Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Un évêque réformateur : Gauzelin de Toul (922-962)

Michel Parisse

Texte intégral

  • 1 Gesta episcoporum Tullensium, éd. Georg Waitz, Hanovre, 1848 (Monumenta Germaniae Historica [MGH],(...)
  • 2 Philippe Lauer éd., Annales de Flodoard, Paris, 1906.
  • 3 Le jour de la consécration est rappelé par l’évêque en personne dans l’une de ses chartes.

1 L’évêque de Toul Drogon mourut le 28 janvier 922. Les Gesta episcoporum Tullensium donnent le mois et le jour1, tandis que Flodoard, dans ses Annales, donne l’année 9222. Dans de brefs délais, le roi Charles le Simple s’empressa de mettre sur le siège lorrain devenu vacant un notaire de sa chancellerie nommé Gauzelin (Goslenus, Gauzelinus), lequel fut consacré le dimanche 17 mars de la même année3. Les Gesta ne disent rien du passé de Gauzelin, sinon qu’il fut « nourri » et formé au palais. Il s’agit en l’occurrence du palais du roi de France Charles III le Simple, où notre futur évêque tenait une charge de notaire sous l’autorité de deux chanceliers successifs, Hervé et Roger. Ce faisant, il suivait le chemin fréquemment emprunté par les membres des chancelleries carolingiennes. En cela, Charles le Simple ne dérogeait pas aux pratiques de ses prédécesseurs. Les élections épiscopales étaient souvent des nominations faites par le souverain, suivies d’une acclamation par le clergé et le peuple. S’il avait été ainsi reçu à la cour du roi, c’est que Gauzelin était bien un membre d’une grande famille de l’aristocratie franque.

  • 4 Eduard Hlawitschka, Die Anfänge des Hauses Habsburg-Lothringen. Genealogische Untersuchungen zur G (...)
  • 5 Philippe Lauer éd., Recueil des actes de Charles III le Simple (893-923), Paris, 1949, p. xix. Gau (...)

2Pour en savoir plus à ce sujet, on en est réduit aux hypothèses, car les renseignements précis font défaut. Toutefois, on observera avec Eduard Hlawitschka que Gauzelin pouvait appartenir à une grande famille bourguignonne, originaire de la région de Langres, où les Gauzelin se rencontrent fréquemment4. Grâce aux entrées du Liber memorialis de Remiremont, un tableau généalogique a pu être dressé, où prennent place l’évêque Gauzelin de Langres (vers 923-931) et l’abbé Gauzelin des Saints-Geosmes (vers 935-940), deux membres de la lignée des comtes du Bassigny. Si cette direction de recherche se confirmait, on comprendrait mieux que le roi ait songé à envoyer Gauzelin à Toul, à peu de distance de sa région d’origine. Gauzelin, on l’a dit, était alors au service du roi dans sa chancellerie5 ; c’est à partir de 913 que son nom apparaît régulièrement. Il est possible d’imaginer que ce notaire devint évêque vers l’âge de 25-30 ans ; il allait passer 40 ans à la tête de l’église de Toul, une longévité qui, sans être très rare, n’est tout de même pas si fréquente. Son contemporain sur le siège de Metz, Adalbéron Ier, fut évêque durant 33 ans (929-962), et l’évêque de Verdun Dadon, durant 43 ans (880-923).

  • 6 Robert-Henri Bautier, Les origines de l’abbaye de Bouxières-aux-Dames au diocèse de Toul, Nancy, 1 (...)

3Quand Gauzelin monta sur le siège de Toul, alors que son roi était encore en mesure de pourvoir les sièges épiscopaux, la situation politique entre les royaumes de France et de Germanie était tendue. Pour avoir commis quelques maladresses, le roi Charles III s’attira l’hostilité de l’aristocratie franque, qui lui préféra le chef de la famille robertienne, Robert, le frère du roi Eudes (888-898). Le 29 juin 922, Robert devint roi dans l’église Saint-Remi de Reims. Une guerre était inévitable. Elle éclata l’année suivante et à la bataille de Soissons, si les troupes de Robert furent vainqueurs, ce roi trouva la mort tandis que Charles, dont les soldats avaient été battus, réussit à s’échapper (15 juin 923). Les nobles français ne se tinrent pas pour autant vaincus de leur côté et ils portèrent sur le trône du défunt son gendre, Raoul de Bourgogne. Un mois après la bataille de Soissons, Raoul (Rodolphus), de la famille du duc de Bourgogne, était consacré dans l’abbaye Saint-Médard de cette même ville. Gauzelin se rallia au nouveau roi, qu’il mentionna dans la date d’une précaire touloise datée du 19 septembre 9236.

4Cependant, Charles était isolé ; bientôt, il fut victime d’une ruse du comte Herbert de Vermandois, qui l’emprisonna et lui interdit définitivement de retrouver son trône. Le fidèle Gauzelin suivit l’évolution politique des nobles francs. Son roi véritable fut bientôt Henri Ier, roi de Germanie, élu en 919 et qui attendait son heure pour agir. Henri avait eu successivement la visite des deux rois français, Charles III et Robert, pendant le court moment où ils s’opposaient. Il restait en observation. Raoul, qui prit la place de Robert, son beau-père, ne parut pas vouloir contester à Henri la suprématie sur la Lotharingie, si bien que, dès 923, ce dernier put en entreprendre la conquête, qu’il acheva de mener à bien en 925. L’évêque de Toul, comme ses pairs, se rallia au conquérant. En 927, Gauzelin reçut de lui un privilège qui lui accordait le tonlieu et le comté de Toul ; à Metz, Henri l’Oiseleur imposa pour évêque le chanoine Bennon, mais ne put empêcher les Messins de mutiler le prélat et de le chasser, puis de le remplacer par un aristocrate du cru, Adalbéron. Au même moment, la succession au siège de Verdun fut également chaotique. Cela manifestait bien la convoitise que suscitaient les charges épiscopales, et le rôle qu’elles jouaient dans l’établissement d’un pouvoir politique.

5Les quarante années de l’épiscopat de Gauzelin ne sont pas riches en événements. Il est dominé par son action monastique, la réforme de Saint-Èvre et la fondation de Bouxières ; on rencontre encore notre évêque à l’occasion de tel ou tel concile, mais il n’a laissé aucune charte pour la deuxième moitié de son épiscopat. Ce fils de la cour royale française fut un parfait évêque de l’Église germanique ; bon gestionnaire, il eut le souci d’enrichir son évêché, comme les Gesta le disent. Il mourut, âgé, le 7 septembre 962, et les chanoines allèrent à Cologne demander à l’archevêque Brunon, qui était aussi en charge de la Lotharingie, de lui donner un successeur.

Gauzelin et le mouvement monastique

6Si la dynamique du mouvement de réforme monastique dans les années 930-940 ne fait pas de doute, si les évêques de Toul et de Metz sont associés aux clercs et aux moines à cette occasion, il n’en reste pas moins que la chronologie des événements est parfois bien difficile à préciser. En effet, les années données par les Annales ne sont pas toujours très sûres et les documents diplomatiques, souvent falsifiés, proposent des dates incertaines. Il convient donc de procéder à un examen raisonné des sources.

  • 7 Annales sancti Benigni divionensis, éd. Georg Waitz, Hanovre, 1844 (MGH, Scriptores V), p. 40.
  • 8 Annales de Flodoard, p. 60.
  • 9 Annales sancti Maximini Treverensis, éd. Georg Heinrich Pertz, Hanovre, 1841 (MGH, Scriptores IV), (...)
  • 10 Michel Parisse, « L’abbaye de Gorze dans le contexte politique et religieux lorrain à l’époque de (...)
  • 11 Miracula sancti Bercharii ou De diversis casibus Dervensis monasterii, éd. Jean Mabillon, AASS OSB(...)
  • 12 « 14. ordinationis suae anno, nutu Dei, regulam sancti Benedicti huius regni habitatoribus omnibus (...)

7L’année 934 est un repère sûr. Deux sources concordent pour en faire le début de la réforme. Les Annales de Saint-Bénigne de Dijon, très au fait de ce qui se passe en Lorraine, datent la conversio monachorum sancti Apri de cette année-là7. Flodoard, dans ses Annales, note à la même année : « Religio regulae monachorum in quibusdam monasteriis per regnum Lothariense reparatur8. » C’est encore en 934 qu’aurait eu lieu la conversio monachorum sancti Maximini9 à Trèves. Après une étude serrée des dates et des mentions, nous sommes parvenu à la conclusion que l’entrée des clercs rénovateurs à l’abbaye de Gorze avait eu lieu au printemps de 93410. Tout cela concorde donc. Une autre information semble pouvoir être retenue : l’envoi de moines toulois de Saint-Èvre à l’abbaye de Montier-en-Der en 935, selon un texte champenois11. Une contradiction nous vient des Gesta des évêques de Toul, qui datent de la quatorzième année du pontificat de Gauzelin la réforme de Saint-Èvre12, ce qui nous amènerait en 935. Mais on ne peut faire fond sur cette donnée d’un auteur très postérieur aux événements qu’il rapporte, et qui place en outre la mort du même évêque dans la 44e année de son épiscopat au lieu de la 40e.

  • 13 « In militari studio vir quam maxime strenuus. » – Gesta episcoporum Tullensium…, c. 32, p. 639.
  • 14 Voir le texte des Gesta à la fin de l’annexe.
  • 15 Bautier, Les origines…
  • 16 Ibidem, p. 11-18.
  • 17 Ibidem, n° 3, p. 67. Voir plus loin le dossier diplomatique.
  • 18 Jean de Saint-Arnoul, La Vie de Jean, abbé de Gorze, trad. Michel Parisse, Paris, 1999.

8La date de la fondation de l’abbaye de Bouxières n’est pas précisée dans le récit qu’en font les Gesta toulois. La relation merveilleuse d’une chasse qui conduit un soldat13, nommé Hardrade et frère de l’évêque, à une église disparue, fait partie des lieux communs hagiographiques14. Robert-Henri Bautier a consacré un important travail aux débuts de cette abbaye15 ; ses conclusions sont malheureusement devenues caduques, car il ignorait un acte authentique récemment retrouvé, dont il sera question plus loin16. Cet acte est daté du 13 janvier 938 ; c’est aussi la date qu’il faut désormais retenir pour la fondation de Bouxières. L’affaire n’est pas close pour autant : les inventaires modernes de Bouxières conservent le souvenir d’un acte sur parchemin aujourd’hui perdu, donné par l’évêque Gauzelin en faveur des religieuses à une date bien antérieure à celle de la fondation, puisque la donation, faite par l’évêque, d’un espace de 40 perches autour de l’église Sainte-Marie pour y élever des maisons et y établir un cimetière, aurait eu lieu sous le règne du roi Henri – donc avant 936 –, le 8 mars de l’année 93517. La question est alors la suivante : est-il plausible que cet acte de donation soit de deux ou trois ans antérieur à la charte de fondation de Bouxières ? On pourra répondre qu’il n’est pas impossible que l’acte de Gauzelin ait eu comme destinataire un groupe informel de religieuses, et qu’il ait sanctionné une donation préliminaire à une fondation. On oublie trop souvent que celles-ci ne surgissent pas du néant et qu’elles sont l’aboutissement d’un processus de recherche qui peut être assez long ; une comparaison avec la fondation de Gorze, telle qu’elle est relatée dans la Vie de Jean de Gorze, pourrait être un point de comparaison18.

  • 19 La charte de Frotaire est reproduite dans la Gallia christiana, t. XIII, instr. col. 447-449. L’au (...)
  • 20 C’est ce qui ressort des Miracles de Berchaire : « Tantae postmodum rei celeberrima fama excitus d (...)
  • 21 Gallia christiana, XIII, col. 1974. Michèle Schaeffer éd., Chartes de l’abbaye Saint-Èvre de Toul (...)
  • 22 Ce dernier argument n’est pas rédhibitoire : eût-il cumulé deux abbatiats, qu’il eût pu ne faire m (...)

9Durant cette même période, une réforme importante toucha Saint-Èvre. Cette église, située à peu de distance de la cité, côté sud, existait depuis longtemps, puisque l’évêque Frotaire était censé y avoir introduit une première réforme monastique dans la première moitié du IXe siècle, vers 836 semble-t-il19. Mais la discipline s’était relâchée, et, sans doute à l’instar d’autres abbayes lorraines, les moines y menaient une vie confortable de chanoines. Gauzelin se préoccupa donc de trouver un exemplaire fiable de la règle de saint Benoît, qui leur servirait de guide. Selon la tradition, il se rendit à Fleury-sur-Loire, y rencontra l’abbé Archambaud et en revint avec un texte de la règle et avec des coutumes20. De retour à Toul, il plaça à la tête des moines un abbé également appelé Archambaud, qui a de grandes chances d’être le même que l’abbé de Fleury. Quoi qu’il en soit, Archambaud reste à la tête de l’abbaye au moins jusqu’en 94521. Le 31 mai 942, il relate une donation de la comtesse Ève en se qualifiant seulement d’abbé de Saint-Èvre22.

10Gauzelin fut donc étroitement mêlé au mouvement lotharingien de réforme monastique. Étant donné la démarche qu’il fit en direction de Fleury, on est même conduit à penser qu’il y joua un rôle moteur. Il ne pouvait pas rester étranger à l’action du petit groupe formé autour du chancelier toulois Anstée et du clerc Jean de Vandières, qui s’établirent à Gorze en 934. On remarquera cette particularité : le mouvement gorzien est enraciné à Toul, où les animateurs se retrouvent régulièrement, mais c’est près de Metz que les Toulois obtiennent un point de chute, au moment même où Saint-Èvre revit. On ne peut pourtant pas pousser très loin le rapprochement entre la réforme de Saint-Èvre et le mouvement messin de Gorze qui, entre autres, ne semble pas avoir manqué d’un exemplaire de la règle de saint Benoît, contrairement à ce que l’on vient de voir pour Gauzelin. On notera aussi que la question se pose des liens entre Metz, Toul et Trèves, puisque Saint-Maximin redémarra exactement au même moment.

  • 23 Diplôme de Louis IV roi de France. Voir encore Bruno Saint-Sorny, Léon IX et la réforme touloise, (...)
  • 24 Acte du 15 octobre 982, édité par dom Calmet, Histoire de la Lorraine, 1re éd., t. IV, preuves, co (...)

11Gauzelin ne fut pas étranger non plus à la réforme de Saint-Remi de Reims en 945 et à celle de Saint-Martin d’Autun en 94923. À cette même époque, l’évêque de Toul suivait de près les événements de la province de Reims et il assista au concile d’Ingelheim en 948. Passée l’année 950, Gauzelin ralentit son activité, sans doute sous l’effet de l’âge. Pourtant, c’est à lui qu’il faut encore attribuer la fondation de la seconde abbaye touloise, Saint-Mansuy. C’est ce qui ressort d’un acte donné à cette abbaye par l’évêque Gérard : « Nous avons trouvé un monastère de notre diocèse, fondé depuis longtemps, commencé par notre prédécesseur mais laissé inachevé ; brûlant du désir de le restaurer pour obtenir une récompense éternelle, nous avons cherché comment nous pourrions réformer convenablement ce monastère24. » On en déduira que l’église Saint-Mansuy, où reposait le corps du premier évêque de Toul, au nord de la cité, fut destinée par Gauzelin à accueillir des moines, mais que l’affaire ne fut pas menée à son terme de son vivant.

Le temporel de l’évêché

  • 25 Malgré plusieurs études réalisées sur le temporel toulois il est malaisé d’identifier avec certitu (...)

12Gauzelin prit une part importante à l’entretien et à l’enrichissement du temporel de son église. Les Gesta en donnent plusieurs illustrations, qu’on peut classer ainsi25 :

  1. Achats : à Angelbert ; un alleu à Boucq ( ?) ; à Folmar ; une forêt dans la Brieri valle.
  2. Échanges : Gauzelin donne à son collègue de Langres l’abbaye de Varennes sur Amance, sise dans le diocèse voisin et en reçoit des biens lingoniens à Bauzemont, Ursacavilla et Seionz.
  3. Donations : du comte Roger (de Bassigny), Ambleville en Ornois ; de la comtesse Ève du Chaumontois, Aingeray et Molzay au bord de la Moselle, tout ou partie de Girauvoisin, Nordallivadum, Bicqueley, Raville, Sionne, Blaise, Rameivilla (Rainville) ; d’Angelram deux manses à Port, d’Hunon, neveu du précédent l’église de Blainville.
  4. Privilèges royaux : Otton Ier donne à Toul l’abbaye de Moyenmoutier, dont l’avouerie revient au duc. Il était prévu qu’à la mort du duc Frédéric, cet établissement serait entièrement sous la dépendance de l’évêque ; ce ne fut pas le cas. D’autres privilèges furent reçus du souverain : le tonlieu (et le comté) de la cité auprès d’Henri Ier, des biens à Gondreville du même roi.
  5. Des abbayes : Gauzelin affirma sa mainmise sur plusieurs communautés religieuses d’intérêts divers, le groupe de Poulangy, Varennes et Enfonvelle, Bonmoutier dans les Vosges, Montier-en-Der en Champagne.

13Ce sont les affaires touchant les abbayes qui prennent la plus grande place dans la gestion.

Conclusion

14Les évêques ont joué un rôle important dans la réforme monastique lotharingienne du Xe siècle. Si Adalbéron Ier de Metz est le plus souvent cité en raison de la notoriété de Gorze et de sa réforme, on ne saurait sous-estimer pour autant l’activité et les initiatives d’hommes comme Gauzelin de Toul et Wigfrid de Verdun, auxquels s’ajoutent naturellement Richer et Hugues de Liège. L’évêque est alors un homme soumis au souverain. Gauzelin a été notaire au service de la chancellerie de Charles le Simple avant d’être porté au siège de Toul. Il s’est rallié tout naturellement aux successeurs de Charles, à Raoul de Bourgogne d’abord, puis à Henri l’Oiseleur. Sa fidélité ne pouvait que profiter à sa propre carrière et au destin de sa cité. Gauzelin connaissait les grandes abbayes françaises et il ne dut sans doute pas hésiter longtemps avant d’aller chercher la règle bénédictine à Fleury. Il rétablit la vie monastique à Saint-Èvre de Toul et l’introduisit dans la communauté féminine de Bouxières. Comme ses prédécesseurs et successeurs, il demeura assez distant à l’égard des abbayes vosgiennes, alors même que le roi ottonien lui en donnait partiellement le contrôle.

  • 26 Gesta…, Waitz éd., p. 639.

15On sait malheureusement trop peu de choses du gouvernement de Gauzelin. Une fois passé le moment de la réforme monastique, il entre dans l’ombre et ses initiatives concernant le temporel de son église sont difficiles à apprécier : le chapitre 31 des Gesta episcoporum Tullensium26, consacré à la présentation de Gauzelin, ne comprend que quelques lignes, où, après des propos hagiographiques convenus, sont mentionnées les fondations de Saint-Èvre et de Bouxières. Le chapitre suivant relate la fondation merveilleuse de Bouxières, et le troisième, après une énumération des biens acquis par l’église de Toul sous son épiscopat, se termine sur la mort de l’évêque.

Annexes

ANNEXE 1. Les actes de Gauzelin

Gauzelin a laissé le souvenir de onze actes, dont trois n’existent plus que sous forme de mention ou d’analyse.

Les actes de précaire

Le premier acte conservé de Gauzelin traite d’une précaire intervenue entre l’archidiacre toulois Angelram et l’église cathédrale (Sainte-Marie et Saint-Étienne)40. La pièce est deux fois plus haute que large (480 × 250 mm). Elle devait être proche des actes que le notaire Gauzelin préparait pour son roi, Charles le Simple. Angelram donne deux manses avec leurs dépendances en toutes choses à Port, puis les reprend augmentés de l’église Saint-Amand de Saizerais avec ses dépendances. On dénombre dix-sept témoins. Siricius expédie l’acte au nom du chancelier Einold (ou Agenold). La date comprend le millésime, la mention du règne du roi Raoul de France (1re année) et de l’épiscopat de Gauzelin (2e année).

La deuxième précaire est proche de la précédente, de dimensions voisines (460 × 310 mm) ; elle met encore en scène Angelram, avec son neveu Hardouin : ceux-ci donnent deux manses à Clérey, puis les reprennent augmentés de cinq manses à Essey. La copie qui nous est conservée ne fait que mentionner l’existence de soixante témoins ; son auteur n’a pas eu le courage de les recopier ni de nous fournir la date41.

Une troisième précaire met en scène la noble dame Herisinde qui donne à la cathédrale des biens à Pixérécourt, un manse un quart dans le Scarponois, et reçoit en compensation un manse dans les murs de la ville de Toul et des manses de Saint-Èvre dans les mêmes localités du Scarponois42. On compte dix-neuf témoins ; l’acte est donné à Toul un 10 juillet, sous le règne de Henri et dans la 10e année de l’épiscopat de Gauzelin. Cette pièce est conservée sous une forme qui peut être l’original. La première ligne est en lettres étirées. Invocation et titulature sont conformes aux autres actes. La mention de chancellerie, en lettres allongées, est coupée par moitié sur toute sa longueur, donnant à comprendre que nous avons là une forme classique de précaire en deux termes superposés copiés sur un seul parchemin qu’on a ensuite partagé en deux. L’écriture n’a pas les caractères diplomatiques de cette époque, mais a des traits livresques.

Les actes pour Saint-Èvre

Le dossier de Saint-Èvre est difficile ; les originaux ont disparu, détruits ou perdus ; la tradition de la plupart des actes se réduit à des copies modernes, des XVIIe et XVIIIe siècles. Les datations s’avèrent souvent incompatibles entre elles. L’acte de refondation lui-même est suspect. Par exemple, il tranche sur les autres actes de Gauzelin par sa grande longueur43. Le texte commence par une adresse très générale, où l’on trouve le terme inhabituel de gubernator pour désigner le prélat. Le notaire mentionné, Humbert, n’est pas connu par ailleurs, et à cette époque le notaire en place est Siricius. La date très longue est remplie d’incohérences : datum V idus octobris, anno episcopatus ejus XIII, ce qui donne 934, indictione VIII, qui convient pour 936, anno ab incarnatione Domini DCCCCXXXVI, enfin anno vero XI Heinrici gloriosi regis, qui donne 930. De ce fatras, on retiendra seulement la mention de la 13e année de l’épiscopat de Gauzelin, car d’après ce qu’on voit ailleurs, c’est la mention la plus fiable, et par conséquent l’année à retenir serait 934. Ce sont ainsi plusieurs éléments qui conduisent à considérer ce texte comme faux ou falsifié. Pour finir, la mention d’un sceau (illisible) donnée par une copie achève de convaincre que l’acte conservé dans les archives de Saint-Èvre avait été ou forgé ou modifié. Un faussaire adroit aurait gardé les formulaires de l’emballage classique d’un acte de Gauzelin. Puisqu’il a inventé le début et la fin, il faut bien admettre qu’il n’y a pas eu de charte de la réforme de Saint-Èvre.

Le 21 décembre 940, Gauzelin donne à Saint-Èvre et à son abbé Archambaud l’église de Colombey44. Nous retrouvons un acte de bonne facture, de longueur moyenne et dont la titulature et la date copient celles des autres actes de l’évêque : « Gauzlinus humilis Leuchorum episcopus, Acta Tullo XI kalendas januarii, regnante Ottone rege, ordinationis nostre anno XVIIIIo ». Quatre colonnes de trente-cinq témoins achèvent l’acte et précèdent la mention du notaire Siricius.

Une dernière pièce concerne Saint-Èvre ; c’est malheureusement une copie mutilée, dont on retient qu’un certain Aderaud a donné à l’abbaye des biens dans le Perthois45. Le copiste était le doyen du monastère Azilus. La date est présentée de façon complexe : « Acta Tullo civitate, in monasterio beati Apri, in concilio plenario ubi lecta fuit, anno VIIIo regnante Ottone rege, XVII. Kalendas novembris ». De façon étonnante, la mention de l’année d’épiscopat fait défaut.

Les actes pour Bouxières

Selon un acte perdu, que mentionnent tous les inventaires de l’abbaye, Gauzelin a donné aux religieuses quarante perches pour établir leurs maisons et un cimetière près d’une chapelle Sainte-Marie, avec les dîmes de l’église Saint-Martin46. La date donnée par l’inventaire est : « octavo die martis, regnante Henrico rege in XIIo anno ». Si on la rapproche du mode attendu de datation, on peut la modifier ainsi : « (Actum Tullo) VIII idus martii, regnante Henrico rege in XIIo anno », à savoir le 8 mars 935. Il faut en effet comprendre XIIo anno ordinationis Gauzlini, car il était habituel de dater les actes des évêques en fonction des années de leur épiscopat, et non d’après celle des souverains. En tout cas, l’acte aurait été délivré sous le règne d’Henri l’Oiseleur (roi de Germanie de 919 à 936) et donc avant l’acte relatant la fondation de Bouxières (938). On a vu plus haut comment cet acte précoce peut s’insérer dans le déroulement de la fondation de l’abbaye, qu’il faut dater sans aucune hésitation de 938.

En effet on a récemment découvert l’acte, dit de fondation, de Bouxières. Daté du 13 janvier 938, il est conservé en original à la Bibliothèque nationale de Vienne en Autriche (Cod. Ser. nov. 12672). C’est une très belle pièce (665 × 250 mm) ; l’écriture à hastes courtes est conforme à ce qui se fait au Xe siècle. Les témoins sont rangés en cinq colonnes ; un large espace vierge précède la mention du notaire Siricius ; on l’a occupé par une prière de trois lignes47.

Il y a cinq ans, cet acte n’était encore connu que par une copie de 1788. Il avait été emporté au début du XIXe siècle en Autriche, où il fut retrouvé comme pièce isolée dans une collection particulière. La copie conservée dans la collection Moreau de la BnF et due à dom Hilaire de Puibusque, un copiste généralement fiable, avait été reprise sans discussion ; elle comportait pourtant une faute majeure, puisqu’elle était datée de la 13e année de l’épiscopat (XIII) de Gauzelin (c’est-à-dire 934), alors que l’original donne XVI. Ne connaissant que la copie moderne, Robert-Henri Bautier avait suspecté la véracité du texte, tout spécialement en raison de la contradiction entre la date de 935 et la mention du règne d’Otton, qui ne commence qu’en 93648.

L’étude de l’original conduit aux conclusions suivantes : le formulaire est correct, la datation est complète et correcte ; la pièce se présente en hauteur comme la donation de l’abbé Odelric en 95049. Il y a cependant plusieurs anomalies. À la fin de la ligne 24 et au début de la ligne 25, un grattage a été effectué, sur lequel on a porté les mots suivants : in villa//Campiniola et Purchereio destinés à remplacer une autre mention, qui pouvait concerner Pixérécourt seulement (Purchereicurte), comme on le trouve un peu plus tard dans la donation d’Herisinde : « in villa Porcheracurte (super fluvium Mort) in comitatu Calmontinse »50. Dans l’acte étudié, on a donc ajouté indûment Campiniola à la mention de Pixérécourt. Cet ajout désigne Champigneulles, qui est situé sur l’autre rive de la Meurthe. On conçoit bien que l’alleu donné ne pouvait s’étaler en même temps sur les deux rives du fleuve ; l’ajout, destiné à faire remonter à 938 la possession de Champigneulles, est donc une falsification grossière.

Il semble bien que l’on ait agi de même pour porter un peu plus loin calmontinse (après in pago) pour situer la donation de Gondelinde à Ancerviller dans le Chaumontois. Enfin, ligne 40, on a voulu augmenter les prières que réclamait Gauzelin en ajoutant en bout de ligne : et orationem istam, et le texte de cette prière a été porté en trois lignes sur l’espace laissé blanc en bas du parchemin. Si l’original dont nous disposons à présent est bien authentique et sincère, il n’en offre donc pas moins plusieurs corrections indues.

Revenons à la confusion entre les deux chiffres de l’épiscopat de Gauzelin 13 (XIII) et 16 (XVI). On a coutume de dire qu’une telle erreur de transcription est classique chez les copistes. Il faudrait donc soupçonner dom Hilaire de Puibusque d’avoir mal lu le parchemin qu’il avait sous les yeux. Or, il faut nuancer ce qui serait une affirmation un peu rapide. En effet, si l’on observe que la copie de 1788 mentionne pour l’original des dimensions différentes de celles qu’on vient de donner, à savoir 455 × 320 millimètres au lieu de 665 × 250, il sera aisé de conclure que le copiste du XVIIIe siècle a eu entre les mains non pas l’original qui vient d’être analysé, mais une copie sur parchemin, et la faute de transcription remonterait ainsi plus haut dans le temps à un copiste antérieur. En effet, le chiffre XVI est très lisible et se prête mal à une faute de transcription de la part d’un érudit comme Puibusque.

D’autres chartes de Gauzelin, mentionnées par Robert-Henri Bautier, sont malheureusement perdues, si même elles ont existé. La mention de leur contenu est en effet empruntée aux confirmations délivrées par le pape Étienne viii et par le roi Otton Ier.

Reste une dernière pièce à évoquer ; conservée sur un présumé original, elle relate la donation faite par Herisinde de biens à Pixérécourt et Villercourt avec un manse à Toul : cela renvoie à la précaire mentionnée plus haut. Cette pièce, privée de témoins et de datation, a été qualifiée fausse ou falsifiée par R. H. Bautier51.

ANNEXE 2. Les Gesta des évêques de Toul

Voici le texte de la notice des Gesta episcoporum Tullensium consacrée à Gauzelin :

« Le successeur (de Drogon27) fut un pasteur amoureux de son troupeau, un homme catholique au plus haut point, très ardent zélateur de la religion monastique. Né du noble sang des Francs, il fut nourri au palais au milieu des grands du royaume28 et comme un futur évêque, il brilla, au-dessus de nombreux jeunes de son âge et de sa race, par le don d’une double science. Suivant un vœu général, il fut honoré des insignes d’évêque, et, le 17 mars (922)29, ordonné avec la faveur du Christ ; il surpassait constamment l’affabilité de sa famille par la bienveillance d’un cœur très clément, la sérénité d’un visage souriant et la douceur de sa parole, se donnant tout entier aux veilles et appliqué à l’aumône30. Pour augmenter ses bonnes œuvres, en la quatorzième année de son ordination, par la volonté divine, il établit dans le monastère Saint-Èvre la règle de saint Benoît, ignorée de tous les habitants de ce royaume, longtemps recherchée et trouvée au loin.

Il construisit à partir des fondations le monastère de la sainte Mère de Dieu à Bouxières, y établit un chœur de servantes de Dieu, l’enrichit de biens, de domaines et de mobilier. En récompense de cela, Dieu indiqua à son successeur, l’évêque Gérard, qu’il était associé dans la gloire céleste au martyr Apollinaire31. Je pense qu’il faut transmettre au souvenir des hommes à venir les circonstances de cet acte glorieux. Hardrade, frère germain du dit évêque Gauzelin, un homme des plus ardents dans le métier militaire, très cher à tous pour la qualité de ses mœurs, s’adonnait un jour à l’exercice de la chasse le long de la Meurthe. Or il advint que ses chiens poursuivirent un sanglier féroce ; forcée par les aboiements, la bête tentait d’échapper à une mort toute proche. Elle traversa longtemps les fourrés et finalement parvint dans sa fuite au sommet qui domine le village de Bouxières. Parvenue à cet endroit, elle arrêta sa course sous un arbre épineux et bientôt, la troupe des chiens qui la poursuivaient en aboyant contint sa course rapide par l’action de Dieu. La bête sauvage demeurait sans crainte sous l’arbre, les chiens vigoureux étaient maintenus à distance, muets et interdits, sans oser aucunement approcher des épineux. Le chevalier susdit suivait à cheval : il s’étonne du fait insolite qui est survenu, descend de cheval, s’approche du bosquet, voit un autel détruit avec des édifices alentour. Respectant l’œuvre de Dieu et laissant la bête s’en aller en toute sécurité, il se hâte de revenir chez lui, rapporte à son frère l’évêque ce qui s’est passé et ce qu’il a découvert. Le seigneur évêque envoie des hommes sûrs et, s’enquérant auprès des gens d’un grand âge de la façon dont l’affaire s’est passée, apprend qu’autrefois, une église de la sainte mère de Dieu avait été construite, mais que, sous l’effet de la vétusté et du manque de soins, elle avait été abandonnée. Ils lui apprirent que, de nuit, des lumières divines brillaient souvent et baignaient les lieux du voisinage de leur clarté. Apprenant cela, le vénérable évêque se réjouit grandement. Et parce que la montagne susdite relevait de l’évêché de Metz, il demanda à l’évêque Thierry, appelé encore Sixte32, de lui donner cette place en échange, lui offrant le vénérable bâton de saint Pierre apôtre, que saint Mansuy avait rapporté de Rome33. Ayant ainsi acquis la montagne, il fit rebâtir l’église et, sur la souche de l’arbre mentionné, il fit établir un autel en l’honneur de sainte Marie34. Parce que, grâce aux prières de la Mère de Dieu, des malades atteints de diverses maladies étaient guéris et que les vœux de la population affluaient très souvent ici, par une inspiration de la clémence divine, il jugea bon que la Vierge ne manque pas plus longtemps d’un culte. Il décida que, dans ce même oratoire, serait créée une communauté de religieuses, si, avec l’aide de Dieu, il pouvait s’en trouver, communauté qui, sous la règle de saint Benoît, serait perpétuellement au service de la Vierge. Ce qui fut fait put l’être grâce à la clémence divine. En effet, par la volonté de Dieu, il rencontra des religieuses, errant comme des brebis et recherchant les pâturages de la vie éternelle, ferventes dans leur amour pour Dieu, désireuses de desservir pour lui ce lieu reculé. Ému par leur misère, sur les conseils de l’abbé dom Archambaud, qui dirigeait le monastère Saint-Èvre, et d’autres fidèles, il leur destina pour vivre la celle déjà citée et mit à leur tête l’abbesse Rothilde, qui devait guider leur vie. Afin qu’elles puissent plus librement se consacrer en ce même lieu aux affaires spirituelles, il les pourvut, pour qu’elles en vivent, de biens appartenant à l’évêché, à savoir l’église du village de Bouxières avec les dîmes et toutes ses dépendances, ainsi que la chapelle de Pixerécourt avec toute sa dîme. Tel fut, à ce qu’on rapporte, le commencement de la communauté de Bouxières, qui, avec l’aide de Dieu, s’accrut de jour en jour.

À l’époque de ce vénérable évêque, des prodiges anciens se renouvelèrent ; dans la trentième année de son pontificat apparurent sur les vêtements des croix que le Tout-Puissant, comme on le lit dans l’Histoire ecclésiastique35, fit voir aux mortels pour abattre l’incrédulité des infidèles. Gauzelin, pour le siège dont il était l’évêque, acquit d’Angelbert un alleu à Boucq (Boiaco) et de Folmar une forêt dans Brieri valle36. Du roi Otton, il reçut l’abbaye de Moyenmoutier à la condition que le duc Frédéric en garderait l’avouerie de son vivant, que le prélat organiserait la prébende du lieu et qu’après la mort du duc, toute l’abbaye reviendrait à l’évêque. Quant au tonlieu et au comté de la cité, il l’obtint par un diplôme du roi Henri et il détint l’abbaye de Poulangy, celles du Der et d’Enfonvelle. Par échange, il donna à l’évêque de Langres Achard l’abbaye de Varenne et Achard céda à l’évêque de Toul ce qu’il détenait à Bauzemont, Ursaciivilla et Seionz. Du comte Roger, il acquit Ambleville au pagus de l’Ornois, de la comtesse Ève Aingeray avec sa chapelle, Molzay, le village de Girauvoisin, Nordallivadum, une partie de Bicqueley (Bu huliaco), Radaldivillam (Raville), Sionne (Sionni villam), l’église du village de Blaise, une partie de l’église de Rameivilla qui paie cinq sous, auprès d’Angelram deux manses à Port, et d’Hunon l’église de Blainville (villa Bladini). À l’époque de l’empereur Otton, il démontra avec douze hommes libres contre l’abbesse d’Andlau (Andelach) que Bonmoutier avait été sujette de l’église Saint-Étienne, et du même empereur il obtint la moitié du tonlieu du Mont Saint-Élophe. Le même évêque, par l’intermédiaire du comte Eberhard, demanda au roi Henri ce que le roi possédait à Gondreville.

Ce saint homme persévéra admirablement dans le projet vertueux qu’il avait adopté une fois pour toutes, développa en faveur de tous son admirable activité, puis, comme un autre Job éprouvé par le Seigneur, en la 44e année de son pontificat37, le 7 des ides de septembre38, il se retira dans les demeures célestes. Il fut transporté par le clergé et le peuple dans le monastère de Bouxières, y reçut, comme il l’avait demandé de son vivant, une très digne sépulture, qui devait être honorée durant de longs siècles dans les louanges adressées à Dieu au milieu des chœurs des vierges qu’il avait rassemblées en cet endroit en grand nombre, pour qu’elles y mènent une vie très rigoureuse39. »

Notes

1 Gesta episcoporum Tullensium, éd. Georg Waitz, Hanovre, 1848 (Monumenta Germaniae Historica [MGH], Scriptores VIII), p. 631-648 (ici chap. 30, p. 639). Sur ce texte: Joachim Dahlhaus, « Zu den Gesta episcoporum Tullensium », dans Joachim Dahlhaus, Armin Kohnle, Jürgen Miethke, Folker E. Reichert, Eike Wolgast dir., Papstgeschichte und Landesgeschichte. Festschrift für H. Jakobs zum 65. Geburtstag, Cologne et al., 1995 (Beihefte zum Archiv für Kulturgeschichte, 39), p. 177-194.

2 Philippe Lauer éd., Annales de Flodoard, Paris, 1906.

3 Le jour de la consécration est rappelé par l’évêque en personne dans l’une de ses chartes.

4 Eduard Hlawitschka, Die Anfänge des Hauses Habsburg-Lothringen. Genealogische Untersuchungen zur Geschichte Lothringens und des Reiches im 9., 10. und 11. Jahrhundert, Sarrebruck, 1969, p. 30-39.

5 Philippe Lauer éd., Recueil des actes de Charles III le Simple (893-923), Paris, 1949, p. xix. Gauzelin fut notaire du 13 janvier 913 au 4 mars 922.

6 Robert-Henri Bautier, Les origines de l’abbaye de Bouxières-aux-Dames au diocèse de Toul, Nancy, 1987, no 2, p. 66.

7 Annales sancti Benigni divionensis, éd. Georg Waitz, Hanovre, 1844 (MGH, Scriptores V), p. 40.

8 Annales de Flodoard, p. 60.

9 Annales sancti Maximini Treverensis, éd. Georg Heinrich Pertz, Hanovre, 1841 (MGH, Scriptores IV), p. 6.

10 Michel Parisse, « L’abbaye de Gorze dans le contexte politique et religieux lorrain à l’époque de Jean de Vandières (900-974) », dans Otto Gerhard Oexle, Michel Parisse dir., L’abbaye de Gorze au Xe siècle, Nancy, 1993, p. 64-66.

11 Miracula sancti Bercharii ou De diversis casibus Dervensis monasterii, éd. Jean Mabillon, AASS OSB, II, c. 10, p. 848-849 : « Primus igitur eorum domnus claruit Albericus, nobilissimis natalibus ortus, indigena Remensis monachusque sancti Apri Tullensis […] ». Cette affirmation est confirmée par la mention, au bas d’un acte du comte Boson, mort en septembre 935 (Annales de Flodoard, a. 935), du nom de l’abbé Albéric, passé de Toul au Der.

12 « 14. ordinationis suae anno, nutu Dei, regulam sancti Benedicti huius regni habitatoribus omnibus ignoratam, diu quaesitam proculque inventam, sancti Apri instituit loco. » – Gesta episcoporum Tullensium…, c. 30, p. 639.

13 « In militari studio vir quam maxime strenuus. » – Gesta episcoporum Tullensium…, c. 32, p. 639.

14 Voir le texte des Gesta à la fin de l’annexe.

15 Bautier, Les origines…

16 Ibidem, p. 11-18.

17 Ibidem, n° 3, p. 67. Voir plus loin le dossier diplomatique.

18 Jean de Saint-Arnoul, La Vie de Jean, abbé de Gorze, trad. Michel Parisse, Paris, 1999.

19 La charte de Frotaire est reproduite dans la Gallia christiana, t. XIII, instr. col. 447-449. L’authenticité de cet acte a été mise en doute par certains.

20 C’est ce qui ressort des Miracles de Berchaire : « Tantae postmodum rei celeberrima fama excitus domnus Gauslinus, Leucorum urbis pontifex nobilissimus, praedictum locum adiit, inspecturus rumore ad se perlatum ordinem religionis, indeque remeans, sollicitus gregis a Deo sibi commissi, descriptionem omnis monasticae conversationis quam inibi religiosissimam inspexit, supradictam quoque regulam beati patris secum deferens, primus urbi Tullensi innovationem monastici ostendit praepositi ». L’expression descriptionem (« copie ») omnis monasticae conversationis… referens fait apparemment référence à un écrit, dont nous n’avons aucune trace ; peut-être la transmission a-t-elle été simplement orale.

21 Gallia christiana, XIII, col. 1974. Michèle Schaeffer éd., Chartes de l’abbaye Saint-Èvre de Toul des origines à 1228, Nancy, 1983, no 17, p. 126. On perd la trace d’Archambaud à partir de cette date ; il n’est pas cité dans le diplôme délivré par Otton Ier à sa maison en 947 (MGH, Diplomata Ottonis i., no 92 et Schaeffer, ibidem, no 19, p. 132). L’intervention du roi de Germanie eut lieu à Toul tout comme elle eut lieu à la même époque au profit des maisons réformées de Saint-Arnoul de Metz, de Gorze et de Senones.

22 Ce dernier argument n’est pas rédhibitoire : eût-il cumulé deux abbatiats, qu’il eût pu ne faire mention que de celui au titre duquel il agissait dans l’acte qu’il donnait.

23 Diplôme de Louis IV roi de France. Voir encore Bruno Saint-Sorny, Léon IX et la réforme touloise, thèse manuscrite, Paris, 2002, p. 187-191.

24 Acte du 15 octobre 982, édité par dom Calmet, Histoire de la Lorraine, 1re éd., t. IV, preuves, col. 389. Le mot latin désignant le monastère est locus.

25 Malgré plusieurs études réalisées sur le temporel toulois il est malaisé d’identifier avec certitude les lieux mentionnés dans les Gesta.

26 Gesta…, Waitz éd., p. 639.

40 Bautier, Les origines…, p. 65-66.

41 Ibidem, no 4, p. 68-70.

42 Ibidem, no 5, p. 70-72.

43 Schaeffer, Chartes…, (no 21), p. 117-121 ; Mabillon, Annales O.S.B., III, p. 705.

44 Ibidem, no 16, p. 123-124 ; Gallia Christiana, t. XIII, instr., col. 453-454.

45 Ibidem, no 18, p. 130-131.

46 Bautier, Les origines…, no 3, p. 67-68.

47 Présentation et édition : Klaus Oschema, « Zur Gründung des Benediktinerrinnen Klosters Notre-Dame de Bouxières. Eine wiedergefundene Urkunde des 10. Jahrhunderts », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, 110, 2002, p. 182-190.

48 Bautier, Les origines…, p. 11-16.

49 Cet original est conservé dans le fonds des chartes de la Bibliothèque publique de Nancy. Il a été reproduit dans l’album Gerbert : Olivier Guyotjeannin, Emmanel Poulle, Autour de Gerbert d’Aurillac, le pape de l’an mil. Album de documents commentés, Paris, 1996 (Matériaux pour l’histoire publiés par l’École des chartes, 1), no 36, p. 201-205.

50 Ibidem, no 8, p. 77-78.

51 Ibidem, no 9, p. 21-23, 79-80.

27 Drogon fut évêque de Toul de 906 à 922.

28 Comme on l’a dit au début de cet article, l’origine familiale de Gauzelin n’est pas connue précisément (voir la n. 4).

29 Cette année est attestée par diverses sources, notamment Flodoard (Annales, p. 7) : Drogo de Tullo moritur, cui succedit Gauzlinus.

30 Tous ces traits de caractère sont habituels dans la biographie des saints ou de ceux que l’on voudrait reconnaître comme tels, ce qui est le cas de cet évêque, qui pourtant ne bénéficia d’aucun culte.

31 Dom Augustin Calmet, Histoire ecclésiastique et civile de Lorraine, 1re éd., Nancy, 1728, t. I, preuves, col. 83-113, chap. XVII.

32 Ce surnom de l’évêque de Metz Thierry Ier (965-984) n’est pas attesté ailleurs.

33 Sur la légende du bâton de saint Pierre, enjeu de taille dans la lutte des diocèses pour l’apostolicité : Thomas Bauer, Lotharingien als historischer Raum. Raumbildung und Raumbewusstsein im Mittelalter, Bonn, 1997 (Rheinisches Archiv, 136), p. 405-411.

34 Il en fut de même pour le premier autel de l’abbaye de Saint-Mihiel : André Lesort, Chronique et chartes de l’abbaye de Saint-Mihiel, Paris, 1909 (Mettensia, VI), p. 5.

35 Rufin, Histoire ecclésiastique, IX.

36 On a vu ci-dessus la présentation de ces biens du temporel toulois.

37 C’est en fait la 40e année.

38 Soit le 7 septembre 962.

39 Gesta episcoporum Tullensium…, p. 639-641.

Auteur

Michel Parisse s’est d’abord spécialisé en histoire de la Lorraine et de l’Allemagne (La noblesse lorraine, XIe-XIIIe siècles, thèse de doctorat d’État, 1967) (Allemagne et Empire au Moyen Âge, Hachette, 2002) tout en portant son intérêt aux éditions de textes latins. Devenu professeur à la Sorbonne, il s’est consacré à l’enseignement du latin médiéval et de la paléographie latine, publiant chez Picard une série de manuels plusieurs fois réédités et réimprimés. Il se tourne à nouveau vers l’édition des actes des évêques lorrains.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter