Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 1

Rosaire Dion. Les Oasis1

Texte intégral

  • 1 « Oasis par Rosaire Dion », La Tribune, 13 septembre 1930, p. 4 ; « Les Oasis par Rosaire Dion », L (...)

Rosaire Dion-Lévesque (1900-1974), journaliste et poète, est né et a vécu toute sa vie aux États-Unis, à Nashua (New Hampshire). Directeur de la revue Le Phare, puis éditorialiste au journal de Nashua, L’Impartial, il collaborera également à La Patrie et au Travailleur de Worcester. Son premier recueil de poèmes, En égrenant le chapelet des jours, parut en 1928. Le second, Les Oasis, remportera le prix d’Action intellectuelle et le prix de l’Ordre universel du mérite humain (Genève). Suivront une traduction d’un choix de poèmes de Walt Whitman (1933) qui sera préfacée par Louis Dantin, sept autres recueils et des biographies réunies sous le titre Silhouettes franco-américaines (1959).

Dans une lettre à DesRochers, du 29 décembre 1929, Dantin discute du « talent encore au stage d’incubation de ce bien sympathique Rosaire Dion » : « Je tâche de le guider le mieux que je puis, écrit-il, ne lui ménageant pas des sévérités qui en blesseraient un autre, mais qu’il accepte avec une admirable modestie. Il est très regrettable que des soi-disant juges de lettres comme Henri d’Arles aient encouragé ce jeune homme à publier un livre entièrement prématuré et qui n’a pu que nuire à sa réputation future. Je lui ai dit n’avoir trouvé dans tout le volume qu’une demi-douzaine de morceaux qui eussent valu d’être imprimés, après remaniement considérable ! Il m’a depuis, envoyé d’autres pièces où le progrès est très visible, et je ne le dissuade nullement de continuer à écrire. Il a tous les éléments intimes de la poésie, tout ce qui lui manque, c’est l’expérience du langage, et il a déjà bien du mérite d’avoir acquis celle qu’il possède... »

Le 2 septembre 1929, Dantin accuse réception du manuscrit des Oasis : « J’ai lu avec plaisir ces nouveaux essais, sans avoir encore eu le temps d’en faire une étude réelle, écrit-il à Rosaire Dion. Je veux seulement vous dire tout de suite qu’ils manifestent, à mon avis, un progrès sur vos premières strophes, et qu’il confirment mon espoir de vous voir quelque jour réaliser cette poésie complète où la pensée, l’émotion et la forme se joignent en un tout solide et harmonieux. Je vous renverrai ces poèmes avec des remarques plus détaillées quand j’aurai eu le temps de les examiner à fond » (cité dans Louis Dantin, p. 283-284).

Dantin avait déjà conseillé à l’auteur de ne pas se hâter de publier : « Ce ne sont pas des mois, mais des années d’intervalle qu’il faudrait mettre, à mon avis, entre vos essais du début et ceux qui suivront. Votre formation poétique doit être une œuvre de patience et de travail. Et il est important que votre seconde œuvre se détache nettement, par une supériorité totale, de votre première tentative. Ainsi, pourquoi ne pas continuer à vous exercer, à faire de mieux en mieux, en mettant de côté vos meilleures pièces, seulement les meilleures, pour un volume futur ? Vous pourriez en attendant les publier dans des revues. Et tâchez d’acquérir le flair de distinguer vous-même ce qui est meilleur dans votre œuvre et ce qui est moins bon. Ainsi, comment ne pas voir une différence énorme, presque sans mesure, entre cette pièce “Nostalgie”, par exemple, et cette autre, “Retour à l’Alma Mater” ? La première a plus d’un mérite ; elle a du fond et de la forme ; elle mériterait d’être imprimée ; la seconde n’a rien du tout, c’est un exercice d’écolier qui ne vaut pas une minute d’attention. Voyons, ne l’avez-vous pas senti vous-même, et ne pourriez-vous vous le raisonner ? Et comment vous êtes-vous décidé à donner pour épigraphe à ce “Retour” des rimes aussi misérables que ce quatrain de l’abbé Auclair ? Il faudrait cultiver votre discernement critique, savoir vous dire : “Ceci est bon, ceci est mieux, ceci est nul”, même quand il s’agit de vos propres écritures. C’est en cela surtout que je voudrais pouvoir vous aider ; mais je comprends très bien d’ailleurs que ce raffinement du goût n’est pas l’œuvre d’un jour » (lettre du 2 septembre 1929).

Le 22 septembre, il lui rendait le manuscrit avec des commentaires détaillés : « Mon impression se résume en ceci : — il y a une dizaine de ces pièces qui méritent d’être retouchées, corrigées, et conservées pour une édition future. Les autres exigeraient un tel remaniement, un tel bouleversement de fond en comble, qu’il me semblerait à propos de les sacrifier complètement. Il y a dans presque toutes quelque idée lyrique, quelque sentiment délicat ; mais la forme est souvent si embarrassée, si pénible, trahit si fort l’art novice et la notion imparfaite des mots, qu’il vaut mieux les considérer comme de purs exercices, utiles pour vous briser à la technique du vers, mais sans valeur achevée et définitive. J’ai marqué d’un signe X les morceaux qu’il faudrait garder, et, une fois corrigés soigneusement, ils auraient, à mon sens, une réelle beauté. Je vous suggérerais de vous appliquer à cette correction, cherchant à préciser votre pensée et votre phrase, à élaguer les mots vulgaires ou impropres, et de me renvoyer ensuite ces poèmes (ceux que j’ai notés seulement) pour que je puisse juger du progrès accompli. Et puis, je voudrais que vous puissiez découvrir vous-même en quoi ces vers sont meilleurs que les autres ; quelle supériorité d’idée ou de forme me les a fait choisir. Il est essentiel que vous deveniez vous-même votre critique, que vous sachiez distinguer entre vos propres productions ; que vous acquériez l’instinct, le tact, du mot et de l’expression justes. Alors vous devineriez par avance que le mot “fatras”, par exemple, n’est pas à sa place dans un vers sérieux et lyrique ; que cette autre ligne : “J’ai dit que la vertu n’était qu’une bêtise” est le langage d’une conversation familière, non celui d’une strophe, etc. etc. Et dès que cet instinct vous dit qu’un verbe, un adjectif, vont gâter votre vers, eh bien ! ne l’employez à aucun prix : vos lecteurs le remarqueront encore mieux que vous. Cherchez, cherchez, jusqu’à ce que le mot précis, exact, lumineux se présente. Ce pourra être après un jour, une semaine, que vous aurez laissé votre hexamètre s’élaborer dans votre être sous-conscient. Ne regardez votre travail fini que lorsque rien ne vous choque plus dans aucun détail, qu’il vous est évident que vous ne pouvez faire mieux... »

Le 17 décembre, Dion-Lévesque apprend à DesRochers qu’il est « encore à retoucher » ses sonnets : « Je termine la dernière “batch” que j’adresse à Dantin à la fin de la semaine. » Le 27 janvier 1930, il annonce à son correspondant qu’il a « fait passer à la censure de Dantin dix nouveaux sonnets ». À Rosaire Dion-Lévesque qui lui demanda s’il peut publier ses poèmes, Dantin répond, le 3 mars 1930 : « Sont-ils assez parfaits pour un second livre ? C’est une autre question sur laquelle il me répugne un peu de vous conseiller. S’il vous suffit de faire constater au public un progrès notable accompli, en lui demandant de vous attendre à des œuvres encore supérieures, c’est bien, publiez ce volume. Si vous voulez vous révéler dans une stature définitive, et ne livrer que ce que vous pouvez faire de plus achevé et de plus brillant, alors attendez encore ; car sans contredit votre talent grandira avec le temps et l’expérience, et vous en viendrez vous-même à considérer ces essais comme des ébauches d’apprentissage. En tout cas, ces ébauches ne sont pas celles du premier venu, et sont en elles-mêmes intéressantes et méritoires. Il en est quelques-unes qui, de toutes manières, pourraient prendre place dans l’œuvre d’un artiste exercé. Dans l’hypothèse que vous imprimeriez ces vers, ou la plupart d’entre eux, il serait bon, je crois, d’en faire une sélection dernière, et plutôt rigoureuse ; et c’est pour vous y aider que j’ai encore mis des marques à ces pages (sans pourtant chercher, cette fois, à les annoter en détail). Les pièces que j’ai marquées d’un X sont, je crois, les meilleures, et chacune d’entre elles a quelque chose qui les soulève au-dessus du banal et du vulgaire. Celles que j’ai marquées 0 me paraissent simplement passables, et ne dépassent pas, à mon sens, le niveau médiocre. Enfin une troisième catégorie, marquée (?) me paraît trop inférieure, et je crois pouvoir vous donner le conseil d’éliminer au moins ces pièces de votre édition possible. »

Dantin refuse cependant d’écrire une préface pour ce nouveau recueil : « Quoiqu’ils me plaisent vraiment par bien des côtés, explique-t-il à l’auteur, je devrais mettre aux éloges sincères que j’en ferais des restrictions que je vous ai cent fois exprimées à vous-même ; et ce n’est pas le rôle d’une préface de tant discriminer. Mais si le volume paraissait, je pourrais, en repos de conscience, en faire une critique bienveillante et qui rendrait justice à ses belles qualités, et au mérite courageux de son auteur : chose, vous vous rappelez, que je n’ai pas cru pouvoir faire pour votre première tentative. C’est vous dire que je constate que vous avancez, et n’ai nulle raison de vous décourager dans la poursuite de votre chère poésie. Mettez-y simplement un peu de patience. Complétez à loisir votre culture générale, votre conquête de la langue française, et vos poèmes se ressentiront de tout ce nouvel acquis. Et ne cherchez à rimer que ce qui vous émeut, ce qui vous frappe ou vous intéresse fortement, ce que vous avez découvert vous-même dans l’univers ou dans votre âme. Il me semble, par les épigraphes que vous mettez à vos poèmes, que vous avez un goût trop éclectique quand il s’agit des poèmes des autres. Tâchez de vous faire, parmi les poètes, une société d’amis intimes, apparentés à vous par leur tour d’esprit et de cœur, plutôt qu’une multitude de simples connaissances. Mais je comprends qu’il faut commencer par tout lire pour pouvoir ensuite choisir... » (lettre du 3 mars 1930).

En remerciant l’auteur, qui lui a offert le premier exemplaire numéroté de son recueil, Dantin lui écrit : « Le livre se présentait merveilleusement, et la toilette typographique était déjà une invitation et un augure. [...] Quant à ses essences intimes, elles m’étaient déjà connues... Je vous dis sincèrement que ces vers ont tous un sens, un éclat, un mérite — que si toutes ces pièces ne sont pas encore l’art même, définitivement, ils ont assez d’éléments d’art pour vous poser comme un vrai poète [...]. J’aurai vers le milieu de ce mois quelques jours de vacances ; peut-être me donneront-ils le loisir et la force d’écrire quelque chose sur votre œuvre. Je dirai la vérité en reconnaissant à vos vers des qualités précieuses et la touche d’un réel talent. »

***

  • 2 Rosaire Dion-Lévesque, Les Oasis, Rome, Desclée, 1931, 132 p.

1Ce volume2, jugé en lui-même et comparé aux premiers vers de M. Rosaire Dion, fournirait une réponse à la question : Comment on devient poète. Il déroule un tracé de la marche constante, à partir des débuts infimes et à travers de rudes chemins, d’un talent, d’une vocation poétiques. L’auteur y démontre, y incarne, les phases de cette évolution : tout d’abord les germes du rêve semés au fond de l’âme, qui sont la grâce d’en haut, le don des dieux, et que rien ne remplace ; puis l’instinct éveillé par la beauté des êtres, les « voix » imposant leur appel ; les premières ascensions tentées vers l’idéal qui se dérobe ; le labeur patient à chercher, à poursuivre ; le savoir-faire d’abord novice, acquérant peu à peu l’habileté, l’expérience ; l’œuvre, pour commencer, informe, puis revêtant une symétrie et se rapprochant par degrés de la splendeur et de la dignité de l’art.

  • 3 Les Trophées (1893), recueil de cent-dix-huit sonnets, de José Maria de Heredia (1842-1905).

2Cet achèvement serait beau, même précédé de disciplines classiques et aidé d’ambiances amies ; mais ici que d’obstacles entravaient l’essor ! Nashua, New Hampshire, n’est pas précisément le berceau des muses : c’est une ville de machines, dans un pays banal et farci de « bon sens », qu’on parcourrait d’un bout à l’autre sans rencontrer une idée abstraite. Les fumées qui en montent n’ont rien de grisant : elles exhalent en toussant l’âme noire de la suie ; — les sirènes qui y chantent sont celles des « moulins à coton » ; — et, en fait de langage, celui qu’on y entend n’a pas un son commun avec le rythme des Trophées3. C’est là pourtant que Rosaire Dion a vécu, et qu’il peine comme tant d’autres en des besognes viles et pratiques. Et, malgré cet air étouffant, il a senti l’haleine de brises éthérées ; à travers ce bruit de rouages, son oreille a perçu de lointaines musiques ; tout le monde des pensées, des amours, des formes splendides, s’est révélé à lui par-delà ces murs et ces brumes. Sans guides et sans chemins pour pénétrer dans ce royaume, il s’est ouvert lui-même une route, il s’est forgé des armes et des clefs ; il est parti tout seul, comme un preux de jadis, voué à gravir le donjon et à gagner le cœur de dame Poésie. Pour le dire en langue d’oc, n’est-ce pas un rare exemple de voir ce tout jeune homme, ce Canadien des États-Unis, muni d’une simple instruction primaire, enchaîné à une job quelconque, éprouver l’ambition de l’art, cultiver des sons, des images qui ne servent à rien ; s’isolant pour cela des tourbes futiles et se faisant une vie d’ascète, lisant tous les poètes, tous les traités de prosodie, s’exerçant à des rimes sans nombre, acharné à vaincre l’obstacle et à capter le grand secret ?

3Cet apprentissage, sans doute, ne pouvait être l’œuvre d’un jour ; il y fallait le temps autant que l’effort et l’enthousiasme. Peut-être se termina-t-il trop tôt. La hâte d’apprendre entraîna celle de produire, et le premier volume de M. Dion fut une œuvre, à mon sens, prématurée. Les perles étaient rares parmi ce Chapelet des jours ; les pater, mieux que les ave, en eussent compté les pièces passables, et l’ensemble, malgré de fugitives réussites, faisait l’effet d’une prière inexaucée. Henri d’Arles, en préfaçant ce recueil, rendit à l’auteur un douteux service : il eût fallu lui conseiller d’attendre. Les vrais amis de Rosaire Dion eurent plus de franchise, et constatèrent alors jusqu’à quel point la modestie, l’absence de présomption, le désir sincère de critique, s’alliaient chez lui à l’espoir et à la persévérance. Il se remit à l’œuvre, gardant confiance en lui-même, mais avec plus de précaution ; cherchant des évocations plus fortes et des formules plus magistrales ; s’escrimant à dompter le mot riche, la rime élusive, à faire de l’idée et de l’image une synthèse logique et serrée. Comme résultat, il nous offre ces nouvelles strophes, de beaucoup en avance sur les premières, et qui décidément le posent comme un poète de mérite et d’avenir. La poésie pour lui cesse d’être ce désert où, à grande sueur, il luttait pour son existence ; il a atteint des oasis rafraîchies par des sources, où il s’assoit, reprend des forces, et où il élève à loisir des pagodes votives.

Mes oasis, ce sont les îles
Rêveuses du recueillement,
Le fugace miroitement
D’archipels lointains et de villes.

Au gré d’illusions subtiles
J’enclos en mon sonnet fervent
L’or et la fumée et le vent
Qui teintent mes bonheurs futiles.

Ayant pour matière et couleur
Amour, Orgueil, Beauté, Douleur,
Sables d’or que le vent soulève,

  • 4 « Liminaire » (op. cit., p. 10-11) : « recueillement ; / [...] subtiles, / [...] L’or, et la fumée, (...)

Au désert immense du Rêve,
J’érige en l’ouragan pervers
Ces bleus minarets de mes vers4.

4Or, vous le constatez, ceci est très gentil, est beaucoup mieux qu’une intention, contient l’imagerie, la diction, la touche qui marquent des vers d’ouvrier. Et ces vers abondent dans le livre ; au lieu d’être, comme jadis, une minorité impuissante, ils comptent, et ils dominent ce qui reste du vulgum pecus. Le poète, de plus en plus, y pose ses qualités essentielles, qui sont d’esprit, de réflexion, autant que de sensibilité fine. Ces pièces ont toutes une conception, parfois subtile et personnelle, mais au moins précise, définie, formant un noyau au poème. Et l’on aime ce chanteur qui s’efforce à penser, qui n’ouvre pas la bouche sans savoir ce qu’il veut transmettre. Sans doute cette pensée n’a guère de système, de lien collectif ; elle se pose sur les choses un peu au hasard, y puisant des sucs disparates : leçons, symboles, apologues, mais sans la sève de théories vitales. — Mais n’exigeons pas d’un si jeune esprit une philosophie toute faite et toute mûre. Il a déjà la curiosité du mystère, l’instinct de le creuser ; il a, pour guider son enquête, le culte ardent de la Beauté, plus sûre, plus lumineuse que la vérité même. Ces forces lui créeront un jour des convictions plus fermes et des tendances plus définies.

5Mettons encore que ses allégories sont parfois usées : qu’il n’est pas renversant de trouver en Tantale le symbole de nos soifs inassouvies (« Tantale ») ; en Icare l’aventure de nos cœurs téméraires (« Idéal ») ; de voir dans la mémoire le miroir du passé (« Le souvenir »), ou dans le sommeil l’ombre de la mort (« Sommeil »). C’est ici la jeunesse redécouvrant un monde très vieux et voyant tout en neuf parce que tout est nouveau pour elle. Mais d’autres aperçus ne sont pas communs, montrent une invention plus directe. La parabole de « Neige », peut-être trop voulue, trop bien amenée, est pourtant pénétrée de sens intime.

Prismatiques splendeurs, étincellements froids
Qui recouvrez du sol les morsures tragiques
De l’éclat lilial de vos tapis magiques,

  • 5 « Neige » (ibid., p. 75) : froids, / [...] d’avanies. »

Que ne pouvez-vous pas tapisser quelquefois
Les décombres poudreux d’un cœur lourd d’avanies !
— Il est rare qu’il neige au désert de ma vie5.

6C’est un assez joli symbole que celui du bateau-jouet qui voudrait flotter, tenter l’onde, fatigué de son rôle de bibelot futile :

Mais parfois, quand un vent furtif gonfle ses voiles,
La charpente s’agite et tremble jusqu’aux moelles,
Comme un oiseau captif perdu dans le néant.

  • 6 « Bateau captif » (ibid., p. 41) : parfois quand [...] Comme un aventurier perdu dans le Néant. / / (...)

— Et nous sommes pareils au bateau languissant
Qui rêve d’archipels, d’inconnu, d’aventure,
Mais dont frissonne seule, aux brises, la voilure6 !

7L’eau qui coule sous la glace est une image bien juste du temps qui nous emporte, même quand des heures sereines semblent le fixer (« Mirage glacé »). — Et ce tercet enclôt une idée forte en même temps qu’une terrifiante peinture :

  • 7 « L’invisible torrent » (ibid., p. 117) : « bruit c’est le Temps, ce vide c’est ».

Car ce bruit, c’est le Temps, ce vide, c’est la Vie,
Et la minute affreuse et jamais assouvie
Roule des flots d’humains vers d’effroyables ports7.

8Ces éclairs nous rassurent sur l’aptitude du poète à penser par lui-même, faculté que l’observation, l’étude, sauront encore aiguiser. Quant à son émotion, elle est sincère et délicate, intense sans être passionnée, faite surtout de ces mélancolies vagues qui assaillent l’âme de partout parce qu’elles sont tout d’abord en elle.

Si je chante souvent, poète monotone,
La grisaille des soirs et des cieux embrumés,
Si je me plais à peindre avec des mots rythmés
Le vague, l’indécis d’un chimérique automne.

  • 8 « Si je chante souvent » (ibid., p. 104) : « embrumés. / Si je redis toujours avec [...] automne, / (...)

Il ne faut trop blâmer le refrain qui détonne,
Car je préfère même au soleil bien-aimé
Le brouillard qui s’accorde à mon cœur opprimé8.

9Nostalgie de plages irréelles où l’âme fuirait la vie pesante ; sympathies la liant avec les éléments, les astres ; luttes avec les problèmes et les doutes obsédants ; élans impuissants vers les cimes où habite la Paix et où fleurit la Beauté pure. L’amour n’a pas encore sur elle l’emprise qui enchaîne et tourmente : c’est à peine s’il l’attire en des déguisements naïfs. Mais cette réserve devient un raffinement, comme dans ce billet doux platonique et extrêmement gracieux :

Je ne t’ai jamais dit de ces mots qui nous rongent,
Je ne t’ai jamais fait de serments éternels ;
Jamais nos frêles corps dans les gouffres charnels
N’ont fait de ces plongeons humides de mensonges.

À peine si parfois les essaims de mes songes
Sont venus se blottir dans tes bras fraternels ;
À peine si parfois, en gestes solennels,
Mes mains prirent tes mains dans les soirs qui s’allongent.

Et pourtant, je le sais, quelque chose de fort
Mêlera nos chemins jusqu’au seuil de la mort ;
Et nous irons toujours, libres de frénésie,

  • 9 « Je ne t’ai jamais dit... » (ibid., p. 52-53) : « rongent ; / [...] parfois ma folie et mes songes (...)

Longeant le clair jardin d’où l’Éros en éveil
Offre ses fruits charnus et sa riche ambroisie
À nos cœurs satisfaits d’un rayon de soleil9.

10Sentiment, en somme, un peu froid, manquant de tumulte et de fièvre, mais dont le calme même cache souvent l’opprimante angoisse. — Que dites-vous de cette nuée sombre traversant la douceur d’un jour de printemps ?

Ô nature en gésine, ô tourments printaniers !
Frémissements subtils des ombrageux halliers,
Amour se propageant au cœur de toutes choses !

  • 10 « Printemps » (ibid., p. 39) : « printaniers, / [...] choses, / / [...] beaux / [...] tombeaux ! »

Si lourds sont vos parfums et vos élans si beaux,
Qu’on oublie, enivré de vos amas de roses,
Les restes bien-aimés que cachent les tombeaux10.

11Et, pour une fois, la plainte s’exhale en détresse poignante parée d’images audacieuses :

Des rêves, des désirs fleurissent sur mes routes,
Mais, veux-je les cueillir, seules de chaudes gouttes
De sang perlent aux doigts de ma folle vigueur ;

  • 11 « Or, je fais des soleils » (ibid., p. 31) : « routes. / Quand je veux les cueillir, je sens de cha (...)

Et je vais ébranlant les toiles fantastiques
Du Destin, et je vois mes rêves élastiques,
Comme un tremplin, lancer au ciel mon triste cœur11.

12On voudrait que le choix du mot, la pureté de la syntaxe, le don de l’image et de l’épithète, fussent partout au niveau des vers que j’ai cités. Car ce sont de beaux vers, ayant une vie intime et une splendeur plastique, comme seul un vrai poète peut en façonner. Mais je cite toujours le meilleur ; je le fais par principe, croyant que la critique a surtout pour rôle de dégager la valeur des œuvres, et que la vraie mesure d’un auteur est celle de son plus haut envol. Il faut constater cependant que dans l’art de la forme M. Dion a encore beaucoup à apprendre. Il reste dans ses strophes plus d’une hésitation, plus d’une touche malhabile, comme des grains égarés de l’ancien rosaire. La beauté est réelle, mais pas entière, pas soutenue. Il est rare qu’un sonnet soit « fort » d’un bout à l’autre : si ce ne sont pas les quatrains, ce sont les tercets qui s’affaissent. Ainsi la finale puissante que je viens de transcrire est précédée d’une ouverture très faible :

Or je fais des soleils des orbites crevées ;
Chemineau, je m’éprends d’un rayon d’idéal ;
Retrempant mon ardeur dans le rêve féal,
Il danse dans mon cœur des sultanes rêvées.

  • 12 Ibid., p. 30 : « Or, je fais [...] crevées. / [...] rayon d’Idéal, / [...] Le Doute Universel, cet  (...)

Le doute universel, cet insondable trou,
M’attire quelquefois, ralentissant ma course ;
Mais de là j’aperçois mon astre la Grande-Ourse,
Et souvent le soleil au rythmique frou-frou12.

13Comme tout ceci est bout-rimé, novice et incorrect ! On ne peut rien faire d’une « orbite », qui n’est que la route d’un astre, et il est impossible qu’elle crève ; le « rêve féal » est ici cheville éhontée ; ce « retrempant » n’a pas de lien grammatical avec l’impersonnel « il danse » ; ce « quelquefois » et ce « souvent » sont pur remplissage ; cet « insondable trou » n’est pas distingué ; « mon astre la Grande-Ourse » l’est moins encore ; et le « soleil au rythmique frou-frou » montre un dédain complet du sens élémentaire des mots. Comment l’auteur se décide-t-il à raccrocher des vers pareils à d’autres qui sont frappés, saillants, significatifs ?

14Et pourquoi, tout d’abord, s’être attaqué à cette entreprise du sonnet, une des plus ardues de l’art poétique, avec le resserrement de son moule, la fixité de ses nombres, la complication de ses rimes enchevêtrées ? D’autres formes plus larges eussent permis plus d’aisance, fait pardonner un peu de sans-gêne : celle-ci fait éclater la moindre erreur, la moindre platitude. Un poète n’ayant pas encore la pleine sûreté du métier ne devrait pas faire de sonnets. Ceux-ci démontrent, il est vrai, les beaux dons poétiques de M. Dion, mais ne sont pas encore l’œuvre sans tache que nous attendons de lui. — Il en est même plusieurs qu’il eût dû oublier dans ses cartons. Il a trop voulu faire un livre, quand une simple plaquette eût contenu ses effusions meilleures et choisies. Qu’il se persuade bien qu’ici la quantité n’est rien, ne peut rien pour asseoir une renommée lyrique. Et sans demander qu’il renonce à ses tendances ou à ses maîtres, on peut lui conseiller de moins poursuivre pour un temps la ciselure voulue, l’éclat verbal, la prouesse rythmique, et de tendre à une poésie plus simple, où son âme s’épandrait sans ce poids d’entraves, où le mot ne serait que la chair et le sang de la pensée.

  • 13 Quand le recueil de Rosaire Dion-Lévesque obtiendra le Prix d’Action intellectuelle, Dantin s’empre (...)

15Pour l’heure, son inspiration, sa manière, rappellent souvent celles de Nelligan : d’un Nelligan moins âpre, avec plus de cerveau et pas autant de sens artiste, mais avec un courant semblable de vision, de mélancolie. Et, cette fois, rien ne nous fait craindre qu’un naufrage tragique brise une lyre à peine accordée. M. Dion, nous l’espérons, nous fournira une longue carrière marquée par les degrés d’une montée constante vers les derniers étages de l’art13.

16Que cette moisson de poésie nous vienne de Nashua, c’est à l’honneur de Nashua, peu accoutumée à ces gerbes ; mais c’est surtout à l’honneur du poète qui a su la tirer de ce maigre sol par la magie de son vouloir et de son travail. Mais ne savons-nous pas que l’idéal, le rêve, les poursuites de l’esprit, l’instinct de la beauté, prennent racine et fleurissent partout où vivent des âmes françaises ?

Notes de fin

1 « Oasis par Rosaire Dion », La Tribune, 13 septembre 1930, p. 4 ; « Les Oasis par Rosaire Dion », L’Avenir du Nord, 3 octobre 1930, p. 1 ; Poètes de l’Amérique française, t. II, p. 115-128.

2 Rosaire Dion-Lévesque, Les Oasis, Rome, Desclée, 1931, 132 p.

3 Les Trophées (1893), recueil de cent-dix-huit sonnets, de José Maria de Heredia (1842-1905).

4 « Liminaire » (op. cit., p. 10-11) : « recueillement ; / [...] subtiles, / [...] L’or, et la fumée, et [...] Ayant pour rythmes et couleur, / [...] — Sables d’or que le vent soulève / / [...] Rêve — ».

5 « Neige » (ibid., p. 75) : froids, / [...] d’avanies. »

6 « Bateau captif » (ibid., p. 41) : parfois quand [...] Comme un aventurier perdu dans le Néant. / / [...] languissant, [...] frissonne, seule ».

7 « L’invisible torrent » (ibid., p. 117) : « bruit c’est le Temps, ce vide c’est ».

8 « Si je chante souvent » (ibid., p. 104) : « embrumés. / Si je redis toujours avec [...] automne, / / [...] ».

9 « Je ne t’ai jamais dit... » (ibid., p. 52-53) : « rongent ; / [...] parfois ma folie et mes songes / [...] seuil de la Mort ; / [...] frénésie, / / Longer le jardin d’où l’Éros en éveil, / [...] ».

10 « Printemps » (ibid., p. 39) : « printaniers, / [...] choses, / / [...] beaux / [...] tombeaux ! »

11 « Or, je fais des soleils » (ibid., p. 31) : « routes. / Quand je veux les cueillir, je sens de chaudes gouttes / De sang perler aux doigts de ma folle vigueur. / / [...] ciel, mon ».

12 Ibid., p. 30 : « Or, je fais [...] crevées. / [...] rayon d’Idéal, / [...] Le Doute Universel, cet ».

13 Quand le recueil de Rosaire Dion-Lévesque obtiendra le Prix d’Action intellectuelle, Dantin s’empressera de féliciter l’auteur : « Vous voyez qu’en poésie comme en tout la poursuite obstinée et le travail persévérant finissent par atteindre le but. C’est au moins un des buts qui vous attiraient que vous avez atteint : la reconnaissance de votre talent poétique par vos compatriotes, et votre place bien reconnue dans le Canada littéraire. Je sais que vous en rêvez d’autres plus élevés encore, qui, eux, ne seront jamais atteints, parce qu’ils reculeront sans cesse, mais dont vous vous rapprocherez constamment, et dont votre recueil primé aujourd’hui marque une belle étape : cet art idéal et parfait dont le tourment n’est jamais apaisé, et qui ne souffre pas le repos... Mon conseil a été et sera toujours de ne rien relâcher de vos efforts vers une perfection plus haute, et de n’accepter les éloges et les récompenses que comme un encouragement à cela. »

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter