Version classiqueVersion mobile

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Judith écrit, Raban Maur répond

Premier échange d’une longue alliance

Martin Gravel

Texte intégral

  • 1 André Wilmart, « Lettres de l’époque carolingienne », Revue bénédictine, 34, 1922, p. 238-242.
  • 2 Pour l’édition des lettres de Raban Maur : Ernst Dümmler éd., Hrabani (Mauri) abbatis Fuldensis et (...)
  • 3 Chartres, fonds Notre-Dame, ms. 124 : brûlé lors de l’incendie de la bibliothèque du chapitre cath (...)

1 Le 11 avril 1922, Dom André Wilmart signait un article au titre peu évocateur, dans lequel, entre autres choses, il éditait une lettre amputée de sa salutation1. Wilmart proposait sans trop hésiter que la lettre eût été adressée par l’abbé de Fulda Raban Maur († 856) à l’impératrice Judith († 843), épouse de Louis le Pieux. L’attribution sonne juste, mais par sa brièveté, l’argumentaire de l’érudit laisse à désirer. C’est peut-être la raison pour laquelle cette pièce n’a pas reçu l’attention qu’elle mérite par son contenu et par les personnalités qu’elle concerne. Son absence dans les grandes éditions des Monumenta Germaniae Historica a grandement contribué à ce désintérêt2. La perte du manuscrit pourrait aussi y être pour quelque chose3.

  • 4 Par exemple : Jean Verdon, La femme au Moyen Âge, Paris, 1999, p. 95.
  • 5 Parmi les ouvrages essentiels les plus récents qui n’utilisent pas la lettre attribuée à Raban par (...)

2Si cette lettre est connue des historiens, ceux-ci n’en laissent à peu près rien paraître. Au mieux, on lui consacre une mention de trois lignes, sans véritable analyse4. Pourtant, les travaux portant sur Judith ou Raban Maur ne manquent pas et leurs échanges ont fait l’objet d’une attention soutenue5.

3Dans ce contexte, il devient nécessaire d’inciter les spécialistes à ajouter une fois pour toutes cette pièce au corpus épistolaire de Raban Maur et aux documents utiles à la connaissance du rôle de Judith dans les événements qui ont marqué l’histoire de l’Empire carolingien. Pour ce faire, nous développerons certains des éléments de preuve proposés par l’éditeur. En conclusion, nous évoquerons l’intérêt particulier de cette lettre pour l’étude de l’engagement politique des souveraines de cette période.

  • 6 Wilmart, « Lettres de l’époque… », p. 238.
  • 7 Mary Garrison, « Alcuin, carmen IX and Hrabanus, Ad Bonosum. A teacher and his pupil write consola (...)
  • 8 Wilmart, « Lettres de l’époque… », p. 239-240.
  • 9 Koch, Kaiserin Judith…, p. 203-207.

4Dans ce qui reste de cette lettre, les noms des correspondants n’apparaissent plus. Les références précises à un contexte historique font défaut. Avec si peu d’information, comme la copie manuscrite aurait été réalisée au XIe siècle6, l’attribution de l’échange aurait très bien pu rester indéfinie. Fort heureusement, la mention du souvenir d’Alcuin (†804) et l’utilisation d’une profession de foi préparée par lui pour Charlemagne viennent suggérer que l’épistolier avait connu le maître. Une lecture rapide de la lettre révèle qu’il vivait en communauté monastique. Ces indices mettent déjà sur la piste de Raban de Fulda, dont le surnom Maurus témoigne de ce qu’il fut un des élèves les plus proches d’Alcuin7. Wilmart procède à une comparaison des manuscrits de la collection canonique qui accompagne la lettre, ce qui lui permet d’avancer que la copie conservée à Chartres pourrait être originaire de Tours8. Or, l’impératrice Judith a fini ses jours à Saint-Martin-de Tours9. Cette lettre pourrait l’avoir suivie dans ses malles, avant d’être transcrite en tête du manuscrit qui voyagea ensuite jusqu’à Chartres.

  • 10 http://bsbdmgh.bsb.lrz-muenchen.de/dmgh_new/

5Mais tout cela n’est que conjecture. L’identification de Raban et Judith demande des arguments plus convaincants. Wilmart s’en tient à quelques observations, bien qu’il ait le mérite d’attirer l’attention sur certaines phrases qui font écho dans les autres lettres de Raban. Grâce aux possibilités de recherche textuelle offertes par le site Web des éditions numérisées des MGH10, il devient relativement facile d’ajouter à ces parallèles. Nous reprenons ici le texte de l’édition de Wilmart avec une nouvelle traduction, sans l’apparat critique, sans le titre ajouté postérieurement par l’auteur du manuscrit de Chartres. La numérotation des paragraphes a été ajoutée pour faciliter les renvois au texte. Les passages soulignés sont ceux qui semblent appartenir à l’expression épistolaire de Raban.

  • 11 Édition : Wilmart, « Lettres de l’époque… », p. 240-242. Traduction : Martin Gravel.

Lettre de Raban Maur à Judith11

  • 12 Dans l’ouverture de la captatio benevolentiae d’une autre lettre adressée à Judith, Raban utilise (...)
  • 13 L’emploi à l’ablatif du mot meritum est très courant chez les épistoliers contemporains de Raban. (...)
  • 14 « […] precipuis criminibus nimis polluto […] » – Ibidem, no 53, p. 507, l. 37. Utilisation récurre (...)
  • 15 « […] propter longinquitatem terrarum […] » – Ibidem, no 2a, p. 383, l. 11.
  • 16 Même phrase tirée de Ps. 23 (22), 6 : Ibidem, no 24, p. 431, l. 13. Wilmart, « Lettres de l’époque (...)
  • 17 « […] pro parvitate sensus nostri […] » – Hrabani epistolae, no 13, p. 400, l. 31. Wilmart, « Lett (...)
  • 18 « […] propter longinquitatem terrarum […] » – Hrabani epistolae, no 2a, p. 383, l. 11.
  • 19 Dans son idée directrice comme dans l’utilisation de certains mots, ce passage se compare à celui (...)
  • 20 « […] meus magister beatae memoriae Albinus […] » – Ibidem, no 14, p. 403, l. 4 ; no 43, p. 489, l (...)
  • 21 « […] non superba intentione, sed humili devotione […] » – Hrabani epistolae, no 2a, p. 382, l. 30
  • 22 Prescription similaire par son contenu et sa formulation, adressée à l’impératrice Judith : « [ora (...)
  • 23 Utilisation par Raban de ce mot d’usage peu fréquent pour désigner l’inconduite à l’église : « […] (...)

(1) Cum multos atque innumerabiles, domina, in regno a deo uobis commisso12 sanctos et omni sapientia ac religione praeditos habeatis uiros, qui sanctitate sua et merito uitae angelicae13 in terris diutius ductae omnipotenti deo coniunctissimi et familiarissimi esse uidentur, et tanto pro uobis apud eum fiducialius intercedere possunt quanto ardentius et propinquius ei adhaerere cernuntur, mirandum satis uidetur quur his dimissis mihi peccatori omnium criminum labe polluto14 secreta cordis uestri pandere et consilium salutis uestrae a me quaerere uultis et de tam longinquo terrarum spatio15 me uocare dignata estis, qui sapientia et religione, utilitate ac bonitate, omnibus his sum ultimus.

Maîtresse, dans le royaume qui vous a été confié par Dieu, vous avez de saints hommes nombreux et même innombrables. Ils sont doués de toute science et de toute piété. Par leur sainteté et par le mérite de la vie angélique qu’ils ont longtemps menée sur terre, ils sont reconnus comme étant les plus intimement liés au Tout-Puissant. Ils pourraient intercéder pour vous auprès de lui avec d’autant plus d’assurance qu’ils se distinguent par un attachement à luiqui est plus ardent et plus familier. Par conséquent, il est assez étonnant qu’après les avoir écartés, vous désiriez m’ouvrir à moi les secrets de votre cœur et trouver le conseil de votre salut auprès de moi, pécheur souillé par la tache de toutes les fautes. Moi, dernier d’entre tous par la sagesse, la vertu, l’efficacité et la bienveillance, vous m’avez jugé digne d’être interpellé sur une longue distance de plusieurs contrées.

(2) Sed quia hoc ita factum est ut uestrae placuit serenitati et adhuc uobis placere uidetur, ualde uobis est necessarium ut eo amplius uestram salutem operemini et seruorum dei orationibus adiuuemini quo inferiorem in dei seruitio et deteriorem inter uos et deum mediatorem uos elegisse scitis.

Cela a été accompli pour plaire à votre sérénité, et jusqu’à présent cela vous semble satisfaisant. Il vous sera d’autant plus nécessaire de vous consacrer à votre salut par lui et de requérir l’aide des prières des serviteurs de Dieu, parce que vous savez que vous avez choisi le plus bas dans le service divin et le plus mauvais intercesseur entre Dieu et vous.

(3) Ego tamen, licet indignus et peccator, non cessabo pro uobis tam per me quamque et per alios domini misericordiam diebus simul ac noctibus indesinenter exorare et ante sepulchra specialium patronorum uestrorum, quibus uos specialiter commissam habetis, et quorum reliquias uobis direxi, ueniam et indulgentiam pro peccatis uestris omnibus diebus uitae meae16 inprecari.

Pour ma part, bien que je sois un pécheur indigne, je n’aurai de cesse d’implorer pour vous la miséricorde du Seigneur, jour et nuit, sans relâche, autant par mes prières que par celles des autres. Chaque jour de ma vie, je prierai la bienveillance et l’indulgence pour vos péchés devant les tombes de vos saints patrons, auxquels vous avez été tout particulièrement confiée, dont je vous ai envoyé les reliques.

(4) Attamen, quia deuote et dei ducta amore consilium salutis uestrae a paruitate sensus mei17 ex parte audistis et adhuc audire uultis, et nimio terrarum obstante spatio18 frequentius ore proprio et praesentia corporali uos uidere et alloqui nequeo, statui, licet praesumptiosus et temerarius ab aliis iudicari uidear, modum paenitentiae uestrae his litterulis inserere, quatenus cotidie in manibus habere et legere potuissetis quae uobis ad salutem animae uestrae et ad redemptionem peccatorum uestrorum necnon et ad propositi suscepti obseruantiam et religionem necessario agenda uideantur.

Cependant, puisque c’est avec dévotion et guidée par l’amour de Dieu que vous prenez conseil de votre salut auprès dela petitesse de mon jugement, puisque vous voulez en entendre davantage, mais que je ne peux pas vous voir en personne ou discuter régulièrement avec vous de vive voix parce qu’une grande distance y fait obstacle, bien qu’il me semble que ce sera jugé présomptueux et téméraire par plusieurs, j’ai décidé d’insérer dans cette petite lettre la méthode de votre pénitence. De cette manière, vous pourrez avoir en main et lire quotidiennement ce que vous devez nécessairement accomplir pour le salut de votre âme, pour la rémission de vos péchés, pour la bonne observance de ce qui a été proposé comme pour les pratiques religieuses.

(5) Et credo in illius pietate et misericordia qui cordis uestri inspexit desiderium et uobis uoluntatem ac deuotionem confitendi et paenitendi inspirauit, quique etiam omnem animam confitentem et paenitentem magis uult emendare quam perdere19.

Et j’ai confiance en la bonté et la miséricorde de celui qui scrute le désir de votre cœur et qui vous inspire la volonté et la ferveur de professer votre foi et de faire pénitence. Assurément, il préfère corriger l’âme croyante et repentante plutôt que la perdre.

(6) Quodsi in his quae inferius descripta inueneritis una cum dei adiutorio operam inpendere et praeterita peccata non repetere ac de futuris cautelam adhibere studueritis, meritis et precibus sanctorum dei intercedentibus ueniam et indulgentiam peccatorum accipere et ad uitam aeternam domino miserante poteritis peruenire.

Et si, avec l’aide de Dieu, vous vous appliquez à faire ces choses que vous trouverez décrites ci-dessous, si vous ne répétez pas vos péchés d’autrefois et vous prenez garde de ceux des jours futurs, si le Seigneur a pitié [de vous], par les dons et les prières d’intercession des saints vous pourrez recevoir le pardon et l’indulgence des péchés et parvenir à la vie éternelle.

(7) Cuius descriptionis seriem idcirco capitulatim comprehendere melius indicaui, ut facilius eam memoriae commendare et leuius intellegere ac corde retinere potuissetis.

Ainsi, j’ai mieux organisé par chapitre la liste de cette description, de façon à ce que vous puissiez la porter en mémoire plus facilement, la comprendre et la retenir plus aisément.

(8) Quapropter primo necesse est ut cotidie uos dei misericordiae confitendo et orando commendetis, et post peractum nocturnale officium quod secundum propositum uestrum omni nocte uos agere conuenit, mane cum surrexeritis, antequam aliis curis animarum occupetis, confessionem quam beatae memoriae Alcuinus20 <domno Karolo> dedit, in exemplo illius secrete et, si esse potest, coram altari et coram deo et angelis eius faciatis.

Donc, avant tout, il faut que vous vous commendiez tous les jours à la miséricorde divine en proclamant votre foi et en priant. Une fois complété l’office nocturne – selon votre propos vous avez décidé de le suivre chaque nuit –, lorsque vous vous levez le matin, avant de vous occuper de quelque autre préoccupation de l’esprit, vous ferez la profession de foi qu’Alcuin de bonne mémoire a donné <au seigneur Charles> dans une copie particulière. Si c’est possible, vous vous exécuterez devant l’autel, devant Dieu et ses anges.

(9) Et postea septem paenitentiae psalmos intente et deuote21 cum letania et suis capitulis atque orationibus domino decantetis.

Ensuite, vous chanterez avec intention et dévotion sept psaumes pénitentiels, avec les litanies, leurs chapitres et leurs oraisons.

(10) Insuper etiam cursum sanctorum tam diurnum quam nocturnum et officium mortuorum cotidiano usu caelebretis, addito et cursu quod per singulas horas canonicas religio uestra deo persoluere debet.

En outre, dans une pratique quotidienne vous célébrerez la liturgie des saints – tant matinale que vespérale – et l’office des morts, en plus du service que votre piété doit rendre à Dieu chaque heure canoniale.

(11) Quibus peractis ecclesiam ad missam audiendam adire et cotidie pro uobis et pro domno genitore ac pia genitrice necnon et pro seniore uestro manibus propriis oblationem deo offerre22 studete.

Ces choses ayant été accomplies, vous irez à l’église pour entendre la messe. Tous les jours, vous aurez soin de faire de vos mains offrande à Dieu, pour vous, pour [votre] seigneur père et [votre] pieuse mère de même que pour votre seigneur.

(12) In ecclesia etiam ad diuinum officium audiendum stantes, non uos otiosis fabulis aut puellaribus iocis23 uel quaerelis occupari permittatis, sed cum tremore et reuerentia sicut ante conspectum <dei>.

Lorsque vous vous tenez à l’église pour entendre l’office divin, vous ne vous laisserez pas déranger par les bavardages inutiles, les jeux ou les disputes de jeunes filles. Vous vous tiendrez tremblante et craintive devant le regard <de Dieu>.

6Le lexique et les locutions sont en plusieurs points similaires à ceux que Raban Maur utilise dans sa correspondance. Cette observation vient appuyer l’identification suggérée par la mention du maître Alcuin.

7Une étude du style ajouterait aux arguments qui permettent de reconnaître cette plume. Par exemple, lorsqu’il s’adonne à l’épistolographie, Raban construit parfois des énoncés autour d’énumérations rimées. La première phrase de sa lettre préface pour son ouvrage sur la Sainte Croix dépend de l’utilisation de cette figure phonétique :

  • 24 Ibidem, no 1, p. 381.

Librum sanctae crucis, quem te adhorante inchoavi, te conlaborante dictavi, teque opitulante perfeci, tibi, postquam consumavi, ad probandum direxi, deprecans, ut qui studiorum meorum solacium eras, quique laboris refrigerium, gaudii quoque sis particeps, gratanter officium accipiendo, quod sola caritas administrat, diligenter opus examinando, quod dilectio vera conmendat, studioseque in eo corrigendo que necessitas expostulat24.

  • 25 La phrase aurait pu être uitam aeternam domino miserante attingere poteritis, mais l’auteur écarte (...)
  • 26 Le style de Gottschalk d’Orbais offre un point de comparaison particulièrement intéressant. Pour l (...)

8L’enchaînement des rimes homéopteutes donne un rythme à l’énoncé. Il faut d’abord suivre la phrase alternant les homophonies – ante/ – i par laquelle Raban présente son activité d’écriture et les encouragements de son correspondant. L’énumération solacium/ refrigerium/ officium décrit plus avant le soutien de ce dernier, et la phrase rimée avec – endo/ – at expose les vertus qui doivent guider chaque aspect de sa tâche dans la critique et la correction de l’ouvrage. L’auteur de la lettre découverte par Wilmart utilise le même procédé dans une phrase du deuxième paragraphe où les rimes en – em alternent avec une allitération en v – sur trois syllabes accentuelles : « inferiorem in dei seruitio et deteriorem inter uos et deum mediatoremuos elegisse ». Il structure le sixième paragraphe de la lettre selon le même principe : « Quodsi in his quae inferius descripta inueneritis una cum dei adiutorio operam inpendere et praeterita peccata non repetere ac de futuris cautelam adhiberestudueritis, meritis et precibus sanctorum dei intercedentibus ueniam et indulgentiam peccatorum accipere et ad uitam aeternam domino miserante poteritis peruenire ». Des verbes principaux studueritis et poteritis dépendent deux séries de propositions infinitives homophones en –ere, où le verbe peruenire, volontairement placé après son verbe principal, propose une variation agréable25. L’épistolier évite les symétries parfaites, ce qui caractérise l’élégance épistolaire de Raban Maur26.

  • 27 En guise d’exemple, le lecteur pourra consulter les lettres écrites à Judith ou réputées comme tel (...)
  • 28 Sandmann, « Hraban als Mönch… », p. 140-153.

9Les lettres en prose écrites par d’autres aux souveraines carolingiennes ne présentent pas de parallèles lexicaux et stylistiques comparables27. Par conséquent, l’attribution de la lettre à un autre que Raban Maur serait difficile à soutenir. Du moment que le voile est levé, il devient évident que Raban a écrit la lettre du temps de son abbatiat à Fulda, de 822 jusqu’en 842, date à laquelle sa disgrâce auprès de Louis le Germanique le force à quitter le monastère28. Sa lettre mentionne un envoi de reliques de son initiative, de même que les prières des moines qui se joindront aux siennes. On voit mal comment un simple moine pourrait faire ce genre d’affirmation.

  • 29 Le mariage de Lothaire a eu lieu en 821, celui de Pépin en 822, celui de Louis en 827 : Egon Bosho (...)
  • 30 Ernst Dümmler éd., Walahfridi Strabi carmina, dans MGH. Poetae latini aevi carolini II, Berlin, 18 (...)

10Il reste à déterminer à qui s’adresse l’abbé de Fulda. De 822 à 842, Raban a eu l’occasion de connaître plusieurs souveraines carolingiennes, mais pendant cette période il ne laisse aucune trace de liens avec les épouses de Lothaire (Ermengarde), de Pépin Ier d’Aquitaine (Ringarde), de Louis le Germanique (Emma) ou de Charles le Chauve (Hirmentrude)29. Ringarde présente la solution la moins plausible : Raban n’a pas laissé une seule lettre concernant le sud-ouest de la Gaule ; ses destinataires sont des hommes et des femmes du nord et de l’est, voire de l’Italie. Rien ne permet de croire qu’il aurait écrit à Ringarde. Par contre, Ermengarde trouve une place parmi ses relations. Deux textes de Raban en témoignent : l’épitaphe qu’il compose pour l’impératrice (†851)30 et une lettre de dédicace pour son commentaire du livre d’Esther. Mais la lettre laisse croire que Raban s’exécute alors qu’il n’est plus abbé de Fulda. En effet, dès les premières lignes de la captatio benevolentiae, Raban justifie son initiative épistolaire en évoquant leur première rencontre à Mayence :

  • 31 « Memor clementię vestrę et mansuetudinis, qua me preterito tempore in Mogontiaco oppido indignum (...)

Je me souviens de votre clémence, comme de la bonté avec laquelle vous m’avez accueilli autrefois en la forteresse de Mayence. Vous m’aviez alors mené en présence du seigneur empereur Lothaire et depuis, je vous suis toujours dévoué. J’implore Dieu par des prières assidues pour que ce que j’ai entendu auparavant à votre illustre sujet – et que j’ai ensuite constaté moi-même – suffise à son indicible grâce pour vous les rendre au centuple et vous guider à la récompense de l’éternelle félicité31.

  • 32 Theodor Schieffer éd., Die Urkunden der Karolinger III. Die Urkunden Lothars I. und Lothars II, Mu (...)

11Raban suggère qu’avant la rencontre de Mayence, il ne connaissait l’impératrice que de réputation. La suite laisse entendre qu’il pourrait envoyer d’autres textes, en autant qu’Ermengarde daigne lui transmettre son appréciation de l’opuscule sur le livre d’Esther. En somme, l’envoi de ce commentaire témoigne d’une prise de contact récente. Le ton et le contexte de la lettre à Ermengarde ne correspondent pas du tout à ce que l’on pourrait attendre d’une relation établie. Or, la rencontre de Mayence a vraisemblablement eu lieu dans le courant de l’été 841 ; un diplôme de Lothaire pour Fulda révèle que Raban est venu à la cour pour demander reconduction de certains privilèges32. Si la relation de Raban et d’Ermengarde trouve son origine dans cette rencontre, la lettre qui nous occupe ne peut guère prendre sa place en aval, ni même en amont, puisque Raban perd son abbatiat l’année suivante. De toute façon, les propos de la lettre ne correspondent pas du tout aux années de grands troubles où il faudrait la situer. Ermengarde n’est pas la destinataire de la lettre de Raban.

  • 33 Il s’agit du texte dont Raban offre une copie à Ermengarde quelques années plus tard.
  • 34 Pour les lettres : Hrabani epistolae, no 17a et 17b, p. 420-422. Pour les ouvrages eux-mêmes : Pat (...)
  • 35 Ernst Dümmler éd., Appendix ad Hrabanum. Epistolarum fuldensium fragmenta ex octava nona et decima (...)
  • 36 Ibidem, p. 520-521, no 13.

12Il reste l’impératrice Judith et la reine Emma. Sans aucun doute possible, le témoignage des sources penche en faveur de la première. Le temps n’a rien laissé qui puisse renseigner sur une relation entre Raban et Emma. Leur supposer des échanges tient de la plus pure invention. À l’inverse, quatre missives permettent d’établir que Raban et Judith entretenaient une correspondance. Elles peuvent toutes être situées du temps de son abbatiat, entre 830 et 837 environ. Les deux premières sont bien connues. Raban a offert à Judith deux commentaires sur les livres d’Esther33 et de Judith, lesquels prennent leur sens dans le contexte des affrontements politiques de la fin du règne de Louis le Pieux. Raban les a fait parvenir à l’impératrice accompagnés de préfaces épistolaires et d’un poème figuré dans le cas du commentaire sur Esther34. Par ailleurs, les fragments de lettres transmis par les centuriateurs de Magdebourg révèlent d’autres échanges, notamment une demande de restitution (835-837)35 et une lettre de nouvelle concernant la captivité d’Ebbon à Fulda (835)36.

  • 37 « [sacrae orationes] incessanter cotidie Deo pro vobis vestroque domino simul ac sobole offerimus, (...)
  • 38 La salutation finale donne : « Optamus vos bene valere, domina augusta, memorem nostri. Amen ». – (...)
  • 39 Notamment : « Adhuc ergo in agone consistitis atque ideo necesse est divinum implorare auxilium, u (...)
  • 40 Raban était prêtre depuis 814, donc apte à servir de guide spirituel : Sandmann, « Hraban als Mönc (...)

13Les préfaces aux commentaires montrent des parallèles de composition avec la lettre du manuscrit de Chartres, ce qui favorise déjà un rapprochement de ces pièces. En elles-mêmes, les préfaces suggèrent que la relation de Raban et de Judith se poursuivait depuis un certain temps. Les deux ouvrages sont très longs ; l’effort requis pour les composer donne l’impression que Raban s’est mis au travail pour une personne à qui il se trouvait déjà lié, pour une âme dont il se sentait responsable. Il ne fait pas référence à leurs échanges précédents, mais certains détails les évoquent de manière implicite. Dans la préface au commentaire sur le livre de Judith, Raban écrit qu’il prie pour l’impératrice37 ; il conclut en lui demandant de se souvenir de lui38 ; il s’autorise le ton de l’exhortation, de l’encouragement, du bon conseil39. C’est bien de sa mission pastorale que s’acquitte Raban40. Compte tenu de ces remarques, il apparaît justifié de supposer qu’entre la première année de l’abbatiat de Raban et le début des troubles du règne de Louis le Pieux, Judith a écrit à Raban Maur pour lui demander de devenir son guide spirituel.

14En s’appuyant sur une série de parallèles stylistiques, la lettre découverte par Wilmart peut-être attribuée à Raban Maur. Le texte laisse comprendre que Raban était alors abbé à Fulda, et qu’il s’adressait à une souveraine. Comme destinataire, seule Judith présente une solution d’identification satisfaisante. Le contenu même de la lettre suggère que l’échange aurait eu lieu dans les premières années de l’abbatiat de Raban, entre 822 et 830. Simples hypothèses ? Il reste une part d’incertitude dans l’enchaînement de déductions permettant de situer l’envoi de cette missive. Mais il faut se méfier des excès de prudence tout autant que du manque d’esprit critique. Les indices favorables à l’identification proposée par Wilmart sont suffisamment convaincants pour autoriser l’utilisation de la lettre comme source d’information sur le parcours croisé de l’impératrice et de l’abbé.

15Il ne saurait être question de refaire en ces pages toute l’étude de leurs échanges. Il suffira de donner les grandes lignes de ce qu’une lettre sous-estimée pourrait ajouter à son corpus et à son historiographie. L’essentiel tient en une constatation : l’initiative de la relation ne revient pas à Raban, mais à Judith.

  • 41 Ward, The Career…, p. 109, n. 75.
  • 42 Anecdote mentionnée en 867 dans une lettre de Charles le Chauve au pape Nicolas Ier. Commentaire : (...)
  • 43 Dümmler, Walahfridi Strabi carmina…, p. 378-380.
  • 44 Voir la note no 26.
  • 45 Hägele, Hrabanus Maurus als Lehrer…, p. 12 sq.
  • 46 Léon Levillain éd. et trad., Loup de Ferrières. Correspondance, Paris, 1927 (Les classiques de l’h (...)
  • 47 Félix Grat, Jeanne Vielliard, Suzanne Clémencet, Léon Levillain éd., Annales de Saint-Bertin, Pari (...)
  • 48 Karl Ferdinand Werner, Enquêtes sur les premiers temps du principat français. Untersuchungen zur F (...)

16À première vue, le principal se trouve dans l’établissement d’une relation de soutien spirituel. Toutefois, ce serait surestimer le contenu explicite au détriment de l’effet implicite de la communication que de s’en tenir à cette évidence. Sans mettre en doute les pieuses intentions de Judith, il faut reconnaître qu’elle cherche aussi un appui utile à sa fonction politique. Pendant la même période, elle a envoyé une ceinture à Éginhard pour les saints en résidence à Seligenstadt41. Pour sceller leur amitié, elle gratifie l’archevêque Ebbon de Reims d’un anneau qui servira à authentifier leurs échanges42. L’impératrice accepte des lettres versifiées (Walafrid Strabon)43, des demandes d’intercession (Éginhard, Theuthilde de Remiremont) et un ouvrage d’histoire (Fréculfe de Lisieux)44. Ancien élève de Raban, le jeune moine Loup se retrouve sous la protection de Judith45. Devenu abbé, fidèle à la cause de Charles le Chauve, il mène le contingent de Ferrières dans la première campagne de Charles en Aquitaine (été 844). Son aventure se termine dans la fuite, après la débâcle d’Angoulême46. Or, les Annales de Saint-Bertin mentionnent qu’un certain Raban perd la vie dans cette bataille47. S’il ne peut s’agir de Raban Maur lui-même, il est fort plausible que ce guerrier éponyme ait été son parent, voire son neveu, bénéficiaire de Charles pour des biens soutirés au patrimoine de l’église de Reims, venu avec la troupe du comte Eudes pour soutenir la cause du jeune roi48. L’élève et le neveu du maître ont pris les armes pour la cause du fils de l’impératrice ; voilà qui suggère que la relation de Judith et de Raban Maur avait des ramifications multiples et une longue histoire.

  • 49 Ainsi, le pouvoir politique de Judith se révèle dans les accusations virulentes dont elle fait l’o (...)
  • 50 La portée des jeux d’influence menés par Judith se révèle aussi dans les diplômes de Louis le Pieu (...)
  • 51 Fort heureusement, les missives des souveraines carolingiennes ont laissé quelques traces. Pour le (...)

17En communicant, Judith tisse une toile dont l’étendue devait être considérable. Devant Raban Maur, le premier geste de rapprochement lui appartient ; elle choisit cette relation, elle ne la subit pas. Quiconque s’intéresse à l’histoire des femmes des premiers siècles du Moyen Âge reconnaîtra que trop souvent les personnages féminins ne se révèlent qu’indirectement, dans l’écriture des hommes49. C’est encore le cas ici, mais la lettre de Raban Maur se présente comme une réponse à une ouverture de Judith. Par le mouvement des missives et les cadeaux, la nouvelle impératrice tisse elle-même les liens qui doivent lui permettre d’étendre son influence au-delà de la portée de ses déplacements50. Les témoignages de telles initiatives sont trop rares pour être sous-estimés51.

  • 52 Démontage de l’origine bavaroise de Judith, associée à tort à la famille des Welfs : Johannes Frie (...)
  • 53 Raban aurait participé à la fronde qui vint à bout de l’abbé Ratgaire en 817. Avant ce dénouement, (...)
  • 54 Ainsi, pendant la période de crise de 830-835, les commentaires bibliques adressés par Raban à Jud (...)

18La déclaration d’humilité de Raban n’est pas faite que de clichés (par. 1 et 2). L’impératrice aurait très bien pu trouver un confesseur parmi les clercs du palais et de toute évidence, ce choix eût été bien mieux adapté à l’encadrement quotidien de ses pensées et de ses pratiques religieuses. Elle saisit plutôt l’occasion de créer un lien vers l’est, au-delà du périmètre des pérégrinations habituelles de la cour (par. 4). Or, la recherche s’entend pour reconnaître dans le mariage de Louis le Pieux à Judith une alliance visant à renforcer les liens des Carolingiens en pays germaniques52. Justement, le monastère de Fulda joue alors un rôle clé dans l’extension du pouvoir impérial franc vers la Saxe. Si l’on suppose que Raban vient d’accéder à l’abbatiat, on peut croire que la jeune impératrice profite de l’occasion pour rallier un personnage appelé à prendre de l’influence. Raban était peut-être lui aussi en quête de nouveaux soutiens, car sa promotion récente n’avait rien de confortable : la communauté de Fulda se remettait lentement de dix années de luttes intestines53. Le rapprochement dont témoigne cette missive d’un abbé à l’impératrice est éminemment politique. En définitive, il ne s’agit pas de nier le caractère pastoral de la relation, mais d’y reconnaître la place qu’y occupent aussi les affaires du siècle54. Les commentaires de Raban sur les livres d’Esther et de Judith s’insèrent dans une correspondance qui pourrait avoir suivi l’impératrice pour la plus grande partie de son règne.

  • 55 Katrin Köhler, « Die Königin innerhalb der früh-und hochmittelalterlichen Kommunikation », dans Ge (...)
  • 56 « Judith verfügte daneben über ein ausgesprochen dichtes Kommunikationsnetz, von dem sie in Krisen (...)
  • 57 Pour un état de la question récent : Koch, Kaiserin Judith…, p. 9-14.

19Dans une contribution récente, Katrin Köhler se propose de reconstituer les réseaux de relations des souveraines pour mieux comprendre leur rôle auprès et au-delà de leurs époux55. L’étendue et la richesse du réseau de Judith ne sauraient être sous-estimées, comme en témoignent les efforts de ses ennemis pour l’éloigner de Louis le Pieux et du théâtre des événements lors des crises de 830-83456. Mais ses relations politiques restent difficiles à étudier, parce que les diplômes ne mentionnent pas systématiquement ses interventions. Du reste, les sources narratives présentent bien souvent une interprétation polémique des événements et des personnages ; Judith ne fait pas exception, tant s’en faut57. Dans ce contexte documentaire, il devient particulièrement important de tenir compte du moindre témoignage issu des sources de la pratique des communications. L’engagement politique de Judith se précise dans une accumulation aussi vaste que possible des vestiges de ses échanges. Dans ce contexte, il est impératif de rendre à la découverte presque centenaire de Dom Wilmart toute l’attention qu’elle mérite.

Notes

1 André Wilmart, « Lettres de l’époque carolingienne », Revue bénédictine, 34, 1922, p. 238-242.

2 Pour l’édition des lettres de Raban Maur : Ernst Dümmler éd., Hrabani (Mauri) abbatis Fuldensis et archiepiscopi Moguntiacensis epistolae, dans Monumenta Germanicae Historica [MGH]. Epistolae Karolini aevi III, Berlin, 1899, p. 379-516. [désormais : Hrabani epistolae]

3 Chartres, fonds Notre-Dame, ms. 124 : brûlé lors de l’incendie de la bibliothèque du chapitre cathédral, le 26 mai 1944. La lettre se trouvait en tête du manuscrit, comme introduction à la collection canonique qui en occupait les pages suivantes. Attestation de la perte du manuscrit: Lotte Kéry, Canonical Collections of the Early Middle Ages (c. 400-1140). A Bibliographical Guide to the Manuscripts and Literature, Washington (DC), 1999, p. 74. Liste des manuscrits français détruits : Speculum, 29, 1954, p. 336-337.

4 Par exemple : Jean Verdon, La femme au Moyen Âge, Paris, 1999, p. 95.

5 Parmi les ouvrages essentiels les plus récents qui n’utilisent pas la lettre attribuée à Raban par Wilmart : Armin Koch, Kaiserin Judith : eine politische Biographie, Husum, 2005. Claire Thiellet, Femmes, reines et saintes (Ve-XIe siècles), Paris, 2004. Mayke De Jong, « Bride shows revisited. Praise, slander and exegesis in the reign of the empress Judith », dans Leslie Brubaker, Julia M. H. Smith dir., Gender in the Early Medieval World. East and West (300-900), Cambridge, 2004, p. 257-277. Elizabeth F. Ward, The Career of the Empress Judith. 819-843, Thèse de Ph. D., Université de Londres, 2002. Mayke De Jong, « Exegesis for an empress », dans Esther Cohen, Mayke De Jong dir., Medieval Transformations. Texts, Power and Gifts in Context, Leyde et al., 2001, p. 69-100. Mayke De Jong, « The empire as ecclesia: Hrabanus Maurus and biblical historia for rulers », dans Yitzhak Hen, Matthew Innes dir., The Uses of the Past in the Early Middle Ages, Cambridge/New York, 2000, p. 191-226. Janet L. Nelson, « Les reines carolingiennes », dans Stéphane Lebecq, Alain Dierkens, Régine Le Jan, Jean-Marie Sansterre dir., Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (VIe-XIe siècles), Villeneuve d’Ascq, 1999, p. 121-132. Rosamond McKitterick, « Frauen und Schriftlichkeit im Frühmittelalter », dans Hans-Werner Goetz dir., Weibliche Lebensgestaltung im frühen Mittelalter, Cologne et al., 1991, p. 65-118. Elizabeth F. Ward, « Caesar’s wife: the career of the empress Judith, 819-829 », dans Peter Godman, Roger Collins dir., Charlemagne’s Heir: New Perspectives on the Reign of Louis the Pious (814-840), Oxford, 1990, p. 205-227. Raymund Kottje, Harald Zimmermann dir., Hrabanus Maurus. Lehrer, Abt und Bischof, Wiesbaden, 1982 (Akademie der Wissenschaften und der Literatur. Abhandlungen der Geistes-und Sozialwissenschaften Klasse. Einzelveröffentlichung, 4). Mechthild Sandmann, « Hraban als Mönch, Abt und Erzbischof », Fuldaer Geschichtsblätter, 56, 1980, p. 133-180. Paulus Ottmar Hägele, Hrabanus Maurus als Lehrer und Seelsorger nach dem Zeugnis seiner Briefe, Dissertation inaugurale de doctorat, Université Albert-Ludwig de Fribourg-en-Brisgau, 1972.

6 Wilmart, « Lettres de l’époque… », p. 238.

7 Mary Garrison, « Alcuin, carmen IX and Hrabanus, Ad Bonosum. A teacher and his pupil write consolation », dans John Marenbon dir., Poetry and Philosophy in the Middle Ages. A Festschrift for Peter Dronke, Leyde et al., 2001 (Mittellateinische Studien und Texte, 29), p. 70-71.

8 Wilmart, « Lettres de l’époque… », p. 239-240.

9 Koch, Kaiserin Judith…, p. 203-207.

10 http://bsbdmgh.bsb.lrz-muenchen.de/dmgh_new/

11 Édition : Wilmart, « Lettres de l’époque… », p. 240-242. Traduction : Martin Gravel.

12 Dans l’ouverture de la captatio benevolentiae d’une autre lettre adressée à Judith, Raban utilise une phrase similaire : « […] pars plebis a deo vobis commissae […] » – Hrabani epistolae, no 17a, p. 420, l. 28. Wilmart, « Lettres de l’époque… », p. 240, n. 1.

13 L’emploi à l’ablatif du mot meritum est très courant chez les épistoliers contemporains de Raban. Éginhard l’utilise beaucoup dans ses adresses. Agobard de Lyon lui donne une signification générale, pour dire « selon ses mérites », sans qualificatif. Au contraire, Raban Maur l’utilise fréquemment avec le génitif, notamment dans ses salutations. Il s’adresse à Judith en écrivant merito magnae pietatis [Hrabani epistolae, no 17a, p. 420, l. 23], puis avec la formule merito rectae fidei à Hincmar de Reims [Ibidem, no 43, p. 487, l. 33 ; no 44, p. 490, l. 8] et à Lothaire [Ibidem, no 50, p. 504, l. 36]. Enfin, il n’est pas sans intérêt de constater qu’il accole meritum et angelica dans une autre phrase : « […] merito de sublimitate angelica proiectus […] » – Ibidem, no 25, p. 436, l. 33.

14 « […] precipuis criminibus nimis polluto […] » – Ibidem, no 53, p. 507, l. 37. Utilisation récurrente du mot labes, assez rare par ailleurs : « […] voluntariae praevaricationis labe […] » – Ibidem, no 42, p. 483, l. 22 ; « […] ab omni labe mundanae contagionis […] » – Ibidem, p. 521, l. 10 ; « […] abstersa labe […] » – Ibidem, p. 521, l. 18.

15 « […] propter longinquitatem terrarum […] » – Ibidem, no 2a, p. 383, l. 11.

16 Même phrase tirée de Ps. 23 (22), 6 : Ibidem, no 24, p. 431, l. 13. Wilmart, « Lettres de l’époque… », p. 240, n. 1.

17 « […] pro parvitate sensus nostri […] » – Hrabani epistolae, no 13, p. 400, l. 31. Wilmart, « Lettres de l’époque… », p. 240, n. 1.

18 « […] propter longinquitatem terrarum […] » – Hrabani epistolae, no 2a, p. 383, l. 11.

19 Dans son idée directrice comme dans l’utilisation de certains mots, ce passage se compare à celui de la lettre de Raban à l’impératrice Ermengarde : « Credo in Deo meo, quod illam mentem, quam sui spiritus munere per benivolentiam et veram caritatem illustrat, numquam ab aeternae beatitudinis felicitate vacuam fieri permittat, quia bona voluntas verae beatitudinis inicium et incrementum extat. Perfectio autem eius solius Dei donum est ». – Ibidem, no 46, p. 500, l. 23-27.

20 « […] meus magister beatae memoriae Albinus […] » – Ibidem, no 14, p. 403, l. 4 ; no 43, p. 489, l. 3. Wilmart, « Lettres de l’époque… », p. 240, n. 1. La phrase beatae memoriae est courante pour désigner un souverain, un grand prélat, un prédécesseur ou un parent décédé, mais Raban semble seul à l’utiliser pour Alcuin, qui fut son maître.

21 « […] non superba intentione, sed humili devotione […] » – Hrabani epistolae, no 2a, p. 382, l. 30.

22 Prescription similaire par son contenu et sa formulation, adressée à l’impératrice Judith : « [orationes] quas incessanter cotidie Deo pro vobis vestroque domino simul ac sobole offerimus […] » – Ibidem, no 17a, p. 420, l. 31. Wilmart, « Lettres de l’époque… », p. 240, n. 1.

23 Utilisation par Raban de ce mot d’usage peu fréquent pour désigner l’inconduite à l’église : « […] ecclesiam intrant, mixtim in convivio discumbunt, ubi epulis atque ebrietati lusibusque atque inanibus iocis […] » – Hrabani epistolae, p. 525, l. 12-13. Les ioci sont chez Raban toujours répréhensibles : « […] per commessationem, ebrietatem, turpia verba et ioca in conviviis celebrata saepe rixae oriuntur […] » – Ibidem, p. 524, l. 47.

24 Ibidem, no 1, p. 381.

25 La phrase aurait pu être uitam aeternam domino miserante attingere poteritis, mais l’auteur écarte les solutions prévisibles dans leur sonorité et leur rythme.

26 Le style de Gottschalk d’Orbais offre un point de comparaison particulièrement intéressant. Pour l’analyse d’une de ses lettres : Pascale Bourgain, Marie-Clotilde Hubert, Le latin médiéval, Turnhout, 2005 (L’atelier du médiéviste, 10), p. 466-470. Gottschalk a été formé par Raban Maur. S’il a adopté le goût de son maître pour la prose rimé, il a su développer ses propres artifices. Entre autre, il n’hésite pas à construire de longs énoncés sur une même rime, ce que Raban cherche à éviter. De même, la mise en regard des lettres d’Éginhard mériterait un détour, puisqu’il a eu les mêmes maîtres que Raban Maur, tant à Fulda qu’à la cour de Charlemagne. Il a aussi laissé une lettre à Judith, d’un tout autre genre que celles de Raban : Ernst Dümmler éd., Einharti epistolae, dans MGH. Epistolae Karolini aevi III, Berlin, 1899, no 13, p. 116-117.

27 En guise d’exemple, le lecteur pourra consulter les lettres écrites à Judith ou réputées comme telles. Lettre d’Éginhard : voir la note précédente. Lettre de Frothaire de Toul : Michel Parisse dir., La correspondance d’un évêque carolingien. Frothaire de Toul (c. 813-847), Paris, 1998 (Textes et documents d’histoire médiévale, 2), no 7, p. 102-103. De la communauté diocésaine de Sens : Ibidem, no 17, p. 124-125. De Theuthilde de Remiremont : Ibidem, no 3, p. 156-159. De Fréculfe de Lisieux : Ernst Dümmler éd., Epistolae variorum inde a morte Caroli magni usque ad divisionem imperii collectae, dans MGH. Epistolae Karolini aevi III, Berlin, 1899, no 14, p. 319-320. De Prudence de Troyes (attribution incertaine) : Ibidem, no 17, p. 323-324.

28 Sandmann, « Hraban als Mönch… », p. 140-153.

29 Le mariage de Lothaire a eu lieu en 821, celui de Pépin en 822, celui de Louis en 827 : Egon Boshof, Ludwig der Fromme, Darmstadt, 1996, p. 158. Quant à Charles le Chauve, son mariage date du 14 décembre 842. Raban n’est déjà plus abbé de Fulda : Sandmann, « Hraban als Mönch… », p. 151.

30 Ernst Dümmler éd., Walahfridi Strabi carmina, dans MGH. Poetae latini aevi carolini II, Berlin, 1884, no 89, p. 239-240.

31 « Memor clementię vestrę et mansuetudinis, qua me preterito tempore in Mogontiaco oppido indignum suscepistis, quando ibi apud dominum Hlotharium imperatorem presentialiter affuistis, semper deinceps devotus fui et Dominum assiduis precibus deprecabar, ut hoc, quod antea de vobis bonae famae audivi et postea praesens expertus sum, inenarrabili gratiae suae dono vobis multiplicare atque ad praemium aeternae beatitudinis perducere dignetur. » – Hrabani epistolae, no 46, p. 500.

32 Theodor Schieffer éd., Die Urkunden der Karolinger III. Die Urkunden Lothars I. und Lothars II, Munich, 1979 (MGH. Diplomata), no 61, p. 168-170.

33 Il s’agit du texte dont Raban offre une copie à Ermengarde quelques années plus tard.

34 Pour les lettres : Hrabani epistolae, no 17a et 17b, p. 420-422. Pour les ouvrages eux-mêmes : Patrologia Latina [PL ] 109, 539-592, 635-670. Pour les travaux récents les plus utiles à leur sujet, voir les articles de Mayke De Jong : supra, note 5. La datation pose problème, mais seulement dans la mesure où le doute subsiste quant à savoir si Raban a écrit dans la foulée de la mise sous tutelle de Louis le Pieux en avril 830 ou de sa déposition en juin 833. Pour l’état de la question le plus récent : Koch, Kaiserin Judith…, p. 121-123.

35 Ernst Dümmler éd., Appendix ad Hrabanum. Epistolarum fuldensium fragmenta ex octava nona et decima centuriis ecclesiasticae historiae, dans MGH. Epistolae Karolini aevi III, Berlin, 1899, p. 518, no 3.

36 Ibidem, p. 520-521, no 13.

37 « [sacrae orationes] incessanter cotidie Deo pro vobis vestroque domino simul ac sobole offerimus, depraecantes, ut ipsius dono diu hic incolomes et in futura vita semper sitis felices atque gaudentes. » – Hrabani epistolae, no 17a, p. 420.

38 La salutation finale donne : « Optamus vos bene valere, domina augusta, memorem nostri. Amen ». – Ibidem, no 17a, p. 421. L’utilisation par Raban du titre impérial (augusta) donne un argument de plus contre l’identification de Ringarde ou d’Emma comme destinataire.

39 Notamment : « Adhuc ergo in agone consistitis atque ideo necesse est divinum implorare auxilium, ut qui suo sanguine mortem vicerat mortisque auctorem captivaverat, in certamine istius mundi veram vobis victoriam pariat ; sicque veraciter triumphantes ad aeternae beatitudinis gaudia vos pervenire concedat. » – Ibidem, no 17a, p. 421. Le ton de la lettre à Ermengarde n’est pas du tout le même : Raban joue du conditionnel plutôt que de l’impératif.

40 Raban était prêtre depuis 814, donc apte à servir de guide spirituel : Sandmann, « Hraban als Mönch… », p. 138.

41 Ward, The Career…, p. 109, n. 75.

42 Anecdote mentionnée en 867 dans une lettre de Charles le Chauve au pape Nicolas Ier. Commentaire : Antoine Giry, Maurice Prou, Georges Tessier éd., Recueils des actes de Charles II le Chauve, roi de France (840-877), Paris, 1943-1955, t. II, no 305, p. 176-177. Édition : PL 124, 870, epist. V.

43 Dümmler, Walahfridi Strabi carmina…, p. 378-380.

44 Voir la note no 26.

45 Hägele, Hrabanus Maurus als Lehrer…, p. 12 sq.

46 Léon Levillain éd. et trad., Loup de Ferrières. Correspondance, Paris, 1927 (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 10), vol. 1, p. 153-161, no 34-36.

47 Félix Grat, Jeanne Vielliard, Suzanne Clémencet, Léon Levillain éd., Annales de Saint-Bertin, Paris, 1964, p. 47.

48 Karl Ferdinand Werner, Enquêtes sur les premiers temps du principat français. Untersuchungen zur Frühzeit des französischen Fürstentums (9. bis 10. Jahrhunderts), Sigmaringen, 2004, p. 111, 117-119.

49 Ainsi, le pouvoir politique de Judith se révèle dans les accusations virulentes dont elle fait l’objet, notamment sous la plume de Paschase Radbert et d’Agobard de Lyon : Geneviève Bührer-Thierry, « La reine adultère », Cahiers de civilisation médiévale, 35, 1992, p. 300-302.

50 La portée des jeux d’influence menés par Judith se révèle aussi dans les diplômes de Louis le Pieux : Köhler, « Die Königin… », p. 236.

51 Fort heureusement, les missives des souveraines carolingiennes ont laissé quelques traces. Pour le IXe siècle, citons deux lettres d’Ermentrude, épouse de Charles le Chauve (Peter K. Marshall éd., Servati Lupi epistulae, Leipzig, 1984 (Bibliotheca scriptorum graecorum et romanorum teubneriana, 64), no 89, p. 88 ; no 95, p. 93-94) et deux deperdita attribuables à Ermengarde, épouse de Lothaire Ier, connues grâce aux réponses des destinataires (Dümmler, Epistolae variorum inde a morte Caroli magni…, no 27, p. 343-345) (Ernst Perels éd., Hincmari archiepiscopi Remensis epistolae, dans MGH. Epistolae Karolini aevi VI, Munich, 1939, t. I, no 12, p. 4-5).

52 Démontage de l’origine bavaroise de Judith, associée à tort à la famille des Welfs : Johannes Fried, « Der lange Schatten eines schwachen Herrschers. Ludwig der Fromme, die Kaiserin Judith, Pseudoisidor und andere Personen in der Perspektive neuer Fragen, Methoden und Erkenntnisse », Historische Zeitschrift, 284, 2007, p. 113-129.

53 Raban aurait participé à la fronde qui vint à bout de l’abbé Ratgaire en 817. Avant ce dénouement, Fulda traverse dix années de confusion et de déchirement. Raban devait composer avec des tensions internes encore vives : Stephen Patzold, « Konflikte im Kloster Fulda zur Zeit der Karolinger », Fuldaer Geschichtsblätter, 76, 2000, p. 105-139.

54 Ainsi, pendant la période de crise de 830-835, les commentaires bibliques adressés par Raban à Judith se mêlent de l’un et de l’autre ; les vertus de l’impératrice affectent directement le destin de l’empire. Quelle que soit la datation adoptée, ces commentaires participent de la communication politique.

55 Katrin Köhler, « Die Königin innerhalb der früh-und hochmittelalterlichen Kommunikation », dans Gerhard Krieger dir., Verwandtschaft, Freundschaft, Bruderschaft. Soziale Lebens-und Kommunikationsformen im Mittelalter, Berlin, 2009, p. 229-237.

56 « Judith verfügte daneben über ein ausgesprochen dichtes Kommunikationsnetz, von dem sie in Krisenzeiten abgeschnitten wurde, indem sie von ihrem Gemahl getrennt und sich möglichst weit vom Ort des Geschehens aufhalten musste. » – Köhler, « Die Königin… », p. 236.

57 Pour un état de la question récent : Koch, Kaiserin Judith…, p. 9-14.

Auteur

Doctorant aux universités de Montréal et de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Distances, rencontres, communications : les défis de la concorde dans l’Empire carolingien), sous la direction conjointe de Régine Le Jan et de Denise Angers, il profite aussi de la lecture attentive de Joseph-Claude Poulin. Il structure ses efforts de recherche autour de la problématisation de la distance et des déplacements et il s’intéresse aux questions d’histoire entourant l’oralité, l’écriture et la littératie. En vue du postdoctorat, il prépare une étude comparative des empires de Charlemagne et de Justinien Ier.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search