Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultures courtoises en mouvement

 | 
Isabelle Arseneau
, 
Francis Gingras

Les langues de la courtoisie

De la « courtoisie » dans les pastourelles picardes et non picardes. Analyse lexicologique

Blanche Wissen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Les pastourelles sont des sortes de parenthèses délirantes dans l’œuvre des poètes courtois1. » Si, comme l’affirme Michel Zink, les pastourelles s’apparentent au délire – le délire se définissant par un désaccord avec les faits observés et les croyances habituellement partagées dans un contexte culturel donné –, alors il y a peut-être lieu de penser que les pastourelles sont effectivement en rupture avec la culture et la littérature courtoises. « Dès lors, ajoute Michel Zink, que les poèmes nobles, les chansons courtoises, se devaient d’être chastes et éthérées, dès lors que la Dame se devait d’être inflexible, […] les malheureux poètes ont éprouvé le besoin d’un exercice littéraire qui leur permît de donner corps parfois à leurs vilaines pensées2. » Il est vrai que la bergère s’oppose, dans les textes et peut-être aussi dans la conscience du poète, à la Dame, la campagne à la ville, le monde ouvert au monde clos et l’amour charnel à l’amour platonique. Les plus récents travaux d...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter