Version classiqueVersion mobile

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Du bon usage des recueils apocryphes

Les manuscrits Lyon, B.M. 622 et 456, et les éditions modernes des Prières ou Méditations de saint Anselme

Jean-François Cottier

Texte intégral

  • 1 Voir Jean Mabillon, Brèves réflexions sur quelques règles de l’histoire, édité par B. Barret-Kriege (...)
  • 2 Sur l’histoire de ces recueils, voir mon introduction dans Anima mea : Prières privées et textes de (...)

1À l’époque même où Jean Mabillon dans son De Re diplomatica (1681) jetait les bases d’une méthode de critique des documents qui confère au seul original un caractère d’authenticité1, un autre mauriste, Gabriel Gerberon, mettait la dernière main à son édition des œuvres complètes de saint Anselme. Mais son enthousiasme d’éditeur lui a fait mélanger textes authentiques et spuria, rendant par exemple le livret des Prières et Méditations tout à fait méconnaissable pour longtemps. Ainsi, depuis la diffusion du dernier manuscrit du livret supervisé par Anselme (c. 1105) jusqu’à l’édition mauriste de 1675, le recueil des 23 textes originaux (3 méditations, 19 prières et le prologue) grossit en « boule de neige », chaque époque apportant sa contribution en phases successives pour aboutir à l’édition prolixe d’une centaine de textes réalisée par dom Gerberon et reprise ensuite à l’identique dans le volume 158 de la Patrologie Latine de l’abbé Migne (Paris, 1853)2.

  • 3 André Wilmart, « Les méditations réunies sous le nom de saint Anselme », dans Auteurs spirituels et (...)

2À l’occasion de ce volume d’hommage à Denise Angers et à Joseph-Claude Poulin, tous les deux passionnés par l’étude des manuscrits médiévaux et par la critique des documents, j’aimerais reprendre les fils de mon enquête sur l’histoire mouvementée du livret des Prières ou Méditations d’Anselme en m’intéressant à deux manuscrits lyonnais à l’origine des éditions modernes réalisées à Lyon en 1630 par le jésuite Théophile Raynaud, puis à Paris en 1675 par dom Gerberon. Il s’agit d’une part du manuscrit Lyon, B.M., 622 témoin de la tradition complexe du XIVe siècle et le Lyon, B.M. 456 d’autre part, copié au XVIIe siècle pour Raynaud par Leo Allatius, alors scrittore de la Vaticane, et qui contient ce qu’Allatius a pu trouver d’anselmien dans les témoins qu’il conservait à la Bibliothèque Vaticane. En analysant en détail la composition de ces deux recueils, j’aimerais repenser la dernière étape de l’histoire du recueil apocryphe des Prières et Méditations d’Anselme du Bec, tout en analysant les principes de composition du manuscrit médiéval (Lyon, B.M. 622), exemplaire de luxe, à l’écriture très soignée, orné d’enluminures et de lettrines, et de la copie vaticane rédigée par Allatius (Lyon, B. M. 456), document de travail à l’écriture rapide et aux ratures et annotations nombreuses, mais qui semble posséder une structure plus nette que le jugement d’André Wilmart pouvait le laisser supposer3.

Prières et recueils de prières anselmiens

  • 4 André Wilmart, introduction à la traduction de dom A. Castel, Méditations et Prières de saint Ansel (...)
  • 5 Pierre Chastang, « L’archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen (...)
  • 6 Ibidem, p. 246.

3Toutefois, avant d’examiner plus en détail la composition de nos deux manuscrits lyonnais, il convient de faire quelques rappels sur l’histoire « plus compliquée que vraiment difficile4 » du recueil des Prières et Méditations de l’abbé du Bec. Cet ouvrage pose en effet la question de ce que Pierre Chastang appelle justement « l’archéologie des textes »5 en nous interrogeant non seulement sur l’intérêt potentiel de chacun des textes apocryphes pris séparément, mais aussi sur la constitution de recueils spirituels composites tout au long du Moyen Âge et de l’époque moderne. Il fallait, comme l’ont très bien fait dom Wilmart et dom Schmitt, retrouver les textes authentiques du livret original, mais cette volonté de retour à l’Urtext ne doit pas faire oublier « la tradition vivante du texte, spécifique aux civilisations du manuscrit »6 ainsi que la question même de la mise en recueils de textes parfois très disparates. En effet, puisqu’entre le XIIe siècle et le XXe siècle le livret anselmien n’a presque jamais été lu autrement que gonflé de ses ajouts apocryphes, il faut poursuivre l’étude des recueils composites pour tenter de comprendre leur logique propre et leur fonction religieuse, sociale ou littéraire. En ce sens, nos deux manuscrits, qui se présentent comme d’authentiques recueils anselmiens, sont deux témoins de cette histoire, témoins d’autant plus importants qu’ils sont à la base des éditions modernes largement diffusées ensuite par l’imprimerie.

  • 7 Il s’agit de la seconde fille de Guillaume le Conquérant qui mena une vie quasi religieuse sous la (...)
  • 8 Ep. 10 (1071), éd. Dom F. S. Schmitt, Sancti Anselmi Cantuariensis archiepiscopi opera omnia, Stutt (...)
  • 9 Med 1, éd. Michel Corbin, L’œuvre de saint Anselme de Cantorbéry, texte latin de Schmitt, introduct (...)
  • 10 Med 2, éd. Corbin, t. 5, p. 80 sq. : « Deploratio male amissæ uirginitatis ».
  • 11 Voir éd. Corbin, t. 5, p. 50-54 et p. 64-67, et Ep. 10, éd. Corbin, t. 6, p. 58, ll. 16-19 : « In O (...)
  • 12 Voir Anima mea, p. LXXIX-LXXXI.

4Leur forme même de « mélange » est d’ailleurs très médiévale, comme Anselme l’a illustré en personne quand il fit parvenir à la princesse Adélide (Adelais)7 un Florilège des Psaumes accompagné de sept prières. À l’instar de nombreuses femmes non mariées de l’aristocratie, cette dernière vivait en effet retirée dans une vie semi-monastique près du Bec, où, tout en gardant sa liberté, et sans s’astreindre à la rigueur austère de la vie conventuelle, elle suivait un mode de vie religieuse simplifié. Comme Anselme était alors prieur de l’abbaye voisine du Bec, elle s’adressa naturellement à lui pour qu’il lui fasse parvenir une sélection d’extraits du Psautier pour son usage privé. Le prieur accompagna son envoi d’une lettre dans laquelle il précise qu’à la suite du Florilège, il s’est permis d’ajouter sept Oraisons « dont la première doit plutôt être appelée méditation que prière8 », et qui traduit les sentiments du pécheur à la pensée du jugement final. Il ne peut s’agir dès lors que de la première Méditation9, la seconde, déploration sur la perte de la virginité, semblant sans doute ici hors de propos10 et la troisième ayant été composée bien plus tard à Lyon, vers 1099. Les Or 13 et 16, à saint Etienne et à sainte Marie-Madeleine sont ensuite nommément citées comme capables d’enflammer d’amour11. Quant aux quatre autres prières, elles doivent, comme la première méditation, mener l’âme au repentir et aux larmes. Si leur identification précise reste quelque peu délicate, on s’accorde aujourd’hui à penser qu’il s’agit des Or 8 à 1112.

  • 13 Chastang, « L’archéologie du texte médiéval… », p. 252.
  • 14 Voir Anima mea, p. CLXIV-CLXV : « Ce manuscrit célèbre contient une collection disparate des œuvres (...)
  • 15 Voir Anima mea, p. CXLII-CLXX, et Schmitt, 19842, t. 1, p. 132*-150*: « B. Die Gebete und Betrachtu (...)

5Cette pratique des recueils composites est également attestée par la tradition manuscrite la plus ancienne des Prières ou Méditations d’Anselme, puisqu’à côté de quelques exemplaires qui ne donnent que le livret anselmien authentique, beaucoup mélangent les textes anselmiens à d’autres compositions jugées similaires, et ce, dès le début du XIIe siècle. Mais alors qu’Anselme agissait en tant qu’auctor, en mettant en forme ses propres textes, ceux qui l’ont suivi en imitant son exemple agissaient seulement comme compilatores, leur travail étant assimilable alors à une activité d’herméneutique textuelle qui permet, comme le souligne encore Pierre Chastang, « d’actualiser, dans un nouveau contexte, le sens et la vérité du texte, sans pour autant résorber la signification attachée aux versions antérieures »13. Ainsi, le plus ancien témoin du recueil des prières d’Anselme, le manuscrit de Metz, B. M. 245, Saint-Arnoul (avant 1085) est déjà un livret composite, les treize prières primitives étant ajoutées à la suite d’une collection d’écrits de Jean de Fécamp14, et c’est essentiellement à travers des recueils composites15 que nous a été transmis l’ensemble de la tradition manuscrite des prières anselmiennes.

Le manuscrit Lyon, B.M. 622 et le recueil anselmien à la fin du Moyen Âge

  • 16 Voir Anima mea, p. XCII sq.
  • 17 Voir infra : annexe 2.
  • 18 « Les éditions anciennes et modernes des prières de saint Anselme », Comptes rendus des séances de (...)
  • 19 Voir Anima mea, p. CXI sq.
  • 20 A. Wilmart justifie cette hypothèse, par la présence dans ce groupe de la prière (gOr 73) à saint D (...)
  • 21 Sans pouvoir être exhaustif, on peu citer certains manuscrits rencontrés au cours de recherches : C (...)

6En effet, le mouvement d’amplification du recueil authentique entamé dès la mort d’Anselme, s’est poursuivi et amplifié pendant toute la fin du Moyen Âge. À côté de quelques rares exemplaires qui ont conservé le seul recueil authentique (A), et d’autres qui représentent les premiers recueils apocryphes (A + B)16, on voit naître à partir du XIIIe siècle, et surtout au XIVe siècle, de nouvelles compilations réalisées à partir des différents recueils anselmiens auxquels on ajoute encore de nouveaux textes (C). Ainsi, André Wilmart avait remarqué une collection qui aurait vu le jour à Cantorbéry vers le début du XIVe siècle, et qui, englobant les deux premiers types de recueils anselmiens17, aurait ajouté trente-sept pièces nouvelles, « première image de notre édition définitive18 ». J’ai déjà pu montrer cependant19 que cette hypothèse de travail n’est pas tout à fait exacte et que si effectivement une nouvelle collection a pu voir le jour dans les milieux bénédictins de Cantorbéry au début du XIVe siècle20, cette dernière n’a pas ajouté trente-sept pièces, mais vingt-quatre tout au plus ; en outre, si cette édition a pu connaître une certaine fortune, elle n’a pas empêché d’autres compilateurs d’établir leurs propres recueils de dévotion en puisant dans le matériel anselmien et en le modifiant à leur goût21. Il semble établi toutefois que cette nouvelle ligne d’édition est bien à l’origine des futures éditons imprimées du recueil des Prières ou Méditations de saint Anselme, même si, en ce qui concerne les témoins manuscrits de cette tradition, la moisson est moins abondante qu’on aurait pu l’espérer.

  • 22 Voir f. 312v : « Anno Domini MoCCCCoXLo, veneris XXII januarii, Johannes Novelli, revenditor libror (...)
  • 23 Voir infra Annexe 1.
  • 24 Prologue, Monologion, éd. Corbin, t. 1, p. 46, ll. 8-20.
  • 25 Voir Anima mea, p. XCI.

7D’autre part, si l’archétype de Cantorbéry est perdu, il semble que ce soit son image que nous conservions dans le manuscrit 622 de Lyon, qui est un exemplaire de luxe, provenant d’un atelier parisien du temps de Charles V (1338-1380), donné ensuite au chapitre de Toulouse par l’archevêque Pierre des Moulins (1439-1451)22. Ce qui est intéressant dans le cadre de cette étude, c’est que ce recueil a clairement été réalisé autour de la figure spirituelle de saint Anselme, comme le soulignent matériellement la rédaction d’une Vita Anselmi (très abrégée) au début du recueil23, et la présence de plusieurs enluminures représentant aux charnières du plan d’ensemble l’image du saint archevêque. Par ailleurs, tous les textes qui y sont recopiés sont présentés comme anselmiens, à l’exception du dernier texte qui est pour sa part attribué à Augustin, figure dont se revendique Anselme au début même du premier de ses grands ouvrages, le Monologion24, traité d’ailleurs contemporain des premières prières et méditations (1076)25.

Description du manuscrit26

  • 26 Voir la description plus sommaire du Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques d (...)
  • 27 Les vignettes des f. 137 et 267 sont presque identiques et présentent le même personnage en prière (...)
  • 28 Voir infra Annexe 1.

8Parchemin, XIVe siècle, 312 folios, 238 x 145 mm. Écriture gothique livresque d’une seule main, avec initiales de couleur, filigranes, lettrines et décor végétal (et 2 hybrides f. 1), et quelques enluminures, dont quatre représentations de saint Anselme : f. 1v (en archevêque trônant), f. 7r (méditant devant un livre ouvert sur un lutrin), f. 137r (à genoux en prière devant un autel au-dessus duquel apparaît la tête du Christ sortant du Ciel), f. 267r (à genoux, en prière, devant le Christ assis en majesté)27, une de la vierge à l’enfant (f. 84v) et une du Christ (f. 249v) ; reliure basane. Page de garde : abécédaire, « Ave Maria gratia plena, Dominus » ; f. 1 Courte biographie de s. Anselme28 ; f. 2-5 : Table des matières détaillée (le f. 6 est blanc) ; f. 312v, note d’une main postérieure, en gothique cursive.

  • 29 Table des matières, f. 2r.
  • 30 Pour un tableau des prières et méditations anselmiennes, voir infra annexe 2.
  • 31 Ce texte qui dans les recueils du XIIe siècle est assez clairement considéré comme une prière (orat (...)

Meditationes beati Anselmi Cantuariensis archiepiscopi29 f. 7-63v : Prologue (f. 7r) et I = gM130 (f. 7r-20v), II = Med 1 (gM2, f. 20v-23r), III = Med 2 (gM 3, f. 23r -26r), IV = Med 3 (gM 11, f. 26r-31v), V = PsMed 3 (gM 5, f. 31v-34r), VI = PsMed 5 (gM 4, f. 34-37v), VII = PsOr 3 (gM 6, f. 37v-41v)31, VIII = gM 12 (f. 41v-45v), IX = gM 9 (f. 45v-57r), X = gM 13 (f. 57r-64).

  • 32 Table des matières, f. 2v.

Item liber manualis eiusdem de salute anime, diuisus in VII capitula32 = gM 14 (f. 64r-69v) : « Incipit liber beati Anselmi Cantuariensis archiepiscopi, de salute anime, qui est Enchiridion uel Manuale dici potest. Prologus : ‘Dum in medio laqueorum…’ »

  • 33 Table des matières, f. 2v.

Item libellus eiusdem scriptus ad sororem suam, diuisus in tres partes33 = gM 15 (f. 69v-78r) : « Meditatio beati Anselmi, scripta ad sororem suam de preteritorum beneficiorum Christi memoria, de presencium experiencia et expectatorem futurorum : ‘Que ad dilectionem Dei excitant…’ » ; gM 16 (f. 78r-81r) : « Meditatio de presentibus beneficiis : ‘Non paruum estimo beneficium…’ ») ; gM 17 (f. 81r-84r) « Meditatio de futuris beneficiis Dei : ‘Qui autem prestat suis…’ »

  • 34 Table des matières, f. 2v.

Item libellus eiusdem de gaudiis et excellentiis beate Virginis Marie, diuisus in XX capitula34 « Liber beati Anselmi Cantuariensis archiepiscopi de gaudiis et excellenciis beate Virginis Marie : « ‘Supereminentem omni quod post hominem…’ ». ( = Eadmer : PL 159, 557 sq.) f. 84v-104.

  • 35 Table des matières, f. 3v.

Item liber eiusdem de quatuor uirtutibus cardinalibus et earum appenditiis que fuerunt in beata Virgine35 « Anselmus de quatuor uirtutibus que fuerunt in beata Maria : ‘Multi domine sancte Marie laudes…’ » ( = Eadmer : PL 159, 579 sq.) f. 104v-111r.

  • 36 Table des matières, f. 3v.
  • 37 Voir André Wilmart, « Les homélies attribuées à saint Anselme », Archives d’Histoire Doctrinale et (...)

Item expositio super euangelium36 « Omelia beati Anselmi super euangelium : ‘Intrauit Ihesus in quoddam castellum’(Lc X, 38) » ( = Hom 9, PL 158, 644 sq.)37 f. 111r-114v.

  • 38 Table des matières, f. 3v.

Item liber de beatitudine celestis patrie38 « Incipit prologus sancti Anselmi Cantuariensis archiepiscopi, in librum de beatitudine celestis patrie : ‘Multi homines, quibus non numquam boni mores…’ ». ( = Eadmer : PL 159, 587 sq.) f. 114v-120r ; Sequuntur septem dotes anime : « Item de septem bonis ad animam pertinentibus : ‘Sunt etiam alia que quidem…’ ». f. 120r-127r.

Item liber exhortationum eiusdem ad contemptum temporalium et desiderium eternorum per passos diuisus. « Liber exhortationum beati Anselmi ad contemptum temporalium et desiderium eternorum: ‘Quid agis, o homo…’ ». (PL 158, 677 sq.) f. 127r-136v.

f. 136v Expliciunt meditationes uel contemplationes, ac exhortationes uenerabilis Anselmi Cantuariensis archiepiscopi.

  • 39 Table des matières, f. 4r.
  • 40 Pour un tableau des prières et méditations anselmiennes, voir infra annexe 2.

Item liber orationum eiusdem diuisus in XLV capitula39 f. 136v Incipiunt eiusdem deuote orationes postea sequentes40: I= Or 1 (= gP 9, f. 137r-137v); II= PsOr 13a (= gP 10, f. 137v-142v); III= PsOr 13b (= gP 2, f. 142v-147v); IV= PsOr 7 (= gP 15, f. 147v-150v); V= PsMed 4 (= gP 3, f. 150v-152v); VI= PsOr 1 (gP 4, f. 152v-155r); VII= PsOr 2 (= gP 6, f. 155-157); VIII= gP 17 (f. 157v-160r); IX= gP 16 (f. 160v-163r); X= gP 18 (f. 163r-164v); XI= gP 19 (164v-167v); XII= gM 18 (f. 167v-172v); XIII= Or 2 (= gP 20, f. 172v-175r); XIV= gP 7 (f. 175v -176r); XV= PsOr 20 (= gP 12, f. 176v-178r); XVI= Or 18 (= gP 23, f. 178r-179v); XVII= Or 19 (= gP 24, f. 179r -181r); XVIII= gP 13 (f. 181r -181v); XIX= PsOr 13c (= gP 14, f. 181v-183v); XX= gP 1 (f. 183r-187r); XXI= gP 46 (f. 187r-190r); XXII= gP 47 (f. 190v-191v); XXIII= gP 48 (f. 191r -191v); XXIV= PsOr 9 (= gP 49, f. 191v -193v); XXV= Or 5 (= gP 50, f. 193v-195v); XXVI= Or 6 (= gP 51, f. 195r-196v); XXVII= Or 7 (= gP 52, f. 197r-202v); XXVIII= PsOr 17 (= gP 53, f. 202v-203r); XXIX= Or 4 (= gP 41, f. 203r-205r); XXX= gP 43 (f. 205r-207v); XXXI= PsOr 19 (= gP 62, f. 207v-208r); XXXII= Or 8 (= gP 63, f. 208r-211r); XXXIII= Or 9 (= gP 64, f. 211r-213v); XXXIV= Or 10 (= gP 65, f. 213v-220r); XXXV= PsOr 15 (= gP 66, f. 220r-222r); XXXVI= Or 11 (gP 67, f. 222r-224r); XXXVII= Or 12 (= gP 68, f. 224r-228r); XXVIII= Or 13 (= gP 69, f. 228r-232r); XXIX= gP 70 (f. 232r-234r); XL= Or 14 (= gP 71, f. 234r-239r); XLI= Or 15 (= gP 72, f. 239r-241r); XLII= gP 73 (f. 241r-243v); XLIII= Or 16 (= gP 74, f. 243v-246r); XLIV= Or 17 (= gP 75, f. 246r-248r); XLV= gP11 (f. 248r-249v).

  • 41 Table des matières, f. 5r.

Item XII orationes pertinent specialiter ad sacerdotes qui habent missas celebrare f. 249v Iste orationes sequentes pertinent ad sacerdotes tantum qui habent missam celebrare41: I= PsOr 4 (= gP 25, f. 249v-252v); II= PsOr 5 (= gP 26, f. 252v-255v); III= PsOr 6a (= gP 27, f. 255v-257v); IV= PsOr 6b (= gP 28, f. 257v- 259v); V= PsOr 8 (= gP 29, f. 259r-261v); VI= « Ignosce Domine, ignosce pie, ignosce miserie… »; VII= PsOr 22 (= gP 30, f. 261v-262v); VIII= PsOr 24 (= gP 31, f. 262v -263r); IX= PsOr 25 (= gP 32, f. 263r -263v); X= PsOr 23 (= gP 33, 263v -265v); XI= Or 3 (= gP 34, f. 264v -265r); XII= gP 35 (f. 265v).

f. 265v : « Expliciunt orationes beati Anselmi ».

  • 42 Représentant cette tradition, on peut citer également Marseille, 230 de Villeneuve-les-Avignon, ver (...)

Liber meditationum uel soliloquiorum beati Augustini, distinctus per XXXVII capitula : « Agnoscam te, Domine, cognitor meus… » (PL 40, 863 sq.)42, f. 266v-312.

  • 43 Par exemple Paris, BnF lat. 2821, provenant de l’abbaye de Conches en Normandie, XIVe s. : f. 30v-7 (...)
  • 44 Comme le manuscrit 284 du Corpus Christi College de Cambridge, remontant au début du XIVe s. et pro (...)
  • 45 Il s’agit des premiers mots du prologue anselmien (éd. Corbin, t. 5, p. 254).

9Ce qui est bien sûr remarquable dans la présentation matérielle et l’organisation interne de ce recueil, c’est son unité de forme (qualité et régularité de l’écriture, de l’ornementation et des enluminures) et de contenu, avec une division entre les Méditations et Prières d’Anselme (f. 2-265v, la table des matières des f. 2-5 leur étant uniquement consacrée), et les Soliloques attribués à Augustin qui occupent la fin du recueil à partir du f. 266v et pour lesquels il y a une nouvelle table des matières (f. 266rv). La vignette enluminée du f. 267, qui ouvre cette nouvelle section reprend en une seule image les vignettes des f. 137 et 249 et semble ainsi vouloir souligner l’unité d’inspiration entre les deux parties du recueil, clairement distinctes, mais inégales en importance. C’est pourquoi, même si les Soliloques sont ici attribués à Augustin, le patronage d’Anselme est encore clairement revendiqué et le jeu dynamique des images assure l’unité auctoriale de l’ouvrage de dévotion ainsi composé. Par ailleurs, l’autre élément remarquable est la claire distinction entre les Méditations et les Oraisons, particularité qui explique sans doute qu’à partir du XIVe siècle on trouve des recueils ne comportant plus que les Méditations43, et d’autres que les Oraisons44. Cette distinction est d’ailleurs justifiée par le titre du recueil donné par Anselme lui-même dès les premiers mots du prologue : « Orationes siue Meditationes quæ subscriptæ sunt45… ».

Les éditions modernes et le recueil composite d’Allatius46

  • 46 Pour cette partie, voir l’introduction générale de Schmitt, t. 1*, p. 9 sq. : « Die früheren Gesamt (...)
  • 47 Opera [et] tractatus beati Anselmi archiepiscopi Cantuarien [sis], ordinis sancti Benedicti, Nuremb (...)
  • 48 Omnia divi Anselmi Cantuariensis archiepiscopi, theologorum omnium sui temporis facile principis op (...)
  • 49 Diui Anselmi Archiepiscopi Cantuariensis Opera Omnia quatuor tomis comprehensa. : Hac ultima editio (...)

10Toutefois, à la fin du Moyen Âge c’est l’invention de l’imprimerie qui accéléra non seulement la diffusion, mais aussi la complexification du recueil anselmien des Prières ou Méditations. L’editio princeps (a) des prières apparaît dans la première édition générale des Opera et Tractatus de saint Anselme, réalisée par Petrus Danhauser et imprimée à ses frais chez Caspard Hochfeder à Nuremberg dès le 27 mars 149147. Cette édition comporte quatre prières authentiques (1 : Or 5 et 6 regroupées ; 12 : Med 1 ; 23 : Med 3), ainsi que quatre prières apocryphes (22 : PsOr 13 (gP 10, 2, 14 regroupées dans cet ordre même) et 25 : gM 9). C’est ce texte qui est repris à Strasbourg vers 1496, et à Bâle chez Jean Amerbach, en 1497. À Paris en 1544 et 154948, Antoine (Démocharès) de Mouchy, docteur en théologie de la Sorbonne, corrige les éditions précédentes en tentant de les remettre dans un ordre chronologique et logique. L’édition de Démocharès est alors reprise deux fois à Venise en 1547 et en 1549. L’édition suivante paraît en 1560 chez Maternus Cholin à Cologne, en trois volumes, le troisième reprenant l’édition parisienne. Enfin en 1612, toujours à Cologne, Jean Picard, chanoine de Saint-Victor de Paris, reprend et corrige cette dernière édition49. Toutefois, même s’il arrive à ces différents éditeurs de réviser les éditions antérieures ou d’y insérer à l’occasion des œuvres nouvelles, authentiques ou non, ils n’apportent aucun élément nouveau au corpus des prières parues dans l’editio princeps.

  • 50 Meditationes ad Patrem, PL 40, 901-909 = ch. I-IX des Méditations en 41 chapitres = PsOr 13 (gP 10, (...)

11Il existe une autre ligne d’édition (b), dont le point de départ est à Brescia en 1498, qui rapproche des méditations de saint Augustin, saint Anselme, saint Bernard et d’autres auteurs. L’édition des prières est fondée sur un exemplaire incomplet de type A : Med 3, 1 et 2 et Or 5, 6 et 7. En outre, cette ligne d’édition donne gM 9 et 14 comme des sermons de saint Bernard et rend à son véritable contexte PsOr 13, qui appartient aux Méditations attribuées à saint Augustin50. Cette édition de Brescia fut reprise à Paris (1510), Venise (1512 et 1520, où Or 7 fait défaut), et Lyon (1564, 1573 et 1587).

  • 51 Picard, 1612.
  • 52 En effet PsOr 13 et gM 9 appartiennent l’une à l’école de Jean de Fécamp, l’autre à Ekbert de Schön (...)

12Le jésuite Henri de Sommal est à l’origine d’une troisième ligne d’édition (c) parallèle pour l’ensemble à celle de Brescia et reprenant, pour les prières, l’édition de Nuremberg (a). Ainsi, elle possède Med 3 et PsOr 13 présentées comme étant d’Anselme, alors qu’il les fait précéder de l’édition complète des Méditations du pseudo-Augustin ! Cette édition publiée à Douai en 1608 va connaître une immense fortune bien qu’elle soit beaucoup moins originale que la précédente, et elle ne cessera pratiquement pas d’être réimprimée : Douai (1607, 1613, 1632), Lyon (1610, 1631, et 1660), Cologne (161451, 1621, 1629, 1631, 1649), Paris (1650), etc. Mais tout cela ne présente finalement que peu d’intérêt pour notre sujet, puisqu’à l’exception de la ligne d’édition de Brescia fidèle à la tradition anselmienne52, la Renaissance a négligé les richesses accumulées par la piété médiévale, faute de les apprécier à leur juste valeur.

  • 53 S. Anselmi archiepiscopi Cantuariensis Opera Omnia : Extraneis in sacros Libros Commentariis exoner (...)
  • 54 Sancti Anselmi ex Beccensi abbate Cantuariensis archiepiscopi opera : Nec non Eadmeri monachi Cantu (...)
  • 55 PL 158 et 159. Les Orationes siue Meditationes sont publiées dans le volume 158, 709-820 et 855-101 (...)
  • 56 Voir l’annotation f. 1 : « Has meditationes Romae ex bibliotheca Vaticana exscriptas transmisit Leo (...)
  • 57 Un autre signe de la nature de la copie de Lyon, est que l’on trouve dans les papiers Allatius à la (...)

13Mais les deux éditions modernes les plus importantes furent publiées en France au cours du XVIIe siècle. La première est l’œuvre du jésuite Théophile Raynaud, parue à Lyon en 1630 (d)53 ; la seconde celle du mauriste Gabriel Gerberon54, éditée à Paris en 1675 et réimprimée ensuite en 1721, toujours à Paris, dix ans après la mort du savant mauriste (e). J. P. Migne la reprit ensuite, dans un ordre à peine différent, dans sa Patrologie Latine en 185355. Il aurait été certainement moins préjudiciable pour la vérité de l’œuvre d’Anselme que le savant mauriste garde ses distances par rapport à l’édition de Raynaud qui contenait quatre-vingt-dix pièces réparties en six séries artificielles et inégales, certains textes étant même repris deux fois ! Étant donné la documentation que G. Gerberon avait sous la main, il aurait dû être capable de critiquer l’édition de 1630 fondée en partie sur le Lyon, B. M. 622, que l’on vient d’analyser, en partie sur le recueil que Leo Allatius, le scrittore de la Vaticane avait envoyé à Raynaud56, et qui contenait tout ce qu’Allatius avait pu trouver d’intéressant au Vatican. Cette copie d’Allatius est conservée à la Bibliothèque Municipale de Lyon sous le numéro 456. Il s’agit d’un petit cahier in 8o (283/206 mm) de 121 feuillets de papier avec reliure en vélin, rédigé dans une cursive classique très lisible, avec rubriques, divisions, ratures et annotations diverses qui sont les marques d’un exemplaire de travail57. Le texte a été relu et annoté par une autre main, sans doute celle de Raynaud préparant son édition et donnent des variantes de lecture en marge. Voici comment s’organise ce recueil :

  • 58 Voir Wilmart, Auteurs, p. 200, n. 3.
  • 59 Hildebert, Oratio devotissima ad tres personas sanctissimae trinitatis dans Erastus C. Benedict (éd (...)
  • 60 Charles de Remusat, Abélard, 1845, n. 203 : « Je préfère cette autre pièce intitulée Rhythme sur la (...)
  • 61 Note marginale : « Hec oratio ponenda est infra in signo D et sic prius ponatur oratio ad Patrem, d (...)

1) f. 1-35v

Meditatio super Miserere uenerabilis Anselmi Cantuariensis episcopi (PL 158, 821-854) : « Fortissime Deus spirituum universae carnis… » Cette copie du texte de la Meditatio super Miserere a l’intérêt d’apparier deux recensions dissemblables : l’une brève et probablement meilleure, qui correspond à l’édition parisienne de 1519, l’autre distinguée par une dizaine de passages qui lui sont propres et dont plusieurs constituent des développements considérables. Le texte imprimé par Migne, à la suite du cardinal Mai, reproduit cette rédaction prolixe58.

f. 36-121

Incipiunt Orationes, sive Meditationes valde devotae sancti Anselmi Cantuariensis :

2) f. 36-38v

« Terret me vita mea… » = Med 1.

3) f. 38v-41

Deploratio virginitatis amissae eiusdem : « Anima mea, anima erumnosa… » = Med 2.

4) f. 41-43

Pro venia impetranda oratio : « Suscipiat pietas tua, Domine Deus meus,… » : Voir A Companion to Anglo-Saxon Literature, Ph. Pulsiano – E. Treharne, Oxford-Malden, Blackwell, 2001, p. 223 (= Londres, B. L., Arundel 155, Cantorbéry, 1012-1023: f. 182r, ll. 1-12). Cette pièce n’est bien sûr pas une prière anselmienne, mais elle apparaît dans le Psautier Arundel dans un ensemble de prières adressées à Dieu et à ses saints suivant l’ordre hiérarchique habituel dans ce genre de contexte (f. 171r -192v). On trouve PsOr 14 (gP 8) au f. 175v du même manuscrit.

5) f. 43-45

Pro quotidianis defectibus : « Anima mea in angustiis est, et spiritus meus estuat… » = Isidore, Synonyma, I, 5, voir Cl. Di Sciacca, Isidore’s Synonyma in anglo-Saxon England, Toronto, UTP, 2008, p. 80.

6) f. 45-47v

Deploratio peccatorum cum obsecratione venie : « Tu multum indigens peccator homuncule… » = Or 14 (Oratio ad sanctum Nicolaum : « Peccator homuncule, tu multum indigens… »).

7) f. 47v-49v

Pro expellendo tedio et aequirendo sensu spirituali : « Heu quanto tempori languet anima mea… ».

8) f. 49v-51v

Pro spe, sine pro fiducia orandi capitulum : « Deus cuius bonitas non… ».

9) f. 52-52v

Pro scientia orandi capitulum : « Dominus indeficiens pietatis… ».

10) f. 52v-53

Pro doctrina cordis ad orandum capitulum : « Domine Iesu Christe, lux angelorum… ».

11) f. 53-54

Pro custodia et profictu quotidiano capitulum : « Domine Iesu Christe, esto mihi adiutor… ».

12) f. 54-54v

Oratio quotidiana capitulum : « Omnipotens et misericors Deus, Pater et bone Domine… ».

13) f. 54v-59

De virtute aut veritate salvationis capitulum : « Anima christiana, anima de gravi morte suscitata… » = Med 3 (éd. Schmitt, vol. 3, p. 84-88, ll. 1-127) ; Idem de eodem capitulo : « Ecce anima christiana, haec est virtus salvationis… » = Med 3 (ibidem, ll. 129-211).

14) f. 59-61

Pro constantia et conservatione bonorum capitulum : « Domine sancte Pater, omnipotens eterne Deus, qui fragilitatem conditionis hu mane… ».

15) f. 61-62

Contra antiqui hostis insidias capitulum : « Peccavi Domine, peccavi nimis, peccavi super… ».

16) f. 62-62v

Pro illuminatione intellectus capitulum : « Domine Deus noster, qui ut oremus hortaris (Aug., Conf. , VII, 2, 6, 9)… » : on retrouve cette prière atribuée à saint Augustin dans de nombreux livres d’heures (oratio sancti Augustini in nocte : Huntington Library, HM, 1344, XVIe siècle ; Hore beata virginis marie ad usum Sarum, Paris, 1503-1505 : Copenhague, KB, CMB Pergament 19 4o, f. 13) etc…

17) f. 62v-63v

Confessio peccatorum capitulum : « Ante maiestatem tuam tremens astans, Deus pie… ».

18) f. 63v-64

Contra tentationem carnis capitulum : « Pie Christe, cito resipiscere et conversus… ».

19) f. 64-73

Pro virtutibus augendis capitulum : « Domine Deus meus, da cordi meo te desiderare… » = PsOr 13a (gP 10) ; f. 68 Divisio « Invoco te Deus meus… » = PsOr 13b ( = gP 2a éd. Cottier, Anima mea, p. 170, ll. 160-236) ; f. 70 Divisio « Quid Rex meus, et Deus meus… » (ibidem, ll. 236-240) ; f. 70v Divisio « Est autem nate Dei in hac tua… » (ibidem, ll. 240-262) ; f. 71 Divisio « Ecce omnipotens pater Domini nostri… » (ibidem ll. 263-269) ; f. 71v Divisio : « Enumeravi nimis factis sanctissime… » (ibidem, ll. 269-284) ; f. 71v Divisio : « Ecce, Domine mi, Rex Deus omnipotens… » ( = gP 2 (fin) + gP 14 ibidem, ll. 236-335).

20) f. 73v-74

« Deus piissime, Deus clemens et misericors… » = gP 7.

21) f. 74-76

Rythme à la Trinité, Hildebert de Lavardin59 que Rémusat attribue pour sa part à Abélard60 ; f. 74-75v Ad Spiritum Sanctum oratio capitu-

lum : « Paraclite increatus neque factus neque natus/Patri consors… »61 ; f. 75v -76 Ad Patrem oratio tantam : « Alpha et omega, magne Deus Heli Heli Deus meus/Cuius virtus… » ; f. 76 Ad Filium oratio tantum : « Nati Patri coequalis, patri consubstantialis/Patris splendor… ».

22) f. 76v-77v

« Adonay Domine Deus Rex magne et mirabilis… » ; Divisio f. 76v « In virtute Misterii tui… » ; f. 77 « Propitiare Domine, propitiare mihi misero peccatori… » ; f. 77 Alia Divisio « Domine Deus pater omnipotens » ; f. 77v Divisio « Domine Deus omnipotens, qui illuminas… » [cette division est rayée car reprise juste en dessous avec un autre titre] : voir The Monastic Breviary of Hyde Abbey, Winchester = Oxford, Bodl. Libr., Rawlinson, Liturg. e. 1., f. 144v.

23) f. 77v-78

Ad Filium oratio ; f. 78 Divisio « Domine Deus omnipotens qui illuminas… » ; Divisio « Virtutum caelestius Deus, qui pia vota… ». On retrouve cette prière dans des livres d’heures (Huntington Library, HM, 1344, XVIe siècle) et dans de nombreux rituels magiques de protection.

24) f. 78-78v

Ad Filium oratio « Adoro te Domine Iesu Christe eterne, Creator et Restaurator… » ; f. 78v Alia Divisio « Adoro te in celo patri conregnantum… ».

25) f. 79-80

Commemorationis sepulcri Christi oratio : « Domine Iesu Christe filii Dei vivi… » ; f. 79 Alia Divisio : « Domine Iesu Christe ad te suspiro, te esurio… » ; f. 79v Divisio « Iesu benigne, gratias ago tibi… » ; Divisio : « Iuste et clemens obsecro ne me… ».

26) f. 80

Ad Filium oratio : « Domine Iesu Christe qui es via sine qua nemo venit ad patrem… ».

27) f. 80-81

De Sancto Spiritu oratio : « Eterne Spiritus omnipotens Deus… » ; f. 80v Divisio : « Precor et Sancte Spiritus… » ; Alia Divisio « Adesto mihi Sancte Spiritus… » ; Divisio « Sancte Spiritus, caritas Patris et Filii, fac me… » ; f. 81 Divisio « Sancte Spiritus qui ad Dominum, ad Deum nostrum… ».

28) f. 81-81v

De Sancto Spiritu oratio : « Veni Spiritus Sancte Paracliti, illuminator, sanctificator et vivificator… ».

29) f. 81v-83

Ad sanctam Trinitatem oratio : « Adesto Deus unus omnipotens, Pater et Filius et Spiritus Sanctus, qui non mortem… » ; f. 8v Divisio « Concede mihi queso… » ; f. 82 Divisio « Sancta et individua Tri nitas… » ; f. 82 : « Trine Deus et une… » ; f. 82 Divisio « Auxiliari mihi queso Domine… » ; f. 82v Alia divisio « Tibi pando cordis mei… » = gP 1.

30) f. 83-85v

Ad Christum oratio: « Domine Iesu Christe, Redemptio mea… » = Or 2 (gP 20) ; f. 84 Divisio : « Heu mihi, quia videre non potui Dominum Angelorum… ».

31) f. 85v-86v

Meditatio sancti Anselmi de Cruce sancta : « Ave Crux gloriosissima, omnium lignorum… » = PsOr 16 (gP 42).

32) f. 86v-86bv

Alia meditatio de sancta cruce « Sancta Crux per quam nobis ad memoriam… » = Or 4 (gP 41).

33) f. 86bv-87v

« Dulcis et benigne Domine Iesu Christe qui exhibuisti… » = Or 18 (gP 23).

34) f. 87v-89

« Omnipotens et pie Deus, Domine… » = Or 19 ( = gP 24).

35) f. 89-90

Ad Virginem Mariam: « Sancta et inter sanctos post Deum… »= Or 5 (gP 50).

36) f. 90-92

« Virgo mundo venerabilis… »= Or 6 (gP 51).

37) f. 92-93

« Maria, tu illa magna Maria… » = Or 7 (gP 52).

38) f. 93-96v

« O beata et benedicta Maria, aula universalis… »

39) f. 96v-98

« Singularis meriti, sola sine exemplo, Mater et Virgo… » = PsOr 9 (gP 49).

40) f. 98-100

Ad Matrem – Memoriale compassionis Matris Dei in filii eius passione : « Gloriosa Domina Virgo benedicta/Quanta tibi vulnera doloris sunt inflicta/… » ; f. 99 Recommandatio « Piarum o piissima per te consolemur/… ».

41) f. 100-101

De sancta Trinitate oratio : « Pater qui es ingenitus, Iesu fili beate/… ».

42) f. 101-103

« O Domina et sanctissima semper Virgo Maria… » ; f. 102 Divisio : « O mirandam divine dispensationis… » = gP 46.

43) f. 104-106

De sancto Ioanne Baptista meditatio « Sancte Ioannes, tu ille Ioannes, qui Dominum baptibasti… » ; f. 104v Divisio « O infelix et nimis infelix… » ; f. 105 Divisio « O nimis gravis angusta… » = Or 8 (gP 63).

44) f. 106v-108v

De sancto Petro apostolo meditatio « Sancte et benignissime Petri, fidelis pastor… » = Or 9 (gP 64).

45) f. 108v-112v

De sancto Paulo meditatio « Sancte Paule, tu magne Paule, tu ille… » ; f. 112v Divisio « Christe mater, qui… » = Or 10 (gP 65).

46) f. 112v-114

De sancto Andrea meditatio « Sancte et pie Andrea, ad pietatis… » = PsOr 15 (gP 66).

47) f. 114-116

De sancto Ioanne apostolo meditatio « Sancte et beate Ioannes, altissime et dilectissime… » = Or 11 (gP 67).

48) f. 116-119

Alia de sancto Ioanne : « Sancte Ioannes, tu ille Ioannes, unus de magnis discipulis… » = Or 12 (gP 68).

49) f. 119-120v

Ad sanctum Stephanum « Sancte Stephane, beate Stephane, benigne Stephane… » = Or 13 (gP 69).

50) f. 120v-121v

Alia oratio ad s. Stephanum « Dum enim insani innimici tui te… » ; f. 121v Explicit : « Anima mea, fac ut igne caritatis fragret frigida, anima mea ».

  • 62 Wilmart, Auteurs, p. 200, n. 3.

14Le jugement d’André Wilmart sur la composition de cette copie de travail était assez sévère : « … après la méditation sur le psaume L, toute une collection, très bigarrée, de prières attribuées de même à saint Anselme est transcrite (f. 36-121 ; 48 pièces)62 », et en effet, outre le fait que le scrittore ait mélangé sans aucun discernement textes authentiques et textes apocryphes, il n’a pas essayé non plus de classer les compositions qu’il recopiait suivant leur genre ou leur type de composition. Toutefois, un examen plus attentif de la disposition des textes retenus nous montre, je crois, qu’ils correspondent à la structure même de la hiérarchie céleste, suivant le modèle de composition des plus anciens libelli precum carolingiens, principe de composition qui sera aussi celui que retiendra dom Gerberon dans son édition ! Ainsi, les vingt premières pièces sont plutôt des méditations ou des prières méditatives adressées à Dieu ou au Christ, les vingt suivantes des Prières adressées aux trois personnes de la Trinité, à la Croix et à la Vierge, les dix dernières des prières à la Vierge et aux saints. Il est par ailleurs significatif que les pièces 21 et 41 qui ouvrent les « sections » 2 (Trinité, sainte Croix, Vierge), et 3 (Vierge, Saints), sont adressées explicitement à la Trinité, comme pour scander théologiquement la structure de ce recueil spirituel.

  • 63 Ibidem.
  • 64 Prières anciennes de l’Occident à la Mère du Sauveur, des origines à saint Anselme, Paris, 1963, p. (...)

15Mais d’autres questions se posent à propos de sa composition, et en particulier celle de ses sources au Vatican et celle de sa réception par le P. Raynaud. A. Wilmart pensait en effet que le Lyon 456 pouvait être en partie une copie d’une collection de prières conservées dans le Paris, BnF lat. 13605, f. 512-606v, manuscrit de Saint-Germain des Près, composé en Allemagne méridionale après 1451, connu sous le nom de codex Allatianus, « Allatius l’ayant possédé, puis vendu au procureur des Mauristes à Rome vers 168863 ». Mais l’identification du Sancti-Germani a Pratis 345 de Gerberon avec le BnF 13605 a été revue par Henri Barré64 au profit de BnF lat. 13285, l’hypothèse non vérifiée de Wilmart devenant dès lors caduque. Par ailleurs, comme la Bibliothèque Vaticane ne possédait à l’époque aucun témoin de la tradition anselmienne originale, l’une des sources principales du scrittore semble avoir été le Vatican, lat. 517 datant des années 1376-1425, mais cet aspect de la question mériterait une étude en soi.

  • 65 Voici ce que note en effet l’abbé Migne (PL 158, 819B : MONITUM IN OPUSCULUM SUBSEQUENS. (Edidit em (...)
  • 66 Voir Wilmart, Auteurs, p. 200, n. 3, et Jean-Baptiste Malou, S. Anselmi archiepiscopi Cantuariensis (...)

16Quant à la manière dont la copie a été reçue et lue à Lyon, une remarque de l’abbé Migne65 avant son édition de la Meditatio super Miserere nous permet de mieux l’évaluer. En effet, alors que la copie d’Allatius s’ouvre sur la Meditatio super Miserere (f. 1-35v), Raynaud ne l’a pas pour autant acceptée comme une pièce anselmienne, s’étant sans doute aperçu qu’elle se trouvait déjà dans la Bibliothèque des Pères avec une référence à Urbain IV66. Cette pièce qui n’avait pas été retenue davantage par dom Gerberon s’est quand même retrouvée dans l’édition de la Patrologie latine des œuvres d’Anselme, entre les Méditations et les Oraisons, à cause du manque de discernement du cardinal Angelo Mai, tout heureux d’affirmer en 1852 qu’il publiait un écrit remarquable et inédit de saint Anselme, publication reprise ensuite sans autre discussion par J.-P. Migne ! Raynaud et Gerberon se montrèrent plus critiques, comme on le voit aussi en comparant le nombre de prières copiées par Allatius à celles retenues par Raynaud :

  1. Meditationes gM 1, 2, 3, 11, 5, 4, 6, 12, 9, 13,

  2. gM14, 15, 16, 17,

  3. gM10.

  4. Alloquia coelestia gP 9, 10, 2, 15, 3, 4, 6, 17, 16, 18, 19, gM 18, gP 20, 7, 12, 23, 24, 13, 14, 1, 46-53, 41, 43, 62-75, 36, 25-29, 5, 30-35.

  5. Meditationes gM 19, 21

  6. Sagittae gP 11, gM 7

  • 67 Sur ces deux pièces, voir Wilmart, Auteurs, XII, p. 173-192.
  • 68 Les Méditations en 39 chapitres : PL 40, 941-42 = S. Anselme, Proslogion = gM 9 : PL 158, 814-820.
  • 69 PL 40, 943, voir Johan Machielsen, Clavis patristica pseudepigraphorum medii aevi [CPPM ], II B, no(...)
  • 70 Voir Machielsen, CPPM, II A, no 4b, p. 76-78, qui renvoie à Diethard Aschoff, « Der Pseudo-augustin (...)
  • 71 PL 176, 977 sq.
  • 72 PL 176, 951 sq. Voir Machielsen, CPPM, II B, no 3087, p. 712.
  • 73 Voir Jean Becquet, « Gérard Ithier », Dictionnaire de Spiritualité [DSp ], 6, 1967, 275-276 et Roge (...)
  • 74 Wilmart, Tradition, p. 65.
  • 75 Wilmart, Auteurs, XII, p. 194.
  • 76 Wilmart, Tradition, p. 64.
  • 77 Wilmart, Auteurs, XII, p. 199 et Tradition, p. 62.

17Par rapport à l’édition de Th. Raynaud, G. Gerberon n’a pas tiré parti des ressources qui étaient à sa disposition, et il s’est contenté de reviser la lettre du texte, d’ajouter quelques morceaux et de refondre l’ensemble. Son édition comporte le prologue, vingt et une méditations et soixante-quinze oraisons qui sont présentées selon la hiérarchie des personnes auxquelles elles s’adressent. Au total, Th. Raynaud a rajouté six nouvelles pièces, G. Gerberon une. Parmi les textes ajoutés dans l’édition lyonnaise, on trouve les gM 7 et 867. La gM 7, 1-2 est une compilation au second degré, puisqu’il s’agit des ch. VIII et IX des Méditations en trente-neuf chapitres du pseudo-Augustin68, formant les deux premiers paragraphes du De contritione cordis69, lui même composé à partir du pseudo-Augustin De spiritu et anima, que le Moyen Âge a cru être l’œuvre de Guillaume de Saint-Thierry (†1149) ou d’Alcher de Clairvaux (XIIe siècle)70, reprenant deux ouvrages de Hugues de Saint-Victor (†1141) le De modo orandi71 et le Soliloquium de arrha animæ72, mais dont on attribue maintenant les ch. 1-33 et 34-50 à un auteur anonyme vivant avant 1165, et les ch. 51-65 à Gérard Ithier (1188-1197), éditeur d’Hugues de Saint-Victor (†1141)73. Les gM 7, 3-4 et 8 reprennent la Tabula de pænitentiæ de Guillaume d’Auvergne, évêque de Paris de 1228 à 1249. La gP21, représente le ch. 10 des Méditations en quarante et un chapitres du Pseudo-Augustin, et est peut-être de Jean de Fécamp ; la gP 22 est une suite de courtes phrases extraites de l’Or 2, la plus appréciée des prières authentiques74. La gM 10 est anonyme75, de même que gP 11 qui est un double factice de Or 176. Quant à dom Gerberon, il rajouta gM 20 que dom Wilmart attribuait à Elmer de Cantorbéry77.

Conclusion

  • 78 « Les éditions anciennes et modernes des prières de saint Anselme », Comptes rendus des séances de (...)

18En 1923, André Wilmart exprimait un jugement sévère sur les éditeurs anciens des textes d’Anselme, jugement dans lequel il visait en particulier Th. Raynaud et G. Gerberon : « C’est cette fatalité sans doute, ce sont ces erreurs et ces oublis commis au point de départ, qui expliquent la faiblesse de l’édition aujourd’hui reçue. L’opinion manqua tout de suite d’un guide éclairé, et plus tard, on se trouva à la merci d’éditeurs incapables78. » Depuis, dom F. S. Schmitt a publié entre 1938 et 1961 une excellente édition critique des œuvres d’Anselme, au texte solide reposant sur des témoins manuscrits peu nombreux mais très bien choisis, édition qui laisse bien sûr de côté tous les textes apocryphes qui au fil des siècles avaient fini par rendre méconnaissable l’œuvre du Docteur Magnifique. Mais pour l’historien de la littérature, les recueils composites conservent tout leur intérêt parce qu’ils nous disent quelque chose sur la manière dont les textes médiévaux ont été lus et reçus au cours des siècles, tout en remettant en question notre propre rapport à « l’authentique ». En ce sens, les deux manuscrits lyonnais étudiés dans le cadre de cet article me semblent être des témoins particulièrement précieux de l’histoire d’un recueil qui joua un rôle considérable dans le développement de la littérature spirituelle médiévale et moderne. Chacun des deux recueils a été recopié avec soin, dans le but visible de célébrer une figure marquante de l’Église en tentant de n’oublier aucun de ses textes. Ni le livret médiéval (Lyon, 622), ni le recueil de la Vaticane (Lyon, 456) ne sont donc le fruit d’un hasard qui aurait fait recopier pêle-mêle textes anselmiens et textes apocryphes sans jugement et sans plan. La critique contemporaine peut interroger les choix qui ont été posés et peut même regretter certains errements du passé, mais ces recueils appartiennent eux aussi à l’histoire des textes et ils méritent qu’on en réévalue l’importance et la fonction.

Annexes

ANNEXES

1) Vita Anselmi (Lyon, B.M. 622, f. 1r-v)79

Anselmus Dei seruus, in Augusta ciuitate prope Alpes honestis parentibus ortus, et liberalibus scientiis traditus, uitam a iuuentute monasticam concupiuit. Mortua dehinc matre, que eum moribus et fide instituit, cum patrem nullo posset placare obsequio, clam abcedens et Alpes transiens, famosum in Normannia doctorem Lanfrancum Becci monachum, sub Herlewyno abbate, adiit plenius instruendus. Vbi gaudenter receptus, sub ipso Lanfranco scolas regendas suscipiens, cum uita et scientia non mediocriter proficeret, consilente beato Maurelio Rothomagensi archiepiscopo, ibidem monachus factus, tandem officium subiit prioratus. Qui mira prudentia et mansuetudine ac paciencia, omnium superesse emulorum animos ita compellauit quod, Lanfranco Cadomis abbate facto ac Herlewyno mortuo, ei succedere sit coactus. Dehinc magistro suo Lanfranco Cantuariensi archiepiscopo facto, et ad patres apposito, annuente Anglorum rege Willelmo secundo, licet omnimodis renitens, onus ibidem suscepit archipresulatus. Cumque ad iura Ecclesie recuperanda, manu mitteret ad forcia et regis uoluntati aut palatii non adquiesceret, graui ex hiis discordia inter eos exorta, ter tempore suo sedem adiit apostolicam, uictoriam inde finaliter reportando. Interfuit etiam concilio Barrensi, ubi/f. 1v /contra Grecos disputans de processione Spiritus Sancti, et eos confutans de eadem materia librum fecit. Concilio praeterea alio Rome affuit, ubi contra principes et laicos de inuest [it] uris ecclesiasticis sententia fuit latta. Demum, Willelmo rege mortuo et Henrico primo succedente, in Anglia post longum rediens exilium, concilium in sua celebrauit prouincia, inter cetera tunc decreta uxores uel concubinas primus ibi sacerdotibus interdicens. Tandem, post multa librorum uolumina subtiliter edita, et contemplationum ac orationum opuscula digesta, plenus operibus bonis et miraculis clarus monachus mercedem laborum suorum a summo recepit bonorum omnium premiatore, anno domini millesimo centesimo nono etatis sue LXXVIo et pontificatus XVIo. Sepultus fuit in ecclesia Christi Cantuariensis primo ad caput Lanfranci predecessoris sui, sed postea loculum suscepit in orientali ecclesie porticu digniorem. Eius uita et actus mirificos luculenter et diffuse descripsit primo frater Edmer monachus Cantuariensis, eius discipulus et socius indiuiduus. Sed Willelmus Malmesburiensis monachus in gestis Anglorum pontificum ea breuius compilauit.

2) Tableau des éditions

A :

Recueil authentique

A1 :

Recueil des dix-huit premières prières.

A2 :

Recueil conservant cinq prières anselmiennes80, plus tardives et moins bien attestées.

B :

Pièces apocryphes ajoutées au XIIe siècle.

B1 :

Prières et méditations de Raoul le moine.

B2 :

Prières ajoutées au recueil de Raoul, en contexte anselmien.

B3 :

Prières et méditations contenues dans les anthologies anselmiennes du XIIe siècle, en dehors des textes de Raoul.

C :

Textes du XIIIe et XIVe siècle. Ce sont ces nouveaux recueils, et en particulier la collection de Cantorbéry, qui vont fournir le dessin des éditions modernes.

a :

editio princeps de Caspard Hochfeder, Nuremberg 1491.

b :

édition de Brescia, 1498.

c :

édition de Henri de Sommal, Douai 1608.

d :

édition de Théophile Raynaud, Lyon 1630.

e :

édition de Gabriel Gerberon, Paris, 1675, reprise par Jean-Paul Migne en 1853.

PL :

Patrologie Latine, vol. 158.

Schmitt :

Dom F. S. Schmitt, Sancti Anselmi Cantuariensis archiepiscopi opera omnia, Stuttgart-Bad Canstatt, 19842, 2 t.-6 vol. (reprise de Sancti Anselmi cantuariensis archiepiscopi opera omnia, I-VI, Seckau-Rome-Édimbourg, 1938-1961 ; avec adjonction des Prolegomena seu ratio editionis, 1968, t. 1 *, p. 1-244).

Cottier :

Anima mea : Prières privées et textes de dévotion du Moyen Âge latin. Autour des Prières ou méditations attribuées à saint Anselme de Cantorbéry (XIe-XIIe siècle), Turnhout, Brepols, 2001.

Edition Gerberon-Migne

PL

Incipit

Schmitt

Cottier

Prologue

Orationes siue meditationes quæ subscriptæ sunt…

Prologue

Méditations

gM 1

Euigila, anima mea, euigila ; exerce spiritum tuum…

gM 2

Terret me uita mea. Namque diligenter…

Med 1

gM 3

Anima mea, anima ærumnosa, anima…

Med 2

gM 4

Anima mea, anima misera et feda, diligenter…

PsMed 5

gM 5

Cum anima manet in corpore…

PsMed 3

gM 6

Cum ad peccata quæ feci respicio…

PsOr 3

gM 7

Nihil certius morte, nihil hora mortis incertius…

gM 8

Respice obsecro, sancte Pater omnipotens…

gM 9

Ihesum Nazarenum a Iudæis innocenter…

gM 10

Dulcis Ihesus in inclinatione capitis et morte…

gM 11

Anima Christiana, anima de graui morte.…

Med 3

gM 12

Iucunditate, pietate, utilitate redundat plene…

gM 13

Verbum secretum mihi est ad te…

gM 14

Quoniam in medio laqueorum positi sumus…

gM 15

Quæ ad dilectionem Dei excitant…

gM 16

Non paruum æstimo beneficium, quo Deus…

gM 17

Qui autem præstat suis tanta in præsenti…

gM 18

Spes mea, Christe Deus, hominum tu dulcis amator…

gM 19

Dum considero quid sit Deus, quam dulcis natura…

PsMed 1 et 2

gM 20

Non sufficit, Domine, non sufficit peccatore…

gM 21

Fiat nunc, homuncio, fuge paululum…

PL

Incipit

Schmitt Cottier

Prières

Prière à la Trinité

gP 1

Adesto, sancta Trinitas, Deus unus…

Prières à Dieu

gP 2

Inuoco te, Deus meus, inuoco te…

PsOr 13, b

gP 3

Domine Deus meus in te speraui, saluum me fac…

PsMed 4

gP 4

Altissime et mitissime amator Deus hominum…

PsOr 2

gP 5

Ignosce, Domine, ignosce pie, ignosce et miserere…

gP 6

Miserere mei Deus, secundum magnam…

PsOr 3

gP 7

Deus piissime Deus clemens et misericors…

gP 8

Deus inæstimabilis misericordiæ…

PsOr 14

gP 9

Omnipotens Deus et misericors Pater…

Or 1

gP 10

Domine Deus meus, da cordi meo…

PsOr 13, a

gP 11

Domine Deus, omnipotens Pater, et bone Deus…

gP 12

Tibi ago laudes et gratias, Deus meus…

PsOr 20

gP 13

Dominator Domine Deus, qui mirabiliter…

Prière au Saint-Esprit

gP 14

O iam et diuini amor numinis, Patris omnipotentis…

PsOr 13, c

Prières au Christ

gP 15

Ad te, dulcissime Domine Ihesu, qui fons pietatis…

PsOr 7

gP 16

Christe Domine, Verbum Patris, qui uenisti…

gP 17

Ihesu nostra redemptio, amor et desiderium…

gP 18

Ihesu Domine, Ihesu pie, qui mori dignatus es…

gP 19

Christe Domine, uirtus et sapientia Patris…

gP 20

Domine Ihesu Christe, redemptio mea…

Or 2

gP 21

Scio, Domine Ihesu Christe, scio et fateor…

gP 22

Domine Ihesu Christe Redemptor meus…

gP 23

Dulcis et benigne Domine Ihesu Christe…

Or 18

gP 24

Omnipotens et pie Domine, Ihesu Christe, quem opto…

Or 19

Prières du prêtre / Prières d’apologie

gP 25

Dulcissime et benignissime Domine Ihesu Christe…

PsOr 4

gP 26

Summe Sacerdos et maior ceteris sacerdotibus…

PsOr 5

gP 27

Dulcissime et super omnia desideranda…

PsOr 6, a

gP 28

O dulcissime Domine Ihesu Christe…

PsOr 6, b

gP 29

Summe Sacerdos et uere Pontifex…

PsOr 8

gP 30

Impellit nos, Domine, ministrandi officium…

PsOr 22

gP 31

Conscientia quidem trepidi…

PsOr 24

gP 32

Conscientia culpabilis uitæ trepidus…

PsOr 25

gP 33

Si tantum, Domine, nostræ reatum…

PsOr 23

gP 34

Domine Ihesu Christe, qui Patre disponente…

Or 3

gP 35

Domine Ihesu Christe Fili Dei uiui, qui ex uoluntate…

PL

Incipit

Schmitt

Cottier

Prières à Dieu ou au Christ et à tous les saints

gP 36

Domine Deus omnipotens, æterne et ineffabilis…

gP 37

Domine Ihesu benignissime, fons uitæ…

PsOr 27

gP 38

Domine Ihesu Christe, dulcissime…

PsOr 28

gP 39

Domine Ihesu Christe, Fili Dei uiui, Dominus…

PsOr 26

gP 40

Deus Pater credentium/Saluus in te…

PsOr 11

Prières à la Croix

gP 41

Sancta Crux, per quam nobis ad memoriam…

Or 4

gP 42

Aue gloriosissima omnium lignorum…

PsOr 16

gP 43

Salue Crux sancta, salus et uita mea…

gP 44

Aue Crux sancta, uirtus nostra. Aue Crux adoranda…

gP 45

Salua me, sancta Crux, quæ in corpore Christi…

Prières à la Vierge

gP 46

O beatissima et sanctissima semper uirgo Maria…

gP 47

Beatissima Dei genitrix et uirgo perpetua Maria…

gP 48

Sancta et gloriosa Dei genitrix, semperque uirgo Maria…

gP 49

Singularis meriti sola sine exemplo…

PsOr 9

gP 50

Sancta et inter sanctos post Deum singulariter…

Or 5

gP 51

Virgo mundo uenerabilis, Mater humano generi…

Or 6

gP 52

Maria, tu illa magna Maria…

Or 7

gP 53

O intemerata et in æternum benedicta…

PsOr 17

gP 54

O sancta, o benedicta, in necessitatibus nostris adesse…

gP 55

O alma uirgo Maria, tanto omnibus angelorum spiritibus…

gP 56

Dignare me laudare te, uirgo sacrata ; da mihi uirtutem…

gP 57

Precor te, Virgo dulcissima, per merita tuæ…

gP 58

Virgo sanctissima, da mihi uirtutem per merita…

gP 59

O uirgo serenissima, per merita tuæ piissimæ purificationis…

gP 60

Virgo serenissima, Dei genitrix sancta Maria…

gP 61

Maria templum Domini/Sacrarium…

PsOr 12

Prières à l’Ange gardien

gP 62

Obsecro te, angelice spiritus…

PsOr 19

Prières aux saints

gP 63

Sancte Iohannes, tu ille Iohannes qui Deum…

Or 8

gP 64

Sancte et benignissime Petre, fidelis pastor…

Or 9

gP 65

Sancte Paule, tu magne Paule ; tu ille qui…

Or 10

gP 66

Sancte et pie Andrea, ad pietatis tuæ…

PsOr 15

gP 67

Sancte et beate Iohannes, altissime euangelistarum…

Or 11

gP 68

Sancte Iohannes, tu ille Iohannes, unus de magnis…

Or 12

gP 69

Sancte Stephane, beate Stephane, benigne…

Or 13

gP 70

Beatissime martyr ac feruentissime Saluatoris…

gP 71

Peccator homuncule, tu multum indigens…

Or 14

gP 72

Sancte et beate Benedicte, quem tam opulenta…

Or 15

gP 73

Sancte Dunstane, dulcis ad inuocandum…

gP 74

Sancta Maria Magdalene, quæ cum fonte…

Or 16

gP 75

Sancte N., pie N., beate N., unus de gloriosis…

Or 17

Notes

1 Voir Jean Mabillon, Brèves réflexions sur quelques règles de l’histoire, édité par B. Barret-Kriegel, Paris, c. 1990.

2 Sur l’histoire de ces recueils, voir mon introduction dans Anima mea : Prières privées et textes de dévotion du Moyen Âge latin. Autour des Prières ou méditations attribuées à saint Anselme de Cantorbéry (XIe-XIIe siècle), Turnhout, 2001, p. LXXIII-CXXX. Sur Anselme éditeur de ses textes, voir la très récente synthèse de Richard Sharpe, « Anselm as Author : Publishing in the Late Eleventh Century », Journal of Medieval Latin 19, 2009, p. 1‑87.

3 André Wilmart, « Les méditations réunies sous le nom de saint Anselme », dans Auteurs spirituels et textes dévots du Moyen Âge latin. Études d’histoire littéraire, Paris, 1932, p. 200, n. 3 [désormais Auteurs ], et infra.

4 André Wilmart, introduction à la traduction de dom A. Castel, Méditations et Prières de saint Anselme, Paris-Maredsous, 1923 (Pax, 11), p. 1.

5 Pierre Chastang, « L’archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge », Annales, Histoire Sciences sociale, 63/2, 2008, p. 245-270.

6 Ibidem, p. 246.

7 Il s’agit de la seconde fille de Guillaume le Conquérant qui mena une vie quasi religieuse sous la protection de Roger de Beaumont. Voir Anima mea, p. LXXIX-LXXX et Rachel Fulton, « Praying with Anselm at Admont : A Meditation on Practice », Speculum 81, 2006, p. 712.

8 Ep. 10 (1071), éd. Dom F. S. Schmitt, Sancti Anselmi Cantuariensis archiepiscopi opera omnia, Stuttgart-Bad Canstatt, 19842, 2 t.-6 vol. (reprise de Sancti Anselmi cantuariensis archiepiscopi opera omnia, I-VI, Seckau-Rome-Édimbourg, 1938-1961; avec adjonction des Prolegomena seu ratio editionis, 1968, t. 1*, p. 1-244; [ Schmitt]), vol. 3, p. 113 l. 13: « Quarum prima non tantum oratio quam meditatio dicenda est […] »

9 Med 1, éd. Michel Corbin, L’œuvre de saint Anselme de Cantorbéry, texte latin de Schmitt, introduction et traduction française, Paris, 1988, t. 5, p. 76-79 [Corbin].

10 Med 2, éd. Corbin, t. 5, p. 80 sq. : « Deploratio male amissæ uirginitatis ».

11 Voir éd. Corbin, t. 5, p. 50-54 et p. 64-67, et Ep. 10, éd. Corbin, t. 6, p. 58, ll. 16-19 : « In Orationibus uero sancti STEPHANI et sanctæ MARIÆ MAGDALENÆ quædam sunt, quæ si intimo corde dicantur, cum vacat, plus tendunt ad accendendum amorem » : « Mais dans les prières à saint Étienne et à sainte Marie Madeleine, il y a des choses, qui si elles sont dites du fond du cœur, tandis qu’on se recueille, tendent davantage à enflammer l’amour ».

12 Voir Anima mea, p. LXXIX-LXXXI.

13 Chastang, « L’archéologie du texte médiéval… », p. 252.

14 Voir Anima mea, p. CLXIV-CLXV : « Ce manuscrit célèbre contient une collection disparate des œuvres de Jean de Fécamp, à laquelle on a ajouté par la suite des documents concernant l’abbaye Saint-Arnoul et quatorze prières authentiques d’Anselme (f. 1 à 8 et 98v à 119). La partie primitive du manuscrit donne aux f. 11-35 le Libellus de scripturis et uerbis patrum de contemplatiua uita de Jean de Fécamp, avec les quatre prières qui l’accompagnent ; aux f. 38-98, un second recueil que Mabillon nomme Libellus alter. Ce dernier comporte la Confessio theologica (f. 38-48), et une série de onze prières, dont : 1) (f. 48) les versiculi édités par A. Wilmart ; 2) (f. 48v) une oratio de uitiis et uirtutibus qui est d’Ambroise Autpert mais où sont interpolés des passages de Jeannnelin ; 4) (f. 56) une humilis confessio qui intégrera plus tard gP 5 du corpus anselmien et le ch. 34 des Méditations en 41 chapitres ; 6) (f. 57) l’oraison Summe sacerdos qui est notre PsOr 8 ; 8) (f. 67) une Confessio qui sera le ch. XXXVIII des Méditations ; 10) (f. 85) notre PsOr 13, qui deviendra par la suite les chapitres 1-9 des Méditations en 41 chapitres, et 11) (f. 93-98) des Gratiarum actiones qui deviendront plus tard gM 18. Par ailleurs, une main a ajouté aux f. 1 à 8, une histoire du monastère de Saint-Arnoul et l’Or 14 adressée ici à saint Nicolas (f. 5v -7v) ; une autre main aux f. 98v à 119, des documents relatifs à l’abbaye – dont la copie d’un acte daté de 1084 (f. 102v), ainsi que douze autres prières authentiques d’Anselme : Or 6, 2, 15, 18, 19 ; Med 1 ; Or 5, 7, 16, 8, 9 et 11 (f. 103 à 119).

15 Voir Anima mea, p. CXLII-CLXX, et Schmitt, 19842, t. 1, p. 132*-150*: « B. Die Gebete und Betrachtungen ».

16 Voir Anima mea, p. XCII sq.

17 Voir infra : annexe 2.

18 « Les éditions anciennes et modernes des prières de saint Anselme », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, année 1923, Paris, 1923, p. 159, et « La tradition des Prières de saint Anselme. Tables et notes », RB, 36, 1924, p. 54 : « C n’est autre que l’édition du XIVe siècle qui a perpétué ce rapprochement et fourni le dessin des éditions du XVIIe siècle. Il y a lieu de penser que ce vaste recueil a été imaginé en Angleterre au début du XIVe siècle et porté tout aussitôt en France pendant la guerre de Cent Ans. Le premier compilateur amalgamé deux exemplaires au moins : un manuscrit du type A, probablement déjà beaucoup interpolé ; un manuscrit du type B duquel, vraisemblablement, il a rejeté les deux hymnes ainsi que tous les autres textes qu’il trouvait dans A. Mais il est en outre possible qu’il ait lui-même accru ces deux seuls recueils de divers morceaux empruntés à d’autres collections de prières. Quoi qu’il en soit, le nouvel apport est exactement de trente-sept pièces dont il resterait à expliquer l’origine. Les deux recueils fondamentaux se trouvent doublés d’un coup ; mais il s’en faut encore de vingt-cinq articles pour arriver au total atteint par Gerberon-Migne » ; voir aussi Auteurs, XIII, p. 209 sq.

19 Voir Anima mea, p. CXI sq.

20 A. Wilmart justifie cette hypothèse, par la présence dans ce groupe de la prière (gOr 73) à saint Dunstan, « qui n’est donnée nulle part ailleurs » : « Les éditions anciennes et modernes des prières de saint Anselme », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, année 1923, Paris, 1923, p. 159. Sur le culte de saint Dunstan à Cantorbéry, voir : Mildred Budny et Timothy Graham, « Les cycles des saints Dunstan et Alphège dans les vitraux romans de la cathédrale de Cantorbéry », Cahiers de Civilisation Médiévale, 38, 1995, p. 55-78. Un autre argument pouvant renforcer cette idée est la présence d’écrits d’Edmer au sein de cette collection.

21 Sans pouvoir être exhaustif, on peu citer certains manuscrits rencontrés au cours de recherches : Cambridge, St John’s College, F. 31 ( = no 168 du catalogue de M. R. James, p. 201-203). Ce manuscrit provenant de la Chartreuse de Witham date du XIIIe siècle et mélange quelques textes anselmiens à un très grand nombre d’autres textes de dévotion. On y trouve ainsi pêle-mêle le prologue, Med 1 et 3, Or 1, plus loin Or 6, PsOr 9 (correctement attribuée à Maurille de Rouen), Med 2, Or 8-16, plus loin encore PsOr 13 (sous le titre Meditationes s. Augustini), PsOr 17 ; Laon, 172, manuscrit anselmien du XIVe siècle, qui à côté du Proslogion possède des prières et des méditations dont gM 18, Or 14, gP 1, et PsOr 3 ; Londres, B. L. Add 33381 qui est une collection de textes religieux provenant du Prieuré d’Ely et qui est dû à plusieurs mains du XIIIe et du XVe siècle. Il possède une collection de prières anselmiennes, dont certaines ne sont pas comprises dans l’édition Gerberon-Migne. Enfin, un témoin intéressant est le manuscrit de Zwettl, 1961 (G. Achten, no 2, p. 33-37) qui est une collection du recueil authentique des Orationes siue Meditationes, dans laquelle on trouve cependant deux prières à saint André (dont PsOr 15), la prière au saint Patron (PsOr 10, f. 138) et la prière à sainte Anne (PsOr 18, f. 155), PsOr 13 (f. 196-220), gM 20 (f. 181) qui n’apparaît pas dans la collection de Cantorbéry, deux prières au Christ qui n’appartiennent pas à la tradition anselmienne (f. 222 : « Domine Ihesu Christe fac ut te amem ardenter… », et f. 223 « Domine Ihesu Christe in hora exitus nostri… »), ainsi que l’admonitio morienti attribuée à Anselme, PL 158, 685 sq. : « Letaris frater, quod in fide christiana moreris ? […] ».

22 Voir f. 312v : « Anno Domini MoCCCCoXLo, veneris XXII januarii, Johannes Novelli, revenditor librorum carrerie Malicogninatis Tholose, gratis recognovit habuisse a reverendissimo in Christo patre et domino P., permissione divina archiepiscopo Tholosano, licet absente, etc., quinque scuta auri sibi debita pro precio hujus libri, sibi venditi sub precio…, de quibus V scutis fuit contentus. Presentibus magistris Bernardo de Planis, Johanne Fuxi, notariis Tholose et me Guirabaldo, notario apostolico. – Item pro vino et labore suis quinque solidos tur. – Est capituli Tholosani, huic librarie dimissus per p. r. P. de Molinis, quondam archiepiscopum Tholosanum. »

23 Voir infra Annexe 1.

24 Prologue, Monologion, éd. Corbin, t. 1, p. 46, ll. 8-20.

25 Voir Anima mea, p. XCI.

26 Voir la description plus sommaire du Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, Départements, t. XXX : Lyon, Paris, 1886, p. 166-167.

27 Les vignettes des f. 137 et 267 sont presque identiques et présentent le même personnage en prière devant le Christ, la vignette du f. 267 ouvrant pourtant les Soliloques attribués ici à saint Augustin.

28 Voir infra Annexe 1.

29 Table des matières, f. 2r.

30 Pour un tableau des prières et méditations anselmiennes, voir infra annexe 2.

31 Ce texte qui dans les recueils du XIIe siècle est assez clairement considéré comme une prière (oratio) est rattaché à partir du XIVe siècle au groupe des méditations (gM 6). Cette confusion est encore attestée dans ce manuscrit, car si le titre indique clairement : « Oratio desperemus… », la notation marginale, plus tardive indique : « Med. VII » !

32 Table des matières, f. 2v.

33 Table des matières, f. 2v.

34 Table des matières, f. 2v.

35 Table des matières, f. 3v.

36 Table des matières, f. 3v.

37 Voir André Wilmart, « Les homélies attribuées à saint Anselme », Archives d’Histoire Doctrinale et Littéraire du Moyen Âge, 2, 1927, p. 5-29 ; 339-341.

38 Table des matières, f. 3v.

39 Table des matières, f. 4r.

40 Pour un tableau des prières et méditations anselmiennes, voir infra annexe 2.

41 Table des matières, f. 5r.

42 Représentant cette tradition, on peut citer également Marseille, 230 de Villeneuve-les-Avignon, vers 1350 ; Cambrai, 593 du Saint-Sépulcre, XVe s. ; et Burgo d’Osma, 51, XVe s., semblable à Cambrai 593.

43 Par exemple Paris, BnF lat. 2821, provenant de l’abbaye de Conches en Normandie, XIVe s. : f. 30v-78v : Prologue, gM 1, Med 1, 2, 3, PsMed 3, 4, PsOr 3 ( = gM 6), gM 12, 9, 13, 15, 16, 17, 14 (Manuel), Cambridge, Peterhouse 219, XIVe s. ; et Édimbourg, Univ. Libr. 90, XVe s.

44 Comme le manuscrit 284 du Corpus Christi College de Cambridge, remontant au début du XIVe s. et provenant de Saint-Augustin de Cantorbéry. Ce témoin ne peut être l’archétype de la collection, puisqu’il ne possède pas les Méditations, mais il en est sans doute très proche.

45 Il s’agit des premiers mots du prologue anselmien (éd. Corbin, t. 5, p. 254).

46 Pour cette partie, voir l’introduction générale de Schmitt, t. 1*, p. 9 sq. : « Die früheren Gesamtausgaben », ainsi que les deux articles d’A. Wilmart qui viennent d’être cités.

47 Opera [et] tractatus beati Anselmi archiepiscopi Cantuarien [sis], ordinis sancti Benedicti, Nuremberg, C. Hochfeder, 1491.

48 Omnia divi Anselmi Cantuariensis archiepiscopi, theologorum omnium sui temporis facile principis opuscula, Omnia opuscula, Antonij Democharis Ressonæi industriâ nunc primùm restituta. Catalogum omnium duodecima pagina demonstrat, Paris, H. et D. de Marenf fr., 1549.

49 Diui Anselmi Archiepiscopi Cantuariensis Opera Omnia quatuor tomis comprehensa. : Hac ultima editione præter tomi quarti accessionem, ex collatione veterum codicum emendata, notis illustrata, & aliquot nouis opuscula aucta, Cologne, P. Cholin, 1612.

50 Meditationes ad Patrem, PL 40, 901-909 = ch. I-IX des Méditations en 41 chapitres = PsOr 13 (gP 10, 2, 14) : PL 158, 877-885, 853-865, 888.

51 Picard, 1612.

52 En effet PsOr 13 et gM 9 appartiennent l’une à l’école de Jean de Fécamp, l’autre à Ekbert de Schönau (†1185).

53 S. Anselmi archiepiscopi Cantuariensis Opera Omnia : Extraneis in sacros Libros Commentariis exonerata. Theophilus Raynaudus societatis Iesu Theologus Opuscula benè multa, nun primùm ex Vaticana Bibliotheca, aliisque, luce donavit : Pleráque incerto hactenus autore vagata, Anselmo parenti, asseruitl Quae supposititia & notha, à legitimis seposuit : Omnia pro argumenti qualitate, novo ordine, accuratè digessit, in Didactica, Ascetica, Paraenetica, et Notha, Lyon, Durand, 1630, 2 vol.

54 Sancti Anselmi ex Beccensi abbate Cantuariensis archiepiscopi opera : Nec non Eadmeri monachi Cantuariensis historia novorum, et alia opuscula, labore ac studio D. Gabrielis Gerberon monachi congregationis S. Mauri ad Mss. fidem expugata & aucta, Paris, 1675. L. Billaine et J. Du Puis (éd.), Sancti Anselmi ex Beccensi Abbate Cantuariensis Archiepiscopi Opera nec non Eadmeri monachi cantuariensis Historia novorum : et alia opuscula labore ac studio D. Gabrielis Gerberon monachi Congregationis S. Mauri… expurgata & Aucta, Paris, Montalant, 1721. Sur dom G. Gerberon, voir Joseph Daoust, « Le janséniste dom Gerberon, éditeur de saint Anselme (1675) », in Congrès international du IXe centenaire de l’arrivée d’Anselme au Bec, Le Bec-Hellouin-Paris, 1959 (Spicilegium Beccense, 1), p. 531-540. Dom Gerberon s’est occupé d’Anselme, en qui il voyait un janséniste avant la lettre, entre 1671 et 1674.

55 PL 158 et 159. Les Orationes siue Meditationes sont publiées dans le volume 158, 709-820 et 855-1016, les deux séries étant séparées (821-854) par une méditation sur le psaume Miserere, qui n’est pas d’Anselme.

56 Voir l’annotation f. 1 : « Has meditationes Romae ex bibliotheca Vaticana exscriptas transmisit Leo Allatius, nunc eiusdem bibliothecae custos ».

57 Un autre signe de la nature de la copie de Lyon, est que l’on trouve dans les papiers Allatius à la Vallicelliana des mises au propre de certaines pièces recopiées d’abord dans la Lyon, 456, comme la Meditatio super Miserere, voir Wilmart, Auteurs, p. 200, n. 3.

58 Voir Wilmart, Auteurs, p. 200, n. 3.

59 Hildebert, Oratio devotissima ad tres personas sanctissimae trinitatis dans Erastus C. Benedict (éd. et trad.), The Hymn of Hildebert and other mediaeval Hymns with Translations, New York, 1867 et Rouen, B.M. 631 (Jumièges G. 12 ; A. 289), XIIIe siècle, 168 f ; f. 167.

60 Charles de Remusat, Abélard, 1845, n. 203 : « Je préfère cette autre pièce intitulée Rhythme sur la Sainte-Trinité et que Durand et Martene ont tirée d’un manuscrit de l’abbaye du Bec : Gallia Christiana, t. VII, p. 595 ; Fragm. philos., t. III, p. 440 ; Ab. Op., p. 1138 ; Hist. Universit. parisiens., t. II, p. 761 ; Hist. Litt., t. XII, p. 133-136 ; Amplisc. Coll., t. IX, p. 1001 ». Voir Religions antiques, par M. Th. Wright et Hollivol, Londres, 1841, in-8o, t. I, p. 15-21, et surtout l’article d’Edelestand du Méril, Journal des savants de Normandie, 2e liv., 1844.

61 Note marginale : « Hec oratio ponenda est infra in signo D et sic prius ponatur oratio ad Patrem, deinde ad filium tandem hanc de spiritu sancto ».

62 Wilmart, Auteurs, p. 200, n. 3.

63 Ibidem.

64 Prières anciennes de l’Occident à la Mère du Sauveur, des origines à saint Anselme, Paris, 1963, p. 180, n. 2.

65 Voici ce que note en effet l’abbé Migne (PL 158, 819B : MONITUM IN OPUSCULUM SUBSEQUENS. (Edidit emin. cardinalis Angelo Mai, Nova Bibliotheca Patrum, t. I, p. 505, Rome, 1852) : « Inter Leonis Allatii vulgatas lucubrationes ponunt bibliographi mantissam quamdam ad sanctum Anselmum Cantuariensem. Nec immerito ; etenim Theophilus Raynaudus in sua Anselmi editione, Lugduni 1630, fatetur p. 248 cum grato animo se accepisse a Leone Allatio, insignis eruditionis ac probitatis sacerdote (fallitur Raynaudus, nunquam enim fuit sacerdos Allatius), exscripta ex Vaticanis codicibus nonnulla sancti Anselmi incrementa. Gerberonius autem, postremus Anselmi editor, in censuris operum interdum adnotat quaenam nominatim hujus Meditationes ex Vaticana bibliotheca acceptae a Raynaudo fuerint. Mihi vero nunc in Vallicellianis Allatii schedis ingens, libelli instar, Meditatio ejusdem Anselmi observata est, quam ne in Gerberonii quidem, nedum Raynaudi, editione impressam videbam. Necessario itaque sequitur ut Allatius hanc invenerit post transmissas alias ad Raynaudum Meditationes, et post Lugdunensem profligatam editionem; quo factum est ut haec insignis et caeteris omnibus longe prolixior in quinquagesimum psalmum Meditatio, tunc Romae retenta, deinde in centesimum usque ac septuagesimum annum, id est, usque ad traditum benigne nobis a cl. Theinero Vallicelliano bibliothecario apographum, pressa fuerit; atque eam prorsus ignoraverint praecipui quoque bibliographi Trithemius, Possevinus, Bellarminus, Labbeus, Fabricius Oudinus, Cavaeus. Cellerius, Mazzuchellius. Nunc nos hoc Anselmi praenobile scriptum exhibemus. »

66 Voir Wilmart, Auteurs, p. 200, n. 3, et Jean-Baptiste Malou, S. Anselmi archiepiscopi Cantuariensis Meditationes XXI, Liège, 1859, p. 11 sq.

67 Sur ces deux pièces, voir Wilmart, Auteurs, XII, p. 173-192.

68 Les Méditations en 39 chapitres : PL 40, 941-42 = S. Anselme, Proslogion = gM 9 : PL 158, 814-820.

69 PL 40, 943, voir Johan Machielsen, Clavis patristica pseudepigraphorum medii aevi [CPPM ], II B, no 3072h, p. 702-703 et no 3073, p. 704.

70 Voir Machielsen, CPPM, II A, no 4b, p. 76-78, qui renvoie à Diethard Aschoff, « Der Pseudo-augustinische Traktat De spiritu et anima », Revue des Études Augustiniennes, 18, 1972, p. 293-294.

71 PL 176, 977 sq.

72 PL 176, 951 sq. Voir Machielsen, CPPM, II B, no 3087, p. 712.

73 Voir Jean Becquet, « Gérard Ithier », Dictionnaire de Spiritualité [DSp ], 6, 1967, 275-276 et Roger Baron, « Hugues de Saint-Victor », DSp, 7, 1969, 901-939.

74 Wilmart, Tradition, p. 65.

75 Wilmart, Auteurs, XII, p. 194.

76 Wilmart, Tradition, p. 64.

77 Wilmart, Auteurs, XII, p. 199 et Tradition, p. 62.

78 « Les éditions anciennes et modernes des prières de saint Anselme », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, année 1923, Paris, 1923, p. 155.

79 Les graphies sont celles du manuscrit, la ponctuation est modernisée.

80 Il s’agit du Prologue et des Or 9, 34 et 41 et de Med. 11.

Auteur

Professeur et directeur du Centre d’études médiévales de l’Université de Montréal, il est spécialiste de latin médiéval et humaniste. Il a travaillé sur la tradition des livrets de prières médiévaux (Anima mea : prières privées et textes de dévotion du Moyen Âge latin, Brepols, 2002), et plus généralement sur la littérature religieuse et mystique du Moyen Âge et de la Renaissance (La Prière en Latin, de l’Antiquité à la Renaissance, Brepols, 2007). Il mène actuellement des recherches sur la poétique de la paraphrase et sur l’exégèse humaniste de la Bible (Paraphrases sur les Évangiles d’Érasme de Rotterdam) ainsi que sur les écrits latins de Nouvelle France et du Québec.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search