Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Constructions de mots, de figures et de pierres

L’exemple de la cathédrale de Chartres au temps de Fulbert

Didier Méhu

Texte intégral

  • 1 Traduction d’Annette Disselkamp et André Laks, dans Guillaume de Humboldt, La tâche de l’historien(...)

« Accepter le moindre point de contact entre le domaine de l’historien et celui du poète peut paraître dangereux. Les deux activités, cependant, sont incontestablement apparentées. Car l’historien, qui, d’après ce qui précède, n’atteint la vérité de ce qui s’est produit qu’en complétant et reliant les pièces et les débris offerts par l’observation immédiate, ne peut y parvenir, comme le poète, que par l’imagination. »
Wilhelm von Humbolt, La tâche de l’historien, 18211.

  • 2 Sylvain Gouguenheim, Monique Goullet, Odile Kammerer dir., Retour aux sources. Textes, études et d (...)
  • 3 Dans le sillage des réflexions de Joseph Morsel citées à la note précédente et des études menées p (...)

1 Denise Angers et Joseph-Claude Poulin sont connus pour l’attention qu’ils ont toujours portée aux matériaux de l’historien, tout particulièrement aux manuscrits qu’ils ont décortiqués (au sens figuré bien entendu), analysés, transcrits et édités. L’un comme l’autre se sont toujours montré soucieux de mettre en garde contre les surinterprétations ou les lectures abusives que l’on pouvait donner de certains manuscrits, par faute de les considérer dans leur intégralité, dans leur contexte et dans leur matérialité. De même – et cela est moins connu en dehors de leurs collègues québécois –, Joseph-Claude Poulin a sensibilisé les étudiants à la même rigueur dans le maniement des « sources archéologiques » que celle qu’il convient d’adopter pour les documents textuels, lorsqu’il enseignait l’archéologie médiévale à l’Université Laval ou à l’Université de Montréal ; alors que Denise Angers consacrait une partie de son cours sur les sources de l’histoire médiévale aux méthodes d’analyse des images. Les lignes qui suivent se veulent autant un hommage à l’ensemble de leurs travaux qu’une réflexion, ancrée dans une étude de cas, sur l’articulation difficile, lorsque l’on souhaite écrire l’Histoire du Moyen Âge, des matériaux textuels, figurés et archéologiques. Dans le cadre d’une recherche sur les figures visibles et les processus de figurabilité de l’Église aux temps grégoriens, je me suis intéressé récemment à un manuscrit provenant de l’ancienne bibliothèque du chapitre cathédral de Chartres. Ce manuscrit contient une superbe image de la cathédrale beauceronne au XIe siècle, abritant son évêque constructeur, Fulbert, et un groupe représentatif de clercs et de fidèles. L’image, comme les mots qui l’accompagnent, a été souvent scrutée par les historiens, historiens de l’art et archéologues pour écrire l’histoire de l’édifice et dater sa construction. Mais, comme il arrive malheureusement trop souvent, l’œuvre a été « dépecée » pour n’en retenir que des bribes et servir une démarche instrumentaliste qui fait peu de cas des œuvres dans leur intégralité et leur complexité. Il m’importe ici de redonner sens à ces images, de les considérer avec moins d’utilitarisme mais davantage d’imaginatio et, in fine, de les relocaliser. Retournons donc à ce manuscrit, aux lectures auxquelles il a donné lieu et aux œuvres dans lesquelles il s’inscrit, pour proposer, plus encore qu’un « retour aux sources », selon l’expression consacrée depuis quelques années2, un retour aux « objets »3, sachant que les images, les manuscrits, les édifices doivent être considérés comme des productions sociales dont il convient d’analyser les aspects lisibles, visuels, matériels, corporels, les processus de fabrication et les usages sociaux, et comme des indicateurs des rapports sociaux dont ils ne sont qu’une expression partielle et partiellement voilée.

Un précieux vestige

  • 4 Le manuscrit est bien connu. Il a été souvent cité et il a fait l’objet d’une étude très attentive (...)
  • 5 Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 1, dataient le manuscrit des années 1026-1028 sur l (...)

2Le manuscrit 4 des Nouvelles acquisitions de la Bibliothèque municipale de Chartres (Chartres NA4) est un précieux vestige de la bibliothèque du chapitre cathédral de cette ville, épargné de l’incendie qui l’a ravagée le 26 mai 1944 parce qu’il se trouvait alors dans la Bibliothèque municipale de Saint-Étienne4. Le manuscrit comporte aujourd’hui 138 folios de parchemin de 260 × 165 mm, parmi lesquels se distinguent plusieurs parties. Les deux pièces principales, qui forment également le noyau le plus ancien du manuscrit, soit seize quaternions, sont le martyrologe de l’Église franque selon la version donnée au IXe siècle par Usuard (f. 9-32 et 35-96) et l’obituaire du chapitre cathédral de Chartres (f. 99-130). Ces deux textes ont été copiés par le même scribe sans doute peu après la mort de l’évêque Fulbert survenue le 10 avril 10285. Un office noté de saint Gilles a été copié sans doute peu de temps après sur les folios 96v-98 qui étaient restés vierges. Au sein du martyrologe, deux feuillets enluminés ont été intégrés dans le calendrier du mois d’avril. Ils représentent l’épitaphe monumentale de Fulbert et la cathédrale abritant l’évêque et les fidèles. Ces deux feuillets sont insérés entre le quatrième et le cinquième quaternion du martyrologe et forment aujourd’hui les folios 33 et 34. Un traité de comput pascal copié sans doute dans les années 1030-1050 a été ajouté au début du recueil (f. 3-8, sachant que les deux premiers folios manquent). Un quinion a été ajouté à la fin de celui-ci (f. 131-140) sur lequel on été copiées des pièces liturgiques (calendrier romain, litanies des saints, ordo de la clameur à Dieu contre les excommuniés, leçons des matines, capitules et collectes pour l’office ordinaire de la Vierge), des notices nécrologiques et des serments, que l’on peut dater entre le deuxième tiers du XIe siècle et les années 1130. Pendant cette même période, des ajouts ont été effectués dans l’obituaire. Enfin, les folios 1-2 et 141-142 sont des ajouts du XVIIIe siècle effectués au moment de la reliure. Les deux premiers et le folio 141 sont vierges ; le folio 142 porte une table des bienfaiteurs du chapitre.

Tumulus et ecclesia

  • 6 Ils ont déjà été étudiés et reproduits par Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 47-55, m (...)

3Nous nous intéresserons en premier lieu aux deux feuillets enluminés intégrés dans le martyrologe6.

  • 7 Toutes les transcriptions présentées dans le présent article sont fondées sur les manuscrits et no (...)

4Le recto du folio 33 présente un tumulus, soit une arcade en plein cintre reposant sur deux colonnes à l’intérieur de laquelle figure l’épitaphe de Fulbert en lettres capitales (ill. 1). L’arc est inscrit dans un cadre rectangulaire et les deux colonnes torses surmontées de chapiteaux végétaux reposent sur un socle mince orné de palmettes. Deux couleurs dominent la composition : le bleu pour les parties encadrantes (chapiteaux, colonnes, socle, bandes horizontales au sommet et à la base du tympan), le pourpre pour les parties intérieures. L’inscription en lettres d’or se déploie sur dix lignes7. La première, HAC DIE, dont les lettres nettement plus grandes que les autres sont cernées d’un trait rouge, occupe le tympan de l’arcade. Elle est encadrée par trois registres ornementaux (deux au-dessus et un en dessous) et par l’arc et ses écoinçons ornés de rinceaux, comme pour mettre en valeur ce jour inscrit. La deuxième et la troisième lignes, dont les lettres sont également cernées de rouge, évoquent le transitus de l’évêque :

  • 8 L’abréviation pour noster est N R T avec un tilde au-dessus du R et du T.

MIGRAUIT AD / D(OMI)N(U)M PAT(ER) N(OS)T(E)R8/

5Les sept lignes suivantes, aux lettres plus petites et dépourvues de cadre, énoncent les œuvres de Fulbert qui lui ont mérité cette épitaphe :

  • 9 Le parchemin est troué après la lettre L de latronum, mais on peut restituer les lettres manquante (...)

BONAE MEMORIAE / FULBERTUS, SUAE / TE(M)PESTATIS PONTIFICU(M) / DECUS, P(RE)CLARA LUX MUN/DO A D(E)O DATA, PAUP(ER)U(M) SUS/TENTATOR, DESOLATOR(UM) CON/SOLATOR, P(RE)DONU(M) ET L[ATRO]9-/

6La césure des mots en fin de ligne invite à la lecture continue et celle-ci se poursuit au verso, dans un cadre qui joue plus sobrement de la même gamme chromatique, soit douze lignes en lettres d’or portées directement sur la surface du parchemin, encadrées d’un trait rouge et séparées par des bandes bleues (ill. 2) :

-NU(M) REFRENATOR, UIR ELOQUEN/TISSIM(US) TA(M) IN DIUINIS Q(UAM) IN OMN/(I)U(M) LIB(ER)ALIU(M) ARTIU(M) LIBRIS, QUI AD / RESTAURATIONE(M) HUIUS S(AN)C(T)I TE(M)PLI / Q(UO)D IPSE POST INCENDIU(M) / A FUNDAMENTO REEDIFICA/RE CEP(ER)AT, BONA(M) PARTE(M) AURI / SUI ET ARGENTI RELIQUIT, ET / DISCIPLINAE AC SAPIENTIAE RA/DIIS HUNC LOCU(M) ILLUMINAUIT / ET CLERICIS SUIS / MULTA BONA FECIT.

  • 10 Ces lettres sont aujourd’hui illisibles et elles n’ont pas été transcrites dans la marge au XVe si (...)

7Puis, comme un socle pour l’ensemble de la composition, trois lignes écrites sur un fond pourpre retiennent les noms du peintre et du commanditaire dont l’œuvre ouvre les portes du paradis10 :

  • 11 L’ensemble de l’inscription du tumulus peut se traduire de la manière suivante : « Ce jour migra a (...)

ULTIMUS IN CLERO FULBERTI NOMINE SIGO / ANDREAE MANIBUS HAEC PINXIT MICIACENSIS / DAT QUIBUS UNICA SPES MUNDI REQUIEM / PARADYSI11.

8Le folio suivant (f. 34r) présente l’image de l’édifice ecclésial abritant sous trois arcades les figures emblématiques du corps social (ill. 2, 3, 4). Les femmes sont rassemblées à gauche, dans un espace liminal, avant-nef ou tour-porche, qui apparaît comme la partie la plus occidentale de l’édifice. La nef accueille les hommes, jeunes et vieux, dont on ne distingue pour l’essentiel que le visage, imberbe ou barbu, et les yeux grands ouverts tournés vers le sanctuaire. Deux hommes se détachent du groupe par leur taille gigantesque, leur corps entièrement visible et leurs vêtements éclatants, robe bleue et manteau pourpre pour le premier d’entre eux. Six jeunes garçons les précèdent, dont l’un, au premier plan, pointe l’index vers l’objet de tous les regards, l’évêque Fulbert. Celui-ci se tient debout, tourné vers ses ouailles, bâton pastoral dans la main gauche et main droite levée pour signifier la parole. Sa taille équivaut presque à la hauteur de la nef et le bas de son corps se confond avec la colonne qui délimite le sanctuaire. Là, se tiennent deux clercs porteurs de livre, dont le regard est tourné, comme les autres, vers l’évêque. De part et d’autre de la tête de celui-ci, une petite inscription cursive le désigne : Fubelt(us) ep(is)c(opus). Au-dessus, les toits, les fenêtres et les clochers figurent l’extérieur de l’édifice ecclésial et, en capitales d’or sur un fond pourpre, encadré par les clochers de l’église, trois lignes pour souligner la durée de l’œuvre pastorale de Fulbert :

  • 12 OCTO est écrit au-dessus de la ligne. « Pasteur vénérable, il a élevé les brebis du Seigneur penda (...)

PAUIT OUES DOMINI PASTOR / UENERABILIS ANNOS QUINQ(UE) / QUAT(ER) MENSESQ(UE) DECE(M) CU(M) MENSIB(US) OCTO12.

9Le verso du folio 34 est vierge (ill. 5).

Dissociations et cohésion

  • 13 Le manuscrit est rythmé par trois couleurs, le rouge, le bleu et le vert, avec lesquelles sont tra (...)

10Ces deux folios enluminés ne sont pas solidaires (deux feuillets simples collés sur un onglet) et ils n’appartiennent pas à la codicologie primitive du manuscrit. Leur éclat tranche avec la sobriété des autres folios qui, même s’ils ne sont pas dépourvus d’ornements et de dessins, ne présentent ni or, ni pourpre, ni image en pleine page13. Ces dissociations plaident pour un ajout des deux folios, mais on doit reconnaître que la conjonction des deux images et leur insertion dans le manuscrit construisent un discours parfaitement cohérent.

11L’image du tumulus de Fulbert (f. 33r) a été placée dans le martyrologe en regard de la page qui porte la date du 4 des ides d’avril (f. 32v), soit celle de la mort de l’évêque (10 avril 1028) (ill. 1). Pour assurer la correspondance entre le réceptacle et l’ajout, on traça une petite croix pattée cernée de rouge dans la panse de la lettrine E qui introduit la notice du 4 des ides d’avril et cette même croix se retrouve au-dessus du tumulus. Dès lors, la juxtaposition des deux folios justifie les mots hac die qui introduisent l’épitaphe : il ne s’agit pas d’une imprécision, mais d’un renvoi à la date écrite sur la page voisine.

12Les images et les mots rassemblés dans les folios 33 et 34 présentent un discours articulé à la gloire de Fulbert que l’on ne saurait dissocier du lieu manuscrit qui les a accueillis. La forme monumentale donnée au tumulus évoque l’édifice ecclésial qui abrite Fulbert et les « brebis du Seigneur » dont il a été le pasteur pendant vingt et un ans. L’œuvre constructrice et éducative qui est soulignée par l’épitaphe est figurée dans l’assemblée des fidèles ordonnée sous les voûtes de l’église, dont la vue et l’ouïe sont tendues vers les gestes et le verbe du Père. La stature de celui-ci est une véritable colonne qui, du sol jusqu’à la voûte, soutient le nouvel édifice dont l’élévation a totalement annulé l’action destructrice de l’incendie mentionnée dans l’épitaphe ; et l’or dépensé par Fulbert forme la matière des lettres qui exprime son œuvre. Il s’agit d’une œuvre de pierres, une œuvre de mots, une œuvre qui abrite les corps des fidèles pour les conduire vers une mort glorieuse, une œuvre qui prend tout son sens après la mort de son auteur, devient monument et se trouve enchâssée dans un gigantesque monument aux morts – le martyrologe-obituaire – qui unit les noms et les œuvres de tous les autres constructeurs de l’Ecclesia. Dans ce manuscrit, l’Église est figurée de différentes manières : par les noms des saints, l’égrenage des jours, les dessins du calendrier et les travaux des mois, le rythme cyclique des jours souligné par l’alternance des trois couleurs ; par ses constructeurs dont l’obituaire rappelle les œuvres et par l’édifice ecclésial dans lequel la communauté hiérarchisée – grands et petits, hommes et femmes séparés mais abrités sous le même toit – est réunie devant le verbe et le bâton du pasteur, pour le voir et l’entendre, et s’emplir de la lumière et des couleurs de la cathédrale. Ces images font corps. Elles sont des figures visibles et lisibles qui, tissées ensemble, forment le récit imaginaire de l’Ecclesia ; d’une Église constituée d’une dialectique entre l’universel et le local, entre le temps cyclique du martyrologe et l’apex de la mort du constructeur. Une œuvre vivante construite sur l’empilement des morts. Une œuvre, l’église, qui abrite le corps social ; une œuvre, le manuscrit, que l’on ouvre, effeuille, regarde et digère par la manducation à voix haute des noms de ses constructeurs. Une œuvre corporelle qui contient tous les corps qui l’ont constituée, comme celui du Christ dont elle est la figure.

Variantes monastiques

  • 14 Paris, BnF lat. 14167, parchemin, 195 x 140 cm. Le manuscrit compte 88 folios, répartis en onze ca (...)

13Cette œuvre n’est pas la seule à la gloire de Fulbert. À une date qu’il est impossible de préciser avec exactitude, mais qu’il convient de situer dans les dernières années de l’épiscopat de Fulbert ou peu de temps après sa mort, les moines de l’abbaye Saint-Père de Chartres, située dans le faubourg oriental de la cité épiscopale, firent composer un recueil de ses principales œuvres écrites, soit la plus grande collection connue de ses lettres, des sermons, des poèmes et son Contra Judeos14.

  • 15 Behrends, The Letters and Poems…, p. xlii. Mon propos n’étant pas l’étude codicologique et paléogr (...)
  • 16 La partie entre crochets est suscrite. « Lettres de salutation du seigneur Fulbert, évêque de Char (...)
  • 17 J’en donne ici une transcription fondée sur le manuscrit qui diffère sensiblement des éditions ant (...)

14Le manuscrit est sobre. Il ne comporte pas d’enluminure. Les initiales des premiers mots de chaque texte sont tracées en majuscules rouges ou noires rehaussées de rouge et débordent partiellement dans la marge gauche. La majeure partie du manuscrit porte une écriture du milieu du XIe siècle. Selon Frederick Behrends, les folios 1r à 3r, 9r à 10v, 15r à 16v n’auraient pas été écrits par le scribe principal, mais par une autre main contemporaine, alors que deux autres mains auraient rédigé le folio 76v15. Un titre a été porté en haut du folio 1 au XIVe siècle : « Epistole salutatorie [domini Fulberti episcopi Carnotensis] et quedam dictamina atque uersus16 ». En dessous, trois textes en l’honneur de Fulbert sont enchaînés en un récit continu17.

  • 18 Paris, BnF lat. 14167, f. 1. Éd. Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 51-52; Loren C. Ma (...)

151. Il s’agit tout d’abord d’un éloge versifié qui souligne l’œuvre éducative, pastorale et caritative de l’évêque18 :

  • 19 « Le dernier des clercs de Fulbert, du nom de Sigon, a fait peindre ceci par la main d’André de Mi (...)

Ultimus in clero Fulberti nomine Sigo,
Andreę manibus hec pinxit Miciacensis ;
Det quibus unica spes mundi requiem paradysi.
Actibus his studuit :
Instruxit iuuenis nonnulos discipulorum,
Artibus hęc septem multum studiosus earum,
Pauit oues Domini pastor uenerabilis, annos
quinque quater mensesque decem cum mensibus octo,
Infirmos, nudos, sitientes, esurientes,
Uisere, uestire studuit, potare, cibare19.

16Le lecteur attentif aura reconnu dans ces lignes plusieurs phrases citées plus haut. Les trois premiers vers se trouvent en effet en colophon de l’inscrip tion funéraire peinte en lettres d’or sur le folio 33 du martyrologe-obituaire de la cathédrale. Les septième et huitième vers, relatifs à la durée de l’œuvre pastorale de Fulbert, se trouvent en titulus de l’image de la cathédrale au folio 34 du même manuscrit.

  • 20 Paris, BnF lat. 14167, f. 1.
  • 21 Il a été préalablement édité dans Patrologia Latina [PL] 141, 165D ; Merlet et Clerval, Un manuscr (...)

172. Le second texte est l’obit de Fulbert. Il est copié immédiatement à la suite de l’éloge versifié, sans saut de ligne20. L’initiale du premier mot, Anno, est tracée en majuscule rouge dans la marge gauche, comme celles de l’éloge versifié, ce qui renforce la continuité visuelle entre les textes. L’obit se lit comme suit21 :

  • 22 « L’année de l’Incarnation du Seigneur 1028, le 4 des ides d’avril, est mort notre Père, cher à Di (...)

Anno ab incarnatione domini mxxviii, iiii idus aprilis, obiit
dilectus Deo et hominibus, pater noster, uenerandę memorię, Fulbertus, suę tempestatis pontificum decus, lux pręclara
mundo a Deo data, pauperum sustentator, desolatorum
consolator, predonum et latronum refrenator, uir elo-
quentissimus et sapientissimus tam in diuinisquam
in omnium liberalium artium libris, qui ad restaurationem
sancti templi suę diocesis, quod ipse post incendium a fundamento
reędificare ceperat, bonam partem auri sui et argenti reliquit,
et disciplinę ac sapientię radiis illum locum illuminauit,
et clericis suis multa bona fecit22.

  • 23 Chartres NA4, f. 33. Les variantes sont signalées en gras ; les mots entre crochets sont absents d (...)
  • 24 Chartres NA4, f. 108v. Les variantes sont signalées en gras : « iiii. Idus aprilis. Obiit dilectus (...)
  • 25 Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 52, n. 2; Behrends, The Letters and Poems…, App. A, (...)
  • 26 On note trois variantes entre les deux versions du martyrologe-obituaire. 1. L’inscription du tumu (...)

18Cet obit est identique, à quelques variantes près, à celui écrit en lettres capitales sur le tumulus peint du folio 33 du martyrologe-obituaire de la cathédrale23. Dans la deuxième partie de ce même manuscrit, soit l’obituaire, à la date du 4 des ides d’avril (f. 108v), il existe une troisième version de l’obit de Fulbert24. Comme l’ont noté René Merlet et Alexandre Clerval, puis Frederick Behrends, certaines variantes entre ces trois versions témoignent de l’adaptation du texte au lieu dans lequel il a été copié25. Les deux versions du martyrologe-obituaire de la cathédrale – celle du tumulus (f. 33) et celle de l’obit (f. 108v) – évoquent en effet la restauratio huius sancti templi, alors que le manuscrit des œuvres de Fulbert, copié à l’abbaye Saint-Père, note la restauratio sancti templi suae diocesis. De même, les deux premières soulignent que Fulbert a irradié hunc locum, alors qu’à Saint-Père on parle de illum locum. D’autres variantes semblent moins signifiantes, comme le remplacement, dans le manuscrit de Saint-Père, de pater noster bonae memoriae par pater noster venerandae memoriae, ou celles entre les deux versions du martyrologe-obituaire26. Elles montrent toutefois qu’il n’existait pas une version princeps dont découleraient les deux autres, ni une version diffusée par les chanoines de la cathédrale et une autre par les moines de Saint-Père, mais bien une seule pièce à partir de laquelle les scribes ont apporté quelques touches personnelles.

  • 27 Le statut de Sigon est précisé dans la notice qui lui est consacrée dans l’obituaire de la cathédr (...)
  • 28 Paris, BnF lat. 14167, f. 1-1v. L’épitaphe a été publiée de nombreuses fois. Sans être exhaustif: (...)

193. Enfin, dans le manuscrit de Saint-Père, l’obit de Fulbert est suivi d’un troisième texte, à savoir l’épitaphe de l’évêque qui aurait été composée par Sigon, chantre à la cathédrale et conseiller intime de Fulbert27. Le texte est le suivant28 :

  • 29 « Commence l’épitaphe. Celui qui, à toi, Chartres, a accordé la source de bonté, éminent fleuve de (...)

INCIPIt EPItAPhium.
Quem tibi, Carnotis, concessit fons bonitatis,
Doctrinę fluuium duplicis egregium,
Pontificum sidus, Fulbertus, fulgidus actu,
[f. 1v] Uestis pauperibus uictus et assiduus,
Enclausus iacet hic, factus de puluere puluis,
Et pręstolatur surgere cum reliquis.
Uirtutum cultor, uiciorum mortificator,
Auxiliante Deo, pręstitit a puero.
Bis denos annos, atque unum dimidiumque,
Uirgo Maria, tuę pręfuit ecclesię.
Ingressurus erat Phebus post lumina septem
Taurum, cum mestum deseruit populum. EXPLICIT29.

20Le scribe a très soigneusement distingué cette épitaphe de l’obit qui la précède, tout en soulignant leur articulation. Les mots Incipit epitaphium sont écrits immédiatement à la suite des derniers mots de l’obit (multa bona fecit), mais dans une couleur différente (le rouge) et en faisant alterner majuscules et minuscules. En outre, les initiales de chaque vers de l’épitaphe sont tracées en majuscules rouges, comme dans les deux textes précédents. Le mot explicit est noté en majuscules à l’encre noire rehaussée de rouge. Il est suivi d’un saut de ligne qui donne une cohérence à ce qui précède et annonce une nouvelle section, à savoir la transcription des lettres de Fulbert.

  • 30 Chartres, B. M. 1037, obituaire de Saint-Père de Chartres (non vidi), cité par Merlet et Clerval, (...)

21Enfin, pour terminer ce tour d’horizon des différents « monuments » rédigés ou érigés à la gloire de Fulbert, on doit mentionner l’obit de l’évêque tel qu’il figure dans l’obituaire de l’abbatiale Saint-Père de Chartres, à la date du 10 avril, et qui précise le lieu où se trouvait le tombeau avant l’incendie de l’abbatiale en 1134 : « Obiit domnus Fulbertus, episcopus Carno tensis, qui jacet ante magnum altare et dedit nobis preciosa ornamenta30 ».

(Re)localisations

22Récapitulons. Dans les années qui ont suivi sa mort survenue le 10 avril 1028, plusieurs œuvres ont été consacrées à la mémoire de l’évêque Fulbert : un tombeau portant une épitaphe, situé dans l’abbatiale Saint-Père ; un éloge versifié qui souligne les œuvres de l’évêque ; deux obits, l’un copié dans l’obituaire de l’abbaye Saint-Père sous une forme laconique, l’autre nettement plus développé dans l’obituaire de la cathédrale ; deux enluminures, l’une portant les images d’un monument funéraire à la gloire de l’évêque sur lequel on a inscrit une partie de l’éloge versifié en son honneur, l’autre représentant l’évêque dans sa cathédrale en présence d’un groupe de clercs et de fidèles dont une inscription souligne qu’il a été le pasteur pendant vingt et un ans et six mois ; un recueil des principales œuvres écrites de Fulbert, copié dans le scriptorium de Saint-Père, que l’on a introduit par l’agencement de trois pièces en l’honneur de l’évêque, soit l’éloge versifié, l’obit de la cathédrale et l’épitaphe du tombeau de Saint-Père ; et enfin le martyrologe-obituaire de la cathédrale dans lequel figure l’obit de l’évêque (distingué des autres par une couleur différente) et dans lequel on a inséré les deux folios enluminés présentant l’image du tumulus de l’évêque, de la cathédrale dont il a initié la reconstruction et auxquels sont articulées certaines des pièces versifiées rédigées en son honneur. Ces œuvres retiennent le nom de deux « auteurs », André de Micy, qui aurait peint à la demande de Sigon, sans que soit précisée la nature de l’œuvre de chacun d’eux et en maintenant une ambiguïté à ce sujet dans la mesure où la phrase qui leur attribue la paternité de l’œuvre peinte est copiée deux fois, dont l’une n’entretient aucune relation avec les enluminures.

  • 31 Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 53-54.
  • 32 Behrends, The Letters and Poems…, p. xliii.

23Ces ambiguïtés et les variantes entre les pièces écrites ont suscité des hypothèses pour établir leur généalogie et leurs auteurs. Ainsi, René Merlet et Alexandre Clerval ont-ils supposé que l’épitaphe de Saint-Père et l’image du tumulus dans le martyrologe-obituaire étaient les deux pièces les plus anciennes à partir desquelles aurait été constitué l’agencement introductif du manuscrit des œuvres de Fulbert31. Frederick Behrends a posé l’hypothèse d’une source perdue, œuvre de Sigon, à partir de laquelle auraient été élaborés le tumulus peint et l’agencement introductif du manuscrit des œuvres de Fulbert32.

  • 33 André de Micy (ou de Saint-Mesmin, provenant de l’abbaye de Saint-Mesmin de Micy, non loin d’Orléa (...)
  • 34 Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 54, suivi par Behrends, The Letters and Poems…, p. (...)
  • 35 F[ernand] de Mély, Les Primitifs et leurs signatures, Paris, 1913, p. 8 : « Vers 1029. À quelques (...)

24Les historiens de l’art ont érigé André de Micy au rang des « artistes » du XIe siècle, en s’efforçant de situer son œuvre parmi celles des scriptoria post carolingiens du nord de la Loire33. La dissociation des deux folios enluminés par rapport à la codicologie du manuscrit qui les accueille a incité René Merlet et Alexandre Clerval à supposer qu’ils étaient initialement partie intégrante d’un cahier de quatre feuillets qui comportaient deux autres enluminures. Celles-ci auraient présenté l’œuvre enseignante et l’œuvre caritative de l’évêque, soit les deux aspects mentionnés dans l’éloge versifié mais non illustré dans les enluminures conservées34. D’une manière plus hardie, Fernand de Mély a supposé que les folios enluminés se trouvaient à l’origine dans le manuscrit des œuvres de Fulbert copié à Saint-Père, avant d’en avoir été détachés pour être introduits dans le martyrologe-obituaire de la cathédrale. L’hypothèse repose sur le fait que l’éloge versifié qui introduit le manuscrit de Saint-Père s’ouvre par la phrase attribuant la commande de l’œuvre à Sigon et sa peinture à André de Micy, alors que le manuscrit ne comporte aucune enluminure35.

  • 36 Cette hypothèse a été posée par Marie-Thérèse Vernet, suivie par Charles Samaran et Robert Maricha (...)

25On pourrait continuer l’échafaudage hypothétique, en soulignant que le ms. BnF lat. 14167 n’est pas homogène, que le folio introductif qui porte l’éloge versifié, l’obit et l’épitaphe de Fulbert n’est pas de la même main que le corps du manuscrit et semble un peu plus tardif, que ce manuscrit est vraisemblablement une copie effectuée au milieu du XIe siècle d’un manuscrit plus ancien composé peut-être par Sigon lui-même36. Et, de là, nous pourrions supposer que les enluminures se trouvaient dans ce premier manuscrit disparu et disloqué avant d’être insérées dans le martyrologe de la cathédrale. Mais nous n’emprunterons pas cette voie. La généalogie de ces œuvres et la quête de leur auteur demeurent des entreprises conjecturales et, me semble-t-il, peu utiles. Il me paraît préférable de souligner la cohérence des constructions mémorielles édifiées à la gloire de Fulbert dans les années qui ont suivi sa mort, avec vraisemblablement des repentirs et des ajouts. Sigon, André de Micy et les autres, clercs ou moines anonymes, ont inscrit la mémoire de l’évêque constructeur en différents lieux monumentaux et livresques de Chartres : l’obituaire, le martyrologe, les enluminures, le tombeau de l’abbaye Saint-Père et le recueil de ses œuvres écrites.

  • 37 Cette datation a été récemment remise en cause par Claude Génin, Fulbert de Chartres (vers 970-102 (...)
  • 38 L’image de Fulbert dans sa cathédrale est devenue si célèbre qu’elle illustre très souvent les ouv (...)

26Le manuscrit élaboré à l’abbaye Saint-Père est le premier et le plus important compendium des œuvres de Fulbert. Les trois textes commémoratifs copiés sur le premier feuillet forment une merveilleuse introduction au volume, en soulignant la concordance entre l’œuvre constructive, pastorale, éducative, caritative et littéraire de l’évêque. Il importe peu de savoir s’ils n’ont pas été écrits par la même personne qui a composé l’essentiel du manuscrit, mais quelques années ou, au pire, quelques décennies plus tard. De même, que les feuillets enluminés du martyrologe-obituaire aient été prévus dès l’origine et partiellement démantelés ou, plus probablement, insérés quelques années après la confection du manuscrit, ne change rien à leur présente signification. Le style des peintures et de l’écriture prouve sans conteste que les deux enluminures datent bien du XIe siècle37. Leur insertion dans le manuscrit a été soigneusement effectuée par l’adjonction de la croix pattée dans la notice du martyrologe à la date du 4 des ides d’avril et par la répétition de cette croix au-dessus de l’image du tumulus. Cette articulation visuelle se remarque très vite lorsque l’on ouvre le manuscrit, car les deux pages se font face ; elle disparaît si l’on décrit l’image hors de son contexte et si l’on ne reproduit que la page enluminée, comme on le fait habituellement38. En insérant les feuillets enluminés dans le martyrologeobituaire ou en articulant trois pièces en l’honneur de l’évêque défunt en ouverture du compendium de ses œuvres écrites, les maîtres d’œuvre anonymes de ces deux manuscrits ont construit une œuvre discursive et visuelle déchiffrable par plusieurs clés d’entrée, par la lecture complète des œuvres et par les relations créées par leur imaginatio nourrie de ces lec tures d’images et de textes. L’intertextualité entre les deux manuscrits est remarquable. Les mêmes pièces versifiées, agencées différemment, accompagnées ou non d’images visibles, rehaussées et rythmées par les lettrines rouges, inscrites dans le corps du parchemin ou dans le corps de l’édifice ecclésial, en relation réelle ou disjointe avec le corps de l’évêque défunt, soulignent les voies multiformes de l’œuvre de Fulbert, la cohérence des différentes pièces dont il passe pour être l’auteur et la cohérence spatiale des lieux dans lesquels il s’est, réellement ou de manière figurée, incarné.

Construire et imaginer l’Ecclesia

  • 39 Selon la chronique d’Angers dite « de l’Évière » (chronicon Andegavense) transcrite dans un manusc (...)
  • 40 Daniel Russo, « O altar a Igreja. Reflexões acerca da tematicá do altar na iconografia cristá (fin (...)

27La cathédrale, enfin, l’édifice de pierre dont la reconstruction a fundamento a été initiée par Fulbert, constituait une autre figure, magistrale et publique, de l’œuvre multiforme de l’évêque. Lorsqu’il meurt en 1028, la construction n’est pas achevée. Une dizaine d’années plus tard, celle-ci devait être suffisamment avancée pour que l’on procède à la dédicace de l’édifice. La cérémonie eut lieu en 1037 sous l’épiscopat de Thierry39. Fulbert, le constructeur, était mort trop tôt. Mais la peinture d’André de Micy efface cet accident chronologique. Fulbert, debout dans la cathédrale achevée, parle au peuple assemblé dans la nef et le porche. Ses paroles invisibles sont exprimées par l’ordonnancement des fidèles et des clercs, par la hiérarchie qui distingue le peuple laïque, par l’achèvement jusque dans le moindre détail de la construction de l’édifice dont l’évêque est le pilier central. Image comparable à celles que l’on produit depuis quelques décennies dans les pontificaux anglais ou dans les rouleaux d’exultet bénéventains, la cathédrale de Fulbert est une métaphore de l’Ecclesia40. Le sermon qu’il y prononce est celui de sa dédicace, même s’il n’y était pas présent. Un sermon qui manifeste, à la fin du rituel, l’aboutissement d’un processus constructeur et ordonnateur, et le début d’un nouveau cheminement collectif. Au-delà des mots, des lettres d’or, de la pourpre et des images, c’est tout cela que figurent les enluminures du manuscrit chartrain. L’avènement éclatant de l’œuvre du constructeur au milieu du circulum anni et de l’histoire universelle.

  • 41 Le premier à s’être livré à l’exercice est l’archiviste d’Eure-et-Loir René Merlet qui a pris soin (...)
  • 42 Alain Erlande-Brandenburg, « La cathédrale de Fulbert », dans Enseigner le Moyen Âge…, p. 121-128 (...)

28Depuis plus d’un siècle, l’image a été scrutée sous tous les angles, comparée aux édifices subsistants du premier XIe siècle, mise en perspective avec les fouilles archéologiques menées dans la crypte de la cathédrale et avec les lettres de Fulbert qui évoquent la construction du bâtiment ; cela afin de dater les étapes de la construction et de préciser la physionomie réelle de la cathédrale de Fulbert41. Dernièrement encore, alors que l’on commémorait Fulbert et ses monuments, Alain Erlande-Brandenburg relisait ces « sources » discordantes pour proposer quelques inflexions à la reconstruction hypothétique du bâtiment disparu42. Au-delà de leurs divergences, ces réflexions présentent le même biais méthodologique qui consiste à voir les images comme des documents directement lisibles, indépendamment de leur valeur emblématique, des figures auxquelles elles renvoient et des lieux dans lesquels elles se trouvent. Continuer de lire l’image du manuscrit de Chartres comme la représentation réaliste de la cathédrale du XIe siècle revient à nier toute sa puissance sémantique. Les images médiévales ne reproduisent pas le réel, mais l’invisible, l’imaginaire, l’idéal. Elles le font à l’aide d’une syntaxe complexe qui use des « éléments » du réel, mais dont l’agencement construit un discours figuré, imaginé. En focalisant l’attention sur la seule peinture de la cathédrale au détriment de l’autre image qui l’accompagne, le tumulus, comme on le fait presque toujours, ou en oubliant de regarder et de lire le manuscrit dans lequel ces enluminures ont été insérées, on procède à un véritable dépeçage de l’œuvre totale dans laquelle les images se localisent, prennent corps, se donnent à voir et à lire.

  • 43 Sapin et Hébert-Suffrin, « Les cryptes… ».

29Comme le suggéraient dernièrement Christian Sapin et François Hébert-Suffrin, une meilleure connaissance de la datation et des formes de la cathédrale de Fulbert ne pourra venir que d’une étude archéologique attentive portée sur la matière même du bâtiment, ses maçonneries, ses modes d’appareil, ses traces de taille, ses mortiers et enduits, la modénature de ses supports, et en situant ces données dans un vaste corpus comparatif43. Le dialogue entre les disciplines connexes de la médiévistique ne progressera pas par l’instrumentalisation des « images » et des « textes » par les archéologues, les historiens, les historiens de l’art, mais par une relecture en profondeur de chacune des œuvres pour tenter d’en comprendre leur cohérence, leur structure, leur logique interne, sans rabattre sur le plan des connaissances objectives recherchées par l’historien la puissance créatrice des œuvres elles-mêmes, leur dimension poétique, visuelle, onirique. Pour une meilleure intellection des œuvres produites par les hommes du Moyen Âge, il est temps que cessent les dépeçages auxquels nous nous livrons trop souvent et que l’on se force à voir, lire et imaginer, à partir des objets eux-mêmes, de leur intégralité et de leur matérialité.

Illustrations

30Tous les clichés sont de l’auteur (juin 2008). Autorisation de reproduction L’apostrophe. Médiathèque de Chartres.

Ill. 1. Ms. Chartres, B.M. Nouv. Acq. 4, f. 32v -33r.

Ill. 2. Ms. Chartres, B.M. Nouv. Acq. 4, f. 33v -34r.

Ill. 3. Ms. Chartres, B.M. Nouv. Acq. 4, f. 34r (détail).

Ill. 4. Ms. Chartres, B.M. Nouv. Acq. 4, f. 34r (détail).

Ill. 5. Ms. Chartres, B.M. Nouv. Acq. 4, f. 34v-35r.

Notes

1 Traduction d’Annette Disselkamp et André Laks, dans Guillaume de Humboldt, La tâche de l’historien, Villeneuve d’Ascq, 1985, p. 68. Le texte original est le suivant : « Es mag bedenklich scheinen, die Gebiete des Geschichtsschreibers und Dichters sich auch nur in einem Punkte berühen zu lassen. Allein die Wirksamkeit beider ist unläugbar eine verwandte. Denn wenn der erstere, nach dem Vorigen, die Wahrheit des Geschehenen durch die Darstellung nicht anders erreicht, als indem er das Unvollständige und Zerstückelte der unmittelbaren Beobachtung ergänzt und verknüpft, so kann er dies, wie der Dichter, nur durch die Phantasie », d’après Wilhelm von Humboldt, « Über die Aufgabe des Geschichts-schreibers », dans Gesammelte Werke, I, Berlin, 1841, p. 3. On note que le mot « imagination » est la traduction de « Phantasie ».

2 Sylvain Gouguenheim, Monique Goullet, Odile Kammerer dir., Retour aux sources. Textes, études et documents d’histoire médiévale offerts à Michel Parisse, Paris, 2004. Un questionnement épistémologique incontournable a été engagé depuis quelques années par Joseph Morsel, tant sur la notion de « sources » que sur cet engouement pour le « retour aux sources » largement revendiqué par la profession : Joseph Morsel, « Les sources sont-elles le “pain de l’historien” », dans Hypothèses 2003. Travaux de l’école doctorale d’histoire de l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne, Paris, 2004, p. 273-286. Id., « Du texte aux archives : le problème de la source », Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, hors série 2, 2009, en ligne : <http://cem.revues.org/document4132.html>.

3 Dans le sillage des réflexions de Joseph Morsel citées à la note précédente et des études menées par Jean-Claude Bonne et Jérôme Baschet pour prendre en compte, au-delà de « l’iconographie » et des figures, la matérialité des « images » médiévales : Jean-Claude Bonne, « Entre l’image et la matière : la choséité du sacré en Occident », dans Jean-Marie Sansterre, Jean-Claude Schmitt dir., Les images dans la société médiévale : Pour une histoire comparée, Turnhout, 1999 (Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, lxix), p. 79-111 ; Jérôme Baschet, « L’image-objet », dans Id., L’iconographie médiévale, Paris, 2008, p. 25-64 (remaniement en profondeur de l’article paru sous le même titre dans Jean-Claude Schmitt et Jérôme Baschet dir., L’image. Fonctions et usages des images dans l’Occident médiéval, Paris, 1996 (Cahiers du Léopard d’or, 5), p. 7-26.

4 Le manuscrit est bien connu. Il a été souvent cité et il a fait l’objet d’une étude très attentive à la fin du XIXe siècle. J’ai consulté les travaux suivants : A[uguste] Benoit, « Notice sur un obituaire de la cathédrale de Chartres qui se trouve à la Bibliothèque de Saint-Étienne », Bulletin du bibliophile, 6e série, 13, 1844, p. 1039-1044 ; Auguste Molinier, Les obituaires français au Moyen Âge, Paris, 1890, p. 172-173, no 101 ; Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements, t. xxi, Paris, 1893, Saint-Étienne, p. 264-265 ; René Merlet et Abbé Alexandre Clerval, Un manuscrit chartrain du XIe siècle, Chartres, 1893 ; Jean-Loup Lemaître, Répertoire des documents nécrologiques français, Obituaires, t. vii-i, Paris, 1980, p. 463-464, no 899. On trouve une description précise du contenu du manuscrit dans ce dernier ouvrage, mais seul celui de Merlet et Clerval étudie l’ensemble des pièces.

5 Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 1, dataient le manuscrit des années 1026-1028 sur la base des noms inscrits dans la première couche de l’obituaire, qui correspondent à des personnages morts avant 1026. L’obit de l’évêque Fulbert (f. 108v) serait selon eux écrit d’une autre main, ce qui permettrait de supposer que le manuscrit ait été terminé avant sa mort, le 10 avril 1028. Je ne suis pas d’accord avec cette interprétation. L’écriture de l’obit de Fulbert présente exactement les mêmes traits que celles des autres entrées de la couche primitive de l’obituaire. La date (iiii. idus aprilis) est notée à l’encre bleue par la même main que toutes les autres dates qui sont écrites à l’encre rouge. Il me semble qu’il s’agit là d’un argument de poids qui plaide pour une rédaction de l’obituaire peu après la mort de Fulbert, cet événement ayant probablement constitué un déclencheur pour la composition de cette œuvre mémorielle dans laquelle on a pris soin de distinguer visuellement la date de la mort de l’évêque.

6 Ils ont déjà été étudiés et reproduits par Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 47-55, mais selon une perspective différente de la nôtre. Les inscriptions des deux folios ont été récemment étudiées : Edina Bozoky, « Le culte de sainteté de Fulbert », dans Michel Rouche dir., Fulbert de Chartres, précurseur de l’Europe médiévale ?, Paris, 2008, p. 173-187 (ici p. 173-175, 186). Cette étude a le mérite de rassembler l’essentiel des éloges, obits et épitaphes en l’honneur de Fulbert, tout en leur ajoutant ceux rédigés ultérieurement au Moyen Âge et à l’époque moderne. En revanche, elle ne prend pas en considération la matérialité des manuscrits ni les relations entre les textes et les images comme nous souhaitons le faire ici.

7 Toutes les transcriptions présentées dans le présent article sont fondées sur les manuscrits et non sur les éditions précédentes. Les traductions proposées ici présentent quelques modifications par rapport à celles qui ont déjà été publiées, notamment par Bozoky, « Le culte de sainteté… », et partiellement par Alexandre Clerval, Les écoles de Chartres au Moyen Âge. Du Ve au XVIe siècle, Chartres, 1895 (Mémoires de la Société archéologique d’Eure-et-Loir, xi), p. 32-33.

8 L’abréviation pour noster est N R T avec un tilde au-dessus du R et du T.

9 Le parchemin est troué après la lettre L de latronum, mais on peut restituer les lettres manquantes grâce à l’obit de Fulbert dans le même manuscrit, Chartres NA4, f. 108v, qui reprend la même formule, et grâce à une transcription de l’inscription dans la marge du folio 33, dont l’écriture semble du XVe siècle.

10 Ces lettres sont aujourd’hui illisibles et elles n’ont pas été transcrites dans la marge au XVe siècle. Bien que partiellement effacées, elles étaient encore lisibles à la fin du XIXe siècle et je les restitue grâce à la transcription de Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 49.

11 L’ensemble de l’inscription du tumulus peut se traduire de la manière suivante : « Ce jour migra au Seigneur notre Père de bonne mémoire, Fulbert, gloire des pontifes de son époque, splendide lumière donnée par Dieu au monde, bienfaiteur des pauvres, consolateur des affligés, obstacle aux brigands et aux larrons, homme très éloquent tant dans les livres divins que dans tous ceux des arts libéraux, qui, pour la restauration de ce saint temple, qu’après l’incendie il entreprit lui-même de réédifier depuis ses fondements, céda une grande partie de son or et de son argent, et illumina ce lieu avec les rayons de sa science et de sa sagesse, et fit beaucoup de bonnes choses pour ses clercs. Le plus grand des clercs de Fulbert, du nom de Sigon, a fait peindre ceci par les mains d’André de Micy. Que l’unique espoir de ce monde leur donne le repos du paradis. »

12 OCTO est écrit au-dessus de la ligne. « Pasteur vénérable, il a élevé les brebis du Seigneur pendant quatre fois cinq ans, dix mois et huit autres mois. »

13 Le manuscrit est rythmé par trois couleurs, le rouge, le bleu et le vert, avec lesquelles sont tracées deux lettrines végétalisées en ouverture du martyrologe (f. 9r-v), les rubriques du calendrier et les initiales de chaque paragraphe (où les trois couleurs alternent). Le début de chaque mois du martyrologe est précédé de deux dessins à l’encre noire parfois rehaussés de rouge qui présentent avec une grande originalité les signes du zodiaque et les occupations mensuelles (f. 12v, 19v, 25v, 31r, 40r, 47v -48r, 54v -55r, 62r, 70r, 77r, 84r, 90v). Ces dessins ont été étudiés : Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 9-23 (avec la reproduction de tous les dessins) ; Léon Pressouyre, « “Marcius Cornator ”. Note sur un groupe de représentations médiévales du mois de mars », Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, 77/2, 1965, p. 395-473 (ici p. 459-61) ; François Avril, « Andrea da Micy », dans Giuseppe Alessi dir., Enciclopedia dell’arte medievale, t. i, Rome, 1991, p. 612-614.

14 Paris, BnF lat. 14167, parchemin, 195 x 140 cm. Le manuscrit compte 88 folios, répartis en onze cahiers, tous des quaternions, sauf le septième, de dix feuillets, et le dixième, de six. Les pages comptent de 20 à 27 lignes. La reliure date du XVIIe siècle. Dans son état actuel, le manuscrit a perdu plusieurs feuillets. Les anciens folios 89-90 et 95-96 en ont été retirés et sont maintenant reliés dans un manuscrit composite confectionné au XVIe siècle – Paris, BnF lat. 2872 –, où ils forment les folios 25-28. Le manuscrit est décrit par Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 50-51 ; Marie-Thérèse Vernet, « Notes de Dom André Wilmart † sur quelques manuscrits latins anciens de la Bibliothèque Nationale de Paris », Bulletin d’information de l’Institut de recherche et d’histoire des textes, 6, 1957, p. 7-40 (ici p. 22-25) ; Charles Samaran et Robert Marichal, Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, t. iii : Bibliothèque Nationale, fonds latin (no 8001 à 18613), Paris, 1974, t. i, p. 660 ; Frederick Behrends, The Letters and Poems of Fulbert of Chartres, Oxford, 1976, p. xlii-xlv ; Juliette Clément, « Fulbert de Chartres, œuvres, correspondance, controverse, poésie », dans Michel Rouche dir., Fulbert de Chartres…, p. 121-125 (ici p. 122). La description codicologique du manuscrit provient de l’ouvrage de Frederick Behrends.

15 Behrends, The Letters and Poems…, p. xlii. Mon propos n’étant pas l’étude codicologique et paléographique de ce manuscrit, je me bornerai à une seule remarque sur les trois premiers folios, les seuls qui nous intéresseront par la suite. L’écriture est en effet différente de celle des folios suivants, en particulier par la taille des lettres qui est plus petite, mais l’hypothèse d’un changement de main me semble peu fondée dans la mesure où il n’y a pas de rupture dans le texte entre le recto et le verso du folio 3.

16 La partie entre crochets est suscrite. « Lettres de salutation du seigneur Fulbert, évêque de Chartres, et plusieurs compositions et vers. »

17 J’en donne ici une transcription fondée sur le manuscrit qui diffère sensiblement des éditions antérieures.

18 Paris, BnF lat. 14167, f. 1. Éd. Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 51-52; Loren C. Mackinney, Bishop Fulbert and Education at The School of Chartres, Notre Dame (Ind.), 1957 (Texts and Studies in the History of Mediaeval Education, vi), Appendix 11, p. 57.

19 « Le dernier des clercs de Fulbert, du nom de Sigon, a fait peindre ceci par la main d’André de Micy. Que l’unique Espoir de ce monde leur donne le repos du paradis. Voilà à quoi il s’appliqua : dès sa jeunesse, il instruisit de nombreux disciples dans les sept arts dans lesquels il fut lui-même très appliqué ; pasteur vénérable, il a élevé les brebis du Seigneur pendant quatre fois cinq ans, dix mois et huit autres mois ; les infirmes, les dénudés, les assoiffés, les affamés, il s’est appliqué à les faire voir, à les vêtir, à les abreuver, à les nourrir. »

20 Paris, BnF lat. 14167, f. 1.

21 Il a été préalablement édité dans Patrologia Latina [PL] 141, 165D ; Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 52, n. 2 ; Mackinney, Bishop Fulbert…, Appendix 12, p. 58 (avec traduction anglaise p. 37) ; Behrends, The Letters and Poems…, Appendix A, p. 272.

22 « L’année de l’Incarnation du Seigneur 1028, le 4 des ides d’avril, est mort notre Père, cher à Dieu et aux hommes, de vénérable mémoire, Fulbert, gloire des pontifes de son époque, splendide lumière donnée par Dieu au monde, bienfaiteur des pauvres, consolateur des affligés, obstacle aux brigands et aux larrons, homme très éloquent et très intelligent tant dans les livres divins que dans tous ceux des arts libéraux, qui, pour la restauration du saint temple de son diocèse, qu’après l’incendie il entreprit lui-même de réédifier depuis ses fondements, céda une grande partie de son or et de son argent, et illumina ledit lieu avec les rayons de sa science et de sa sagesse, et fit beaucoup de bonnes choses pour ses clercs. »

23 Chartres NA4, f. 33. Les variantes sont signalées en gras ; les mots entre crochets sont absents de cette version : « Hac die migrauit ad dominum, pater noster, bonae memoriae, Fulbertus, suae tempestatis pontificum decus, preclara lux mundo a Deo data, pauperum sustentator, desolatorum consolator, predonum et latronum refrenator, uir eloquentissimus [et sapientissimus] tam in diuinis quam in omnium liberalium artium libris, qui ad restaurationem huius sancti templi quod ipse post incendium a fundamento reedificare ceperat, bonam partem auri sui et argenti reliquit, et disciplinae ac sapientiae radiis hunc locum illuminauit, et clericis suis multa bona fecit ».

24 Chartres NA4, f. 108v. Les variantes sont signalées en gras : « iiii. Idus aprilis. Obiit dilectus Deo et hominibus, pater noster, bonę memorię Fulbertus, huius sanctę sedis episcopus, lux preclara mundo a Deo data, pauperum sustentator, desolatorum consolator, predonum et latronum refrenator, uir eloquentissimus et sapientissimus tam in diuinis quam in omnium liberalium artium libris, qui ad restaurationem huius sancti templi, quod ipse post incendium a fundamento reedificare cęperat, bonam partem auri sui et argenti reliquit, et disciplinę ac sapientię radiis hunc locum illuminauit, et clericis suis multa bona fecit ». Cette version a été éditée par Eugène de Lépinois et Lucien Merlet, Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, t. iii, 1re partie, Chartres, 1864, p. 1-226 (ici p. 85) ; Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 159 ; Auguste Molinier et Auguste Longnon, Obituaires de la province de Sens, t. ii : Diocèse de Chartres, Paris, 1906 (Recueil des Historiens de la France. Obituaires, ii), p. 10.

25 Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 52, n. 2; Behrends, The Letters and Poems…, App. A, p. 272.

26 On note trois variantes entre les deux versions du martyrologe-obituaire. 1. L’inscription du tumulus (f. 33) présente Fulbert comme « la gloire des pontifes de son époque » (suae tempestatis pontificum decus), alors que la formule de l’obituaire (f. 108v) le nomme simplement « l’évêque de ce saint siège » (huius sanctę sedis episcopus). C’est la version du tumulus, nettement plus élogieuse, qui a été retenue par le scribe de Saint-Père. 2. L’ordre de deux mots a été inversé : preclara lux (tumulus) et lux preclara (obituaire), sachant qu’ici c’est la version de l’obituaire qui est suivie par le scribe de Saint-Père. 3. La troisième variante est sans doute redevable à un oubli. Fulbert est qualifié de uir eloquentissimus et sapientissimus dans l’obituaire de la cathédrale (f. 108v) et dans le manuscrit de Saint-Père, alors que l’inscription du tumulus (f. 33) omet et sapientissimus.

27 Le statut de Sigon est précisé dans la notice qui lui est consacrée dans l’obituaire de la cathédrale de Chartres, Chartres NA4, f. 116v (ajout postérieur à la rédaction primitive) : « v idus iulii. Obiit Sigo leuita, sapientia clarus uitaque uenerandus, cantor huius sanctae matris aecclesiae nominatissimus, ammirandi presulis Fulberti, dum terris exularet, fidus a secretis ; post, ut datur cerni, tumulator liberalis ».

28 Paris, BnF lat. 14167, f. 1-1v. L’épitaphe a été publiée de nombreuses fois. Sans être exhaustif: Gallia Christiana, t. viii, Paris, 1744, col. 1116-1117; PL 141, 166A; Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 53, n. 1; Mackinney, Bishop Fulbert…, Appendix 12, p. 58-59; Behrends, The Letters and Poems…, App. A, p. 272 ; Bozoky, « Le culte de sainteté… », p. 177 (avec traduction française).

29 « Commence l’épitaphe. Celui qui, à toi, Chartres, a accordé la source de bonté, éminent fleuve des deux sciences, astre des pontifes, Fulbert, brillant par ses actes, continuel vêtement et subsistance pour les pauvres, gît ici, enfermé, poussière redevenue poussière, et attendant de ressusciter avec les autres. Cultivateur des vertus, destructeur des vices, avec l’aide de Dieu, il se distingua dès l’enfance. Durant deux fois dix ans plus un et demi, Vierge Marie, il dirigea ton église. Phébus était entré dans le [signe du] Taureau depuis sept jours lorsqu’il quitta le peuple affligé. Fin. » L’épitaphe a également été copiée dans un autre manuscrit du XIe siècle provenant de Saint-Père de Chartres, dont il ne subsiste aujourd’hui qu’un fragment : Paris, BnF lat. 17177, f. 69v. Sous cette cote, les bibliothécaires de la Bibliothèque nationale ont rassemblé des fragments de plusieurs manuscrits du XIe siècle auxquels ils ont donné une foliotation continue. Le fragment qui nous concerne est constitué d’un feuillet double (f. 68-69). La première page (f. 68r) est illisible. Les trois suivantes portent la transcription d’éloges versifiés et des épitaphes de l’évêque de Chartres Thierry (m. 1048/1049), des abbés de Saint-Père Gisbert (m. c. 1004), Arnoul (m. 1033) et Landri (m. 1069), ainsi que des essais d’écriture et un petit dessin d’une tête d’homme. Il s’agit sans doute des derniers folios d’un manuscrit disparu dont il m’est impossible de préciser le contenu.

30 Chartres, B. M. 1037, obituaire de Saint-Père de Chartres (non vidi), cité par Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 49, n. 3 (p. 50). « Le seigneur Fulbert, évêque de Chartres, est mort. Il repose devant l’autel majeur et nous a donné de précieux trésors. »

31 Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 53-54.

32 Behrends, The Letters and Poems…, p. xliii.

33 André de Micy (ou de Saint-Mesmin, provenant de l’abbaye de Saint-Mesmin de Micy, non loin d’Orléans) figure dans les répertoires des artistes médiévaux comme l’auteur des enluminures des folios 33 et 34 du manuscrit Chartres NA4 : John W. Bradley, A Dictionary of Miniaturists, Illuminators, Calligraphers, and Copyists, t. ii, London, Bernard 1887, p. 317 ; Paolo D’Ancona et Erhard Aeschlimann, « Andrea Miciacensis », dans Dictionnaire des miniaturistes du Moyen Age et de la Renaissance dans les différentes contrées de l’Europe, 2e éd., Milan, 1949, p. 8 ; Avril, « Andrea da Micy », dans Alessi dir., Enciclopedia… ; Ursula Winter, « Andreas Miciacensis », dans Saur Allgemeines Künstler Lexikon. Die Bildenden Künstler aller Zeiten und Völker, t. 3, Munich/Leipzig, 1992, p. 581 ; Patricia Stirnemann, « Chartres : Miniatura », dans Alessi dir., Enciclopedia…, t. IV, Rome, 1993, p. 663-664.

34 Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 54, suivi par Behrends, The Letters and Poems…, p. xliii-xliv. Merlet et Clerval supposent que les enluminures se trouvaient dans l’ordre évoqué dans l’éloge versifié, soit : 1. le tumulus avec le colophon (f. 33rv). 2. une image de Fulbert enseignant (disparue). 3. Fulbert pasteur (f. 34r). 4. Fulbert dans ses fonctions caritatives (disparue). Étant donné que le verso du folio 34 est vierge, cette hypothèse implique que les images 2, 3 et 4 ne se soient trouvées que sur le recto des folios, les versos restant vierges.

35 F[ernand] de Mély, Les Primitifs et leurs signatures, Paris, 1913, p. 8 : « Vers 1029. À quelques années de distance, l’Epistola Fulberti (BnF lat. 14167) nous révèle le nom d’un artiste dont malheureusement les miniatures ont été enlevées. Les onglets qu’on voit aux folios xxxvii et lv nous montrent la place qu’elles occupaient. C’est probablement leur disparition qui a fait considérer André de Micy comme un simple copiste, quoiqu’il ait cependant parfaitement signé pinxit et non scripsit. » Il existe bien des onglets dans le manuscrit BnF lat. 14167, mais pas seulement où F. de Mély les a indiqués. J’en ai repérés entre les folios xxxvi et xxxvii (onglet collé sur le folio xxxviv) et entre les f. liii-liv et liv-lv (onglets collés aux folios liiiv et livv). Mais de là à imaginer que les enluminures ont été découpées de ces folios, il y a un pas infranchissable du fait de la taille des manuscrits. Le latin 14167 est bien plus petit que le ms. Chartres NA4 : 195 x 140 mm pour le premier et 260 × 165 mm pour le second. Si les miniatures provenaient du premier manuscrit, elles auraient une taille très nettement inférieure aux autres folios, ce qui n’est pas le cas.

36 Cette hypothèse a été posée par Marie-Thérèse Vernet, suivie par Charles Samaran et Robert Marichal, puis Frederick Behrends, dans les travaux cités supra n. 13.

37 Cette datation a été récemment remise en cause par Claude Génin, Fulbert de Chartres (vers 970-1028). Une grande figure de l’Occident chrétien au temps de l’an mil, Chartres, 2003, p. 92, n. 93, puis p. 162-163, selon lequel l’image « daterait en fait du XIVe siècle ». Pour étayer cette hypothèse, Claude Génin s’appuie sur un article d’Anne Prache, « L’influence de la cathédrale de Fulbert sur l’art roman », dans Enseigner le Moyen Âge à partir d’un monument : la cathédrale de Chartres. Le Temps de Fulbert. Actes de l’Université d’été du 8 au 10 juillet 1996, Chartres, 1996, p. 129-133 (rééd. sous le titre : Le temps de Fulbert. Fulbert et l’école de Chartres, Chartres, 2006, ici p. 157-163). Anne Prache est cependant loin d’être aussi hardie que l’écrit Claude Génin. Son propos est d’invalider l’utilisation de l’image pour reconstituer la cathédrale au temps de Fulbert, sous prétexte que « lors de la restauration qui en a été faite récemment [du manuscrit Chartres NA4], on s’est aperçu que le feuillet enluminé a été inséré après coup dans l’ouvrage. La représentation de Fulbert dans la cathédrale paraît beaucoup plus récente et ne peut donc être utilisée pour restituer l’édifice roman. » Anne Prache semble ignorer que dès la fin du XIXe siècle René Merlet s’était aperçu de la dissociation des folios enluminés par rapport au manuscrit. Elle ne justifie pas l’affirmation selon laquelle l’image « paraît beaucoup plus récente » et ne donne aucune balise pour la dater ; d’ailleurs, je ne vois pas très bien quel argument sérieux pourrait être évoqué pour dater cette image au-delà du XIe siècle, et je renvoie à ce sujet aux analyses sérieuses de François Avril et Patricia Stirnemann citées supra n. 33. Génin, Fulbert de Chartres…, p. 163, convoque dans un deuxième temps les travaux de G. Bonnebas, professeur à l’IUFM d’Orléans-Tours, qui prépare une thèse intitulée Les images des paysans et des paysannes à Chartres du IXe au XVIe siècle. Représentations, fonctions et usages. Selon cet auteur, le personnage désigné par l’inscription Fubelt. episc. ne serait pas Fulbert, mais l’abbé de Saint-Père Guillaume Desjardins, élu au milieu du XIVe siècle. L’argumentation, qui repose avant tout sur une lecture différente de l’inscription Fubelt. episc. et sur celle du titulus de l’image est inconsistante et il est inutile d’en faire davantage de cas.

38 L’image de Fulbert dans sa cathédrale est devenue si célèbre qu’elle illustre très souvent les ouvrages consacrés à Chartres au XIe siècle. Elle est reproduite quasi systématiquement seule, hors de son contexte et parfois sans même la mention de la cote du manuscrit. Merlet et Clerval restent les seuls à avoir étudié l’image dans son contexte. Cela étant, une telle démarche n’est pas propre à cette image. C’est en effet une pratique des plus courantes – et des plus dommageables – de ne reproduire, dans les ouvrages d’histoire de l’art et, bien souvent, dans les bases iconographiques en ligne, que les pages qui portent des enluminures et non « l’ouverture » de la double page telle qu’elle se présente lorsque l’on consulte réellement le manuscrit. On mesurera les profits que l’on peut tirer d’une reproduction et d’une observation attentive de ces « ouvertures » avec le très bel article de Jeffrey Hamburger, « Openings », dans Constant Mews dir., Imagination, Books and Community in Medieval Europe : A Conference at the State Library of Victoria (Melbourne, Australia), 29-31 May, 2008, Melbourne, 2009.

39 Selon la chronique d’Angers dite « de l’Évière » (chronicon Andegavense) transcrite dans un manuscrit du milieu du XIe siècle provenant de La Trinité de Vendôme : Anno mxxxvii. Dedicatio sanctæ matris Ecclesiæ Carnotensis sancta est xvi kalendas novembris. dans Jean Bouquet éd., Recueil des Historiens des Gaules et de la France, t. xi, Paris, 1876, p. 29, et Ibidem, t. x, p. 176, pour la description du manuscrit.

40 Daniel Russo, « O altar a Igreja. Reflexões acerca da tematicá do altar na iconografia cristá (final do século X – começo do século XI) », Signum. Revista da ABREM (Associação Brasileira de Estudios Medievais), 6, 2004, p. 89-103 (à propos des images du bénédictionnaire d’Aethelwold et de l’image du bâtiment ecclésial abritant la communauté, à la fin du manuscrit) ; Dominique Iogna-Prat, La Maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge (v. 800 - v. 1200), Paris, 2006, p. 315-323 (sur le développement des images du bâtiment ecclésial pour représenter l’Ecclesia).

41 Le premier à s’être livré à l’exercice est l’archiviste d’Eure-et-Loir René Merlet qui a pris soin d’articuler les données des fouilles archéologiques qu’il a menées dans la crypte de la cathédrale dans les années 1890-1905 à l’image du martyrologe. Outre une dizaine d’articles publiés entre 1892 et 1906 au sujet de la crypte, du puits des Saints-Forts et des parties les plus anciennes de la cathédrale, il a surtout utilisé l’enluminure pour reconstituer la cathédrale de Fulbert dans Merlet et Clerval, Un manuscrit chartrain…, p. 55-77, puis René Merlet, La Cathédrale de Chartres, Paris, 1910 (Petites monographies des grands édifices de la France), p. 12-18. Les reconstitutions de R. Merlet à partir de cette image ont été reproduites très souvent et parfois critiquées dès le début du XXe siècle. Parmi les critiques les plus constructives, on retiendra celles de Harry H. Hilberry, « The Cathedral at Chartres in 1030 », Speculum, 34, 1959, p. 561-572 (qui maintient néanmoins une lecture littérale de l’image) et surtout John Ottaway, « Chartres (Eure-et-Loir), cathédrale Notre-Dame », dans Xavier Barral i Altet dir., Le paysage monumental de la France autour de l’an mil, Paris, 1987, p. 271-273, qui considère l’image comme la représentation d’un projet plutôt que d’un édifice existant. Pour un panorama synthétique des recherches archéologiques dans la crypte de la cathédrale et des reconstitutions de l’édifice construit par Fulbert, on se reportera à Christian Sapin et François Hébert-Suffrin, « Les cryptes de Chartres », dans M. Rouche dir., Fulbert de Chartres…, p. 285-300 (ici p. 291-294).

42 Alain Erlande-Brandenburg, « La cathédrale de Fulbert », dans Enseigner le Moyen Âge…, p. 121-128 (rééd. p. 147-156).

43 Sapin et Hébert-Suffrin, « Les cryptes… ».

Table des illustrations

Légende Ill. 1. Ms. Chartres, B.M. Nouv. Acq. 4, f. 32v -33r.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7466/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Ill. 2. Ms. Chartres, B.M. Nouv. Acq. 4, f. 33v -34r.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7466/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende Ill. 3. Ms. Chartres, B.M. Nouv. Acq. 4, f. 34r (détail).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7466/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Ill. 4. Ms. Chartres, B.M. Nouv. Acq. 4, f. 34r (détail).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7466/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Ill. 5. Ms. Chartres, B.M. Nouv. Acq. 4, f. 34v-35r.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7466/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

Auteur

Professeur d’histoire et d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’Université Laval de Québec depuis 2001. Ses recherches portent principalement sur la place de l’Église dans l’organisation de l’espace et des rapports sociaux dans l’Occident médiéval entre le IXe et le XIIIe siècle. Il a notamment publié Paix et communautés autour de l’abbaye de Cluny, Xe-XVe siècle (Presses universitaires de Lyon, 2001) ; Gratia Dei. Les chemins du Moyen Âge (Fides, 2003) ; le collectif Mises en scène et mémoires de la consécration de l’église dans l’Occident médiéval (Brepols, 2007). Il prépare actuellement un ouvrage sur les figures et les figurabilités du lieu ecclésial aux XIe et XIIe siècles.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter