Version classiqueVersion mobile

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Réponse de Normand

Pour et contre le « roman » d’après un recueil tiré de la Bibliothèque du Mont-Saint-Michel (Londres, British Library Additional 10 289)

Francis Gingras

Texte intégral

1 Le statut littéraire de la langue et des formes narratives vernaculaires aux XIIe et XIIIe siècles suscite volontiers de la part de la critique ce qu’on appelle communément « une réponse de Normand », c’est-à-dire une réponse évasive où le refus de trancher s’exprime par le célèbre « p’t-êt’ ben qu’oui, p’t-êt’ ben qu’non » que l’on prête traditionnellement aux habitants de l’ancien duché de Normandie. La sagesse toute normande des médiévistes sur la question des genres littéraires vernaculaires vient notamment de la difficulté à déterminer des frontières génériques précises en s’appuyant, suivant les préceptes jaussiens, sur l’historicité des genres abordée du point de vue de leur réception, c’est-à-dire à partir de l’« horizon d’attente » des auditeurs et des lecteurs du Moyen Âge.

  • 1 « Il s’agit de saisir les genres littéraires non comme genera (classes) dans un sens logique, mais (...)

2Hans-Robert Jauss concevait le genre non pas comme une essence catégorielle, mais bien comme une famille historique1. Il proposait une vision dynamique de la notion de genre qui tienne compte à la fois de la singularité de chaque texte et de la mise en série qui engage autant le lecteur que l’auteur. Dans cette perspective, le genre relèverait autant – sinon davantage – de la réception que de la production du texte :

  • 2 Ibidem, p. 49.

La relation du texte singulier avec la série de textes constituant le genre apparaît comme un processus de création et de modification continue d’un horizon. Le nouveau texte évoque pour le lecteur (l’auditeur) l’horizon d’une attente et de règles qu’il connaît grâce aux textes antérieurs, et qui subissent aussitôt des variations, des rectifications, des modifications ou bien qui sont simplement reproduits2.

3Même un peu galvaudée, la notion d’« horizon d’attente » reste très productive et permet de sortir d’une conception essentialiste de la notion de genre, tout en donnant une place considérable à l’historicité du processus.

  • 3 Ibidem, p. 69.

4Dès lors, le genre n’est pas un principe qui appelle sa réalisation plus ou moins réussie dans un texte singulier ; il est le produit de l’histoire des textes et de leur lecture « au point de rencontre de la synchronie (système des relations entre genres, thèmes et personnages) et de la diachronie (relation avec les traditions antérieures et postérieures)3 ». Un texte ne répond pas avec plus ou moins de bonheur aux prescriptions du genre, puisque la notion même de genre est un produit de la poétique immanente des textes.

  • 4 Ibidem, p. 59.
  • 5 Sylvia Huot, From Song to Book: the Poetics of Writing in Old French Lyric and Lyrical Narrative P (...)
  • 6 Pamela Gehrke, Saints and Scribes. Hagiography in its Manuscript Context, Berkeley, 1993.
  • 7 Entre autres : Lori Walters, « Le rôle du scribe dans l’organisation des manuscrits de Chrétien de (...)
  • 8 Keith Busby, Codex and Context: Reading Old French Narrative in Manuscripts, Amsterdam, 2002.
  • 9 Voir, tout particulièrement, leur article programmatique : Wagih Azzam, Olivier Collet et Yasmina (...)

5Pour approcher l’horizon d’attente des auditeurs et des lecteurs médiévaux, Jauss proposait lui-même, parmi d’autres voies d’accès concrètes, d’aborder « le choix et l’ordonnance des textes dans des collections de manuscrits, encore inexploitées en ce sens4 ». Son appel a mis du temps à être entendu et les médiévistes ne se sont finalement intéressés qu’assez récemment à l’étude des recueils pour tenter de cerner les relations établies par les médiévaux eux-mêmes entre les textes qu’ils associaient dans un même codex. À partir du moment où l’on revient au manuscrit afin de l’étudier comme objet littéraire (et non seulement comme témoin philologique, ainsi que l’ont prôné depuis une vingtaine d’années Sylvia Huot5, Pamela Gehrke6, Lori Walters7, Keith Busby8 et les chercheurs de Genève à l’origine du projet HyperCodex9), la cohérence de la mise en recueil se révèle souvent assez nettement, même dans des recueils a priori plutôt hétérogènes.

  • 10 Elspeth Kennedy, « The Scribe as Editor », dans Mélanges de langue et de littérature du Moyen Âge (...)

6L’un des rares recueils de littérature vernaculaire qui soit indubitablement associé à la Normandie continentale se classerait a priori dans cette catégorie des groupements particulièrement hétérogènes. On y trouve un texte qui relate la dédicace de l’abbaye du Mont-Saint-Michel et les miracles qui y sont associés, des traductions de l’Évangile de Nicodème et de la Disciplina clericalis, sans compter un curieux roman satirique dirigé contre les Français et un fabliau particulièrement scatologique ! À défaut d’être évidents à l’énoncé du contenu (ce à quoi se limitent généralement les notices des catalogues de bibliothèque), les principes qui ont présidé à la mise en recueil apparaissent assez clairement dès que l’on s’intéresse d’un peu plus près à la composition du recueil, d’abord d’un point de vue codicologique, mais aussi en tenant compte du contexte géographique et historique dans lequel il s’inscrit. La mise en recueil révèle alors des enjeux politiques liés précisément à l’actualité de la fin du XIIIe siècle dans la baie du Mont-Saint-Michel, mais aussi – et peut-être surtout – des enjeux d’ordre littéraire puisque le recueil apporte un témoignage précieux, à la fois de la conscience régionale normande et de la conscience générique d’un lecteur (ou de ce qu’Elspeth Kennedy appelait un « scribe-editor ») médiéval10.

Un recueil normand de la fin du XIIIe siècle

  • 11 Le codex est composé de quinze cahiers de douze feuillets (lacunaire de deux folios dans le quatri (...)
  • 12 Édition d’après ce manuscrit : Francisque Michel, Le Roman du Mont-Saint-Michel par Guillaume de S (...)
  • 13 Éditions d’après ce manuscrit : Gaston Paris, Alphonse Bos, Trois versions rimées de l’Évangile Ni (...)
  • 14 Édition d’après le manuscrit Paris, BnF fr. 1374 : Loyal A.T. Gryting, The Oldest Version of the T (...)
  • 15 Édition d’après ce manuscrit : Anthony J. Holden, « Le Roman des Franceis », dans Études de langue (...)
  • 16 Édition d’après ce manuscrit : Reinsch, « Maître André… », p. 170-176 (f. 121v-125r) ; Tony Hunt, (...)
  • 17 Édition d’après ce manuscrit : Reinsch, « Maître André… » p. 176 ; Hunt, « Materia… », p. 26.
  • 18 Éditions d’après ce manuscrit : Alfons Hilka, Werner Söderhjelm, Petri Alfonsi Disciplina Clerical (...)
  • 19 Édition d’après ce manuscrit : Jacob Ulrich, Robert de Blois. Sämmtliche Werke II, Berlin, 1891, p (...)
  • 20 Édition diplomatique d’après les deux manuscrits connus, suivie d’une édition critique : Willem No (...)

7Copié à la fin du XIIIe siècle (vraisemblablement en 1280), le manuscrit Additional 10289 de la British Library à Londres est un in-quarto de 190 × 135 mm qui compte 179 feuillets de parchemin, foliotés à l’époque moderne11. Une main moderne a aussi ajouté une table des matières au verso de la troisième feuille de garde. Au moins trois scribes médiévaux sont intervenus dans la copie. Une première main a copié Le Roman du Mont-Saint-Michel de Guillaume de Saint-Pair (f. 1-64r)12, puis une deuxième main a pris le relais avec l’Évangile de Nicodème d’André de Coutances (f. 64r-81v)13 suivi de la Venjance Nostre Seigneur (f. 82r -121r)14 et, huit folios plus loin, du Roman des Franceis, attribué au même André de Coutances (f. 129v-132v)15. Une série de recettes médicales a été copiée dans l’intervalle entre la Vanjance Nostre Seigneur et le Roman des Franceis (f. 122r-129r)16, avant qu’une troisième main n’ajoute une recette d’onguent blanchissant dans l’espace vacant à la fin de l’Évangile de Nicodème (f. 81v)17. L’espace libre au verso du folio 132 est occupé par une liste des Douze Pairs de France, copiée par le deuxième scribe, qui a aussi transcrit les Fables Pierre Aufors (f. 133r-172rb)18 et la Chanson d’Amour de Robert de Blois (f. 172rb-175rb)19. Le fabliau Jouglet, attribué à Colin Malet, est copié au verso avec une encre différente (f. 175v-178v)20.

  • 21 Le manuscrit compte une autre illustration, au trait, représentant l’abbaye du Mont-Saint-Michel e (...)

8La décoration est sobre et uniforme pour les folios 1 à 171 (initiales filigranées hautes de 2 à 4 lignes, alternativement rouges et bleues). En revanche, les derniers feuillets (f. 172-179) ne sont pas décorés (ni filigrane, ni couleur) et une réserve de deux lignes a été laissée pour l’initiale de la Chanson d’amour qui n’a pas été exécutée. Le changement d’encre apparent pour Jouglet et l’absence de décoration à partir de la Chanson d’amour laissent croire que les derniers textes du manuscrit on pu être copiés après la compilation d’un premier noyau, constitué des textes de Guillaume de Saint-Pair et d’André de Coutances et de la traduction de la Disciplina clericalis, auxquels ont été ajoutés des textes médicaux. La décoration laisse deviner par ailleurs que le Roman du Mont-Saint-Michel était destiné à occuper la position initiale, puisque la seule lettrine historiée du manuscrit (représentant deux pèlerins) ouvre le texte21. Deux autres initiales hautes de six lignes, émanchées et filigranées mais non historiées, ouvrent respectivement la Venjance Nostre Seigneur au folio 82r et les Fables Pierre Aufons au folio 133r.

9La mise en page ne présente pas la même uniformité que la décoration. Le premier scribe copie le Roman du Mont-Saint-Michel sur une seule colonne de trente lignes, mais le reste du manuscrit est mis en page sur deux colonnes de trente lignes, à l’exception des recettes médicales transcrites en longues lignes et de la Venjance Nostre Seigneur qui revient à la disposition sur une seule colonne au recto du folio 82. Le retour à la mise en page sur une seule colonne au début de ce texte (qui ne correspond pas au début d’un nouveau cahier) pourrait s’expliquer par le changement de mètre marqué par le passage à la laisse de décasyllabes. Le changement de scribe, qui se fait sur l’avant-dernier feuillet du sixième cahier, a par ailleurs manifestement entraîné chez le nouveau copiste une hésitation sur la mise en page à adopter puisque les dix-neuf premiers vers de L’Évangile de Nicodème sont copiés deux fois : d’abord sur une seule colonne au verso du folio 64, puis une nouvelle fois, sur deux colonnes, au recto du folio 65.

  • 22 Notamment, pour la version en prose française, Oxford, Queen’s College, 305, Paris, BnF fr. 187 et (...)
  • 23 L’Évangile de Nicodème est attribué à « mestre André de Coutances » et le Roman des Franceis à « m (...)

10La séquence Évangile de Nicodème-Venjance Nostre Seigneur, qui se fait dans ce recueil sans rubrique ni explicit, est attendue et se trouve dans plusieurs autres manuscrits, aussi bien dans les versions latines que dans les versions en prose22. Quant à la présence du Roman des Franceis à quelques folios d’écart, elle s’explique assez facilement par la volonté de regrouper des œuvres d’un même auteur23. Quant à la traduction de la Disciplina clericalis copiée à la suite (version Fables Pierre Aufors), elle justifie elle-même sa présence en se donnant d’emblée comme un ouvrage plaisant à finalité didactique :

Por ce que plus s’i delitast,
Qu’il li sist ou qu’il li costast,
I mist deduiz et bels fableax
De genz, de bestes et d’ oiseaux ;
Mes sachez qu’il n’i a deduit
Qui ne seit chargié de boen fruit. (f. 133va, v. 91-96)

11Pour l’auteur de cette première traduction vernaculaire de la Disciplina clericalis, le plaisir pris à la lecture des bels fableax en langue vulgaire ne se justifie que par la qualité des fruits qu’ils peuvent donner.

  • 24 Il serait passé en Angleterre, peut-être à la Révolution, puisqu’on le retrouve en 1836 lors de la (...)
  • 25 Note sur la Bibliothèque du Mont-Saint-Michel.
  • 26 Respectivement Avranches, B.M. 212 et B.M. 223.
  • 27 Avranches, B.M. 244. Sur l’attribution à Thomas de Molay : Jacques Monfrin, « À propos du Tombel d (...)

12Cette légitimation de la littérature « en roman » revêt une importance particulière dans le contexte d’un recueil qui s’ouvre sur un Roman du Mont-Saint-Michel et qui a appartenu à la bibliothèque de cette célèbre abbaye, comme en témoigne l’ex-libris du XVe siècle (iste liber est de thesauria Montis)24. Sur les quelque 240 manuscrits médiévaux qui composaient la bibliothèque médiévale du Mont-Saint-Michel et qui sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque d’Avranches, seuls trois codices sont en langue vernaculaire25. Outre un recueil lié à l’histoire du mont et la traduction par le Normand Nicole Oresme de la Politique, de l’Éthique et de l’Économique d’Aristote26, le seul autre ouvrage vernaculaire est précisément un recueil de récits exemplaires intitulé Le Tombel de Chartrose, vraisemblablement rédigé par Thomas de Molay, pénitencier de Coutances entré à la Chartreuse en 133027. L’ancrage régional des auteurs/traducteurs et la fonction édifiante des récits semblent constituer les conditions nécessaires à l’intégration d’un ouvrage vernaculaire à la bibliothèque de l’abbaye.

  • 28 Scriptum in Villa Dolensi [Dol, Ille-et-Vilaine], per me fratrem Nicholaum de Launey, prior (sic) (...)
  • 29 Dans le seul autre manuscrit conservé du Roman du Mont Saint-Michel (Londres, British Library, Add (...)

13Ces autres exemples d’ouvrages vernaculaires ont néanmoins tous été copiés au moins un siècle après le recueil aujourd’hui conservé à Londres. Les traductions de Nicole Oresme n’ont été complétées qu’en 1372 et les deux autres manuscrits datent clairement du XVe siècle, celui du Tombel de Chartrose portant d’ailleurs un colophon qui précise que la copie a été achevée à Dol en février 142328. Le recueil des œuvres de Guillaume de Saint-Pair, d’André de Coutances et des Fables Pierre Aufors se signale ainsi par son ancienneté, puisque l’écriture date à l’évidence de la fin du XIIIe siècle et que l’inscription Anno octog’ à la fin du Roman du Mont-Saint-Michel semble bien renvoyer à la date de la copie, sans qu’il s’agisse d’un colophon à proprement parler29.

  • 30 Yasmina Foehr-Janssens, en collaboration avec Hélène Bellon-Méguelle et Sophie Schaller Wu, « L’ho (...)

14Les pièces qui composent le manuscrit sont elles-mêmes plus anciennes encore et rappellent l’importance de la production anglo-normande dans le développement de la littérature vernaculaire dès la deuxième moitié du XIIe siècle. Ainsi, le Roman du Mont-Saint-Michel pourrait avoir été composé dans les années 1160-1180, puisque son auteur, Guillaume de Saint-Pair, se présente comme un jouvencel sous l’abbatiat de Robert de Thorigny (1154-1186), alors que le Roman des Franceis et l’Évangile de Nicodème dateraient des premières années du XIIIe siècle. Quant à l’intégration d’une traduction de la Disciplina clericalis à un recueil associé à l’univers monastique, elle ne surprend pas, dans la mesure où les recueils d’exempla étaient déjà courants dans les monastères cisterciens depuis la fin du XIIe siècle. La traduction retenue dans ce recueil, attribuée généralement à un auteur normand de la fin du XIIe siècle, est d’ailleurs la plus ancienne des trois traductions françaises distinctes qui sont parvenues jusqu’à nous30.

15Les auteurs regroupés dans ce recueil sont donc pratiquement tous contemporains (ils ont écrit entre le dernier quart du XIIe et les premières années du XIIIe siècle) et sont tous originaires de Normandie et même, plus précisément, du Cotentin. Le doyenné de Saint-Pair, patrie de l’auteur du Roman du Mont-Saint-Michel, est situé sur la côte ouest du Cotentin, à 30 kilomètres de l’archidiaconé de Coutances, ville d’origine de l’auteur du Roman des Franceis. Quant à la traduction de la Disciplina Clericalis, sa langue l’inscrit clairement dans la sphère normande continentale. Les deux derniers textes (la Chanson d’amour et Jouglet) ont peut-être été ajoutés un peu après, comme le laissent croire l’absence de décoration et le changement d’encre pour Jouglet. Ce caractère second par rapport aux autres textes a aussi une dimension géographique puisque ces deux textes ont un ancrage normand moins marqué. La Chanson d’amour est un poème de Robert de Blois, associé ailleurs (par une dédicace) à la famille Tyrel, seigneurs de Poix en Picardie, alors que le fabliau de Jouglet, présente une langue mixte où les traits picards côtoient les caractères normands. Ce dernier texte est cependant rattaché au monde normand par une variante propre à ce manuscrit qui attribue le texte à Colin Malet. Si ce nom semble a priori assez commun, il prend une couleur particulière dans le contexte régional qui est celui du manuscrit puisque la famille Malet était bien connue dans la région en qualité de seigneurs de Granville, fief situé à 3 kilomètres de Saint-Pair et pratiquement à égale distance (environ 25 kilomètres) d’Avranches et de Coutances. Le recueil semble ainsi se constituer d’abord autour d’un groupement de textes associés à un domaine géographique précis, entre l’Avranchin et le Cotentin.

Enjeux politiques de la mise en recueil

16Ces textes de natures somme toute fort différentes (récit de fondation d’un lieu de pèlerinage, traduction d’apocryphes chrétiens, roman satirique à visée politique, recueil de contes moraux et fabliau) seraient ainsi d’abord liés par l’ancrage normand – plus ou moins affirmé – de leurs auteurs. On peut néanmoins se demander ce qui a pu inciter à les recopier et à les réunir en recueil à la fin du XIIIe siècle et, plus précisément, autour de 1280. La première indication vient du roman placé en ouverture, le Roman du Mont-Saint-Michel, qui consacre une part importante de son deuxième livre (f. 24r-42r, v. 1379 à 2528) à la question de l’élection de l’abbé. Il cite notamment la lettre du pape Jean XIII qui menaçait d’excommunication quiconque s’interposerait dans le processus d’élection de l’abbé du Mont :

Uncor a il [le pape Jean XIII] plus commandé
Que esleisent li moine abé
De lor meison, tel com voldrunt
Ou d’autre leu, s’iloec n’en unt
Persone alcune convenable
A estre abé, et proufetable
L’eslection par lor esgart
Bien lor otreie de sa part.
Et se alcuns aler voleit
Encontre ce que il diseit,
De Dam-le-Deu l’escumenie
De la Virge, seinte Marie,
De seint Michel tot ensement
Et de toz seinz sanz finement. (f. 39r, v. 2293-2306)

  • 31 Léopold Delisle, « Mémoire sur les baillis du Cotentin », Mémoires de la Société des Antiquaires d (...)

17Or en 1280, la question de l’élection indépendante de l’abbé est particulièrement d’actualité. À la mort de l’abbé Nicolas Famigot, le 19 mars 1279, les moines ont élu leur frère Ranulphe de Thorigny. L’abbatiat de Ranulphe, deuxième du nom, a été très court (ou n’a peut-être même jamais été validé) puisque le 2 mars 1280, le monastère est toujours dépourvu d’abbé alors que le bailli Chrétien le Chambellan tient les assises d’Avranches où il reconnaît que l’église d’Agrouges dépend de l’abbaye de Marmoutier et non du Mont-Saint-Michel31.

18Il semble qu’il faille encore plus de huit mois avant que la question de l’élection d’un nouvel abbé ne resurgisse, cette fois après la mort de Ranulphe, puisque le mardi 19 novembre 1280, le prieur du Mont-Saint-Michel mande deux frères auprès de Philippe III le Hardi pour lui demander l’autorisation d’élire un successeur au frère Ranulphe :

  • 32 Original scellé conservé au Trésor des Chartes, Élections no 62, carton J. 345. Édité dans Neustri (...)

Illustrissimo domino suo Philippo, Dei gracia regi Francorum, sui devoti vel humiles oratores, frater Philippus, prior, et conventus monasterii Montis Sancti Michaelis in Periculo Maris, Abrincensis diocesis salutem. Cum per resignacionem fratris Nicholay (sic) Faingot, quondam abbatis nostri monasterii, dictum monasterium vacaverit, ac, a vestra regia majestate a nobis petita licentia eligendi et obtempta (sic) postmodum fratrem Ranulphum de Torigneyo commonachum nostrum, qui viam universe carnis est ingressus, elegerimus in abbatem, nos nostrumque monasterium propter vacationem in spiritualibus et temporalibus non modicam paciamur lesionem, vestram regiam majestatem per fratres Clementem de Torigneyo et Robertum de Velleyo commonachos nostros, exhibitores presencium sigillo nostro conventuali sigillatarum, quos ad hoc nostros constituimus procuratores et nuntios speciales et quemlibet eorum in solidum, exoramu in Domino Ihesu Christo, quatenus hac vice eligendi futurum abbatem nobis licenciam, vestri gracia concedatis. Valeat vestra majestas regia, quam Deus nobis et toti regno conservet jocundam et prosperam per tempora longiora. Datum in capitulo nostro apud Montem, anno Domini Mo CCo LXXXo, die martis post octabas Sancti Martini hyemalis32.

19Par ailleurs, si le frère Ranulphe est mort avant le 2 mars 1280, comme le laisse croire la vacance du siège abbatial aux assises d’Avranches, on peut se demander pourquoi il faut plus de huit mois avant de demander la permission de lui trouver un successeur. Sans doute l’indépendance du chapitre dans l’élection de l’abbé pouvait sembler difficilement conciliable avec la permission demandée au roi de France d’élire un nouvel abbé. Dans ce contexte, la décision de recopier le vieux Roman du Mont-Saint-Michel, avec ses longs développements sur l’élection de l’abbé, semble tout à fait d’actualité au printemps 1280.

  • 33 De Baronibus et aliis dominis Normannie de quibus dicebatur ipsos personis religiosis dare licenti (...)

20Quant au virulent Roman des Franceis, qui s’en prend assez crûment aux habitants du royaume de France, qualifiés notamment de poi fesanz et boens vanteors (v. 152), il s’inscrit aussi dans l’actualité de la fin des années 1270 qui voit se durcir la relation entre les barons de Normandie et le roi de France Philippe III le Hardi, notamment autour de la question des amortissements et des francs-fiefs. Les arrière-vassaux normands profitent ainsi de l’Échiquier de Pâques 1277 pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme une nouvelle taxe levée sur leurs terres33. La question de l’exemption des acquisitions cléricales était alors au cœur des débats et les moines du Mont-Saint-Michel n’étaient sans doute pas insensibles à ce débat qui animait les assemblées de l’Échiquier et qui contribuait à alimenter le sentiment antifrançais. À l’ancrage régional des auteurs du recueil (Guillaume de Saint-Pair, André de Coutances et, probablement, Colin Malet) s’ajoute une dimension d’actualité politique qui justifie de recopier ces textes particuliers et de les mettre en recueil précisément en 1280.

  • 34 À cette date, la liste semble plus traditionnelle qu’effective, puisque le titre de « duc de Norma (...)
  • 35 « Considerantes etiam quod duodecim parium qui in prædicto regno nostro antiquitis esse solebant, (...)

21Un dernier élément d’actualité politique se laisse deviner à travers la liste des pairs de France qui est donnée à la suite du Roman des Français (f. 132v). Le duc de Normandie y figure toujours, comme l’a d’ailleurs confirmé Philippe le Hardi dans une déclaration jointe à l’ordonnance de 127534, mais il n’occupe plus le premier rang des pairs laïques, dévolu dans la liste de notre manuscrit au Dux Burgondie. Il faudra attendre les lettres patentes du 6 septembre 1363 pour que le duc de Bourgogne devienne officiellement « premier pair de France », mais déjà en 1279, avec le mariage de Robert II de Bourgogne et d’Agnès de France, sœur du roi Philippe III, le Dux Normannie (titre que plus personne ne porte depuis 1259) est déclassé de facto. La liste du recueil normand en prend acte, mais contribue au moins à conserver le privilège de la pairie au duc de Normandie qui en sera bientôt privé de jure. En effet, en septembre 1297, Philippe le Bel prend acte de la caducité des titres de ducs de Normandie, de comte de Toulouse et de comte de Champagne (la Champagne a été annexée au domaine royal avec son accession au trône) et crée ainsi trois nouvelles pairies, pour le duc d’Anjou, le comte d’Artois et le duc de Bretagne. Il conserve ainsi le nombre hautement symbolique de douze pairs, ce qu’il revendique d’ailleurs explicitement en préambule aux lettres patentes érigeant les nouvelles pairies35.

22Le recueil du Mont-Saint-Michel répond à l’évidence à des considérations d’ordre géographique en contribuant à la conservation du patrimoine littéraire régional par la collection d’œuvres d’auteurs avranchais et cotentinais. Mais, plus généralement, le propos de ces textes trouve encore une résonance dans l’actualité politique du dernier quart du XIIIe siècle alors que les relations entre l’ancien duché de Normandie et le royaume de France ne sont pas encore totalement apaisées. Les revendications d’indépendance du Roman du Mont-Saint-Michel ou les propos anti-français du Roman des Français sont encore particulièrement d’actualité en 1280 et l’intérêt de recopier ces textes et de les mettre en recueil dépassait sans doute le simple devoir de mémoire et de conservation.

Enjeux littéraires de la mise en recueil

  • 36 Le terme de fiction se répand à compter du XIVe siècle précisément pour traduire le latin fabula e (...)

23Par-delà les enjeux géographiques et politiques, le recueil du Mont-Saint-Michel est un témoignage précieux de la place prise par la littérature vernaculaire dans l’espace public du XIIIe siècle. Le recueil de Londres ne se contente pas de participer à la « propagande » régionale de Normands en mal de reconnaissance depuis leur annexion à la France ou de moines jaloux de leurs privilèges ecclésiastiques ; il donne à lire la lutte que livraient les auteurs vernaculaires contre l’usurpation par les auteurs de fiction36, notamment arthurienne, du monopole de l’écriture « en roman ».

24Le Roman du Mont-Saint-Michel se présente comme un texte à l’usage des pelerins qui vunt al Munt (v. 1), avec une visée didactique très nette à l’intention des laïcs, entendus au sens médiéval de « ceux qui ne connaissent pas le latin » :

Por faire la apertement
Entendre a cels qui escient
N’unt de clerzie, l’a tornee
De latin tote et ordenee
Pars veirs romiens novelement
Molt en segrei, por son convent,
Un jovencels ; moine est del Munt
Deus en son reigne part li dunt ! (f. 1r, v. 9-16)

  • 37 On pourrait être tenté de comprendre le passage comme une référence à la forme et non aux destinat (...)
  • 38 Le terme, courant en provençal, est rare, voire inexistant ailleurs en ancien français. Le seul ex (...)

25Dans ce contexte, les destinataires (romiens, v. 13) se voient curieusement rapprochés de la forme même du texte (romanz, v. 20)37. Le mot romiens désigne les pèlerins (du bas-latin *romeus pour qualifier ceux qui prenaient la via romana, chemin de pèlerinage par excellence, FEW, X, 458b-461a). La langue vernaculaire et la visée didactico-religieuse sont ainsi imbriquées à l’aide d’un terme qui fait figure d’hapax en ancien français38.

  • 39 « Les autre[s] sunt en Normendie ; /Si est le mont, je n’en doubt mie » – f. 8v, v. 455-456.

26Pour rapprocher romans et romiens, Guillaume de Saint-Pair prend des armes qui ont bien servi par ailleurs – et singulièrement à la cour des Plantagenêts – au développement rapide de la nouvelle forme narrative vernaculaire en couplets d’octosyllabes. Non content d’adopter à son tour l’octosyllabe à rimes plates, il reprend aussi le contexte breton qui a largement contribué au succès considérable du Jersiais Robert Wace, son contemporain, qui a rédigé en 1155 un Roman de Brut, « translation » anglo-normande de l’Historia Regum Britaniæ de Geoffroy de Monmouth. Tout Normand qu’il soit, et revendiquant par ailleurs clairement le rattachement du Mont-Saint-Michel à la Normandie39, Guillaume de Saint-Pair ne résiste pas à la tentation de lancer le récit des origines du monastère en insistant sur la proximité d’Avranches et de la terre des aventures de Bretagne :

Desouz Avrenches vers Bretaigne,
Qui toz tens fu terre grifaine
Ert la forest de Quokelunde,
Don grant parole eirt par le munde. (f. 1v, v. 49-50)

27Le qualificatif grifaine a le double avantage de discréditer les Bretons et de suggérer un contexte inquiétant, propice à l’aventure. Qui plus est, Wace avait lui aussi qualifié les Bretons de la même manière dans son Roman de Rou :

Alains Fergant, quens de Bretaigne,
De Bretons mene grant compaigne,
Que moult par ert fiere et grifaigne,
Qui volentiers prent e gäaigne. (Wace, Le Roman de Rou, III, v. 8717)

28Guillaume de Saint-Pair n’hésite pas à rattacher encore plus directement son récit à l’univers arthurien en rapportant l’épisode de Tumbelaine, conformément à la version de Geoffroy de Monmouth et de Wace, mais en précisant que la jeune victime du géant du Mont-Saint-Michel était directement la nièce d’Arthur, alors que les auteurs « arthuriens » patentés n’en faisaient que la nièce du comte Hoël :

  • 40 Cf. Wace, Le Roman de Brut, éd. Ivor Arnold, Paris, 1938-1940 : « Niece Hoel Eleine out prise, / r (...)

Auquanz dient que niece esteit
Le rei Arur, qui’n prist grant dreit40. (f. 8r, v. 463-464)

29Le succès du Roman du Mont-Saint-Michel est ainsi, au moins indirectement, rattaché au corpus qui avait plus volontiers l’oreille des foules, ce dont se plaignent d’ailleurs de nombreux auteurs de littérature religieuse et didactique dès la fin du XIIe siècle. Frère Angier, par exemple, dans le prologue à sa traduction des Dialogues de saint Grégoire (au début du XIIIe siècle), déplore l’engouement pour les récits arthuriens et pour les chansons de geste qui se fait, croit-il, au détriment de l’attention portée aux Évangiles :

  • 41 Renato Orengo éd., Le Dialogue de saint Grégoire le Grand traduit par Angier, thèse dactylographié (...)

Les fables d’Artur de Bretaigne
Et le chançons de Charlemaigne
Plus sont cheries e meins viles
Que ne soient les Evangiles.
(Frère Angier, Dialogues de saint Grégoire, v. 29-36)41

30Le Roman du Mont-Saint-Michel confronte d’ailleurs clairement les expressions laïques de la joie et les chants sacrés des clercs qui accompagnent la dédicace de l’église. Les pèlerins qui viennent assister à la consécration le font en chantant des formes a priori profanes :

Les meschines e les vallez,
Chescuns d’els dist verz ou sonnez ;
Neis li viellart revunt chantant,
De leece funt tuit semblant. (f. 13v, v. 761-764)

31Les jongleurs s’adonnent simultanément aux mêmes formes d’expression :

Cil jugleor la ou il vunt,
Tuit lor vieles traites unt :
Laiz e sonnez vunt vielant. (f. 13v, v. 767-770)

32Quant aux évêques, fort nombreux, ils se livrent à des chants d’une autre nature :

Li evesques lor mestier funt :
A trait dient et belement,
Quer del haster n’i a nient.
Del jor i a a grant plenté
Chantei esteit attolite,
Les oreisons, la letanie. (f. 14v, v. 816-821)

33Tout le clergé est ainsi représenté, chantant non pas, comme les jongleurs, en s’accompagnant d’instruments, mais bien avec une source écrite qui sert de support au chant :

Li clerc cantent a gresillon,
Desoz chantoent li clerzon. (f. 16r, v. 917-918)

  • 42 Inventaire ou Catalogue des livres de l’ancienne bibliothèque du Louvre, fait en l’année 1373 par (...)
  • 43 La définition, vague, qu’en donne Francisque Michel, dans le glossaire de son édition (« sorte de (...)

34L’emploi que fait Guillaume de Saint-Pair de gresillon est relativement rare. Le terme est bien attesté au sens de « menottes, attaches de fer », mais le sens qu’il prend ici doit sans doute être rapproché de celui que l’on trouve dans l’Inventaire de la bibliothèque de Charles V (no 247) où il est associé à « un autre petit livret couvert de soie a une c[e]rure d’un gresillon42 ». Il s’agirait donc vraisemblablement chez Guillaume de Saint-Pair d’un emploi métonymique pour désigner un missel fermé par un lien muni d’une serrure43.

35On retrouve le même terme plus loin chez le moine normand, au moment où il détaille l’ordre et la nature des chants, mettant encore une fois en valeur la qualité des voix épiscopales :

Li evesque qui illuques sunt,
La messe chantent hautement.
Molt orguenoent richement
Cil chanteor, qui bien chantoent ;
Lor bones voiz illuec mostroent.
La kiriele fut chantee
Molt docement et orguenee,
Le gloire apres e le respons
E l’auleluie es gresillons ;
La sequence par fut si bien
Que nul n’i sout amender rien (f. 17r-17v, v. 986-996)

36Les précisions techniques sur la nature des chants et la forme latine que prennent cette fois les cantiques contribuent, quelques vers plus loin, à distinguer encore davantage la voix des clercs de celles des pèlerins et des jongleurs :

En treble chantent le Sanctus,
En quinte voiz dient l’Agnus. (f. 19r, v. 1093-1094)

37Aux lais et aux sonnets spontanés des jeunes gens et des jongleurs, Guillaume de Saint-Pair oppose les chants savamment harmonisés qui constituent l’ordinaire de la messe. Qui plus est, la vièle des jongleurs le cède ici à une source livresque dont le caractère exclusif est souligné, jusque dans son nom, par le mécanisme de protection qui la caractérise : l’étrange gresillon.

38Le rejet des sonnets et des formes profanes est encore plus net au début du texte suivant où l’auteur, André de Coutances, les associe directement au temps révolu de sa folle jeunesse :

Seignors, mestre André de Costances,
Qu’a mout amé sonez et dances,
Vos mande qu’il n’en a mes cure,
Que son aage qui maüre
Le semont d’aucun bien tretier
Qui doie plere et profitier. (f. 64va, v. 1-6)

  • 44 La terre de Tribehou (canton de Carentan) faisait partie de la baronnie du Hommet en Cotentin.

39La sagesse du grand âge qui ramène André de Coutances vers des sujets religieux (ici la traduction de l’Évangile de Nicodème) vient avec la conviction que la littérature, même celle en romanz, doit répondre à la double injonction : prodesse et delectare. Ce réalignement de la vocation « courtoise » d’une littérature en roman est d’autant plus sensible que l’ouvrage est dédié à une Dame (la dame de Tribehou44, présentée comme sa cousine) qui se distingue des autres dames par le fait qu’elle se soucie à la fois de Dieu et du siècle (Et a Deu et au secle encline, f. 65rb, v. 109).

  • 45 La recette d’onguent qui figure entre les deux a été ajoutée par une main différente.

40La Venjance Nostre Seigneur, qui vient à la suite de l’Évangile de Nicodème45, se donne explicitement comme une alternative aux « folles chansons » :

Je ne vos dirai pas d’Auchier ne de Constant
Ne ce n’est pas la fable Martin le neir veant
Ainz est de la venjance au Pere roiamant.
[…]
Baron, ceste chançon n’est mie de folie
D’Auquier ne de Costant ne de lor festerie
Dont il se guerreierent et porterent envie
Ainz est de la venjance au Fiz sainte Marie
Que Jues travallerent, la pute gent haïe. (f. 82r, v. 7-9 et 18-22)

  • 46 Sur l’identification précise de ces personnages, il faut se contenter de rapprochements avec d’aut (...)

41À travers deux constructions adversatives, le prologue de la Venjance pose alternativement ce que le texte n’est pas (Je ne vos dirai pas … ; Ceste chançon n’est mie…) et ce qu’il est (Ainz est…) : un texte qui oppose le sujet le plus saint qui soit (le Père roiamant, le Fiz saint Marie) à des personnages douteux de chanson de geste (Auquier, Costant et Martin le Neir veant)46. Le récit édifiant se donne ainsi à lire comme une manière de tourner le dos à la vanité des narrations profanes.

  • 47 Introduction à l’édition des Trois versions rimées de l’Évangile de Nicodème, p. XXVI.
  • 48 Le roi de France demande à son chambellan de s’assurer qu’il a « pullente aleine », ce dont ce der (...)

42Le caractère édifiant du Roman des Franceis, généralement attribué au même André de Coutances, est beaucoup moins évident que celui des textes précédents. Son inclusion dans le recueil procède sans doute de la volonté de regrouper les textes d’un même auteur (et qui plus est, d’un auteur de la région), tout en flattant le sentiment patriotique sous la forme d’une diatribe anti-française. Dans ce dessein, l’auteur revient encore à la figure d’Arthur dont il prend ici la défense contre les « fables » que les Français racontent à son sujet. D’après eux, le roi Arthur a été « boté » hors de France par Chapalu (f. 129va, v. 23), ici un simple chat qui se serait fait couronné roi d’Angleterre après l’échec d’Arthur sur le continent (f. 129va-129vb, v. 21-29). Le récit d’André se présente ainsi comme une tentative de rétablissement de la vérité par rapport aux fables mensongères colportées par des Français jaloux. André désigne son texte comme une « chartre » (f. 132va, v. 361, 373 et 385) qu’il envoie à Paris, prévenant cependant que celui qui la lira sus Petit Pont risque d’y laisser la tête (f. 132va, v. 362-369). Le Petit-Pont était réputé pour ses écoles, ce qui faisait croire à Gaston Paris et Alphonse Bos que, comme Wace, André de Coutances y aurait étudié à l’école ouverte par l’Anglais Adam47. Mais plus encore, le Petit-Pont était connu pour être le repaire des jongleurs et ménestrels, qui étaient d’ailleurs exemptés du péage contre un vers ou une chançon. Aux jongleurs parisiens qui s’arrogent le monopole du roman et détournent à leur profit les fables d’Arthur, André de Coutances destine une « chartre » chargée de rétablir les faits et de dire la vérité sur ces Français arrogants et radins, aux mœurs culinaires douteuses et dont l’haleine empeste l’ail48 !

43La dimension didactique du texte suivant, les Fables Pierre Aufors (l’une des traductions de la Disciplina clericalis) est plus affirmée, et même clairement revendiquée dès le prologue qui invite les auditeurs et les lecteurs à récolter les fruits de la sagesse à travers le deduiz de bels fableax (f. 133va, v. 93). Les deduiz et les chants stériles sont dénoncés en ouverture à travers une reprise de la fable de « La cigale et la fourmi ». Cette dernière fustige ainsi la cigale, ou plus exactement dans ce cas le criquet, qui se présente affamé à la porte de la sage fourmi :

– Sire crequet, dist li fourmiz,
Vos entendiez as deduiz,
Au chanter, a l’ esbaneier,
Et je au forment porchacier. (f. 134va, v. 209-212)

44L’auditeur/lecteur de ces fables tirées du latin en romanz (f. 133va, v. 85) doit, à l’instar de la fourmi, faire provision de sagesse, s’il ne veut pas, comme l’insouciant criquet, dépérir au point d’avoir fain as denz (f. 134va, v. 214).

45Au cœur même des contes, la nécessité de maintenir l’équilibre précaire entre plaisant et didactique est réaffirmée à travers le récit du Fableor qui réussit à déjouer le désir insatiable du roi pour de nouvelles histoires en lui contant l’histoire de deux mille brebis qui sautent à tour de rôle dans un bateau, jusqu’à ce que le conteur lui-même en tombe de sommeil. L’effet soporifique du conte (et du compte…) illustre la stérilité d’un récit qui n’a d’autres fins que le divertissement, ce que le fils reprend dans le récit-cadre en affirmant que les narrations du père (qui constituent la matière même de la Disciplina Clericalis) sont d’un autre ordre :

– Pere, ce dist le filz, merci,
Ne vait pas entre nos eissi :
Quer cil que les fables diseit,
De nule rien ne li esteit
Fors de tant qu’au rei peüst plaire ;
Ne li reis n’en aveit que faire,
Fors tant que il se delitout,
Ne cil por el ne li contout ; Mes vos me devez chastier
Et doctriner et enseignier,
Ne je por el nel vos demant,
Ne ne vos vaiz si enquerrant. (f. 146ra, v. 100-111)

46Le plaisir égoïste des conteurs (ne cil [le fableor] por el ne li contout), comme celui des auditeurs/lecteurs (fors tant que il se delitout) est dénoncé sans ambages et la justification de la fiction (pour doctriner et enseigner) affirmée avec force. Les défis qui se posent à ces nouveaux agents de la culture curiale et urbaine que sont jongleurs et fableors expliquent sans doute l’importance qu’ils occupent dans le recueil. Plusieurs contes mettent ainsi en scènes des versifieres (f. 139ra-140ra), un fableor (f. 145ra-145vb), des jongleurs (f. 160ra-160vb), sans compter le dialogue entre le père et le fils sur les clercs qui doivent résister aux attraits de chansons séduisantes chantées par les lecheors (f. 140ra-140rb).

  • 49 Paris, BnF Fr. 837, f. 116ra-118rb.

47Le dernier texte du recueil, celui dont la présence détonne particulièrement dans un codex qui s’ouvre sur le Roman du Mont Saint-Michel et l’Évangile de Nicodème, est un fabliau, parmi les plus scatologiques de tout le répertoire. Le fabliau de Jouglet, qu’on ne trouve que dans un seul autre manuscrit49, relate comment un jeune sot, marié par sa mère à la fille d’un riche vavasseur, est berné par un jongleur, le bien nommé Jouglet, qui convainc le futur époux de se gaver de poires avant sa nuit de noces. Les effets laxatifs vont, bien entendu, contrecarrer les ébats nuptiaux, mais la jeune épouse, plus rusée que son mari, se venge du trompeur en invitant le naïf Robin à se soulager sur la chemise, dans les braies, le seau d’eau et même le fourreau qui protège la vièle du jongleur. Couvert d’excréments, Jouglet s’enfuit, mais est arrêté à l’entrée d’une ville où l’on exige de lui un droit de passage. Au moment où les « vilains » sortent la vièle de son fourreau, le contenu organique se déverse sur eux. Difficile d’exprimer plus clairement que ce qui vient avec la vièle du jongleur n’est pas toujours du meilleur goût et qu’un vilain en mal de chansons peut vite se trouver « emboé/en la merde qui jus aval » (f. 178vb, v. 406-407). En dernier ressort, c’est le jongleur, violemment battu par les habitants de la ville, qui paie le prix de ses tromperies, ce que la morale du fabliau synthétise en intégrant un nom d’auteur que l’on ne trouve que dans le recueil du Mont-Saint-Michel :

Eissi fu conchié Juglet.
Segnors, ce dit Colin Malet :
Tel cuide conchier autrui
Qui assez miez conchie lui. (f. 178vb, v. 417-420)

  • 50 La réclame, partiellement effacée, est encore visible au f. 173v.
  • 51 Même les textes précédents n’étaient pas exempts d’allusions scatologiques. Ainsi, le Roman des Fr (...)

48L’ancrage local (à travers le patronyme qui évoque vraisemblablement, dans le contexte de ce recueil fortement régionalisé, la famille des seigneurs de Granville) est sans doute un élément qui explique l’ajout de ce texte au groupement précédent (autour des œuvres de Guillaume de Saint-Pair et d’André de Coutances). Le fabliau de Jouglet, ajouté par une autre main, ne serait donc pas un accident. Un nouveau cahier ayant été nécessaire pour compléter la Chanson d’amour de Robert de Blois50, une autre main a ajouté, non sans pertinence, l’un des textes les plus violents contre l’engeance des jongleurs, en prenant soin de l’attribuer à un auteur – ou à tout le moins de l’associer à un personnage – dont le patronyme s’inscrit parfaitement dans le paysage local. Qui plus est, le sujet même d’un fabliau sur un jongleur conchié s’inscrit parfaitement dans l’esprit critique déjà sensible dans les textes précédents. En s’attaquant aux œuvres des jongleurs avec leurs propres armes – la langue et les formes narratives romanes –, le recueil du Mont-Saint-Michel a le dernier mot dans la bataille pour l’appropriation d’une littérature en roman51. Pour peu qu’il propose une morale à travers les plaisirs de la fable, un livre, même vernaculaire, peut être digne d’être liber de thesauria Montis.

49Cet ouvrage, qui détonne néanmoins dans la Bibliothèque du Mont-Saint-Michel par le choix de la langue (vernaculaire) et par la nature (hétéroclite) des pièces qui le composent, invite le médiéviste à revenir au livre, comme objet, d’abord pour essayer de trouver un principe à l’organisation du codex, ce à quoi l’ancrage régional semble répondre de la manière la plus évidente. Par ailleurs, les auteurs du Cotentin et de l’Avranchais qui y sont réunis ont été recopiés près de cent ans après leur mort, dans le contexte particulier d’une élection difficile à l’abbatiat du mont Saint-Michel et de nouvelles tensions politiques entre l’Échiquier de Normandie et le roi de France. Le codex révèle ainsi son double rôle conservateur et utilitaire, ce dont témoignent d’ailleurs les recettes médicales qui y sont intégrées. Le livre conserve un savoir, mais un savoir parfois des plus pragmatiques appelé à être réactualisé par les lecteurs. Le bon usage du livre en roman préparé à l’attention de pèlerins, significativement – et exceptionnellement – désignés comme romiens, appelle aussi une position critique à l’égard d’une littérature « vaine et plaisante », celle de pur divertissement, qui dominait alors la production vernaculaire. En bonne dialectique et même « en vulgaire », le lecteur doit savoir lire pro et contra. La réponse qui se met ainsi en place dans la confrontation des textes n’est cependant contradictoire qu’en apparence : malgré la diversité générique, l’opposition ne se construit pas tant entre les textes du même recueil que contre une certaine image du jongleur profane, dénoncée tout au long du codex et fustigée avec une vigueur particulière avec l’ajout du fabliau de clôture.

50Par sa singularité, le codex de la Bibliothèque du Mont-Saint-Michel se révèle un lieu particulièrement propice à la réflexion sur la généricité médiévale, dans la mesure où la mise en relation des textes entre eux n’est pas le seul fruit du lecteur, mais qu’elle procède d’abord de prises de position critiques, au sein des textes mêmes, sur la littérature vernaculaire de leurs siècles. La mise en série de ces discours par l’organisateur (médiéval) du recueil offre un témoignage éloquent d’une réflexion précoce sur les atouts et les écueils qui ont accompagné le développement d’une littérature dans la langue commune. Il fallait sans doute toute la sagesse normande, dans un lieu par ailleurs doublement frontalier (entre Bretagne et Normandie, entre le ciel et la mer), pour que s’engage en roman, mais en contexte sacré, une démonstration sur la nécessaire double nature de la littérature vernaculaire qui, vue du Mont-Saint-Michel, ne trouvera son salut que si elle sait être tout à la fois plaisante et édifiante.

Notes

1 « Il s’agit de saisir les genres littéraires non comme genera (classes) dans un sens logique, mais comme groupes ou familles historiques. » – Hans-Robert Jauss, « Littérature médiévale et théorie des genres », Poétique, I, 1970, repris dans Théorie des genres, Paris, 1986, p. 42-43.

2 Ibidem, p. 49.

3 Ibidem, p. 69.

4 Ibidem, p. 59.

5 Sylvia Huot, From Song to Book: the Poetics of Writing in Old French Lyric and Lyrical Narrative Poetry, Ithaca, 1987; Ead., The Romance of the Rose and its Medieval Readers. Interpretation, Reception, Manuscript Transmission, Cambridge, 1993.

6 Pamela Gehrke, Saints and Scribes. Hagiography in its Manuscript Context, Berkeley, 1993.

7 Entre autres : Lori Walters, « Le rôle du scribe dans l’organisation des manuscrits de Chrétien de Troyes », Romania, 106, 1985, p. 303-325 ; Ead., « Manuscript Context of the Beaudous of Robert de Blois », Manuscripta, 1993, p. 179-192; Ead., « The formation of a Gauvain cycle in Chantilly Manuscript 472 », Neophilologus, 78, 1994, p. 29-43 ; Ead., « Parody and Moral Allegory in Chantilly ms. 472 », MLN 113/4, 1998, p. 937-950.

8 Keith Busby, Codex and Context: Reading Old French Narrative in Manuscripts, Amsterdam, 2002.

9 Voir, tout particulièrement, leur article programmatique : Wagih Azzam, Olivier Collet et Yasmina Foehr-Janssens, « Les manuscrits littéraires français : pour une sémiotique du recueil médiéval », Revue belge de philologie et d’histoire, 2005, p. 639-669. Voir aussi : Wagih Azzam et Olivier Collet, « Le manuscrit-recueil 3142 de la Bibliothèque de l’Arsenal. Mise en recueil et conscience littéraire au XIIIe siècle », Cahiers de civilisation médiévale, 44, 2001, p. 207-245 ; Id., « Le Conte du Graal de Chrétien de Troyes sous l’œil du XIIIe siècle : le témoignage d’un exemplaire atypique (Bürgerbibliothek Bern 354) », dans Ce est li fruis selonc la letre : mélanges offerts à Charles Méla, Paris, 2002, p. 69-93.

10 Elspeth Kennedy, « The Scribe as Editor », dans Mélanges de langue et de littérature du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à Jean Frappier, par ses collègues, ses élèves et ses amis. Genève, 1970 p. 523-531.

11 Le codex est composé de quinze cahiers de douze feuillets (lacunaire de deux folios dans le quatrième cahier, de trois dans le cinquième, et de deux dans le sixième) et d’un seizième et dernier cahier de six feuillets. Les réclames sont visibles à la fin de la plupart des cahiers et ont vraisemblablement été coupées par le couteau du relieur à la fin des premier et quatrième cahiers. Le début d’une œuvre ne correspond jamais (à l’exception du texte initial) avec le début d’un nouveau cahier.

12 Édition d’après ce manuscrit : Francisque Michel, Le Roman du Mont-Saint-Michel par Guillaume de Saint-Pair, avec une étude sur l’auteur par Eugène de Beaurepaire, Caen, 1856. Édition avec une transcription diplomatique du ms. Londres, B.L. Add. 26876 : Paul Redlich, Der Roman du Mont-Saint-Michel von Guillaume de S. Paier (sic), Marburg, 1894 (Ausgaben und Abhandlungen aus dem Gebiete der romanischen Philologie).

13 Éditions d’après ce manuscrit : Gaston Paris, Alphonse Bos, Trois versions rimées de l’Évangile Nicodème, Paris, 1885 (Société des Anciens Textes Français) ; R. Reinsch, « Maître André de Coutances, Le Roman de la résurrection de Jésus-Christ », Archiv für das Studium der neueren Sprachen, 34/64, 1880, p. 161-196.

14 Édition d’après le manuscrit Paris, BnF fr. 1374 : Loyal A.T. Gryting, The Oldest Version of the Twelfth-Century Poem La Venjance Nostre Seigneur, Ann Arbor, 1952.

15 Édition d’après ce manuscrit : Anthony J. Holden, « Le Roman des Franceis », dans Études de langue et de littérature du Moyen Âge offertes à Félix Lecoy, Paris, 1973, p. 213-233.

16 Édition d’après ce manuscrit : Reinsch, « Maître André… », p. 170-176 (f. 121v-125r) ; Tony Hunt, « Materia medica in Ms London B.L. Add. 10289 », Medioevo Romanzo, XIII, 1988, p. 27-37 (f. 125r-129r).

17 Édition d’après ce manuscrit : Reinsch, « Maître André… » p. 176 ; Hunt, « Materia… », p. 26.

18 Éditions d’après ce manuscrit : Alfons Hilka, Werner Söderhjelm, Petri Alfonsi Disciplina Clericalis, Helsingfors, 1922 (Französische Versbearbeitungen, 3) ; E. D. Montgomery Jr., Le Chastoiement d’un Père à son fils : A Critical Edition, Chapel Hill, 1971. Une édition de cette traduction, sans indication du choix du manuscrit de base, avait déjà été publiée : Jean Labouderie, Le Chastoiement d’un père à son fils, traduction en vers français de l’ouvrage de Pierre Alphonse, Paris, 1824 (Société des Bibliophiles français).

19 Édition d’après ce manuscrit : Jacob Ulrich, Robert de Blois. Sämmtliche Werke II, Berlin, 1891, p. 101-143.

20 Édition diplomatique d’après les deux manuscrits connus, suivie d’une édition critique : Willem Noomen, Nico van den Boogaard, Nouveau recueil complet des fabliaux, Assen, 1984, t. II, p. 187-214. Une première édition en avait été proposée : Anatole de Montaiglon, Gaston Raynaud, Recueil général et complet des fabliaux des XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1880, t. IV, p. 112-127.

21 Le manuscrit compte une autre illustration, au trait, représentant l’abbaye du Mont-Saint-Michel en flammes au folio 45v. Cette illustration est reproduite en couverture du présent volume.

22 Notamment, pour la version en prose française, Oxford, Queen’s College, 305, Paris, BnF fr. 187 et Paris, BnF fr. 23117.

23 L’Évangile de Nicodème est attribué à « mestre André de Coutances » et le Roman des Franceis à « mestre Andreu ».

24 Il serait passé en Angleterre, peut-être à la Révolution, puisqu’on le retrouve en 1836 lors de la vente de la collection de Sir Richard Heber (pars XI, lot 1702), où il est acheté par le British Museum qui l’ajoute à son catalogue en 1843. Le verso de la deuxième page de garde en conserve la trace (« Purchased at Heber’s sale Feb. 1836. Lot 1702 »). Sur la difficulté d’identifier ce manuscrit avec le numéro 206 de l’inventaire de Montfaucon (présenté comme un in-8o alors que le manuscrit Add. 10289 est un in-4o), voir : Hermann Varnhagen, « Zu den Hss. des Roman du Mont-Saint-Michel », Romanische Studien, 4, 1879-1880, p. 479-480.

25 Note sur la Bibliothèque du Mont-Saint-Michel.

26 Respectivement Avranches, B.M. 212 et B.M. 223.

27 Avranches, B.M. 244. Sur l’attribution à Thomas de Molay : Jacques Monfrin, « À propos du Tombel de Chartrose », Romania, 70, 1948, p. 245-251.

28 Scriptum in Villa Dolensi [Dol, Ille-et-Vilaine], per me fratrem Nicholaum de Launey, prior (sic) de Monte Dolis [Montdol, Ille-et-Vilaine], anno Domini 11, MmoIIIICmo uisecimo (sic) tercio, mense februarii. (Avranches, B.M. 244, f. 122r). Un ex-libris du XVe siècle permet de constater que le manuscrit a été rapidement intégré à la Bibliothèque du Mont Saint-Michel : Iste liber est de thesauraria Montis Sancti Michaelis in periculo maris Abrincis dyocesis (f. 122v).

29 Dans le seul autre manuscrit conservé du Roman du Mont Saint-Michel (Londres, British Library, Add. 26 876), la mention Anno octog’ n’est pas recopiée ; on trouve cependant à cet endroit un colophon en bonne et due forme : « Explicit expliceat ludere scriptor eat / Hic liber est scriptus qui scripsit fit benedictus. /Anno domini millesimo / Tricentesimo quadragesimo / Die mercurii post dominicam qua cantatur Leta[re] / Jerusalem factus fuit iste liber », c’est-à-dire le mercredi 21 mars 1341 (n. st.).

30 Yasmina Foehr-Janssens, en collaboration avec Hélène Bellon-Méguelle et Sophie Schaller Wu, « L’honneur de la clergie dans les Fables de Pierre Alphonse. À propos d’une des traductions françaises de la Disciplina clericalis », dans Courtly Literature and Clerical Culture, Tübingen, 2002, p. 149-160 ; Yasmina Foehr-Janssens, « Quelle fin pour un enseignement d’un père à son fils ? La clôture du texte dans les manuscrits des Fables Pierre Aufors (Chastoiement d’un père à son fils, version A) », dans Courtly Arts and the Arts of Courtliness, Brewer, 2006, p. 399-418.

31 Léopold Delisle, « Mémoire sur les baillis du Cotentin », Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XIX, Paris, 1851, p. 81.

32 Original scellé conservé au Trésor des Chartes, Élections no 62, carton J. 345. Édité dans Neustria pia, p. 391.

33 De Baronibus et aliis dominis Normannie de quibus dicebatur ipsos personis religiosis dare licentiam in ipsorum feodis et membris acquirendi domino Rege non requisito. Concordatum fuit quod dominus Rex erat in hujus saisina et quod in eadem teneretur donec dimitteret eam spontanea voluntate. (Arresta scaccarii Pasche, Anno Domini MoCColxxvijo). F. 15v. « Scaccarium Normannie sub regibus Francie », dans Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 2e série, 5e volume, Paris, 1846, t. XV, p. 150b.

34 À cette date, la liste semble plus traditionnelle qu’effective, puisque le titre de « duc de Normandie » n’est plus porté depuis que le roi Henri III d’Angleterre y a officiellement renoncé au Traité de Paris, en 1259. Il faudra attendre 1331 pour trouver un nouveau titulaire après que Philippe III eut accordé à son fils Jean le titre de duc de Normandie.

35 « Considerantes etiam quod duodecim parium qui in prædicto regno nostro antiquitis esse solebant, est adeo numerus diminutus, quod antiquus ejusdem regni status ex diminutione ejusmodi deformatus multipliciter videbatur […] » – Préambule à la lettre d’érection de l’Anjou en pairie par Philippe Le Bel : Athanase-Jean-Léger Jourdan, Decrusy, François-André Isembert éd., Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la Révolution de 1789, Paris, 1822, t. II, p. 710. « Considérant encore que le nombre des douze pairs qui, dans notre royaume, a été fixé anciennement et qu’il est aujourd’hui tellement diminué que l’ancien statut de notre royaume pourrait se voir déformé de plusieurs manières […] ».

36 Le terme de fiction se répand à compter du XIVe siècle précisément pour traduire le latin fabula et désigner les récits dénués de vérité qui avaient l’heur de plaire au plus grand nombre. Aux XIIe et XIIIe siècles, ces histoires « vaines et plaisantes », pour reprendre les termes célèbres de Jean Bodel, étaient le plus souvent désignées sous le nom de fable.

37 On pourrait être tenté de comprendre le passage comme une référence à la forme et non aux destinataires, mais cela supposerait de lire « vers » où nous avons clairement « veirs », c’est-à-dire « vrais, véritables ». L’autre manuscrit du Roman du Mont-Saint-Michel, plus récent, donne d’ailleurs du prologue une version distincte et remplace ce passage par la variante : « Un moyne la einsi estreite / Et mise en françeys du latin », ms. Londres, British Library, Add. 26876, f. 1a, v. 12-13).

38 Le terme, courant en provençal, est rare, voire inexistant ailleurs en ancien français. Le seul exemple cité par Godefroy vient de Girart de Roussillon, chanson de geste franco-provençale. Tobler-Lommatzsch n’en donnent aucun exemple. Sous la rubrique romieu, ils renvoient plutôt à des attestations du substantif romi, terme distinct, si l’on suit Jean-Luc Leclanche, puisqu’il se rattacherait à l’étymon arabe rumi, « chrétien » (Jean-Luc Leclanche, « Romi, rumi, roumi dans les textes français du Moyen Âge », dans Études de langue et de littérature du Moyen Âge offerts à Félix Lecoy, Paris, 1973, p. 293-299). Le Corpus de la littérature médiévale (banque de textes intégraux de près de 900 œuvres) ne compte qu’un seul exemple de la forme romien (aucun de romieu, la forme attendue) au sens de « romain », et non de « pèlerin » (dans le Mystère de Saint-Quentin composé par Jean Molinet vers 1450, éd. Henri Châtelain, Saint-Quentin, 1907, p. 13, v. 805).

39 « Les autre[s] sunt en Normendie ; /Si est le mont, je n’en doubt mie » – f. 8v, v. 455-456.

40 Cf. Wace, Le Roman de Brut, éd. Ivor Arnold, Paris, 1938-1940 : « Niece Hoel Eleine out prise, / ravie l’out, el munt l’out mise / Que l’um or saint Michiel apiele » (v. 11291-1293). Le comte Hoël étant lui-même le neveu d’Arthur (ibidem, v. 10107), l’affirmation de Guillaume de Saint-Pair n’est pas fausse (au sens général de « descendance » que niece pouvait avoir en ancien français), mais la filiation arthurienne est, chez lui, affirmée beaucoup plus fermement.

41 Renato Orengo éd., Le Dialogue de saint Grégoire le Grand traduit par Angier, thèse dactylographiée, Université de Zurich, 1969. Une traduction plus tardive (du début du XIVe siècle) s’en prend cette fois aux balivernes entourant les figures de Perceval et de Lancelot : « Ne Parcheval ne Lancelot, / Quer tout n’est fors trufle et menchonge. / Un coquart le trouva en songe / Qui tel folie fete en a/Que les menchonges ordena » – Sven Sandqvist éd., Le Dyalogue Saint Gregore, Lund, 1989, v. 46-50.

42 Inventaire ou Catalogue des livres de l’ancienne bibliothèque du Louvre, fait en l’année 1373 par Gilles Mallet. Précédé de la dissertation de Boivin le jeune sur la même bibliothèque sous les rois Charles V, Charles VI et Charles VII, Paris, 1836, p. 54.

43 La définition, vague, qu’en donne Francisque Michel, dans le glossaire de son édition (« sorte de chant ») n’est attestée nulle part et se rattache difficilement au sens général de gresillon (« menottes »). Godefroy ignore les attestations du Roman du Mont-Saint-Michel et Tobler-Lommatzsch, qui isolent les citations du Roman du Mont-Saint-Michel dans une notice indépendante, avancent prudemment que « es könnte aber auch eine Stelle in der Kirche sein » (t. IV, col. 628), ce qui n’est pas entièrement satisfaisant, comme ils le reconnaissent d’ailleurs, puisque la première occurrence concerne une procession.

44 La terre de Tribehou (canton de Carentan) faisait partie de la baronnie du Hommet en Cotentin.

45 La recette d’onguent qui figure entre les deux a été ajoutée par une main différente.

46 Sur l’identification précise de ces personnages, il faut se contenter de rapprochements avec d’autres noms connus ou supposés des textes perdus. Une allusion à Auchier se trouve aussi dans la branche V du Roman de Renart.

47 Introduction à l’édition des Trois versions rimées de l’Évangile de Nicodème, p. XXVI.

48 Le roi de France demande à son chambellan de s’assurer qu’il a « pullente aleine », ce dont ce dernier s’acquitte en préparant pour le roi un « plain vessel » d’ail (f. 130vb, v. 161-169).

49 Paris, BnF Fr. 837, f. 116ra-118rb.

50 La réclame, partiellement effacée, est encore visible au f. 173v.

51 Même les textes précédents n’étaient pas exempts d’allusions scatologiques. Ainsi, le Roman des Franceis précise que, face aux Anglais, Franceis merdement defendirent (f. 130ra, v. 70) avant d’user du même vocabulaire en relation avec la cupidité proverbiale des Français que l’on reconnaît, selon André de Coutance, « A tant merdes, a tant avex » (f. 132va, v. 359).

Auteur

Professeur au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal. Ses projets de recherche portent sur le développement de la forme romanesque entre le XIe et le XIIIe siècle. Il est l’auteur d’un ouvrage sur la construction de l’imaginaire érotique des premiers romanciers, Érotisme et merveilles dans le récit français des XIIe et XIIIe siècles (Champion, 2002). Depuis septembre 2000, il codirige le projet de thesaurus informatisé des motifs merveilleux initié par Francis Dubost à l’Université Montpellier 3 en 1995. Il est actuellement directeur de la revue Études françaises.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search