Version classiqueVersion mobile

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Des « saints cachés » : les reliques dans les sépultures d’autel

Quelques problèmes de recherche

Hedwig Röckelein
Traduction de Sébastien Rossignol

Texte intégral

1 Les saints visibles et leurs actions évoquaient dans l’imagination des chrétiens du Moyen Âge le sacré invisible, le numineux et le mystère religieux. La vertu (virtus) des saints se manifestait dans les miracles qu’ils réalisaient de leur vivant comme après leur mort. On pouvait voir et entendre les saints après leur décès : d’abord près du tombeau du martyr, où les fidèles se retrouvaient au jour de la fête de leur héros ; ensuite dans le reliquaire, qui contenait les restes mortels du saint ; enfin avec l’hagiographie, soit le récit de la vie, de la passion et de la mort du saint ainsi que de ses actions miraculeuses après son passage dans l’autre monde.

  • 1 Les différents médias se complètent et s’influencent mutuellement, comme lorsque l’iconographie de (...)

2L’hagiographie et les reliquaires formaient des couvertures textuelles et visuelles, dans lesquelles on gardait cachés les restes matériels des saints, avec lesquelles on gardait vivant leur souvenir. De temps en temps, ces couvertures étaient remplacées par de nouvelles, l’image des saints étant actualisée par la réécriture de l’hagiographie et par le remaniement des reliquaires1. Les couvertures extérieures des saints étaient en fait plus accessibles pour les fidèles que les saints eux-mêmes dans leurs ossements, sauf lorsqu’ils se laissaient voir directement ainsi que leur vertu par le biais de miracles.

  • 2 À propos de la fonction, de la présentation matérielle et de l’interprétation spirituelle de l’aut (...)
  • 3 Sible De Blaauw, « Die Kirchweihe im mittelalterlichen Rom : Ritual als Instrument der Sakralisier (...)

3Alors que l’Église primitive (ecclesia) fut tout d’abord constituée de chrétiens actifs, unis par la foi en le mystère de la nature divine et humaine et en le sacrifice du Christ, les martyrs et leurs tombeaux gagnèrent rapidement en importance en tant que lieux de rassemblement et de mémoire. La célébration de l’eucharistie près des tombeaux des martyrs et sur ceux-ci, ainsi que dans les bâtiments construits au même endroit pour les protéger, devint le point de départ pour une compréhension statique de l’église comme monument architectural. Les martyrs en tant que témoins et imitateurs du Christ faisaient de l’autel un endroit particulier2, où le Christ était rappelé et représenté symboliquement de manière temporaire dans le pain et le vin. La présence permanente des ossements des martyrs sur, sous et dans l’autel octroyait cependant à ce dernier une forme de sacralité qui fut ensuite transférée par des rituels de consécration à tout l’ensemble de l’espace de l’église3.

  • 4 À propos du débat sur la nécessité de déposer des reliques dans l’autel pour célébrer l’eucharisti (...)
  • 5 C’est ce qu’exige le droit canonique depuis le XIXe siècle.
  • 6 La lipsanoteca servait à soutenir l’autel, voir Germaine Demaux et Jean Roumailhac, « La “dalle-re (...)

4Depuis le haut Moyen Âge, lors de la consécration, là où on n’avait pas à sa disposition le corps complet d’un martyr, on se satisfaisait du dépôt de quelques particules des ossements dans la table de l’autel4. Les saints devaient certes être reconnus comme martyrs par le biais d’une passio ou d’une vita, mais il n’était cependant pas nécessaire qu’ils soient identiques avec le patron de l’autel ou de l’église5. Cet espace dans la table de l’autel fut désigné comme un sepulcrum : comme tombeau du saint. La table, près de laquelle et sur laquelle on célébrait la cène, symbolisait le tombeau du Christ. Ainsi, une lipsanoteca de Saint-Germain à Auxerre, installée au Ve ou VIe siècle, est ornée d’un cercle, dans lequel ont été taillés des compartiments à reliques formant le symbole du Christ, XPO6 (ill. 1).

Rites de purification, de couverture et d’enfermement

  • 7 Didier Méhu dir., Mises en scène et mémoires de la consécration d’église dans l’Occident médiéval, (...)

5Les liturgistes ont développé depuis le haut Moyen Âge des rites complexes pour la déposition des ossements des martyrs dans les tables d’autel7.

Ill. 1 : Auxerre, Saint-Germain, table de l’autel, Ve-VIe siècle. Cliché : Hedwig Röckelein.

  • 8 Michel Andrieu dir., Les Ordines Romani du Haut Moyen Âge, vol. IV, Louvain, 1956 : Ordo XLI, p. 3 (...)

6Depuis le VIIIe siècle, ces rites furent mis par écrit dans des sacramentaires, des pontificaux et des notices de consécration d’église8. Le rituel était composé de plusieurs actes de purification et de gestes consistant à couvrir ainsi qu’à enfermer.

  • 9 Par exemple le fragment de velours de soie noir et jaune du VIIIe-IXe siècle, avec un lion dans un (...)

7Les ossements et les brandea n’étaient pas déposés « nus » dans la table d’autel, ils étaient – comme le corps d’un mort – emmaillotés dans un suaire et enfermés dans un contenant stable. Au haut Moyen Âge et au Moyen Âge central, on se servait de tissus de la plus haute qualité (ill. 2 et 3)9. Ces tissus étaient importés des régions méditerranéennes orientales, d’Égypte, de Perse ou d’Asie centrale. De tels textiles de grande valeur matérielle et artistique ne pouvaient guère être obtenus par le commerce : ils circulaient seulement en tant que cadeaux entre les personnes des cours impériales et les hauts fonctionnaires.

Ill. 2 : Tissu enveloppant des reliques, velours de soie de Sogdiane, VIIIe-IXe siècles, Essen, Trésor de la Cathédrale, no d’inventaire 80a. Cliché : Birgitta Falk, dir., Gold vor Schwarz. Der Essener Domschatz auf Zollverein, Essen, Klartext, 2008, no de catalogue 107, p. 229 infra.

Ill. 3 : Tissu enveloppant des reliques, velours de soie de Sogdiane,VIIIe-IXe siècles, Berlin, Musée des Arts décoratifs, no d’inventaire 78,1386. Voir Leonie von Wilckens, Mittelalterliche Seidenstoffe, Berlin, Staatliche Museen zu Berlin, 1992 (Bestandskatalog des Kunstgewerbemuseums Berlin, 18), no de catalogue 20, p. 23.

8Comme l’a démontré Annemarie Stauffer dans son étude des textiles enveloppant les reliques du trésor de la cathédrale d’Essen, on avait placé le côté devant être vu vers l’intérieur, vers les reliques, de manière à ce qu’il touche aux précieux ossements des saints. Le verso du tissu, moins somptueux, était tourné vers l’extérieur, à la vue des observateurs.

  • 10 On trouve des collections de tels contenants provenant de sépultures d’autels en nombre remarquabl (...)
  • 11 Henri Leclercq, « Reliques et reliquaires », dans Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de litu (...)
  • 12 À propos de la diversité des réceptacles à reliques dans les sépultures d’autels, et des problèmes (...)

9Au contraire des textiles de grande valeur, les récipients10 dans lesquels on déposait les reliques étaient des objets ménagers quotidiens, simples, comme des cruches d’argile, des coupes en bois ou des verres11, ou des contenants de format réduit, comme ceux dont on se servait pour les rites sépulcraux, capsules ou boîtiers en plomb ou en bois12.

10Alors que les tissus importés élitaires, dans lesquels on enveloppait les reliques, correspondaient à la valeur que l’on accordait à leur contenu, les modestes récipients contrastaient grossièrement avec celui-ci. Les textiles démontraient la grande valeur des martyrs du Christ en tant que témoins de la foi chrétienne ; les contenants, cependant, indiquaient la pauvreté volontaire du Christ, qui s’était sacrifié pour l’humanité.

  • 13 Voir les exemples dans Röckelein, « 1 alter hölzerner Kasten… », et Ead., « Schätze in Altären : T (...)

11Dans leur usage quotidien, les cruches, les gobelets, coupes et verres n’étaient pas fermés. À cause de leur nouvelle fonction en tant que réceptacles à reliques, on leur avait ajouté des mécanismes pour les fermer, des couvercles en bois, en cire, en parchemin, des plaques de plomb ou de métal. Les systèmes pour fermer ces récipients sont parfois très complexes : ils sont fixés deux ou trois fois de différentes manières, avec un couvercle coulissant, des serrures-baïonnettes, des cordelettes de chanvre ou de soie scellées, des bandes de parchemin ou de cuir, des fils de fer13.

  • 14 Ordo de l’évêque Drogon de Metz (826-855), Paris, BnF, ms. lat. 9428. Édition : Andrieu, Les Ordin (...)
  • 15 Kathryn M. Rudy, Barbara Baert dir., Weaving, Veiling, and Dressing. Textiles and their Metaphors (...)

12Les réceptacles à reliques fermés étaient, après leur déposition dans l’autel, recouverts d’une plaque que l’on scellait avec du mortier consacré14. Ensuite, on purifiait l’autel, on l’oignait et le bénissait et le recouvrait d’un suaire, on le voilait et l’investissait15.

  • 16 Certains des reliquaires en plomb conservés à Essen sont décorés de croix : (1) Essen, Trésor de l (...)

13Les rites observés lors de la mise en place des reliques étaient redondants et la présentation des objectifs était exagérée. Apparemment, ces rites ne servaient pas seulement à conserver de manière sécuritaire les corps des saints : au contraire, ils symbolisaient et représentaient le mystère de la mort et de la résurrection du Christ. Un grand nombre de symboles de la croix sur et dans l’autel indiquaient la mort du Christ : la croix de l’autel, les croix brodées sur les voiles de l’autel, sur les antependia, gravées sur les coins du « sceau », soit la plaque refermant la sépulture de l’autel, ainsi que gravées sur les reliquaires eux-mêmes (ill. 4)16. Les contenants profanes de la vie quotidienne, dans lesquels les reliques étaient conservées dans l’autel, étaient sacralisés par ce processus et devenaient une partie du mystère.

Ill. 4 : Reliquaire de plomb de la sépulture de l’autel avec des croix. Essen, Trésor de la Cathédrale, numéro d’inventaire E/r12 (235). Cliché : Hedwig Röckelein.

  • 17 Rémi d’Auxerre, Tractatus de dedicatione ecclesiae, dans PL 131, 845 sq. Au IXe siècle, la questio (...)
  • 18 Un certain comte du palais Henri – il s’agit peut-être d’Henri Ier († 1061) de la famille des Ezzo (...)
  • 19 La coutume de déposer dans le tombeau à reliques des noms de laïcs, voire des listes complètes de (...)
  • 20 Ambrosius, Ep. 77 (22), 13, dans Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum, 82, 3, p. 134 : « S (...)

14Le droit de sacraliser l’autel, soit de performer les rites, était réservé à l’évêque ou aux représentants qu’il avait autorisés. Rémi d’Auxerre (après 841-vers 908) s’efforça de retirer de la vue du public la déposition des reliques, soit la mise en place du mystère de l’autel. Il prescrit donc que lorsqu’on réalisait les gestes, il fallait étendre un voile entre les laïcs et les clercs17. Pour les laïcs, il n’y avait que peu de possibilités de participer à la sacralisation : ils pouvaient donner des reliques à l’église et, en tant que donateurs, faire graver leur nom sur le contenant à reliques18, ou faire écrire leur nom sur un morceau de parchemin et le faire déposer dans l’autel19. De cette manière, les laïcs pouvaient compter sur l’intercession directe du saint. Comme Ambroise, père de l’Église milanaise, ils étaient convaincus que les martyrs allaient ressusciter les premiers au jugement dernier et allaient les mener à la résurrection20.

Identifier, authentifier, autoriser

  • 21 À propos de la fonction et de la forme des authentiques, voir Paul Bertrand, « Authentiques de rel (...)
  • 22 Pour des exemples anciens, voir Michael McCormick, Origins of the European Economy. Communication (...)
  • 23 Nombreux exemples de contenants de plomb avec des inscriptions sur les côtés et sur les couvercles (...)
  • 24 À propos de l’inscription à l’encre sur la cassette en bois de cerisier avec couvercle coulissant (...)
  • 25 De la période de transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge, on ne connaît que quelques rares br (...)
  • 26 Dans l’Antiquité tardive, on gravait parfois sur le couvercle des amphores, à côté des noms du sai (...)
  • 27 Le sceau de l’évêque Liuthard de Paderborn (862-887) authentifiait les reliques de sainte Saturnin (...)
  • 28 Bad Gandersheim, Paroisse évangélique de l’église canoniale, numéro d’inventaire 378, fragment du (...)
  • 29 Pontifical de Durand (XIe-XIIe siècle), II, 4. Michel Andrieu, Le pontifical romain au Moyen Âge, (...)

15Bien que les ossements des saints aient été invisibles, placés et enfermés dans les tables d’autel, et bien que les saints aient eu suffisamment d’autorité grâce à leur virtus, les liturgistes apportaient une grande attention à identifier et authentifier les particules des martyrs21. Cela était réalisé avec des petits bouts de parchemin, sur lesquels ils inscrivaient le nom du saint et qu’ils attachaient avec une ficelle à la relique emmaillotée dans le tissu (ill. 5)22. Parfois, on gravait le nom du saint sur le contenant de plomb (ill. 6)23 ou on l’écrivait à l’encre sur le récipient de bois24 ou sur le suaire (ill. 7)25. À l’occasion, on allait même jusqu’à recopier la vita sur le contenant26. Ou encore, le consécrateur plaçait au même endroit son sceau27 ou la charte de consécration. Il ne fait guère de doute que la diffusion grandissante de l’usage de l’écriture et du droit eut une influence sur l’authentification et l’autorisation des reliques. Au Moyen Âge central, on ajoutait parfois aux reliques dans le tombeau de l’autel la liste des reliques qui y étaient contenues28. Des chartes de consécration, authentifiées avec un sceau, devinrent plus fréquentes et, depuis le XIVe siècle, on les complétait d’une indulgence pour l’anniversaire de la consécration29.

Ill. 5 : Reliques enveloppées, munies d’un authentique. St-Barthélemy, Bad Gandersheim, Paroisse évangélique de l’église canoniale. Cliché : Hedwig Röckelein.

Ill. 6 : Capsule de plomb avec inscription sur le couvercle. Liste des saints, XIe siècle. Essen, Trésor de la cathédrale, no d’inventaire r2 (225). Cliché : Hedwig Röckelein.

Ill. 7 : Suaire avec inscription, VIIIe-IXe siècles. Bad Gandersheim, Paroisse évangélique de l’église canoniale, no d’inventaire 79e (394). Cliché : Hedwig Röckelein.

  • 30 À propos des miniatures dans des codices liturgiques de luxe, voir Wolfgang Christian Schneider, « (...)

16Bien que les inscriptions sur les contenants et sur les authentiques aient identifié les objets sacrés, elles étaient réalisées dans une minuscule livresque ordinaire. On réservait la majuscule épigraphique solennelle pour les inscriptions visibles sur les autels portatifs et sur les reliquaires prévus pour être placés sur les autels. Alors que les inscriptions en majuscule sur les réceptacles à reliques étaient gravées par des orfèvres, les cedulae avec minuscule étaient faites par les scribes et notaires des institutions ecclésiastiques qui les envoyaient ou qui les recevaient. Tout comme l’image dans un codex renvoie au texte ou à une autre image30, l’écriture sur les reliquaires fermés renvoyait à leur contenu.

  • 31 Les cedulae auraient été écrites lors du démembrement et avant qu’elles ne soient envoyées à l’end (...)
  • 32 Un grand nombre de reliques a été enveloppé et muni de documents écrits sur place lors de la consé (...)

17Les cedulae étaient appliquées sur les reliques, afin d’identifier des restes d’un saint. Pour les chercheurs, ces petits documents fournissent des points de repère pour identifier le moment où la relique a été enveloppée ainsi que son endroit ou sa région d’origine. En effet, les reliques étaient enveloppées et munies de documents écrits soit par ceux-là mêmes qui s’étaient chargé de l’élévation et du démembrement, et donc qui pouvaient témoigner de l’identité du corps et des particules31, soit à l’endroit où on les recevait32.

  • 33 Bertrand, « Authentiques de reliques… », p. 365.
  • 34 Herrmann-Mascard, Les reliques des saints…, chap. II, sect. II § 2, p. 120-125.

18Les « enregistrements » sur les cedulae et sur les contenants indiquaient l’identité du saint et garantissaient l’authenticité de la particule. Le terme « authentiques », utilisé pour désigner ces médias, est toutefois moderne33. Les dénominations en usage au Moyen Âge – breves ou litterae – soulignent de manière plus forte le caractère juridique de ces bouts de parchemin34. Au Moyen Âge tardif, l’écriture en tant que facteur d’autorisation non seulement pour l’authentification des reliques, mais également pour l’acte de consécration de l’autel et du dépôt des reliques gagna en importance. L’acte d’authentification avait lieu lorsque l’on retirait les reliques de l’autel, que ce soit pour une nouvelle dédicace ou pour une nouvelle consécration de l’autel, ou encore pour une élévation, un démembrement, une distribution ou une translation du saint dans une autre église.

  • 35 Klaus Schreiner, « “Discrimen veri ac falsi”. Ansätze und Formen der Kritik an der Heiligen- und R (...)

19L’augmentation de l’usage de l’écriture dans l’environnement des reliques et du dépôt de l’autel n’est sans doute pas seulement due à la plus grande diffusion en général de l’usage pragmatique de l’écriture. Y a aussi contribuée la méfiance grandissante envers l’authenticité et le pouvoir des pignora sanctorum et envers le sens du culte des reliques35. Il semble que depuis le Moyen Âge central, on accordait une autorité aussi grande, sinon plus grande encore, à l’authentique écrit qu’à la relique elle-même ou à l’action miraculeuse du saint.

Paradoxes : la représentation du sacré par le profane et par l’invisible

20On peut constater, dans les rituels et les médias dont on se servait dans la sacralisation et la mystique de l’autel, particulièrement en ce qui concerne les reliques des martyrs et des imitateurs du Christ, deux paradoxes.

21Le premier paradoxe concerne la relation entre le sacré et le profane. Les objets sacrés étaient conservés dans des récipients et des matériaux profanes qui, lorsqu’ils étaient retirés de l’autel et lorsqu’on en sortait les reliques, reprenaient leur caractère profane. L’utilisation temporaire dans le contexte du culte n’est plus visible sur les contenants, à moins que la phase de liaison avec le sacré n’ait laissé des traces durables sous la forme d’inscriptions, comme des noms des saints ou des signes de croix.

  • 36 On trouvera un grand nombre de notices de consécration de Germanie et de Gaule dans Monumenta Germ (...)
  • 37 Les inscriptions sur les piliers de la crypte de la cathédrale d’Essen témoignent de la consécrati (...)

22Le second paradoxe est compris dans le fait que les reliques et leurs contenants devenaient, de par les rites de couverture et d’enfermement dans l’autel, invisibles, comme le Christ lui-même. Ainsi, ils ne pouvaient plus remplir leur fonction principale, soit de témoigner du Christ et de sa présence. Il n’y avait plus que l’hagiographie et les reliquaires sur les autels pour rappeler le sacrifice du Christ, d’une manière qu’on pouvait voir ou entendre ; ce n’était plus le cas des reliques enfermées dans les autels. Afin que l’on puisse savoir qu’elles étaient présentes, on avait besoin d’un autre système de signes. Depuis le Xe siècle, des récits sur la consécration d’autels, conservés dans des chroniques locales ou d’autres sources écrites en lien étroit avec les églises36, et des inscriptions de consécration bien en vue indiquaient la présence des saints invisibles dans les autels37. À la fête du saint, le prêtre lisait la passion du saint dans sa vita et l’évoquait dans sa prédication. De cette manière, pour un moment, le saint invisible devenait à nouveau présent.

Le retour de l’invisible

  • 38 Jean Baudrillard, Le système des objets, Paris, 1968.
  • 39 Hartmut Böhme, Fetischismus und Kultur. Eine andere Theorie der Moderne, Hambourg, 2006, à propos (...)

23Les travaux sur les réceptacles à reliques de petite dimension et peu spectaculaires dans les sépultures d’autels s’inscrivent dans une tendance nouvelle des études culturelles, un changement de paradigme consistant à s’éloigner des textes ubiquitaires pour se tourner vers les objets matériels38, s’éloigner de l’évident pour se tourner vers l’invisible, le mystère, l’énigmatique. Ayant comparé le sacré de sa propre culture dans le passé avec le sacré de cultures différentes, l’expert en études culturelles Hartmut Böhme a récemment interprété les reliques comme ayant été des fétiches du monde médiéval chrétien39. Ainsi, l’objet profane et matériel devient sacralisé par son enfermement.

  • 40 Voir Peter J. Bräunlein, « “Zurück zu den Sachen !” : Religionswissenschaft vor dem Objekt. Zur Ei (...)

24D’un autre côté, des ethnologues européens et des spécialistes de l’étude des religions se demandent comment des objets sacrés provenant d’autres cultures qui, au cours du processus de colonisation, sont parvenus dans des musées et collections d’Europe peuvent être expliqués et rendus compréhensibles pour les visiteurs d’aujourd’hui40. Une solution pourrait consister en la reconstruction du contexte culturel et social original des objets et en leur explication ; une autre serait de donner une aura à ces objets par une présentation muséale appropriée et ainsi de revitaliser leur effet sacral.

25Les religions européennes de l’art, une apparition du XVIIIe siècle, et les musées en tant que cathédrales de l’ère moderne n’ont pas porté d’attention aux objets à cause de leur contenu religieux originel et temporaire, mais seulement à cause de leurs qualités esthétiques. Là où de tels critères étaient déterminants, les contenants profanes, peu impressionnants, provenant des sépultures d’autels, ont donc été classés complètement en bas de l’échelle dans les trésors des musées. On les enferme donc dans les magasins et les retire de la vue du public. Ce serait pourtant le devoir d’une muséologie tournée vers l’histoire sociale et des mentalités, vers les études liturgiques, culturelles et religieuses, que de retirer ces objets des catacombes et de les mettre à la vue, de les remettre dans leur contexte, de montrer et de faire comprendre les interactions sociales, culturelles et politiques dans lesquelles et par lesquelles elles sont apparues.

26Dans les musées, qui se transforment actuellement de lieux où l’Européen blanc se réassurait lui-même en endroits où l’étrangeté et le dépaysement sont mis de l’avant, les objets de culte énigmatiques et religieux pourraient trouver leur place. Afin de les comprendre, il faudrait à nouveau relier les objets avec leurs textes : les reliques avec leurs authentiques, les tissus, les sceaux, les chartes de consécration et les contenants à reliques. Tous mis ensemble, ils indiqueraient la voie des processus historiques de communication et de migration auxquels ces objets et, autrefois, des acteurs ont participé. Reconstruire des processus et les expliquer, voilà une des tâches à accomplir pour les recherches interdisciplinaires de l’avenir.

Notes

1 Les différents médias se complètent et s’influencent mutuellement, comme lorsque l’iconographie des reliquaires met en images le récit hagiographique, par exemple sur le reliquaire de sainte Élisabeth à Marbourg ou sur le reliquaire des trois rois mages à Cologne, ou encore lorsque des inscriptions commentent les images sur les reliquaires. À propos des parallèles entre hagiographie et reliquaires, voir Hedwig Röckelein, « Die Hüllen der Heiligen. Zur Materialität des hagiographischen Mediums », dans Bruno Reudenbach, Gia Toussaint dir., Reliquiare im Mittelalter, Berlin, 2005 (Hamburger Forschungen zur Kunstgeschichte, 5), p. 75-88, particulièrement p. 75 sq. et 82 sq.

2 À propos de la fonction, de la présentation matérielle et de l’interprétation spirituelle de l’autel, voir Joseph Braun, Der christliche Altar in seiner geschichtlichen Entwicklung, Munich, 1924.

3 Sible De Blaauw, « Die Kirchweihe im mittelalterlichen Rom : Ritual als Instrument der Sakralisierung eines Ortes », dans Berndt Hamm, Klaus Herbers, Heidrun Stein-Kecks dir., Sakralität zwischen Antike und Neuzeit, Stuttgart, 2007 (Beiträge zur Hagiographie, 6), p. 91-99.

4 À propos du débat sur la nécessité de déposer des reliques dans l’autel pour célébrer l’eucharistie, voir Nicole Herrmann-Mascard, Les reliques des saints. Formation coutumière d’un droit, Paris, 1975 (Collection d’histoire du droit. Collection d’histoire institutionnelle et sociale, 6), p. 162-165.

5 C’est ce qu’exige le droit canonique depuis le XIXe siècle.

6 La lipsanoteca servait à soutenir l’autel, voir Germaine Demaux et Jean Roumailhac, « La “dalle-reliquaire” d’Auxerre », Bulletin de la Société des Fouilles archéologiques de l’Yonne, 4, 1987, p. 9-15.

7 Didier Méhu dir., Mises en scène et mémoires de la consécration d’église dans l’Occident médiéval, Turnhout, 2007 (Collection d’études médiévales de Nice, 7), p. 189-216.

8 Michel Andrieu dir., Les Ordines Romani du Haut Moyen Âge, vol. IV, Louvain, 1956 : Ordo XLI, p. 309-349 (Inc. : Denuntiatio cum reliquiae sanctorum martyrum ponendae sunt) ; Ordo XLII, p. 351-417 (Inc. : In nomine Dei summi ordo quomodo in sancta romana ecclesia reliquiae conduntur) ; Ordo XLIII, p. 409-413 = Ordo de St-Amand (Paris, BnF, lat. 974) concernant l’elevatio et la dedicatio altaris ou ecclesiae (Inc. : Incipit ad reliquias levandas sive deducendas seu condendas). Herrmann-Mascard, Les reliques des saints…, p. 165-168 (« Les reliques et la consécration de l’autel ») et p. 168-189 (« L’emplacement et la translation des reliques dans les églises »).

9 Par exemple le fragment de velours de soie noir et jaune du VIIIe-IXe siècle, avec un lion dans un médaillon, provenant du Trésor de la cathédrale d’Essen, numéro d’inventaire 80a, décrit dans Birgitta Falk dir., Gold vor Schwarz. Der Essener Domschatz auf Zollverein, Essen, 2008, numéro de catalogue 107, p. 228. La partie supérieure du médaillon, avec un cheval, se trouve à Berlin, Musée des arts décoratifs, numéro d’inventaire 78,1386 ; voir Leonie von Wilckens, Mittelalterliche Seidenstoffe, Berlin, 1992 (Bestandskatalog des Kunstgewerbe-museums Berlin, 18), numéro de catalogue 20, p. 23, avec illustration.

10 On trouve des collections de tels contenants provenant de sépultures d’autels en nombre remarquable au Musée épiscopal de Vich en Catalogne (collection est cours d’inventaire), au Musée de la cathédrale de Trèves, au Musée des Augustins de Fribourg, au Musée diocésain de Limbourg, au Musée de la cathédrale de Bamberg, à la Collection Schnütgen de Cologne, au Trésor de la cathédrale d’Essen, au Musée diocésain de Paderborn, au Musée de la cathédrale d’Augsbourg, au Musée National de Copenhague ainsi qu’au Musée archéologique de Namur.

11 Henri Leclercq, « Reliques et reliquaires », dans Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, XIV (1948), col. 2294-2359, avec des exemples de grandes amphores, de petites cruches de cabaret et de gobelets à boisson des régions méditerranéennes. Pour l’analyse d’un dépôt de reliques du XIIIe siècle dans une cruche d’argile, voir « Beiträge zur Geschichte der Pfarrkirche St. Martin in Unterbillingshausen (seit 1. Januar 1973 Billingshausen), nö. Göttingen », Plesse-Archiv, 18, 1982, p. 33-92. La collection du Musée diocésain de Rottenburg (Bade-Wurtemberg) comprend principalement des verres à reliques, avec quelques contenants de plomb. Pour une analyse typologique des styles des verres, voir Antonella Sveva Gai, Reliquiengläser aus Altarsepulkren : eine Materialstudie zur Geschichte des deutschen Glases vom 12. bis zum 19. Jahrhundert, Leinfelden-Echterdingen, 2001 (Schriften zur süd-westdeutschen Landeskunde, 30/1-2).

12 À propos de la diversité des réceptacles à reliques dans les sépultures d’autels, et des problèmes de conservation et d’analyse en lien avec ce genre de source, voir Hedwig Röckelein, « 1 alter hölzerner Kasten voller Reliquien als alten schmutzigen Zeugflicken jeder Farbe und alte Knochen : Über unansehnliche und verborgene Reliquienschätze des Mittelalters », dans Sabine Arend et al. dir., Vielfalt und Aktualität des Mittelalters. Festschrift für Wolfgang Petke zum 65. Geburtstag, Bielefeld, 2006 (Veröffentlichungen des Instituts für Historische Landesforschung der Universität Göttingen, 48), p. 383-402. Des cercueils de plomb simples, peu décorés, équivalents modestes des sarcophages opulents en marbre, étaient très répandus aux IIIe -IVe siècle apr. J.-C. Voir Alexander Demandt, Josef Engemann dir., Konstantin der Große : Imperator Caesar Flavius Constantinus. Ausstellungskatalog, Mayence, 2007, p. 275, n° I. 16.61. À propos d’une collection de réceptacles à reliques en plomb du Moyen Âge et de l’Époque moderne, qui avaient été déposés dans les autels de la cathédrale d’Essen, voir Hedwig Röckelein, « Essener Reliquienbehältnisse aus Blei », dans Birgitta Falk, Thomas Schilp, Michael Schlagheck dir., … wie das Gold den Augen leuchtet. Schätze aus dem Essener Frauenstift, Essen, 2007 (Essener Forschungen zum Frauenstift, 5), p. 111-149 ; Hedwig Röckelein, « Fünfzehn mittelalterliche und sieben neuzeitliche Reliquienbehälter », dans Falk, Gold vor Schwarz…, n° 12, p. 74-77. La cassette avec couvercle coulissant en bois, décoré d’une inscription, provenant du chapitre de chanoinesses de Gandersheim (Gandersheim, Paroisse évangélique de l’église canoniale, numéro d’inventaire 079h), dont on retrouve une illustration dans Röckelein, « 1 alter hölzerner Kasten… », p. 395, ill. 2, imite les cercueils de bois de l’Antiquité tardive avec couvercle coulissant. Voir par exemple le cercueil en bois de cèdre de saint Paulin de Trèves (Trèves, Musée régional de Rhénanie, après 358 apr. J.-C.), illustration dans Demandt, Engemann, Konstantin der Große…, p. 265, numéro d’inventaire II. 4.33.

13 Voir les exemples dans Röckelein, « 1 alter hölzerner Kasten… », et Ead., « Schätze in Altären : Transformationen profaner Gebrauchsgegenstände im sakralen Raum », dans Schatzkulturen im Mittelalter. Diskurs, Praxis, Vorstellung. Internationale Tagung der Universitäten Basel und Neuchâtel/Le trésor au Moyen Âge. Pratiques, discours, images. Colloque international, Universités de Bâle et de Neuchâtel, à paraître dans Micrologus Library.

14 Ordo de l’évêque Drogon de Metz (826-855), Paris, BnF, ms. lat. 9428. Édition : Andrieu, Les Ordines Romani…, p. 398 sq. À propos des manières de fermer les contenants, voir aussi Braun, Der christliche Altar…, vol. 1, p. 601 sq.

15 Kathryn M. Rudy, Barbara Baert dir., Weaving, Veiling, and Dressing. Textiles and their Metaphors in the Late Middle Ages, Turnhout, 2007 (Medieval Church Studies, 12).

16 Certains des reliquaires en plomb conservés à Essen sont décorés de croix : (1) Essen, Trésor de la cathédrale, numéro d’inventaire E/r 6, capsule de plomb ronde, côté extérieur. Est gravée une crux immissa. (2) Essen, Trésor de la cathédrale, numéro d’inventaire E/r 12, cassette rectangulaire en plomb : sur le grand côté de la cassette, à l’extérieur, deux croix avec crosses, sur le dessous de la cassette une simple croix gravée. (3) Essen, Trésor de la cathédrale, numéro d’inventaire E/r 13, cassette rectangulaire en plomb : sur le grand côté de la cassette et sur le couvercle une croix gravée. (4) Essen, Trésor de la cathédrale, numéro d’inventaire E/r 14, cassette rectangulaire en plomb : sur le grand côté de la cassette et de la bordure du couvercle, une croix gravée. Voir Röckelein, « Essener Reliquienbehältnisse… », ill. 3 et 4, p. 127. Sur le dessous de la cassette de Bad Gandersheim, Paroisse évangélique de l’église canoniale, numéro d’inventaire 86m, qui est peut-être un don de l’abbesse Gerberge II (949-1001), une croix est gravée.

17 Rémi d’Auxerre, Tractatus de dedicatione ecclesiae, dans PL 131, 845 sq. Au IXe siècle, la question de la consécration de l’autel coram publico ou in secreto était controversée. Contrairement à Rémi d’Auxerre, l’ordo de Metz plaidait pour la participation du public.

18 Un certain comte du palais Henri – il s’agit peut-être d’Henri Ier († 1061) de la famille des Ezzoniens – a fait graver sur le côté extérieur, à la vue, du reliquaire de Limbourg, Musée diocésain, numéro d’inventaire D 3, son nom avec une inscription de consécration (pour une transcription de l’inscription, voir Gai, op. cit., vol. 1, p. 100). À propos de l’identité de la personne et du nom du donateur, voir Klaus Lange, « Mathildis, Theophanu et aliae. Funktionen des Eigennamens in Stifterinschriften », dans Falk, Schilp, Schlagheck, … wie das Gold…, p. 95-110. Henri avait probablement donné le reliquaire en 1058 à l’occasion de la reconstruction de l’église canoniale. Voir Stephani Hartmann et al. dir., Der heilige Leib und die Leiber der Heiligen. Eine Ausstellung des Dommuseums Frankfurt a. M. im « Haus am Dom », 23. März bis 27. Mai 2007, Limburg, 2007, p. 126-128, numéro de catalogue 3.a-c. Le reliquaire est trop volumineux pour une sépulture d’autel. Il était probablement conservé dans la sacristie ou dans le tronc de l’autel et placé sur l’autel lors de l’anniversaire de la consécration ou lors de l’anniversaire de la mort du donateur.

19 La coutume de déposer dans le tombeau à reliques des noms de laïcs, voire des listes complètes de noms est attestée dans le sud de la France pour le XIe siècle : Pontifical de Narbonne, voir Edmond Martène, De antiquis ecclesiae ritibus libri tres, vol. 1, c. 13, Ordo 7, Anvers, 1763. Voir Braun, Der christliche Altar…, vol. 1, p. 633.

20 Ambrosius, Ep. 77 (22), 13, dans Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum, 82, 3, p. 134 : « Succedant victimae triumphales in locum ubi Christus est hostia. Sed ille super altare qui pro omnibus passus est, isti sub altari qui illius redempti sunt passione », inspiré de Apoc. 6, 9 : « vidi subtus altare animas interfectorum ». Voir Ernst Dassmann, « Ambrosius und die Märtyrer », Jahrbuch für Antike und Christentum, 18, 1975, p. 49-68.

21 À propos de la fonction et de la forme des authentiques, voir Paul Bertrand, « Authentiques de reliques : authentiques ou reliques ? », Le Moyen Âge, 112/2, 2006, p. 363-374 ; Philippe Cordez, « Gestion et médiation des collections de reliques au Moyen Âge. Le témoignage des authentiques et des inventaires », dans Jean-Luc Deuffic dir., Reliques et sainteté dans l’espace médiéval, Saint-Denis, 2005, p. 33-64.

22 Pour des exemples anciens, voir Michael McCormick, Origins of the European Economy. Communication and Commerce, AD 300-900, Cambridge (Mass.), 2002, p. 283-318 et 298 (carte 10 : « Foreign Relics at Sens and Chelles 7th-9th Centuries ») ; Hartmut Atsma, Jean Vézin, « Chelles, Église Saint-André, Authentiques de reliques (VIIe -IXe siècle) », Chartae Latinae Antiquiores, 18, 1985, p. 84-108, no 669 ; Jean-Pierre Laporte, « Les reliques de Chelles, une sépulture royale mérovingienne », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1987, p. 290-303.

23 Nombreux exemples de contenants de plomb avec des inscriptions sur les côtés et sur les couvercles de capsules et de cassettes dans Röckelein, « Essener Reliquienbehältnisse… » ; Ead., « Gandersheimer Reliquienschätze – erste vorläufige Beobachtungen », dans Martin Hoernes, Hedwig Röckelein dir., Gandersheim und Essen. Vergleichende Untersuchungen zu sächsischen Frauenstiften, Essen, 2006 (Essener Forschungen zum Frauenstift, 4), p. 33-96.

24 À propos de l’inscription à l’encre sur la cassette en bois de cerisier avec couvercle coulissant de Gandersheim du Xe siècle (Bad Gandersheim, Paroisse évangélique de l’église canoniale, numéro d’inventaire 079h) : + Hic [ !] sunt reliquie s (an)ctor(um) marciani. & s(an)c(t)o primitibo [!]. & s(an)c (t)e ceciliê. & s(an)c(tu)s [ !] tiburtius [ !]. Voir Röckelein, « 1 alter hölzerner Kasten… », p. 395, ill. 2.

25 De la période de transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge, on ne connaît que quelques rares brandea ou suaires avec de l’écriture (Sancta Sanctorum, Aix-la-Chapelle, Kornelimünster). Un de ces anciens suaires à reliques est sans doute arrivé au chapitre de chanoinesses de Brunshausen, plus tard Gandersheim, lors de la fondation en 852 (Bad Gandersheim, Paroisse évangélique de l’église canoniale, numéro d’inventaire 79e [394]). Le suaire, qui n’a pu être repéré que récemment dans le cadre du projet de recherches « Frauenstift Gandersheim », n’a pas encore fait l’objet d’une publication.

26 Dans l’Antiquité tardive, on gravait parfois sur le couvercle des amphores, à côté des noms du saint et du donateur, une version courte de la vie du saint (une vita brevis, sem blable aux versions dans les martyrologes). Pour un exemple de Constantine (Numidie) du VIe siècle, voir Henri Leclercq, « Reliques et reliquaires », dans Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, XIV (1948), col. 2331 sq.

27 Le sceau de l’évêque Liuthard de Paderborn (862-887) authentifiait les reliques de sainte Saturnine, qui avaient été données au chapitre de chanoinesses de Neuenheerse près de Driburg (Westphalie) : Klemens Honselmann, « Reliquientranslationen nach Sachsen », dans Victor Elbern dir., Das erste Jahrtausend. Kultur und Kunst im werdenden Abendland an Rhein und Ruhr, vol. 1, Düsseldorf, 1962, p. 158-193, ici p. 190 sq. et ill. 1.

28 Bad Gandersheim, Paroisse évangélique de l’église canoniale, numéro d’inventaire 378, fragment du XIIe siècle. Voir Röckelein, « Gandersheimer Reliquienschätze… », p. 39, ill. 3. Au XVIe siècle, on a relié un registre avec la liste, qui en a été séparé en 1956. Certaines des reliques mentionnées dans le registre sont conservées enveloppées.

29 Pontifical de Durand (XIe-XIIe siècle), II, 4. Michel Andrieu, Le pontifical romain au Moyen Âge, vol. 3 : Le Pontifical de Guillaume Durand, Rome, 1940, p. 456 : « Ponat etiam ibi carticulam de corio, scriptam de grossa litteram, continentem cuiusmodi reliquie sunt ibi incluse, et in cuius sancti honorem et nomen ecclesia ipsa et altare dedicantur, nomen consecratoris et indulgentiam quam in anniversario dedicationis die concedit, annum quoque, mensem et diem quibus dedicantur ».

30 À propos des miniatures dans des codices liturgiques de luxe, voir Wolfgang Christian Schneider, « Geschlossene Bücher – offene Bücher. Das Öffnen von Sinnräumen im Schließen der Codices », Historische Zeitschrift, 271, 2000, p. 561-592.

31 Les cedulae auraient été écrites lors du démembrement et avant qu’elles ne soient envoyées à l’endroit où elles étaient destinées, voir McCormick, Origins of the European Economy…, Atsma, Vézin, « Chelles, Église Saint-André… », Laporte, « Les reliques de Chelles… ».

32 Un grand nombre de reliques a été enveloppé et muni de documents écrits sur place lors de la consécration d’église en 1007. Les textes des cedulae sont tous écrits par la même main et les reliques sont toutes enveloppées dans le même tissu. Voir l’étude détaillée de Christian Popp, Gandersheimer Heilige und Reliquien (en préparation).

33 Bertrand, « Authentiques de reliques… », p. 365.

34 Herrmann-Mascard, Les reliques des saints…, chap. II, sect. II § 2, p. 120-125.

35 Klaus Schreiner, « “Discrimen veri ac falsi”. Ansätze und Formen der Kritik an der Heiligen- und Reliquienverehrung des Mittelalters », Archiv für Kulturgeschichte, 48, 1966, p. 1-53 ; Klaus Guth, Guibert de Nogent und die hochmittelalterliche Kritik an der Reliquienverehrung, Ottobeuren, 1970 (Studien und Mitteilungen zur Geschichte des Benediktiner-Ordens und seiner Zweige, Ergänzungsband, 21).

36 On trouvera un grand nombre de notices de consécration de Germanie et de Gaule dans Monumenta Germaniae Historica [MGH], Scriptores 15/2, Hanovre, 1888, p. 960-1125, 1269-1288, 1315, et MGH, Scriptores 30/2, Leipzig, 1926, p. 768-788. Elles suivent toutes le même schéma : date de consécration, nom de l’évêque consacrant, vocable de l’autel, nombre des reliques déposées, dans l’ordre des saints.

37 Les inscriptions sur les piliers de la crypte de la cathédrale d’Essen témoignent de la consécration de la nouvelle crypte par l’archevêque Hermann de Cologne en 1051, en présence de l’abbesse Théophanu, de même que de la déposition de 28 saints dans trois autels. Voir Karl Joseph Klinkhammer, « Die Ottonischen Inschriften der Essener Münster-Krypta », Das Münster am Hellweg, 25, 1972, p. 173-192. À propos des noms et de l’identité des saints, voir Katrinette Bodarwé, « Roman Martyrs and their Veneration in Ottonian Saxony : the Case of the sanctimoniales of Essen », Early Medieval Europe, 9/3, 2000, p. 345-365, en particulier p. 364-365 (l’identification des lieux d’origine doit être revue).

38 Jean Baudrillard, Le système des objets, Paris, 1968.

39 Hartmut Böhme, Fetischismus und Kultur. Eine andere Theorie der Moderne, Hambourg, 2006, à propos des reliques voir en particulier p. 170-175.

40 Voir Peter J. Bräunlein, « “Zurück zu den Sachen !” : Religionswissenschaft vor dem Objekt. Zur Einleitung », dans Peter J. Bräunlein dir., Religion und Museum. Zur visuellen Repräsentation von Religion/en im öffentlichen Raum, Bielefeld, 2004, p. 7-54.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : Auxerre, Saint-Germain, table de l’autel, Ve-VIe siècle. Cliché : Hedwig Röckelein.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Ill. 2 : Tissu enveloppant des reliques, velours de soie de Sogdiane, VIIIe-IXe siècles, Essen, Trésor de la Cathédrale, no d’inventaire 80a. Cliché : Birgitta Falk, dir., Gold vor Schwarz. Der Essener Domschatz auf Zollverein, Essen, Klartext, 2008, no de catalogue 107, p. 229 infra.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7459/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Ill. 3 : Tissu enveloppant des reliques, velours de soie de Sogdiane,VIIIe-IXe siècles, Berlin, Musée des Arts décoratifs, no d’inventaire 78,1386. Voir Leonie von Wilckens, Mittelalterliche Seidenstoffe, Berlin, Staatliche Museen zu Berlin, 1992 (Bestandskatalog des Kunstgewerbemuseums Berlin, 18), no de catalogue 20, p. 23.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7459/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Ill. 4 : Reliquaire de plomb de la sépulture de l’autel avec des croix. Essen, Trésor de la Cathédrale, numéro d’inventaire E/r12 (235). Cliché : Hedwig Röckelein.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7459/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Ill. 5 : Reliques enveloppées, munies d’un authentique. St-Barthélemy, Bad Gandersheim, Paroisse évangélique de l’église canoniale. Cliché : Hedwig Röckelein.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7459/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Ill. 6 : Capsule de plomb avec inscription sur le couvercle. Liste des saints, XIe siècle. Essen, Trésor de la cathédrale, no d’inventaire r2 (225). Cliché : Hedwig Röckelein.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7459/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Ill. 7 : Suaire avec inscription, VIIIe-IXe siècles. Bad Gandersheim, Paroisse évangélique de l’église canoniale, no d’inventaire 79e (394). Cliché : Hedwig Röckelein.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/7459/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

Auteur

Professeure d’histoire médiévale à l’Université Georg-August de Göttingen, directrice du Diplomatischer Apparat de l’Université de Göttingen, membre régulière de l’Académie des Sciences de Göttingen et présidente de la Commission directrice du projet Germania Sacra de l’Académie des Sciences de Göttingen. Ses travaux portent, entre autres, sur la culture religieuse du Moyen Âge et sur l’histoire des genres. Sa thèse d’habilitation est consacrée aux modes de communication en lien avec les translations de reliques en Saxe au IXe siècle (Reliquientranslationen nach Sachsen im 9. Jahrhundert. Über Kommunikation, Mobilität und Öffentlichkeit im Frühmittelalter, Thorbecke, 2002). Elle a publié de nombreux articles en allemand, en français et en anglais sur l’histoire des reliques au haut Moyen Âge.

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search