Version classiqueVersion mobile

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

À propos du manuscrit de l’opuscule du « Géographe de Bavière »

Sébastien Rossignol

Texte intégral

  • 1 À propos des difficultés de dater la composition de l’opuscule, voir Sébastien Rossignol, « Überle (...)
  • 2 Pour l’Europe du Centre-Est en général, voir Natalia Aleksiun et alii, Histoire de l’Europe du Cen (...)

1L’opuscule de géographie d’un auteur anonyme généralement connu sous le nom de « Géographe de Bavière » est une source de première importance pour l’histoire ancienne de l’Europe du Centre-Est. Malgré son caractère lapidaire, c’est l’un des rares textes nous informant avec une relative richesse de détails sur les constellations politiques et ethniques, sur l’habitat de ces régions, et sur l’intérêt que les clercs francs leur portaient à la fin du IXe ou au début du Xe siècle1. À peu près tous les manuels portant sur l’histoire de ces différentes régions du Centre-Est de l’Europe au Moyen Âge commencent en évoquant des peuplades mentionnées pour la première fois dans cette œuvre2.

  • 3 Jean Potocki, Fragments historiques et géographiques sur la Scythie, la Sarmatie et les Slaves rec (...)
  • 4 Rostislav Nový, Die Anfänge des böhmischen Staates. i. Teil. Mitteleuropa im 9. Jahrhundert, Pragu (...)

2Le texte est connu depuis la fin du XVIIIe siècle, au moment où il a été commenté par le savant polonais Jean Potocki, qui lui a donné le nom français de « Géographe de Bavière »3. Il n’existe que dans un seul manuscrit, le codex portant la cote Clm. 560 de la Bayerische Staatsbibliothek à Munich ; il y porte le titre de Descriptio civitatum et regionum ad septentrionalem plagam Danubii. Or, les nombreux commentaires et les interprétations d’ordre historique concernant l’opuscule ont rarement tenu compte du support manuscrit par lequel nous a été transmis ce texte. Certes, le contenu du codex a déjà été décrit sommairement – et fautivement – par Erwin Herrmann, puis brièvement encore par Rostislav Nový4, et l’écriture en a été analysée par les paléographes Bernhard Bischoff et Hartmut Hoffmann. Cependant, personne n’a tenté d’expliquer l’origine de l’opuscule en tenant compte de l’ensemble du codex, des textes qui y sont inclus et des raisons qui ont pu pousser à y ajouter celui du « Géographe ». Il serait temps d’y remédier. Après avoir présenté et décrit le manuscrit lui-même et commenté les textes qui s’y trouvent, on tentera d’expliquer pourquoi une telle compilation a vu le jour, à quoi à pu servir le codex, et quelles pouvaient être les intentions, sinon de l’auteur de l’opuscule, du moins du copiste qui l’a inscrit dans ce codex.

  • 5 Erwin Herrmann, « Zu Entstehung und Bedeutung des sog. Geographus Bavarus (Descriptio civitatum) » (...)
  • 6 Erwin Herrmann, Slawisch-germanische Beziehungen im südostdeutschen Raum von der Spätantike bis zu (...)

3Le codex Clm. 560 provient de la collection personnelle d’un médecin et humaniste de Nuremberg, Hartmann Schedel (1410-1485), qui l’avait acquis à la fin du XVe siècle. Il passa ensuite à son fils Hartmann Schedel, également médecin et collectionneur de manuscrits. Avant d’arriver chez les Schedel, le manuscrit se trouvait à la bibliothèque du monastère bénédictin de Prüll, près de Ratisbonne, devenu un monastère de chartreux en 1484. On ignore cependant quand et comment le manuscrit est arrivé à Prüll5. Le volume a un format de 205 × 147 mm. La reliure en bois recouvert de cuir est ornée d’une fermeture métallique décorée d’une fleur de lys6. La réglure est irrégulière ; les folios 149v et 150r, sur lesquels se trouve l’opuscule, n’ont pas de réglure. La numérotation des folios, à l’encre noire, est moderne.

  • 7 Béatrice Hernad, Die gotischen Handschriften deutscher Herkunft in der Bayerischen Staatsbibliothe (...)

4On retrouve des graphiques à l’encre rouge dans le traité de géométrie du Pseudo-Boèce, et des dessins à l’encre noire ornant le texte de l’Aratus latinus. Les dessins de l’Aratus n’ont cependant été ajoutés, et seulement en partie, qu’au début du XIVe siècle dans des espaces qui avaient été laissés libres à cet effet7.

  • 8 Rostislav Nový suppose que les deux parties n’ont été reliées qu’au XVe siècle, par Hermann ou Har (...)
  • 9 Hartmut Hoffmann, Schreibschulen des 10. und des 11. Jahrhunderts im Südwesten des Deutschen Reich (...)
  • 10 Bernhard Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme (...)
  • 11 Hermann de Reichenau, De utilitatibus astrolabii, liber i, Patrologia Latina [PL] 143, 389-404.
  • 12 Walter Berschin, Martin Hellmann, Hermann der Lahme. Gelehrter und Dichter (1013-1054), Heidelberg (...)
  • 13 Il n’indique que le titre donné par le manuscrit, Astrolapsus, sans préciser. Herrmann, Slawisch-g (...)
  • 14 Bischoff, Katalog…, p. 222; Id., Die südostdeutschen Schreibschulen und Bibliotheken in der Karoli (...)

5Dans son état présent, Clm. 560 associe deux codices distincts qui ont été reliés ensemble après leur fabrication, à un moment impossible à déterminer avec exactitude8. Les paléographes Bernhard Bischoff et Hartmut Hoffmann sont d’accord pour attribuer les écritures des deux parties à deux époques différentes. La première présente une écriture du XIe siècle9 et la seconde, de la fin du IXe siècle10. De plus, la première partie contient le traité sur l’astrolabe de Hermann de Reichenau11, composé dans la première moitié du XIe siècle12 – ce qui avait échappé à Erwin Herrmann, qui n’avait offert qu’une description sommaire du contenu du manuscrit13 – et ne peut donc pas avoir été recopiée en même temps que la seconde partie, plus ancienne. Pour ce qui est de l’opuscule du « Géographe », l’écriture en a été attribuée par Bischoff au Xe siècle14.

  • 15 Voir annexe ii, infra.

6À cela s’ajoute une autre constatation. L’auteur de ces lignes a eu l’occasion de consulter le codex et a pu en analyser la composition des cahiers15. On peut résumer ses observations ainsi : la première partie (f. 1r-88v) comprend, dans l’ordre, un quernion, un sénion, trois quaternions, un ternion, un quaternion, deux quernions et un quaternion ; la seconde partie se compose d’un quernion suivi de sept quaternions. La différence entre les deux parties est frappante : la première comprend des cahiers de formats complètement hétéroclites, alors que la seconde ne contient, sauf le premier cahier, que des quaternions. Voilà qui confirme les résultats de l’analyse paléographique : nous avons bien affaire à deux codices distincts.

  • 16 Herrmann, Slawisch-germanische Beziehungen…, p. 213-214. Il alla jusqu’à supposer que le dessin au (...)

7De cette analyse des cahiers, on peut également tirer une autre déduction. L’opuscule du « Géographe de Bavière » se trouve sur les folios 149v et 150r, qui font partie du dernier cahier du manuscrit. Cela tend à prouver que les deux pages faisaient partie dès le départ du codex formant l’actuelle seconde partie. Erwin Herrmann l’avait déjà soupçonné, constatant que la dernière page (f. 151v) est ornée d’un graphique qui semble appartenir au texte de géométrie qui se termine au folio 149r16.

  • 17 Nový, Die Anfänge des böhmischen Staates…, p. 136-139.
  • 18 Gustav Becker, Catalogi bibliothecarum antiqui, Bonn, 1885 (réédition: Hildesheim/New York, 1973), (...)
  • 19 De arithmetica lib. ii, de geometria lib. iii et de dialectica, et rhetorica Alcuini, Arati de ast (...)
  • 20 « In secundo libro continentur computationes regum Romanorum, caesarum consulumque. Deinde libri g (...)
  • 21 « Vielleicht bestehen textliche Beziehungen zu dem Artes-Corpus Reginberts. » Bischoff, Katalog…, (...)

8Rostislav Nový a tenté de reconstruire la préhistoire de la seconde partie de Clm. 560 à l’aide des catalogues de la bibliothèque du monastère de Reichenau du IXe siècle17. En effet, plusieurs catalogues nous sont parvenus, réalisés entre 821 et 850 alors qu’un certain Reginbert dirigeait la bibliothèque18. Dans le plus ancien de ces catalogues, celui de 821, est décrit un codex contenant une œuvre de géométrie, la Rhétorique d’Alcuin et l’Aratus latinus19 ; dans celui de 842, on retrouve un codex comprenant ces trois mêmes œuvres – dans un ordre différent – en plus de nombreux autres textes, principalement sur les arts libéraux20. Selon Nový, on aurait défait entre 821 et 842 les cahiers du codex original pour les relier à nouveau, afin de former un volume au contenu plus complet et plus cohérent. Celui-ci aurait ensuite été encore défait avant d’être relié sous la forme que nous connaissons. Notons cependant qu’avec la nouvelle datation de l’écriture de la seconde partie de Clm. 560 proposée par Bernhard Bischoff – dernier quart du IXe siècle –, l’argumentation de Nový devient moins convaincante. Bischoff a supposé une « relation textuelle » entre les codices des catalogues de Reichenau et la seconde partie de Clm. 56021 ; les scribes de ce dernier se sont peut-être inspirés des premiers, à moins qu’ils en aient recopié le contenu.

9On peut conclure de ces premières remarques que le texte qui nous intéresse a été recopié au Xe siècle sur deux pages du dernier cahier d’un codex de la fin du IXe siècle, qui avaient été laissées libres par le copiste. Ce n’est que plus tard que ce codex a été relié avec un volume du XIe siècle pour former le manuscrit que nous connaissons. Il est donc légitime d’analyser le contenu de la seconde partie comme formant un tout.

10Nous pouvons donc maintenant nous tourner vers les œuvres recopiées dans ce codex original. On y retrouve un texte connu sous le titre d’Aratus latinus (f. 89r-121v), l’Ars geometriae et arithmeticae qui, au Moyen Âge, était attribuée à Boèce (f. 120r-149r), ainsi que le texte du « Géographe de Bavière » (f. 149v-150r).

  • 22 Jean Martin, « Introduction », dans Aratos, Phénomènes, édité, traduit et commenté par Jean Martin(...)
  • 23 H. Le Bourdellès, L’Aratus latinus. Étude sur la culture et la langue latines dans le Nord de la F (...)
  • 24 Manfred Erren, Die Phainomena des Aratos von Soloi. Untersuchungen zum Sachund Sinnverständnis, Wi (...)
  • 25 Le Bourdellès, L’Aratus…, p. 27.

11Aratos fut un poète didactique alexandrin, mais nous ne savons à peu près rien sur sa personne – il aurait été actif au IIIe siècle av. J.-C.22. Il est surtout connu pour son poème intitulé Phénomènes, consacré aux constellations et aux phénomènes célestes et atmosphériques. Il a connu un grand succès dans l’Antiquité, autant chez les Grecs que chez les Romains ; son œuvre a été traduite en latin à plusieurs reprises, entre autres par Cicéron et par Ovide, et a fait l’objet de nombreux commentaires. Son succès est dû d’une part à un intérêt technique – car Aratos donnait des informations sur l’astronomie de position, sur les constellations, leurs localisations et leurs dénominations –, d’autre part à son style archaïque et recherché, qui força l’admiration23. Parmi les commentaires qui lui ont été ajoutés, un corpus inspiré de l’œuvre d’Eratosthène connut une grande diffusion ; on y retrouve, pour chaque constellation décrite par Aratos, un développement de la donnée mythographique, expliquant comment un héros ou un animal mythologique s’était transformé en étoile. Les étoiles de chaque constellation y sont analysées une à une. Ces commentaires sur les étoiles, ou Catastérismes, représentaient la fusion des données astronomiques et de la tradition mythologique littéraire. Ils étaient ancrés dans un mouvement culturel qui tentait d’expliquer la nature entière par des récits mythologiques. L’œuvre d’Aratos n’avait toutefois pas été conçue comme un manuel d’astronomie élémentaire, même si elle finit par être utilisée comme si elle en avait été un24. Selon H. Le Bourdellès, ce qui explique le succès d’Aratos et des Catastérismes, c’est cette combinaison de commentaires scientifiques et littéraires. D’autres œuvres, témoignant de progrès réels de l’astronomie mathématique, n’eurent comparativement qu’un écho limité, et « n’eurent jamais la popularité d’Aratos et des Catastérismes, pleins d’une séduisante mythologie »25.

  • 26 Ibidem, p. 31.
  • 27 Ibidem, p. 32-39.

12Les textes aratéens ont cependant fait l’objet d’attaques réitérées dans les derniers siècles de l’Antiquité. D’une part, les théologiens chrétiens les condamnèrent comme tout le reste de la littérature mythologique. D’autre part, pour les derniers représentants de la culture antique – dont Martianus Capella – ces textes représentaient un état dépassé des connaissances et n’étaient plus pour eux d’un grand intérêt26. Au cours des premiers siècles du Moyen Âge, il semble que l’œuvre d’Aratos ait été très peu utilisée, même si son nom continuait à être associé aux études astronomiques27.

  • 28 Ibidem, p. 51-52.
  • 29 Ibidem, p. 80-81. À propos de l’importance de la correctio et de l’emendatio dans le cadre des réf (...)

13D’après H. Le Bourdellès, la première version latine qui est parvenue au Moyen Âge aurait eu son origine dans des gloses interlinéaires qui facilitaient la compréhension du texte grec pour un lecteur aux connaissances limitées de la langue hellénique. On aurait ensuite retranscrit ce commentaire latin sans le texte grec, le traitant comme une traduction, bien qu’il ait été en soi peu compréhensible28. C’est dans la seconde moitié du VIIIe siècle qu’on se décida à effectuer une nouvelle traduction, d’une plus grande clarté et au latin plus correct, à laquelle on a donné le titre d’Aratus révisé. On a aussi retravaillé la compilation, ajoutant des extraits de Pline l’Ancien, d’Isidore de Séville et de Bède le Vénérable, et en les parsemant de commentaires chrétiens faisant des récits mythologiques perçus comme néfastes d’innocentes fabulae poetarum. On aura reconnu que nous sommes en pleine renaissance carolingienne : on révise un texte classique corrompu, on en corrige la langue, on s’intéresse de manière prudente à la mythologie gréco-romaine29.

  • 30 Le Bourdellès, L’Aratus…, p. 108-109.
  • 31 David Ganz, Corbie in the Carolingian Renaissance, Sigmaringen, 1990 (Beihefte der Francia, vol. 2 (...)
  • 32 Le Bourdellès, L’Aratus…, p. 108-109.
  • 33 Ibidem, p. 78.

14H. Le Bourdellès a démontré que la version révisée a fort probablement été réalisée à Corbie30, l’un des centres d’études les plus importants de l’Europe carolingienne31. Elle répondait à un besoin : si on disposait avec l’œuvre de Bède de connaissances satisfaisantes en astronomie mathématique du comput, on en savait peu sur l’astronomie descriptive. La nouvelle compilation aratéenne – réalisée d’après la technique carolingienne consistant en l’assemblage d’extraits d’auteurs classiques cités sans références à leur origine – remplissait cette lacune32. Quant à Clm. 560, il s’agit d’une des copies les plus tardives de l’Aratus révisé33.

  • 34 Menso Folkerts, « Euclid in Medieval Europe », dans Id., The Developments of Mathematics in Mediev (...)
  • 35 B. L. Ullman, « Geometry in the Mediaeval Quadrivium », dans Studi di bibliografia e di storia in (...)
  • 36 Menso Folkerts, « Mathematische Probleme im Corpus agrimensorum », dans Id., Essays…, ii (article (...)
  • 37 Ullman, « Geometry… », p. 265.

15L’Ars geometriae, aussi connue sous le titre de Geometria I, est un manuel de géométrie et d’arithmétique qui était attribué à Boèce34. Le texte original de Boèce, qui avait traduit en latin les écrits d’Euclide – l’existence en est attestée par Cassiodore – n’est pas conservé en tant que tel. Cependant, on peut en reconnaître des extraits conservés indirectement par le biais de diverses compilations. L’Ars geometriae est l’une de ces compilations. Elle a apparemment été réalisée à Corbie au VIIe ou VIIIe siècle35. Les chapitres sur l’arithmétique sont principalement des adaptations d’Euclide, alors que ceux sur la géométrie sont des collages d’extraits de différentes sources, dont plusieurs proviennent du Corpus agrimensorum, un manuel romain sur la mesure des champs. Ce dernier est caractérisé par une approche pragmatique, mais comprend aussi des aspects théoriques provenant de la tradition grecque36. Le plus ancien manuscrit portant sur l’agrimensura se trouve actuellement à Wolfenbüttel et est daté du VIe ou VIIe siècle ; on croit que l’archétype remonte au milieu du Ve siècle37.

  • 38 Folkerts, « The Importance of the Latin Middle Ages… », p. 1-3; Id., « The Importance of the Pseud (...)
  • 39 Menso Folkerts, « Probleme der Euklidinterpretation und ihre Bedeutung für die Entwicklung der Mat (...)

16En fait, l’Ars geometriae est une compilation maladroite regorgeant d’erreurs. Selon Menso Folkerts, spécialiste de l’histoire des mathématiques, le compilateur comprenait très mal ce qu’il recopiait. Plusieurs passages sont si corrompus qu’il est impossible de reconstruire ce qui s’y retrouvait à l’origine. Les fragments compilés sont à peu près inutilisables pour une utilisation pragmatique38. Les problèmes traités ne sont pas illustrés par des démonstrations39. Bref, un tel ouvrage ne pouvait guère contribuer à une augmentation des connaissances en mathématiques.

  • 40 Ullman, « Geometry… », p. 266.
  • 41 Ibidem, p. 267.
  • 42 Ibidem, p. 267-273.

17La compilation témoigne surtout de la volonté de réunir en un traité les connaissances qui étaient alors disponibles. Selon B. L. Ullman, les extraits du Corpus agrimensorum n’indiquent pas que l’on s’intéressait à la mesure des champs, ou même à la mise en pratique concrète de connaissances théoriques en géométrie. C’est tout simplement que celui qui s’intéressait à la géométrie n’avait alors rien d’autre à se mettre sous la dent40. C’était à peu près tout ce qui avait été conservé de l’Antiquité. Ullman a pu constater que les extraits choisis par les compilateurs étaient justement ceux qui répondaient le mieux aux besoins d’un manuel de géométrie41. On ne voulait pas faire un résumé du texte original, on découpait les morceaux correspondant à ce qu’on cherchait. L’objectif du compilateur était apparemment de réaliser un manuel pouvant servir à l’enseignement des arts libéraux. Cela est indiqué clairement par le titre, mentionnant explicitement deux des matières du quadrivium, l’arithmétique et la géométrie, de même que par la composition des manuscrits dans lesquels on retrouve le traité du Pseudo-Boèce42.

  • 43 Folkerts, « The Importance of the Pseudo-Boethian… », p. 189, 193-195.

18Pourtant, l’Ars geometriae a connu un relatif succès. Menso Folkerts a pu repérer dix-sept manuscrits datés entre le IXe et le XIe siècle, dont dix d’avant l’an mil et trois attribués à Corbie à la fin du IXe siècle43. Le traité était surtout connu dans l’est de la France et l’ouest de l’Allemagne actuelles, ce qui s’explique par une diffusion dont le point de départ était Corbie. Cependant, on en retrouve aussi des copies isolées en Angleterre, dans le nord de l’Italie ainsi que dans le sud de l’Allemagne – Clm. 560 lui-même. En tout, on connaît vingt-cinq manuscrits médiévaux, ce qui est beaucoup moins que pour les traités sur l’arithmétique et sur la musique, également étudiés dans le cadre du quadrivium, et pour lesquels on connaît pour chacun une centaine de manuscrits. Cependant, c’est tout de même beaucoup plus que pour bien d’autres œuvres de l’Antiquité tardive. En fait, une fois que des textes de meilleure qualité se soient répandus après le XIe siècle, l’Ars geometriae attribuée à Boèce a cessé d’être recopiée.

  • 44 Margret T. Gibson, « Boethius in the Carolingian Schools », Transactions of the Royal Historical S (...)
  • 45 Folkerts, « The Importance of the Pseudo-Boethian… », p. 209.

19Menso Folkerts attribue le relatif succès de la compilation à deux facteurs. D’abord, la géométrie était une partie intégrale du quadrivium. Comme on ressentait le besoin d’étudier cette matière dans le cadre du cursus idéal d’études, on se servait de ce qui était disponible. Ensuite, Boèce était très populaire au Moyen Âge – rappelons que sa Consolation de la philosophie est un des textes les plus lus et recopiés durant toute la période44 – et le simple fait que le traité lui était attribué suffisait pour lui conférer un prestige certain45.

  • 46 Ullman, « Geometry… », p. 263-264.

20On sait que c’est à l’époque carolingienne que s’est développé le cursus des arts libéraux, comprenant le trivium et le quadrivium, en s’appuyant sur une tradition qui avait son origine dans l’Antiquité tardive. Chez les Grecs et les Romains, le nombre de disciplines comprises dans les arts libéraux n’était pas encore fixé. C’est Martianus Capella, dans son De nuptiis Philologiae et Mercurii – un autre classique très populaire au Moyen Âge – qui a proposé le nombre de sept, qui a ensuite été adopté et s’est stabilisé. C’est cependant Boèce qui a introduit le terme quadrivium pour les quatre dernières disciplines – arithmétique, géométrie, musique et astronomie –, alors que celui de trivium n’est apparu que plus tard46.

  • 47 Brown, « Introduction… », p. 37; Brigitte Englisch, Die Artes liberales im frühen Mittelalter (5.- (...)

21Sous l’influence d’Alcuin, l’étude des arts libéraux structurée par le modèle du trivium et du quadrivium s’est systématisée. Les lettrés des cours carolingiennes cherchèrent à homogénéiser l’apprentissage des connaissances nécessaires à une administration efficace de l’empire. Cependant, même si chacune des disciplines devait idéalement faire partie du cursus, elles n’étaient pas considérées comme étant d’égale importance. La grammaire, la rhétorique et la dialectique – soit le trivium – avaient un rôle fondamental. Donnant accès à la langue latine, elles permettaient de comprendre la parole divine telle qu’exprimée dans la Bible. De plus, avec l’accent mis sur la maîtrise de la langue et de l’expression, les clercs carolingiens se trouvaient en droite ligne avec les traditions pédagogiques de l’Antiquité tardive, qui visaient à former des orateurs et des administrateurs. La tradition exégétique avait en outre contribué à souligner l’importance de bien comprendre et de pouvoir bien expliquer les textes sacrés47.

  • 48 Brown, « Introduction… », p. 37-38.

22L’utilité des disciplines du quadrivium était, en revanche, d’une portée plus limitée. L’arithmétique servait dans le cadre du comput, soit pour calculer la date de Pâques ; l’étude de la musique servait à la liturgie ; l’astronomie permettait de reconnaître le mouvement providentiel des planètes ; quant à la géométrie, il restait difficile de lui trouver un rôle pratique dans l’éducation chrétienne, sinon pour étudier la perfection de la création48.

  • 49 Ullman, « Geometry… », p. 275; Folkerts, « The Importance of the Latin Middle Ages… »
  • 50 Folkerts, « Probleme… », p. 188; Id., « The Importance of the Latin Middle Ages… », p. 1-3; Id., « (...)
  • 51 Ullman, « Geometry… », p. 268.
  • 52 Englisch, Die Artes liberales…, p. 473-474.

23Il devenait donc nécessaire d’avoir à sa disposition des manuels pour chacune des disciplines. C’est apparemment le centre culturel qu’était Corbie qui a fourni, aux VIIIe et IXe siècles, les matériaux nécessaires à l’étude de ces disciplines pour les érudits de l’empire franc49. C’est de là que se sont diffusés les manuels nouvellement compilés. En fait, on peut observer que l’enseignement des matières du quadrivium au IXe siècle répondait surtout à des impératifs culturels et à la volonté de mettre en pratique les réformes proposées par les instigateurs de la renaissance carolingienne. On voulait être de son temps et être au courant de l’état actuel des connaissances. Cela ne signifie aucunement que l’on désirait mettre en pratique les connaissances théoriques contenues dans ces traités. En réalité, il semble même que l’on s’intéressait peu à l’usage pragmatique de telles connaissances. Tous les spécialistes s’accordent pour affirmer que la majorité de ces manuels – dont ceux d’Aratus et du Pseudo-Boèce –, emplis d’erreurs dues à l’incompréhension des copistes, auraient été très peu utiles pour un approfondissement des théories que l’on devait acquérir en géométrie et en arithmétique50. On étudiait ces matières car elles faisaient partie du cursus – comme l’écrit B. L. Ullman, on étudiait le Pseudo-Boèce tout comme on étudiait Cicéron ou Quintilien51 ; il s’agissait avant tout d’une érudition d’élites52.

  • 53 Eastwood, Ordering…, p. 1-29.
  • 54 Ibidem, p. 23.
  • 55 Macrobe, Commentaire au Songe de Scipion, édité et traduit par Mireille Armisen-Marchietti, Paris, (...)
  • 56 Eastwood, Ordering…, p. 17-20, 31-94.
  • 57 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre 18, édité et traduit par Henri Le Bonniec et André Le Bœ (...)
  • 58 Eastwood, Ordering…, p. 17-20, 95-178.

24Toutefois, cela ne signifie pas que les lettrés carolingiens se soient complètement désintéressés de la mise en pratique de connaissances théoriques, ou que personne ne se soit préoccupé de comprendre les textes qui étaient recopiés. En fait, plusieurs indices montrent que certains textes astronomiques et cosmologiques ont fait l’objet de véritables efforts pour en comprendre, expliquer et rendre accessible le contenu53. Le simple fait qu’on se soit donné la peine de trouver, recopier et compiler les œuvres des auteurs antiques indique certes qu’on s’intéressait à ces disciplines et que l’on recherchait activement à rendre accessibles les connaissances disponibles54. Ainsi, on se servait couramment de l’œuvre de Macrobe55 comme d’un manuel décrivant le cosmos, les zones célestes et terrestres ainsi que les parties de la Terre56. On avait également décortiqué l’œuvre de Pline l’Ancien57 pour en rassembler tous les extraits concernant l’astronomie et la cosmologie58. Les compilations qu’on en avait tirées formaient un corpus de référence majeur.

  • 59 Martianus Capella, Astronomie, traduit et commenté par André Le Bœuffle, Vannes, 1998. Voir Englis (...)
  • 60 Eastwood, Ordering…, p. 20-21, 179-311.

25Mais on a fait plus que cela. Plusieurs textes portant sur l’astronomie ont fait l’objet de commentaires détaillés. Il en va ainsi des parties de l’œuvre de Martianus Capella portant sur l’astronomie59 : nous sont parvenus les commentaires de Jean Scot Erigène, de Rémi d’Auxerre et de deux anonymes. Certes, ces commentaires ne dépassaient pas le cadre limité du contenu des textes disponibles. Mais on ne faisait pas seulement qu’expliquer Martianus, on élaborait des doctrines astronomiques en se servant d’informations pigées dans d’autres œuvres60.

  • 61 Ibidem, p. 372-425.

26Bruce S. Eastwood a attiré l’attention sur l’usage pédagogique des diagrammes transmis dans les manuscrits carolingiens61. Ils servaient souvent à illustrer de manière concise les informations contenues dans les textes, mais plusieurs d’entre eux sont autonomes, expliquant des concepts d’astronomie dont il était question dans les écrits, mais sans se référer à des passages précis. Selon Eastwood, ces diagrammes témoignent de la volonté de rationaliser les connaissances et de les présenter d’une manière appropriée à l’enseignement.

  • 62 Bruce S. Eastwood, « Astronomy in Christian Latin Europe, c. 500-1150 », dans Id., The Revival of (...)

27On sait également que les moines du haut Moyen Âge savaient observer la position des étoiles pour déterminer l’heure de la nuit, ce qui était nécessaire pour la célébration des offices nocturnes. Dans la première moitié du IXe siècle, l’archevêque de Vérone Pacifique avait même inventé un instrument qui permettait, à l’aide d’un tube pointé vers l’étoile Polaire, d’observer les mouvements des étoiles autour de celle-ci. De plus, dès l’époque de Charlemagne, des témoignages nous sont parvenus indiquant que l’on observait le mouvement des planètes : certains résultats de ces observations ont été mis par écrit62.

28Plusieurs indices montrent que Clm. 560 était un de ces manuels utilisés pour l’enseignement du quadrivium. Tout d’abord, le fait même qu’on ait recopié des textes portant sur l’astronomie, l’arithmétique et la géométrie – trois des quatre matières du quadrivium – dans le même codex tend à montrer le besoin qu’on a ressenti de réunir tous ces traités au même endroit. L’homogénéité du contenu du codex ne peut guère être mise en doute.

  • 63 Jacques Lemaire, Introduction à la codicologie, Louvain-la-Neuve, 1989 (Publications de l’Institut (...)
  • 64 Carla Bozzolo, Ezio Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois essais de cod (...)
  • 65 Joseph-Claude Poulin, « Les libelli dans l’édition hagiographique avant le XIIe siècle », dans Mar (...)

29Ensuite, le format du codex permet de supposer un usage pratique tout à fait compatible avec un contexte d’enseignement63. D’après la typologie développée par Carla Bozzolo et Ezio Ornato, il correspond à la catégorie « petit-moyen »64. Il s’agit de la catégorie identifiée par Joseph-Claude Poulin comme étant celle de la grande majorité des libelli hagiographiques réalisés avant 1100 : des livrets de petit format, qui ne contenaient souvent qu’une seule œuvre, conçus pour être aisément transportables65. On retiendra que c’est un format permettant un maniement facile, peu encombrant – bref, idéal pour la salle de classe.

  • 66 Helmut Maurer, Der Herzog von Schwaben. Grundlagen, Wirkungen und Wesen seiner Herrschaft in otton (...)
  • 67 Bischoff, Katalog…, p. 222.
  • 68 « Hos ad fidem conversos, ad Boias, qui nunc Baioarii vocantur, tendit […]. » Jonas de Bobbio, Vit (...)
  • 69 Selon Bernhard Bischoff, du XIIe siècle. Bischoff, Katalog…, p. 222.

30Finalement, on remarquera la présence de gloses et d’essais d’écriture sur les dernières pages du manuscrit, laissant supposer un usage par des étudiants. On peut en effet lire au bas de la deuxième page de l’opuscule du « Géographe » ce qui est apparemment des remarques de scribes, voire d’étudiants du sud de l’Allemagne : « Sueui non sunt nati, sed seminati. Beire non dicuntur Bauarii, sed Boiarii, a Boia fluvio ». La première phrase peut être un jeu de mots sur seminati, « disséminés », compris ici comme « à moitié nés », et se réfère apparemment aux Souabes. Puisque le duché de Souabe est un produit du début du Xe siècle66, la glose ne peut guère avoir été écrite plus tôt ; Bernhard Bischoff en attribue d’ailleurs l’écriture au Xe siècle67. La seconde remarque est quant à elle une tentative de rectifier l’origine du nom des Bavarois ; elle rappelle un passage de Jonas de Bobbio, dans lequel celui-ci identifie les Baioarii du VIIe siècle aux Boïens (Boiae) de l’Antiquité68. Remarquons que l’écriture de ces deux gloses, une minuscule, n’est pas de la même main que celle de l’opuscule du « Géographe ». À la page suivante, on retrouve une suite de lettres représentant sans doute des essais de plume69. La glose sur les Souabes et la rectification du nom des Bavarois confirment à tout le moins l’existence de contacts soutenus entre la Bavière – où l’opuscule a été composé – et le sud-ouest de l’Allemagne – où le codex a été mis par écrit.

31Toutefois, on constate que les textes portant sur les disciplines du quadrivium contenus dans Clm. 560 font partie de cette catégorie de manuels dont l’utilité pratique était très limitée. Aratus et ses commentaires répondaient surtout au besoin de connaître la mythologie et la tradition littéraire associées aux astres ; le traité du Pseudo-Boèce était trop fautif pour permettre la mise en pratique des connaissances théoriques qui y étaient expliquées. On ne retrouve pas dans le codex les compilations d’extraits de Pline, les commentaires sur Martianus Capella ou les diagrammes carolingiens, principaux témoignages d’une véritable rationalisation des connaissances et d’un effort assidu d’expliquer des données complexes de manière simple et compréhensible.

32De tout cela, on peut conclure que le manuscrit Clm. 560 était probablement une compilation de traités d’arts libéraux servant à l’enseignement du quadrivium. Cependant, l’enseignement des matières contenues dans le codex servait à parfaire les connaissances générales dans des disciplines dont l’étude était encore rudimentaire, plutôt qu’à acquérir des connaissances dans le but de les mettre en pratique.

33L’analyse du contenu du codex Clm. 560 peut-elle nous donner des indications permettant d’élucider le problème de l’intention de l’auteur de l’opuscule du « Géographe de Bavière » ? Afin de répondre à cette question, il importe de considérer les hypothèses qui ont déjà été émises à propos du contexte originel de rédaction de l’œuvre.

  • 70 Herrmann, Slawisch-germanische Beziehungen…, p. 214-215.
  • 71 Fritz Lošek, Die Conversio Bagoariorum et Carantanorum und der Brief des Erzbischofs Theotmar von (...)
  • 72 Herwig Wolfram, Salzburg. Bayern. Österreich. Die Conversio Bagoariorum et Carantanorum und die Qu (...)
  • 73 Herrmann, Slawisch-germanische Beziehungen…, p. 214-215.

34Selon Erwin Herrmann, l’opuscule aurait été composé à Salzbourg à la fin du IXe siècle et aurait servi dans le contexte de la mission chez les peuples slaves. On aurait voulu mettre par écrit les connaissances disponibles sur les régions peuplées par des païens, afin de fournir des informations sur l’organisation politique et ethnique utiles pour les futurs missionnaires70. L’église de Salzbourg avait un rôle clé dans les tentatives missionnaires de l’époque, comme en témoigne le texte connu sous le titre de Conversio Bagoariorum et Carantanorum71. Celui-ci a été écrit vers 870 à Salzbourg par un auteur anonyme cherchant à défendre les droits de son église face aux prétentions du missionnaire Méthode ; il affirmait – en s’appuyant, comme l’ont démontré Herwig Wolfram et Thomas Lienhard, sur une combinaison invraisemblable d’informations vraies et fausses – que les Carinthiens avaient été convertis dès le VIIIe siècle par les moines d’un monastère situé près de Salzbourg72. Erwin Herrmann croyait donc que l’opuscule du « Géographe » avait été composé dans ce même contexte d’intensification des activités missionnaires73.

  • 74 Christian Hanewinkel, Die politische Bedeutung der Elbslawen im Hinblick auf die Herrschaftsveränd (...)
  • 75 Janet Bateley, Anton Englert dir., Ohthere’s Voyages. A Late 9th century Account of Voyages along (...)

35Cette explication n’a pas convaincu Christian Hanewinkel, qui pense plutôt que la rédaction de l’opuscule doit être attribuée à des objectifs politiques et militaires, et le contexte qui lui semble le plus probable est celui de la cour d’Arnulf de Carinthie à la toute fin du IXe siècle74. Il fait remarquer que des descriptions géographiques comparables ont été compilées à la même époque à la cour d’Alfred, roi du Wessex : les récits de voyage d’Ohthere et de Wulfstan ainsi que le supplément sur la géographie de l’Europe nordique ajouté à la traduction en anglo-saxon de l’œuvre d’Orose75.

  • 76 Hanewinkel, Die politische Bedeutung…, p. 88.
  • 77 Ibidem, p. 144.

36Hanewinkel est de l’avis qu’il faut chercher un contexte semblable pour la rédaction du texte du « Géographe de Bavière » et croit que c’est la cour d’Arnulf qui répond le mieux à ces conditions. Considérant que Ratisbonne – connue comme étant un des lieux de résidence d’Arnulf – est mentionnée dans le supplément géographique d’Orose76, il va jusqu’à supposer que ce soient les mêmes marchands qui auraient fourni les informations aux clercs de la cour d’Alfred et au « Géographe de Bavière »77. De telles informations sur des contrées lointaines n’auraient guère pu être fournies par des personnes autres que des marchands.

  • 78 Eric J. Goldberg, Struggle for Empire. Kingship and Conflict under Louis the German, 817-876, Itha (...)

37Récemment, Eric J. Goldberg a émis une nouvelle hypothèse : l’opuscule du « Géographe » aurait été tout d’abord composé sous Louis le Pieux afin d’aider à calculer les tributs que les peuples slaves devaient payer aux Francs78. Notons cependant que rien n’indique expressément une relation entre l’opuscule de géographie et le paiement de tributs, et qu’un texte comme le suppose Goldberg n’est aucunement connu ailleurs dans l’Empire carolingien. De plus, cette proposition est difficilement applicable à la seconde partie de l’opuscule, traitant de peuplades dont la majorité défie toute tentative d’identification avec des noms connus ailleurs. La supposition de Goldberg apparaît donc plutôt hasardeuse.

38Cependant, ni Erwin Herrmann, ni Christian Hanewinkel, ni Eric J. Goldberg n’ont tenu compte dans leur argumentation d’une analyse codicologique de Clm. 560, et ce, même si Herrmann s’était donné la peine de donner une description du manuscrit et de son contenu. Certes, puisque le texte a été composé en Bavière et que nous n’avons accès qu’à une copie effectuée dans un scriptorium du sud-ouest de l’Allemagne, les considérations d’ordre codicologique ne peuvent s’appliquer qu’à la copie, et non à la rédaction originale. Toutefois, elles peuvent donner des indices sur les raisons qui faisaient qu’on s’intéressait à une telle œuvre.

  • 79 Hoffmann, Schreibschulen…, vol. i, p. 170.

39Il a pu être démontré que Clm. 560 était un codex servant activement à l’enseignement du quadrivium. On ne sait cependant pas où exactement avait lieu cet enseignement ou à qui il s’adressait. Hartmut Hoffmann a proposé d’attribuer le manuscrit au scriptorium de l’église de Constance, ce qui pourrait laisser penser qu’il servait à l’école épiscopale. Cependant, Hoffmann souligne le fait que ce scriptorium est encore trop peu connu pour permettre toute affirmation définitive79. Compte tenu du caractère incertain de l’attribution, il serait sans doute imprudent de s’appuyer sur celle-ci pour construire son argumentation.

40Malgré tout, on constate que dans une école du sud-ouest de l’Allemagne où l’on étudiait le quadrivium, on s’intéressait à la géographie et à la constellation politique et ethnique des régions à l’est de l’Elbe. Certes, il n’est pas à exclure qu’on ait choisi de recopier l’opuscule dans ce codex tout simplement parce qu’il restait quelques pages libres sur ses derniers folios. Toutefois, compte tenu du caractère homogène du contenu de Clm. 560, on est en droit de supposer qu’il y a un lien entre l’opuscule et les autres textes. Cela voudrait dire qu’on l’aurait recopié dans le but d’en enseigner le contenu ou, tout au moins, de rendre le texte aisément accessible aux étudiants de l’école.

41Qui pouvait donc être intéressé par l’enseignement de telles données dans une école où on étudiait le quadrivium ? On peut proposer trois explications :

  1. On s’y intéressait principalement par curiosité intellectuelle. Tout comme avec les traités du quadrivium, dont la valeur consistait en un complément des matières perçues comme devant former le cursus idéal, on y voyait un enrichissement des savoirs et un moyen de formation, et non une source de connaissances pouvant être mises en pratique. La copie de l’opuscule de géographie n’aurait donc servi aucun objectif pratique précis.
  2. Les informations contenues dans l’opuscule du « Géographe de Bavière » pouvaient être utiles pour la formation de clercs destinés à se vouer à des activités missionnaires chez les Slaves. L’impératif d’envoyer des clercs en mission à l’Est est toutefois peu probable dans une école du sud-ouest de l’Allemagne. Des initiatives missionnaires chez les païens qui auraient eu leur origine dans cette région ne sont pas connues. Si l’on envisageait de tels plans, ce ne pouvait être que dans un futur vague et lointain.
  3. Les informations de l’opuscule pouvaient être utiles à la formation des clercs – voire de laïcs – dans une perspective autre que celle de la mission. On pourrait penser au besoin de fournir des données d’ordre politique et géographique pouvant être utiles pour des entreprises diplomatiques ou militaires. N’oublions pas qu’aux IXe et Xe siècles, il était tout à fait courant que des clercs aient des responsabilités importantes dans des domaines autres que religieux et ecclésiastiques : ils pouvaient conseiller les souverains, jouer un rôle important dans la politique, voire les expéditions militaires80.

42Dans tous les cas, on peut reconnaître qu’en ce qui concerne le contexte de la copie qui nous est parvenue, les raisons qui poussaient à s’intéresser à un tel texte étaient d’un ordre assez général et les besoins qu’ils pouvait satisfaire ne pouvaient être qu’à long terme. Il n’est donc guère surprenant qu’on n’ait conservé qu’une seule copie de l’opuscule.

Annexes

ANNEXE 1. Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm. 560 : contenu et éditions

Première partie82

Tabula astrologica
f. 1r.

Hermann de Reichenau, De utilitatibus astrolabii, liber I
f. 1v-14v. Édition : PL 143, 389-404.

Alchora, De orologio
f. 14v-19r.

Fragment de calendrier
f. 19v.

Julius Firmicus Maternus, Matheseos libri i-ii
f. 20r-60v. Édition: Julius Firmicus Maternus, Matheseos libri viii, éds W. Kroll, F. Skutsch, Leipzig, 1897 (Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana), p. 1-76.

Alchandrus, Sequentia ad opus Julii Firmici
f. 61r-87v.

Hymnes avec neumes, note
f. 87v-88r.

Seconde partie

Aratus latinus

a) Arati ea quae videntur, f. 89r-91v. Édition : Ernst Maass, éd., Commentariorum in Aratum reliquiae. Insunt tabulae duae et tres imagines textui impressae, Berlin, 1898, p. 102-126.
b) Erastosthenis « De circa exornatione stellarum et ethymologia de quibus videntur », f. 91v -92r. Édition : Maass, Commentariorum…, p. 134-139.
c) Quibus Arati videntur…, f. 92r-93r. Édition : Maass, Commentariorum…, p. 140-144.
d) Alia descriptio praefationis, f. 94v-96r. Édition : Maass, Commentariorum…, p. 105-109, 113-123.
e) Erastothenes « De exornatione et proprietate sermonum », f. 96r. Édition : Maass, Commentariorum…, p. 137-139.
f) Descriptio duorum semisperium, f. 96r-96v. Édition : Maass, Commentariorum…, p. 145.
g) Arati genus, f. 97r-98r. Édition : Maass, Commentariorum…, p. 146-150.
h) De caeli positione, f. 98r-98v. Édition : Germanicus Caesar, Aratea cum scholiis, éd. Alfred Breysig, Berlin, 1867, p. 104-107 ; Censorinus, De die natali liber, éd. Otto Jahn, Amsterdam, 1964, p. 76-78.
i) De stellis fixis et stantibus, f. 98v-100r. Édition : Germanicus Caesar, Aratea…, p. 221-224 ; Censorinus, De die…, p. 79-82.
j) Involutio sperae, f. 100r-121v. Édition: Maass, Commentariorum…, recensio interpolata, p. 155-297.

Pseudo-boèce, Ars geometriae et arithmeticae
a) Livre i, f. 120r-129r. Éditions: PL 63, 1352-1358; F. Blume, K. Lachmann, A. Rudorff, éds., Die Schriften der römischen Feldmesser. 1. Band. Texte und Zeichnungen, Berlin, 1848, p. 393-406.
b) Livre ii, f. 129r -134r. Édition : PL 63, 1358-1364.
c) Livre iii, f. 134v-141r. Éditions : Blume, Lachmann, Rudorff, Die Schriften…, vol. 1, p. 377-388 ; Menso Folkerts, « Boethius » Geometrie ii. Ein mathematisches Lehrbuch des Mittelalters, Wiesbaden, 1970 (Texte und Abhandlungen zur Geschichte der exakten Wissenschaften, vol. ix), p. 176-188, 192-200, 200-204.
d) Livre iv, f. 141v-143r. Éditions : Blume, Lachmann, Rudorff, Die Schriften…, vol. 1, p. 388-392 ; Folkerts, « Boethius » Geometrie…, p. 204-210.
e) Altercatio duorum geometricorum, f. 146r-149r. Édition: Menso Folkerts, « Die Altercatio in der Geometrie i des Pseudo-Boethius. Ein Beitrag zur Geometrie im mittelalterlichen Quadrivium », dans Gundolf Keil dir., Fachprosa-Studien. Beiträge zur mittelalterlichen Wissenschafts-und Geistesgeschichte, Berlin 1982, p. 84-114, p. 103-113.

Descriptio civitatum et regionum ad septentrionalem plagam Danubii (« Géographe de Bavière »)
f. 149v-150r. Édition : Erwin Herrmann, Slawisch-germanische Beziehungen im südostdeutschen Raum von der Spätantike bis zum Ungarnsturm. Ein Quellenbuch mit Erläuterungen, Munich, 1965, p. 220-221

ANNEXE 2. Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm. 560 : description des cahiers

Afin de décrire les cahiers composant le codex, nous utilisons le modèle proposé par Jacques Lemaire81.

chiffre romain :

numéro de cahier

chiffre arabe :

numéro de folio

p :

côté poil

c :

côté chair

R :

renforcement

P :

page perdue

Première partie (f. 1r-88v)

i (quernion)

c1p p2c c3p p4c c5p/p6c c7p p8c c9p p10c

ii (sénion)

p11c c12p p13c c14p p15c c16p/p17c c18p p19c c20p p21c c22p

iii (quaternion)

p23c c24p p25c c26p/p27c c28p p29c c30p

iv (quaternion)

p31c c32p p33c R c34p/p35c c36p R p37c c38p

v (quaternion)

p39c c40p R p41c c42p/p43c R c44p p45c c46p

vi (ternion)

c47p p48c c49p/p50c R c51p c52p

vii (quaternion)

p53c c54p p55c c56p/p57c c58p p59c c60p

viii (quernion)

p61c c62p p63c c64p p65c/c66p p67c c68p p69c c70p

ix (quernion)

p71c c72p p73c c74p p75c/c76p p77c c78p p79c c80p

x (quaternion)

p81c c82p p83c c84p/p85c c86p p87c c88p

Seconde partie (f. 89r-151r)

i (quernion)

p89c c90p p91c c92p p93c/c94p p95c c96p p97c c98p

ii (quaternion)

p99c c100p p101c c102p/p103c c104p p105c P

iii (quaternion)

p106c c107p p108c c109p/p110c c111p p112c c113p

iv (quaternion)

p114c c115p R p116c c117p/p118c R c119p p120c c121p

v (quaternion)

P c122p p123c c124p/p125c c126p p127c c128p

vi (quaternion)

p129c c130p p131c c132p/p132ac c133p p134c c135p

vii (quaternion)

p136c c137p p138c c139p/p140c c141p p142c c143p

viii (quaternion)

R p144c c145p p146c c147p/p148c c149p p150c c151p

Notes

1 À propos des difficultés de dater la composition de l’opuscule, voir Sébastien Rossignol, « Überlegungen zur Datierung des Traktates vom sog. Bayerischen Geographen anhand paläographischer und kodikologischer Beobachtungen », Actes de la section sur l’archéologie des Slaves du 18e Congrès du Mittel-und Ostdeutscher Verband für Altertumsforschung, Greifswald, mars 2009, sous la direction de Felix Biermann, Thomas Kersting et Anne Klammt (à paraître).

2 Pour l’Europe du Centre-Est en général, voir Natalia Aleksiun et alii, Histoire de l’Europe du Centre-Est, Paris, 2004 (Nouvelle Clio. L’Histoire et ses problèmes), p. 18 ; Christian Lübke, Das östliche Europa, Munich, 2004 (Die Deutschen und das europäische Mittelalter), p. 21-24 ; Joachim Herrmann, « Wohnsitze der slawischen Stämme und Stammesgruppen », dans Id. dir., Die Slawen in Deutschland. Geschichte und Kultur der slawischen Stämme westlich von Oder und Neiße vom 6. bis 12. Jahrhundert. Ein Handbuch. Neubearbeitung, Berlin, 1985 (Veröffentlichungen des Zentralinstituts für Alte Geschichte der Akademie der Wissenschaften der DDR), p. 7. Pour la Pologne, voir Stanisław Szczur, Historia Polski. Średniowiecze, Cracovie, 2002, p. 24 ; Manfred Alexander, Kleine Geschichte Polens, Stuttgart, 2003, p. 16-17. Pour la Bohême, voir Dušan Třeštík, Počátky Přemyslovců. Vstup Čechů do dějin (530-935), Prague, 1997 (Česká historie), p. 83. Pour la Silésie, voir Peter Moraw, « Das Mittelalter (bis 1469) », dans Norbert Conrads dir., Schlesien, Berlin, 1994 (Deutsche Geschichte im Osten Europas), p. 56 ; Stanisław Rosik, « Najdawniejsze dzieje Dolnego Śląska (do roku 1138) », dans Wojciech Wrzesiński dir., Dolny Śląsk. Monografia historyczna, Wrocław, 2006 (Acta Universitatis Wratislaviensis No 2880), p. 16. La Poméranie est absente de l’opuscule, voir Jan M. Piskorski, Pomorze plemienne. Historia – archeologia – językoznawstwo, Poznań, Szczecin, 2002, p. 23, n. 14.

3 Jean Potocki, Fragments historiques et géographiques sur la Scythie, la Sarmatie et les Slaves recueillis et commentés par Jean Potocki, Brunswick, 1796, p. 281-284. Le texte avait été découvert par Louis-Gabriel, comte du Buat quelques années plus tôt : du Buat, Histoire ancienne des peuples de l’Europe, Paris, 1772, t. xi, p. 144-188. Voir Henryk Lowmiański, « O pochodzeniu Geografa bawarskiego », Roczniki historyczne, xx, 1951-1952, p. 10. Les variantes utilisées par les chercheurs (lat. Geographus Bavarus, all. Bayerischer Geograph, pol. Geograf bawarski, tchèque Bavorský geograf) en sont des dérivés.

4 Rostislav Nový, Die Anfänge des böhmischen Staates. i. Teil. Mitteleuropa im 9. Jahrhundert, Prague, 1969, p. 132-140.

5 Erwin Herrmann, « Zu Entstehung und Bedeutung des sog. Geographus Bavarus (Descriptio civitatum) », Jahrbuch für altbayerische Kirchengeschichte, 1963, p. 78.

6 Erwin Herrmann, Slawisch-germanische Beziehungen im südostdeutschen Raum von der Spätantike bis zum Ungarnsturm. Ein Quellenbuch mit Erläuterungen, Munich, 1965, p. 212-215.

7 Béatrice Hernad, Die gotischen Handschriften deutscher Herkunft in der Bayerischen Staatsbibliothek. Teil 1. Vom späten 13. bis zur Mitte des 14. Jahrhunderts, Wiesbaden, 2000, p. 135-137.

8 Rostislav Nový suppose que les deux parties n’ont été reliées qu’au XVe siècle, par Hermann ou Hartmut Schedel. Voir Nový, Die Anfänge des böhmischen Staates…, p. 133-134.

9 Hartmut Hoffmann, Schreibschulen des 10. und des 11. Jahrhunderts im Südwesten des Deutschen Reiches, Hanovre, 2004 (Monumenta Germaniae Historica. Schriften, vol. 53), vol. i, p. 173.

10 Bernhard Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme der wisigotischen). Teil 2. Laon-Paderborn, Wiesbaden, 2004 (Veröffentlichungen der Kommission für die Herausgabe der mittelalterlichen Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz. Bayerische Akademie der Wissenschaften), p. 222.

11 Hermann de Reichenau, De utilitatibus astrolabii, liber i, Patrologia Latina [PL] 143, 389-404.

12 Walter Berschin, Martin Hellmann, Hermann der Lahme. Gelehrter und Dichter (1013-1054), Heidelberg, 2005.

13 Il n’indique que le titre donné par le manuscrit, Astrolapsus, sans préciser. Herrmann, Slawisch-germanische Beziehungen…, p. 212.

14 Bischoff, Katalog…, p. 222; Id., Die südostdeutschen Schreibschulen und Bibliotheken in der Karolingerzeit. Teil i. Die bayerischen Diözesen. 2., durchgesehene Auflage, Wiesbaden, 1960, p. 262, n. 3.

15 Voir annexe ii, infra.

16 Herrmann, Slawisch-germanische Beziehungen…, p. 213-214. Il alla jusqu’à supposer que le dessin aurait été ajouté après la mise par écrit du texte du « Géographe », ce qui signifierait que celui-ci aurait été écrit environ en même temps que le traité du Pseudo-Boèce. Cette supposition est dorénavant infirmée par la nouvelle datation de Berhard Bischoff.

17 Nový, Die Anfänge des böhmischen Staates…, p. 136-139.

18 Gustav Becker, Catalogi bibliothecarum antiqui, Bonn, 1885 (réédition: Hildesheim/New York, 1973), no 6 (822), p. 4-13; no 8 (823-838), p. 16-18; no 9 (838-842), p. 19; no 10 (avant 842), p. 19-24; Alfred Holder, Die Reichenauer Handschriften. Dritter Band, Leipzig, Berlin, 1918 (Die Handschriften der Badischen Landesbibliothek in Karlsruhe, vii) (réédition: Wiesbaden, 1973), noia (821), p. 71-81; noiia (823-838), p. 86-90; noiiia (838-842), p. 90-91; noiva (786-842), p. 91-96.

19 De arithmetica lib. ii, de geometria lib. iii et de dialectica, et rhetorica Alcuini, Arati de astrologia lib. i, artis medicinae lib. i nec non et de diversis rebus libri in codice i. Becker, Catalogi bibliothecarum…, no 6, 356, p. 11; Holder, Die Reichenauer Handschriften…, noia, 356, p. 79.

20 « In secundo libro continentur computationes regum Romanorum, caesarum consulumque. Deinde libri grammaticae artis Donati. Et de metrica arte libri Bedae presbyteri. Et libellus de centum metris. Et liber de aenigmatibus Symphosii et liber fabularum Aniani (Auiani) poetae. Et libri duo Boetii (de arithmetica arte. Et libri quinque Boetii) de musica arte. Et libri (liber) astrologiae Arati. Et libri Boetii geometricorum. Et libri duo Alchuini (Alcuini) de rhetorica (rhethorica) et dialectica arte. Et liber Iulii Caesaris de mensione universi orbis. Et liber Aethici (Ethicae) Hieronymi de cosmographia, et libri duo de architectonica Faventini et unus liber herbarius (liber unus hebraicus) Apulei. » Becker, Catalogi bibliothecarum…, 10, 2, p. 20; Holder, Die Reichenauer Handschriften…, no iva, p. 91.

21 « Vielleicht bestehen textliche Beziehungen zu dem Artes-Corpus Reginberts. » Bischoff, Katalog…, p. 221.

22 Jean Martin, « Introduction », dans Aratos, Phénomènes, édité, traduit et commenté par Jean Martin, Paris, 1998 (Collection des Universités de France), tome i, p. xi-xlviii.

23 H. Le Bourdellès, L’Aratus latinus. Étude sur la culture et la langue latines dans le Nord de la France au VIIIe siècle, Lille, 1985, p. 24.

24 Manfred Erren, Die Phainomena des Aratos von Soloi. Untersuchungen zum Sachund Sinnverständnis, Wiesbaden, 1967 (Hermes Einzelschriften, Heft 10); Martin, « Introduction… », p. lxxxv.

25 Le Bourdellès, L’Aratus…, p. 27.

26 Ibidem, p. 31.

27 Ibidem, p. 32-39.

28 Ibidem, p. 51-52.

29 Ibidem, p. 80-81. À propos de l’importance de la correctio et de l’emendatio dans le cadre des réformes carolingiennes, voir Giles Brown, « Introduction : the Carolingian Renaissance », dans Rosamond McKitterick dir., Carolingian Culture : Emulation and Innovation, Cambridge, 1994, p. 1-51.

30 Le Bourdellès, L’Aratus…, p. 108-109.

31 David Ganz, Corbie in the Carolingian Renaissance, Sigmaringen, 1990 (Beihefte der Francia, vol. 20).

32 Le Bourdellès, L’Aratus…, p. 108-109.

33 Ibidem, p. 78.

34 Menso Folkerts, « Euclid in Medieval Europe », dans Id., The Developments of Mathematics in Medieval Europe. The Arabs, Euclid, Regiomontanus, Burlington, 2006 (Variorum Collected Studies Series), iii (article d’abord paru en 1989); Id., « The Importance of the Latin Middle Ages for the Development of Mathematics », dans Id., Essays on Early Medieval Mathematics. The Latin Tradition, Burlington, 2003 (Variorum Collected Studies Series), i (article d’abord paru en 1987); Id., « The Importance of the Pseudo-Boethian Geometria During the Middle Ages », dans Id., Essays…, vii (article d’abord paru en 1981).

35 B. L. Ullman, « Geometry in the Mediaeval Quadrivium », dans Studi di bibliografia e di storia in onore di Tammaro de Marinis, vol. iv, 1964, p. 275-276.

36 Menso Folkerts, « Mathematische Probleme im Corpus agrimensorum », dans Id., Essays…, ii (article d’abord paru en 1992), p. 328.

37 Ullman, « Geometry… », p. 265.

38 Folkerts, « The Importance of the Latin Middle Ages… », p. 1-3; Id., « The Importance of the Pseudo-Boethian… », p. 189-190.

39 Menso Folkerts, « Probleme der Euklidinterpretation und ihre Bedeutung für die Entwicklung der Mathematik », dans Id., The Developments…, iv (article d’abord paru en 1980), p. 188.

40 Ullman, « Geometry… », p. 266.

41 Ibidem, p. 267.

42 Ibidem, p. 267-273.

43 Folkerts, « The Importance of the Pseudo-Boethian… », p. 189, 193-195.

44 Margret T. Gibson, « Boethius in the Carolingian Schools », Transactions of the Royal Historical Society, 32, 1982, p. 43-56; John Marenbon, Boethius, Oxford, 2003 (Great Medieval Thinkers), p. 164-182.

45 Folkerts, « The Importance of the Pseudo-Boethian… », p. 209.

46 Ullman, « Geometry… », p. 263-264.

47 Brown, « Introduction… », p. 37; Brigitte Englisch, Die Artes liberales im frühen Mittelalter (5.-9. Jh.). Das Quadrivium und der Komputus als Indikatoren für Kontinuität und Erneuerung der exakten Wissenschaften zwischen Antike und Mittelalter, Stuttgart, 1994 (Sudhoffs Archiv. Zeitschrift für Wissenschaftsgeschichte. Beihefte, 33), p. 471-472.

48 Brown, « Introduction… », p. 37-38.

49 Ullman, « Geometry… », p. 275; Folkerts, « The Importance of the Latin Middle Ages… »

50 Folkerts, « Probleme… », p. 188; Id., « The Importance of the Latin Middle Ages… », p. 1-3; Id., « The Importance of the Pseudo-Boethian… », p. 189-190; Bruce S. Eastwood, Ordering the Heavens. Roman Astronomy and Cosmology in the Carolingian Renaissance, Leyde/Boston, 2007 (History of Science and Medicine Library, vol. 4. Medieval and Early Modern Science, vol. 8), p. 13 ; Barbara Obrist, La Cosmologie médiévale. Textes et images, vol. 1, Les Fondements antiques, Florence, 2004, p. 218-226.

51 Ullman, « Geometry… », p. 268.

52 Englisch, Die Artes liberales…, p. 473-474.

53 Eastwood, Ordering…, p. 1-29.

54 Ibidem, p. 23.

55 Macrobe, Commentaire au Songe de Scipion, édité et traduit par Mireille Armisen-Marchietti, Paris, 2001-2003 (Les Belles Lettres), 2 vol. 

56 Eastwood, Ordering…, p. 17-20, 31-94.

57 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre 18, édité et traduit par Henri Le Bonniec et André Le Bœuffle, Paris, 1972 (Les Belles Lettres).

58 Eastwood, Ordering…, p. 17-20, 95-178.

59 Martianus Capella, Astronomie, traduit et commenté par André Le Bœuffle, Vannes, 1998. Voir Englisch, Die Artes liberales…, p. 55-58, 195.

60 Eastwood, Ordering…, p. 20-21, 179-311.

61 Ibidem, p. 372-425.

62 Bruce S. Eastwood, « Astronomy in Christian Latin Europe, c. 500-1150 », dans Id., The Revival of Planetary Astronomy in Carolingian and Post-Carolingian Europe, Burlington, 2002 (Variorum Collected Studies Series), i (article d’abord paru en 1997), p. 248-250.

63 Jacques Lemaire, Introduction à la codicologie, Louvain-la-Neuve, 1989 (Publications de l’Institut d’Études médiévales), p. 156.

64 Carla Bozzolo, Ezio Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois essais de codicologie quantitative, Paris, 1980, p. 218.

65 Joseph-Claude Poulin, « Les libelli dans l’édition hagiographique avant le XIIe siècle », dans Martin Heinzelmann dir., Livrets, collections et textes. Études sur la tradition hagiographique latine, Ostfildern, 2006 (Beihefte der Francia, vol. 63), p. 22-23.

66 Helmut Maurer, Der Herzog von Schwaben. Grundlagen, Wirkungen und Wesen seiner Herrschaft in ottonischer, salischer und staufischer Zeit, Sigmaringen, 1978.

67 Bischoff, Katalog…, p. 222.

68 « Hos ad fidem conversos, ad Boias, qui nunc Baioarii vocantur, tendit […]. » Jonas de Bobbio, Vitae Columbani libri ii, dans Bruno Krusch, éd., Ionae Vitae sanctorum Columbani, Vedastis, Iohannis, Hanovre/Leipzig, 1905 (Monumenta Germaniae Historica. Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi 37), 2,8, p. 244. Voir Kurt Reindel, « Die Bajuwaren. Quellen, Hypothesen, Tatsachen », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 37, 1981, p. 454-455; Id., « Herkunft und Stammesbildung der Bajuwaren nach den schriftlichen Quellen », dans Hermann Dannheimer, Heinz Dopsch dir., Die Bajuwaren. Von Severin bis Tassilo 488-788. Gemeinsame Landesausstellung des Freistaates Bayern und des Landes Salzburg. Rosenheim/Bayern, Mattsee/Salzburg, 19. Mai bis 6. November 1988, Munich/Salzbourg, 1988, p. 57.

69 Selon Bernhard Bischoff, du XIIe siècle. Bischoff, Katalog…, p. 222.

70 Herrmann, Slawisch-germanische Beziehungen…, p. 214-215.

71 Fritz Lošek, Die Conversio Bagoariorum et Carantanorum und der Brief des Erzbischofs Theotmar von Salzburg, Hanovre, 1997 (Monumenta Germaniae Historica. Studien und Texte, vol. 15).

72 Herwig Wolfram, Salzburg. Bayern. Österreich. Die Conversio Bagoariorum et Carantanorum und die Quellen ihrer Zeit, Vienne/Munich, 1995 (Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung. Ergänzungsband 31), p. 193-336 ; Thomas Lienhard, « Les Chiens de Dieu ». La Politique slave des Mérovingiens et des Carolingiens, thèse de doctorat, Lille, Hambourg, 2003, p. 211-233.

73 Herrmann, Slawisch-germanische Beziehungen…, p. 214-215.

74 Christian Hanewinkel, Die politische Bedeutung der Elbslawen im Hinblick auf die Herrschaftsveränderungen im ostfränkischen Reich und in Sachsen von 887 bis 936 – Politische Skizzen zu den östlichen Nachbarn im 9. und 10. Jahrhundert, thèse de doctorat, Münster, 2004, p. 71-76, 99-100, 142-148.

75 Janet Bateley, Anton Englert dir., Ohthere’s Voyages. A Late 9th century Account of Voyages along the Coasts of Norway and Denmark and Its Cultural Context, Roskilde, 2007 (Maritime Culture of the North, 1); Niels Lund dir., Two Voyagers at the Court of King Alfred. The Ventures of Ohthere and Wulfstan, Together with the Description of Northern Europe from the Old English Orosius, York, 1984; Stéphane Lebecq, « Ohthere et Wulfstan: deux marchands-navigateurs dans le Nord-Est européen à la fin du IXe siècle », dans Henri Dubois, Jean-Claude Hocquet, André Vauchez dir., Horizons marins. Itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles), vol. ii, Marins, navires et affaires, Paris, 1987 (Histoire ancienne et médiévale 21), p. 167-181.

76 Hanewinkel, Die politische Bedeutung…, p. 88.

77 Ibidem, p. 144.

78 Eric J. Goldberg, Struggle for Empire. Kingship and Conflict under Louis the German, 817-876, Ithaca/Londres, 2006 (Conjunctions of Religion and Power in the Medieval Past), p. 135-137, 203-204.

79 Hoffmann, Schreibschulen…, vol. i, p. 170.

80 Geneviève Bührer-Thierry, Évêques et pouvoir dans le royaume de Germanie. Les Églises de Bavière et de Souabe. 876-973, Paris, 1997 ; Laurent Jégou, « L’évêque entre autorité sacrée et exercice du pouvoir. L’exemple de Gérard de Cambrai (1012-1051) », Cahiers de civilisation médiévale, 47, 2004, p. 37-56 ; Friedrich Prinz, Klerus und Krieg im früheren Mittelalter. Untersuchungen zur Rolle der Kirche beim Aufbau der Königsherrschaft, Stuttgart, 1971 (Monographien zur Geschichte des Mittelalters, 2).

82 On trouve une description sommaire du contenu sur le site Jordanus. Ein internationaler Katalog naturwissenschaftlicher Handschriften des Mittelalters, mis sur pied par l’Institut d’Histoire des Sciences de Munich et par l’Institut Max-Planck d’Histoire des Sciences de Berlin : http://jordanus.org/cgi-bin/iccmsm?seite=home&sprache=de.

81 Lemaire, Introduction à la codicologie…, p. 49-61.

Auteur

Chercheur postdoctoral au Département d’Histoire de l’Université York (Toronto). Ses travaux portent sur plusieurs aspects de l’histoire médiévale de l’Europe du Centre et du Centre-Est. Après des études au Québec et en Allemagne ainsi qu’un séjour en Pologne, il a terminé en 2008 aux universités de Göttingen et de Lille 3 une thèse portant sur l’habitat proto-urbain et les conceptions urbaines en Europe centrale et nordique du VIIIe au XIIe siècle. Il s’intéresse actuellement à la formation d’identités régionales exprimées dans les chartes des princes de Silésie aux XIIIe et XIVe siècles.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search