Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ad libros !

 | 
Jean-François Cottier
, 
Martin Gravel
, 
Sébastien Rossignol

Les Frisons de Saint-Goar

Présentation, traduction et bref commentaire des chapitres 28 et 29 des Miracula sancti Goaris de Wandalbert de Prüm1

Stéphane Lebecq

Texte intégral

  • 1 Je suis heureux d’offrir à Denise Angers et à Joseph-Claude Poulin la primeur de la traduction de (...)
  • 2 Ainsi qu’il ressort du prologue et du dernier chapitre de l’œuvre [no 3566 de la Bibliotheca Hagio (...)
  • 3 Sankt-Goar (St. Goar, Allemagne, Land de Rheinland-Pfalz), sur la rive gauche du Rhin entre Bingen (...)
  • 4 L’historiographie récente de l’abbaye de Prüm à l’époque carolingienne s’est surtout penchée sur l (...)
  • 5 Sur l’histoire ancienne de l’église de St. Goar, voir Franz Josef Heyen, « St. Goar im frühen und (...)
  • 6 Ainsi cella dans le c. 29 des Miracula sancti Goaris, et monasterium dans le c. 28. Il est par ail (...)

1 En 839, le moine et diacre Wandalbert de Prüm, alors âgé de vingt-six ans, remania à la demande de son abbé Markward la Vie de saint Goar, dont une première et anonyme version avait été écrite vers 750, et lui ajouta le récit des miracles accomplis entre 765 et 839 sur ou à proximité de la tombe du saint2, qui était située au lieu désormais appelé Saint-Goar, dans la moyenne vallée du Rhin, à peu près en face du fameux rocher de la Lorelei3. C’est là, en effet, à proximité de l’endroit où Goar – ermite dont la Vita dit qu’il était venu d’Aquitaine dans le courant du VIe siècle – s’était installé, avait vécu et était mort, que fut élevée une église mémoriale dont Pépin III fit don à l’abbaye de Prüm en 765. La jeune abbaye, qui avait été fondée en 721 au cœur de l’Eifel, soit à une petite centaine de kilomètres à l’ouest de Saint-Goar, par des membres de la puissante famille des Hugobertides4, était alors dirigée par l’abbé Asuarius qui, fort de l’indéfectible soutien de Charlemagne, put entreprendre le chantier d’une nouvelle basilique, où furent transférés les restes du saint vers 780-782, et auprès de laquelle fut créé un hospitium spécialement voué, dans la tradition charitable initiée par le saint, à l’accueil des voyageurs5. Bien que l’église de Saint-Goar fût desservie par une communauté au caractère plus clérical, voire canonial, que monastique, Wandalbert définit l’établissement tantôt comme une cella, tantôt comme un monasterium, et le place apparemment sous l’autorité d’un custos ecclesiae6.

  • 7 Une rareté qui s’explique peut-être par le poids du modèle créé par Alcuin, dont les récits (souve (...)
  • 8 Wandalbert sait assurément de quoi il parle, lui qui allait composer en 848 un Martyrologium metri (...)

2Tels qu’ils sont évoqués par Wandalbert, les prodiges attribués aux mérites du saint portent presque tous la marque du milieu environnant, celui de la Trouée héroïque du Rhin à travers son Massif schisteux, caractérisé par les rapides du fleuve, par l’à-pic des rochers et par la proximité de coteaux couverts de vignobles. Bien que Wandalbert ait le scrupule de citer, fût-ce de manière allusive, la source de ses informations (ainsi, dans les exemples qui suivent, le clerc Teodradus ou les nombreux et anonymes témoins du fait miraculeux), la description qu’il donne du paysage est d’une précision telle qu’on ne peut s’empêcher de penser que le moine de Prüm connaît les lieux dont il parle. Cela donne à son récit une qualité documentaire rare dans l’hagiographie carolingienne7, même si le souci premier de l’auteur demeure l’exaltation – animée par un véritable esprit de propagande – de l’église de Saint-Goar et de son saint patron qui, s’il ne se peut comparer « aux apôtres et aux plus illustres martyrs de l’Église », comme il est dit à la fin du chapitre 29 dans une rhétorique toute de (fausse) modestie pour l’objet hagiographique de l’œuvre8, brille autant par « l’amour de Dieu et de son prochain » que par « l’éclat de ses vertus », au premier rang desquelles figure l’exercice de la caritas.

  • 9 On appréciera la richesse descriptive du vocabulaire de Wandalbert, emprunté en ces occurrences au (...)
  • 10 Miracula, c. 11.
  • 11 Miracula, c. 27.
  • 12 Miracula, c. 21.
  • 13 Miracula, c. 28 et 29 de l’édition Stiene (p. 73-74 pour le c. 28, et 74-77 pour le c. 29), et c. (...)

3Si l’on en croit Wandalbert, nombre d’interventions miraculeuses de saint Goar ont été faites à l’occasion de difficultés rencontrées par les bateliers et autres voyageurs à la descente ou à la remontée du Rhin dans le secteur proche du monastère, alors marqué par un rapide du fleuve (rapiditas fluminis, aquae vis), véritable cataracte où se conjuguaient l’écueil de nombreux rochers (saxi, scopuli), l’effet des eaux tourbillonnantes (gurges, vorago) et la levée d’épais brouillards (densissima nubes et nebulae tenebrosissimae), sans parler de phénomènes plus saisonniers comme le blocage des eaux du fleuve par le gel (glaties fluminis) ou comme la crue débordante d’une petite rivière affluente (rivuli exundatio)9. Seule l’invocation du saint a sauvé plusieurs d’entre eux du naufrage et de la noyade mortelle : cela a pu concerner Charlemagne lui-même, tandis que, sous la conduite d’un navis gubernator, il descendait le Rhin depuis son palais d’Ingelheim (Ingilinheim) en direction de Coblence (in castellum quod situm est super confluentem Mosellae et Rheni)10 ; l’abbé Maximin de Saint-Géréon de Cologne, qui ramenait en bateau le produit des vendanges de ses vignobles situés dans la région de Worms (a provincia Vangionum)11 ; d’anonymes potiers (figuli) qui transportaient dans une embarcation leur cargaison de vases12 ; ou encore plusieurs marchands pressés, au nombre desquels on compte deux Frisons (negotiatores ex Fresonum gente), qui font respectivement l’objet des chapitres 28 et 29 des Miracula13.

  • 14 Éd. Holder-Egger, p. 361-362 ; et éd. Stiene, p. xli-xliii. L’édition utilisée ici est celle de St (...)

4Je propose qu’on prenne maintenant connaissance du récit de ces deux miracles, dans une traduction originale établie d’après le texte latin – en tout point identique – donné dans les deux dernières éditions de l’œuvre, qui s’appuient principalement sur son plus ancien manuscrit, celui de Paris (BnF, lat. 13764), provenant de Saint-Remi de Reims et daté de la fin du IXe siècle, et accessoirement sur celui de Wiesbaden, daté des Xe-XIe siècles14.

***

Ch. 28. Du Frison qui a été mis en péril à peu près de la même façon15

  • 15 Le chapitre précédent évoque la façon dont l’abbé Maximin du monastère de Saint-Géréon de Cologne (...)
  • 16 Dans le chapitre 20, où avait été évoqué le naufrage d’un navire de potiers dans les rapides du fl (...)

5« Il se produisit un événement à peu près similaire quand un marchand frison (quidam ex Fresonum gente negotiator) qui dirigeait son bateau (navem ageret) le long de la rive opposée décida de ne pas s’approcher du rivage sur lequel se trouvait le monastère (monasterium). Tandis que le bateau atteignit les rochers (scopulos) dont nous avons parlé plus haut16, et que, soudain emporté et entraîné par la violence des flots dans un tourbillon (in gurgitem), il se précipita sur eux en un instant critique, le maître du bateau (dominus navis) appela Goar à l’aide en invoquant à plusieurs reprises son nom et ses mérites : aussitôt le bateau gagna le port (portum) intact. Dès qu’il eut posé le pied sur la terre ferme, l’homme fit une prière, et, en reconnaissance pour son salut, offrit à la memoria vénérée [du saint] un vêtement de soie (vestem olosericam), qui fut par la suite transporté au monastère de Prüm par celui-là même qui m’a rapporté les faits, le clerc Teodradus. »

Ch. 29. De l’esclave d’un marchand qui échappa miraculeusement au péril de l’eau

  • 17 Le mot peut aussi bien désigner l’abbé d’une abbaye (sens totalement exclu, car le seul abbé ayant (...)

6« Il me faut maintenant relater un événement qui n’est pas très différent de ceux qui précèdent, mais qui a quelque chose de plus miraculeux encore, et dont il y aurait autant de témoins fidèles que d’habitants présents sur le lieu et au moment où les faits se sont déroulés. Un marchand de la nation susdite des Frisons (negotiator ex supradicta Fresonum gente) dirigeait son bateau sur le Rhin (per Rhenum flumen), et, comme il est d’usage quand on remonte le fleuve, il faisait haler le bateau par ses hommes (a suis) le long du rivage à l’aide d’une corde (fune). Tandis qu’il atteignait les parages de la cella, il lui fut vivement recommandé, autant par ses hommes (a suis) que par d’autres qui se trouvaient sur la rive du fleuve, de débarquer pour prier [le saint]. Mais il répondit qu’il lui était impossible de le faire, que son plan de route (propositum cursum) serait compromis par le retard, et qu’il ne pourrait atteindre le lieu prévu pour sa prochaine escale (quietis congruum locum) sans continuer sa navigation. C’est pourquoi, attelé à sa tâche, il continua de diriger le bateau, tenant la barre (clavum regens) avec un des esclaves (cum uno servorum) à ses côtés, tandis que les autres le halaient (trahunt) avec la corde le long du rivage, le premier d’entre eux tirant l’extrémité de la corde qu’il avait enroulée autour de son dos et de son ventre. Ils en arrivèrent à cet horrible rapide du fleuve (fluminis rapiditatem horribilem) dont nous avons déjà parlé, lorsque soudain les flots, dans leur extrême violence, emportèrent le bateau et l’entraînèrent très loin du rivage sans que le timonier (gubernatore) ne pût leur opposer la moindre parade. Le bateau parti à la dérive, ceux qui le halaient le long de la rive n’eurent plus la force de le retenir, et, résignés, lâchèrent la corde, tandis que le premier d’entre eux, qui ne put dans la précipitation la dérouler de son corps, fut emporté à la suite du bateau dans le tourbillon (in gurgitem) ; le maître du bateau (dominus navis), toujours aux commandes à la poupe (qui in puppi residens laborabat), ne put réaliser ce qui se passait. Ceux qui avaient pu se libérer de la corde invoquèrent à grands cris l’autorité divine et l’intervention de saint Goar pour qu’elles vinssent au secours du bateau et de leur compagnon (socii). Il y eut un tel courant et un tel tourbillonnement d’onde (aquae vis et undarum vorago) que le bateau ne put plus être dirigé dans sa course, et que, entraîné au loin, il fut déporté jusqu’à la rive opposée, suscitant chez la plupart des témoins un sentiment de peur et d’horreur. Quand le marchand (negotiator) eut atteint la terre ferme, il demanda à son esclave (a servo) de ramener la corde qui avait été traînée dans l’eau par le bateau ; et c’est alors, la corde ramenée, qu’il aperçut l’autre esclave (servus) comme enroulé à son extrémité. Après que dans l’urgence on eut essayé de le masser de diverses manières, il parut n’y avoir plus d’autre issue que la mort. On eut beau, en fin de compte, assembler un grand tas de paille et y mettre le feu, il ne put être ranimé par la chaleur ni émettre le moindre signe de vie. Que dire de plus ? On le ramena sur l’autre rive, et son maître et ses compagnons (dominus eius et comites) s’enquirent de l’ensevelir. On demanda au gardien de l’église (ecclesiae custos)17 qu’il indique un emplacement pour sa sépulture. Tandis qu’on creusait la tombe à l’endroit convenu, le corps qu’on croyait privé de toute vie fut déposé provisoirement dans la maison du gardien. Et c’est alors qu’après un bref laps de temps, il commença à se réchauffer, puis à ouvrir la bouche et à respirer. Après quoi, se relevant d’un bond, il rejeta un peu de sang par la bouche, et apparut soudain dans un état de forme tel que, quand tous eurent prié et rendu une action de grâce, il s’empressa de retourner au bateau pour le haler avec ses compagnons (cum sociis) comme avant [l’accident]. Quand le marchand eut vu tout cela, soucieux de s’amender et de racheter dignement sa faute pour exprimer sa reconnaissance, il fit don au saint autel d’une livre d’argent (argenti libram), et, reprenant son chemin, il s’en alla avec tous les siens, sains et saufs. Pour que chacun voie ce que d’autres ont éprouvé dans leurs sens devant un tel événement, il faut que je dise avec toute la force de la foi comment les mérites du saint homme ont été d’autant plus éclatants après sa mort qu’il avait de son vivant pris soin de fuir les vaines gloires et l’ostentation d’ici-bas ! Et comment, parmi les signes et miracles qui doivent être attribués à chacun des saints, exception faite seulement (dumtaxat exceptis) des apôtres et des plus illustres martyrs de l’Église, celui-là ne doit pas être considéré comme inférieur aux autres, car celui qui aurait pu sembler inférieur à tel d’entre eux dans l’amour de Dieu et de son prochain, voici que, même s’il ne s’est pas illustré de son vivant par de multiples miracles connus des hommes, il s’illustre magnifiquement par la pratique d’une charité (caritas) qui est supérieure à tous les miracles ; et c’est pour cela que, chaque jour depuis sa mort, il brille dans la foi des vivants par l’éclat de tant de vertus. »

***

  • 18 Voir Stéphane Lebecq, Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Âge, Lille, 1983, vol. 1, p.  (...)
  • 19 Voir Stéphane Lebecq, « Aelfric et Alpert. Existe-t-il un discours clérical sur les marchands dans (...)

7On aura d’emblée compris que ces deux récits, surtout le deuxième, sont essentiels pour l’histoire des communications marchandes dans la vallée du Rhin et plus généralement dans l’ensemble de l’Occident au IXe siècle18, et pour l’histoire du regard porté par les hommes d’Église sur les marchands et leurs activités dans le haut Moyen Âge carolingien19.

  • 20 Aujourd’hui Wijk bij Duurstede (Pays-Bas). Le port est cité dans des sources contemporaines des Mi (...)
  • 21 Lebecq, Marchands…, vol. 1, p. 75-83.
  • 22 Diplôme du 11 septembre 829 par lequel Louis le Pieux concède à l’église cathédrale de Worms le re (...)
  • 23 Ibidem, vol. 1, p. 26-30, 39-41. Sur les « quartiers frisons » des villes rhénanes, il suffit de r (...)

8Des Frisons sur le Rhin ? Rien d’étonnant quand on sait que, maîtres des bouches du fleuve dans la mer du Nord où prospérait à la tête du delta leur « très fameux » emporium de Dorestad20, ils ont été à partir du VIIe siècle les principaux vecteurs des communications entre leur hinterland rhénan et l’Europe septentrionale, où ont été retrouvés nombre de produits – entre autres céramiques, verriers, minéraux, métallurgiques – originaires de Rhénanie, dont la présence sur les marchés britanniques et scandinaves ne se peut expliquer que par la médiation du grand commerce frison21 ; et quand on sait que leur nom a pu devenir – par exemple dans les sources diplomatiques de l’église cathédrale de Worms, où il est question en 829 des negotiatores vel artifices seu et Frisiones apud Wangionem civitatem22 – un presque synonyme de « marchands au long cours ». Si les textes disent explicitement ou implicitement, parfois avec le concours de la microtoponymie urbaine, la présence de marchands frisons, éventuellement organisés en véritables colonies, allant même parfois jusqu’à imprimer leur identité aux quartiers urbains où se concentrait leur habitat, à Birten (près de Xanten), à Duisburg, à Cologne, à Trèves, à Mayence, à Worms ou à Strasbourg23, aucun ne se fait aussi précis sur leur labeur quotidien et sur les structures de leur entreprise commerciale.

  • 24 D’après le c. 29, l’équipage était constitué d’au moins quatre esclaves (sûrement davantage), puis (...)
  • 25 C’est le même vocabulaire qui est utilisé dans le c. 25 (éd. Stiene, p. 70), où il est question d’ (...)
  • 26 « Houlques et cogues. Les bateaux des Frisons », ch. 8 du vol. 1 de mes Marchands et navigateurs f (...)

9Car, tels qu’on les voit dépeints par Wandalbert, les marchands frisons apparaissent comme de petits entrepreneurs indépendants. Que le même homme soit considéré dans l’un et l’autre récit à la fois comme negotiator et comme dominus navis suggère que ces marchands étaient propriétaires de leur embarcation, ou pour le moins responsables techniques et économiques de l’expédition commerciale dans laquelle ils étaient engagés – dans tous les cas seuls maîtres à bord, ce qui serait une façon comme une autre de rendre la locution dominus navis. Car c’étaient eux et eux seuls qui donnaient les ordres aux membres de l’équipage. Si ceux-ci étaient relativement nombreux24 et unis par les liens de compagnonnage que suggère l’emploi de mots comme socii ou comites, ils se trouvaient dans une situation de totale dépendance à l’égard de leur « maître » – le second marchand est en effet présenté comme le dominus de son matelot noyé –, dont ils étaient « les hommes » (sui), ce qu’on n’hésitera pas à interpréter comme « ses esclaves », puisque deux d’entre eux au moins sont explicitement qualifiés de servi25. Quand ces esclaves aidaient à la manœuvre, ou qu’ils étaient le cas échéant occupés à haler le bateau le long de la berge, c’était toujours le marchand qui gardait la direction des opérations : gubernator (timonier), il était dans les moments les plus délicats (avec, comme dans le chapitre 29, l’éventuelle assistance d’un esclave resté à ses côtés), assis à la poupe du navire (in puppi residens) et attelé à la barre (clavum regens) – une barre qu’on interprétera, vu les données de l’iconographie et de l’archéologie navale contemporaines des faits26, comme une rame de gouverne latérale. En bref, maître de son embarcation et d’un équipage servile dont tout montre qu’il se sentait éminemment responsable, le marchand frison des Miracles de saint Goar était capable, comme tout petit entrepreneur indépendant, de mettre la main à la pâte.

  • 27 Sans remonter jusqu’à Ausone, qui, dans son poème Mosella écrit vers 370, évoque la pratique du ha (...)
  • 28 Je pense aux remarquables reliefs funéraires du IIIe siècle trouvés à Neumagen ou à Igel (sur la M (...)
  • 29 Ainsi que l’a montré Eric Rieth, Les Bateaux à fonds plats de l’Europe du Nord-Ouest des origines (...)

10Dans ces deux chapitres comme dans les quelques autres qui contiennent des récits de voyages sur le Rhin, l’auteur se fait d’une précision rare sur les techniques de navigation, ce qui donne à son évocation la qualité d’un véritable témoignage. Dans la passe de Saint-Goar, la descente du fleuve était sans doute plus périlleuse que la remontée, même si le deuxième récit montre qu’on n’était jamais à l’abri d’une aspiration dans le tourbillon de la cataracte. S’il fallait à la descente veiller avec la plus grande attention à louvoyer entre les rochers et les hauts fonds pour garder le bon cap, il fallait à la remontée coller au plus près du rivage et lutter avec acharnement contre un courant multiple et imprévisible. Or, aucun texte contemporain ne se fait aussi précis que celui-ci sur la technique du halage27. À l’image de plusieurs bas-reliefs d’époque romaine conservés sur les bords de la Moselle toute proche28, il montre en particulier la nécessaire complémentarité entre le travail du timonier appliqué à diriger le bateau pour résister à toute dérive et l’effort conjugué des haleurs emmenés par un chef d’équipe (servus, lui aussi) qui, pour donner plus de force à son mouvement, s’était enroulé la corde autour du corps. Plus que l’iconographie cependant, ce sont l’archéologie navale et la reconstitution expérimentale qui suggèrent que l’autre extrémité de la corde était amarrée à un mât situé au tiers avant du navire, condition nécessaire à une meilleure résistance anti-dérive et à une force de traction optimale29.

  • 30 Miracula, c. 11 et c. 27.
  • 31 Ex miraculis S. Gengulfi auctore Gonzone abbatis Florinensis, c. 23, extraits édités par Oswald Ho (...)
  • 32 Florennes (Belgique, province de Namur), sur une voie terrestre entre la Meuse et la Sambre. Sur l (...)
  • 33 Le texte du miracle est cité et commenté par Fernand Vercauteren, « Marchands et bourgeois dans le (...)

11Il y a quelque chose de topique dans les deux récits, qu’on retrouve en tout cas dans plusieurs autres Miracles de saint Goar, c’est le refus des voyageurs pressés, pourtant mis en garde par leurs matelots, éventuellement même par des riverains qui battaient le rappel pour le sanctuaire dont ils étaient sans doute les dépendants, de faire une halte dévote sur la tombe du saint. La soudaine dérive du bateau en était la sanction immédiate, tandis que le sauvetage in extremis de l’embarcation et de ses passagers était le résultat miraculeux de l’invocation du saint dans le paroxysme des éléments déchaînés. Bien que la mésaventure concernât aussi bien Charlemagne que l’abbé de Saint-Géréon de Cologne30, on entrevoit comment l’hagiographe saisit l’occasion de manifester sa défiance à l’égard des marchands, obnubilés par leurs délais de livraison et par l’appât du profit. Le préjugé serait tenace, qu’on verrait encore exprimé dans les Miracula sancti Gengulfi écrits par l’abbé Gonzon dans le deuxième quart du XIe siècle31 : tandis que deux mercatores Huyi (originaires de Huy, sur la Meuse) faisaient route ad forum quoddam et qu’ils approchaient de l’église Saint-Gengulphe de Florennes32, l’un demanda à l’autre de bien vouloir s’arrêter pour prier le saint, ce à quoi le second répondit qu’il ne se laisserait pas détourner de sa route pour si peu (a via mea propter hoc non divertam), parce qu’il ne pouvait se permettre d’arriver en retard là où il avait à traiter ses affaires (ne tardius ad negotium meum perveniam). Bon prince, le premier demanda à son compagnon de l’attendre et de veiller sur leurs bagages (nostram suppellectilem), le temps – le plus rapide possible – qu’il aille prier en leur nom à tous deux (donec pro me et te quam citius orem)33.

***

12Par où l’on voit qu’aux yeux des hommes d’Église du haut Moyen Âge, les marchands, même peu enclins à la prière, avaient quelque chance d’être sauvés. D’ailleurs, dans l’un et l’autre chapitres, Wandalbert conclut son récit en précisant la nature des offrandes laissées en action de grâce par les Frisons de Saint-Goar, qui ont été transférées (c’est du moins ce qu’il dit de la première) au monastère de Prüm – à savoir un vêtement de soie et une livre d’argent. Si on prend au sérieux ses informations (ce qu’on incline à faire, puisque, ne fût-ce que pour donner en exemple à ses lecteurs la générosité des donateurs reconnaissants, l’hagiographe se devait d’en perpétuer le souvenir, en les invitant presque à venir vérifier sur place), on entrevoit aussitôt les hypothèses que, dans son extrême précision, le récit des Miracula permettrait de formuler, aussi bien sur les connexions les plus lointaines (en l’occurrence orientales) que sur les conditions les plus matérielles (en l’occurrence monétaires) du grand commerce frison : d’où venait en effet ce vêtement de soie, et comment était-il arrivé dans le paquetage du premier marchand ? et la livre de métal précieux laissée par le deuxième consistaitelle en espèces sonnantes et trébuchantes, ce qui reviendrait à dire en quelque deux cent quarante deniers d’argent – la seule espèce monétaire qui fût alors frappée dans l’Empire carolingien ? Ouvrir le champ à de telles interrogations n’est pas le moindre intérêt du récit du moine de Prüm, dont la qualité documentaire fait assurément un chef-d’œuvre, non seulement de l’hagiographie carolingienne, mais aussi de l’historiographie du IXe siècle rhénan.

Notes

1 Je suis heureux d’offrir à Denise Angers et à Joseph-Claude Poulin la primeur de la traduction de ces deux chapitres des Miracula sancti Goaris, en souvenir du chaleureux accueil qu’ils m’ont réservé à Montréal et à Québec en mars 2000. S’il me paraît indispensable de présenter cette source exceptionnelle dans l’introduction du présent article, j’en limiterai le commentaire à quelques remarques générales, dans la mesure où j’en déjà exploité les données dans plusieurs des travaux cités par la suite, notamment aux notes 18 et 19. Je saisis néanmoins l’occasion de cette publication pour compléter ou corriger ce que j’ai pu écrire il y a parfois plus de vingt ans.

2 Ainsi qu’il ressort du prologue et du dernier chapitre de l’œuvre [no 3566 de la Bibliotheca Hagiographica Latina, p. 531 de l’édition de 1898-1899, et p. 396 du Novem Supplementum de 1986]. Voir les éditions successives, l’une et l’autre utilisées dans le présent travail, d’Oswald Holder-Egger éd., Miracula S. Goaris auctore Wandalberto, dans Monumenta Germaniae Historica [MGH], Scriptores, XV (1), Hanovre, 1887, p. 361-373 ; et de Heinz Erich Stiene éd., Wandalbert von Prüm. Vita et miracula sancti Goaris, Francfort-sur-le-Main, 1981 (Lateinische Sprache und Literatur des Mittelalters, 11). Sur les différences qui existent entre les deux éditions, on pourra consulter la recension que François Dolbeau a faite de la seconde dans Francia, 9, 1981, p. 732-734. Seul Stiene reproduit dans son édition le texte de la Vita qui précède celui des Miracula (p. 6-38), Holder-Egger s’étant contenté de renvoyer à l’édition des Vitae de l’anonyme et de Wandalbert par Jean Mabillon (AA SS OB, vol. 2, p. 275-288). La numérotation des chapitres des Miracula ici retenue est celle de l’édition Stiene, qui diffère légèrement de celle de l’édition Holder-Egger, puisque, là où Holder-Egger plaçait sous le même no 11 deux miracles concernant Charlemagne et la reine Fastrade (son épouse entre 783 et 794), Stiene place ces deux miracles sous les numéros respectifs 11 et 12.

3 Sankt-Goar (St. Goar, Allemagne, Land de Rheinland-Pfalz), sur la rive gauche du Rhin entre Bingen et Coblence.

4 L’historiographie récente de l’abbaye de Prüm à l’époque carolingienne s’est surtout penchée sur l’histoire culturelle du monastère, dont le scriptorium fut, entre autres grâce à Wandalbert et Réginon, un lieu important de création littéraire (cf. les nombreux travaux de Wolfgang Haubrichs, en particulier sur les questions de langue), et, plus encore, sur son histoire économique et sociale, éclairée (ce qui est une façon de parler, tant le document est complexe) par le polyptyque de 893, réédité par Ingo Schwab, Das Prümer Urbar, Düsseldorf, 1983 (Rheinische Urbare, 5). Sur Markward, son troisième abbé, attesté des environs de 830 aux environs de 860, on consultera par exemple Philippe Depreux, Prosopographie de l’entourage de Louis le Pieux (781-840), Sigmaringen, 1997 (Instrumenta, 1), p. 327-329.

5 Sur l’histoire ancienne de l’église de St. Goar, voir Franz Josef Heyen, « St. Goar im frühen und hohen Mittelalter », Kurtrierisches Jahrbuch, 1, 1961, p. 87-106; et Ferdinand Pauly, Die Stifte St. Severus in Boppard, St. Goar in St. Goar, Liebfrauen in Oberwesel, St. Martin in Oberwesel, Berlin/New York, 1980 (Germania Sacra, Neue Folge 14. Die Bistümer der Kirchenprovinz Trier. Das Erzbistum Trier, vol. 2).

6 Ainsi cella dans le c. 29 des Miracula sancti Goaris, et monasterium dans le c. 28. Il est par ailleurs question du clericus Teodradus dans le c. 28 et du custos ecclesiae dans le c. 29. Sur le sens de cette dernière locution, voir infra, note 17.

7 Une rareté qui s’explique peut-être par le poids du modèle créé par Alcuin, dont les récits (souvent réécritures) hagiographiques, où se mêlent « l’historique et l’intemporel », tendent à l’idéalisation mystique de saints héros tirés vers l’exemplarité. Voir Christiane Veyrard-Cosme, L’œuvre hagiographique en prose d’Alcuin. Edition, traduction, études narratologiques, Florence, 2003 (Per Verba, 21), p. 414.

8 Wandalbert sait assurément de quoi il parle, lui qui allait composer en 848 un Martyrologium metricum : Ernst Dümmler éd., MGH, Poetae Latini aevi carolini, II, Berlin, 1881, p. 567-622. Sur le style et la langue de Wandalbert, qui doivent beaucoup à l’inspiration des Dialogues de Grégoire le Grand, on consultera « Untersuchungen zur Latinität Wandalberts », septième partie de l’ouvrage de Heinz Erich Stiene cité supra, note 2, p. 143-279.

9 On appréciera la richesse descriptive du vocabulaire de Wandalbert, emprunté en ces occurrences aux c. 11, 13, 15, 21, 28 et 29 des Miracula (éd. Stiene, p. 57-58, 59, 62, 66-67, 73, 75). Le rivulus en crue évoqué au c. 15 est la Woc(c)ara : c’est à proximité immédiate de son débouché dans le Rhin, infra terminum Wasaliacense (aujourd’hui Oberwesel), que, suivant le c. 4 de la Vita Goaris de Wandalbert, Goar avait choisi de s’installer et d’élever sa première église (éd. Stiene, p. 8 ; ou AA SS OB, vol. 2, p. 282).

10 Miracula, c. 11.

11 Miracula, c. 27.

12 Miracula, c. 21.

13 Miracula, c. 28 et 29 de l’édition Stiene (p. 73-74 pour le c. 28, et 74-77 pour le c. 29), et c. 27 et 28 de l’édition Holder-Egger (p. 370).

14 Éd. Holder-Egger, p. 361-362 ; et éd. Stiene, p. xli-xliii. L’édition utilisée ici est celle de Stiene.

15 Le chapitre précédent évoque la façon dont l’abbé Maximin du monastère de Saint-Géréon de Cologne a été mis en difficulté alors que son navire descendait le Rhin dans les parages de la cella de Saint-Goar.

16 Dans le chapitre 20, où avait été évoqué le naufrage d’un navire de potiers dans les rapides du fleuve.

17 Le mot peut aussi bien désigner l’abbé d’une abbaye (sens totalement exclu, car le seul abbé ayant autorité sur Saint-Goar est celui de Prüm, nullement concerné dans le cas présent) ; le chef spirituel d’une communauté ou d’une église ; ou encore le gardien des reliques. Bien qu’on ne puisse faire l’impasse sur ce dernier sens, le contexte et les responsabilités ici prêtées au custos ecclesiae suggèrent qu’il s’agit du responsable spirituel de la petite communauté, qu’il serait sans doute anachronique, et de toute façon inapproprié, d’appeler « prieur » ou « doyen ». Suivant le Mediae Latinitatis Lexicon Minus de J. F. Niermeyer (1re édition, Leyde, 1954 sq., entrée custos, p. 298-299), il est question de custos monasterii aussi bien dans un diplôme de Pépin le Bref que dans la Chronique de Réginon de Prüm – ce qui ne nous est naturellement pas indifférent.

18 Voir Stéphane Lebecq, Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Âge, Lille, 1983, vol. 1, p. 219-222, 254-257 ; vol. 2, p. 148-155. À compléter par : Id., « Le grand commerce frison au Moyen Âge : une mise à jour », Revue du Nord, 79, 1997, p. 995-1006 ; Id., « En barque sur le Rhin. Pour une étude des conditions matérielles de la circulation fluviale dans le bassin du Rhin au cours du premier Moyen Âge », dans Tonlieux, foires et marchés avant 1300 en Lotharingie. Actes des 4es Journées Lotharingiennes, Luxembourg, 1988 (Publications de la Section historique de l’Institut Grand Ducal de Luxembourg, CIV), p. 33-60 ; Id, « Les marchands au long cours et les formes de leur organisation dans l’Europe du Nord et du Nord-Ouest aux VIIe-XIe siècles », dans Alain Dierkens, Jean-Marie Sansterre, Jean-Louis Kupper dir., Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle. Actes du colloque international de Bruxelles-Liège, Genève, 2000, p. 321-338.

19 Voir Stéphane Lebecq, « Aelfric et Alpert. Existe-t-il un discours clérical sur les marchands dans l’Europe du Nord à l’aube du XIe siècle ? », dans L’Église et le siècle de l’an mil au début du XIIe siècle, Actes du XIVe Congrès de la Société des Historiens Médiévistes, 1984 (Cahiers de civilisation médiévale, 27), p. 85-94.

20 Aujourd’hui Wijk bij Duurstede (Pays-Bas). Le port est cité dans des sources contemporaines des Miracula comme vicus famosus et même comme vicus nominatissimus, respectivement dans la Vita Gregorii Traiectensis par Liudger (vers 800) et dans les Annales dites de Xanten (a. 834). Voir Lebecq, Marchands…, vol. 2, p. 99 et 335.

21 Lebecq, Marchands…, vol. 1, p. 75-83.

22 Diplôme du 11 septembre 829 par lequel Louis le Pieux concède à l’église cathédrale de Worms le revenu de tous les tonlieux levés dans sa ville (apud Wangionem civitatem) sur les « marchands, les artisans et les Frisons ». Voir Ibidem, vol. 1, p. 11-12 et 27 ; vol. 2, p. 422.

23 Ibidem, vol. 1, p. 26-30, 39-41. Sur les « quartiers frisons » des villes rhénanes, il suffit de rappeler que l’Annaliste de Fulda caractérise (a. 886) l’optima pars Mogontiae civitatis comme celle ubi Frisiones habitabant ; et que des sources du XIIe siècle mentionnent l’existence de plateae Frisonum à Cologne et à Worms, des « places » dont on est en droit de penser qu’elles remontent à un plus haut Moyen Âge.

24 D’après le c. 29, l’équipage était constitué d’au moins quatre esclaves (sûrement davantage), puisque l’un d’eux était resté sur le bateau, et qu’un autre, qui s’était enroulé la corde autour du corps, était le premier (erat inter eos unus) de ces « autres qui halaient le bateau avec une corde le long du rivage » (reliqui fune navim per litora trahunt). Voir Stéphane Lebecq, « Pour une histoire des équipages (mers du Nord, Ve-XIe siècles) », dans Alain Lottin, Jean-Claude Hocquet, Stéphane Lebecq dir., Les Hommes et la Mer dans l’Europe du Nord-Ouest de l’Antiquité à nos jours. Actes du colloque de Boulogne-sur-Mer, Lille, 1986 (Revue du Nord, hors-série no 1), p. 233-256, en particulier p. 236-237.

25 C’est le même vocabulaire qui est utilisé dans le c. 25 (éd. Stiene, p. 70), où il est question d’un negotiator quidam Badoart dictus et du conflit qui l’a opposé à unus servorum.

26 « Houlques et cogues. Les bateaux des Frisons », ch. 8 du vol. 1 de mes Marchands et navigateurs frisons…, p. 165-184. Vingt-cinq ans après, je maintiens dans l’ensemble les analyses que j’ai faites en 1983, mais je dois corriger la datation du bateau d’Utrecht, que l’analyse dendrochronologique oblige désormais à dater des environs de 1100 : voir Robert Vlek, The Medieval Utrecht Boat, Oxford, 1987 (British Archaeological Reports. International Series, 382).

27 Sans remonter jusqu’à Ausone, qui, dans son poème Mosella écrit vers 370, évoque la pratique du halage sur le grand affluent du Rhin à l’aide d’un câble attaché au cou de mules [éd. Karl Schenkl, MGH, Auctores Antiquissimi, V (2), Berlin, 1883, p. 83, vers 41-42 : « cum per ripas nusquam cessante remulco/intendunt collo mulorum vincula nautae […] »], il faut citer un poème d’Alcuin daté des environs de 778-780 – dont la rhétorique sophistiquée cache en fait une relation de voyage –, qui suggère la traction d’un bateau à la remontée du Rhin, cette fois dans la secteur aval du fleuve : « Tum tua prelongo ducatur prora remulco/Ne cito retrorsum rapiatur flumine puppis » (« Qu’alors ta proue soit dirigée par un très long câble, afin que ta poupe ne puisse être emportée à contre-courant par le fleuve ») : Ernst Dümmler éd., MGH, Poetae Latini aevi carolini, I, Berlin, 1881, p. 220. Voir : Lebecq, Marchands…, vol. 2, p. 20-22, et, pour une révision de la date de rédaction, Id, « Alcuin sur la route », dans Philippe Depreux, Bruno Judic dir., Alcuin de York à Tours, Rennes, 2004 (Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 111), p. 15-26, en particulier p. 16.

28 Je pense aux remarquables reliefs funéraires du IIIe siècle trouvés à Neumagen ou à Igel (sur la Moselle), et conservés au Landesmuseum de Trèves, auxquels on ajoutera, plus explicite encore, celui de Cabrières d’Aigues (Vaucluse) conservé au musée d’Avignon. Voir : Detlev Ellmers, Frühmittelalterliche Handelsschiffahrt in Mittel-und Nordeuropa, Neumünster, 1972, p. 78, 82-83 ; Reinhard Schindler, Führer durch das Landesmuseum Trier, Trèves 1980, p. 43-47, pl. 127.

29 Ainsi que l’a montré Eric Rieth, Les Bateaux à fonds plats de l’Europe du Nord-Ouest des origines au XIXe siècle. Essai d’analyse archéologique d’une architecture navale, thèse Paris IV, Paris, 1978, vol. 1, p. 287 ; vol. 2, p. 517. Voir également : Lebecq, Marchands…, vol. 1, p. 220-221. C’est, entre autres exemples, la position du trou d’emplanture de mât qui a été repéré sur l’épave d’Utrecht citée supra note 26.

30 Miracula, c. 11 et c. 27.

31 Ex miraculis S. Gengulfi auctore Gonzone abbatis Florinensis, c. 23, extraits édités par Oswald Holder-Egger, dans MGH, Scriptores, XV (2), Hanovre, 1888, p. 794 ; texte intégral dans AA SS, Mai, vol. 2, p. 649. Sur la source et son auteur, deuxième ou troisième abbé de Florennes, voir Alain Dierkens, Abbayes et chapitres entre Sambre et Meuse (VIIe-XIe siècles). Contribution à l’histoire religieuse des campagnes du haut Moyen Âge, Sigmaringen, 1985 (Beihefte der Francia, 14), p. 261 et 276.

32 Florennes (Belgique, province de Namur), sur une voie terrestre entre la Meuse et la Sambre. Sur l’origine de l’église capitulaire Saint-Gengulphe (élevée au tout début du XIe siècle par Arnoul, seigneur du lieu, et par son fils Gérard, le futur évêque Gérard Ier de Cambrai), et sur ses liens avec l’abbaye Saint-Jean-Baptiste voisine, voir Alain Dierkens, Abbayes…, 1re part., c. 8 (« L’abbaye Saint-Jean-Baptiste et le chapitre Saint-Gengulphe de Florennes »), p. 260-279.

33 Le texte du miracle est cité et commenté par Fernand Vercauteren, « Marchands et bourgeois dans le pays mosan aux XIe et XIIe siècles », dans Études sur l’histoire du pays mosan au Moyen Âge. Mélanges offerts à Félix Rousseau, Bruxelles, 1958, p. 655-672, en particulier p. 658 ; Id., « La Circulation des marchands en Europe occidentale du VIe au Xe siècle : aspects économiques et culturels », dans Centri e vie di irradiazione della civilta nell’alto medioevo, Spolète, 1964, p. 393-411, en particulier p. 408-409 ; Lebecq, « Aelfric et Alpert… », p. 90-93.

Auteur

Professeur émérite d’histoire médiévale à l’Université de Lille 3 Charles-de-Gaulle. Spécialiste de l’histoire des sociétés de l’Europe du Nord-Ouest au début du Moyen Âge, en particulier de l’histoire des communications maritimes, fluviales et terrestres. Auteur de Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Âge (Presses universitaires de Lille, 1983), Nouvelle histoire de la France médiévale 1. Les origines franques, Ve-IXe siècle (Seuil, 1990), Histoire des îles Britanniques (Presses universitaires de France, 2007) ; coéditeur de Bède le Vénérable entre tradition et postérité (CRHEN-O, 2005) et de Quentovic – environnement, archéologie, histoire (à paraître).

© Presses de l’Université de Montréal, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter