Version classiqueVersion mobile

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Mémoire, compétition et pouvoir

Le manuscrit de la Vie de Mathilde de Toscane (Vat. Lat. 4492)

Régine Le Jan

Texte intégral

  • 1 Sur la construction de la puissance canossienne, la bibliographie est immense. Voir les Studi Matil (...)

1Le poème dédié par le moine Donizon de Canossa à la comtesse Mathilde de Toscane au début du XIIe siècle est conservé en original dans le manuscrit Latin 4492 de la Bibliothèque vaticane. L’intérêt du poème et celui du codex sont à la mesure des personnages qui en sont les héros – les princes de Canossa – et des évènements dramatiques dont Mathilde a été une des principales actrices – l’affrontement entre les papes et les empereurs –, dans le contexte de la réforme de l’Église à l’âge grégorien. Les ancêtres de Mathilde, en particulier son père Boniface et sa mère Béatrice de Lorraine ont construit « l’État canossien », rassemblant un vaste conglomérat de terres et d’honneurs en Italie centro-septentrionale assorti du titre de dux, titre conféré par l’empereur Henri II vers 1020 à Boniface. Après l’assassinat du duc et marquis en 1052, sa veuve Béatrice, qui s’intitule elle-même duxtrix et marchionessa, dirige ces États au nom de sa fille Mathilde avec l’aide de son second mari Godefroid le Barbu, duc de Lotharingie, puis seule avec sa fille. Elle meurt en avril 1076 et Mathilde gouverne désormais ses possessions comme duxtrix et marchionessa, jusqu’à sa mort en juin 11151.

  • 2 Régine Le Jan, « L’épouse du comte du IXe au XIe siècle : transformation d’un modèle et idéologie d (...)
  • 3 Elke Goez, Beatrix von Canossa und Tuszien. Eine Untersuchung zur Geschichte des 11. Jahrhundert, S (...)

2Béatrice et Mathilde sont de ces grandes dames des XIe-XIIe siècles, dont les actions illustrent l’intrusion des femmes dans le champ du politique, au même rythme que la conjugalisation du modèle familial, la patrimonialisation des honneurs et la personnalisation du pouvoir2. Elles ont géré l’héritage du marquis Boniface en Italie du Nord, entre les forces qui s’opposaient et se recomposaient sans cesse, de la Germanie à l’Italie en passant par la Lotharingie et la Bourgogne3. Elles ont tenu châteaux et terres, commandant à leurs vassaux, rendant des jugements, correspondant avec les rois et les papes et soutenant sans faille la réforme de l’Église. Mathilde, après la rupture définitive entre le pape Grégoire VII et l’empereur Henri IV, vers 1080, s’est rangée complètement du côté du pape dont elle est devenue le plus fidèle allié, en se libérant de la tutelle impériale, en faisant face aux partisans de l’empereur et aux forces montantes qui sapaient insidieusement l’édifice construit au temps de Boniface et de Béatrice. Elle mourut sans héritier, après avoir fait don de ses biens allodiaux à saint Pierre en 1102 et s’être réconciliée avec Henri V en 1111. Ses vassaux s’emparèrent ensuite de la plus grande partie de son héritage.

3Le moine Donizon a commencé son poème vers 1111, à la demande de Mathilde ; il l’a terminé avant qu’elle ne meure, mais sans avoir eu le temps de le lui remettre. Dans le contexte de la réforme grégorienne et de l’affrontement entre le pape et l’empereur, le poème s’inscrit dans la série des écrits polémiques pro-grégoriens avec ceux de Benzon d’Albe, Bonizon de Sutri ou Berthold de Reichenau. La confection du manuscrit original, dans lequel il s’insère, avec huit miniatures en pleine page, est révélatrice du projet mathildien, mais aussi des tensions, des rivalités et des rapports de force à l’œuvre dans les années 1110.

Le manuscrit Vat. Lat. 44924

  • 4 Voir Vito Fumagalli, « Il poema di Donizonne, nel Codice Vaticano Latino 4922 », dans Paolo Golinel (...)
  • 5 Paolo Golinelli, « Donizonne e il suo poema per Matilde », dans Donizone, Vita Mathildis, éd. Luigi(...)

4Le codex est conservé à la Bibliothèque Vaticane depuis le XVIIe siècle. Jusqu’à la fin du XIVe siècle, il était resté dans la bibliothèque du monastère Saint-Apollinaire de Canossa, où il avait été réalisé du vivant de Donizon. On sait qu’en 1491, il était en possession du cardinal Guglielmo Sirleto, qu’il fut acquis par le cardinal Asciano Colonna (†1608) et qu’il passa ensuite au duc d’Altemps qui en fit don avec 99 autres manuscrits au pape Paul V (1605-1621). Entre-temps, il avait été copié plusieurs fois, mais la tradition manuscrite est restée relativement peu abondante au Moyen Âge, ne dépassant pas les limites des fondations canossiennes : Saint-Apollinaire de Canossa, Frassinoro, Saint-Benoît de Polirone, dans une aire géographique limitée, entre le Pô et l’Apennin. La diffusion est plus grande à partir du XVIe siècle, dans le contexte de la lutte contre l’empire et de la réforme protestante5.

  • 6 Ibidem, p. xii-xxii.

5Le codex est un manuscrit de grande qualité, qui se distingue non seulement par l’écriture et les lettres ornées, mais aussi par les huit miniatures en pleine page qui font partie intégrante du projet de Donizon, même si elles ont certainement été réalisées une fois le poème terminé. Le poème est composé de deux livres de chacun 1400 vers. Le premier livre conduit l’histoire de la fondation de Canossa par le premier « prince » du lieu, [Adalbert]-Atto, jusqu’à la mort de Béatrice en 1076 ; le deuxième livre correspond à la période où Mathilde dirige seule ses États. Le premier livre commence par un prologue assorti de la première des huit miniatures, représentant Mathilde siégeant sur son trône et Donizon lui remettant son poème. La miniature a été réalisée après la mort de la comtesse. Les six miniatures suivantes se trouvent dans le premier livre et ont été prévues par l’auteur, puisque le total des 1400 vers comprend les quatre vers servant de légende à chacune des miniatures. En revanche, le livre II compte 1400 vers, sans page blanche, avec une seule miniature au premier chapitre : la plus célèbre du manuscrit, représentant l’épisode où le roi Henri IV vient demander la médiation de l’abbé de Cluny et de la comtesse. Les miniatures ne sont pas toutes de la même main. Les spécialistes en distinguent au moins deux : l’une pour les trois scènes collectives concernant l’acquisition des reliques et les deux premières générations de Canossiens ; l’autre pour les portraits de Boniface et de Béatrice, et les deux scènes concernant Mathilde6.

  • 7 Vito Fumagalli, « Il poema… », p. 249251.

6Le codex de la bibliothèque vaticane compte douze cahiers. Le premier est placé en tête du manuscrit et comprend six folios, avec la description du trésor de Canossa (f. 1v, 2) offert au pape par Mathilde – le trésor est copié du livre II du poème –, la lettre dédicatoire à la comtesse Mathilde (f. 4, 5r) et les index des deux livres (f. 5v, 6). Le recto du folio 1 et le folio 3 sont vides. Après ce premier cahier viennent les dix cahiers où est copié le poème. Chaque cahier compte huit folios, sauf le troisième qui n’en comprend que six. Un petit cahier de quatre folios termine le manuscrit avec deux chants, l’un pour la mort de Mathilde, l’autre célébrant la venue à Canossa de l’empereur Henri V et de l’impératrice Mathilde le 7 avril 1116. Les dix cahiers du poème ont été terminés en premier, avant les index et les deux chants. Le poème et les chants sont écrits d’une seule main, même si l’écriture du dernier cahier est plus petite. Cette même main a effectué des corrections sur le poème. Une autre main, qu’on pense être celle de Donizon lui-même, a fait quelques ajouts de gloses et de paroles entre les lignes. Deux mains, contemporaines, sont intervenues sur le premier cahier : l’une a copié la lettre dédicatoire et les index, l’autre le trésor7.

  • 8 Manuscrit 2508 de la Biblioteca Governativa de Lucques.

7Il est impossible de savoir à quel moment exact le codex a été réalisé. Donizon était moine au monastère Saint-Apollinaire de Canossa quand il écrivit le poème et les chants qui suivent ; il devint ensuite abbé du monastère et il est probable que le codex a été réalisé de son vivant, peut-être en 1122. En effet, quand le codex fut prêté en 1234 aux moines de Frassineto qui recopièrent la partie centrale et les chants8, le copiste a noté qu’il comportait un incipit sans titre avec l’indication MIXXII. Le manuscrit n’est pas complet, puisque manquent deux folios, correspondant aux vers 597-660 (fin du chapitre 7 et début du chapitre 8 du livre), qui ont pu être réintégrés dans les éditions grâce aux copies.

  • 9 Donizone, Vita Mathildis
  • 10 Donizone, Vita di Matilde di Canossa, désormais Vita.

8L’œuvre a fait l’objet de huit éditions critiques depuis le XVIIe siècle. La plus importante fut celle de Muratori dans les Rerum Italicarum Scriptores, reproduite par Jean-Paul Migne dans la Patrologie latine avant l’édition de Luigi Simeoni dans la seconde édition des Rerum Italicarum Scriptores en 19409. En 1984, Paolo Golinelli a réalisé une édition en fac-similé du manuscrit Vat. Lat. 4922, avec un volume de transcription intégrant la partie manquante, des notes, un commentaire critique et une introduction de Vito Fumagalli. L’abondance des travaux sur Mathilde a rendu nécessaire une nouvelle édition des commentaires en 200810.

Un projet mémorial et dynastique ?

  • 11 Vita I, Prologue, vers 1‑61.
  • 12 Vito Fumagalli, « I Canossa tra realtà regionale e ambizione europee », Studi Matildici, 44, 1978, (...)

9Le poème est passé à la postérité et a été édité sous le titre Vie de Mathilde de Toscane, mais Donizon ne lui avait pas donné de titre. On l’a ainsi nommé parce que le premier livre s’ouvre au folio 7v par la miniature représentant Mathilde sur son trône, revêtue de somptueux vêtements, recevant le codex, et que le prologue célébrant ses mérites suit immédiatement, avec un acrostiche formé sur la première lettre de chaque vers et indiquant la dédicace à « Mathilde, fille de Boniface et de Béatrice, maintenant fille de Pierre »11. S’il ne fait aucun doute que le poème a été écrit pour célébrer la gloire de Mathilde, la Vie présente bien des lacunes qui ne s’éclairent qu’en tenant compte du titre donné par Donizon au premier livre « De principibus canusinis » : ce titre inscrit le poème dans une perspective d’histoire dynastique, destinée à célébrer la gloire des princes de Canossa et l’apothéose du règne de Mathilde, alors que dans la réalité, le pouvoir canossien était ébranlé et que Mathilde en était très certainement consciente12.

10Le projet est explicité dans la lettre dédicatoire que Donizon a écrite vers 1114 et qu’il a placée avant les index dans le manuscrit. Il est probable que, sachant la comtesse malade et proche de la fin, il a anticipé l’envoi de cette lettre, dédiée à « la plus magnifique et par la grâce de Dieu toujours invaincue Dame Mathilde, digne d’être associée au chœur des femmes à la foi droite », pour lui annoncer le prochain achèvement de son travail. La lettre, qui a ensuite été copiée en tête du codex, présente pour nous l’intérêt majeur de rappeler le projet global dans lequel s’inscrit l’œuvre de Donizon : au soir de sa vie, la « grande comtesse » a décidé de reconstruire le sépulcre de ses ancêtres à Canossa et elle a fait porter à Saint-Apollinaire de « nouvelles arches de marbre, pour inhumer plus dignement leurs corps ». Pour entretenir dignement la memoria de ses ancêtres, elle a voulu sauver de l’oubli leurs hauts faits, car manquaient jusqu’alors les écrits permettant d’en conserver le souvenir ; elle s’est donc adressée à Donizon, mémoire vivante du passé, qui résidait depuis vingt-cinq ans dans le monastère fondé par le premier prince canossien, Adalbert-Atto. Donizon était ainsi le mieux à même de transcrire « ce qu’il avait entendu raconter des anciens et des hommes les plus estimés de son temps », en un chant presque héroïque assorti de trois miniatures de groupes et de deux portraits, qui célébrerait les hauts faits des Canossiens. La reconstruction des sépulcres des ancêtres et le poème, comme la construction du sépulcre de Mathilde à Saint-Benoît de Polirone – que Donizon passe sous silence –, et ses multiples donations aux églises s’inscrivent dans un même projet mémorial, celui de Mathilde, destiné à assurer la présence et la mémoire des morts dans le monde des vivants, un impératif d’autant plus fort que la comtesse ne laissait aucun descendant et que la lignée canossienne allait s’éteindre avec elle.

  • 13 Dans le contexte de l’affaiblissement carolingien, Adalbert-Atto (v. 915-988) réussit à construire (...)

11Donizon construit l’histoire de la dynastie génération par génération, en partant du fondateur, Adalbert-Atto13, fils du Lucquois Sigefrid, premier « prince » de Canossa sous le roi Lothaire, au Xe siècle. Chaque génération – incluant non seulement le prince, mais aussi les membres de la famille qui occupent des fonctions épiscopales – a accru la puissance et le prestige familial, par ses actions, ses fondations pieuses, ses mariages, sa descendance. À travers la genealogia, le poème célèbre ainsi la construction d’un pouvoir et l’illustration d’un lignage, depuis le fondateur jusqu’aux parents de Mathilde et à Mathilde elle-même, qui font l’objet de portraits en trois miniatures de la même main. Le poème apparaît donc comme un puissant instrument de légitimation par le biais de l’écriture et de la peinture mémoriales.

  • 14 À propos de la construction de la mémoire sociale au haut Moyen Âge, voir en particulier Matthew In (...)
  • 15 Elle quitta la Lotharingie en 1071 et son mari mourut en 1076.
  • 16 Le mariage se termina en 1095.
  • 17 L’adoption a échoué, au plus tard en 1008. Le mariage de Béatrice et de Godefroid le Barbu, comme c (...)
  • 18 Ildegarde était peut-être une Supponide (Eduard Hlawitschka, Franken, Alemannen, Bayern und Burgund (...)
  • 19 Golinelli, « Donizonne… », la miniature, p. xii-xv.
  • 20 Monique Goullet, « De Hrosvita de Gandersheim à Odilon de Cluny : images d’Adélaïde autour de l’an (...)
  • 21 Bonizon, Liber ad amicum, éd. Ernst Dümmler, Monumenta Germaniae Historica [MGH], Libelli de lite I (...)
  • 22 Chronica Monasterii Casinensis, III, 49, éd. Hartmut Hoffmann, MGH, Scriptores XXXIV, Hanovre, 1980 (...)

12Donizon a opéré des tris, mettant l’accent sur certains épisodes, passant d’autres sous silence14. Cependant, il est difficile de mesurer exactement sa technique d’oubli, ce qu’il a choisi d’oublier et ce qu’il ignorait réellement. Il est évident que les tris concernent essentiellement le passé proche, lié à Mathilde : le remariage de sa mère Béatrice avec son cousin Godefroid le Barbu, duc de Lotharingie, en 1054 ; ses propres mariages, le premier avec le fils de son beau-père, en 106915, le second avec le jeune Welf V de Bavière en 108916 ; l’adoption du comte Guido Guerra en 109917. Sans doute ces épisodes nuisaient-ils à l’image que Donizon voulait imposer des comtesses, filles de saint Pierre et modèles de piété, et ne s’inscrivaient-ils pas dans la perspective dynastique recherchée. En revanche, on peut s’interroger sur le traitement du passé plus ancien. Il n’est pas sûr que Donizon connaissait l’origine familiale certainement illustre des deux premières comtesses, Hildegarde et Willa18, car ses sources étaient limitées. Les miniatures relatives aux deux premières générations se présentent en effet sous forme de groupes et peuvent avoir été copiées à partir des peintures murales de l’église de Canossa19. En revanche, Donizon mentionne la noble origine giselbertine de Richilde, première épouse de Boniface, sur laquelle il s’étend aussi pour les biens qu’elle apporta en mariage à son mari. Il prend ensuite bien soin d’indiquer la filiation de Béatrice et son origine royale, comme il ne manque de rapporter l’épisode épique qui serait à l’origine de la fortune des Canossa, par ses liens avec les Ottoniens : Adalbert-Atto aurait été sollicité par son « fidèle ami », l’évêque Adalard de Reggio Emilie, pour accueillir dans son château de Canossa la reine Adélaïde, veuve du roi Lothaire, qui avait été emprisonnée par le roi Bérenger II dans une forteresse du lac de Garde avec une unique servante et un prêtre nommé Martin, et qui se serait enfuie auprès de l’évêque. Atto aurait accepté, puis il aurait interrogé le pape avant de la confier au roi de Germanie Otton, à Vérone. Ce dernier l’épousa aussitôt, en 951. Le roi aurait alors promis à Otton de faire pour lui tout ce qui serait en son pouvoir et par deux fois, il serait venu le soutenir tandis que de son côté, Atto contribuait à la défaite définitive des rois Bérenger II et Adalbert, et à l’élection d’Otton comme roi d’Italie. Cette histoire circulait sans doute dans les milieux canossiens et fondait la légitimité du pouvoir canossien dans sa fidélité aux rois de Germanie, devenus rois d’Italie. À juste titre qualifiée de légendaire bien que l’emprisonnement et la fuite d’Adélaïde aient bien eu lieu, elle se propageait dans les milieux grégoriens proches de Mathilde. Donizon n’avait certainement pas eu accès au poème de Hrosvita de Gandersheim qui n’eut aucune diffusion, mais il avait probablement eu connaissance de l’Epitaphium Adelaidis qu’Odilon de Cluny avait rédigé au début du XIe siècle et qui rapportait la fuite de la reine20. Cependant, Odilon, qui faisait état du refuge d’Adélaïde dans une forteresse inexpugnable, ne mentionnait pas le nom de Canossa. Mais des sources plus directement grégoriennes liaient directement Adélaïde à Canossa. Bonizon de Sutri, réfugié en ce lieu après sa destitution, avait dédié son Liber ad amicum à la comtesse en 1085. Bonizon faisait état de l’histoire d’Adélaïde pour louer la dynastie des Canossa qui, avec Adalbert-Atto, avait défendu la reine dans son château contre Bérenger II21. Léon d’Ostie qui rédigea le début de la chronique du Mont-Cassin à partir de 1099 a repris en termes épiques la fuite d’Adélaïde et son refuge à Canossa, le siège de la forteresse, la venue d’Otton et son mariage avec Adelaïde22. Le récit de Donizon ne s’inscrit donc pas dans une tradition clunisienne, mais dans un milieu canossien où on cherche à fonder la légitimité du pouvoir canossien dans sa fidélité aux rois d’Italie, carolingiens puis ottoniens.

  • 23 Golinelli, « Donizonne… », p. 10, n. 7.

13Comme toute construction dynastique, le projet s’inscrit dans un lieu symbolique, Canossa, « la blanche roche ». Canossa est mise en scène, personnifiée et présentée comme le lieu sacralisateur où se sont réalisées les actions fondatrices qui ont contribué à la grandeur de ses princes, depuis l’accueil de la reine Adélaïde par Atto jusqu’à la rencontre du pape Grégoire VII et de l’empereur Henri IV en janvier 1077. Le premier prince y a fondé l’église Saint-Apollinaire pour y être inhumé avec son épouse Ildegarde ; la mère de Mathilde, Béatrice, l’a transformée en monastère. Donizon consacre ensuite le chapitre VII du premier livre à récapituler « combien de marquis ont été inhumés à Canossa », soulignant ainsi la vocation mémoriale du lieu. Ce chapitre marque aussi une rupture dans la construction du récit, car si, aux yeux de Donizon et sans doute de Mathilde elle-même, la puissance symbolique des Canossiens s’ancre bien à Canossa, la roche a perdu le monopole de la memoria familiale puisque Boniface et Béatrice ont été inhumés à Mantoue et à Pise23. Donizon enchaîne donc immédiatement sur la compétition entre Canossa et Mantoue pour la sépulture de Boniface, en une longue altercation entre Canossa et Mantoue. L’hostilité de l’auteur à l’égard de Mantoue est bien celle des moines de Canossa et ne se dément pas dans le reste du poème, puisqu’au livre II, Donizon relate longuement l’infidélité de la ville contre Mathilde (chapitre V) jusqu’à sa soumission finale en 1114, à l’avant-dernier chapitre. De fait, avec le marquis Boniface, les États canossiens s’étaient dilatés et leur centre s’était déplacé vers la plaine du Pô et vers Mantoue, où le marquis résida le plus souvent, où il est mort et où il a choisi d’être inhumé. Béatrice elle-même, qui avait transformé l’église Saint-Apollinaire de Canossa en monastère, mourut à Pise, où elle fut inhumée, « cité indigne d’elle », « infidèle » aux yeux de Canossa qui pleure de ne pas avoir son corps (chapitre XX). Donizon espérait ainsi persuader Mathilde de choisir Canossa comme lieu de sépulture pour renouer avec la tradition de ses ancêtres.

14Le poème reflète donc les changements profonds intervenus au XIe siècle, avec l’essor des centres urbains et le développement des monastères de la plaine du Pô, qui ont fait perdre aux anciennes roches montagneuses leur prééminence. Il traduit aussi la compétition entre les centres religieux et apparaît comme un instrument des moines de Canossa dans la compétition pour le contrôle de la mémoire dynastique. Mais à coup sûr, Mathilde avait déjà choisi de se faire inhumer dans le monastère de Polirone, situé dans une île entre le Pô et le Lirone, à proximité immédiate de Mantoue, quand elle a commandé le poème. On sait que sa dépouille y fut placée dans un très beau mausolée qui était prêt à l’accueillir lorsqu’elle mourut.

  • 24 Sur Polirone, la bibliographie est considérable. On se reportera à Paolo Golinelli, Bruno Andreolli(...)
  • 25 Rossella Rinaldi, Carla Villani, Paolo Golinelli dir., Storia di San Benedetto Polirone II, 1. Codi (...)
  • 26 Codice diplomatico polironiano, no 14, p. 9698
  • 27 Codice diplomatico polironiano, no 37, p. 149150. Sur la donation : Glauco Maria Cantarella, Ugo a (...)
  • 28 Sur ce point, voir la démonstration très convaincante de : Glauco Maria Cantarella, « Polirone Clun (...)
  • 29 Golinelli, « Matilde… », p. 93.
  • 30 Codice diplomatico polironiano, no 61, p. 207211. Voir Paolo Piva, « Cluny e Polirone », dans Ital (...)

15Polirone avait été fondé en 1007 par Teodald, grand-père de Mathilde, sur l’île Saint-Benoît, acquise par Atto avec le castrum et l’église qui s’y trouvaient24. L’acte de fondation, conservé en original à Saint-Benoît, dotait le monastère de la moitié de l’île avec ses revenus et d’une série de biens pour assurer des prières pour l’âme du fondateur, de son épouse et de ses fils25, et réservait aux Canossiens la potestas sur le monastère avec le pouvoir de désigner l’abbé, qui devait être institué par l’évêque de Mantoue26. Bien situé, le monastère se développa rapidement. Mathilde lui fit de très importantes donations au début du XIIe siècle et choisit de s’y faire inhumer. À ce moment-là, elle ne contrôlait plus directement le monastère qu’elle avait donné au pape Grégoire VII entre 1077 et 1082, et celui-ci l’avait aussitôt confié à l’abbé Hugues de Cluny, pour qu’il y établisse les coutumes clunisiennes avec le pouvoir d’y désigner l’abbé27. Les raisons qui avaient poussé Mathilde à se dessaisir du contrôle direct sur le monastère familial, de même que celles qui amenèrent Grégoire VII à confier le monastère à l’abbé de Cluny ont été discutées. L’attrait de la liturgie clunisienne a pu jouer, mais, comme on l’a suggéré, le transfert s’est probablement aussi inscrit dans le contexte des relations difficiles de Mathilde avec Henri IV à la fin des années 1070. Le transfert du monastère sous le contrôle de l’abbé de Cluny, parrain et proche d’Henri IV, devait permettre de placer cet important monastère à l’abri de la vindicte impériale28. Si Mathilde avait perdu le droit de désigner l’abbé, elle n’en resta pas moins étroitement liée au monastère qui fut un point d’appui du parti réformateur soutenu par Mathilde, si bien qu’en 1091, quand Henri IV descendit pour la troisième fois en Italie, contre Mathilde, et que Mantoue passa du côté impérial, l’abbé de Polirone vint chercher refuge à Canossa29. Mathilde ne fit pas moins de dix-neuf donations à Polirone, en particulier dans les dernières années de sa vie. En 1099, pape Pascal II accorda un privilège au monastère et en 1105, tandis que Mathilde faisait une grande donation, le pape prit le monastère sous sa protection, reconnaissant aux moines le droit d’élire leur abbé avec l’accord de l’abbé de Cluny30.

  • 31 Codice diplomatico polironiano, no 112. En 1110, elle attribue aux moines le droit de recevoir sans (...)
  • 32 Codice diplomatico polironiano, A9.
  • 33 Pierpaolo Bonacini, « Il monastero di S. Benedetto Polirone : formazione del patrimonio fondiario e (...)

16La décision de Mathilde de se faire inhumer à Polirone fut certainement déterminée par l’importance du monastère, fondé par ses ancêtres, et par la liturgie clunisienne, centrée sur la prière pour les défunts. L’année 1109 semble avoir été décisive. Henri IV, son vieil ennemi, était mort trois ans auparavant et sa tentative de se constituer un héritier en la personne du comte toscan Guido Guerra avait échoué l’année précédente. Le 17 mars 1109, elle renouvelait ses donations de 100531 et le 6 avril l’abbé Albéric instituait pour le repos de son âme le jour anniversaire de sa mort une commémoration annuelle et un repas pour les pauvres32. La compétition pour le contrôle de la mémoire, qui sous-tend le poème de Donizon, était donc une cause perdue pour Canossa, dépassée par l’expansion économique rapide des villes et des monastères proches des Clunisiens, et bientôt des nouveaux ordres religieux, qui bénéficiaient des largesses des familles élitaires33.

Justifier le passé et préserver l’avenir

  • 34 Vita I, XI, vers 868‑888.
  • 35 Vita I, XIIII.

17Par son appartenance à l’ordo monastique et ses liens avec les Canossiens, Donizon se range entièrement dans le parti pontifical et fait preuve de la partialité la plus totale à l’égard d’Henri IV et des Saliens. Pour justifier les choix de Mathilde, il construit une histoire qui projette le respect des Canossiens envers l’autorité pontificale aux origines mêmes de la dynastie, avec la demande d’Atto au pape. En même temps, Donizon et Mathilde devaient ménager le parti impérial, puisque le poème a été commencé en 1111, quand Mathilde s’est réconciliée avec l’empereur Henri V. Donizon met donc l’accent sur la fidélité aux rois carolingiens (Hugues d’Arles et Lothaire), transférée ensuite aux rois de Germanie. Il montre d’abord comment, d’Atto à Boniface, cette fidélité ne s’est jamais démentie, puis comment, avec Boniface, le registre change, puisque Conrad II lui a donné en mariage sa nièce Béatrice de Lorraine, « de race royale » : les liens de fidélité se sont désormais doublés de liens de parenté et Boniface est devenu « ami du roi ». Donizon écrit que Conrad II et lui auraient juré et fait mettre par écrit un pacte de fidélité réciproque après la soumission de Parme34. Très habilement, Donizon met ensuite la dégradation des relations entre Boniface et les empereurs sur le compte d’Henri III et de son invidia, c’est-à-dire de la haine qui pousse l’empereur à vouloir s’emparer par ruse du marquis35. La haine s’explique par les mauvais choix des empereurs qui ont laissé se développer le trafic des choses sacrées, rendant ainsi nécessaire la réforme de l’Église, sous l’autorité pontificale.

  • 36 Vita I, XVIII, vers 1350‑1354.
  • 37 Le Jan, « L’épouse du comte… »
  • 38 Die Urkunden und Briefe der Markgräfin Mathilde von Tuszien, éds Elke Goez, Werner Goez, Hanovre, 1 (...)
  • 39 Hermann Kamp, Friedensstifter und Vermittler im Mittelalter, Darmstadt, 2001, p. 14.
  • 40 Ibidem p. 1421.
  • 41 Ibidem, p. 1921
  • 42 Thérèse de Hemptinne, « Women as Mediators between the Powers of comitatus and sacerdotium. Two Cou (...)

18La mort de Boniface ouvre la période de médiations féminines, dans un contexte de tensions de plus en plus vives entre les empereurs et les papes. Dans l’avant-dernier chapitre du livre I, consacré aux premières années du conflit entre Grégoire VII et Henri IV jusqu’à la mort de Béatrice, Donizon conclut que « les deux comtesses [Béatrice et Mathilde] restèrent aussi fermes qu’une roche. Elles agissaient comme médiatrices et amies du roi. Elles voyaient qu’il tendait toujours à prendre les mauvais chemins, mais parce qu’il était le roi et leur parent, elles en étaient fort tristes, tout en proclamant qu’elles ne pouvaient rompre avec le pape »36. Mediatrix est la forme féminisée de mediator. L’usage de féminiser des termes masculins liés au pouvoir s’est répandu au Xe et surtout au XIe siècle, en commençant par comitissa qui désigne l’épouse ou la mère du comte depuis la fin du IXe siècle37. Dans les diplômes de Béatrice et Mathilde, la grammaire des termes féminisés comprend non seulement les titres de comitissa, ducatrix/ductrix et marcionessa – transcriptions exactes des prédicats comes, dux, et marchio –, mais aussi offertrix et donatrix38. Jusqu’au début du XIe siècle, le terme mediator s’inscrit dans un contexte exclusivement religieux et désigne avant tout le médiateur entre les hommes et Dieu, au premier chef le Christ, puis le roi dans le cadre de la royauté sacrale39, tandis que mediatrix n’est utilisé que pour désigner la Vierge. Hermann Kamp note que, dans le vocabulaire des conflits, mediator ne s’impose vraiment qu’au XIIe siècle40. Il note aussi qu’il n’est pas question de désigner la reine comme une médiatrice avant le milieu du XIe siècle, alors que la terminologie de l’intercession (persuadere, intercedere) et de la réconciliation (reconciliare, pacificare, mitigare) est fréquemment utilisée pour elle41. L’utilisation du terme mediatrix dans les textes des XIe-XIIe siècles indique que la médiation était certainement un des moyens par lesquels les comtesses pouvaient participer pleinement au pouvoir42.

  • 43 Dès son intronisation à Rome, le 30 juin 1073, Grégoire VII compte l’impératrice Agnès, les comtess (...)
  • 44 En janvier 1076, les évêques allemands réunis à Worms ont rejeté l’autorité du pape et l’ont accusé (...)
  • 45 Sur Canossa, on se contentera de renvoyer à Stefan Weinfurter dir., Canossa. Die Entzauberung der W (...)
  • 46 Vita II, 1.
  • 47 On ne compte plus les travaux qui ont été consacrés à l’évènement, dont la signification continue d (...)

19Il ne fait pas de doute que Béatrice et Mathilde ont joué, avec l’impératrice Agnès, les intermédiaires entre le pape et le roi43 ; mais dès 1076, elles ont été perçues en Allemagne comme les alliées du pape contre le roi44 et après la mort de sa mère et celle de son premier époux Godefroid le Bossu, fidèle d’Henri IV, Mathilde s’est rangée tout entière du côté du pape Grégoire VII. Néanmoins, le poème est construit pour faire de Mathilde « une amie du roi et une fille de saint Pierre », en position de jouer le rôle d’arbitre dans la réconciliation des deux ennemis à Canossa en janvier 107745. En effet, le récit est placé en position centrale, au début du premier chapitre du livre II et il est assorti de la plus célèbre des miniatures du codex, qui représente la comtesse assise sur un trône, sous un dais, revêtue d’une robe bleue et d’un riche manteau jaune. À sa droite se trouve l’abbé Hugues de Cluny, assis sur un siège d’inspiration antique, comparable à celui sur lequel on représente d’ordinaire le Christ. Il est vêtu du grand manteau monastique et tient à la main la crosse abbatiale, symbole de son autorité pastorale. À genoux devant eux se tient le roi Henri IV, lui-même vêtu de bleu et de jaune, et portant la couronne. La légende explicite la scène : « le roi sollicite l’abbé et supplie Mathilde ». Le texte replace la scène dans son contexte : le roi, excommunié l’année précédente et ayant compris qu’il ne pouvait plus régner sans obtenir le pardon du pape, s’est adressé à sa cousine pour qu’elle fasse venir le pape en Lombardie. Ce dernier s’est rendu aux prières de Mathilde en venant à Canossa où la comtesse l’a accueilli dignement, l’incitant au pardon. Le roi suit la comtesse avec une foule de Germaniques et de Romains, accompagné de l’abbé Hugues de Cluny, son parrain. On a discuté de la paix pendant trois jours, sans parvenir à un résultat. La scène illustrée par la miniature intervient alors dans le récit : le roi décide de se retirer et, pénétrant dans la chapelle Saint-Nicolas, il demande à l’abbé de Cluny de se faire son garant auprès du pape. L’abbé lui répond qu’il ne le peut et à Mathilde, qui se trouvait là et qui renouvelait la prière du roi, il affirme qu’elle était la seule à pouvoir le faire. Alors, le roi, à genoux, supplie Mathilde d’aller obtenir du pape son pardon, afin qu’il puisse à nouveau combattre. Elle promet au roi de l’aider et va trouver le pape pour lui faire part des intentions du roi. Convaincu par la sincérité de la comtesse, le pape accepte alors d’accorder son pardon, à la condition que le roi prête serment de fidélité au Siège Romain46. Donizon, comme les autres chroniqueurs grégoriens, reconstruit l’histoire en passant sous silence les rapports de force qui ont obligé la comtesse à accepter ce rôle d’intermédiaire : la situation s’était retournée avec l’arrivée du roi en Italie et le ralliement à sa cause de nombreux Italiens. En d’autres termes, Henri IV était alors en mesure de faire valoir les liens de parenté qui l’unissaient à Mathilde pour l’obliger à user en sa faveur de sa proximité avec le pape, comme fille de saint Pierre47.

  • 48 Vita II, XVIII.
  • 49 Vita II, vers 1070‑1071.
  • 50 Vita II, vers 1095‑1097.
  • 51 Vita II, XVIII, vers 1255.
  • 52 Vita II, XX, vers 13901394.

20La phase de médiation entre les deux pouvoirs se termine avec le chapitre II. Durant les douze chapitres qui suivent, Donizon relate les longues luttes de Mathilde contre ses ennemis, sa fidélité inébranlable envers le pape et son orthodoxie. Grâce au soutien du Christ, écrit-il, elle « fut victorieuse de tous ses ennemis, elle s’est imposée à de nombreux puissants, aux comtes et aux cités. Elle s’est opposée au roi quand celui-ci lui a fait la guerre. De gré ou de force, la marche de Toscane lui a obéi48. » Mais cette période belliqueuse devait elle-même avoir une fin, qui ne pouvait que coïncider avec la mort d’Henri IV en 1106, rapportée dans un court chapitre où Donizon dresse de l’empereur un portrait sans nuances : il n’a cessé de mal faire, soutenant les schismatiques et les ennemis de l’Église, au point que son fils a dû prendre les armes contre lui. Désormais, la comtesse cherche la paix et elle lance un long appel au pape Pascal II, pour lui rappeler que « pendant trente années elle est demeurée ferme, combattant jour et nuit pour dompter les tempêtes du royaume, mais [que] la guerre est finie et [qu’] elle lui demande le repos49 ». Elle soutient aussi le parti de la paix quand, au concile de Guastalla, en Lombardie, Pascal II reçoit en octobre 1106 l’envoyé du jeune roi Henri V venu « lui demander l’investiture du royaume, l’assurant qu’il serait fidèle au Siège Romain comme à une mère et soumis à lui comme à un père ». Alors, la « grande Mathilde loua la pieuse supplique du roi et exalta avec tous la réponse du pape50 ». Néanmoins, écrit Donizon, quand Henri V descendit pour la première fois en Italie en 1110 et qu’il soumit toutes les cités sauf Milan, il vouait encore de la haine à la comtesse et la paix ne fut faite qu’à la fin de l’année, lors d’une première rencontre à Bianello. Au retour de son couronnement à Rome, il vint une deuxième fois rencontrer Mathilde et selon Donizon il lui aurait conféré le gouvernement du royaume des Ligures, « l’appelant par de claires paroles du nom de mère51 ». Mathilde allait désormais se tenir à l’écart des conflits entre l’empereur et le pape, et les chapitres XVIII et XIX du livre II viennent imposer l’idée d’une mise en ordre – la paix avec l’empereur, le règlement de la succession des fiefs, la soumission de Mantoue – qui rétablit Mathilde dans son rôle de médiatrice et de pacificatrice. Donizon peut alors clore le livre II par un dernier chapitre, qui exalte la piété de Mathilde et ses bienfaits en l’honneur des églises et de leurs saints, en particulier ceux de Canossa, les saints Apollinaire, Victor, Corona et Quirinus, qu’elle honora à l’égal de ses pères52.

21Le poème ne dit rien des négociations, ni des gages qui ont pu être exigés au moment de la réconciliation entre Henri V et Mathilde. Elle n’aurait accepté la paix qu’à la condition de rester fidèle au pape, mais il est probable qu’elle s’est aussi engagée à ne plus aider le pape contre l’empereur.

  • 53 Herbert E. J. Cowdrey, « Two Studies in Cluniac History 1049-1126 », Studi Gregoriani, XI, 1978, p. (...)
  • 54 Codice diplomatico Polironiano, no 78, p. 249251.

22Qu’obtint-elle en échange ? Polirone fut certainement au cœur des négociations, car Mathilde avait fait le choix d’y être inhumée dès 1109. Or, dès son élection comme abbé de Cluny en 1109/1110, Pons de Melgueil écrivit au roi Henri V au sujet du monastère padan et il reçut l’assurance de la protection impériale, « spécialement pour Polirone53 ». Le 6 mai 1111, l’empereur passa par Bianello où il rencontra Mathilde, et quelques jours plus tard, à Vérone, le 22 mai, il émit un diplôme qui prenait le monastère de Polirone sous la protection impériale54. On peut émettre l’hypothèse que la protection impériale avait été un élément de l’accord négocié entre Mathilde et Henri par le biais de l’abbé de Cluny.

Postface

  • 55 II, Exhortatio, vers 1545‑1550.

23La composition du codex suggère que les rapports de force ont continué après la mort de Mathilde. Dans le premier des deux chants copiés dans le dernier cahier après la mort de la comtesse, Donizon y vante ses mérites, ses derniers mois à Bondeno, où elle a accueilli l’abbé de Cluny qui se rendait à Rome pour les fêtes de Noël, les objets précieux qu’elle lui a offerts, ainsi que ses dernières donations, avant de s’éteindre en juillet 1115. Il en appelle à Benoît, patron du monastère de Polirone, qui a reçu le corps de la duchesse, à saint Jacques parce qu’elle mourut la veille de sa fête et qu’elle lui avait donné une église, à saint Apollinaire, qui gardait le tombeau de ses ancêtres, et enfin à la Vierge Marie, mère de Dieu, pour que tous lui accordent le repos éternel… Mais la même main a ensuite copié une courte exhortation adressée à Canossa, blanche pierre, à l’occasion de la venue de l’empereur Henri V et de son épouse Mathilde le 7 avril 1116 : « Canossa doit cesser de se lamenter sur l’extinction de la lignée qui durant tant d’années lui a procuré de si grandes choses. Car César est là, qui l’honorera davantage encore. La grande Mathilde est morte, mais elle revit, lumière heureuse ; Nouvelle mère qui te rendra heureuse, ainsi que ses royaumes ; elle passe au-dessus de celle qu’on commémore, qui porte le même nom de Mathilde. Que tous les ennemis de César se tiennent éloignés, qu’il soit lui-même heureux ; et que sa splendide épouse vive avec lui encore longtemps55. » Par l’insertion dans le codex de cet éloge du couple impérial, venu à Canossa recueillir l’héritage de Mathilde, les moines de Canossa cherchaient probablement à faire oublier la charge négative portée contre les deux prédécesseurs d’Henri V, en assurant l’empereur de la fidélité des Canossiens. Si l’on adopte cette perspective, le scribe qui a recopié plus tard sur les premiers folios (f. 1v, 2r) du premier cahier la liste du trésor offert par Mathilde à Grégoire VII pour financer ses luttes contre Henri IV ne peut qu’avoir voulu rééquilibrer l’ensemble du codex, en replaçant les liens de Mathilde avec Rome au premier plan de son histoire. L’insertion ne pourrait alors avoir eu lieu qu’après la conclusion d’une paix définitive entre l’empereur et le pape, c’est-à-dire à partir de 1122.

***

24Le manuscrit Vat. Lat. 4492 de la bibliothèque vaticane est précieux à plus d’un titre. Manuscrit unique et complexe, relié peu de temps après que l’auteur du poème eut terminé son œuvre, mais après la mort de la commanditaire, il peut être lu à plusieurs niveaux. Le poème, généralement intitulé Vie de Mathilde, apparaît au premier abord comme une œuvre apologétique à la gloire de Mathilde de Toscane et comme un texte polémique pro-grégorien et anti-henricien. Cependant, le projet mémorial et dynastique porté par les miniatures et le récit sert aussi d’autres formes de compétition et traduit des rapports de force qui s’expriment jusque dans la confection même du codex.

Notes

1 Sur la construction de la puissance canossienne, la bibliographie est immense. Voir les Studi Matildici et les travaux de Paolo Golinelli, en particulier Paolo Golinelli dir., I poteri dei Canossa. Da Reggio Emilia all’Europa. Atti del convegno internazionale di studi (Reggio Emilia-Carpinetti, 29-31 ottobre 1992), Bologne, 1994 ; id., Matilde e i Canossa, Milan, 2007 ; Id. - Elke Goez, « Die Canusiner. Machtpolitik einer oberitalienischen Adelsfamilie », dans Christoph Stiegemann, Matthias Wemhoff dir., Canossa 1077, Erschütterung der Welt, 1. Essays, Munich, 2006.

2 Régine Le Jan, « L’épouse du comte du IXe au XIe siècle : transformation d’un modèle et idéologie du pouvoir », dans Ead., Femmes, pouvoir et société, Paris, 2001, p. 21‑29.

3 Elke Goez, Beatrix von Canossa und Tuszien. Eine Untersuchung zur Geschichte des 11. Jahrhundert, Sigmaringen, 1995 (Vorträge und Forschungen, 41) ; Vito Fumagalli, Matilde di Toscana. Potenza e solitudine di una donna del Medioevo, Bologne, 1996 ; Michele K. Spike, Tuscan Countess. The Life and Extraordinary Times of Matilda of Canossa, New York, 2004.

4 Voir Vito Fumagalli, « Il poema di Donizonne, nel Codice Vaticano Latino 4922 », dans Paolo Golinelli dir., Donizonne, Vita di Matilde di Canossa, Milan, 2008, p. 241252.

5 Paolo Golinelli, « Donizonne e il suo poema per Matilde », dans Donizone, Vita Mathildis, éd. Luigi Simeoni, 2e éd., V, 2, Bologne, 1930-1940 (Rerum Italicarum Scriptores).

6 Ibidem, p. xii-xxii.

7 Vito Fumagalli, « Il poema… », p. 249251.

8 Manuscrit 2508 de la Biblioteca Governativa de Lucques.

9 Donizone, Vita Mathildis

10 Donizone, Vita di Matilde di Canossa, désormais Vita.

11 Vita I, Prologue, vers 1‑61.

12 Vito Fumagalli, « I Canossa tra realtà regionale e ambizione europee », Studi Matildici, 44, 1978, p. 2737.

13 Dans le contexte de l’affaiblissement carolingien, Adalbert-Atto (v. 915-988) réussit à construire plusieurs châteaux dans le Piémont des Apennins et dans la plaine, et à organiser la région du Pô autour des villes de Mantoue, Modène, Reggio. Au sujet d’Adalbert-Atto : Vito Fumagalli, Le origine di una grande dinastia feodale. Adalberto Atto di Canossa, Tübingen, 1971.

14 À propos de la construction de la mémoire sociale au haut Moyen Âge, voir en particulier Matthew Innes et Rosamond McKitterick, The Writing of History, dans Rosamond McKitterick dir., Carolingian Culture : Emulation and Innovation, Cambridge, 1994, p. 193‑220.

15 Elle quitta la Lotharingie en 1071 et son mari mourut en 1076.

16 Le mariage se termina en 1095.

17 L’adoption a échoué, au plus tard en 1008. Le mariage de Béatrice et de Godefroid le Barbu, comme celui de Mathilde avec Godefroid le Bossu, violaient la règle des interdits de parenté et il y avait une très grande différence d’âge entre Mathilde et Welf V. Le mariage fut annulé, à la demande du mari.

18 Ildegarde était peut-être une Supponide (Eduard Hlawitschka, Franken, Alemannen, Bayern und Burgunder in Oberitalien (774-962), Fribourg, 1962, p. 107‑109) et Willa d’ascendance carolingienne, par Hugues d’Arles (Ursula Brunhofer, Arduin von Ivrea. Untersuchungen zum letzten italienischen Königtum des Mittelalters, Augsbourg 1999, p. 372 ; Paolo Golinelli, Mathilde und der Gang nach Canossa, Düsseldorf, 1998).

19 Golinelli, « Donizonne… », la miniature, p. xii-xv.

20 Monique Goullet, « De Hrosvita de Gandersheim à Odilon de Cluny : images d’Adélaïde autour de l’an Mil », dans Patrick Corbet, Monique Goullet, Dominique Iogna-Prat dir., Adélaïde de Bourgogne. Genèse et représentations d’une sainteté impériale, Dijon, 2002 (C. T. H. S. Histoire, 4), p. 43‑54.

21 Bonizon, Liber ad amicum, éd. Ernst Dümmler, Monumenta Germaniae Historica [MGH], Libelli de lite I, p. 581.

22 Chronica Monasterii Casinensis, III, 49, éd. Hartmut Hoffmann, MGH, Scriptores XXXIV, Hanovre, 1980. Sur tout ceci, Paolo Golinelli, « De Liutprand de Crémone à Donizon de Canossa. Le souvenir de la reine Adelaïde en Italie (Xe-XIIe siècles) », dans Adélaïde…, p. 103, n. 22.

23 Golinelli, « Donizonne… », p. 10, n. 7.

24 Sur Polirone, la bibliographie est considérable. On se reportera à Paolo Golinelli, Bruno Andreolli dir., Storia di San Benedetto Polirone. Bibliografia storica polironia. Opere generali – il Medioevo, Bologne, 1983 (Il mondo medievale 1.1) et à Cristiana Lighezzolo dir., Ampliamento ed Aggiornamento 1983-2000, Bologne, 2002. Pour l’histoire de Polirone : Paolo Golinelli dir., Storia di San Benedetto Polirone IV, 1. Le origini (961-1125), Bologne, 1998.

25 Rossella Rinaldi, Carla Villani, Paolo Golinelli dir., Storia di San Benedetto Polirone II, 1. Codice diplomatico polironiano (961-1125), Bologne, 1993, no 13, p. 9495.

26 Codice diplomatico polironiano, no 14, p. 9698

27 Codice diplomatico polironiano, no 37, p. 149150. Sur la donation : Glauco Maria Cantarella, Ugo abate di Cluny : splendore e crisi della cultura monastica, Novare, 1998, p. 86 ; Paolo Golinelli, « Matilde di Toscana e l’abbazia di Polirone », dans Golinelli, Mathilde…, p. 9293.

28 Sur ce point, voir la démonstration très convaincante de : Glauco Maria Cantarella, « Polirone Cluniacense », dans Golinelli, Mathilde…, p. 71‑89, à partir de l’analyse du Liber Vitae de l’abbaye.

29 Golinelli, « Matilde… », p. 93.

30 Codice diplomatico polironiano, no 61, p. 207211. Voir Paolo Piva, « Cluny e Polirone », dans Italia Benedittina I. Cluny in Lombardia, Cesena, 1979, p. 297330, spécialement 314316 ; Cantarella, « Polirone… ».

31 Codice diplomatico polironiano, no 112. En 1110, elle attribue aux moines le droit de recevoir sans contestation des donations et fondations de chacun de ses vassaux en plusieurs endroits (Codice diplomatico polironiano, no 123). En 1112, elle transfère au monastère des possessions à Massa, qu’elle tenait en fief de saint Pierre, avec d’autres droits à Ficarolo (Codice diplomatico, no 126). En 1113, elle offre un manse sur l’île de Revere (127) et ses biens sis dans la forêt de Marengo (Codice diplomatico, no 129), en 1114, ses possessions et droits à Casaleone (Codice diplomatico, no 133), toutes ses possessions et droits en divers lieux de la région de Mantoue, avec le droit de paisson dans ses forêts (Codice diplomatico, no 135).

32 Codice diplomatico polironiano, A9.

33 Pierpaolo Bonacini, « Il monastero di S. Benedetto Polirone : formazione del patrimonio fondiario e rapporti con l’aristocrazia italica nei secoli XI e XII », Archivio storico italiano, CLVIII, 2000, p. 623678 (spécialement p. 645656).

34 Vita I, XI, vers 868‑888.

35 Vita I, XIIII.

36 Vita I, XVIII, vers 1350‑1354.

37 Le Jan, « L’épouse du comte… »

38 Die Urkunden und Briefe der Markgräfin Mathilde von Tuszien, éds Elke Goez, Werner Goez, Hanovre, 1998 (MGH, Laienfürsten und Dynastenurkunden der Kaiserzeit II), no 1, p. 32 ; no 9, p. 56 ; no 10, p. 59 ; no 11, p. 62 ; no 23, p. 89 ; no 27, p. 102 ; no 36, p. 125.

39 Hermann Kamp, Friedensstifter und Vermittler im Mittelalter, Darmstadt, 2001, p. 14.

40 Ibidem p. 1421.

41 Ibidem, p. 1921

42 Thérèse de Hemptinne, « Women as Mediators between the Powers of comitatus and sacerdotium. Two Countesses of Flanders in the Eleventh and Twelfth Centuries », dans Martin Gosman, Arie Johan Vanderjagt, Jan R. Veenstra dir., The Propagation of Power in the Medieval West, Groningen, 1997 (Mediaevalia groningana, 23), p. 287299.

43 Dès son intronisation à Rome, le 30 juin 1073, Grégoire VII compte l’impératrice Agnès, les comtesses Béatrice et Mathilde et le duc Rudolf de Souabe comme des personnes agissant à ses côtés pour le conseiller et assurer la concorde entre le sacerdoce et l’empire (Herbert E. J. Cowdrey trad., The Register of Pope Gregory VII 1073-1085, Oxford, 2002, I, 19 et I, 21). Le 9 octobre 1073, il écrit à Erlembald, chef de la pataria milanaise, que Béatrice et Mathilde sont de son côté, et qu’avec d’autres magnats, elles travaillent à maintenir l’unité entre lui et le roi (laborent nostrum atque regis animum firmiter unire) (Register I, 26). Sur le rôle de l’impératrice Agnès, Jean-Marie Sansterre, « Mère du roi, épouse du Christ et fille de saint Pierre : les dernières années de l’impératrice Agnès de Poitou. Entre image et réalité », dans Stéphane Lebecq, Alain Dierkens, Régine Le Jan, Jean-Marie Sansterre dir., Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (VIeXIe siècles), Villeneuve-d’Ascq, 1999, p. 163‑174 (en particulier p. 166‑168).

44 En janvier 1076, les évêques allemands réunis à Worms ont rejeté l’autorité du pape et l’ont accusé de diriger l’Église avec un sénat de femmes, ce qui visait les comtesses et peut-être aussi l’impératrice Agnès ; des rumeurs malveillantes, sans doute orchestrées dans les milieux impériaux, ont même circulé sur les relations incestueuses qu’aurait entretenues Mathilde, une fois veuve, avec le pape (Lambert de Hersfeld, Annales [MGH SS rer. Germ. 38], p. 288).

45 Sur Canossa, on se contentera de renvoyer à Stefan Weinfurter dir., Canossa. Die Entzauberung der Welt, Munich, 2006 ; Stiegemann, Wemhoff dir., Canossa… ; Renata Salvarini, Liana Castelfranchi dir., Matilde di Canossa, il papato, l’impero, Silvana, 2009.

46 Vita II, 1.

47 On ne compte plus les travaux qui ont été consacrés à l’évènement, dont la signification continue d’être débattue. Récemment, Bernd Schneidmüller, « Canossa – Das Ereignis », dans Stiegemann, Wemhoff dir., Canossa…, p. 36‑46.

48 Vita II, XVIII.

49 Vita II, vers 1070‑1071.

50 Vita II, vers 1095‑1097.

51 Vita II, XVIII, vers 1255.

52 Vita II, XX, vers 13901394.

53 Herbert E. J. Cowdrey, « Two Studies in Cluniac History 1049-1126 », Studi Gregoriani, XI, 1978, p. 197.

54 Codice diplomatico Polironiano, no 78, p. 249251.

55 II, Exhortatio, vers 1545‑1550.

Auteur

Professeure d’histoire médiévale à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Spécialiste du haut Moyen Âge, elle s’attache à l’histoire du monde franc dans une perspective anthropologique. Elle a publié notamment Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale (Publications de la Sorbonne, 1995) – qui mérite le 1er prix Gobert de l’AIBL –, Femmes, pouvoir et société, dans le haut Moyen Âge (Picard, 2001), La société du haut Moyen Âge (Armand Colin, 2003), Les Mérovingiens (Presses universitaires de France, 2006). Elle coordonne des programmes de recherche sur les Élites au haut Moyen Âge et dirige la collection Haut Moyen Âge, aux éditions Brepols.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search