Version classiqueVersion mobile

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Poésie et mémoire des morts

Le rouleau funèbre de Mathilde, abbesse de la Sainte-Trinité de Caen (†1113)

Monique Goullet

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation de ce type de document, voir Jean Dufour, « Le rouleau des morts de saint Bru (...)
  • 2 Si l’on a des témoignages indirects de leur existence dès les VIIIe-IXe siècles, nous ne possédons (...)

1La diffusion des noms des défunts, accompagnée d’une sollicitation de prières pour leur âme, est attestée depuis le VIIIe siècle en milieu clérical sous la forme de brefs ou de rouleaux. La seconde formule, répandue surtout chez les bénédictins et les chanoines1, consiste à faire circuler un faire-part de décès (que l’on appelle aujourd’hui « encyclique ») par l’intermédiaire d’un messager, qui va d’établissement en établissement, chacun de ceux-ci devant y apposer un accusé de réception (ou « titre ») assurant que l’on priera pour le (s) mort (s). Ces titres peuvent être soit des mentions brèves, soit des pièces d’une certaine longueur2. Au XIIe siècle, quelques grands rotuli, formés de peaux cousues les unes aux autres à mesure des besoins, atteignent plus de dix mètres. Ces documents avaient un destin éphémère, car ils relevaient de la communication immédiate et n’étaient donc pas a priori destinés à la conservation : une fois de retour dans l’abbaye expéditrice, les pièces de parchemin pouvaient être décousues, grattées, et réutilisées, ou bien servir de feuilles de garde pour les manuscrits ; mais les rouleaux pouvaient aussi être conservés précieusement, par exemple dans le trésor d’une cathédrale.

  • 3 En ce domaine, voir la belle étude de Michel Parisse, « Un voyage… ».
  • 4 Voir Parisse, « Un voyage… », p. 26 : dans le rouleau de Saint-Pierremont, les frères mineurs de Pr (...)

2Ces documents itinérants sont des sources d’une extrême richesse sur le plan paléographique3, mais aussi sur le plan historique, car ils renseignent sur les réseaux de confraternité, sur la prosopographie de dignitaires religieux inconnus par ailleurs, sur le niveau culturel des établissements, sur l’expression du sentiment de la mort et sur les modes du discours funèbre. Intéressante également la personne du porte-rouleau, dont l’encyclique demande parfois qu’on lui réserve un bon accueil. C’est aussi grâce à ces porteurs que l’on pénètre dans les coulisses du scriptorium : quelques titres expriment, par exemple, l’impatience d’un rolliger ou rotuliger devant les lenteurs d’écriture d’un rédacteur ; ou bien un voisin indiscipliné du rédacteur gâche sa page et l’oblige ainsi à recopier le titre qui a été souillé4.

  • 5 Les nos 143 et 144 apparaissent ainsi comme un règlement de comptes entre deux établissements de Sa (...)

3La culture des scripteurs y apparaît fort variable, couvrant toute la gamme comprise entre, d’une part, rhétorique brillante avec citations de classiques latins et, d’autre part, règlements de comptes en vers agressifs5. Fruste ou virtuose, on remarquera en tout cas la place immense occupée par la forme poétique dans le premier volume (Xe-XIIe siècles) édité par Jean Dufour ; la quasi totalité des tituli sont en vers métriques, chose qui ne doit pas étonner, car, d’une part, on est encore dans la tradition antique de l’inscription funéraire en vers, et, d’autre part, l’influence de Virgile et d’Ovide est très forte à cette époque. Étant donné l’extraordinaire diffusion de la pratique du faire-part de décès par rouleau, on peut supposer que les établissements anticipaient la venue du rolliger en ayant toujours au moins un poème en réserve.

  • 6 Ils ont été édités et traduits : Baudri de Bourgueil, Poèmes, éd. et trad. Jean-Yves Tilliette, Par (...)
  • 7 Jean-Yves Tilliette, dans Baudri de Bourgueil, Poèmes, p. xviii : les épitaphes sont plutôt des « m (...)
  • 8 Carmen 22, p. 43.
  • 9 Baudri de Bourgueil, Poèmes, c. 14, p. 39. L’appel à ne pas gâcher le parchemin se trouve aussi dan (...)
  • 10 Avec humour, il s’appuie lui-même sur ce lieu commun dans le rouleau mortuaire de l’abbé Adam (c. 7 (...)
  • 11 C. 18, p. 41.
  • 12 Ce dernier a droit à deux poèmes, dont on ne sait pas trop s’ils figuraient tous deux sur le roulea (...)

4Baudri de Bourgueil († 1130) donne sur l’usage des rouleaux un témoignage personnel intéressant. On conserve de lui plusieurs poèmes intitulés In rotulo suivi du nom du défunt ; ils sont conservés dans le manuscrit Vatican Reg. lat. 1351 (XIIe s.)6. Aucun des rouleaux des défunts célébrés dans ces poèmes n’a survécu sous sa forme originelle, et ces poèmes funéraires de Baudri ne sont pas attestés autrement que dans le recueil du Vatican qui a transmis son œuvre poétique. D’une façon générale, ces tituli ont l’air vrai, et il n’y a aucune raison sérieuse d’y voir de simples pièces littéraires comme c’est le cas pour certaines épitaphes7. Baudri évoque l’« essaim » (examen) macabre de rouleaux qu’il a vu passer en peu de temps8. Un des nombreux intérêts de ces poèmes In rotulo est leur discours métatextuel, qui dénonce certaines conventions de la rhétorique funèbre et se livre à une critique ironique de cet usage, auquel il a lui-même sacrifié. Dans le rouleau de l’abbé Noël9, il raille ainsi la manie de tout faire remonter à Adam10. Puisque la poésie est impuissante à faire revivre le mort, il conseille d’économiser le parchemin, d’être bref, et de prier pour les défunts au lieu de versifier. Dans le rouleau des deux défunts du Mans, l’abbé Joël et l’évêque Hoël, Baudri conseille aux Manceaux de bien choisir leurs successeurs11, conseil qu’il réitère à Bourges après la disparition de l’archevêque Audebert12.

5La thématique funèbre de Baudri, sa distance critique vis-à-vis de la tradition et, à l’occasion, ses accents de dérision, se retrouvent dans un rouleau qui a circulé à la même époque et qui, par ses échappées originales hors de la rhétorique convenue, est à mon sens l’un des plus passionnants que nous connaissions : celui de Mathilde, abbesse de la Sainte-Trinité de Caen, morte le 6 juillet 1113.

Le rouleau de Mathilde († 1113)

  • 13 Dufour, Recueil…, p. 392.
  • 14 ibidem, p. 392‑502 (no 114) ; présentation du document p. 392‑396. L’édition de Jean Dufour est dés (...)

6Ce rouleau est d’abord l’un des plus impressionnants. Mesurant vingt mètres de long, il était opisthographe, c’est-à-dire écrit des deux côtés13. Il fut conservé jusqu’au XVIIIe siècle dans le trésor de la Trinité de Caen, où on l’exhuma dans un très mauvais état ; il a aujourd’hui disparu, et on ne le connaît plus que par des copies incomplètes du XVIIe et du XVIIIe siècle, qui ne permettent pas de restituer le document original dans son intégralité14.

  • 15 La présence d’une peinture est exceptionnelle avant le XIIIe siècle d’après Jean Dufour, « Le roule (...)
  • 16 Dufour, p. 400, l. 89 : « Signat pictura quia non est mors nocitura/Cui vult propitia fieri pia vi (...)
  • 17 Ibidem, p. 451 : « Non scriptura vel pictura rotuli quem bajulas ».
  • 18 Ibidem, p. 494.

7Le rouleau de Mathilde contenait également une peinture15. Plusieurs titres font en effet allusion à une pictura : le premier vers du titre no 216, les deux derniers vers du titre no 12317 et les vers 4-6 du titre no 21218. Le fait que cette image soit évoquée trois fois en termes proches, et ce, dès le titre no 2, conduit à penser qu’il s’agit d’une seule et même peinture placée en tête du rouleau, une sorte de frontispice peint représentant Mathilde au paradis (comme l’affirme indirectement le vers initial du titre no 2, qui évoque le salut réservé aux protégé (e) s de Marie), entourée du chœur des vierges selon le titre no 212 :

« Non te Mathildis baratri tenet ampla [vorago]
Sed cum pictura tibi testificante litura
Felix virgineis gaudes sociata coreis. »

« Mathilde, tu n’es pas au fond du gouffre profond de l’Enfer :
À ce que l’encyclique certifie de toi, ainsi que la peinture,
Tu es heureuse et tu te réjouis avec le chœur des vierges. »

  • 19 Pour tout ce qu’ils m’ont apporté dans la discussion concernant litura, je remercie chaleureusement (...)
  • 20 Ulrich Nonn, « Merowingische Testamente », Archiv für Diplomatik, 18, 1972, p. 78, n. 512, remarque (...)
  • 21 La raison prosodique est seconde par rapport à la théorie (discutée) d’un étymon commun à littera e (...)
  • 22 De triumphis apud Italiam, 1, v. 113‑116 : « discipulum poscunt sacris mandare lituris ».
  • 23 Baudri emploie trois fois le mot litura dans ses poèmes (Baudri de Bourgueil, Poèmes, t. 1), les de (...)
  • 24 Carm. Ratisb. 48, 5 [a. 1106 ; Carmina Ratisponensia, éd. Anke Paravicini, Heidelberg, 1979 (Editio (...)
  • 25 Le personnage (peut-être de Lobbes) est mal identifié. Éd. Max Manitius, « Zur poetischen Literatur (...)
  • 26 L’alliance litura/pictura, évoquant un texte écrit (peut-être au pinceau) sur une peinture, se trou (...)

8Le mot litura est ici un équivalent de littera19, confusion installée dès l’époque mérovingienne20 et très bien attestée au XIIe siècle, en particulier en poésie hexamétrique, où, à la différence de littera, le mot litura fournit une finale prosodiquement adéquate21. La clausule mandare lituris est ainsi employée au sens de mandare litteris (mettre par écrit), chez Flodoard22, chez Baudri de Bourgueil23, dans les Carmina Ratisponensia24 et sous la plume du poète Theodericus25. Le vers Sed cum pictura tibi testificante litura associe ainsi la peinture soit à la lettre-encyclique – désignée par le mot littera dans le rouleau – soit à un titulus (une « légende » ou une « rubrique ») inscrit sur l’image26.

  • 27 Dufour, p. 395‑396, p. 704‑709, et carte 6, p. 705. Dans les tituli, le numéro placé entre crochets (...)
  • 28 Voir infra.
  • 29 Voir infra.
  • 30 Dufour, no 184, p. 480, l. 2 : « Haec, ut enim docuit per prima volumina pellis ».
  • 31 Voir infra.
  • 32 Dufour, no 220, p. 498 : « Mathildis meritum nondum loca plura replevit / Figmentisque piis et solo (...)

9Le parcours effectué par le rouleau n’est pas moins étonnant que sa dimension et sa peinture. Après un premier tour rapide en Normandie, il traverse la Manche et avance jusqu’à York, puis, après une halte à Caen, parcourt une deuxième fois, plus longuement, la Normandie, avant d’entamer un troisième voyage, qui le mène de Normandie en Bretagne, puis sur la route des pays de Loire ; descendant jusqu’à Saintes, il remonte par Sens et Troyes, et fait un détour jusqu’à Gand avant de regagner Caen en passant par Paris27. Les traces indirectes de lecture par la communauté, en particulier les allusions à la lettre encyclique dans les tituli et les échos d’un texte à l’autre, se doublent de mentions explicites d’une lecture collective. À Lessay, le rédacteur écrit : « Un des vôtres déroule dans l’ordre, bien visiblement, le parchemin tout entier rempli de la mort et de la vie de votre mère »28 ; d’autres, à Saint-Sever : « L’abbesse Mathilde sera heureuse pour toujours, si sa vie fut aussi droite que le dit la présente lettre »29 ; à Hautvillers : « Comme celle-ci l’a montré dans les premiers enroulements du parchemin »30 ; à Saint-Vigor de Cerisy : « Vous qui traitez de la mort de votre mère avec de sombres plaintes »31. À Sens, Maître Pons (Poncius magister) s’insurge contre la comparaison, faite dans l’encyclique (qu’il appelle prologus) entre Mathilde et saint Martin : Martin s’est illustré par des miracles, dit-il, et ses prières ont ressuscité des morts ; le mérite de l’abbesse, en revanche, n’est pas encore solidement établi et ne s’est développé pour l’instant que dans de pieuses fictions poétiques32 ; il n’en demande pas moins l’indulgence du Christ pour la témérité du rédacteur de l’encyclique.

  • 33 C’est-à-dire l’encyclique et les titres 1-101. Mon étude néglige les listes de défunts et les deman (...)

10Puisqu’il est exclu d’étudier ici la totalité de ce gigantesque rouleau, à mes amis Denise Angers et Claude Poulin, dont on connaît l’attachement, au moins intellectuel, à la Normandie et à la Bretagne, je voudrais en offrir, pauca de multis, quelques bribes, choisies en priorité dans le parcours effectué en ces régions, ainsi qu’en Angleterre33 ; ils voudront bien voir dans ce choix géographique un hommage à leurs travaux.

Encyclique du rouleau de l’abbesse Mathilde34

  • 34 Dufour, p. 396‑399. Ma traduction néglige la phrase de salutatio, fort endommagée dans les deux cop (...)

11« Très chers frères, déplorable est la condition introduite sur terre par l’envie du Serpent, l’ambition d’Ève et la désobéissance d’Adam. Car lorsque Ève se fut prêtée à la volonté du Serpent et Adam à celle d’Ève – Adam et Ève qui, en tant que nos premiers parents, concentraient en eux la totalité du genre humain –, il s’ensuivit que la punition de leur malédiction et de leur péché se transmit à toute leur descendance à venir. Et cette punition, nous la redoutons encore plus misérablement et nous la détestons encore plus amèrement quand nous en ressentons la violence et les tourments dans notre proche entourage. Aussi ses aiguillons ont-ils très profondément blessé nos cœurs lorsque la sentence des lois de la mort a emporté notre très pieuse mère et abbesse Mathilde, qui fut soumise à la discipline régulière dès le temps des hochets, qui, dans les berceaux du Christ, fut choyée sur le sein de la sainte Église, qui fut pleinement nourrie du lait très doux de l’aliment évangélique, jusqu’à une parfaite sainteté de son comportement et de sa foi.

  • 35 Dans la tradition patristique, le fruit au centuple est réservé aux martyrs et aux vierges.

12Elle était encore dans sa plus tendre enfance quand elle voua sa virginité à l’Époux immortel, afin de mériter pleinement d’accéder dans la joie aux noces éternelles et à la couche immaculée, et de se glorifier de la couronne des vierges, qui est le fruit centuplé35. En profession votive de ces noces, elle reçut le voile sacré comme signe de sujétion et d’humilité, et, après avoir méprisé le royaume de ce monde avec ses richesses et ses ornements, pour l’amour de notre Seigneur Jésus-Christ elle s’enferma dans les rigueurs de la clôture monastique, où grâce au verbe de vie et aux préceptes salutaires, elle avança en âge tant et si bien que, une fois parvenue à l’âge mûr, elle reçut le bâton pastoral et nous fut donnée pour gardienne de nos âmes. Dans ce ministère elle fut si vigilante qu’elle qu’efforçait d’être utile à ses sujettes aussi bien par la parole que par l’exemple. Mieux, conformément à l’expression des Actes des apôtres : ce que Jésus a fait et enseigné, elle recommanda toujours ce qu’elle avait d’abord fait elle-même.

  • 36 Ps. 25, 8.

13Dans la charge de notre monastère, elle ne succéda à personne, car c’est d’un monastère nouvellement fondé qu’elle devint la mère. Celui-ci fut construit depuis les fondations, sur des terres relevant de leur puissance, par le roi Guillaume, qui le premier obtint des Normands le royaume d’Angleterre, et son épouse la reine Mathilde, dont la probité des actes et la noblesse de vie sont manifestées par le souvenir qu’ont laissé ses œuvres. Vouant à Dieu leur fille Cécile, une vierge très noble, ils l’attachèrent au culte divin pour la beauté et l’exultation de la maison de Dieu, afin de chanter plus sûrement avec le prophète : Seigneur, j’aime la beauté de ta maison36. Après y avoir accompli des actions heureuses, des actes de piété, une vie de vertus, la reine y fut inhumée conformément à sa volonté, afin d’embellir de sa dépouille, une fois morte, le sanctuaire auquel elle avait voué son amour de son vivant.

  • 37 Cf. Ps. 125, 6.

14À la direction de cette demeure fut donc appelée celle dont nous vous annonçons la mort, et qui fut notre mère ; tant qu’elle vécut, elle sema le blé dans le champ du Seigneur, et quand il vint, c’est dans la joie qu’elle porta les gerbes dans son grenier37. Elle fit fleurir les bourgeons des plantes de toutes sortes qu’elle semait partout, elle amena les fleurs à produire des fruits. Et ce qui dans sa récolte parvint à maturité, c’est à la main de Dieu qu’elle en confia la collecte et le dépôt dans le cellier céleste. Beaucoup de lieux – grâces à Dieu ! – gardent l’instruction qu’elle leur donna et préservent la discipline qu’elle y institua ; comme elle était un élément indispensable aux débuts de la vie monastique, la grâce divine ne l’abandonna pas et, pour ses servantes, la conserva au contraire en bonne santé jusqu’au grand âge et la vieillesse. Mais, à l’article de son ultime vieillesse, alors que la gloire faisait désormais défaut à son être naturel, elle fut prise d’une grave maladie et affligée durant à peu près quatre jours d’une douleur continuelle. Puis, sentant approcher l’heure de sa dissolution, elle fit appeler immédiatement ses filles, qu’elle avait élevées dans l’amour de la piété en les nourrissant du Verbe céleste : même au seuil de la mort, elle ne voulait pas manquer de prêcher la Vérité, qu’elle avait toujours enseignée. Elle les entretint de religion durant un moment, puis, après l’onction très désirée de la sainte huile, après la communion vivifiante au corps et au sang du Christ, entourée des baisers des saintes femmes, des soupirs et des sanglots des vierges, en une mort glorieuse elle passa dans l’autre monde, pour y régner sans fin avec le Christ. Elle mourut la 54e année de son abbatiat, la veille des nones de juillet, en confessant la foi chrétienne, vieille et chargée de jours.

  • 38 Cf. Sulpice Sévère, Vita s. Martini, éd. Jacques Fontaine, Paris, 1967 (Sources chrétiennes, 133), (...)
  • 39 La liste comprend les noms de trente et une moniales et de trois hommes, sans précision d’identité  (...)

15La charité et la sollicitude de ses filles lui donnèrent en grande solennité une sépulture dans les murs de son monastère, afin qu’elle ne quitte pas non plus dans la mort un lieu qu’elle n’avait cessé de fréquenter de son vivant. Les funérailles de notre mère, auxquelles on vint en foule, furent à l’image de celles du saint évêque Martin, durant lesquelles les pleurs ne pouvaient quitter les voix de ceux qui psalmodiaient, ni le chant les larmes de ceux qui gémissaient38. Toutefois, il n’est personne qui puisse quitter indemne la fréquentation de ce monde, personne qui ne soit sali au moins d’un grain de poussière, qui ne doive être purifié par le secours des prières et des aumônes. Aussi vous demandons-nous, au nom du sentiment de charité fraternelle et au nom de la miséricorde de la religion chrétienne, de soigner par le remède de saintes prières et de générosité envers les pauvres la blessure que notre mère a reçue dans l’arène de ce monde, où l’on se bat contre les vices comme contre les bêtes du cirque. Mais nous recommandons aussi pour toujours à la diligence de votre charité nos sœurs et tous ceux, de l’un et l’autre sexe, dont nous écrivons les noms ci-dessous : Mathilde, reine des Anglais, fondatrice de notre monastère ; Adèle, Mathilde et Constance, ses filles ; Muriel, moniale, Adèle, moniale […]39 et tous les défunts de notre communauté.

16Subvenez aux besoins de notre porte-rouleau, pour Dieu nous vous en prions, afin qu’il ne manque pas à sa tâche par manque de nourriture et pour que, si vous l’aidez bienveillamment, il puisse conduire à son terme l’œuvre qu’il a bien commencée. »

L’abbesse Mathilde

  • 40 Léopold Delisle, Rouleaux des morts du IXe au XVe siècle, Paris, 1866, spéc. p. II, 177 et 518 (tab (...)
  • 41 Tout particulièrement Lucien Musset, « La reine Mathilde et la fondation de la Trinité de Caen (Abb (...)

17Aussi étrange que cela puisse paraître, la personne célébrée dans un rouleau aussi monumental est pour nous une inconnue. Il convient d’abord de rappeler qu’il ne s’agit nullement de la fille homonyme de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde, comme certains ont voulu le croire, en particulier Léopold Delisle40. Depuis, les historiens de la Normandie ont dissipé la confusion41, et le présent rouleau, à commencer par l’encyclique, vient soutenir leur position, si besoin était.

  • 42 Adèle (Adilis) épousa le comte de Blois en 1081 puis devint religieuse à Marcigny, où elle mourut l (...)
  • 43 Constance, née vers 1062, est morte en 1086.
  • 44 Sur Cécile, voir van Houts, « L’écho de la conquête… », p. 139‑141.
  • 45 Celui-ci ne put jamais se réaliser (van Houts, « L’écho de la conquête… », p. 141‑144).
  • 46 Dufour, no 104, p. 446, l. 13 : « Nostraque censura si vobis est placitura, / Quod melius scimus co (...)

18À la fin de l’encyclique, en effet, dans la demande de prières additionnelles pour les autres défuntes du monastère, sont citées, entre autres, « Mathilde, reine des Anglais, fondatrice de notre monastère ; Adèle42, Mathilde et Constance43, ses filles » ; dans la mesure où il s’agit d’autres défuntes, cette seconde Mathilde ne saurait être la même que celle pour qui on fait circuler le rouleau. D’autre part, l’encyclique ne dit rien sur l’origine de l’abbesse qu’elle célèbre ; en revanche, elle expose comment le couple royal avait voué à Dieu leur fille Cécile, née à la fin des années 1050, moniale à la Saint-Trinité de Caen en 1075, puis abbesse en succession de Mathilde à la mort de celle-ci44. Selon la tradition, la fille aînée du couple royal, Adelide, avait été destinée à un mariage dynastique45, et la cadette, Cécile, à la vie religieuse. Les origines familiales de Cécile sont dûment précisées par les chanoines de la cathédrale de Nantes, lorsqu’ils se déclarent favorables à son accession à l’abbatiat46.

  • 47 Dufour, no 66, p. 425‑426.

19Enfin, le titre no 66, délivré par Notre-Dame et Saint-Léger de Préaux, est tout à fait explicite. Il relate que c’est dans ce monastère que la reine Mathilde est venue chercher la future abbesse de la Trinité de Caen. La première partie du titre, composée de cinq vers, a été grattée au couteau47, ce qui l’a rendu totalement illisible ; la liste des défunts pour lesquels il faut prier a été toutefois préservée. En dessous de cette liste, neuf vers évoquent le départ de Mathilde pour la Trinité et demandent qu’on prie pour elle.

« Dum sic polleret super hoc, dum fama volaret,
Abstulit hanc nobis gemmam regina Mathildis,
Tradens cenobium sibi matris iure regendum,
Quod sub honore Dei construxerat ipsa Cadomi.
Quae fuerit post haec, non est recitare necesse,
Cum titulus cartae bene dixerit. »

  • 48 Iure matris désigne la puissance abbatiale, mater et abbatissa étant des équivalents. Une mauvaise (...)

« Elle était pourvue d’une telle puissance et d’un renom qui volait,
Quand la reine Mathilde nous enleva le joyau qu’elle était :
Elle lui confia, pour le diriger avec le titre de mère48, l’abbaye
Qu’elle avait elle-même construite à Caen en l’honneur de Dieu.
Quelle elle fut ensuite, c’est inutile de le raconter,
Puisqu’un titre du rouleau l’a fort bien dit. »

  • 49 Voir Le cartulaire de l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre de Préaux (1034-1227), éd. Dominique Rou (...)
  • 50 Van Houts, « L’écho de la conquête… », p. 143.
  • 51 Dufour, no 101, p. 444, l. 24.

20Notre-Dame-Saint-Léger de Préaux fut fondé vers 1050 par Aubrée, épouse d’Onfroi de Vieilles, puissant baron de la vallée de la Risle, pour recevoir les filles de l’aristocratie normande49. On a suggéré que l’Adelide (Adeliza) mentionnée dans la liste de prières du titre de l’abbaye était l’une des filles de la reine Mathilde, qui, après une série d’espoirs matrimoniaux déçus, décida de se retirer, probablement à Préaux50. En l’absence de documentation je prends l’hypothèse avec circonspection, d’autant que le nom Adeliza / Adelida est répandu, et que l’encyclique du rouleau de l’abbesse Mathilde prend soin de préciser, au sujet d’Adèle, de Mathilde et de Constance, qu’il s’agit des filles de la reine ; on s’attendrait à ce que l’on en fasse autant à Préaux. Dernière interrogation : au moment de son départ, Mathilde était-elle abbesse de Saint-Léger de Préaux ou simple moniale ? L’expression dum sic polleret super hoc pourrait évoquer la puissance abbatiale, mais aussi avoir un sens plus général, de l’ordre de la valeur personnelle, du rayonnement spirituel par exemple. Toujours est-il qu’elle était encore jeune au moment de son départ, puisqu’elle dirigea la Trinité durant près de cinquante ans ; cela coïncide avec la précision du titre no 101, selon lequel elle fut vouée à Dieu très tôt, dum nesciret adhuc pollere51.

Premier circuit du rouleau en Normandie

21Dans l’édition du rouleau de Mathilde donnée par Jean Dufour – dont il faut rappeler qu’elle dépend de copies, l’original ayant disparu –, il y a 257 accusés de réception d’établissements ayant lu cette encyclique. Parmi ces accusés de réception, trente se réduisent au seul mot T(itulus) suivi du nom dudit établissement, seize ajoutent la prière formulaire pour les défunts (généralement abrégée par les initiales de chaque mot, ou plus élaborée dans certains cas), et cent ajoutent la liste des défunts pour lesquels sont demandées des prières. Cent onze établissements fournissent un titulus original ; ces tituli sont tous en vers, à l’exception du no 176, donné par Saint-Ferréol d’Essômes, dans la Marne, qui est en prose rimée. Durant son premier circuit normand, et avant de passer la Manche, le porte-rouleau récolte six titres, dont quatre poèmes.

  • 52 Ibidem, no 1 et 2, p. 399401.
  • 53 Ibidem, p. 399, l. 710.

22Les deux premiers établissements à recevoir le rouleau sont des abbayes d’hommes, qui laissent chacun un titre d’une vingtaine d’hexamètres dactyliques52. Le premier, donné par Saint-Étienne de Caen, aujourd’hui Abbaye-aux-hommes, fondation de Guillaume le Conquérant, commence l’éloge de Mathilde par le topos de l’indicible : comment ses filles pourraient-elles proclamer la gloire de Mathilde ? Les mots qu’elle mérite se dérobent, avant d’être rassemblés dans un beau vers53.

« Que tibi, Mathildis laudum preconia dentur ?
Digna quidem quesita diu non invenientur.
Laus monacharum, lux, honor et diadema fuisti. »

« Quelle forme donner, Mathilde, à l’expression de ta gloire ?
On a beau chercher, les mots ne viennent pas.
Tu étais gloire, lumière, honneur et diadème des moniales. »

  • 54 Ibidem, p. 399, l. 1216.

23Le sentiment d’impuissance latent ressurgit un peu plus loin54 :

« Vera de veris, de multis pauca loquuntur
Cumque tuas cupiunt bonitates amplificare
Illas diminuunt quas non possunt recitare.
Dicunt pauxillum, quae dicunt vera probantur ;
Propter tantillum, totum dixisse putantur. »

« De la vérité elles tirent quelques vérités, peu de choses parmi beaucoup,
Et tandis qu’elles désirent amplifier tes bontés,
Elles amoindrissent celles qu’elles ne peuvent relater.
Elles disent un tout petit peu, ce qu’elles disent est assurément vrai ;
Parce qu’elles ont dit ce petit peu, elles croient avoir tout dit. »

  • 55 Ibidem, p. 399, l. 1011.

24Enserré dans ce topos de l’impuissance, le paradoxe du deuil chrétien – les pleurs mêlés de joie, déjà évoqués dans la scène des funérailles de saint Martin à laquelle fait allusion l’encyclique – s’exprime sobrement ; ce sera un leitmotiv du rouleau55 :

« Flent tibi subjecte, quia morti succubuisti,
Congaudendo tuae vitae de morte queruntur. »

« Tes sujettes pleurent, car tu as succombé à la mort,
Heureuses que tu aies la Vie, elles gémissent sur ta mort. »

  • 56 Ibidem, p. 399, l. 2325.

25Et, plus loin56 :

  • 57 Le mot n’est attesté que dans les Gesta Berengarii, I, 25 (MLW sub verbo).

« Est nimium te flere, pium te commemorari,
Quamvis non sit opus, est pro te dulce precari.
O mater dulcis, tibi sit coeleste beamen57. »

  • 58 Voir supra.

« Il est grand de te pleurer, pieux de te commémorer58,
Même si tu n’en as nul besoin, il est doux de prier pour toi.
O douce mère, puisses-tu obtenir la béatitude céleste. »

  • 59 Voir supra.
  • 60 C’est-à-dire où le premier hémistiche rime avec le second ; la rime est penthémimère (au milieu du (...)

26À Saint-Gabriel, prieuré de Fécamp situé au nord-est de Caen, le titre (no 2) commente une image peinte dont nous avons suggéré qu’elle avait dû se trouver en tête du rouleau59. Malgré l’allusion des deux vers liminaires au salut apporté par le Dieu sauveur né de la Vierge, la tonalité du poème est noire, car il évoque successivement, en deux parties à peu près égales, l’âge sombre de l’humanité avant l’Incarnation et le sacrifice douloureux du Dieu fait homme. La métrique du poème mérite d’être soulignée. Hormis les quatre premiers et l’antépénultième, qui ont des rimes léonines60, les hexamètres sont holodactyliques et divisés en trois parties (deux fois deux dactyles, plus les cinq dernières syllabes qu’on appelle la clausule héroïque).

  • 61 Dans sa Diatribe contre un faux ami (c. 143), Baudri considère ces rimes comme un jeu : voir Baudri (...)
  • 62 Voir Dag Norberg, Introduction à l’étude de la versification latine médiévale, Stockholm, 1958, p.  (...)
  • 63 Les césures penthémimères des quatre premiers vers et de l’antépénultième sont indiquées ici par le (...)

27Les deux premières parties du vers riment ensemble, tandis que la fin du vers rime avec la fin du suivant (aaB/bbB). C’est un détournement de l’hexamètre quantitatif vers une métrique syllabique, dans laquelle les coupes tombent après un nombre constant de syllabes et de pieds, contrairement à la métrique classique, où les coupes ne sont jamais après un pied mais à l’intérieur d’un pied. Le jeu des rimes – fondées sur un petit nombre de sonorités, ce qui provoque un effet obsédant – est une transposition des vers dits trinini salientes, où les rimes internes se trouvaient généralement après les coupes trihémimère et hepthémimère61 ; ici elles se trouvent après chaque groupe de deux dactyles, aussi les appelle-t-on tripertiti dactilici62. Ce système produit un rythme monotone et très rapide, en raison de la longueur de ces vers de 17 syllabes (nombre le plus élevé qu’on puisse trouver dans un hexamètre) et de la fréquence des syllabes brèves, deux fois plus nombreuses que les longues si l’on excepte le dernier pied63 :

  • 64 Dufour, p. 400, l. 10‑11 et 20‑23.

« Signat pictura/ quia non est mors nocitura
Cui vult propit
ia/ fieri pia virgo Maria.
Dira fuit mortis/lex quondam, quam leo fortis
In cruce prostravit/moriens mundumque piavit.
Non erat hostia//quae morientia//morte piaret.
Si foret host
ia// digna per omnia//sacrificaret
Hanc homo. Non e
rat//hic neque venerat//ut repararet
Vel pereu
ntia,//vel morientia//vivificaret.
Ergo decens fuit//et bene congruit//utilitati,
Ut fieret Deus//hostia qua reus//integritati
Redditus est homo.//Cum deus est homo //virgine natus,
Tunc homo funditus//antea perditus//est renovatus.
Fit Deus omnia,//presbiter, hostia. Crux fuit ara.
Hac cadit hostia,//mors ruit impia,//pestis amara
In cruce sternitur,//hac caro pungitur.//Unde lavamur
Hinc aqua profluit.//Hinc cruor effluit//unde piamur64.
Ergo patet via, //celica menia// qua repetamus,
Vita fidelibus// est Deus omnibus.//Hunc rogitamus
Det veniam tibi.//Te societ sibi,//fons bonitatis,
Christus, Mathildis ;/tibi detur vita perhennis,
Denique fratribus//atque sororibus//hic titulatis
Det vitae munus//Deus, est qui trinus//et unus. Amen. »

« La peinture exprime que la mort n’est pas nocive
Pour celui à qui la bonne Vierge Marie veut être propice.
Sinistre fut l’ancienne loi, que le Lion courageux
Abattit en mourant sur la Croix et en rachetant le monde.
Nulle victime n’était là pour racheter par sa mort les choses mortelles.
S’il s’était trouvé une victime en tout appropriée, l’homme
L’aurait sacrifiée. Nul n’était là, nul n’était venu pour rétablir
Les choses périssables et vivifier ce qui devait mourir.
Aussi fut-il convenable et bien conforme à notre intérêt
Que Dieu se fît la victime par laquelle l’intégrité
Fut rendue à l’homme pécheur. Quand Dieu naquit homme d’une vierge,
Alors l’homme, jusque-là tout entier perdu, fut régénéré.
Dieu se fit tout, prêtre et victime. La Croix fut un autel.
Y tombe la victime, s’y rue la mort impie ; l’amer fléau
Est abattu, la chair torturée. L’eau en descend,
Nous sommes lavés. Le sang en coule, nous sommes purifiés.
Ainsi apparaît la voie par où regagner les célestes murailles.
Pour tous les fidèles, Dieu est la vie. Nous lui demandons
De te pardonner. Que le Christ, source de bonté, t’associe à lui,
Mathilde ; que te soit donnée la vie éternelle.
Et qu’enfin aux frères et aux sœurs inscrits ci-après
Dieu donne la récompense de la Vie, lui qui est trine et un. Amen. »

  • 65 Respectivement no 6 et 8, p. 402‑403.

28Dans les quatre autres établissements normands visités avant la traversée de la Manche, la moisson est moins riche : mise à part la liste de défunts à commémorer, par laquelle se terminent tous les titres, Saint-Victor de Bayeux et Notre-Dame de Beaumont65 ne donnent que la formule commémorative usuelle, Anima eius et animae omnium fidelium defunctorum per misericordiam Dei requiescant in pace. Amen. La cathédrale de Bayeux et Saint-Étienne de Fontenay font un peu meilleure figure.

  • 66 Dufour, no 5, p. 401‑402.
  • 67 Le vocabulaire désignant l’encyclique est varié dans le rouleau de Mathilde. Il ne semble pas y avo (...)
  • 68 Carmina Cenomanensia, Carmen X, Monumenta Germaniae Historica, Poet. lat., II, p. 635, v. 26 (Insup (...)

29Le rédacteur du titre de Bayeux66 trouve son inspiration directement dans les propos de l’encyclique, qu’il désigne par le mot littera67 : Mathilde, dit-il, partage la joie des armées angéliques, s’il est vrai qu’elle vit pour toujours, comme nous le dit la lettre. Si semper vixit, nobis ut littera dixit semble introduire un léger doute, au moins rhétorique, sur le sort de Mathilde ; aussi le scripteur ajoute-t-il que la miséricorde du Christ a délivré des nœuds du péché originel tous ceux qui sont souillés de la poussière du monde – qui mundano sordescunt pulvere –, expression qui répond à l’objection de la fin de l’encyclique, Nemo est tamen qui… non vel levi pulvere sordidetur. Pour appeler à la prière pour Mathilde et les défunts de sa maison, il construit un vers – Insuper et requiem tribuat super astra perhennem – dont le vocabulaire est certes banal, mais dont l’attaque Insuper et requiem est peut-être une réminiscence du vers final d’un des Carmina Cenomanensia68.

  • 69 Dufour, no 7, p. 403.
  • 70 Alcuin, Carm. 3, praef., v. 12 : « Qui regnas summi dives in arce poli ».

30Quant au rédacteur du titre de Fontenay69, il ne fait rien d’autre que d’appeler à la prière pour les défunts de son établissement, en agençant lui aussi des juncturae qui remontent à la poésie carolingienne, voire à l’Antiquité tardive (mundi salvator ; coeli terraque creator, vitamque perhennem, et luce perhenni en clausule) ; fait remarquable, il insère un vers d’Alcuin : Qui regnat summi dives in arce poli70. Ce jonglage habile révèle une compétence métrique qui est loin d’être nulle.

  • 71 Tilliette, dans Baudri de Bourgueil, Poèmes, vol. 1, p. xvii.
  • 72 Voir le poème apposé sur le rouleau de Guillaume, qui évoque l’incertitude du salut de l’abbé, et d (...)
  • 73 Voir infra.

31Impuissance de la parole face à la grandeur du défunt, paradoxe du deuil chrétien, inutilité des pleurs et utilité des prières, espoir ou certitude que le défunt soit au ciel : cet avant-goût de la rhétorique funèbre est moins varié dans sa thématique que dans sa mise en œuvre poétique, et comment pourrait-il en être autrement ? À propos des poèmes funéraires de Baudri de Bourgueil, qu’il juge convenus et monotones au regard de sa correspondance littéraire, Jean-Yves Tilliette note que « la rhétorique du deuil chrétien s’appuie sur des lieux communs intégralement répertoriés depuis l’Antiquité tardive ». Du point de vue du discours sur la mort, nos auteurs ne sont pas moins originaux que Baudri, dont les thèmes de prédilection sont « l’éloge du défunt, l’assurance du salut éternel, la fragilité de la condition humaine, le chagrin des survivants71 » ; et même le souci de Baudri de ne pas vouer automatiquement au ciel tous les morts qu’il célèbre72 est partagé à demi-mot par certains rédacteurs des titres du rouleau de Mathilde73.

  • 74 Dufour, no 119, p. 449‑450.

32Est-ce un hasard si le rédacteur de Saint-Pierre de Bourgueil est l’un des rares, sinon le seul, à tenir sur la mort un raisonnement philosophique ? En tout cas, poussé à ce stade, c’est une exception dans le rouleau, et on y verra sûrement une dimension parodique. Parti de l’interrogation « la mort est-elle quelque chose ou rien ? », il raisonne en termes aristotéliciens et conclut qu’elle n’est rien74 :

  • 75 Ce pastiche aristotélo-boétien de forme syllogistique pose quelques problèmes textuels et sémantiqu (...)

« Si mors est aliquid, aut est substantia praesens
Aut est acciduum, vel nichil esse liquet.
Res non (enim ed.) ambigua est, quoniam substantia non est,
Subjectumque suum non nocet acciduum (occiduum ed.).
Conveniens [et] enim est haec diffinitio morti.
Non igitur superest nomen habere rei.
Ergo nil esse dicendum credo necesse
Dicat Aristoteles vel Plato vel Socrates
75.
Vos qui lugetis et sic de morte doletis,
Parcite : non doleo, quod nichil esse probo.
Non est carminibus indiga, sed precibus. »

« Si la mort est quelque chose, elle est soit une substance présente
Soit un accident, ou bien il est clair qu’elle n’est rien.
La chose n’est pas douteuse, parce qu’elle n’est pas une substance
Et qu’un accident ne nuit pas à son sujet ;
Or c’est là précisément une caractérisation qui convient à la mort.
Par conséquent, il ne reste plus de nom pour cette chose,
Et je crois qu’Aristote, Platon et Socrate diraient donc forcément
Qu’il faut affirmer qu’elle n’est rien.
Vous qui gémissez et déplorez ainsi la mort,
Cessez ; moi, je ne souffre pas, car je prouve qu’elle n’est rien.
Elle n’a pas besoin de poèmes, mais de prières. »

33Autre originalité du rouleau de Mathilde : outre-Manche, l’abbesse est la cible d’attaques misogynes qui, pour conventionnelles et littéraires qu’elles puissent être, n’en sont pas moins virulentes et étonnantes pour un lecteur d’aujourd’hui ; elles sont théologiquement fondées sur la culpabilité originelle d’Ève.

Misogynie : du péché originel au motif littéraire

  • 76 La veine du comique misogyne remonte à la comédie antique, et elle a été remise au goût du jour à l (...)
  • 77 Dufour, no 28, p. 409 (Bath) ; no 11, p. 404‑405 (Sainte-Marie-Sainte-Edburge de Winchester) ; no 1 (...)

34Le poème délivré par la cathédrale de Bath, intitulé Vox scolarium eiusdem urbis, émane de scolares (écoliers), c’est-à-dire aussi bien étudiants qu’enseignants. Il traite sur un ton de plaisanterie estudiantine la thématique convenue de la responsabilité d’Ève dans la chute originelle. Le ton est celui des poésies joyeuses, mi-agressif, mi-amusé, misogyne peut-être seulement par besoin du genre, mais ce n’est pas sûr. Il n’en reflète pas moins, lui aussi, la conformation à une norme, ici celle de la transgression comique émanant d’une longue tradition poétique76. Notons que les vers s’adressent à des nonnes. Or seuls deux établissements féminins anglais ont rédigé des deplorationes. C’est donc à leurs naïves consœurs de Winchester et de Shaftesbury que répondent nos scolares77 :

« Quid furitis nonnae ? Quid amatis carmen inane ?
Dicite rem tandem, rem tandem dicite plane.
Quid nos buccicrepa sermonum mole gravatis ?
Quid teritis tempus ventosaque verba rotatis,
Insuitis versus et ploratus pueriles ?
Quid mors, sera licet, venas irrupit aniles ?
Nonne pudet, queso, nobis indicere fletum,
Quod defecit anus, subiit quod femina loetum ?
Certe iure subit letalem femina sortem :
Importavit enim muliebris suasio mortem.
Addo quod illius fertis super aethera vitam,
Nec dubitatis eam solio regni redimitam.
Hoc igitur quantum careat ratione videtis,
Quod vos de domina, cum gaudeat ipsa, doletis.
Propterea, moneo, moerori ponite metas,
Et manibus plausus et laudes edite laetas.
Sin lacrimis plenas huic indulgetis habenas,
Dandum livori, non vero credo dolori.
Nam mala si mors est, subit illam femina iure ;
Si bona, non illam patitur bona femina dure. »

  • 78 Le mot buccicrepa est inconnu des dictionnaires. Il est formé à l’aide du suffixe crepus, issu du v (...)

« Nonnes, d’où vous vient ce délire ? Ce goût des poèmes inutiles ?
Dites enfin le fait, enfin dites le fait simplement.
Pourquoi nous accabler de vos discours braillards78 ?
Pourquoi gaspiller le temps, ressasser du vent,
Broder des vers et des complaintes infantiles ?
Pourquoi la mort, qui a beau arriver tard, brise-t-elle le cœur des vieilles ?
S’il vous plaît, n’avez-vous pas honte de nous imposer le deuil
Parce qu’une vieille est morte, parce qu’une femme est morte ?
Connaître un sort mortel n’est que justice pour la femme,
Car la persuasion d’une femme a apporté la mort.
J’ajoute que vous portez aux nues la vie de celle-ci,
Sans douter de son rachat sur le trône céleste.
Vous voyez là combien vous manquez de raison :
S’affliger pour votre dame quand elle est dans la joie !
Mettez donc, c’est mon conseil, un terme à vos chagrins,
Frappez dans vos mains, exprimez de joyeuses louanges !
Mais si vous donnez libre cours à vos larmes,
Ce sera mis au compte de l’envie et non de la tristesse.
Car une mauvaise mort n’est que justice pour la femme ;
Et si la mort est bonne, la femme bonne n’en souffre pas. »

  • 79 Dufour, no 124, p. 451.

35Cette misogynie, entièrement assise sur la tradition biblique du péché originel dont Ève fut l’instigatrice et Adam la victime, n’est pas l’apanage des scholars anglais. Le rouleau de Mathilde en est parsemé. À la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, l’honneur de Mathilde n’est sauvé que par les protestations du porte-rouleau79 :

« Saepe dedi verum de natura mulierum,
Quam naturale sit eis et perpetuale
Fallere credentes, nec amare nisi insipientes.
Nunc quoque pro more solito mihi stabat in ore
Carmine detegere probra quae scio de muliere ;
Sed pro rolligeri precibus placet ista taceri,
Qui nil turpe sibi cogit prece supplice scribi.
Huius ergo favi precibus, convicia cavi. »
[…]

« J’ai souvent dit le vrai sur la nature des femmes,
Qu’il leur est naturel, qu’il leur est perpétuel
De tromper qui les croit, de n’aimer que les sots.
Une fois encore, selon mon habitude, j’avais à la bouche De dévoiler les infamies que je sais de la femme.
Mais je décide de les taire, à la requête du porte-rouleau,
Dont les prières m’enjoignent de ne rien écrire dont il ait à rougir.
J’ai donc écouté ses prières, et j’ai pris garde à ses protestations.
[…] »

  • 80 Ibidem, no 126, p. 452453.

36Dans la même ville, on fait mieux à Sainte-Radegonde80 :

« Proh dolor ! Eva parens humanae conditionis,
Fons et origo fuit horrendae perditionis.
Costa viro sumpta fuit, inde creata virago,
Fraude sua cuius dampnatur tota propago.
Decipiendo virum fit signum decipiendi.

Sic qui credit eas habet exemplum pereundi.
Femina totum malum, res atra, miserrima, vilis :
Qui se credit eis est ille nimis puerilis.
Dum quid sit mulier per singula scribere vellem,
Rolliger a nobis conatur tollere pellem. »

  • 81 Cf. Gen. 2, 23 : « Haec vocabitur virago quia de viro desumpta est ». Dans le titre no 178 (cathédr (...)

« Ah ! Malheur ! Ève, la mère de notre humaine condition
Fut source et origine de notre horrible perdition.
Une côte fut prise à l’homme, et c’est de là que fut créée la femme81,
Par la faute de qui toute sa descendance est condamnée.
En trompant son mari elle devint signe de tromperie.

Qui croit les femmes y trouve un exemple de perdition.
La femme n’est que méchanceté, chose noire, méprisable, vile :
Qui se fie à elles est un être tout à fait puéril.
Je voudrais écrire en détail ce qu’est une femme,
Mais le porte-rouleau tente de nous soustraire sa peau. »

  • 82 Dufour, no 149, p. 467. Dans une très belle étude sur le plus ancien écrit namurois conservé, Guy P (...)

37et, surtout, à Saint-Ausone d’Angoulême, monastère féminin82 :

« Si moriatur anus, non est plangenda puellis :
Illarum votis haec inimica fuit.
Quippe dolebat anus, si quas vidisset amari.
Causa fuit livor : nullus amabat eam.
Est serpens inter ranas anus inter amantes :
His serpens, illis insidiatur anus.
Haec obiit, laudate Deum, gaudete puellae,
Iam modo liberius vivere quaeque potest.

[…] Iterum versus facti post pocula vini. »

« Si meurt une vieille, les fillettes n’ont pas à pleurer :
La vieille fut l’ennemie de tous leurs souhaits.
Car elle souffrait, la vieille, si elle en voyait être aimées.
La cause était l’envie : elle, personne ne l’aimait.
Une vieille parmi des amoureuses, c’est un serpent entouré de grenouilles :
Le serpent piège celles-ci, la vieille celles-là.
La vôtre est morte, louez-en Dieu, réjouissez-vous, fillettes.
Désormais chacune peut vivre comme elle l’entend.

  • 83 Rien ne suit cette annonce ! Dans le titre no 221 (Dufour, p. 498), une moniale de Saint-Julien d’A (...)

[…] Autres vers faits après quelques coupes de vin83. »

  • 84 Dufour, p. 453, l. 10‑11.

38Dans le titre de Sainte-Radegonde, après avoir rédigé une vingtaine de vers contre les moines bénédictins qui bafouent la Règle – Admoneo, nigrum coetum contemnite pigrum –, un certain Tescelin conseille aussi de fuir les vieilles femmes – Ortor item quod anus vos omnes despiciatis –, car par jalousie elles font obstacle aux jeunes amours84 :

« Turpis anus, rugosa cutis stat, turbida vultu
Invidet his pulcras quas cernit divite cultu »

« La vieille est laide, elle a la peau rugueuse, le visage tempétueux ;
Aussi envie-t-elle les beautés qu’elle voit couvertes d’ornements précieux. »

  • 85 Rapprocher le no 109 (Dufour, p. 447, l. 17) : « Femina cum foret haec non vixit femina carne » ; e (...)

39Mais il conclut en affirmant que Mathilde ne fait pas partie du lot, et il la place parmi les chœurs des anges ; d’autres rédacteurs sauvent Mathilde au prétexte que, si femme elle était, c’est en bonne moniale qu’elle a vécu85.

Le deuxième voyage normand

  • 86 Dans l’ordre de circulation du rouleau, ce sont les nos 70‑97 entre crochets carrés, soient les tit (...)

40De retour d’Angleterre, après un temps de repos à Caen, le rouleau entame une seconde tournée normande, beaucoup plus longue que la première, qui le conduit dans vingt-huit établissements86. Son itinéraire dessine une boucle allant d’abord vers le nord-est, avec des arrêts à Saint-Martin de Troarn, Lisieux (cathédrale et Notre-Dame [du-Pré]), Notre-Dame de Cormeilles, Préaux (Saint-Pierre et Saint-Léger), Notre-Dame de Grestain, Notre-Dame du Bec-Hellouin, Saint-Pierre de Jumièges, Saint-Wandrille, Notre-Dame de Montivilliers, La Trinité de Fécamp, Sainte-Foy de Longue-ville, pour redescendre ensuite vers Caen en passant par Saint-Victor [l’Abbaye], Rouen (cathédrale, Saint-Amand, Saint-Ouen, Sainte-Trinité, Saint-Paul), La Croix-Saint-Leufroy, Évreux (Saint-Sauveur, cathédrale, Saint-Taurin), Saint-Pierre de Conches, Notre-Dame de Lyre, Saint-Évroult, Notre-Dame de Bernay, et Notre-Dame de Saint-Pierre-sur-Dives.

  • 87 Dufour, no 84, p. 435.

41Une quinzaine de maisons ne livrent que leurs listes de défunts accompagnées de la demande de prières traditionnelle. À Conches-en-Ouche, le rédacteur prendra prétexte de la nuit qui tombe pour abréger son titre ; évitant les lieux communs funèbres par cette pirouette, il troussera élégamment deux distiques élégiaques87 :

« Lux fugiens et nox veniens carmen breviabit,
Versiculos paucos in rotuloque dabit.
Quanquam tardetur, grave quidquid notare videtur,
Hoc breve scribo tamen : haec requiescat.
Amen. »

« Le jour qui fuit, la nuit qui vient, abrégeront mon poème
Et ne donneront que peu de vers sur le rouleau.
Bien qu’il se fasse tard, il me faut noter quelque digne propos,
Alors j’écris au moins ces quelques mots : qu’elle repose en paix. Amen. »

42En choisissant pour cette abréviation la forme métrique favorite des aphorismes, proverbes, formules et épitaphes, l’auteur se montre discrètement original ; les autres donnent des hexamètres dactyliques.

  • 88 Ibidem, no 59, p. 421422.
  • 89 Ibidem, no 2, p. 400, l. 14.

43Saint-Martin de Troarn est le premier sur l’itinéraire88. Il commence timidement, avec deux vers seulement, équivalents de la formule liturgique canonique requiescat in pace. Le terme reparator, appliqué implicitement au Christ présenté comme celui qui ressuscite les morts, est à rapprocher de repararet employé dans le poème de Saint-Gabriel89 :

« Mortis damnator vitaeque pius reparator
Partem donet ei, quae fine caret requiei. »

« Toi qui as condamné la mort et restauré miséricordieusement la vie,
Donne <à Mathilde> sa part de repos éternel. »

  • 90 Ibidem, no 61, p. 422423.

44On trouve par la suite plusieurs occurrences de reparare, employés dans une thématique légèrement décalée par rapport à celle des vers de Troarn : il ne s’agit plus de la résurrection apportée par le Christ reparator, mais de l’impuissance des pleurs à faire revivre (reparare) les morts. À la cathédrale Saint-Pierre de Lisieux90 :

« Debetis vestros luctus inibere, sorores,
Tali namque modo non reparatur homo. »

« Vous devez réprimer votre deuil, mes sœurs,
Car ce n’est pas ainsi qu’on fait revivre un être humain. »

  • 91 Ibidem, no 76, p. 432, l. 9.
  • 92 Ibidem, no 71, p. 428.

45De même à la cathédrale de Rouen (vitam nullus poterit reparare)91. Saint-Wandrille92 fait, également, un effort d’inventivité dans l’appel à la prière pour Mathilde et les morts :

« Fons vitae dulcis, dissolvens pocula mortis,
Hanc tibi consocia, vitam requiemque ministra ;
Fratribus et requiem nostris concede perhennem ;
Vos eadem nostris precibus conferre velitis. »

« Source de la douce Vie, qui détruis la coupe de la mort,
Associe-toi Mathilde, accorde-lui la vie et le repos,
Et à nos frères, accorde le repos éternel ;
Et vous, veuillez en accorder autant à nos prières. »

  • 93 Ibidem, no 72, p. 430.

46Les hexamètres léonins de Montivilliers93 lui font écho, reprenant tibi consocia par maneat sociata :

“Sedibus aethereis maneat sociata Mathildis;
Absit ei poen
a; juvet illam virgo Maria.
Angelicus coet
us, divina lege repletus,
Propitius fier
i quaerat sine fine Mathildi.
Ecclesiae lu
men fuit haec miserisque juvamen,
Coeli doctrin
ae cupiens submittere sese,
Subdita divin
is rebus terrena reliquit.
Christus ei requiem concedat habere perhennem. »

« Que Mathilde soit associée aux demeures célestes ;
Que la peine l’épargne ; que la Vierge Marie l’ assiste.
Que l’assemblée des anges, emplie de la divine loi,
À Mathilde cherche à se faire éternellement propice.
Elle était lumière de l’Église et secours des miséreux.
Désirant se soumettre à l’enseignement du ciel,
Se consacrant au divin elle laissa le terrestre.
Que le Christ lui accorde d’avoir le repos éternel. »

  • 94 Ibidem, no 75, p. 431.

47Après deux titres constitués d’une simple demande de prière pour les défunts, Saint-Victor [-l’Abbaye]94 donne quatre hexamètres à rimes plates :

« Qui fraterna petunt pensent fraterna rependi ;
Orent ut tempus veniat nostri miserendi.
Undique concutimur, nulla spem dante quiete.
Defunctis saltem requies sit nescia mete. »

« Ceux qui demandent des sentiments fraternels doivent penser à rendre la
pareille ;
Qu’ils prient, quand viendra l’heure, afin qu’on ait pitié de nous.
Nous sommes frappés de toutes parts, aucun repos ne nous donnant espoir.
Que les défunts reçoivent au moins un repos sans limites. »

  • 95 Ibidem, no 76, p. 431‑432.

48À la cathédrale de Rouen95 un premier poème en distiques élégiaques, structuré autour des homophonies – um et – i, est suivi par la liste de défunts puis par un second poème en hexamètres à rimes plates d’abord, puis léonines :

  • 96 Les nasales -am et -em riment.

« Haec sacrata Deo mulier summi mulierum
Regis sponsarum mater honesta fuit,
Haec matronarum matrona decusque suarum,
Namque sibi vixit vixit et ipsa suis.
Haec tandem, meritis fulgens et plena dierum,
Mundanae sortis conditione ruit.
Ergo fraterna Dominum pietate precemur,
Quatenus aetern
am donet ei requiem96. »

« Cette femme consacrée à Dieu fut l’ honorable mère
De femmes épouses du Roi suprême,
Cette dame fut l’honneur de ses dames,
Car elle vécut pour soi et aussi pour elles.
À la fin, resplendissante de mérites et pleine de jours,
Elle périt selon la loi de la condition humaine.
Aussi, avec une piété fraternelle, prions-nous le Seigneur
De lui donner le repos éternel. » « Item
Si quit defuncto versus lacrimaeque valerent,
Versus ac lacrimas effundere quique studerent ;
Sed quia nil prodest versus lacrimasve notare,
Sic etenim vitam nullus poterit reparare,
Votis instandum, precibus reor invigilandum,
Ut quicquid maculae contraxit conditione
Corporea cujus haec cartula denotat actus,
Donet Christus ei sedem praestans requiei,
Ut duce virgineis Christo conjuncta coreis,
Perpetuae lucem patriae mereatur habere. »

« Si vers et pleurs pouvaient quoi que ce soit pour le défunt,
Chacun s’emploierait à se répandre en vers et en pleurs.
Mais comme il ne sert à rien de consigner ni vers ni pleurs,
Puisque personne ne pourra rendre la vie par ce moyen,
Il faut, je crois, formuler instamment des vœux, supplier sans relâche
Pour que, quelques péchés qu’elle ait commis selon sa condition
Corporelle, à celle dont ce parchemin relate les actions
Le Christ procure le séjour du repos éternel et lui accorde
De se joindre aux chœurs des vierges menés par le Christ,
Et de mériter la lumière de la patrie éternelle. »

  • 97 Ibidem, no 77, p. 432.
  • 98 Saint-Sauveur (no 81), la cathédrale Notre-Dame (no 82) et Saint-Taurin (no 83), p. 434-435.
  • 99 Ibidem, no 84, p. 435. Un second rédacteur ajoute deux distiques étudiés plus haut : Lux fugiens et (...)
  • 100 Ibidem, no 8588, p. 435437.

49Les trois autres établissements rouennais donnent de très courts poèmes de quatre ou cinq vers, à l’exception de Saint-Amand97, qui n’offre qu’une liste de défuntes, imité en cela par les trois établissements d’Évreux98, le premier rédacteur de Saint-Pierre de Conches99, ceux de Notre-Dame de Lyre, de Saint-Evroult, de Notre-Dame de Bernay et Notre-Dame de Saint-Pierre sur Dives100.

  • 101 Ibidem, no 78, p. 433. Rapprocher de no 216, l. 19‑20 : « Gaudeat haec Mathildis perque Mariam / Qu (...)

50Les vers rouennais sont conformes à la rhétorique conventionnelle. À Saint-Ouen c’est une prière hexamétrique au Messie né de la Vierge Marie, c’est-à-dire un rappel du mystère de l’Incarnation et du Salut101 :

« Haec mater, morum probitas nutrixque sororum,
Contempsit florem mundi, servando pudorem.
Ergo, Messia, genuit quem virgo Maria,
Ne reprobi testes noceant sibi, gaudia praestes. »

« Cette mère, probité des mœurs et nourrice des sœurs,
Méprisa la fleur du monde en gardant sa pudeur.
Alors, Messie, qu’engendra la Vierge Marie,
Empêche les faux témoins de lui nuire et donne-lui la joie. »

  • 102 Ibidem, no 79, p. 433.
  • 103 Supra. On pourra comparer avec Marbode, Vita Theophili metrica, v. 481, où l’ordre des mots rend pl (...)

51La Sainte-Trinité102 invoque elle aussi, pour le salut de Mathilde, le Christ miséricordieux, qui donne sans contrepartie. L’énonciation du dernier vers se fait dans un ordre relativement inattendu : la demande de vie éternelle (ac tecum vivat) est suivie de la mention de la mort cruelle (mors fera) qui prive de vie (vita privat), ce qui met l’accent sur la douleur de la mort terrestre, et occulte du même coup le topos chrétien selon lequel la seule vie serait dans la mort. L’idée est très fortement soulignée stylistiquement : vivat, à la césure penthémimère, se développe dans le 2e hémistiche en un premier écho sémantique et phonique (vivat/ vita), puis en un second écho phonique, privat constituant avec vivat une rime interne riche (vivat/privat)103.

« Christe, Dei patris virtus et gloria matris,
Nostros errores miseratus necne dolores,
Qui bona das gratis, huic tende manum pietatis,
Ut tibi conjuncta fragili sit corpore functa,
Ac tecum vivat, quam vita mors fera privat. »

« Christ, vertu de Dieu le Père et gloire de ta mère,
Prends pitié de nos erreurs et de nos douleurs,
Toi qui donnes les biens gratuitement, tends-lui une main de miséricorde :
Qu’une fois délivrée de son corps fragile elle te soit unie,
Et qu’elle vive avec toi, elle que la mort cruelle prive de vie. »

  • 104 Dufour, no 80, p. 433‑434.

52Le poète de Saint-Paul de Rouen104 va plus loin, évoquant Mathilde comme une pécheresse susceptible d’être livrée au châtiment éternel :

  • 105 Sententia iudicialis est attesté 4 fois en fin de vers, chez Baudri et Hildebert.

« Non hanc condempnet sententia judicialis105,
Regna superna Dei gratia det venialis,
Nec quod peccavit perpes vindicta sequatur,
Qua gaudet requie justorum turma fruatur. »

« Que la sentence du Juge ne la condamne pas,
Que la grâce du pardon de Dieu lui donne le royaume céleste,
Que pour ses péchés la vengeance éternelle de la poursuive pas,
Qu’elle jouisse du repos que connaît la troupe des justes. »

Le troisième voyage en France : les parties normande et bretonne

  • 106 Dans l’ordre de circulation du rouleau, ce sont les nos 98‑110 entre crochets carrés, soient les ti (...)

53À partir de Caen, le rouleau entame un troisième voyage, qui le conduit cette fois vers l’ouest, d’abord dans le Cotentin – à Saint-Vigor de Cerisy, Notre-Dame de Montebourg, Saint-Sauveur [-le-Vicomte], à la Sainte-Trinité de Lessay et à la cathédrale de Coutances, à Saint-Sever –, puis à la cathédrale d’Avranches, au Mont-Saint-Michel, avant qu’il ne passe en Bretagne, à Rennes (Saint-Melaine et Saint-Georges), à Saint-Méen, à Notre-Dame de Paimpont et à Saint-Sauveur de Redon106.

  • 107 Sur cartula désignant l’encyclique, voir supra, n. 67.

54On retrouve évidemment des thématiques déjà vues, à commencer par celle du salut de la défunte. Sur la foi de l’encyclique107, Saint-Vigor de Cerisy, La Sainte-Trinité de Lessay, Saint-Sever et la cathédrale d’Avranches considèrent Mathilde comme sauvée, les deux premiers de façon plus nette que les deux suivants :

  • 108 Dufour, no 90, p. 437.
  • 109 Comprendre letum (la mort).

(Saint-Vigor108)
« Quam cupimus nobis, sint vobis dona salutis.
Qui finem matris tractatis questibus atris.
Ob matris laetum109, moneo vos, linquite fletum :
Tollitur angelicis qui vixit taliter ulnis
In coelum, verax ut signat epistola vestra.
Nos tamen hanc superas precibus tollemus in auras ;
Vos eadem nostris persolvite jura vicissim. »

« Recevez les dons du salut que nous désirons pour nous-mêmes.
Vous qui traitez de la mort de votre mère avec de sombres plaintes,
Pour la mort de votre mère, je vous le conseille, cessez de pleurer :
Celle qui vécut ainsi est portée dans les bras des anges
Jusqu’au ciel, comme le signale votre lettre qui dit vrai.
Par nos prières nous la porterons cependant au plus haut des airs ;
Et vous, payez-nous votre dette à votre tour. »

  • 110 No 92, p. 438. Le no 91 (Notre-Dame de Montebourg) n’est qu’une demande de prières pour une liste d (...)
  • 111 Meta désigne la borne du cirque autour de laquelle va tourner le char, et qui délimite ses tours su (...)

(Sainte-Trinité de Lessay110)
« Vos faciat laetas qui fecit in aethere metas111,
Ut faciem regis cernatis cunctipotentis.
Sit qui dicat amen, cui sit sub pectore flamen.
Pellifer adveniens, partes nostras quoque tangens,
Vester conspicuam devolvit in ordine cartam,
Quae fatum vestrae matris vitam quoque plene
Continet, ad sedem quam rex vehat altus et aedem,
Quo gaudent sancti splendentes lumine coeli,
In requie summa potientes pace diurna.
Gloria quae capiat nos et vos hoc Deus addat,
Et vos cum vestra vivatis matre beata,
Et nos prelatos cernamus in aethre locatos.
Reddite vos nostris quod vultis nos dare vestris. »

« Puisse vous rendre heureuses celui qui dans les cieux plaça les bornes
En sorte que vous contempliez la face du Roi tout-puissant.
Que dise Amen celui qui a le Saint-Esprit en son cœur.
Un porteur de rouleau arrive, il entre chez nous,
Un des vôtres déroule dans l’ordre, bien visible, le parchemin
Tout entier rempli de la mort et de la vie de votre mère
Que le Roi céleste conduit dans le séjour et la demeure
Où se réjouissent les saints resplendissants de la lumière du ciel,
Qui dans le repos éternel possèdent la paix suprême.
Que Dieu accorde aussi que nous et vous connaissions cette gloire,
Vous de vivre avec votre bienheureuse mère,
Et nous de voir nos prélats placés dans les cieux.
Et vous, rendez aux nôtres ce que vous voulez que nous donnions aux vôtres. »

  • 112 Dufour, no 89, p. 437.

(Saint-Sever112)
« Felix semper erit haec abbatissa Mathildis,
Si bene sic vixit, ut praesens cartula dixit ;
Terrea possedit, coelestia semper amavit ;
Fletibus ecce caret, gaudia semper habet ;
Perpetuam requiem det sibi Christus. Amen. »

« L’abbesse Mathilde sera heureuse pour toujours,
Si sa vie fut aussi droite que le dit l’ encyclique.
Elle eut des biens terrestres, mais toujours aima les célestes ;
La voici délivrée des pleurs, n’ayant que joie pour toujours ;
Que le Christ lui donne le repos éternel. Amen. »

  • 113 Ibidem, no 95, p. 440.

(Cathédrale d’Avranches113)
« Si qui scripserunt Mathildis factafuerunt
Vel sunt veridici, nec more loquuntur amici.
Deponat fletus olim junctus sibi coetus,
Atque vacet cura, quia non est jam moritura.
Nunc est gaudendum, vel votis subveniendum, Pulvere cum vitae sit nulla caro sine lite,
In se regnare quam Paulus flebat amare ;
Sed dum supponi poterat mortis ditioni,
[Semper] erat flendum potius semperque timendum
[…]

Item
Prima parens primusque pater, dummagnificari
Se cuperent, subito lapsu sedem requiei
Amisere, datumque fuit sub morte perenni
Triste piare nefas et justas solvere poenas.
At Verbum de patre Deo, de lumine lumen,
Virginis ex utero Deus est status intemeratae,
Qui cum [m] ore rei morti succumberet, inde
Tanquam de somno surgens, ut dixerat ante,
Diluit omne malum, peccataque nostra resolvit
Et dedit ad patriam, jam longo tempore clausam,
Ut redeant homines, mandata Dei facientes.
At mundi vitam fragile transgressa Mathildis
Sanctorum felicibus associate choreis,
Obtineat pacem per secula cuncta perhennem. »

  • 114 On remarquera que la ponctuation rend ces vers ambigus : le point après amici donne à si qui le sen (...)
  • 115 La suite du poème est très mutilée.

« Tous ceux qui ont écrit les faits de Mathilde ont dit
Ou disent la vérité et ne parlent pas à la manière d’un ami.
Que la communauté qui lui était jadis unie cesse de pleurer,
Qu’elle soit sans souci, car elle ne mourra plus114.
À présent il faut se réjouir et l’aider par des prières,
Car, dans la poussière de cette vie, le péché n’épargne pas la chair,
Dont Paul déplorait amèrement qu’elle régnât en lui.
C’est lorsqu’elle pouvait être soumise au pouvoir de la mort
Qu’il aurait fallu pleurer toujours plutôt que de craindre
[…]115

Notre première mère et notre premier père, en voulant
Se grandir, par une chute soudaine perdirent le séjour
Du repos, et il leur fut donné d’expier par une mort éternelle
Leur funeste crime et de subir un juste châtiment.
Mais le Verbe de Dieu le Père, lumière de la lumière,
Naquit Dieu des entrailles de la Vierge immaculée.
Ayant succombé à la mort à la façon d’un condamné,
Comme s’il sortait du sommeil, ainsi qu’il l’avait prédit,
Il annihila ensuite tout mal, détruisit nos péchés
Et aux hommes qui accompliraient les commandements de Dieu,
Accorda de retourner dans la patrie dont ils avaient été longtemps exclus.
Qu’ayant traversé la vie fragile du monde, Mathilde,
Associée aux heureux chœurs des saints,
Obtienne la paix éternelle par les siècles des siècles. »

  • 116 Dufour, no 96, p. 441‑442.
  • 117 À Saint-Wandrille : « Fons vitae dulcis […] hanc tibi consocia ». Au Mont Saint-Michel : « Istius m (...)
  • 118 La fin d’hexamètre in astris est banale. Civibus aethereis est attesté en début et en fin de vers d (...)

55L’itinéraire normand se termine sur une belle prière donnée au Mont-Saint-Michel116. La demande d’admission de la morte auprès des anges117 y est exprimée en un style élevé, orné de mots archaïsants et poétiques118, mis en valeur par une subtile distribution de rimes (rimes léonines, en – is d’abord, puis en-men, la rime en – men étant annoncée par flamen à la coupe hephtémimère, et la sonorité – is étant reprise dans le dernier vers à la coupe trihémimère :

« Istius matris flamen societur in astris
Civibus aethereis, precibus sancti Michaelis.
Nec mortis nomen nec averni sentiat omen. »

« Puisse le souffle de cette mère s’associer parmi les astres
Aux habitants des cieux, sur les prières de saint Michel,
Et ne pas sentir le nom de la mort ni le présage de l’Enfer. »

  • 119 Dufour, no 97, p. 442.

56Le premier établissement breton visité est Saint-Melaine de Rennes119, qui place lui aussi sa demande de prière dans le cadre du péché universel, mais se plaît à créer quelques effets phoniques peut-être pas entièrement dénués d’humour : allitérations en p (potest… penitus… culpa ; prece… pudica petit), en k (quam qui committit ; nequam quamcumque), en s (ast astu zabuli), les deux derniers sons étant réunis dans l’avant-dernier vers, où ils produisent un effet cacophonique contrastant avec le caractère étale du dernier vers comme le chaos du monde d’après la Chute contraste avec l’apaisement de la vengeance divine.

« Nemo potest nulla penitus culpa maculari,
Quam qui comittit, Omnipotensve ferit.
Unde vel exigua matrem constat maculatam,
Cui prece succurri turba pudica petit.
Ast astu zabuli nequam quamcumque patravit,
Poena suspensa, deleat Omnipotens. »

« Personne ne peut être totalement dépourvu de la souillure du péché.
Et celui qui le commet est frappé par le Tout-Puissant.
Elle est donc assurément souillée, si légèrement que ce soit,
La mère que la chaste troupe veut secourir par ses prières.
Mais quelque méfait qu’elle ait accompli par la ruse du diable,
Que le Tout-Puissant le détruise et suspende le châtiment. »

  • 120 Ibidem, no 99, p. 443444.

57Comme pour donner raison à Baudri, le titre de Saint-Méen, après celui d’Avranches, ramène tout à Adam et Ève, dont les antitypes sont le Christ et la Vierge ; ce thème encadre un éloge de l’abbesse120 :

  • 121 Comprendre reddentur.

« Illa fuit mulier mundum quae prima peremit ;
Illa fuit mulier quae mundum morte redemit.
Haec Adam primum suadendo duxit ad immum ;
Obediens Virgo revocat de morte fideles.
Femina peccavit, sed crimina Virgo piavit.
Ergo paci data Mathildis [non] plangite fata ;
Mathildis omnes orent pro morte fideles :
Nam sprevit mundum, vittans quasi nauta profundum,
Sprevit divitias et mundi philosofias ;
Vestes, thesaurum, argentum sprevit et aurum ;
Quicquid in his habuit pauperibus tribuit.
Ergo mercedes Christi redemptur121 in aedes
Pro meritis ju
stae, nam semper vixit honeste.
Hanc in sede pia gaudentem sancta Maria
Collocet, ut videat, Tartara ne timeat.
Dicite pro nostris quod vultis dicere vestris. »

« Elle, fut la première femme, qui perdit le monde,
Elle, fut la femme qui de la mort racheta le monde.
L’une, au commencement, perdit Adam par sa persuasion ;
La Vierge par son obéissance ramène les fidèles de la mort.
La femme pécha, mais la Vierge expia ses péchés.
Ne pleurez donc pas la mort de Mathilde, qui l’a menée à la paix ;
Tous les fidèles doivent prier pour la mort de Mathilde :
Car elle méprisa le monde, comme un matelot évitant les abysses,
Elle méprisa les richesses et les fausses philosophies du monde ;
Vêtements, trésors, argent, elle les méprisa ainsi que l’or ;
Tout ce qu’elle posséda de la sorte elle l’offrit aux pauvres.
Aussi le prix lui sera-t-il rendu dans les demeures du Christ
Pour les mérites de la juste qui toujours vécut honnêtement.
Puisse sainte Marie miséricordieuse la placer, joyeuse,
Dans son séjour, afin qu’elle voie le Tartare sans le craindre.
Dites pour les nôtres ce que vous voulez que nous disions pour les vôtres. »

  • 122 Dufour, no 101, p. 444.
  • 123 Ibidem, no 98, p. 443.

58Le dernier titre, donné à Saint-Sauveur de Redon, est lui aussi un éloge passe-partout de Mathilde, louée pour sa vie honnête, sa sagesse, sa pudeur, sa chasteté, Mathilde au visage sévère et à la parole modeste, qui avant même l’âge de raison choisit le Christ, le servit, et vit à présent auprès de lui. L’abbesse Mathilde, qui, nourrie au cloître et devenue abbesse, montra toutes les qualités exigées de son ordre122. Le titre de Saint-Georges de Rennes123 est intéressant, car à droite d’un développement conventionnel sur le salut apporté par l’Incarnation, une autre main, dont l’époque n’est pas précisée, a écrit un texte d’un tout autre genre :

  • 124 Le terme ecclesiastica (« pieuse ») est également employé dans le titre 140 (cathédrale de Saintes,(...)

« Haec bona Mathildis fuit ecclesiastica124 multum,
Atque suo sponso devote per omnia tan
tum.
Sed bonitas et simplicitas nobis notue
re.
Nam de matre bona processit filia ve
re
Stulta, nimis viciosa, satis data nequicie
i,
Nempe suo sponso numquam devota fidel
i.
Suscipiat mater cum sponso gaudia coeli. »

« Cette Mathilde-ci fut pleine de piété
Et en toute chose à son époux dévouée.
Mais sa bonté et sa sincérité sont connues de nous.
De cette bonne mère procéda, en vérité, une fille
Vraiment sotte, très vicieuse, fort adonnée à la débauche,
Évidemment jamais dévouée à son fidèle époux.
Que sa mère reçoive les joies célestes avec l’Époux. »

59Si pour l’annotateur, Mathilde est bien l’abbesse de la Trinité de Caen, la filiation est forcément spirituelle et on aurait là un couplet vengeur dirigé contre une moniale de l’établissement ; vu la teneur des griefs, on peut évidemment tout supposer !

Bilan littéraire

Prédominance du médium poétique

  • 125 Dufour, no 152, p. 468.

60L’idée selon laquelle poésie et christianisme ne feraient pas bon ménage, a fortiori lorsqu’il s’agit de traiter du salut éternel, est un topos ; on connaît sur ce point la mauvaise conscience exprimée par certains Pères antiques férus de Virgile, et la christianisation que le Moyen Âge aurait opérée sur de grands auteurs païens dans le seul but d’en autoriser la lecture. Donc l’idée que la poésie (forcément futile et mensongère dans la conscience chrétienne, tout au moins officiellement) ne serait pas le meilleur vecteur possible pour l’expression de condoléances s’exprime dans certains tituli, comme celui de Saint-Pierre de Méobecq125 :

« Rollifer, audito, non debet versificari
Quisquis pro Domino cupit hic bene mortificari. »

« Porte-rouleau, écoute : il ne faut pas célébrer par des vers
Quiconque désire ici pour le Seigneur jouir d’une bonne mort. »

61Le fait même que cette condamnation de la poésie s’exprime en hexamètres dactyliques montre assez qu’il s’agit d’un simple lieu commun, et, on l’a vu, les rédacteurs versifient à qui mieux mieux : l’abondance de poèmes métriques montre que l’expression de l’interdit poétique est restée un vieux souvenir du très haut Moyen Âge, et qu’il n’a jamais entravé la production des XIe-XIIe siècles.

  • 126 Ibidem, no 176, p. 476.
  • 127 De rares pièces hexamétriques contiennent des pentamètres, par exemple les nos 99, l. 5‑9 ; 107, l. (...)

62Dans le rouleau de Mathilde, tous les titres sont en vers, sauf un, qui est en prose rimée126. Parmi les 110 pièces versifiées du rouleau, la très grande majorité est en vers métriques, et la plupart en hexamètres dactyliques127. Parmi les vers hexamétriques, certains revêtent une forme originale, particulièrement en Angleterre : à Sainte-Marie-Sainte-Edburge de Winchester (no 11), douze hexamètres à césure penthémimère, intitulés Versus cuiusdam neptis suae, sont tous terminés par le mot Maria, qui constitue la dernière brève du dactyle cinquième et le trochée final, technique qui s’apparente à celle des tropes ; à Hulme (no 46), le mot Mathildi(s) joue le même rôle ; à Saint-Pierre de Westminster, à Londres, tous les derniers mots sont des verbes terminés en – atur, sauf le dernier, precamur, façon de mettre ainsi en évidence le contre-don de prières.

  • 128 Ibidem, nos 41, 61, 76, 84, 97, 104, 105, 119, 140, 146, 149, 174, 177, 184, 196, 199, 204, 218.
  • 129 Ibidem, p. 248‑251, rouleau 95. Le vers adonique est un pentasyllabe formé d’un dactyle suivi d’un (...)
  • 130 Voir Norberg, Introduction…, p. 95‑97.

63Parmi les poèmes non (entièrement) hexamétriques, dix-huit pièces (soit environ 17 %) sont entièrement ou partiellement en distiques élégiaques128. Le poème pour Renaud, abbé de Fleury, est composé de 84 vers adoniques129, et le titre no 216 se compose de trois strophes saphiques130.

  • 131 C’est-à-dire accentués sur l’antépénultième syllabe du vers (Norberg, Introduction…, p. 106‑110). D (...)
  • 132 Voir Norberg, Introduction…, p. 152‑153.
  • 133 C’est-à-dire accentués sur l’avant-dernière syllabe du vers ; c’est un demi-septénaire trochaïque r (...)

64Deux poèmes sont en vers rythmiques : le no 185 (ritmice compositus), imitation rythmique du dimètre iambique, est formé d’octosyllabes proparoxytons131 entrecoupés d’un décasyllabe également proparoxyton structuré en 4 + 6 syllabes132 ; le no 221, imitation rythmique du dimètre trochaïque, est formé d’octosyllabes paroxytons133.

  • 134 Dufour, rouleau 39, p. 41‑45, ici p. 44, l. 23‑45, l. 5. Pour la traduction : Jean Dufour, « Un poè (...)

65La poésie rythmique est précisément présentée comme une alternative à la poésie métrique par le rédacteur du titre délivré par Saint-Remi de Reims sur un rouleau d’origine inconnue, durant la 2e moitié du Xe siècle134. Les rythmi latins sont en effet un moyen d’expression typiquement médiéval (donc non marqué par le paganisme), de style plus bas que la poésie métrique, et la plupart du temps chanté. Le rédacteur rémois utilise la transposition rythmique du septénaire trochaïque, soit huit syllabes accentuées sur l’avant-dernière (paroxyton), suivies de sept syllabes accentuées sur l’antépénultième (proparoxyton). Après avoir glosé sur la Pentecôte, que l’on célèbre le jour où il écrit, il conclut :

  • 135 Perse, Satires, I, 27.

« Haec ingenii pro captu

spreta lege carminis

Syllabarum sed servato

dixi pauca numero

Ut oportuit utendo

symplici eloquio.

Nullus enim fere scribit

carmen doctus rotulus

Nisi ut demonstret tantum

multum suum sapere

Juxta quod poeta canit

suo libro Persius :

‘Scire tuum nihil est, nisi te scire hoc sciat alter135 ?’ »

  • 136 Les syllabes accentuées sont indiquées en italique.

« J’ai dit là peu de choses, comme j’ai pu, au mépris de la règle métrique et en observant celle des syllabes, comme il fallait, en usant d’un langage simple. Car pratiquement aucun savant n’écrit de poème dans une autre intention que de voir répandre largement par le rouleau l’étendue de son savoir, conformément à ce que le poète Perse chante dans son livre : “Ton savoir n’est-il rien, si autrui ne sait pas que tu sais ?” Forcément, nous ne tenons guère en estime ces choses-là136. »

Remarques sur la prosodie et la métrique

  • 137 La lecture de la totalité du rouleau laisse entrevoir que la scansion de la totalité des poèmes ne (...)

66Les poèmes du rouleau de Mathilde, on l’a dit, relèvent en quasi-totalité de la métrique dactylique. Afin de pouvoir les situer dans la pratique médiévale, et en particulier par rapport à celle de Baudri de Bourgueil (poète tout à fait contemporain de nos rédacteurs et lui aussi auteur de poèmes destinés aux rouleaux des morts, comme on l’a vu), j’ai scandé un échantillon de 200 vers du rouleau137.

  • 138 Tilliette, dans Baudri de Bourgueil, Poèmes, vol. 1, p. xxviii-xxix donne une liste de faits prosod (...)
  • 139 Phénomène devenu normal au Moyen Âge en raison de la prononciation : voir Norberg, Introduction…, p (...)

67La prosodie de l’échantillon sélectionné est globalement conforme aux règles de la fin de l’Antiquité138. On note deux allongements avant la césure (productio ante caesuram ou in arsi) dans les deux premiers vers du titre no 2 (pictura et propitia, qui tombent avant la penthémimère) ; dans le même titre, la première syllabe de propitius est longue, alors qu’elle est brève en poésie classique ; dans le no 11, les trois premières syllabes de feliciter forment un dactyle, alors que li est long en poésie classique ; dans le titre no 23, h fait position et entraîne l’allongement de et ; dans le titre no 28, le e de muliebris est long139. L’élision et l’aphérèse sont évitées, à de négligeables exceptions près, par exemple dans le titre no 98, où la coupe tombe entre psallendum et est, la finale de psallendum s’allongeant devant la césure penthémimère. Le démonstratif huic est partout monosyllabique par synérèse (prononciation wic), et dans le titre no 28, par synérèse également, suasio est trisyllabique (prononciation swa/si/o).

  • 140 Pour les statistiques concernant Baudri de Bourgueil, voir Tilliette, dans Baudri de Bourgueil, Poè (...)
  • 141 Jean-Yves Tilliette, « Métrique carolingienne et métrique auxerroise. Quelques réflexions sur la Vi (...)
  • 142 Jean-Yves Tilliette ne donne pas de chiffres ; ce n’est apparemment pas un schéma fréquent chez Bau (...)

68La répartition des pieds dans les hexamètres dactyliques (employés seuls ou dans le distique élégiaque) est, comme celle de Baudri de Bourgueil, conforme à la métrique classique. En effet, les débuts de vers formés de quatre spondées, qui créent un rythme pesant, forment 8,5 % de l’échantillon scandé (7 % chez Virgile, 1,1 % chez Ovide, et 8,1 % chez Baudri)140, et le schéma métrique le plus fréquent (dactyle + 3 spondées, 13 %) est aussi le préféré de Baudri (11,6 %) comme de Virgile et Ovide (environ 14 %)141 ; l’alternance dactyle/spondée/dactyle/spondée (dsds) représente 11,5 % des débuts de vers (environ 11 % chez Virgile et Ovide142). La séquence ddss, qui est de 11,8 % chez Virgile et 10,7 % chez Ovide, est de 10,3 % chez Baudri et de 8 % dans notre échantillon.

  • 143 Mêmes remarques chez Tilliette, dans Baudri de Bourgueil, Poèmes, p. xxx-xxxiii.

69À côté de ces caractères classiques, la métrique des rédacteurs présente les caractéristiques de la poésie du début du XIIe siècle : une omniprésence de la rime, avec préférence pour la rime léonine à la césure penthémimère ; une omniprésence de la césure penthémimère ; des fins de vers contraires aux usages classiques143.

  • 144 On peut trouver les deux rimes ensemble. Pour éviter que les 18 tripertiti dactylici ne pèsent indû (...)

70L’usage systématique de la rime est un phénomène spécifiquement médiéval. Or ici presque tous les poèmes sont rimés, certains contenant de rares vers non rimés. Les vers léonins et caudati (c’est-à-dire à rimes finales) sont en nombre sensiblement équivalent : dans notre échantillon, 41 % sont léonins, 57 % caudati144. Le reste, c’est-à-dire une quantité négligeable, se répartit entre vers non rimés, vers irrégulièrement assonancés, et rimes entre fins des premiers hémistiches (titre no 11c).

71Dans l’échantillon analysé, la césure penthémimère représente 84,5 % des césures de l’échantillon, la triade 3e trochaïque/trihémimère/hephthémimère 4,5 %, le couple trihémimère/hephthémimère 1 % et les tripertiti dactylici 9 % ; le poids de ces derniers est statistiquement excessif et fausse la vision d’ensemble, car ces vers sont regroupés dans un seul poème : ils constituent donc un cas isolé. Si l’on fait abstraction de ces vers, on obtient les résultats suivants : 93 % de césures penthémimères, 5 % pour la triade 3e trochaïque/trihémimère/hephthémimère, et 2 % pour le reste (couple trihémimère/hephthémimère et absence de césure). Ces résultats sont très voisins de ceux que Jean-Yves Tilliette donne pour Baudri de Bourgueil, chez qui il relève en particulier 96 % de coupes penthémimères.

  • 145 Dans le titre 32, en revanche, il y a, à l’avant-dernier vers (« Praefuit in terris anima-bus ; sen (...)

72Conformes également à celles de Baudri, les fins de vers, que Jean-Yves Tilliette qualifie à juste titre d’aberrantes : alors que la métrique classique exigeait à cette place des di-ou trisyllabes, notre échantillon fournit 16,5 % de quadrisyllabes, 9,5 % de pentasyllabes et 0,5 d’hexasyllabes (soit une seule occurrence). Cette irrégularité s’accompagne d’un abus de la coupe bucolique (66 %, ce qui bat Baudri, chez qui Jean-Yves Tilliette en relève un peu plus de 40 %). Ce qu’on appelle coupe bucolique n’est pas à proprement parler une coupe, mais un inter-mot entre le 4e et le 5e pied, c’est-à-dire juste avant la clausule héroïque. C’est une sorte d’accident, de « hasard », que Bède nomme passio dans son De arte metrica. Or cet « accident » révèle une faiblesse de nos poètes, qui utilisent souvent des fins de vers formulaires, et qui « pensent » en quelque sorte leurs fins de vers comme isolées du reste145 ; le couple penthémimère/bucolique concourt à la monotonie du vers.

73On est devant une production certes très stéréotypée dans sa thématique, mais cela ne saurait lui être reproché, surtout que le niveau de compétence poétique se tient plutôt bien. Presque la moitié des établissements ecclésiastiques, souvent de taille modeste, disposait donc d’un lettré capable d’écrire des vers dans le goût de l’époque : c’est là un témoignage fort intéressant sur le niveau culturel des abbayes et des chapitres cathédraux. Il resterait à tenter de mettre en relation la production connue des poètes et des écoles du début du XIIe siècle avec celle des établissements qui ont donné ces poèmes, afin de dégager des réseaux intellectuels et scolaires et identifier les poètes qui ont pu agir dans ces établissements. Ceci est un autre programme !

Notes

1 Pour une présentation de ce type de document, voir Jean Dufour, « Le rouleau des morts de saint Bruno », Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Comptes rendus des séances de l’année 2003, janvier-mars, Paris, 2003, p. 5‑26, ici p. 5‑10, et p. 5‑6 spécialement pour les brefs. Voir aussi Michel Parisse, « Un voyage en Lorraine : le rouleau des morts de Saint-Pierremont », Les Cahiers lorrains, 1/2, juin 2007, p. 16‑27. Mon étude est entièrement fondée sur les travaux de Jean Dufour, et avant tout sur sa monumentale édition des rouleaux des morts, publiée sous la direction de Jean Favier, membre de l’Institut : Jean Dufour éd., Recueil des rouleaux des morts (VIIIe siècle - vers 1536), Paris, 2005-2008, 4 vol., spécialement ici le vol. 1 (VIIIe siècle - 1180). Je remercie très chaleureusement l’auteur pour la lecture qu’il a bien voulu faire de mon article et pour ses précieuses remarques.

2 Si l’on a des témoignages indirects de leur existence dès les VIIIe-IXe siècles, nous ne possédons plus de rouleau des morts antérieur à la 2e moitié du Xe siècle ; la pratique se poursuit jusque vers le XVIIIe siècle.

3 En ce domaine, voir la belle étude de Michel Parisse, « Un voyage… ».

4 Voir Parisse, « Un voyage… », p. 26 : dans le rouleau de Saint-Pierremont, les frères mineurs de Provins copient deux fois le même titre, et en donnent la raison : le premier avait été souillé par la maladresse d’un voisin du rédacteur ; ce dernier présente ses excuses pour le porteur et lui-même.

5 Les nos 143 et 144 apparaissent ainsi comme un règlement de comptes entre deux établissements de Saintes. Après la demande de prières et la liste de défunts du monastère Saint-Eutrope (no 143, p. 461), un moine compose une sorte de complainte du pauvre moine : les moines prient pour autrui, dit-il, mais personne ne prie pour eux ; ils vivent en guenilles, sont la risée de tous et n’ont de prix que pour Dieu. Ainsi abandonnés, ils ont des craintes pour leur sort post mortem, redoutant le jour du Jugement et la colère du Juge. Dans le titre suivant (no 144, p. 461‑463), un chanoine de Saint-Vivien se lance dans une grande tirade contre les mauvais moines d’aujourd’hui, qui ont abandonné tout respect de la règle. Il s’en prend tout particulièrement à Cluny, à propos de l’élection de l’évêque de Saintes : après la mort de Pierre, un chanoine d’excellente vertu fut désigné à l’unanimité et dans les règles, mais les moines (manipulés par les clunisiens) eurent sa peau. L’histoire reste en suspens, car le porte-rouleau s’impatiente et le rédacteur termine en catastrophe par quatre vers d’éloge pour Mathilde et une formule aimable à l’égard des moniales : valeant monachae amicae nostrae !

6 Ils ont été édités et traduits : Baudri de Bourgueil, Poèmes, éd. et trad. Jean-Yves Tilliette, Paris, 1998 (Auteurs latins du Moyen Âge), vol. I, et reproduits dans l’édition de Jean Dufour, Recueil… (no 81, p. 227‑229 ; no 82, p. 229‑231 ; no 83, p. 231‑233 ; no 85, p. 234‑235 ; no 88, p. 236‑238).

7 Jean-Yves Tilliette, dans Baudri de Bourgueil, Poèmes, p. xviii : les épitaphes sont plutôt des « monuments de parchemin » que des inscriptions lapidaires réelles.

8 Carmen 22, p. 43.

9 Baudri de Bourgueil, Poèmes, c. 14, p. 39. L’appel à ne pas gâcher le parchemin se trouve aussi dans le rouleau de Rainaud de Reims (ibidem, c. 17, p. 40).

10 Avec humour, il s’appuie lui-même sur ce lieu commun dans le rouleau mortuaire de l’abbé Adam (c. 73, p. 67‑68).

11 C. 18, p. 41.

12 Ce dernier a droit à deux poèmes, dont on ne sait pas trop s’ils figuraient tous deux sur le rouleau, le second, l’invectio, pouvant être un poème « littéraire » : In rotulo pro archiepiscopi Biturigensi, c. 22, p. 43 et Invectio in rolligerum, c. 23, p. 44.

13 Dufour, Recueil…, p. 392.

14 ibidem, p. 392‑502 (no 114) ; présentation du document p. 392‑396. L’édition de Jean Dufour est désormais abrégée [Dufour].

15 La présence d’une peinture est exceptionnelle avant le XIIIe siècle d’après Jean Dufour, « Le rouleau… », p. 8 : « À partir du XIIIe siècle, l’encyclique est quelquefois précédée d’une peinture (souvent splendide) » et p. 9 : « exceptionnellement, un titulus pouvait être décoré ». La présence d’une peinture dans le rouleau de Mathilde ne se détecte qu’après une lecture attentive du texte ; étant donné la déperdition massive des originaux, il n’est donc pas exclu que l’usage remonte au début du XIIe siècle, voire avant.

16 Dufour, p. 400, l. 89 : « Signat pictura quia non est mors nocitura/Cui vult propitia fieri pia virgo ».

17 Ibidem, p. 451 : « Non scriptura vel pictura rotuli quem bajulas ».

18 Ibidem, p. 494.

19 Pour tout ce qu’ils m’ont apporté dans la discussion concernant litura, je remercie chaleureusement Mechtild Pörnbacher, chercheur au Mittellateinisches Wörterbuch, et Liugi Munzi, auteur de ‘Litera Legitera’. Testi grammaticali latini dell’Alto Medioevo, Naples, 2007 (Aion, Annali dell’Università di Napoli ‘L’orientale’, Quaderni, 11).

20 Ulrich Nonn, « Merowingische Testamente », Archiv für Diplomatik, 18, 1972, p. 78, n. 512, remarque que dans les testaments qu’il examine, les copistes n’ont pas toujours bien distingué li(t)tera (lettre), litura (biffure) et litteratura (alphabet, lettre).

21 La raison prosodique est seconde par rapport à la théorie (discutée) d’un étymon commun à littera et litura, à savoir le verbe lino (enduire) ; les tenants de cette étymologie écrivent généralement litera avec un seul t. Cette étymologie remonte à Priscien (Keil, Grammatici Latini, II, 6, 12 : « dicitur autem litera vel quasi legitera, quod legendi iter praebeat, vel a lituris, ut quibusdam placet, quod plerumque in ceratis tabulis antiqui scribere solebant »), et se retrouve, avec des justifications diverses, chez d’autres auteurs comme Murethac ou Sedulius Scottus, ainsi que dans le petit traité De littera du Vaticanus lat. 6018 (Munzi, ‘ Litera Legitera’…), texte p. 89‑90 et commentaire p. 91‑93. Peut-être aussi un amalgame entre litteris mandare et lituris emendare a-t-il pu accessoirement jouer. On remarquera que charaxatura, qui en vertu du sens du verbe charaxare désigne primitivement une rature par incision ou grattage (alors que litura suggère au contraire que l’on trace un trait) connaît la même évolution sémantique et finit par désigner un signe graphique et même une charte (Mittellateinisches Wörterbuch, s. v. charaxatura).

22 De triumphis apud Italiam, 1, v. 113‑116 : « discipulum poscunt sacris mandare lituris ».

23 Baudri emploie trois fois le mot litura dans ses poèmes (Baudri de Bourgueil, Poèmes, t. 1), les deux premières fois au sens classique et biblique d’« enduit », « crépi » : 1) carmen 86, v. 24 (rimas infunde litura : « comble les fissures avec de l’enduit ») ; carmen 122, v. 69 (delere lituram : « détruire le crépi », avec allusion à Ez. 13, 9‑12) ; 3) carmen 126, v. 8 : « Et quae dictassem nossem mandare lituris/Et michi sufficerent et stilus et tabulae » (« [si j’avais plus de talent], je saurais mettre par écrit ce que j’aurais composé, et il me suffirait d’avoir un stylet et des tablettes ») ; je m’écarte là de l’interprétation de Tilliette, dans Baudri de Bourgueil, Poèmes (p. 133 pour la trad. et p. 230, n. 3 pour la discussion).

24 Carm. Ratisb. 48, 5 [a. 1106 ; Carmina Ratisponensia, éd. Anke Paravicini, Heidelberg, 1979 (Editiones Heidelbergenses XX)] : « sed quia certa meis non das responsa lituris » (« mais parce que tu ne donnes pas de réponses certaines à mes lettres »).

25 Le personnage (peut-être de Lobbes) est mal identifié. Éd. Max Manitius, « Zur poetischen Literatur aus Bruxell. 10615-729 », Neues Archiv, 39, 1914, p. 157‑175, ici p. 160, v. 6‑7 : « Que de Solinis scriptis miranda relegi/Ex rebus variis, brevibus mandabo lituris » (« Ce que, parmi de multiples choses, j’ai relu d’étonnant chez Solin, je le mettrai par écrit en l’abrégeant. ») Le manuscrit est du XIIe siècle.

26 L’alliance litura/pictura, évoquant un texte écrit (peut-être au pinceau) sur une peinture, se trouve chez Paulin de Périgueux, carm. praef. 2 : « illi parietes consecrati versuum tuorum ferant lituras » ; et chez Tuto (milieu du XIIe siècle), opusc. 2, 22, p. 101, 4 : « in cuius picturae termino despecti cuiusdam coloris litura submittitur ». Je dois respectivement ces références à Liugi Munzi et à Mechthild Pörnbacher.

27 Dufour, p. 395‑396, p. 704‑709, et carte 6, p. 705. Dans les tituli, le numéro placé entre crochets carrés indique leur rang dans l’itinéraire. En effet les tituli sont pour beaucoup écrits de façon aléatoire sur le rouleau, là où le rédacteur trouve de la place !

28 Voir infra.

29 Voir infra.

30 Dufour, no 184, p. 480, l. 2 : « Haec, ut enim docuit per prima volumina pellis ».

31 Voir infra.

32 Dufour, no 220, p. 498 : « Mathildis meritum nondum loca plura replevit / Figmentisque piis et solo carmine crevit ».

33 C’est-à-dire l’encyclique et les titres 1-101. Mon étude néglige les listes de défunts et les demandes de prières qui se trouvent généralement après les poèmes, donc à la fin des tituli.

34 Dufour, p. 396‑399. Ma traduction néglige la phrase de salutatio, fort endommagée dans les deux copies subsistantes.

35 Dans la tradition patristique, le fruit au centuple est réservé aux martyrs et aux vierges.

36 Ps. 25, 8.

37 Cf. Ps. 125, 6.

38 Cf. Sulpice Sévère, Vita s. Martini, éd. Jacques Fontaine, Paris, 1967 (Sources chrétiennes, 133), Ep. 3, § 20‑21, p. 344 : « Ignosceres flentibus, gratularere gaudentibus, dum unusquisque et sibi praestat ut doleat, et illi ut gaudeat. […] Martino divinis plauditur psalmis, Martinus hymnis coelestibus honoratur […] ». Dans la recension de la V. Martini transmise par la Patrologia latina (PL 20, 182), après gaudentibus on lit : « quia et pium est gaudere Martino, et pium est flere Martinum » ; il n’est pas fait mention d’une divergence avec le texte de la vita que l’éditeur appelle la « vulgate », et Jacques Fontaine n’en fait pas état non plus ; on pourrait en trouver un vague écho dans le titre de Saint-Étienne de Caen (Dufour, p. 399, l. 23‑25) : « Est nimium te flere, pium te commemorari ».

39 La liste comprend les noms de trente et une moniales et de trois hommes, sans précision d’identité : Hugues, Girard, Hugues Gislebert.

40 Léopold Delisle, Rouleaux des morts du IXe au XVe siècle, Paris, 1866, spéc. p. II, 177 et 518 (table). Delisle est suivi par Richard W. Southern, The Making of the Middle Ages, 2e éd. Londres, 1967, p. 25‑26, et, tout récemment, par Jean Dufour dans l’édition qu’il donne du rouleau (no 114, p. 392).

41 Tout particulièrement Lucien Musset, « La reine Mathilde et la fondation de la Trinité de Caen (Abbaye aux Dames) », Mémoires de l’Académie nationale des Sciences, arts et Belles Lettres de Caen, t. XXI, 1984, p. 190‑207, spécialement p. 194 et John Walmsley, « The Early Abbesses, Nuns and Female Tenants of the Abbey of Holy Trinity, Caen », Journal of Ecclesiastical History, 48, 1997, p. 425‑444, spécialement p. 429, n. 19 ; l’idée d’une simple homonymie entre l’abbesse Mathilde et la fille de Guillaume le Conquérant est devenue implicite dans toutes les publications récentes, par exemple Élisabeth van Houts, « L’écho de la conquête dans les sources latines : la duchesse Mathilde, ses filles et l’énigme de l’enfant doré », dans Pierre Bouet, Brian Joseph Levy, François Neveux dir., La Tapisserie de Bayeux : l’art de broder l’Histoire, Caen, 2005, p. 135‑154. À part la liste des défuntes citées dans l’encyclique du rouleau de l’abbesse Mathilde, la seule attestation de l’existence de Mathilde fille de Guillaume et de la reine Mathilde est donnée par le Domesday Book (éd. A. Farley, Londres, 1783, I, p. 49b). Orderic Vital ne la nomme pas au nombre des enfants du couple royal, et d’autres sources divergent sur le nombre et les noms de leurs filles. Je remercie très vivement Véronique Gazeau pour m’avoir guidée dans l’historiographie de la question.

42 Adèle (Adilis) épousa le comte de Blois en 1081 puis devint religieuse à Marcigny, où elle mourut le 6 mars 1137. Elle est la dédicataire du très célèbre poème de Baudri de Bourgueil, dans lequel est décrite la chambre de la comtesse Adèle, aux murs tendus d’une tapisserie dans laquelle certains ont voulu voir la fameuse tapisserie de Bayeux (édition, traduction et annotation par Jean-Yves Tilliette, dans Baudri de Bourgueil, Poèmes, t. II, p. 2‑43 et 163‑217). Voir van Houts, « L’écho de la conquête… », p. 145‑149.

43 Constance, née vers 1062, est morte en 1086.

44 Sur Cécile, voir van Houts, « L’écho de la conquête… », p. 139‑141.

45 Celui-ci ne put jamais se réaliser (van Houts, « L’écho de la conquête… », p. 141‑144).

46 Dufour, no 104, p. 446, l. 13 : « Nostraque censura si vobis est placitura, / Quod melius scimus consilium dabimus. /Abbatissa gregis Cecilia, filia regis/Facta sit : illud erit quod melius poterit ». [« Et, si vous nous permettez de donner notre avis/, nous vous donnerons le meilleur conseil à notre connaissance. Que Cécile, la fille du roi, du troupeau/soit faite abbesse : ce sera la meilleure des choses possibles. »]

47 Dufour, no 66, p. 425‑426.

48 Iure matris désigne la puissance abbatiale, mater et abbatissa étant des équivalents. Une mauvaise interprétation de l’expression a peut-être accrédité l’idée que la reine Mathilde avait mis à la tête de la Sainte-Trinité sa propre fille, formée à Saint-Léger de Préaux.

49 Voir Le cartulaire de l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre de Préaux (1034-1227), éd. Dominique Rouet, Paris, 2005 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France. Série in-8, 34), p. XVII et sq. ; Véronique Gazeau, « Le domaine continental de l’abbaye de Notre-Dame et Saint-Léger de Préaux au XIe siècle », Annales de Normandie, 36, 1986, p. 347‑349.

50 Van Houts, « L’écho de la conquête… », p. 143.

51 Dufour, no 101, p. 444, l. 24.

52 Ibidem, no 1 et 2, p. 399401.

53 Ibidem, p. 399, l. 710.

54 Ibidem, p. 399, l. 1216.

55 Ibidem, p. 399, l. 1011.

56 Ibidem, p. 399, l. 2325.

57 Le mot n’est attesté que dans les Gesta Berengarii, I, 25 (MLW sub verbo).

58 Voir supra.

59 Voir supra.

60 C’est-à-dire où le premier hémistiche rime avec le second ; la rime est penthémimère (au milieu du 3e pied, c’est-à-dire après le 5e demi-pied).

61 Dans sa Diatribe contre un faux ami (c. 143), Baudri considère ces rimes comme un jeu : voir Baudri de Bourgueil, Poèmes, t. II, p. 52‑53 et 225‑226.

62 Voir Dag Norberg, Introduction à l’étude de la versification latine médiévale, Stockholm, 1958, p. 67.

63 Les césures penthémimères des quatre premiers vers et de l’antépénultième sont indiquées ici par le signe/ ; le signe//marque celles qui tombent après deux dactyles. Les rimes internes sont indiquées en gras, les rimes finales sont soulignées.

64 Dufour, p. 400, l. 10‑11 et 20‑23.

65 Respectivement no 6 et 8, p. 402‑403.

66 Dufour, no 5, p. 401‑402.

67 Le vocabulaire désignant l’encyclique est varié dans le rouleau de Mathilde. Il ne semble pas y avoir toujours de différences entre les titres et la lettre de faire-part. C’est ainsi que le titre no 140 commence par les mots Cuius sit cartae titulus prima lego parte une paraphrase versifiée de la partie biographique de l’encyclique (« Est Christo grata Mathildis virgo dicata, / Quae, dum vivebat, nubsisse Deo cupiebat […] » Dufour, p. 458, l. 5). Dans le titre no 146, p. 465, l. 15, carta semble désigner, plutôt que l’intégralité du rouleau, la lettre encyclique : « Cujus mors nobis per cartam notificata » ; de même dans le titre no 140, p. 459, l. 26 : « Haec abbatissa, ceu monstrat cartula missa ». Par ailleurs, le titre no 147 fait allusion à la vie vertueuse de Mathilde en se référant manifestement deux fois à l’encyclique, une première fois dans le vers Nam si sic vixit ut primitus intitulatur (v. 3) et une seconde fois dans le vers Nam si sic vixit ut monstrat epistola prima (v. 5). L’encyclique est appelée prologus dans le titre no 220, l. 9 (l’allusion à la comparaison entre Mathilde et saint Martin ne laisse aucun doute là-dessus).

68 Carmina Cenomanensia, Carmen X, Monumenta Germaniae Historica, Poet. lat., II, p. 635, v. 26 (Insuper et requiem annue perpetuam). Rédigés vers le milieu du IXe siècle, ces poèmes sont conservés dans un manuscrit manceau du début du XIe siècle, contenant les gestes d’Aldric, évêque du Mans.

69 Dufour, no 7, p. 403.

70 Alcuin, Carm. 3, praef., v. 12 : « Qui regnas summi dives in arce poli ».

71 Tilliette, dans Baudri de Bourgueil, Poèmes, vol. 1, p. xvii.

72 Voir le poème apposé sur le rouleau de Guillaume, qui évoque l’incertitude du salut de l’abbé, et demande qu’on en prie d’autant plus intensément pour lui (c. 72, Tilliette, dans Baudri de Bourgueil, Poèmes, vol. 1, p. 67 ; Dufour, vol. 1, p. 596‑597). On peut se demander si le titre 119 du rouleau de Mathilde (Dufour, p. 449‑450), délivré par Saint-Pierre de Bourgueil, n’a pas été inspiré par les deux premiers vers du poème de Baudri pour Guillaume : « Guillelmus quoniam verum properavit ad esse/Ad non esse licet sit visus primitus » (« Puisque Guillaume s’est hâté de rejoindre l’être véritable/Bien que, de prime abord, il paraisse avoir rejoint le non-être. »).

73 Voir infra.

74 Dufour, no 119, p. 449‑450.

75 Ce pastiche aristotélo-boétien de forme syllogistique pose quelques problèmes textuels et sémantiques. La majeure renvoie au principe aristotélicien selon lequel toute chose est soit substance, soit accident (« Prima quidem rerum est omnium divisio in substantiam atque accidens » [Boèce, Sur les catégories d’Aristote, PL 64, 169D]). On peut comprendre ainsi la mineure : la mort n’est pas une substance, et elle n’est pas non plus un accident, car un accident ne nuit pas au sujet dont il est le prédicat, alors que c’est au contraire la définition même de la mort que de nuire au sujet qu’elle affecte. Acciduum est ici un équivalent d’accidens, mot impossible métriquement (cf. accidui chez Paulin de Nole, Carm. 26, 136), et la construction syllogistique nécessite à mes yeux son rétablissement à la place d’occiduum, deux vers plus loin. La conclusion du syllogisme coule alors de source : si la mort n’est ni substance ni accident, il ne reste plus de nom pour elle, et elle n’est donc rien. Cette logique (soulignée par nichil esse probo dans l’avant-dernier vers) me semble appeler aussi la correction de Res enim ambigua est en Res non ambigua est (v. 3).

76 La veine du comique misogyne remonte à la comédie antique, et elle a été remise au goût du jour à l’extrême fin du XIe siècle, dans les milieux cléricaux, par la « comédie latine », qui puise aux mêmes sources d’inspiration que les fabliaux.

77 Dufour, no 28, p. 409 (Bath) ; no 11, p. 404‑405 (Sainte-Marie-Sainte-Edburge de Winchester) ; no 18, p. 407‑409 (Sainte-Marie-Saint-Édouard de Shaftesbury).

78 Le mot buccicrepa est inconnu des dictionnaires. Il est formé à l’aide du suffixe crepus, issu du verbe crepo (« faire du bruit »), comme bellicrepus (« qui fait entendre un chant guerrier »), mot du grammairien antique Festus transmis par Paul Diacre (éd. Lindsay, 1913, 31, 22), pilicrepus (« qui fait du bruit avec sa balle », Sénèque, Ep., 56, 1), terricrepus (« dont le bruit terrifie », Augustin, Conf., 8, 2, 13, repris par Raoul Glaber, Hist., III, 9, 40) et l’intensif perterricrepus forgé par Cicéron dans l’Orator, § 164.

79 Dufour, no 124, p. 451.

80 Ibidem, no 126, p. 452453.

81 Cf. Gen. 2, 23 : « Haec vocabitur virago quia de viro desumpta est ». Dans le titre no 178 (cathédrale de Soissons), Mathilde se voit appliquer par des scolares plus respectueux que ceux-ci le qualificatif honora virago (Dufour, p. 477, l. 20).

82 Dufour, no 149, p. 467. Dans une très belle étude sur le plus ancien écrit namurois conservé, Guy Philippart a qualifié ainsi ces condoléances : « une des pièces médiévales les plus surprenantes qu’il m’ait été donné de lire » (Guy Philippart, « Le Mémorial de la fondation de Saint-Aubain (vers 1070). L’écrivain et les scribes. », dans Philippe Jacquet, René Noël, Guy Philippart dir., Histoire de Namur : nouveaux regards, Namur, 2005 (Collection Histoire, art, archéologie, 7), p. 54, n. 83.

83 Rien ne suit cette annonce ! Dans le titre no 221 (Dufour, p. 498), une moniale de Saint-Julien d’Auxerre rédige un couplet octosyllabique contre les abbesses qui contrarient les amours de ses sujettes ; elle affirme avoir été elle-même pour cette raison condamnée au cachot et au pain sec : « Abbatissae debent mori/Quae subjectas nos amori/Claudi jubent culpa gravi. /Quod tormentum jam temptavi. /Loco clausa sub obscuro,/Diu vixi pane duro. /Huius poenae fuit causa/Quod amare dicor ausa », ce que Richard W. Southern a traduit très joliment ainsi : « All Abbesses deserve to die/Who order subject nuns to lie/In dire distress and lonely bed/Only for giving love its head. /I speak who know, for I’ve been fed, / For loving, long on stony bread. » (Southern, The Making…, p. 25). Dans le titre suivant (no 222, p. 499), un chanoine de la cathédrale d’Auxerre lui répond immédiatement par une exécration des moniales, qui pulluleraient nuisiblement sur terre si la mort ne venait faire son tri : « Insipiens plorat monachae si forte gravantur : / Pro monacha sola defuncta mille parantur. /Si quas non raperet mors de numero monacharum, / Non orbis totus numerum sufferret earum ».

84 Dufour, p. 453, l. 10‑11.

85 Rapprocher le no 109 (Dufour, p. 447, l. 17) : « Femina cum foret haec non vixit femina carne » ; et le no 120 (p. 450, l. 9) : « Mathildis, mente non femina, femina carne ».

86 Dans l’ordre de circulation du rouleau, ce sont les nos 70‑97 entre crochets carrés, soient les titres nos 59‑62, 64‑68, 70‑80, 69, 81‑88.

87 Dufour, no 84, p. 435.

88 Ibidem, no 59, p. 421422.

89 Ibidem, no 2, p. 400, l. 14.

90 Ibidem, no 61, p. 422423.

91 Ibidem, no 76, p. 432, l. 9.

92 Ibidem, no 71, p. 428.

93 Ibidem, no 72, p. 430.

94 Ibidem, no 75, p. 431.

95 Ibidem, no 76, p. 431‑432.

96 Les nasales -am et -em riment.

97 Ibidem, no 77, p. 432.

98 Saint-Sauveur (no 81), la cathédrale Notre-Dame (no 82) et Saint-Taurin (no 83), p. 434-435.

99 Ibidem, no 84, p. 435. Un second rédacteur ajoute deux distiques étudiés plus haut : Lux fugiens et nox veniens

100 Ibidem, no 8588, p. 435437.

101 Ibidem, no 78, p. 433. Rapprocher de no 216, l. 19‑20 : « Gaudeat haec Mathildis perque Mariam / Quae genuit vitam capiat sine tempore vitam ».

102 Ibidem, no 79, p. 433.

103 Supra. On pourra comparer avec Marbode, Vita Theophili metrica, v. 481, où l’ordre des mots rend plus directement l’idée chrétienne de la supériorité de la mort sur la vie terrestre : « Immo quam stravit fera mors, hic ( = Dominus) vivificavit ».

104 Dufour, no 80, p. 433‑434.

105 Sententia iudicialis est attesté 4 fois en fin de vers, chez Baudri et Hildebert.

106 Dans l’ordre de circulation du rouleau, ce sont les nos 98‑110 entre crochets carrés, soient les titres nos 90‑91, 60, 92, 94, 89, 95‑101.

107 Sur cartula désignant l’encyclique, voir supra, n. 67.

108 Dufour, no 90, p. 437.

109 Comprendre letum (la mort).

110 No 92, p. 438. Le no 91 (Notre-Dame de Montebourg) n’est qu’une demande de prières pour une liste de défunts.

111 Meta désigne la borne du cirque autour de laquelle va tourner le char, et qui délimite ses tours successifs. L’expression in aethere metas est vraisemblablement empruntée aux Astronomica de Manilius, I, 191‑192 (cum suspensus eat Phoebus currusque reflectat/huc illuc agiles et seruet in aethere metas : « alors que, là-haut dans le ciel, le soleil fait faire à son char agile les tours délimités par les bornes »). Ici la métaphore fait allusion à la route semée d’épreuves à l’issue de laquelle il sera permis de contempler Dieu.

112 Dufour, no 89, p. 437.

113 Ibidem, no 95, p. 440.

114 On remarquera que la ponctuation rend ces vers ambigus : le point après amici donne à si qui le sens de « tous ceux qui » ; le remplace-t-on par une virgule, que la phrase devient moins assertive : on passe de « tous ceux qui ont dit du bien de Mathilde ont dit la vérité » à « si ceux qui ont dit du bien de Mathilde ont dit la vérité ».

115 La suite du poème est très mutilée.

116 Dufour, no 96, p. 441‑442.

117 À Saint-Wandrille : « Fons vitae dulcis […] hanc tibi consocia ». Au Mont Saint-Michel : « Istius matris flamen societur in astris/Civibus aethereis ». Flamen est un équivalent de flatus, « souffle, esprit, âme ».

118 La fin d’hexamètre in astris est banale. Civibus aethereis est attesté en début et en fin de vers depuis l’époque carolingienne. Avernus, mot de l’Antiquité païenne pour désigner les enfers, est passé dans la phraséologie chrétienne de l’Enfer. Le jeu paronomastique et sémantique nomen / omen est répandu dans tout le Moyen Âge, en particulier en poésie, mais ce contexte semble original.

119 Dufour, no 97, p. 442.

120 Ibidem, no 99, p. 443444.

121 Comprendre reddentur.

122 Dufour, no 101, p. 444.

123 Ibidem, no 98, p. 443.

124 Le terme ecclesiastica (« pieuse ») est également employé dans le titre 140 (cathédrale de Saintes, Dufour, p. 459, l. 30). Le Mediae latinitatis Lexicon minus de Niermeyer en signale un emploi chez Adémar de Chabannes.

125 Dufour, no 152, p. 468.

126 Ibidem, no 176, p. 476.

127 De rares pièces hexamétriques contiennent des pentamètres, par exemple les nos 99, l. 5‑9 ; 107, l. 29.

128 Ibidem, nos 41, 61, 76, 84, 97, 104, 105, 119, 140, 146, 149, 174, 177, 184, 196, 199, 204, 218.

129 Ibidem, p. 248‑251, rouleau 95. Le vers adonique est un pentasyllabe formé d’un dactyle suivi d’un spondée.

130 Voir Norberg, Introduction…, p. 95‑97.

131 C’est-à-dire accentués sur l’antépénultième syllabe du vers (Norberg, Introduction…, p. 106‑110). Dans le dimètre iambique métrique tel qu’il est utilisé dans l’hymne ambrosienne, le seul pied pur obligatoire est l’avant-dernier, forcément composé d’un iambe (une brève suivie d’une longue accentuée), ce qui explique le rythme proparoxyton de l’imitation rythmique.

132 Voir Norberg, Introduction…, p. 152‑153.

133 C’est-à-dire accentués sur l’avant-dernière syllabe du vers ; c’est un demi-septénaire trochaïque rythmique (8 p + 7 pp). Voir Norberg, Introduction…, p. 118 et 112‑113.

134 Dufour, rouleau 39, p. 41‑45, ici p. 44, l. 23‑45, l. 5. Pour la traduction : Jean Dufour, « Un poème de circonstance : pièce apposée à Saint-Remi de Reims sur un rouleau des morts (2e moitié du Xe siècle) », dans Olivier Guyotjeannin, Emmanuel Poulle dir., Autour de Gerbert d’Aurillac, le pape de l’An Mil. Album de documents commentés, Paris, 1996 (Matériaux pour l’histoire, 1), p. 308.

135 Perse, Satires, I, 27.

136 Les syllabes accentuées sont indiquées en italique.

137 La lecture de la totalité du rouleau laisse entrevoir que la scansion de la totalité des poèmes ne changerait guère les résultats. L’échantillon est composé des titres du rouleau de Mathilde nos 1, 2, 5, 7, 11 (3 pièces), 17, 18, 20, 23, 28, 32, 33, 39, 40, 43, 97, 98 (dix premiers vers) et 99 (10 premiers vers).

138 Tilliette, dans Baudri de Bourgueil, Poèmes, vol. 1, p. xxviii-xxix donne une liste de faits prosodiques nés durant l’Antiquité tardive et devenus « classiques » dès le VIe siècle (Venance Fortunat).

139 Phénomène devenu normal au Moyen Âge en raison de la prononciation : voir Norberg, Introduction…, p. 10‑11.

140 Pour les statistiques concernant Baudri de Bourgueil, voir Tilliette, dans Baudri de Bourgueil, Poèmes, p. xxviii-xxxi. Concernant les débuts de vers spondaïques, il faut tenir compte du fait que plusieurs ne sont pas des maladresses, et relèvent d’effets volontaires de lourdeur, tout à fait adaptés à la poésie funèbre.

141 Jean-Yves Tilliette, « Métrique carolingienne et métrique auxerroise. Quelques réflexions sur la Vita sancti Germani d’Heiric d’Auxerre », dans L’École carolingienne d’Auxerre de Murethach à Remi (830-908), Paris, 1991, p. 313‑327, ici p. 327.

142 Jean-Yves Tilliette ne donne pas de chiffres ; ce n’est apparemment pas un schéma fréquent chez Baudri.

143 Mêmes remarques chez Tilliette, dans Baudri de Bourgueil, Poèmes, p. xxx-xxxiii.

144 On peut trouver les deux rimes ensemble. Pour éviter que les 18 tripertiti dactylici ne pèsent indûment dans l’échantillon, ils ont été comptés ici à la fois dans les rimes léonines et finales, et non dans les « autres rimes ».

145 Dans le titre 32, en revanche, il y a, à l’avant-dernier vers (« Praefuit in terris anima-bus ; sentiat astris ») une « vraie » coupe bucolique, conforme à ce qu’elle était dans la métrique gréco-latine antique.

Auteur

Directrice de recherche au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP, CNRS-Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et spécialiste de latin médiéval. En collaboration avec Michel Parisse, elle a publié deux livres d’initiation au latin médiéval, Apprendre le latin médiéval, et Traduire le latin médiéval (Picard, 1996 et 2003). Son domaine de recherche de prédilection est l’hagiographie, et notamment la question de la réécriture, sur laquelle elle a rédigé un essai (Écriture et réécriture hagiographiques. Essai sur les Vies de saints dans l’Occident médiéval, Brepols, 2005) et édité deux livres en collaboration avec Martin Heinzelmann (La réécriture hagiographique dans l’Occident médiéval. Transformations formelles et idéologiques (Thorbecke, 2003) et Miracles, Vies et réécritures dans l’Occident médiéval, Thorbecke, 2006).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search