à l’emploi féminin juif dans l’artisanat du corail n’a été repéré. De même, Giraud Lavergne ne cite que des hommes juifs engagés dans ce métier, bien qu’il fasse allusion à la commerçante de corail, Catherine Bompar, qui, elle, aurait employé de nombreux ouvriers, « tous juifs et juives » : Lavergne, « La pêche… », p. 206.

86 « Pro addicere artem coralhi et ipsum operare prout moris est aliorum judeorum dictam artem addicentium » : 21 mars 1369, A.D., 391 E 19, f. 41v. Sur les onze contrats d’apprentissage et de louage de services relatifs à la transformation du corail (notamment, d’après Giraud Lavergne, pour la confection de chapelets !), huit concernent les artisans juifs, dont sept datent de la seconde moitié du XIVe siècle.

87 Sur ce point, il faut consulter : Noël Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale (milieu XIVe s. - milieu XVe s.), Aix-en-Provence, vol. I, p. 136.

88 L’accroissement des prix et salaires aura également eu pour conséquence de détourner nombre de garçons de l’apprentissage formel en faveur de leur entrée précoce sur le marché du travail au lendemain de 1348 : Francine Michaud, « From Apprentices to Wage-Earners : Child Labour Before and After the Black Death », dans Joel Rosenthal dir., Medieval Childhood, Donington (Lincolnshire, U.K.), 2007, p. 75-92.

89 Approche bien présente dans Hanawalt, Women and Work…, particulièrement dans les contributions de Barbara A. Hanawalt et Judith M. Bennett qui insistent sur la division sexuelle du travail et la notion de partnership comprise au sens de complémentarité fonctionnelle : Barbara A. Hanawalt, « Peasant Women’s Contribution to the Home Economy in Late Medieval England », dans ead., Women and Work…, p. 3-19 ; Judith M. Bennett, « The Village Ale-Wife : Women and Brewing in Fourteenth-Century England », dans Hanawalt, Women and Work…, p. 20-36.

90 « The extreme domestication of women’s labor was specifically the heritage of the closing of the Middle Ages » – Herlihy, Opera…, p. xi.

91 Bien que sur la foi d’une faible base de données, les travaux de Cécile Béghin à Montpellier tendent à démontrer le même phénomène, les servantes recevant des gages supérieurs à ceux des ouvrières : Béghin, « Entre ombres… », p. 49 et n. 25.

92 Klapisch-Zuber, « Women… », p. 74.

Table des illustrations

Titre tableau 5. Apprenties et engagées, avant et après la Peste noire
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7478/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

Auteur

Professeure à l’Université de Calgary, elle se spécialise sur la Provence médiévale. Parmi ses publications figurent : « Le pauvre transformé : les hommes, les femmes et la charité à Marseille du XIIIe siècle jusqu’à la Peste noire », Revue historique (2009) ; « L’évolution de la condition paysanne en Provence centrale à Aups aux XIIIe et XIVe siècles », Provence historique (2008), « From apprentices to wageearners : child labour before and after the Black Death », dir. Joel Rosenthal, Medieval Childhood, 2007 ; « Apprentissage et salariat à Marseille avant la peste noire », Revue historique (1994) ; Un signe des temps : accroissement des crises familiales autour du patrimoine à Marseille à la fin du XIIIe siècle, PIMS, 1994.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search