Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

La prédication pour les fêtes de reliques

François Dolbeau

Texte intégral

  • 1 Patrice Boussel, Des reliques et de leur bon usage, Paris, 1971 ; Nicole Herrmanscard, Les reliques (...)
  • 2 Les Actes en ont été publiés par Edina Bozóky et Anne-Marie Helvétius, Les reliques. Objets, cultes (...)
  • 3 Ibidem, p. 229237.

1Au Moyen Âge, la possession de reliques était un enjeu de première importance, à la fois religieux, politique et économique. Les inventaires de lipsanothèque, les récits de vols de reliques, d’inventions, de translations ou d’ostensions, certains actes de vente et de donation ne laissent aucun doute à ce sujet, tout comme la valeur intrinsèque et artistique des reliquaires médiévaux qui ont échappé à la destruction. Depuis une quarantaine d’années, les travaux des historiens sur la place des reliques dans la société médiévale se sont multipliés1. Le premier colloque consacré spécialement à ce thème s’est tenu en 1997 à Boulogne-sur-Mer2 ; l’une des contributions, celle de Philippe Georges, y était intitulée de façon significative : « Les reliques des saints : un nouvel objet historique »3.

  • 4 Le phénomène a été étudié par Hartmut Kühne, Ostensio reliquiarum. Untersuchungen über Entstehung, (...)

2De ce côté, le territoire des historiens s’est donc agrandi, mais sans couvrir encore l’ensemble des sources disponibles. Les reliques étaient l’objet de dévotion non seulement privée, mais aussi publique lors de cérémonies liturgiques : dédicaces d’église ou anniversaires de dédicace, translations ou anniversaires de translation, ostensions annuelles ou de périodicité diverse. Partout, durant le Moyen Âge, les collections de reliques tendirent à se gonfler et à drainer des foules de plus en plus nombreuses, quand elles étaient montrées aux fidèles. Il n’est pas nécessaire de rappeler ici les conséquences qu’entraîna, en pays germanique, l’association entre ostensions de reliques et ventes d’indulgences4. Ces différentes cérémonies impliquent la rédaction de messes et d’offices, la sélection de lectures liturgiques, l’intervention de prédicateurs, c’est-à-dire la production de textes encore trop peu étudiés.

3Les ostensions solennelles de la fin du Moyen Âge représentent le développement ultime de célébrations plus modestes, les fêtes de reliques (festa reliquiarum), dont les attestations les plus anciennes paraissent dater du XIe siècle. J’évoquerai d’abord brièvement le statut particulier de ces fêtes et leur place dans les bréviaires et les missels manuscrits d’origine française. Je montrerai ensuite comment elles se reflètent dans la prédication médiévale, en m’appuyant notamment sur des sermons localisés dans la vallée de la Moselle, en Bourgogne et en Normandie. Enfin, à titre d’exemple, je publierai l’un de ces sermons resté inédit, qui commente les reliques majeures de Saint-Bénigne de Dijon. Ces quelques pages sont destinées à ouvrir un chantier plutôt qu’à épuiser un sujet : je souhaite qu’en dépit de leur caractère préliminaire, elles puissent piquer la curiosité de deux collègues, qui apprécient les sujets hagiographiques ou normands.

  • 5 Herrmann-Mascard, Les reliques…, p. 201 ; Paul Séjourné, « Reliques », Dictionnaire de théologie ca (...)

4Lors d’un festum reliquiarum, les reliques présentes dans une église donnée (cathédrale, abbatiale ou collégiale) étaient vénérées toutes ensemble. Il s’agissait donc d’une célébration à caractère collectif, comparable à la Toussaint. Mais contrairement à la fête du 1er novembre, assez vite étendue à l’Église universelle, les commémorations de ce type conservèrent toujours un statut local et restèrent étrangères au rite romain5. En France, avant le deuxième concile du Vatican, les ‘ fêtes des saintes reliques’ continuaient d’être célébrées à des dates différentes selon les diocèses, mais avec une certaine prédilection pour le quatrième dimanche d’octobre ou la semaine de l’octave de la Toussaint. Cela découlait – en dépit d’une tendance moderne à l’uniformisation – de la situation médiévale, où presque chaque communauté (église ou ordre religieux) avait choisi une date à sa convenance.

  • 6 Bradford Lee Eden, « The Feast of Relics in Medieval England », dans Jean-Luc Deuffic dir., Relique (...)
  • 7 Le changement se produisit, selon Eden, entre 1252 et 1319. Il est évoqué ainsi dans le bréviaire d (...)
  • 8 D’autres dédoublements de date sont attestés, par exemple à Mende (8 ou 15 novembre) : voir Victor (...)

5Une telle multiplicité de dates avait pour corollaire leur fragilité. Comme chaque fête ne concernait qu’une communauté locale, elle pouvait être déplacée. Une bonne illustration du phénomène est fournie, en Angleterre, par le rite de Salisbury6. Vers le milieu du XIIe siècle, sous l’évêque Jocelyn, la fête des reliques y avait été introduite le 15 septembre. Mais le développement du culte marial augmenta l’importance, le 8 septembre, de la Nativité de la Vierge, dont on se mit à célébrer l’octave. L’ancienne fête du 15 fut alors déplacée au dimanche suivant le 7 juillet, anniversaire de la translation de Thomas de Cantorbéry7 : ce qui suggère qu’elle subit l’attraction de reliques fameuses conservées sur place. Un tel exemple doit inciter les historiens à la prudence : la présence d’une date dans un livre liturgique médiéval ou moderne n’est pas la garantie qu’il s’agit d’une donnée valable à toute époque, depuis la création de la fête jusqu’à sa disparition8.

  • 9 La messe devait se dire avec ou sans credo, selon que l’on possédait ou non des ‘reliques insignes’ (...)

6Une autre spécificité des festa reliquiarum, qui semble avoir embarrassé les liturgistes post-tridentins, est qu’en beaucoup d’endroits, surtout depuis les croisades, se trouvaient des reliques du Christ, de sorte que le statut même des célébrations était ambigu9. Toutefois, le problème ne se posa vraiment qu’à partir du XIIIe siècle, car les sermons antérieurs, comme on verra plus loin, évoquent seulement des reliques de saints. À l’origine, la fête se trouvait donc, à l’égard des translations locales, dans le même rapport que la Toussaint à l’égard des fêtes de saints individuels.

  • 10 Victor Leroquais, Les bréviaires manuscrits des bibliothèques publiques de France (= Bréviaires), 5 (...)
  • 11 Il faudrait s’appuyer en priorité sur les calendriers dépouillés dans d’autres catalogues de Leroqu (...)

7En ce qui concerne la France médiévale, la documentation sur les fêtes de reliques est spécialement abondante, grâce aux catalogues liturgiques de Victor Leroquais. Celui-ci, à vrai dire, ne s’est pas intéressé à ces fêtes pour elles-mêmes, mais en tant qu’elles lui procuraient un moyen de localiser calendriers et manuscrits liturgiques. On trouve ainsi, dans la table générale des volumes consacrés aux bréviaires, une liste de cinquante-cinq fêtes de reliques différentes, rangée dans l’ordre du calendrier10. Sur ce nombre, cinquante-trois renvoient à des localités françaises, ce qui s’explique naturellement par le corpus étudié : les bréviaires des bibliothèques publiques de France. La liste est d’ailleurs loin d’être exhaustive11, et une enquête systématique permettrait sûrement de l’enrichir. Néanmoins, elle autorise déjà des observations intéressantes.

  • 12 La fête parisienne, du reste, commémore un événement précis survenu le 4 décembre 1218 : la découve (...)

8Les dates ne sont pas également réparties sur l’ensemble de l’année liturgique : aucune fête n’est signalée autour de Noël ; une seule (7 janvier, Sens) appartient à la période comprise entre l’Épiphanie et le 25 avril, dernière date possible pour Pâques ; l’Avent est aussi exclu, hormis trois fêtes célébrées dans ses premiers jours (1er, 3 et 4 décembre, respectivement à Saint-Corneille de Compiègne, Rouen et Paris12). Il n’y a du reste rien de surprenant à ce qu’on ait évité de charger des temps déjà fort occupés sur le plan liturgique. Les moments retenus de façon privilégiée sont les derniers jours d’avril, c’est-à-dire après Pâques, quelle qu’en soit la date, le début de juillet, et surtout le 8 novembre ou octave de la Toussaint (Chartreuses, Saint-Étienne de Caen, Jumièges, Lyre, Mende, Le Puy, Saint-Wandrille, Vézelay).

  • 13 Encore faut-il ajouter à cette liste Saint-Wandrille, O. S. B., et Sainte-Barbe-en-Auge, Can. Aug., (...)

9Les lieux non plus ne sont pas répartis de manière égale sur le territoire français. Le fait le plus marquant est que la Normandie est surreprésentée, avec seize églises sur un total de cinquante-trois : cathédrales comme Bayeux, Coutances, Lisieux et Rouen ; collégiale, comme Saint-Lô de Rouen ; grandes abbayes bénédictines : Le Bec, Cerisy, Conches, Jumièges, Lyre, Le Mont-Saint-Michel, Préaux, Saint-Étienne de Caen, Sainte-Catherine et Saint-Ouen de Rouen, Troarn13. Les Cisterciens brillent par leur absence, comme plus tard les Mendiants, tandis que les Chartreux avaient une fête commune à tout l’ordre. Une telle diffusion laisse supposer que l’apparition des festa reliquiarum fut précoce en Normandie, et que ce fut de cette région qu’elle passa en Angleterre, dès le milieu du XIIe siècle.

  • 14 Paris, BnF nouv. acq. lat. 424, f. 159v160v, XVe siècle (Mont-Saint-Michel) : Beati pauperes spiri (...)
  • 15 Ps. Augustinus, Serm. app. 209= Ps. Beda, Hom. iii 70 (CPPM I, 4045), avec des découpages différent (...)
  • 16 Éd. J. E. Cross, Traditio, 33, 1977, p. 105121 : cf. Paris, BnF lat. 1278 t. 3, f. 149150v, XVe s (...)
  • 17 Incipit de Paris, BnF lat. 786, f. 208, XIVe siècle et nouv. acq. lat. 425, f. 408, XVe siècle (Cou (...)
  • 18 Chrysostomus latinus, Collection dite de l’Escurial, Hom. 28 (PLS 4, 738-740 = Paul Diacre, Hom. ii(...)
  • 19 Voir par exemple Paris, BnF lat. 1304, f. 428v430, XVe siècle (Le Puy) : Vos (à corriger en Nos) i (...)
  • 20 Cf. Paris, BnF lat. 13238, f. 353v355v, après 1459 (Saint-Chapelle) ; lat. 13239, f. 409v411, XIV(...)
  • 21 Paris, BnF lat. 758, f. 112v114, XVe siècle : « Adest nobis, dilectissimi, solemnis dies de inuenc (...)

10Des sondages effectués dans les bréviaires confirment la relation déjà évoquée entre les fêtes de reliques et la Toussaint. L’évangile du jour est souvent celui des Béatitudes, dont certains commentaires alimentent les lectures de l’office14. D’autres leçons sont empruntées aux deux sermons les plus fréquents pour la célébration du 1er novembre : Hodie, dilectissimi, omnium sanctorum sub una sollemnitatis laetitia celebramus…15, et Legimus in ecclesiasticis historiis…16 L’incipit du premier est parfois adapté à son nouvel usage, et les mots omnium sanctorum complétés par une formule du type : sanctorum quorum reliquie in nostra continentur ecclesia17. En dehors de la Toussaint, l’influence la plus nette est celle du commun des martyrs, d’où provient – outre des oraisons, des antiennes et des répons – le sermon pseudo-chrysostomien : Qui sanctorum merita religiosa caritate miratur…18 D’autres lectures, qui ont l’apparence de centons patristiques, résistent à l’identification19. Mais rares sont les textes personnalisés, qui donnent l’impression de s’appuyer sur une vraie collection de reliques et pourraient se rattacher à une prédication réelle. Parmi mes sondages, je n’en ai trouvé que deux, l’un pour la Sainte-Chapelle du Palais20, l’autre pour le diocèse de Paris21.

  • 22 À Soissons, la fête, célébrée le premier dimanche après la Saint-Denis, est appelée festum de susce (...)
  • 23 Voir Jannic Durand, Marie-Pierre Laffitte dir., Le trésor de la Saint-Chapelle, Paris, 2001 ; Janni (...)
  • 24 Paris, BnF lat. 10938, f. 12: Commemoratio sanctorum quorum reliquie continentur in presenti eccles (...)
  • 25 Bonnin-Magne, Le sanctoral…, p. 252254.

11Tous les bréviaires évoqués jusqu’ici datent des XIIIe, XIVe et XVe siècles. Cela suggère que l’arrivée massive de reliques venues d’Orient après 120422 et les dépositions solennelles à Paris, entre 1239 et 124223, jouèrent un certain rôle dans la diffusion des festa reliquiarum. À Cluny, une étude des calendriers successifs révèle que la fête des reliques apparaît pour la première fois, au 18 septembre, dans un manuscrit datable des années 1257-127524. Cette innovation est d’ailleurs associée à l’introduction de quatre anniversaires de translations : celles de sainte Consorce, de saint Hugues, des saints Serge et Quirin, de saint Clément25. La création de la fête collective a donc accompagné un enrichissement notable de la lipsanothèque.

  • 26 Liste de ces manuscrits chez Leroquais, Bréviaires, 1, p. xxxv-xxxvi. Dans Rouen, B.M. 209210, XII(...)
  • 27 Voir Leroquais, Bréviaires, 4, p. 284 (Valenciennes, B.M. 116, f. 32, XIIe siècle).
  • 28 Ibidem, 1, p. 145 (Bordeaux, B.M. 87, f. 35v, XIIe siècle).
  • 29 Cf. Paris, BnF nouv. acq. lat. 424, f. 159v, XVe siècle : « […] sancti Auberti confessoris tui atqu (...)

12En revanche, parmi les bréviaires analysés par Leroquais, aucun des douze exemplaires du XIe siècle ou des trente-neuf du XIIe siècle ne signale de fêtes de reliques26. Ce qui, durant cette période, apparaît de plus en plus souvent, ce sont des formules liturgiques qui renvoient globalement au groupe des saints locaux. À Winchcombe, au diocèse de York, une oraison de reliquiis nomme d’abord le martyr Kenelm, dont le corps reposait sur place, puis continue par les mots : et aliorum sanctorum tuorum quorum reliquie in presenti requiescunt ecclesia27. Une oraison semblable figure dans un bréviaire de Sainte-Croix de Bordeaux, mais cette fois le saint sorti de l’anonymat est le confesseur Mummole : confessoris tui Mummoli et horum sanctorum quorum reliquie in presenti requiescunt ecclesia28. Le phénomène doit d’ailleurs avoir une portée générale : les fêtes collectives semblent s’être développées autour d’une relique insigne, et souvent les oraisons, antiennes et répons continuent d’y accorder une place privilégiée à l’un des saints locaux (comme Aubert au Mont-Saint-Michel29).

  • 30 La plus ancienne, à ma connaissance, est transmise par un sacramentaire de Saint-Évroult de la deux (...)
  • 31 Paris, Bibl. Sainte-Geneviève 96, de Sainte-Barbe-en-Auge : voir Leroquais, Missels, 1, p. 347350. (...)
  • 32 Tel fut le cas notamment à Arles et à Fréjus, jusqu’au XVe siècle : voir Leroquais, Missels, 3, p.  (...)

13Du côté des sacramentaires et des missels, pour les XIe ‑XIIe siècles, la situation n’est pas différente. Nombreuses sont les collectes de sanctis loci, de patronis ecclesie, etc. ; et fréquentes les messes votives de reliquiis, de sanctis qui in ecclesia requiescunt30 ; mais la première attestation d’une Commemoratio reliquiarum, fixée un jour précis de l’année liturgique, se rencontre seulement dans un manuscrit normand de la fin du XIIe siècle31. Dans certains diocèses, la pratique des messes votives de reliquiis se poursuivit jusqu’à la fin du Moyen Âge, sans que cet usage se transformât en fête annuelle32.

  • 33 Johannes Baptist Schneyer, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von (...)

14Bréviaires et missels, par conséquent, illustrent bien la diffusion des fêtes de reliques à partir du XIIIe siècle, mais ne fournissent pas, pour en dater l’apparition, un bon observatoire. La prédication médiévale offre, à ce sujet, des informations plus précises. Une nouvelle fête devait susciter un nouveau besoin, qui ne pouvait être entièrement satisfait par le recyclage de sermons pour la Toussaint ou d’anciens textes patristiques. Sans être complet, le répertoire de Schneyer est ici exploitable comme source d’information33 : il couvre en principe la période qui s’étend de 1150 à 1350, mais remonte en fait assez haut dans le XIe siècle.

  • 34 L’origine de la fête est imputée à Gottschalk de Limbourg, chapelain de l’empereur Henri IV (†1098) (...)

15Le dépouillement de ce répertoire, associé à des recherches directes sur les manuscrits, autorise une première conclusion : les sermons prononcés à l’occasion de fêtes de reliques ne nous sont parvenus qu’en tout petit nombre. Cela implique que ce type de fête est resté – sauf exception, comme à la Sainte-Chapelle de Paris, à Coutances, à Laon, où elle était pourvue d’une octave – d’une importance mineure, au moins jusqu’à la seconde moitié du XIVe siècle. Le contraste est frappant avec la célébration de la Divisio apostolorum, elle aussi une création du Moyen Âge central34, qui donna lieu, mais surtout en pays germanique, à des dizaines de sermons originaux.

  • 35 Éd. Giles Constable, « Petri Venerabilis sermones tres », Revue Bénédictine, 64, 1954, p. 224272, (...)
  • 36 Paris, BnF lat. 12426, f. cclixvcclxv : Inc. Ossa eorum pululant… (Sir 46, 14). Ad gloriam et hono (...)

16Observons aussi que les sermons traitant de reliques ne furent pas tous prêchés lors de festa reliquiarum : ils pouvaient également servir à de simples cérémonies de translation. Autrement dit, l’argument général n’est pas une garantie suffisante. Face à une prédication sur ce thème, il convient en plus de vérifier la présence soit d’éloges de reliques ou de saints variés, soit des mots festum, festiuitas, ostensio reliquiarum en rubrique, en exorde ou en péroraison, soit encore de formules internes du type sancti quorum reliquie in presenti requiescunt ecclesia. Est ainsi à exclure un sermon de Pierre le Vénérable, destiné à justifier le culte des reliques, mais prêché à Cluny un 6 janvier, pour l’anniversaire de la translation du pape Marcel35 ; ou encore un sermon d’Évrard du Val-des-Écoliers, rubriqué de reliquiis, mais dont la lecture révèle qu’il fut prêché lors de la réception en Bourgogne d’une côte de saint Antoine, donnée par l’abbé du Mont-Thabor36.

  • 37 Je n’évoque ici, en raison de mon propos, que les sermons du 30 septembre, mais il en existe d’autr (...)
  • 38 Voir Claudine Billot, « Le message spirituel et politique de la Saint-Chapelle de Paris », Revue Ma (...)
  • 39 Schneyer, dont le répertoire est irremplaçable, a pu coder comme sermons pour la dédicace ou pour l (...)

17Le reliquat se répartit en deux blocs. On rencontre d’abord quelques sermons des XIIIe et XIVe siècles, dont la plupart (sinon tous) semblent liés à la fête du 30 septembre à la Sainte-Chapelle de Paris37, ce qui confirme, s’il en était besoin, l’importance idéologique des reliques de la Passion acquises par saint Louis38. La fête des reliques devient alors christologique. Voici les textes repérés, qui n’épuisent sûrement pas la matière39 :

  • Iacobus de Losanna, O. P. (†1322), Serm. de reliquiis (Schneyer, 3, 1971, p. 108, no 648 ; lu dans Paris, BnF lat. 18181, f. 285-286v) : Inc. Custodi innocentiam (Ps 36, 37)… Pater habens filium dilectum… Le sermon est intercalé entre deux autres prêchés le 29 septembre et le 4 octobre et il mentionne les reliquie corone et crucis.

  • Iohannes de Castello, O. M. (floruit c 1273), Sermones duo (Schneyer, 3, p. 430, nos 770-771 ; non vus) : I. Inc. Custodi innocentiam (Ps 36, 37)… Paupertatem incolatus nostri innuimus, dum festum reliquiarum celebramus… ; II. Inc. Reliquiae Israel saluae fiunt (Rm 9, 27)… Per Israel qui interpretatur uidens deum… Le premier texte mentionne en exorde une fête des reliques ; comme sa péricope est identique à celle du sermon précédent, il est possible qu’il ait été prêché aussi à la Sainte-Chapelle. Le second également était destiné à commémorer des reliques, d’après son argument biblique.

  • Odo de Castro Radulfi (†1273), Sermones tres (Schneyer, 4, p. 464, nos 856-858 ; lus dans Arras, B.M. 137 [876], f. 80-83v) : I. In festo reliquiarum sancte Capelle regis Francie. Inc. Mirabilia testimonia tua (Ps 118, 129)… Hoc duobus modis potest intelligi… II. In festo sanctarum reliquiarum. Inc. Memoriale eius sicut uinum Libani (Os 14, 8)… Scitis, karissimi, quod hodie celebramus festiuitatem sanctarum reliquiarum… III. In festo sanctarum reliquiarum. Inc. Dixit Moyses Aaron : Sume uas unum (Ex 16, 33)… Hoc praecepit dominus Moysi ut esset in memoriale… La rubrique du premier sermon ne laisse aucun doute ; les deux autres furent aussi prêchés le 30 septembre à la Sainte-Chapelle, dont ils évoquent explicitement ou implicitement (en détaillant les épisodes de la Passion) les principales reliques.

  • Reportatio anonyme (Schneyer, 9, 1980, p. 223, no 237 ; lu dans Paris, BnF lat. 16502, f. 143rv) : In festo reliquiarum parisiensium (table du f. 3). Inc. In reliquiis tuis praeparabis (Ps 20, 13)… Episcopus Cameracensis in ostensione reliquiarum sanctarum Parisiensium. Verbum istud psalmi ad deum patrem… Les reliques énumérées sont celles de la Sainte-Chapelle.

18Quatre autres sermons sont datables du XIe ou du début du XIIe siècle. Ils méritent un examen plus attentif, car ils pourraient éclairer les origines des festa reliquiarum.

  • 40 Patrologia Latina [PL] 157, 405-407: Inc. Laudemus Dominum, mirabilem in sanctis suis, sed mirabili (...)
  • 41 PL 157, 407-410: Inc. Christiana religio uocabulum propterea trahit a Christo… (Schneyer, Ibidem, n(...)

19Thiofridus Epternacensis, Serm. 1 de sanctorum reliquiis40 ; [Serm. 2 de ueneratione sanctorum41].

  • 42 Voir la notice de Franz Josef Worstbrock, dans Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserle (...)
  • 43 Éd. Michele C. Ferrari, Turnhout, 1996 (Corpus Christianorum. Continuatio Mediaeualis, 133).
  • 44 Voir Willibrord Lampen, Thiofrid von Echternach. Eine philologisch-historische Studie, Breslau, 192 (...)
  • 45 Michele C. Ferrari, Sancti Willibrordi venerantes memoriam. Echternacher Schreiber und Schriftstell (...)
  • 46 Luxembourg, Bibl. nat. 264, f. 406v407. Thomas Falmagne, qui prépare un catalogue des manuscrits d (...)
  • 47 Berlin, Staatsbibliothek – Preußischer Kulturbesitz, Theol. lat. fol. 729 (olim Phillipps 527), f.  (...)

20Thiofrid succéda à Régimbert comme abbé d’Echternach en 1083 et remplit cette charge jusqu’à sa mort en 111042. Son chef-d’œuvre, intitulé Flores epytaphii sanctorum, est une justification du culte des reliques, qui mentionne la découverte à Antioche de la sainte Lance en 109843. L’authenticité des sermons cités ici ne fait aucun doute, car ils offrent des parallèles étroits avec cet ouvrage44, dont ils peuvent être considérés comme des esquisses45. Ces deux textes ne sont pas les seuls sermons de Thiofrid à nous être parvenus, mais ils forment un ensemble uni par la thématique comme par la tradition manuscrite. Leur copie la plus ancienne est insérée, à titre de supplément datable d’environ 1100, à la fin d’une Bible géante transcrite durant l’abbatiat de Régimbert d’Echternach (1051-1081)46 ; la seule autre copie repérée se trouve dans un légendier tardif de Saint-Maximin de Trèves, juste derrière le texte de Berengosus qui sera évoqué ensuite47.

  • 48 La formulation la plus suggestive serait la suivante : Unicuique locorum, sicut et huic nostro, ali (...)
  • 49 Flores IV 7 (éd. cit., p. 101102). La date de 1059 est aussi donnée par une notice de martyrologe (...)
  • 50 L’intervention d’Udon n’est attestée que par le martyrologe cité à la note précédente.
  • 51 Flores IV 7 : « xiii kal. dec. qua nocte reuelatione angelica papa insignis meriti Sergius est ammo (...)
  • 52 Ferrari, Sancti Willibrordi…, p. 50.

21À vrai dire, le second sermon de Thiofrid n’a été cité que pour mémoire : il emploie le terme reliquiae une seule fois, et la probabilité est faible qu’il ait été prêché lors d’une fête de reliques. Le cas du premier sermon est plus complexe et mérite une discussion approfondie. Il ne satisfait en apparence à aucun des critères définis plus haut : longue énumération de saints individuels, emploi des mots festum, festiuitas, ostensio, ou allusions à la présence d’une collection de reliques48 ; et sa rubrique (de sanctorum reliquiis) reste vague. Certes, l’argumentation porte sur les reliques en général (reliquie), qui sont, de la première phrase au dernier mot, nommées dix-neuf fois. Mais cela suffit-il pour définir l’occasion précise du sermon comme une fête de reliques ? C’est ici le contexte historique qui rend probable une telle déduction. En écrivant ses Flores, Thiofrid se faisait le promoteur d’une innovation liturgique de son maître et prédécesseur, Régimbert. En 1059, après de longues réflexions et consultations, ce dernier avait décidé d’instaurer le 19 novembre une fête des reliques présentes à Echternach49, en reconnaissance des bienfaits obtenus des saints, initiative confirmée ensuite par l’Archevêque Udon de Trèves (1066-1078)50. Selon Thiofrid, le jour choisi coïncidait avec un moment décisif de la vie de Willibrord, fondateur et patron de l’abbaye, où son corps était conservé51. Ce fut aussi le jour où, selon une chronique locale, l’empereur Henri IV entérina l’élection de Thiofrid comme abbé52. Si ce dernier prit la peine de composer les quatre livres des Flores, c’est qu’il devait souhaiter maintenir la célébration du 19 novembre et en assurer le succès. Dès lors, un éloge général du culte des reliques, sans mention d’un saint précis, était presque sûrement destiné à la fête collective, et non à une translation particulière.

  • 53 PL 160, 10321036 : Inc. Gaudeo, et exsultatione multiplici cor nostrum hilarescit… (Schneyer, 1, 1 (...)

22Berengosus, Serm. 5 in dedicatione ecclesiae deque reliquiarum ueneratione53.

  • 54 Sur cet auteur, resté fameux par son activité de faussaire, voir Franz Josef Worstbrock, dans Die d (...)
  • 55 Berlin, Theol. lat. fol. 729, f. 129131, début XVIe siècle, déjà cité n. 47.
  • 56 « Vox exsultationis et salutis in isto audiri fas est hodie domicilio, quia nimirum hodiernae diei (...)

23Berengosus est attesté comme abbé de Saint-Maximin de Trèves à partir d’avril 1107 et jusqu’à sa mort en 1125, terminus ante quem pour la rédaction du texte54. La rubrique citée plus haut est celle de la Patrologie latine, mais l’ordre des termes doit être inversé. Car l’unique exemplaire connu porte la rubrique suivante : Sermo cuiusdam in festo reliquiarum, uel dedicacionis ecclesie55. D’après sa teneur, le sermon fut prononcé à l’occasion d’une fête de reliques, non d’un anniversaire de dédicace56. La première partie du texte, qui commente tour à tour Is 66, 10, Ps 31, 11 et 117, 15, fait un usage surabondant du vocabulaire de la liesse. L’orateur ne nomme aucun saint particulier, mais renvoie, sans s’y attarder, aux grands types de sainteté : apôtres, martyrs, confesseurs et vierges. On ignore quel jour les bénédictins de Saint-Maximin fêtaient leurs reliques, mais il est possible que le choix d’Echternach du 19 novembre ait été étendu au diocèse de Trèves.

  • 57 PL 162, 11661170 : Inc. Sanctorum gloriam, dilectissimi, crebris solemnitatibus… (Schneyer, 3, p.  (...)

24[Iohannes de sancto Audoeno], Serm. 4 in festiuitate sanctorum, quorum reliquiae in praesenti ecclesia requiescunt57.

  • 58 Ce prétendu hagiographe normand est né d’une confusion avec Jean Diacre de Naples, comme je l’ai mo (...)
  • 59 Edmond Martène, Ursin Durand, Thesaurus novus anecdotorum, Paris, 1717, 3, col. 16811686.
  • 60 Rouen, B.M. 1406 (Y. 41), f. 8790v, fin du XIe ou début du XIIe siècle (antérieur à 1110).
  • 61 « In hac igitur, dilectissimi, celebritate congruis laudum officiis nos condecet exsultare, in qua (...)
  • 62 Leroquais, Bréviaires, 4, p. 76 ; Missels, 2, p. 152, etc.

25Le nom de Jean de Saint-Ouen est dû à l’imagination d’érudits mauristes et à l’éditeur de la Patrologie latine58. Le sermon est anonyme dans l’édition princeps59, comme dans l’unique manuscrit connu, originaire de Saint-Ouen de Rouen60. La rubrique transmise est confirmée par l’une des phrases du texte61. L’orateur nomme, avec quelques mots d’éloge, les saints dont son abbaye possédait des reliques. Sont cités en premier lieu Denys l’Aréopagite et ses compagnons d’évangélisation, Nicaise, Quirin et Scuvicule, ainsi que deux grands évêques de Rouen, Ouen et Romain. Puis les martyrs sont énumérés, derrière les saints Innocents, par ordre hiérarchique : le pape Calixte, l’archevêque Arnoul, les diacres Laurent et Vincent, Sébastien, Tiburce, Marcellin et Pierre, Abdon et Sennes, Marc et Marcellien, Crépin et Crépinien, Hermès et Julien, Marius, Félix et Janvier. Un classement analogue est appliqué ensuite aux confesseurs : Grégoire pape, Gildard et Remi, archevêques de Rouen, Faron, évêque de Meaux, Paul l’ermite, Leufroy et Vulgan. Les vierges Agnès et Scareberge ferment la marche. La seconde partie du texte reprend l’éloge de saint Ouen, patron principal de l’abbaye, dont les vertus sont rapprochées des douze pierres précieuses de la Jérusalem céleste (Apc 21, 19-20). Le sermon est postérieur à 1090, date de la translation à Rouen de Romain, Gildard et Remi. Quant au manuscrit, il est antérieur à 1110, puisqu’il mentionne comme vivant l’évêque de Rouen, Guillaume Bonne-Âme, décédé cette année-là. À Saint-Ouen, la fête des reliques était célébrée le 29 avril, au moins à partir du XIIIe siècle62.

  • 63 Paris, BnF lat. 3801, f. 24v26, XIe siècle : Inc. Cum plurimorum pro certo sanctorum reliquias in (...)

26[Augustinus, Pseudo-], Sermon prêché à Saint-Bénigne de Dijon et publié en annexe63.

  • 64 Cf. Catalogue général des manuscrits latins, 7, Paris, 1988, p. 201205 (notice, due à Raymond Étai (...)
  • 65 C’est-à-dire les Sermons 330, 305, 65, 285 (partiel) et 64 (extrait) + 329. Dans les Sermons 305 et (...)

27Ce texte inédit est le dernier d’un petit recueil de onze sermons, copié au XIe siècle à l’usage des moines de Saint-Bénigne pour les lectures à l’office64. Dans la rubrique primitive : Sermo sancti Augustini episcopi, les trois derniers mots ont été grattés. Une telle attribution, évidemment fautive, s’explique sans doute par le fait que les cinq pièces précédentes sont des allocutions authentiques d’Augustin pour des fêtes de martyrs65. Les autres sermons du recueil commémorent Benoît (no 1), la Toussaint et Bénigne, patron principal de l’abbaye dijonnaise fêté aussi le 1er novembre (no 2), et Maurice, patron secondaire de la même abbaye (nos 3-5). Tous ces textes sont divisés en leçons, de première main ou dans les marges.

28L’origine du sermon inédit, réparti en huit leçons, n’est pas moins certaine que celle du recueil. La seconde moitié du texte (V-VIII) fait tour à tour l’éloge des principaux saints vénérés sur place. Les martyrs Bénigne et Maurice – dont on a rappelé qu’ils étaient les co-patrons de Saint-Bénigne – y précèdent trois évêques confesseurs : Hilaire de Poitiers, Urbain de Langres et Grégoire de Langres. Ce dernier, d’autre part, est qualifié par l’orateur de « fondateur et constructeur de ce monastère » (huius uero monasterii primus auctor et opifex) ; or la tradition unanime, dont une Vie copiée juste derrière, sur les feuillets 26-32, considère Grégoire de Langres comme le fondateur de la grande abbaye dijonnaise.

  • 66 « Cum plurimorum […] sanctorum reliquias in praesenti templo dei […] conditas noueritis […] »
  • 67 Éd. PLS 2, 11491151. De cette pièce, le seul témoin connu est un manuscrit bourguignon de la fin d (...)
  • 68 Éd. Louis-Maximilien Duru, Bibliothèque historique de l’Yonne, 2, Auxerre, 1863, p. 341 (iiii-v), 3 (...)

29Dans son exorde, l’auteur introduit une distinction entre la translatio des saints et leur natalis. Aurait-il voulu signifier par là que l’occasion de son sermon était une translation ? Une telle déduction serait erronée, car la critique interne montre clairement que l’allocution était destinée à une fête des reliques. Les premiers mots du prédicateur évoquent une riche lipsanothèque66 ; et la suite du discours mentionne expressément la dépouille d’Urbain de Langres (cuius ossa hic in pace quiescunt) et l’arrivée du corps de Bénigne à l’initiative de Grégoire de Langres. En revanche, aucune allusion n’est faite à une translation simultanée des cinq martyrs et confesseurs dont est prononcé l’éloge. Comment expliquer alors la mention initiale de translation ? La solution est simple. Ce qui pourrait sembler à première vue un sermon original, adapté à la situation particulière de Saint-Bénigne, n’est en fait qu’un centon fabriqué à partir de modèles antérieurs. La majeure partie des leçons I-III est empruntée à un texte pseudo-augustinien (Serm. Mai 47), prêché en un lieu inconnu lors d’une translation des saints Étienne et Jean67. L’essentiel des leçons IIII-VII et les deux dernières phrases de VIII sont repris et adaptés d’une Passion anonyme de saint Savinien, premier évêque de Sens (BHL 7432), qu’on date en général du XIe siècle68.

  • 69 Éd. Louis Chomton, Histoire de l’église Saint-Bénigne de Dijon, Dijon, 1900.
  • 70 François Dolbeau, « Trois sermons latins en l’honneur de la Légion Thébaine », dans Otto Wermelinge (...)
  • 71 Le plus important est que le troisième sermon sur Maurice (dont le recueil de Saint-Bénigne est l’u (...)
  • 72 Cela, toutefois, est rendu improbable par la place accordée au patronage de Maurice.

30Le jour n’est pas connu où, à Saint-Bénigne, la fête des reliques était célébrée, car celle-ci n’est plus évoquée dans le coutumier du XIIIe siècle69, signe qu’elle avait alors disparu. D’après son écriture, le manuscrit de Paris remonte au XIe siècle, sans qu’on puisse, dans l’état actuel de nos connaissances, préciser davantage. Le sermon lui-même ne renferme pas d’indice ayant une portée chronologique, sauf le fait que Bénigne et Maurice y sont traités à égalité, alors que le patronage du second ne fit que perdre en importance à partir de l’an mil. Quant au recueil dans son ensemble, comme il débute par un sermon d’Odon de Cluny pour la Saint-Benoît, il doit être postérieur à l’installation des clunisiens à Dijon en 989. Dans une étude antérieure, où j’éditais les textes relatifs à Maurice70, j’ai cru pouvoir le dater de l’abbatiat de Guillaume de Volpiano (990-1031), mais les indices restent fragiles71 et l’on ne peut jamais exclure qu’une pièce en position finale corresponde à un supplément plus tardif72. En tout état de cause, l’allocution prêchée à Saint-Bénigne est au minimum contemporaine des sermons précédents et pourrait même leur être antérieure.

  • 73 Sans qu’on puisse garantir, dès cette époque, leur caractère annuel, excepté à Echternach.
  • 74 D’autres sermons-catalogues ont été cités plus haut sous les notes 19 à 21.
  • 75 Guillaume de Volpiano implanta, par exemple, en Normandie le culte de saint Bénigne. Les travaux ré (...)
  • 76 L’influence de cette abbaye se déduit du fait que deux diocèses voisins, Soissons et Meaux, ont fix (...)
  • 77 Sugerius, Scriptum consecrationis ecclesiae sancti Dionysii, 2 (éd. Françoise Gasparri, Suger, Œuvr (...)
  • 78 Une légende des environs de 1100 (BHL 1587) fait remonter au temps de Charlemagne la fête du Lendit (...)

31Aucune fête de reliques n’est attestée avec certitude, jusqu’à plus ample informé, avant l’initiative de Régimbert d’Echternach en 1059. D’autre part, le témoignage des bréviaires et missels incite à penser que ces fêtes se multiplièrent seulement à partir du XIIIe siècle. Cependant, les quatre sermons juste commentés prouvent qu’elles connaissaient une certaine diffusion dès la fin du XIe siècle73. Ceux-ci se laissent, par leur structure, regrouper en paires. Les deux premiers, originaires de la région mosellane, se bornent à une justification générale du culte des reliques. Les deux autres, prononcés l’un à Dijon, l’autre à Rouen, sont des sermons-catalogues, qui font l’éloge d’une série de saints particuliers. Il se peut qu’ils reproduisent, indépendamment l’un de l’autre, le modèle du sermon pour la Toussaint, Legimus in ecclesiasticis historiis, ou encore de la Laus patrum biblique (Sir 44, 1-50, 23)74. Mais, au regard d’innovations liturgiques, un lien éventuel entre la Bourgogne et la Normandie n’est pas exclu, en raison de l’action réformatrice de Guillaume de Volpiano, qui fut abbé à la fois de Saint-Bénigne et de Fécamp/Bernay/Jumièges75. Cela dit, la rareté des sources entraîne peut-être des rapprochements factices. En France septentrionale, d’autres maisons possédant de riches lipsanothèques ont pu jouer un rôle moteur, comme Saint-Denis76. Ainsi, dès l’enfance de Suger (1081-1151), l’ostension des reliques de la Passion y attirait des foules in solemnibus diebus77, mais comment savoir si le rite était lié à la Semaine sainte ou s’il avait déjà donné naissance à une fête spéciale78 ? Les attestations liturgiques et les sermons repérés sont en trop petit nombre pour qu’il soit licite de cartographier la diffusion, avant 1200, des festa reliquiarum. L’enquête préliminaire, toutefois, suggère déjà que celles-ci avaient trouvé un accueil favorable et précoce en Normandie.

32Les fêtes de reliques étaient des célébrations identitaires, durant lesquelles une communauté se rassemblait autour de ses corps saints et se distinguait par là même des églises voisines. Quels sont les facteurs ayant favorisé, au cours du XIe siècle, l’apparition d’abord des messes et offices de sanctis qui in hac ecclesia requiescunt, puis des fêtes annuelles ? Pourquoi ces innovations sont-elles apparues dans des communautés distantes les unes des autres, mais toujours en des contrées de l’ancienne Gaule septentrionale, tandis que les anniversaires de dédicaces d’autel ou d’église sont restés, dans la tradition romaine, le moment privilégié de vénération des reliques ? Dans cette étude centrée sur la prédication, mon objectif était de soulever des questions nouvelles, non d’apporter des solutions définitives.

Annexes

ANNEXE. Sermon pour la fête des reliques, prêché à Saint-Bénigne de Dijon

Hormis les références bibliques, l’édition critique livre le texte comme le reçurent les auditeurs médiévaux ; l’édition synoptique donne en plus accès au travail du centonisateur.

i. Édition critique

P = Paris, BnF lat. 3801, f. 24v-26, XIe s.

La division en huit leçons est de première main. Les diphtongues ‘ae’ correspondent ici aux ‘e’ cédillés de P. Les crochets droits encadrent des mots ou des lettres à supprimer, les crochets pointus des lettres à restituer ; les mots réécrits sur grattage sont signalés entre accolades {…}. On a cherché à respecter, autant que possible, la ponctuation médiévale.

Sermo [sancti Augustini episcopi79]

i. Cum plurimorum pro certo sanctorum reliquias in presenti templo dei, fratres karissimi, conditas noueritis, proindeque de hodierna celebritate gaudeatis, {sciendum tamen quia non de natalitio eorum}, sed de translatione agimus festum. Natalem enim illorum sequenti, si deus annuerit, tempore honoraturi sumus, nunc uero translationem eorum aecclesiasticis, ut par est, officiis honoramus. Praeclare {namque}, ut uidetis, aecclesiae nostre, donante deo, concessum est, ut sanctorum suorum cultum alio tempore in natalitiis coleret, aliam nunc geminata festiuitate celebraret. Peculiariter itaque est nobis presens excolenda sollempnitas, peculiarius etiam aliis obsequiis istos beatissimos patronos nostros commodis nostris facimus debitores. Haec autem de sollempnitate presenti, nunc etiam de psalmo aliqua dicamus : Cantate domino canticum nouum, laus eius in aecclesia sanctoruma.

ii. {Nemo ergo uestrum, fratres, cum inuitari} nos a propheta ad canticum nouum /f. 25/audit, uoces tantum nostras desiderare deum credat. Deus enim, ut credimus, non tam linguae auditorb est quam fidei, nec tam dulcedine cantus quam cordium delectatur affectu, sicut idem psalmista alibi docet dicens : Clamaui in toto corde meo, exaudi me, dominec. Fidutialiter utique exaudiri se a domino postulauit quia toto ad deum corde clamauerat. Vnde intellegitis quod cum psalmus iste nouum a nobis canticum exigat, ad profectum nos ac deuotionem cordis inuitat. Cantate, inquit, domino canticum nouumd.

iii. Quid est, dilectissimi, canticum nouum ? Noua profecto uiuentium disciplina, secundum illud quod apostolus dicit : Vetera transierunt, et facta sunt omnia noua. Omnia autem ex deoe. Quomodo omnia noua facta sunt ? Quia Christus ad terras ueniens antiquam legis obseruationem reppulit, et nouae fidei gratiam consecrauit. Bene ergo propheta canticum nouum in aecclesia dixit esse sanctorumf, nam cantico nouo nouae uitae sanctitas indicatur. [H] ac per hoc, karissimi, cum animaduertitis quod ad laudationem dei uos psalmista et nouitate <m> spiritus uocat, incipite et uos cantare canticum nouum, ut incipiatis et uos omnes aecclesia esse sanctorum.

iiii. Huiusmodi ergo studiis lutum fragilitatis nostrae a deo sublimatur et honoratur, ut ipsum deum quodammodo magnificare, exaltare et sanctificare perhibeatur. Apostolus namque : Dominum, inquit, Iesum Christum sanctificate in cordibus uestrisg. Et Dauid : Magnificate dominum mecum, et exaltemus nomen eius pariterh. Magnificamus siquidem, exaltamus et sanctificamus dominum, cum eum magnum excelsumque {dominum} pre omnibusi et corde credimus et oris confessione fatemurk, siue dum magnalia sanctorum eius, membrorum uidelicet corporis ipsiusl, fideliter predicamus, sincera laude populis intimamus. Denique laude sanctorum eius desuescimus esse filii irem et assuescimus effici filii misericordiae, atque eisdem sanctis quibus pro merito actionis aequiperari nequimus, pro merito laudis ac uenerationis eorum ipsis assimilari utcumque ualebimus, participesque eorum intercessionis ac recom pensationis, diuina fauente clementia, nos fore credimus, quorum memoriam pio cultu honorare satagimus.

<v.> Laudemus igitur gloriosos uiros et dei cultores in generatione suan, /f. 25v /Benignum uidelicet atque Mauricium, homines nimirum magnos, uirtute heroes, prudentia {perspicaceso, quorum} corpora quolibet occasu praeuenta in pace quiescunt, et nomina eorum uiuunt in generatione et generationemp. Horum sapientiam populis narremus, et laudem eorum in aecclesiis memoremusq. Luculentioribus etiam preconiis adtollamus, passionis eorum agonem suo in tempore officiosissimis animis percolamus. Hii enim uitam intrepidi amiserunt in terris, ut sumptibus uitae perfruerentur in caelis. Erant enim animis intrepidi, spiritalibus armis undique muniti, tuba predicationis sonori, clipeo fidei protecti, utpote {ueri milites} Christi. Ideoque nequaquam formidabant impetum principis, quin potius ut tipici arietes erant cornuata fronte horribiles, quibus nec regum obsistere ualebat ullus.

vi. His consociatur signifer Hilarius, Pictauorum episcopus et orthodoxae fidei doctor et defensor, cuius salutari doctrina uniuersalis aecclesia eruditur et specialis quoque nostra patrociniis adornatur. In cuius labiis tanta erat sancti spiritus gratia diffusar, ut quos sermone tangeret, ad ardorem caelestis desiderii uehementer accenderet, suaderet labentia contempnere, permanentia appetere. Exhibebat ignem compunctionis et exurebat humorem transitoriae delectationis. Compellebat daemonico carere consortio, et angelico perfrui contubernio, utilia quoque studia feruenter incipere, feruentius consummare. Ex eorum quippe sanctorum raritate erat, quorum species ab Ezechiele depingitur dicente : Aspectus eorum quasi carbonum ignis ardentium, et quasi aspectus lampa darums.

vii. Huic electo dei equiperatur sanctissimus confessorum ac potentissimus patrator miraculorum, Vrbanus Lingonicae sedis antistes, cuius {ossa hic in pace quiescunt et memoria} permanebit in saeculumt. Qui cunctis pollens uirtutibus tantam in uultu serenitatem pretendebat, tantamque lenitatem sermone ferebat, ut uisu et auditu iustitiam cunctis intimaret, atque huiusmodi dulcedine pectora semet contemplantium uel audientium pie demulceret, et ad sui familiaritatem quantotius inuitaret, meritoque de eo dici posset quod de capite eius Iesu scriptum est :/f. 26/Guttur eius suauissimum, et totus desiderabilisu, et ut illud ei a congregatione unanimi recenseretur : Quam dulcia faucibus meis eloquia tua, super mel et fauum ori meox.

viii. Consimilis isti per omnia in sanctitate et iustitia, post nonnullos successores datus est a deo Lingonicae urbi Gregorius pontifex, huius uero monasterii primus auctor et opifex. Ipsum namque beatus martyr Benignus et de errore mausolei sui per uisum liberauit, et ad honorem sibi debitum80 atque structuram templi proprii potenti iussione animauit. Hic itaque denominatum Christi testem adeo dilexit, ut magnificam ei basilicam aedificaret, {sacratissimum corpus eius gloriosa miraculis translatione} collocaret, eundem locum monachis deo et ipsi sancto famulantibus instrueret, possessionibus ditaret, priuilegii sui auctoritate corroboraret, et penes eum sepulturam glebae suae destinaret. De cuius plane uirtutibus nunc multa dicere superfluum ducimus, presertim cum textus uitae eius qualis et quantus fuerit ostendat plenius81. Hoc tamen de eo predicandum, quia timor domini erat illi gloria et gloriatio, et corona exultationisy. Idcirco in extremis benedictionem percepitz, et in diebus consummationisaa iocunditatem sibi thesaurizauitab.

a Ps 149, 1 – b cf. Sap 1, 6 – c Ps 118, 145 – d Ps 149, 1 – e II Cor 5, 17-18 – f cf. Ps 149, 1 – g I Pt 3, 15 – h Ps 33, 4 (iuxta Hebr.) – i cf. Ps 98, 2 (88, 28) – k cf. Rm 10, 10 – l cf. Eph 5, 30 – m cf. Eph 2, 3 – n Eccli 44, 1 – o cf. Eccli 44, 3 – p cf. Eccli 44, 14 – q cf. Eccli 44, 15 – r cf. Ps 44, 3 – s Ez 1, 13 – t cf. Eccli 44, 14 – u Ct 5, 16 – x Ps 118, 103 – y Eccli 1, 11 – z cf. Eccli 1, 13 – aa cf. Eccli 1, 19 – ab cf. Eccli 15, 6.

ii. Édition synoptique
Les termes imprimés en italiques sur la colonne de gauche correspondent à l’apport personnel du prédicateur. Le texte des sources est donné en regard sur celle de droite. Les mots repris tels quels y sont soulignés d’un trait continu ; ceux dont l’ordre a été bousculé, qui ont été changés de temps, de cas ou de nombre, ou remplacés par des synonymes, le sont d’un trait discontinu. Ne pas oublier toutefois que les modèles manuscrits présentaient des variantes par rapport aux éditions servant ici de terme de comparaison : les divergences réelles devaient donc être moins nombreuses que les transformations relevées ci-dessous. Un long extrait de la Passion de Savinien – exploité ci-dessous dans les leçons iiii et v – a été repris, de façon indépendante, dans le prologue de la Vita Petri Iuliacensis (†1136)82.

Sermo [sancti Augustini episcopi]
i. Cum plurimorum pro certo sanctorum reliquias in presenti templo dei, fratres karissimi, conditas noueritis, proindeque de hodierna celebritate gaudeatis, sciendum tamen quia non de natalitio eorum, sed de translatione agimus festum. Natalem enim illorum sequenti, si deus annuerit, tempore honoraturi sumus ; nunc uero translationem eorum aecclesiasticis, ut par est, officiis honoramus. Praeclare namque, ut uidetis, aecclesiae nostre, donante deo, concessum est, ut sanctorum suorum cultum alio tempore in natalitiis coleret, aliam nunc geminata festiuitate celebraret. Peculiariter itaque est nobis presens excolenda sollempnitas, peculiarius etiam aliis obsequiis istos beatissimos patronos nostros commodis nostris facimus debitores. Haec autem de sollempnitate presenti, nunc etiam de psalmo aliqua dicamus : Cantate domino canticum nouum, laus eius in aecclesia sanctorum.

• Ps. Aug., Serm. Mai 47 (PLS 2, 1149-1151) : In festo translationis reliquiarum sanctorum martyrum
(1)
Cum loco hoc, dilectissimi, beati Stephani et Iohannis reliquias multorumque aliorum conditas noueritis, uidetis autem hodierna hic festa celebrari, forsitan quidam uestrum natalem eorum quos nominaui esse existimant ; quod non ita est, dilectissimi. Natalem enim illorum sequenti, si deus annuerit, tempore honoraturi sumus ; nunc autem translationem ipsorum honoramus. Praeclare ergo, ut uidetis, dilecti, ecclesiae nostrae deo donante concessum est, ut sanctorum martyrum cultum alio tempore in natalibus coleret, etiam nunc geminata festiuitate celebraret. Gratias ergo domino, quod uincimus obsequio eorum ceteras ciuitates. Multae urbes natalem tantum illorum celebrant, nobis etiam translatio quasi natalem alterum dedit. Peculiaris itaque est nobis frequentatior ista sollemnitas. Peculiarius aliis obsequiis beatissimos martyres nobis reddidistis debitores. Illi semel pro deo passi sunt, et nobis contigit duplicata festiuitas. Haec ergo de sollemnitate praesenti ; nunc etiam de psalmo aliqua dicamus. (2) Cantate domino canticum nouum, laus eius in ecclesia sanctorum.

ii. Nemo ergo uestrum, fratres, cum inuitari nos a propheta ad canticum nouum audit, uoces tantum nostras desiderare deum credat. Deus enim, ut credimus, non tam linguae auditor est quam fidei, nec tam dulcedine cantus quam cordium delectatur affectu, sicut idem psalmista alibi docet dicens : Clamaui in toto corde meo, exaudi me, domine.

Nemo uestrum, dilecti, cum inuitari nos a propheta ad canticum nouum audit, uoces tantum nostras desiderari deo credat. Deus enim, ut credimus, non tam linguae auditor est, quam fidei ; nec tam dulcedine cantuum, quam cordium delectatur affectu. Sicuti idem psalmista alibi docet dicens : Clamaui in toto corde meo, exaudi me, domine. Videtis, dilecti, quod propheta eloquio uocis placari uoluit, quem fide ac pietate animi subplicauit ; et ideo clamaui, dixit, in toto corde meo, exaudi me, domine.

Fidutialiter utique exaudiri se a domino postulauit quia toto ad deum corde clamauerat. Vnde intellegitis quod cum psalmus iste nouum a nobis canticum exigat, ad profectum nos ac deuotionem cordis inuitat. Cantate, inquit, domino canticum nouum.

Fiducialiter utique exaudiri se a domino postulauit qui toto ad deum corde clamauerat. Vnde intellegitis, quod cum psalmus qui lectus est, nouum a nobis canticum exigat, ad profectum nos ac deuotionem cordis inuitat. Cantate enim, inquit, canticum nouum.

iii. Quid est, dilectissimi, canticum nouum ? Noua profecto uiuentium disciplina, secundum illud quod apostolus dicit : Vetera transierunt, et facta sunt omnia noua. Omnia autem ex deo. Quomodo omnia noua facta sunt ? Quia Christus ad terras ueniens antiquam legis obseruationem reppulit, et nouae fidei gratiam consecrauit. Bene ergo propheta canticum nouum in aecclesia dixit esse sanctorum, nam cantico nouo nouae uitae sanctitas indicatur.

Quid est nouum canticum, dilecti ? Noua utique uiuentium disciplina, secundum illud quod apostolus dicit : Vetera transierunt, facta sunt omnia noua, omnia autem ex deo. Quomodo omnia noua facta sunt ? Quia Christus ad terras ueniens antiquae legis obseruantiam reppulit et nouae fidei gratiam consecrauit. Cantate ergo, inquit, canticum nouum. Bene canticum nouum in ecclesia dixit esse sanctorum: nam cantico nouo uitae sanctitas indicatur. Necesse est ubi cantatur canticum nouum, nouam ibi esse ecclesiam sanctorum.

[H]ac per hoc, karissimi, cum animaduertitis quod ad laudationem dei uos psalmista et nouitate<m> spiritus uocat, incipite et uos cantare canticum nouum, ut incipiatis et uos omnes aecclesia esse sanctorum.

(3) Ac per hoc, dilecti, cum intellegitis quod ad emendationem uos psalmista et profectum uocat, incipite et uos cantare canticum nouum, ut incipiatis et uos omnes ecclesia esse sanctorum

iiii. Huiusmodi ergo studiis lutum fragilitatis nostrae a deo sublimatur et honoratur, ut ipsum deum quodammodo magnificare, exaltare et sanctificare perhibeatur. Apostolus namque : Dominum, inquit, Iesum Christum sanctificate in cordibus uestris. Et Dauid : Magnificate dominum mecum, et exaltemus nomen eius pariter.

Passio S. Sauiniani (éd. Fliche, 1912, p. 56-57)
Huius modi enim studiis lutum fragilitatis nostre a deo sublimatur et honoratur, ut ipsum deum quodammodo magnificare, exaltare et sanctificare perhibeatur. Apostolus namque : Dominum, inquit, Ihesum Christum sanctificate in cordibus uestris, et propheta : Magnificate dominum mecum et exaltemus nomen eius pariter.

Magnificamus siquidem, exaltamus et sanctificamus dominum, cum eum magnum excelsumque dominum pre omnibus et corde credimus et oris confessione fatemur, siue dum magnalia sanctorum eius, membrorum uidelicet corporis ipsius, fideliter predicamus, sincera laude populis intimamus. Denique laude sanctorum eius desuescimus esse filii ire et assuescimus effici filii misericordiae, atque eisdem sanctis quibus pro merito actionis aequiperari nequimus, pro merito laudis ac uenerationis eorum ipsis assimilari utcumque ualebimus, participesque eorum intercessionis ac recom pensationis, diuina fauente clementia, nos fore credimus, quorum memoriam pio cultu honorare satagimus.

Passio S. Sauiniani (éd. Fliche, 1912, p. 57)
Magnificamus siquidem, exaltamus et sanctificamus dominum, cum eum magnum, excelsum ac sanctum et corde credimus, et oris confessione fatemur ; siue dum magnalia eius et magnalia sanctorum eius membrorum, uidelicet corporis ipsius, fideliter predicamus sincera laude, populis intimamus. Denique laude sanctorum eius desuescimus esse filii ire et assuescimus esse (var. effici) filii misericordie, atque eisdem sanctis, quibus pro merito actionis equiperari nequimus, pro merito laudis ac uenerationis ipsorum (var. eorum) ipsis interuenientibus assimilari utcunque ualebimus, participesque eorum intercessionis ac recom pensationis, diuina fauente clementia, nos fore credimus quorum diu memoriam pio cultu celebrare satagimus

<v.> Laudemus igitur gloriosos uiros et dei cultores in generatione sua, Benignum uidelicet atque Mauricium, homines nimirum magnos, uirtute heroes, prudentia perspicaces, quorum corpora quolibet occasu praeuenta in pace quiescunt, et nomina eorum uiuunt in generatione et generationem. Horum sapientiam populis narremus, et laudem eorum in aecclesiis memoremus. Lucu lentioribus etiam preconiis adtollamus, passionis eorum agonem suo in tempore officiosissimis animis percolamus. Hii enim uitam intrepidi amiserunt in terris, ut sumptibus uitae perfruerentur in caelis.

Laudemus igitur uiros gloriosos et dei cultores, in generatione sua homines magnos in uirtute et prudentia sua preditos ; quorum corpora quolibet occasu peruenta in pace quiescunt, et nomina eorum uiuunt in generationes generationum. Horum sapientiam populis narremus et laudem eorum in ecclesiis nuntiemus. Ex quorum collegio beatum Sauinianum, Senonensis ciuitatis presulem, luculentioribus preconiis adtollamus, passionis eius agonem officiosissimis animis percolamus; qui uitam intrepidus amisit in terris, ut sumptibus uite perfrueretur in celis

Erant enim animis intrepidi, spiritalibus armis undique muniti, tuba predicationis sonori, clipeo fidei protecti, utpote ueri milites Christi. Ideoque nequaquam formidabant impetum principis, quin potius ut tipici arietes erant cornuata fronte horribiles, quibus nec regum obsistere ualebat ullus. vi. His consociatur signifer Hilarius, Pictauorum episcopus et orthodoxae fidei doctor et defensor, cuius salutari doctrina uniuersalis aecclesia eruditur et specialis quoque nostra patrociniis adornatur. In cuius labiis tanta erat sancti spiritus gratia diffusa, ut quos sermone tangeret, ad ardorem caelestis desiderii uehementer accenderet, suaderet labentia contempnere, permanentia appetere. Exhibebat ignem compunctionis et exurebat humorem transitoriae delectationis. Compellebat daemonico carere consortio, et angelico perfrui contubernio, utilia quoque studia feruenter incipere, feruentius consummare. Ex eorum quippe sanctorum raritate erat, quorum species ab Ezechiele depingitur dicente : Aspectus eorum quasi carbonum ignis ardentium, et quasi aspectus lampa darum.

Passio S. Sauiniani (éd. Fliche, 1912, p. 59- 60)
… eo se fidentioribus
animis intrepidum eis obtulit. Dum ipse potius armis esset spiritualibus munitus, torace uidilicet iusticie amictus, tuba salutis protectus, clipeo fidei uallatus, eloquii cuspide choruscus, utpote qui uerus erat sacerdos, nequaquam formidans impetum principis, cum et typice aries extitisse aduertatur cornuata fronte horribilis, cui nec regum obsistere poterat ullus
Passio S. Sauiniani (éd. Fliche, 1912, p. 61)
Tantaque est spiritus sancti (var. sancti spiritus) gratia in eius labiis diffusa ut quos sermone tangeret ad ardorem celestis desiderii uehementer accenderet. Suadebat (var. suaderet) labentia contemnere, permanentia appetere, exhibebat compunctionis et exurebat humores perfunctorie delectationis ; compellebat demonico carere consortio et angelico frui contubernio, mundi iura relinquere et ad superna anxie anhelare, utilia queque studia feruenter incipere, feruentius consummare. Ex eorum quippe sanctorum raritate erat quorum species ab Ezechiele depingitur dicente : Aspectus eorum quasi carbonum ignis ardentium et quasi aspectus lampadarum

vii. Huic electo dei equiperatur sanctissimus confessorum ac potentissimus patrator miraculorum, Vrbanus Lingonicae sedis antistes, cuius ossa hic in pace quiescunt et memoria permanebit in saeculum.

Qui cunctis pollens uirtutibus tantam in uultu serenitatem pretendebat, tantam que lenitatem sermone ferebat, ut uisu et auditu iustitiam cunctis intimaret, atque huiusmodi dulcedine pectora semet contemplantium uel audientium pie demulceret, et ad sui familiaritatem quantotius inuitaret, meritoque de eo dici posset quod de capite eius Iesu scriptum est : Guttur eius suauissimum, et totus desiderabilis, et ut illud ei a congregatione unanimi recenseretur : Quam dulcia faucibus meis eloquia tua, super mel et fauum ori meo.

Passio S. Sauiniani (éd. Fliche, 1912, p. 60-61)
Tantam denique uir beatus uultu serenitatem pretendebat, tantam lenitatem sermone ferebat ut uisu et auditu iusticiam cunctis intimaret atque huius modi dulcedine pectora semet contemplantium uel audientium pie demulceret et ad sui familiaritatem quantocius inuitaret. Meritoque de eo dici posset quod de capite eius scriptum est : Guttur eius suauissimum, et totus desiderabilis, ut et illud eius (var. ei) a congregatione unanimi recenseretur : Quam dulcia faucibus meis eloquia tua, domine (var. om. domine) ; super mel et fauum ori meo.

viii. Consimilis isti per omnia in sanctitate et iustitia, post nonnullos successores datus est a deo Lingonicae urbi Gregorius pontifex, huius uero monasterii primus auctor et opifex. Ipsum namque beatus martyr Benignus et de errore mausolei sui per uisum liberauit, et ad honorem sibi debitum atque structuram templi proprii potenti iussione animauit. Hic itaque denominatum Christi testem adeo dilexit, ut magnificam ei basilicam aedificaret, sacratissimum corpus eius gloriosa miraculis translatione collocaret, eundem locum monachis deo et ipsi sancto famulantibus instrueret, possessionibus ditaret, priuilegii sui auctoritate corroboraret, et penes eum sepulturam glebae suae destinaret. De cuius plane uirtutibus nunc multa dicere superfluum ducimus, presertim cum textus uitae eius qualis et quantus fuerit

ostendat plenius. Hoc tamen de eo predicandum, quia timor domini erat illi gloria et gloriatio, et corona exultationis. Idcirco in extremis benedictionem percepit, et in diebus consummationis iocunditatem sibi thesaurizauit.

Passio S. Sauiniani (éd. Fliche, 1912, p. 63)
Erat namque illi timor domini, gloria et glorificatio (var. gloriatio), et corona exultationis. Iccirco in extremis benedictionem percepit et in diebus consummationis iocunditatem sibi thesaurizauit

Notes

1 Patrice Boussel, Des reliques et de leur bon usage, Paris, 1971 ; Nicole Herrmanscard, Les reliques des saints. Formation coutumière d’un droit, Paris, 1975 (Collection d’histoire institutionnelle et sociale, 6) ; Patrick J. Geary, Furta sacra. Thefts of Relics in the Central Middle Ages, Princeton, 1978 (21990) ; Martin Heinzelmann, Translationsberichte und andere Quellen des Reliquienkultes, Turnhout, 1979 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 33) ; Arnold Angenendt, Heilige und Reliquien. Die Geschichte ihres Kultes vom frühen Christentum bis zur Gegenwart, Munich, 1994 (1997) ; Anton Legner, Reliquien in Kunst und Kult : zwischen Antike und Aufklärung, Darmstadt, 1995 ; Edina Bozóky, La politique des reliques de Constantin à saint Louis, Paris, 2006.

2 Les Actes en ont été publiés par Edina Bozóky et Anne-Marie Helvétius, Les reliques. Objets, cultes, symboles, Turnhout, 1999 (Hagiologia, 1).

3 Ibidem, p. 229237.

4 Le phénomène a été étudié par Hartmut Kühne, Ostensio reliquiarum. Untersuchungen über Entstehung, Ausbreitung, Gestalt und Funktion der Heiltumsweisungen im römischdeutschen Regnum, Berlin, New York, 2000 (Arbeiten zur Kirchengeschichte, 75). Voir aussi Anton Legner dir., Reliquien. Verehrung und Verklärung, Cologne, 1989, et notamment la contribution illustrée d’Hildegard Erlemann et Thomas Stangier, « Festum reliquiarum », p. 2531.

5 Herrmann-Mascard, Les reliques…, p. 201 ; Paul Séjourné, « Reliques », Dictionnaire de théologie catholique, 13, Paris, 1937, col. 23122376, spéc. col. 2354 et 2370.

6 Bradford Lee Eden, « The Feast of Relics in Medieval England », dans Jean-Luc Deuffic dir., Reliques et sainteté dans l’espace médiéval, Sainnis, 2006 (Pecia. Ressources en médiévistique, 8-11, 2005), p. 301303.

7 Le changement se produisit, selon Eden, entre 1252 et 1319. Il est évoqué ainsi dans le bréviaire du duc de Bedford, écrit entre 1424 et 1435 : Notandum est quod semper proxima dominica post festum translacionis S. Thome martiris celebratur festum reliquiarum Sarisburiensis ecclesie, quod nuper celebratum fuerat in octaua die natiuitatis beate Marie (Paris, BnF lat. 17294, f. 496v). L’ancienne date du 15 septembre se lit encore dans Paris, Bibl. Arsenal 135, de la deuxième moitié du XIIIe siècle.

8 D’autres dédoublements de date sont attestés, par exemple à Mende (8 ou 15 novembre) : voir Victor Leroquais, Les psautiers manuscrits latins des bibliothèques publiques de France (= Psautiers), 1, Mâcon, 1940-1941, p. 247248. Voir aussi le cas de Fontevrault (8 ou 19 juillet), évoqué à la n. 11.

9 La messe devait se dire avec ou sans credo, selon que l’on possédait ou non des ‘reliques insignes’, concept regroupant les reliques du Christ et de sa mère, les corps entiers des saints (ou au moins des membres importants) : cf. Ephemerides liturgicae, 12, 1898, p. 271279.

10 Victor Leroquais, Les bréviaires manuscrits des bibliothèques publiques de France (= Bréviaires), 5, Paris, 1934, p. 265266.

11 Il faudrait s’appuyer en priorité sur les calendriers dépouillés dans d’autres catalogues de Leroquais : Psautiers, 1, p. 104, Chezal-Benoît, 5 septembre ; p. 218, Saint-Jean de Laon, 15 juillet ; 2, p. 72, Fontevrault, 8 juillet ; p. 147, Sainte-Barbe-en-Auge, 15 juillet ; p. 188, Saint-Wandrille, 8 novembre ; p. 284, Reuil, au diocèse de Meaux, 18 septembre ; Les sacramentaires et les missels manuscrits des bibliothèques publiques de France ( = Missels), Paris, 1924, 2, p. 284, Digne, 20 juin ; p. 307, Montier-en-Der, 31 août ; 3, p. 186, Montierneuf, à Poitiers, 5 juin. Un martyrologe compilé en milieu mauriste procure l’addition suivante : Déols, 2 mai, mais indique le 19 juillet pour Fontevrault (Paris, BnF lat. 12586, f. 47 et 74, XVIIe siècle).

12 La fête parisienne, du reste, commémore un événement précis survenu le 4 décembre 1218 : la découverte d’un trésor de reliques durant la démolition de l’ancienne cathédrale : voir Leroquais, Missels, 2, p. 4751. Ce cas n’est probablement pas isolé.

13 Encore faut-il ajouter à cette liste Saint-Wandrille, O. S. B., et Sainte-Barbe-en-Auge, Can. Aug., au diocèse de Lisieux (cf. n. 11). J’hésite à intégrer Fécamp, non indexé par Leroquais, où, dès la fin du XIIe siècle, une fête était célébrée le 7 janvier In translatione sanctorum Fiscanni quiescentium : Leroquais, Bréviaires, 4, p. 116 ; Denis-B. Grémont, « Lectiones ad prandium à l’abbaye de Fécamp au XIIIe siècle », Cahiers Léopold Delisle, 20, 1971, p. 341, spéc. p. 30. De fait, le mot translatio est ambigu, mais pourrait être un signe d’archaïsme et désigner, malgré tout, une fête des reliques.

14 Paris, BnF nouv. acq. lat. 424, f. 159v160v, XVe siècle (Mont-Saint-Michel) : Beati pauperes spiritu, quoniam ipsorum est regnum celorum. De hiis psalmista ait : Pauperes… ; nouv. acq. lat. 627, f. 278v 280, XVe siècle (chartreuse italienne) : Beati qui lugent, quoniam ipsi consolabuntur. Sicut superius de pauperibus, ita hic de lugentibus loquitur… (rubriqué Sermo beati Iohannis episcopi, et correspondant au commentaire de Chromace d’Aquilée).

15 Ps. Augustinus, Serm. app. 209= Ps. Beda, Hom. iii 70 (CPPM I, 4045), avec des découpages différents : cf. Paris, BnF lat. 1303, f. 310rv, XVe siècle (Langres) ; lat. 16305, f. 122rv, XIIIe siècle (Meaux) ; nouv. acq. lat. 768, f. 42v 43, XIVe siècle (Lyre). C’est aussi le texte qu’on lisait à Salisbury (d’après Paris, BnF lat. 17294, f. 497).

16 Éd. J. E. Cross, Traditio, 33, 1977, p. 105121 : cf. Paris, BnF lat. 1278 t. 3, f. 149150v, XVe siècle (Saint-Pierre du Puy). L’incipit Hunc (fautif pour nunc) reuertamur ad eos quos unda… correspond à la l. 95 de l’édition.

17 Incipit de Paris, BnF lat. 786, f. 208, XIVe siècle et nouv. acq. lat. 425, f. 408, XVe siècle (Coutances) ; variante : sanctorum quorum reliquiae in nostra cathedrali ecclesia Lexouiensi requiescunt…, dans Caen, B.M. 24, p. 718, XVe siècle (Lisieux).

18 Chrysostomus latinus, Collection dite de l’Escurial, Hom. 28 (PLS 4, 738-740 = Paul Diacre, Hom. ii 120) : cf. Paris, BnF lat. 759, f. 170, et lat. 1266A, f. 198, XVe siècle (Rouen).

19 Voir par exemple Paris, BnF lat. 1304, f. 428v 430, XVe siècle (Le Puy) : Vos (à corriger en Nos) igitur, fratres, tamquam filii ecclesie et spirituales, tamquam uiri et uiri christiani… Le texte possède une structure analogue à celle du sermon Legimus in ecclesiasticis historiis, et mentionne tour à tour les anges, Jean-Baptiste, les apôtres, les martyrs, les confesseurs, les vierges et enfin Marie. Les leçons 5 et 6 renferment des phrases extraites de Césaire d’Arles (Serm. 223, 1) et de Maxime de Turin (Serm. 12, 2).

20 Cf. Paris, BnF lat. 13238, f. 353v355v, après 1459 (Saint-Chapelle) ; lat. 13239, f. 409v411, XIVe siècle (Saint-Germain-des-Prés) : « Diem festum, dilectissimi, ob reuerendam sanctarum reliquiarum memoriam diuino cultui dedicatum […] », selon deux découpages distincts. Le texte évoque tour à tour les principales reliques acquises par saint Louis et arrivées à Paris entre 1239 et 1242.

21 Paris, BnF lat. 758, f. 112v114, XVe siècle : « Adest nobis, dilectissimi, solemnis dies de inuencione sanctarum reliquiarum, in primis gloriose semperque uirginis Marie et sanctorum Iohannis baptiste et Andree apostoli, Stephani prothomartiris necnon et beati Dyonisii Gallorum apostoli […] » Ce sermon, postérieur à 1218 (cf. n. 12), consacre un développement à chacun des saints nommés. Sa structure est donc apparentée, sans être identique, à celle du sermon Legimus in ecclesiasticis historiis, car il s’agit ici de saints individuels et non de catégories. La même lecture figure dans Provins, B.M. 8 (20), f. 197, XIVe siècle, selon Leroquais, Bréviaires, 4, p. 4950.

22 À Soissons, la fête, célébrée le premier dimanche après la Saint-Denis, est appelée festum de susceptione reliquiarum Constantinopolitarum : Leroquais, Missels, 2, p. 335336 ; Analecta Hymnica, 10, Leipzig, 1891, p. 49, no 62.

23 Voir Jannic Durand, Marie-Pierre Laffitte dir., Le trésor de la Saint-Chapelle, Paris, 2001 ; Jannic Durand, Bernard Flusin dir., Byzance et les reliques du Christ, Paris, 2004 (Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance. Monographies 17). Il y eut trois arrivages successifs, le 11 août 1239 pour la couronne d’épines, le 30 septembre 1241 pour la vraie croix et un ensemble de reliques, le 3 août 1242 pour un autre ensemble, comprenant la sainte lance et la sainte éponge. Les trois anniversaires furent fêtés, mais seul celui du 30 septembre fut qualifié de festum reliquiarum.

24 Paris, BnF lat. 10938, f. 12: Commemoratio sanctorum quorum reliquie continentur <in presenti ecclesia>. Je tire ce renseignement de la thèse – soutenue à Paris-I le 8 décembre 2005 – de Catherine Bonnigne, Le sanctoral clunisien (Xe-XVe siècles), p. 255 et 585. La fête apparaît ensuite dans tous les calendriers postérieurs.

25 Bonnin-Magne, Le sanctoral…, p. 252254.

26 Liste de ces manuscrits chez Leroquais, Bréviaires, 1, p. xxxv-xxxvi. Dans Rouen, B.M. 209210, XIIe siècle, la Commemoratio reliquiarum in Gemmetico du 8 novembre est insérée de seconde main dans le calendrier : ibidem, 4, p. 103.

27 Voir Leroquais, Bréviaires, 4, p. 284 (Valenciennes, B.M. 116, f. 32, XIIe siècle).

28 Ibidem, 1, p. 145 (Bordeaux, B.M. 87, f. 35v, XIIe siècle).

29 Cf. Paris, BnF nouv. acq. lat. 424, f. 159v, XVe siècle : « […] sancti Auberti confessoris tui atque pontificis et aliorum sanctorum quorum reliquie in presenti requiescunt ecclesia […] »

30 La plus ancienne, à ma connaissance, est transmise par un sacramentaire de Saint-Évroult de la deuxième moitié du XIe siècle : Rouen, B.M. 273, f. 211 (Missa in commemoratione sanctorum qui in presenti ecclesia requiescunt), décrit par Leroquais, Missels, 1, p. 176178. Nouvel indice de l’intérêt spécial qu’on portait aux reliques en Normandie, déjà illustré par Lucile Trâc-Duc, « Les princes normands et les reliques (Xe-XIe siècles). Contribution du culte des saints à la formation territoriale et identitaire d’une principauté », dans Deuffic dir. Reliques…, p. 525561.

31 Paris, Bibl. Sainte-Geneviève 96, de Sainte-Barbe-en-Auge : voir Leroquais, Missels, 1, p. 347350. Pour le cas particulier de Fécamp, voir la n. 13.

32 Tel fut le cas notamment à Arles et à Fréjus, jusqu’au XVe siècle : voir Leroquais, Missels, 3, p. 244 ; Bréviaires, 3, p. 8789. À Fréjus, l’office des reliques était célébré chaque mois, excepté durant l’avent et le carême (semel in mense… exceptis temporibus aduentus et quadragesime) : cf. Paris, BnF lat. 1261, XVe siècle, f. 452 (la lecture homilétique y était tirée de Bède, In Lucam 3, 10).

33 Johannes Baptist Schneyer, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von 11501350, 11 vol., Münster, 1969-1990 (Beiträge zur Geschichte der Philosophie und Theologie des Mittelalters, 43, 111).

34 L’origine de la fête est imputée à Gottschalk de Limbourg, chapelain de l’empereur Henri IV (†1098) : voir Jean Leclercq, « Sermon sur la Divisio apostolorum attribuable à Gottschalk de Limbourg », Sacris Erudiri, 7, 1955, p. 219228. Son avantage sur les festa reliquiarum tenait au fait qu’elle était célébrée partout, à de rarissimes exceptions, le 15 juillet.

35 Éd. Giles Constable, « Petri Venerabilis sermones tres », Revue Bénédictine, 64, 1954, p. 224272, spéc. p. 231 et 265272 : Inc. Sollempni, fratres karissimi, ac singulari hac die exultate laeticia… (Schneyer, 4, 1972, p. 806, no 4).

36 Paris, BnF lat. 12426, f. cclixvcclxv : Inc. Ossa eorum pululant… (Sir 46, 14). Ad gloriam et honorem sanctorum in uerbo proposito tria notantur… (Schneyer, 2, 1970, p. 10, no 112).

37 Je n’évoque ici, en raison de mon propos, que les sermons du 30 septembre, mais il en existe d’autres qui furent prononcés le 11 ou le 18 août pour la Susceptio sanctae coronae ou son octave.

38 Voir Claudine Billot, « Le message spirituel et politique de la Saint-Chapelle de Paris », Revue Mabillon, n. s., 2, 1991, p. 119141 ; Ead., « Des reliques de la Passion dans le royaume de France », dans Durand, Flusin, Byzance…, p. 239248.

39 Schneyer, dont le répertoire est irremplaçable, a pu coder comme sermons pour la dédicace ou pour la réception de la couronne d’épines des allocutions prononcées lors de fêtes de reliques.

40 Patrologia Latina [PL] 157, 405-407: Inc. Laudemus Dominum, mirabilem in sanctis suis, sed mirabiliorem in eorumdem reliquiis… (Schneyer, 5, 1973, p. 525, no 1).

41 PL 157, 407-410: Inc. Christiana religio uocabulum propterea trahit a Christo… (Schneyer, Ibidem, no 2).

42 Voir la notice de Franz Josef Worstbrock, dans Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, 9, Berlin/New York, 1995, col. 802807. Herrmann-Mascard, Les reliques…, p. 201, a fait de Régimbert un abbé d’Épernay, à la suite d’une mauvaise interprétation d’Epternacensis.

43 Éd. Michele C. Ferrari, Turnhout, 1996 (Corpus Christianorum. Continuatio Mediaeualis, 133).

44 Voir Willibrord Lampen, Thiofrid von Echternach. Eine philologisch-historische Studie, Breslau, 1920 (Kirchengeschichtliche Abhandlungen, XI), p. 1516.

45 Michele C. Ferrari, Sancti Willibrordi venerantes memoriam. Echternacher Schreiber und Schriftsteller von den Angelsachsen bis Johann Bertels, Luxembourg, 1994, p. 4647, en a promis une édition critique.

46 Luxembourg, Bibl. nat. 264, f. 406v407. Thomas Falmagne, qui prépare un catalogue des manuscrits d’Echternach, a bien voulu me communiquer, avant publication, une notice détaillée de cette Bible : je suis heureux de lui manifester ici ma gratitude.

47 Berlin, Staatsbibliothek – Preußischer Kulturbesitz, Theol. lat. fol. 729 (olim Phillipps 527), f. 131v135v, début XVIe siècle (vers 1513-1519).

48 La formulation la plus suggestive serait la suivante : Unicuique locorum, sicut et huic nostro, aliunde magnas sanctorum reliquias accommodat (sc. Deus) (PL 157, 405C).

49 Flores IV 7 (éd. cit., p. 101102). La date de 1059 est aussi donnée par une notice de martyrologe (Paris, BnF lat. 10158, f. 98, XIIe siècle), déjà éditée à plusieurs reprises (Henri Quentin, Les martyrologes historiques du Moyen Âge, Paris, 1908, p. 236 ; Ferrari, Sancti Willibrordi…, p. 62, etc.). Selon Thiofrid, Régimbert s’était inspiré de la fête du 13 mai, dédicace du Panthéon par le pape Boniface iv, qui fut aussi, en quelque sorte, le modèle de la Toussaint. Caduque est la présentation d’Adam Reiners, « Das Fest aller heiligen Reliquien, entstanden 1059 in der Abtei Echternach », Studien und Mittheilungen aus dem Benedictiner-Orden, 3/1, 1882, p. 386388.

50 L’intervention d’Udon n’est attestée que par le martyrologe cité à la note précédente.

51 Flores IV 7 : « xiii kal. dec. qua nocte reuelatione angelica papa insignis meriti Sergius est ammonitus ut egregiae sanctitatis uiro Willibrordo quarto die Romam uenturo et ad summum antisticii honorem sublimando quicquid […] complaceret […] concederet ». L’attraction exercée par une relique insigne sur les fêtes locales a déjà été notée plus haut.

52 Ferrari, Sancti Willibrordi…, p. 50.

53 PL 160, 10321036 : Inc. Gaudeo, et exsultatione multiplici cor nostrum hilarescit… (Schneyer, 1, 1969, p. 441, no 5).

54 Sur cet auteur, resté fameux par son activité de faussaire, voir Franz Josef Worstbrock, dans Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, 1, Berlin/New York, 1978, col. 720722; et Klaus Krönert, « Helena, das Kreuz Christi und die Juden. Anmerkungen zu zwei Predigten des Urkundenfälschers Berengosus von St. Maximin (vor 1107-1125), De laude et inventione sanctae crucis und De mysterio ligni Domini », Kurtrierisches Jahrbuch, 45, 2005, p. 5790.

55 Berlin, Theol. lat. fol. 729, f. 129131, début XVIe siècle, déjà cité n. 47.

56 « Vox exsultationis et salutis in isto audiri fas est hodie domicilio, quia nimirum hodiernae diei in celebritate, dum generaliter memoria fit omnium, quorum in ista reliquiae continentur ecclesia sanctorum, credimus aeque et in coelo et in terra laudes resonare ipsorum […] » (PL 160, 1033D). Nulle part, il n’est fait mention de dédicace, pace Schneyer et Worstbrock.

57 PL 162, 11661170 : Inc. Sanctorum gloriam, dilectissimi, crebris solemnitatibus… (Schneyer, 3, p. 444, no 4).

58 Ce prétendu hagiographe normand est né d’une confusion avec Jean Diacre de Naples, comme je l’ai montré dans Sanctorum societas. Récits latins de sainteté (IIIe-XIIe siècles), Bruxelles, 2005 (Subsidia Hagiographica, 85), 2, p. 757758.

59 Edmond Martène, Ursin Durand, Thesaurus novus anecdotorum, Paris, 1717, 3, col. 16811686.

60 Rouen, B.M. 1406 (Y. 41), f. 8790v, fin du XIe ou début du XIIe siècle (antérieur à 1110).

61 « In hac igitur, dilectissimi, celebritate congruis laudum officiis nos condecet exsultare, in qua sanctorum omnium, quorum reliquiae uel corpora in hac continentur ecclesia, festiua deuotione ueneratur memoria » (PL 162, 1167A).

62 Leroquais, Bréviaires, 4, p. 76 ; Missels, 2, p. 152, etc.

63 Paris, BnF lat. 3801, f. 24v 26, XIe siècle : Inc. Cum plurimorum pro certo sanctorum reliquias in presenti templo dei, fratres karissimi, conditas noueritis… Pour la rédaction de cette notice, j’ai bénéficié d’une documentation que m’avait jadis transmise le regretté Raymond Étaix.

64 Cf. Catalogue général des manuscrits latins, 7, Paris, 1988, p. 201205 (notice, due à Raymond Étaix et Marie-Hélène Tesnière).

65 C’est-à-dire les Sermons 330, 305, 65, 285 (partiel) et 64 (extrait) + 329. Dans les Sermons 305 et 65, des mentions du martyr Bénigne ont été interpolées en finale, mais ces interpolations ont ensuite été grattées.

66 « Cum plurimorum […] sanctorum reliquias in praesenti templo dei […] conditas noueritis […] »

67 Éd. PLS 2, 11491151. De cette pièce, le seul témoin connu est un manuscrit bourguignon de la fin du IXe siècle (Vatican, Vat. lat. 3828, f. 138rv, homéliaire dit de Jouffroy, provenant de l’abbaye de Flavigny).

68 Éd. Louis-Maximilien Duru, Bibliothèque historique de l’Yonne, 2, Auxerre, 1863, p. 341 (iiii-v), 343 (v), 344 (vii), 344-345 (vi), 346 (viii) ; Augustin Fliche, Les vies de saint Savinien, premier évêque de Sens (thèse complémentaire), Paris, 1912, p. 5657 (iiii-v), 60 (v), 6061 (vii), 61 (vi), 63 (viii). Le modèle de l’orateur était apparenté au manuscrit A de Fliche.

69 Éd. Louis Chomton, Histoire de l’église Saint-Bénigne de Dijon, Dijon, 1900.

70 François Dolbeau, « Trois sermons latins en l’honneur de la Légion Thébaine », dans Otto Wermelinger, Philippe Bruggisser, Beat Näf, Jean-Michel Roessli dir., Mauritius und die Thebäische Legion/Saint Maurice et la Légion Thébaine, Fribourg, 2005 (Paradosis, 49), p. 377421, spéc. p. 386389.

71 Le plus important est que le troisième sermon sur Maurice (dont le recueil de Saint-Bénigne est l’unique témoin) a été remanié pour être lu à Moutiers-Saint-Jean, lors de la fête de saint Jean de Réôme. Or les deux maisons n’ont été réunies que sous Guillaume de Volpiano entre 990 et 1003.

72 Cela, toutefois, est rendu improbable par la place accordée au patronage de Maurice.

73 Sans qu’on puisse garantir, dès cette époque, leur caractère annuel, excepté à Echternach.

74 D’autres sermons-catalogues ont été cités plus haut sous les notes 19 à 21.

75 Guillaume de Volpiano implanta, par exemple, en Normandie le culte de saint Bénigne. Les travaux récents tendent, il est vrai, à relativiser son influence sur cette région : voir en dernier lieu Véronique Gazeau, « Guillaume de Volpiano en Normandie : état des questions », dans Guillaume de Volpiano : Fécamp et l’histoire normande. Actes du colloque tenu à Fécamp les 15 et 16 juin 2001 (disponible en ligne sur le site de la revue Tabularia) ; Ead., Normannia monastica, 2. Prosopographie des abbés bénédictins (Xe-XIIe siècle), Caen, 2007, p. 2930, 101105, 147.

76 L’influence de cette abbaye se déduit du fait que deux diocèses voisins, Soissons et Meaux, ont fixé leur fête des reliques en relation avec l’octave de la Saint-Denis : Leroquais, Bréviaires, 5, p. 265.

77 Sugerius, Scriptum consecrationis ecclesiae sancti Dionysii, 2 (éd. Françoise Gasparri, Suger, Œuvres, 1, Paris, 1996 (Classiques de l’Histoire de France au Moyen Âge, 37), p. 8 et 10).

78 Une légende des environs de 1100 (BHL 1587) fait remonter au temps de Charlemagne la fête du Lendit et l’associe clairement à une prédication et à une ostension : « Qui aderant sancti uiri fecerunt sermonem ad populum atque quotannis fieri indixerunt indictum spinee corone domini, claui et ligni crucis sudariique ac plurimarum sanctarum reliquiarum et hoc semper in Iunio mense et in ebdomada secunda, in ieiunio scilicet quatuor temporum quarta feria […] » (voir Kühne, Ostensio reliquiarum, p. 190). Sur les origines du Lendit, que les anciens érudits fixaient vers la fin du XIe siècle, voir désormais Anne Lombarurdan, « Les foires de l’abbaye de Saint-Denis », Bibliothèque de l’École des Chartes, 145, 1987, p. 273338 ; Ead., ‘ Montjoie et saint Denis !’Le centre de la Gaule aux origines de Paris et de Sainnis, Paris, 1989 (où sont commentés les textes cités aux n. 77 et 78). Jamais l’ostension des reliques, à l’occasion du Lendit, n’est qualifiée de festum reliquiarum, mais sa fonction est identique.

79 Dans le manuscrit même, les mots sancti Augustini episcopi ont été grattés par un réviseur.

80 Les mots sibi debitum ont été écrits en marge.

81 Une forme interpolée de la Vie du saint par Grégoire de Tours (BHL 3665) a été copiée immédiatement après.

82 PL 185, 1257A1258A (BHL 6715) : Denique laude sanctorum… praeconiis attollamus. Pierre avait été prieur de Juilly et moine à Molesme, au diocèse de Langres.

Auteur

Directeur d’études émérite à l’École pratique des hautes études. Éditeur d’œuvres latines, notamment hagiographiques et homilétiques ; historien des textes et des bibliothèques médiévales. Il a publié notamment : Augustin d’Hippone, Vingt-six sermons au peuple d’Afrique, Institut d’études augustiniennes, 1996, et Sanctorum societas. Récits latins de sainteté (IIIeXIIe siècles), Société des Bollandistes, 2005. Il est docteur honoris causa de l’Université de Chicago.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter